Quand le logiciel libre et Wikipédia donnent de l’espoir à François Bayrou

Classé dans : Libres Cultures | 10

François Bayrou n’est pas totalement inconnu sur le Framablog. Nous l’avions ainsi gentiment taquiné à propos d’un syndrome qui porte désormais son nom et que nous connaissons assez bien pour en être parfois atteints, à savoir faire la promotion du logiciel libre tout en restant sur du logiciel propriétaire, parce que pas encore le temps, parce que difficile de rompre avec ses habitudes, etc.

Mais nous l’avions surtout apprécié lors de son intervention aux RMLL 2006 de Nancy où il nous exposait sa « vision des deux mondes » (marchand vs non marchand).

Il récidive ici au cours de l’émission de France Info Parlons Net  ! du 27 février dernier, en se faisant, au passage et malgré lui, le défenseur d’un Wikipédia critiqué (sans grande imagination) par les journalistes de l’assistance.

—> La vidéo au format webm

Morceaux choisis  :

Pourquoi est-ce que je suis intéressé par l’univers des logiciels libres  ? Pourquoi est-ce que je suis intéressé par l’univers wiki  ? Parce que ce sont des modèles de société non marchands. Ça ne veut pas dire qu’il n’y a pas des gens qui à partir du logiciel libre ne font pas du marchand, ne créent pas des activités économiques, mais Wikipédia, pour prendre un exemple, c’est tout de même impressionnant qu’il y ait une encyclopédie de centaines de milliers de pages sur tout sujet, sans que personne n’ait été là pour des raisons marchandes.

(…)

Mais pour l’essentiel, ne prenez le petit défaut ou la petite faille, prenez le fait massif. Il y a là une encyclopédie, free, libre d’accès, à disposition de tout le monde, qui a été développée par des esprits généreux qui ont simplement voulu faire partager à d’autres ce qu’ils savaient. Vous ne trouvez pas que c’est intéressant. Vous ne trouvez pas que c’est intéressant que on ait des logiciels, des systèmes d’exploitation, qui soient constamment enrichis, bénévolement ou gratuitement. Et donc pour moi il y a là un projet de société qui est intéressant au moins à regarder et à réfléchir parce qu’il veut dire que la loi du profit ne commande pas tout. Qu’elle n’est pas totalement absente, on n’est pas naïf, bien sûr que les raisons économiques sont à prendre en compte. Mais elles ne doivent pas prendre la place de toutes les autres raisons de vivre  : raison de chercher, raison d’enseigner, raison de transmettre, raison de s’élever, raison de créer, etc.

(…)

C’est important pour beaucoup de ceux qui vous écoutent sur le Net en particulier. Il y a là quelque chose qui donne de l’espoir dans la nature humaine. Alors comme tout, pas que de l’espoir. Mais il y a là quelque chose qui permet d’avoir une autre vision de l’avenir de l’humanité que cet avenir écrasé qu’on nous promet par ailleurs. Parce que si vraiment, ce que je crains, on est en train en France de mettre en place un réseau d’influence et de pouvoir sur des secteurs entiers de la société, où est la capacité de résistance  ? Si vous êtes un citoyen moyen, un jeune garçon, une jeune fille  ? Qu’est-ce que vous pouvez faire  ? Vous défilez une fois, et après il n’y a plus de défilés comme vous le savez. Bon et bien il y a là, dans cette culture civique, quelque chose qui donne de l’espoir, qui en tout cas à moi me donne de l’espoir.

Ce n’est pas pour polémiquer mais, en ces temps troubles d’Hadopi, lorsque l’on entend ce type de discours, lorsque l’on relit le rapport Rocard commandé par Ségolène Royal, ou plus généralement lorsque l’on se remémore les réponses apportées par les candidats 2007 au questionnaire de l’April, on se dit que, dans le domaine précis qui nous préoccupe ici, on n’a pas forcément hérité du meilleur des présidents possibles…

10 Réponses

  1. Ah c’est sûr que ça fait plaisir ce genre de discours. Au moins n’a-t-il pas retourné sa veste depuis 2-3 ans, et peut-il défendre son propos devant un parterre plutôt dubitatif.

    « Vous avez un problème avec la modernité. De toutes façons, ça vient la modernité… »
    Si Monsieur Nicolas S. pouvait l’entendre, ne serait-ce que d’une oreille…

    Bon, ceci étant :
    « Parce que si vraiment, ce que je crains, on est en train en France de mettre en place un réseau d’influence et de pouvoir sur des secteurs entiers de la société, où est la capacité de résistance ? »
    Phrase prononcée donc le 27 février ? Où est-elle justement cette résistance M. Bayrou ? Nous ne vous entendons pas beaucoup au sujet du projet de loi « Création & Internet ». Il est temps de prendre la parole, les électeurs vous attendent. Vous en avez la possibilité, Monsieur le député des Pyrénées-Atlantiques. Faîtes donc bouger les choses !

  2. Laurent

    Quand il parle comme ça, on dirait presque qu’il est socialiste.
    Mais ce genre de discours dans la bouche du leader du parti de Valéry Giscard d’Estaing, je me demande si c’est toujours aussi crédible: ces derniers temps, on ne l’entend pas beaucoup s’indigner contre les lois liberticides du gouvernement Sarkozy-Fillon.
    Le pays à besoin de quelqu’un qui prennent clairement ses distances par rapport au pouvoir en place.

  3. "Il y a là quelque chose qui donne de l’espoir dans la nature humaine."
    C’est beau, et c’est vrai.

    Après sur le logiciel libre il s’emballe un peu, on ne vit pas non plus d’air pur et d’eau fraiche, on est souvent au cœur des questions économique dans le logiciel libre.
    Mais c’est vrai que c’est un milieu bien plus sein que l’environnement entrepreneurial capitaliste classique.

  4. @ Laurent : Évidement qu’on a besoin de quelqu’un qui prenne ses distances, mais pourquoi forcément un leader politique ? La Quadrature, par exemple, s’est bien manifesté contre HADOPI. Et ce n’était que cinq gus dans un garage… au début en tous les cas, puisque depuis le site de propagande du gouvernement concernant la loi HADOPI a été victime d’un nombre croissant d’attaque. Et je ne pense pas que ce soit dû à la Quadrature. En tous cas, pas directement.

    Concernant le sujet du post : Il ne faut guère s’attendre à autre chose de la part des journalistes et des enseignants de la haute, vous vous rendez compte ? Mettre l’information à porter de main et cela sans payer un abonnement ou une inscription en fac ? Ces gens sont restés bloqués au XIXème siècle en s’imaginant que l’information est toujours quelque chose d’élitiste. Ils ne comprennent pas le cycle qui se passe et qui remet en cause leur propre existence : le fait que l’intelligence va remplacer le savoir. J’ai rédigé un article à ce sujet sur mon blog, et je m’interroge depuis un moment sur le fait de le proposer au Framablog, mais je ne sais pas trop comment on s’y prend. Et surtout si c’est quelque chose d’adapté puisque j’essaie d’apporter une analyse du mouvement qui est en marche et d’approfondir ses conséquences…

    @ aKa : Cela pourrait il vous intéresser comme article ?

  5. @Mysanthropian : A priori oui ça pourrait intéresser. Nous sommes toujours preneurs des contributions des lecteurs 😉

    Juste une petite remarque pour prendre garde à ne pas jeter le bébé avec l’eau du bain. Les structures actuellement ont leurs défauts mais elles sont le fruit d’un long processus historique. Et pour ce qui concerne les journalistes, le jour où l’on ne trouvera plus notre Libération, Le Monde, Figaro, l’Humanité (ou tout ce que vous voulez) en kiosque, ça nous fera quand même bizarre non ?!

  6. npa ou pas

    Et Besancenot, il dit quoi sur tout ça ? Vous avez des références ???

  7. Damien

    On n’entends pas beaucoup Bayrou… Quelques recherches sur Internet et vous pourrez voir qu’il est très réactif le bonhomme. Ne pas oublier aussi qu’à l’Assemblée Nationale, Bayrou n’est membre d’aucun groupe parlementaire. De fait, son temps de parole dans l’hémicycle est dérisoire (pour ne pas dire inexistant !). De même pour les médias traditionnels, dans lesquels il semble être plus ou moins boycotté, sans doute à cause de ses déclarations sur leur indépendance et objectivité durant sa campagne de 2007…

    Cela dit, ca fait du bien de voir qu’un homme politique présidentiable tient ce genre de discours. Ca nous change de celles et ceux qui promeut un système fermé à bout de souffle qui vit sous perfusion (car Hadopi n’est que cela : une perfusion pour des industries dont la "réactivité virtuelle" est inexistante. un comble quand on sait que même l’artisan du coin est plus réactif avec quelques centaines de millions d’euros en moins…

  8. bonjour juste un petit mot pour indiquer que le MoDem n’est pas un mouvement bonapartiste qui attends tout de son leader, mais selon l’article 1 de sa charte éthique "un mouvement de citoyens engagés" qui pour nombreux sont parties prenantes dans la défense du logiciel libre comme outil de lutte contre la tyrannie d’un seul M$ et surtout expérience grandeur réelle du "vouloir vivre-ensemble" que tout démocrate doit avoir à coeur de défendre

    donc HADOPI y inspire des réflexions http://modemmvtcivique.lesdemocrate

  9. Je crois que personne n’a relevé celà, mais le journaliste tiens quand même des propos assez inquiètant.
    Je cite, «Le savoir peut venir du bas»…
    Pour ma part je trouve qu’il s’agit d’une bêtise monumentale, Wikipédia n’atteint certes pas un niveau de très haute spécialisation, mais dans de nombreux domaines (en particulier les maths et la physique que je connais assez bien) les articles ne sont pas fait par des amateurs…
    Je ne sais pas qui ets ce journaliste incompétent, mais au lieu d’allez s’astiquer la nouille en lisant les articles des copains ou en cherchant des questions pièges pour les politiques, il ferait mieux d’étoffer sa culture personnel.
    Ce n’est pas parce que l’origine de Wikipédia est diffuse qu’elle vient du bas.

    PS: Au temps pour moi, au sens sarkozyste, salaire<10k€/mois => France d’en bas.

  10. @Damien :

    F. Bayrou s’est finalement exprimé à propos d’Hadopi : « Je ne la voterai pas. »
    Attention les yeux, ça c’est de l’engagement ! À lire ici :
    http://www.numerama.com/magazine/12