Wikitravel : Partir à Chicago ou Singapour avec son guide de voyage libre

Classé dans : Libres Cultures | 2

Screenshot - Wikitravel site

Wikitravel vous connaissez ? Pour la faire vite c’est comme Wikipédia mais pour le voyage. Ce qui donne « Wikitravel est un projet de guide touristique dont le contenu est libre et rédigé de manière collaborative sur le Web au moyen d’un wiki ». Ce projet est indépendant de Wikipédia (ne serait-ce que parce que la licence libre est différente[1]).

Je ne connais pas bien ce site pour tout vous avouer. Tout comme je ne sais pas si la version francophone est dynamique et active. Il n’en demeure pas moins que deux premiers livres ont été récemment édités par Wikitravel Press à partir du contenu de Wikitravel anglophone : Singapour et Chicago. On les trouvera en vente sur Lulu.com.

Pour nous qui tentons « le pari du livre libre » avec notre petit projet Framabook, ça fait bien plaisir de voir des livres collaboratifs sortir sous licence Creative Commons By-Sa. Outre le voyageur solitaire (et souvent loin de son foyer), l’absence de clause commerciale ou de clause de non modification permet ainsi aux offices de tourisme locaux, aux hotels, aux programmes d’échange étudiant, aux agences de voyage… d’avoir ainsi à disposition un contenu dont ils peuvent disposer librement.

Après il faut voir dans le détail ce contenu. Voir ce que cela apporte de plus ou de moins que le Guide du Bobo Routard ou le Lonely Planet par exemple. Voir aussi comment on peut être collaboratif et faire le choix objectif de tel ou tel restaurant ou hotel. Voir également si cela véhicule consciemment ou non la culture, les modes de consommation, et les clichés des sociétés occidentales dont le voyage de masse de ces trente dernières années n’a pas été sans conséquence sur l’écosystème des pays et sites visités… Mais ce n’est pas mon propos ici ;-)

Un autre bémol c’est que le site Wikitravel n’est plus une association depuis avril 2006. Il a en effet été racheté par la société Internet Brands. Et cette évolution a été décidée par les fondateurs de Wikitravel et non par la communauté des contributeurs. Je vous laisse imaginer l’ambiance si pareille (més)aventure arrivait à Wikipédia ! Bien sûr le contenu demeure libre car protégé par la licence mais certains contributeurs peuvent néanmoins se sentir alors légitimement floués. Ceci dit, et je n’ai aucune information à ce sujet, c’est peut-être grâce à la société, ses moyens et ses structures que ces deux guides ont pu voir le jour.

Toujours est-il qu’avec le voyage, on se retrouve avec un nouveau champ exploratoire de cette culture libre qui n’en finit pas d’essaimer.

Notes

[1] Contrairement à Wikipédia et sa licence GFDL, la licence adoptée par Wikitravel est la licence Creative Commons By-Sa. Ils s’en expliquent sur leur site. Vous découvrirez alors peut-être pourquoi la GFDL a ses contraintes et pourquoi la récente annonce d’une compatibilité entre les deux licences est une excellente nouvelle.

2 Réponses

  1. Une CC BY-SA à la place d’une GFDL : ou comment remplacer une contrainte par une autre contrainte tout aussi forte…
    La justification est en effet un peu spécieuse aux entournures.

    Wikitravel explique :
    «Le plus gros défaut de l’utilisation de la GFDL est que le contenu sous licence GFDL –comme les articles de Wikipédia — ne peut pas être inclu dans des articles de Wikitravel. Cela est dû à une restriction de la GFDL — vous n’êtes pas autorisé à changer la licence à moins que vous ne soyez le détenteur du copyright original. Cela peut être pénible pour les contributeurs, mais nous sommes persuadés que notre licence simplifie l’utilisation et la diffusion des articles.»

    Pas sûr que ça simplifie vu que c’est également vrai en sens inverse avec l’utilisation de la clause -SA (partage à l’identique) dans la licence retenue par Wikitravel. Impossible de réutiliser leur contenu sans garder la CC BY-SA. Dur dur pour (je cite) les offices de tourisme locaux, les hôtels ou les gîtes, professeurs, programmes d’échange étudiant, organisateurs de voyages…

    D’autant qu’ils en sont conscients, vu qu’ils rajoutent ensuite :
    «Même si nous ne pouvons pas inclure de contenu sous GFDL dans Wikitravel, les autres projets libres peuvent utiliser le contenu de Wikitravel.»
    Il aurait fallu préciser : «autres projets libres sous CC BY-SA.»
    Autres projets libres (et non libres) s’abstenir.

    Ils proposent pour finir d’utiliser une double licence GFDL/CC BY-SA (ou autre, avec au minimum une CC BY-SA), mais sans l’imposer pour tous les articles. C’est dommage, ça aurait pu être un début de solution.
    Une autre, sachant la cible visée, aurait été d’utiliser au moins une licence sans copyleft…

  2. Au dela du guide de voyage , les libristes ont une chance suplémentaire de faire de beaux voyages avec un guide touristique en chair et en os ! A travers leur communauté , ( ou la communauté Open Source ) , on peut se rendre de petits service à travers le pays ou à travers le monde !
    Ainsi, quand je me pose pour un salon, j’ai la chance d’être hebergé par un autre libriste de ma communauté , ou alors de découvrir la ville tout en parlant de ma passion ! Les libristes sont des gens passionnés de faire découvrir leur passion mais aussi souvent leur région ! Mes contacts de libriste à travers le monde sont nombreux et je n’hésite jamais à rendre un service à des contacts que je commence à bien connaître au rythme des salons ou des mailing listes !!

    Que ce soit au CAnada, aux U.S., au Japon ou en France , ce milieu associatif est un espace de confiance extraordinaire sans arrières pensées pécunières !! Plus vous serez actifs dans ce milieu associatif et plus vous allongez votre carnet d’adresses à travers le monde !