Quand l’étudiant hongrois se trompe de cible ?

Classé dans : Éducation, Libr'en Vrac | 9

La vidéo fait sourire et est certainement promise à une belle carrière sur YouTube.

Lors d’une récente conférence à Budapest, Steve Ballmer le PDG de Microsoft planqué derrière sa tribune pour échapper aux œufs lancés (mollement) par un étudiant en colère (tee-shirt « Microsoft = Corruption » dans le dos) qui exhorte Microsoft à rendre l’argent qu’il aurait volé aux hongrois en passant, si j’ai bien compris, des accords avec les universités du pays.

Au delà de l’anecdote médiatique (qui nous rappelle celle de l’étudiant chinois), je crois que ce genre de manifestations (aussi dérisoires et pathétiques soient-elles) témoignent de l’irritation croissante des étudiants vis-à-vis de la société de Redmond dont ils comprennent petit à petit que non seulement ils peuvent s’en passer mais qu’utiliser des alternatives libres est bien plus en phase avec la culture et l’éthique des valeurs éducatives.

Dans ce contexte, lorsque leurs administrations signent des accords avec Microsoft, l’argument « c’est pour le bien de nos étudiants » (et accessoirement de notre budget) a de plus en plus de mal à passer. Ce qui me fait dire qu’en toute logique il vaudrait mieux réserver les œufs aux directeurs des institutions publiques éducatives qui entérinent ces accords (puisque Microsoft ne fait que son boulot après tout).

Quant à la situation en France autour du même sujet, si on prenait la peine de la regarder d’un peu plus près, peut-être porterait-elle Monsieur Darcos à rendre plus souvent visite à son teinturier.

9 Réponses

  1. Malade_mental

    C’est triste de voir qu’il est seul! Il est sur que si ce guignol encravaté venait dans mon IUT, ce n’est pas des oeufs qu’il aurait reçu, nous l’aurions gentillement reconduit a la sortie avec assez d’insultes pour remplir une encyclopédie!

  2. Antoine

    Je dois dire, que je suis de l’avis de Malade_mental (#1), mais avec le recul et la lecture de l’article d’aKa, je pense que ce dernier a le meilleur avis sur le sujet.

    Après tout, Microsoft ne fait que jouer son rôle, faire du profit en vendant son logiciel (si logiciel est le terme plus adéquate).

    Même si la récente magouille avec l’ISO laisserai penser que microsoft n’est pas si propre, je pense que c’est plus à l’administration d’agir en conséquence de la fermeture des logiciels utilisé (passer à des logiciels libres) qu’à Microsoft d’arrêter son commerce.

  3. Malade_mental

    @ #2 :

    "Après tout, Microsoft ne fait que jouer son rôle, faire du profit en vendant son logiciel (si logiciel est le terme plus adéquate)."

    Pour moi, la est tout le problème, même si la capitalisme du monde d’aujourd’hui force les entreprises a faire ca, je pense qu’un minimum d’éthique, surtout dans le marché du logiciel, doit être respectée. Microsoft est une entreprise de truands qui ne pensent justement qu’au profit, cela fait des années qu’ils violent les lois les plus basiques en matière de logiciels, et il n’y font même plus attention, leurs bénéfices leurs permettent de dépasser ces lois! (comme bien des entreprises qui jouent avec le traité de kyoto, et se permettent de polluer car ce n’est pas cher d’acheter des quotas, je sais pas si vous saisissez la comparaison, mais on va dire que microsoft achète les tribunaux comme les entreprises polluantes achètent la pollution, car c’est rentable pour eux).
    Il est difficile de gagner a un jeu quand on joue contre celui qui l’a inventé…

  4. Loin de moi la théorie du complot mais je ne suis pas certain que Microsoft ne fasse QUE jouer son rôle.

    Il est très claire que les politiques ont une responsabilité très importante dans l’invasion des produits Microsoft dans l’enseignement (voir les propos délirants de Mr De Robien lorsqu’il était ministre de l’éducation).

    Mais comment des gens aussi censés, aussi économistes, aussi responsables peuvent-ils dépenser de telles sommes dans des produits marchands alors que des alternatives moins onéreuses existent et que ces alternatives favorisent le développement économique local ? Comment, quand on est responsable politique, préférer donner de l’argent à une entreprise américaine, qui n’investit pratiquement pas dans son pays et ne crée que peu de valeur ajoutée localement, à irriguer le tissus des entreprises locales qui créent des emplois de proximité pour un coût inférieur ?

    J’ai des doutes… L’idéologie antlantiste ou capitaliste n’explique pas tout. Pour que des politiques soutiennent le monopôle de Microsoft dans les écoles, il faut qu’ils en tirent un intérêt.

    Dans un autre domaine : Comment expliquer le changement de cap de notre ministre de la consommation Luc Chatel qui après s’être battu contre la vente liée dans l’informatique quand il n’était que député explique maintenant que la concurrence n’est plus faussée et qu’il n’y a pas lieu de faire quoique ce soit contre ces agissements pourtant illégaux ?

    Microsoft doit avoir des arguments vraiment très persuasifs. Et ces arguments ne peuvent que dépasser le simple cadre de la libre concurrence.

    @+

    Nicolas

    PS : Très heureux d’avoir découvert ce blog intelligent.

  5. J’oubliais ! Un éclairage très intéressant sur le système Microsoft et le rôle des politiques :
    http://softwarelibero.it/files/Le_r

    Lire plus précisément à partir de la page 24 sur le cas français. C’est tout simplement édifiant.

  6. Je rejoins tout le monde sur la polémique "Microsoft joue son rôle …" à voir ce qui c’est passé avec Open XML et le revirement de certains états et administrations, je ne pense pas que M$ se contente de présenter son catalogue avec moulte argumentaires mais plutôt son gros chéquier.

  7. freefly

    J’aimerais rappeller à tous malgré l’animiosité ambiante envers Microsoft que le capitalisme possède des vertues indéniables et que le rôle des politiques est d’encadrer celui ci pour éviter toute déviance.

    La commission européenne "joue son rôle" lorsqu’elle contraint Microsoft à payer les amendes pour monopole et Microsoft "joue son rôle" en tentant de rénumérer ses actionnaires en utilisant le lobbying pour conserver ses parts de marché.

    L’objet d’une société reste de rénumérer ses propriétaires, Microsoft "joue donc son rôle" en tentant de maximiser la richesse de ses actionnaires.
    Mais les actionnaires ne sont pas des moutons, il suffit de voir l’accueil de la tentative de S. Balmer d’acquérir Yahoo! réservé par ses propres actionnaires. En 5 jours Microsoft à perdu 1,1 milliards de $. En résumé, les actionnaires contrôlent le management en sanctionnant les mauvaises décisions.

    De leur côté les états font appliquer les lois anti trust pour éviter les situations de monopoles.

    Ma conclusion personnelle serait de voir le lobbying comme une chose positive. Le libre devra de toute façon utiliser ces armes pour faire revenir les politiques du côté " " de la force…

  8. Galimatias

    Autrefois, dans les années 80, un DSI qui signait pour un Sperry Univac ou un Burrought ou d’autres constructeurs informatique pour un budget de 40% moins cher et une capacité de 30 à 40% en plus de puissante qu’IBM prenait le risque d’être désavoué par leur patron et parfois d’être blacklisté !
    En d’autres termes acheter plus cher pour une moindre capacité donnait l’assurance de garder son poste et de progresser !
    Voilà peut être pourquoi certains signent des contrats avec Microsoft …

  9. sbruck

    ça fait très vidéo à 2 balles propagante Microsoft, pour qu’on parle d’eux.. Avec des acteurs au rabais.
    Un peu à la manière de la vidéo mettant en scène le départ de Bill Gates.
    D’ailleurs on peut voir les gros sourires de tous, pour ce beau show Ballmer..
    http://www.infos-du-net.com/image/S

    Sinon pour la vf, il y en a une ici:
    http://www.59hardware.net/Actualite

    En ce qui concerne openxml, l’afrique du sud ayant porté réclamation, cela suffirai pour invalider le processus de normalisation iso. (qui n’était d’ailleurs pas totalement abouti)