Souffrez-vous vous aussi du syndrome Bayrou ?

Classé dans : Libres Logiciels | 37

Faites ce que je dis ou faites ce que je fais ?

Y aurait-il un embarras, un décalage, un paradoxe, que dis-je un paradoxe une schizophrénie, entre un discours favorable aux logiciels libres et ce qui se trouve effectivement réellement dans nos ordinateurs ?

Sommes-nous nombreux à vanter les mérites du logiciel libre sans mettre nos (belles) théories en pratique ?
Sommes-nous nombreux à faire l’éloge des alternatives libres telles qu’OpenOffice.org, the Gimp ou carrément Linux tout en continuant à utiliser au quotidien Word et Photoshop sous Windows ?

Illustration.

Monsieur Bayrou, assis tranquillement derrière son ordinateur, répond aux questions d’un (cyber)journaliste sur la loi DADVSI[1]. Il nous affirme alors (et une fois de plus, mais je ne me lasse pas de l’entendre) tout le bien qu’il pense des logiciels libres. Son discours est rôdé, c’est une homme politique, candidat à la présidentielle de surcroit. Mais tout d’un coup, le journaliste, malicieux et faussement naïf, trouve une petite faille…

Le journaliste : Je ne fais pas le tour de l’écran pour vérifier que c’est bien des logiciels libres ? Pour vérifier qu’il y a bien une cohérence entre votre discours et vos actes…

François Bayrou : Y’aura, y’aura… Pour l’instant je fais comme tout le monde. Je suis à Microsoft, je suis à Word…

Le journaliste : Donc on est sur une revue d’intention plus que sur une réalité aujourd’hui de…

François Bayrou : Non, non. Ce que vous dites n’est pas sérieux. Et il faut apprendre à être sérieux (je vous dis ça gentiment). C’est pas parce que j’utilise des logiciels que tout le monde utilise parce que je n’ai pas eu le temps de me familiariser avec des logiciels libres (j’ai les bouquins là je peux vous montrer) que pour autant je ne perçois pas les enjeux qui sont derrière tout ça.

Fin de l’épisode et Monsieur Bayrou de conclure son propos, au demeurant fort intéressant, sur la loi DADVSI.

—> La vidéo au format webm

Oui… mais non !

Oui Monsieur Bayrou. Vous semblez effectivement percevoir les enjeux qui sont derrière tout ça et nous aimerions que la classe politique dans son ensemble s’interroge et se positionne plus souvent sur le sujet.

Mais non Monsieur Bayrou, la question de joindre les actes à la parole lorsque le logiciel libre est évoqué est on ne peut plus sérieuse. Vous manquez de temps (et la présence de livres n’y changera rien). Mais surtout vous nous dites, et ça fait mal, que vous faites comme tout le monde en utilisant les logiciels que tout le monde utilise (comprendre donc des logiciels propriétaires).

Comment voulez-vous donc alors que la donne s’en trouve modifiée ? Ne voyez-vous pas que ce que vous balayez d’un revers de la main en critiquant l’attitude du journaliste sont justement les principaux freins au développement du logiciel libre ?

Un effort salutaire et exemplaire

Aujourd’hui le logiciel libre est dans l’air du temps. Il va devenir très vite, hélas, politiquement correct. Mais défendre la planète est aussi politiquement correct. Est-ce pour cela qu’elle s’en trouve en meilleure santé ? Non, parce que les belles théories ne sont globalement pas mises en pratique. Il en va bien etendu de notre propre responsabilité mais il en va aussi de la responsabilité de ceux qui nous dirigent dont nous attendons actes concrets et valeur d’exemple.

Tentez de vous dégager un peu de disponibilité Monsieur Bayrou et osez véritablement le logiciel libre. Au delà de vos livres, vous rencontrerez alors toute une communauté prête à vous aider. Et si votre emploi du temps est vraiment serré, ce que je conçois fort bien, vous pouvez y aller en douceur et par étapes en commençant par exemple par substituer votre Word (et vos .doc) tout en restant sous Windows. Non seulement vos argument en la matière y seront plus convaincants mais vous encouragerez du même coup ceux qui ne bougent pas (et qui s’en excusent exactement comme vous) à en faire de même…

Notes

[1] Ce très court extrait est issu du projet web original PoliTIC’Show : celui d’interviewer longuement et méthodiquement tous les présidentiables (à ce propos la lecture par le journaliste de la biographie de Monsieur Le Pen prise sur Wikipédia devant l’intéressé lui-même est assez caustique).

37 Réponses

  1. faites ce que je dis, faits pas ce que je fais?

  2. bibi le phoque

    Helas, il a pas tord… les gens sont eduqués comme des moutons et l’activité principale des moutons est de suivre le troupeau. Le libre a encore un air de trop beau pour etre vrai sans etiquette avec un prix dessus.

    Faut pas oublier qu’il s’agit d’un politique et que leur boulot c’est de rassembler les moutons…

  3. D’habitude, j’aime bien ce que dit M. Bayrou, mais là, il m’inquiète… S’il était élu, il pourrait dire alors que le modèle de société non commerciale que sous-tend le logiciel libre est très bien, mais qu’en attendant d’avoir le temps de lire la prose de Stallmann, on va faire "comme les autres", du libéralisme à tout crin ! Ah ! les politiciens…

  4. Si on m’avait posé cette question il y a un an, j’aurais presque répondu comme lui : bien que convaincu par l’intérêt des logiciels, on n’aurait guère trouvé sur mon écran que Firefox, Thunderbird et peut-être CDex. Pour tout le reste, c’était Office, WMP ou iTunes et Compagnie. Si on me pose la question aujourd’hui, la tendance s’est complètement inversée: mon poste est en dual boot Ubuntu/xp, et sous xp, le seul logiciel proprio, c’est mon antivirus. Tout le reste, c’est du libre. Mais je ne suis passé sous Ubuntu qu’il y 2 semaines seulement alors que je connais la distrib depuis près de deux ans… Il a juste fallu que je trouve quelqu’un d’assez patient pour m’aider à franchir le pas. Tout dépend donc, à mon sens, du point où l’on se trouve dans son cheminement vers le libre. Pour l’utilisateur lambda (et j’en suis un) passer au libre (ne serait-ce que remplacer ses logiciels proprios en restant dans un environnement Windows) ne peut se faire en un claquement de doigts. C’est forcément progressif. Laissons donc un peu le temps à tout ce petit monde de venir tranquillement au libre. Une fois qu’on y a goûté et qu’on comprend comment ça se passe en face chez Microsoft et autres, on a très envie d’accélerer le mouvement. Dans le cas de M. Bayrou, je pense qu’il représente en effet l’état d’esprit de pas mal de monde, mais au moins il connait son sujet, et qu’il utilise du libre ou pas pour l’instant, au fond, peu importe, même si bien sûr on le croirait plus volontiers s’il avait montré un Thunderbird sur son écran (on entend plusieurs fois pendant le reportage une clochette qui annonce l’arrivée d’un message…)

  5. Il y a toujours un décalage entre ses idées et ses pratiques, cela est bien normal même s’il faut s’efforcer de réduire ce délai. Pour ma part j’ai eu le même décalage pour le logiciel libre, car cela demande du temps d’adaptation quand on est formaté Microsoft. J’ai le même décalage pour mes idées sur l’écologie, et le passage des actes à la parole est encore plus complexe car il change totalement les habitudes quotidiennes.

    Critiquer ainsi les nouveau défenseurs du libre ne fera passer la communauté libre que pour des intégristes extrémistes. Comme le principe utilisé sur Wikipédia:

    "Il faut aimer les nouveaux".

  6. Je ne suis pas d’accord avec l’analyse de Framablog. On peut défendre le logiciel libre sans l’utiliser : c’est la différence entre le libre et le propriétaire de proposer le choix (voir débat sur l’interopérabilité).

    On ne propose pas un modèle où la seule possibilité serait le libre, mais un modèle où l’utilisateur est libre de choisir. D’où la notion d’interopérabilité, de lutte contre la vente liée, etc…).

    L’idée, c’est de laisser le choix, la liberté d’opter pour un système où un autre, pas celle d’imposer un système, même open-source.

  7. J’ajoute qu’il aurait été intéressant de poser une question similaire à Ségolène Royal, qui semblait ignorer jusqu’à l’existence du débat sur la loi DADVSI il y a quelques mois…

  8. Idem, je ne suis pas d’accord avec l’avis de cet article. Je reprendrai les messages cités ci-dessus en disant que le décalage ne me semble pas si abérant que ça, et que le fait d’en parler et de soutenir la philosophie du logiciel libre n’est déjà pas si mal par rapport à d’autres.

    Remarque: le portable présent devant François Bayrou dans la vidéo de cette interview ne tournerait’il pas sous mac OS ? je dis ça comme ça, mais j’ai cru voir une pomme, donc exit windows :)

    Virtuo

  9. antistress

    MacOS ou Windows, quelle différence Virtuo ?! Je pense que tu fais une remarque formelle, par rapport aux déclarations de bayrou qui évoque Windows plutôt que MacOS. Car au fond, c’est pareil, on est d’accord ?

    A part ça, je pense que beaucoup d’intervenants font un mauvais procès à aka qui a surtout -me semble t-il- été blessé (en tout cas c’est mon cas) par certaines phrases malheureuses ("je fais comme tout le monde") plutôt que par le décalage entre la volonté et sa réalisation. Ces phrases pourraient être révélatrices d’une conviction qui pourrait finalement n’être pas si forte qu’affichée.

    De mon côté, après reflexion et passé la déception des premiers instants (je me suis senti trahi), j’espère qu’il s’agit d’une maladresse de F Brayrou plus que d’autre chose, et lui garde mon crédit (mais il n’a plus le droit à l’erreur:)

  10. Roger06

    Je pense que le mélange des genres est préjudiciable à la défense du libre. Installer une propagande politique sous prétexte d’information et l’aveu d’une cohérence orientée. N’importe qui sait bien que ce ne sont pas des candidats politiques qui pourront installer le libre. Le libre ne pourra s’affirmer que par sa qualité, sa facilité d’utilisation (ce n’est pas encore le cas)et sa projection dans le futur. Dans cette perspective SEULS les utilisateurs convaincus en seront les propagandistes. Arrêtez donc de faire de la propagande politique post-électoraliste.(un journaliste qui fait l’interview d’un postulant en l’agrémentant de sa propre conviction sur ce candidat fait un acte politique ORIENTE).

  11. antistress

    Roger06, ce n’est pas qu’un problème de qualité de logiciels, il y a clairement des problèmes de concurrence et de lobbying qui altèrent le marché

  12. Bonjour,

    S’il y eu une seule phrase à ne pas dire c’est bien celle-ci M Bayrou, "je fais comme tout le monde". Vous auriez bien eu fait de tourner sept fois votre langue avant de dire cela. Vous ne manquez pas de culot M Bayrou que d’insulter mon intelligence. Vous êtes encore sous word, je suis sous OpenOffice, vous utilisez un système propriétaire, j’utilise Linux Gentoo. Cessez de nous prendre pour des patates. A bon entendeur je vous salut

  13. Ah Bayrou tu me deçois… rassures-moi : tu n’utilises pas IE au moins ?

    Sinon j’ai trouvé qu’à certains moments le mouvement des lèvres ne correspondait pas au son :S

    …mais je ne doute pas que c’est dû à un problème d’encodage Flash :D

    Alors, c’est quand qu’on le vois notre Bayrou préféré (c’est pas du : c’est le seul Bayrou que je connaisse :-°) à une install-party ?

    Et quand est-ce que les présidentiables comprendront qu’au delà des mots, il y a des actes ? :-(

  14. Jamais : c’est trop fatiguant et l’enveloppe secrète risque d’être trop petite ou du moins pas assez grande.

  15. Moi, je n’utilise quotiennement que des logiciels libres ( à part xp) ou gratuits et ils sont exellents. The gimp, firstpage2006, antivir, mp3mymp3, filezilla ou encore open off, audacity et j’en passe sont largement supérieurs que beaucoup de logiciels payant ! (Et on me fera jamais utilisé photoshop meme en me donnant du fric !) Bayrou, il est un peu out mais, bon part rapport aux autres, c’est peut etre le moins pire, sur ce sujet en tout cas ?!

  16. j’aime le libre, mais suis sous windows… comme la grande majorité

    la différence entre la majorité et moi, l’envie de changer

    alors, je comprends tres bien la position de Bayrou. a bon entendeur…

  17. Je vous trouve très peu tolérant. Dans mon association, la moitié des salariés utilisent dans la mesure du possible les logiciels libres, on essaie de convaincre les autres mais parfois il y a des problèmes qui font que Word a encore sa place. Tout ceci en faisant beaucoup d’efforts de formation et de temps passé largement au delà des 35h pour arriver à éliminer Word et la suite.

    Je suis aussi défenseur de l’Espéranto, je cotise, je suis abonné aux revues et bien que je ne comprenne pas la langue je ne suis pas rejeté.

    Merci à Hervé Suaudeau pour son message

  18. Je ne suis pas d’accord avec le billet de Framablog. On peut utiliser du propriétaire en même temps que du libre. Le but de n’est pas de défendre uniquement ses propres valeurs mais celles du voisin parce qu’on veut du pluralisme. Personnellement, je suis sous Linux depuis deux ans, mais je continue à retoucher mes images sous Windows avec du propriétaire parce que je trouve que dans ce domaine n’ai pas trouvé aussi bien sous Linux.Donc linuxien parce que c’est bien, mais quand le propriétaire est bon je ne crache pas dessus.

  19. Je réponds rapidement aux critiques exprimées.

    Framasoft existe depuis exactement 5 ans. L’idée c’était justement de sensibiliser progressivement aux logiciels libres en attachant une attention toute particulière a ceux qui sont sous Windows.

    Nous aurions vraiment loupé notre coup si sur cette période nous étions apparus commes des "intégristes libristes".

    Je crois que nous sommes très conscients qu’en la matière c’est chacun son rythme parce que nous avons notre propre expérience, vos retours et vos témoignages (notamment sur nos forums qui ne sont pas connus pour être un repaire de personnes obtues et sectaires).

    Pour le reste il est évident que ce billet est sans nuances et sur le ton, un peu insupportable, du donneur de leçons. Mais nous sommes sur un blog et sur un blog on peut etre léger voire irrevérencieux (certains le font même à dessein pour susciter des réactions et commentaires).

    C’est le fait que nous soyons sur un blog, que Monsieur Bayrou soit une personnalite politique d’envergure nationale, ainsi que son expression "je fais comme tout le monde" qui ont motivé ce billet qui est à classer dans la catégorie "billet d’humeur".

  20. @aka : Pourtant, le traitement du billet sur Ségolène Royal, dont l’attitude face au libre est bien plus sujet à controverse, était très positif, pour ne pas dire favorable.

    En France, le libre est associé à un courant politique, et un seul, et c’est bien dommage.

    Les valeurs du libre sont pourtant -encore selon moi- à bien des lieues des valeurs des partis "traditionnels" français, à savoir de l’attachement aux notions de centralisation des décisions en matière culturelle et technologique au niveau d’une structure unique, qui est l’Etat.

    Le libre, c’est l’expérimentation de la démocratie participative et directe, sans structures de pouvoir. C’est justement l’occasion d’amener une nouvelle réflexion sur le fonctionnement de la société expérimentée par le fonctionnement du Libre, et malheureusement on en revient toujours et encore au monopole des partis sur les idées, et au monopole de l’Etat sur les décisions.

  21. Est ce si étonnant que cela ? Il a été ministre de l’éducation nationale et qu’a t il fait à l’époque ? Il est député européen me semble t il ? Vous croyez que les politiques sont en campagne en ce moment ? Vous croyez qu’ils cherchent à séduire pour être élus ou à exprimer LEURS idées ou les idées qu’ont leur souffle parce que ça leur rapporte des voix et créer une illusion de différence avec leur concurent ? Vous croyez au père noël ?

  22. Les promesses n’engagent que ceux qui les croient pas ceux qui les pensent.

  23. MrPiment

    Juste en réponse au commentaire concernant son travail en tant que ministre de l’éducation nationale, il y réponds (dans la même interview) : http://www.dailymotion.com/politics

    Très instructif…

    Pour répondre à l’auteur : De nombreux défenseur du libre utilisent des logiciels propriétaires, sont-ils aussi dans une logique de "politiquement correct" ?

  24. J’utilise assez souvent du logiciel libre et Open Office…Gimp..etc..mais je suis toujours sous Xp, je ne jetterai donc pas la pierre à Bayrou, il a le mérite de connaitre, de savoir ce dont il parle, et de le défendre, à défaut de le pratiquer lui même, ne soyons pas fanatique pour prendre en grippe une personne qui est l’un des rares politique à connaitre le sujet et a avoir pris des positions clairs sur DADVSI. Ne soyons pas des intégristes du libres…

  25. Youkeo a dit :

    "En France, le libre est associé à un courant politique, et un seul, et c’est bien dommage."

    –> Je ne suis pas d’accord : on présente un(e) ou deux présidentiables PS comme défenseurs du libres mais il y a au moins autant de députés UMP qui le sont aussi (cf. ceux qui avaient demandé à pouvoir choisir leur OS à l’Assemblé Nationnale, et l’avaient obtenu je crois), et puis Bayrou UDF.

    Donc ça fait 3 partis politiques ^^

    Après j’ai peut-être pas compris ce que tu voulais dire :S

  26. PS : ah non je viens de relire et effectivement j’ai dû mal comprendre.

    Tu voulais dire qu’il y a plusieurs courants libres (logiciels, audio, vidéos, etc…) ?

  27. RE-PS : je voudrais faire un mea-culpa : j’ai longtemps dit que le libre c’était super avant de réussir à passer vraiment à Linux (ou même The GIMP) :/

    Donc j’en suis désolé et puis j’avoues que finalement, Bayrou, il a peut-être juste besoin d’aide, et il ne la trouve pas (et aussi de temps qu’il ne trouve pas non plus).

  28. Invitons M. Bayrou à s’inscrire sur les forums de Framasoft… ;-) On va lui expliquer comment faire…

  29. @Eric

    c’est pas tant le "comment faire", c’est surtout "le temps pour le faire"… Sans rire, je prefere le voir reflechir a la politique qu’a installer une ubuntu (non, ce n’est pas si easy, tout dépend du matériel que l’on a, il n’y a qu’a voir la quantité de questions sur les forums (notamment sur le hardware)…)

  30. deuterium360

    Pourquoi n’a-t-il pas dit que, travaillant sous linux, il a rebooté sous win pour jour à WoW ??? :-°

  31. deuterium360 > pas con :p

  32. Alix Cazenave

    Je rejoins ceux qui plaident la tolérance vis-à-vis de François Bayrou. En effet, j’imagine bien qu’il n’a pas beaucoup de temps à consacrer à une migration (préparation, déploiement, transition, puis suppression du dual-boot).

    Àmha, c’est le seul présidentiable qui a pris réellement position pendant le DADVSI, ce qui lui donne de toute manière une longueur d’avance par rapport à ceux qui n’ont rien fait et ont parlé après (ou n’ont même rien dit du tout). Maintenant, j’attends qu’il transforme l’essai en mettant les libertés numériques au programme présidentiel de l’UDF.

    @ didi : F. Bayrou est député de la nation, pas député européen ; il est de plus président de l’UDF, et effectivement candidat à la présidentielle. C’est pourquoi son engagement politique en faveur du libre est infiniment plus important que ce qu’il y a dans sa machine.

  33. antistress

    Si on pouvait trouver des portables Linux à tous les coins de rue, j’aime à croire que Bayrou en serait équipé ?

  34. L’intégrisme sous toutes ses formes est une mort de l’intelligence.

  35. Faites la morale… faites la morale… il en restera toujours quelque chose !

  36. @ Bastien : Mieux vaut tard que jamais ;-)

  37. @yann : Mieux vaut tar que gz.

    Poussez pas, je ?[].