Framakey et Ubuntu sont dans une clé USB

Classé dans : Framasoft | 32

USB PenguinIl y a de cela 2 mois, j’évoquais les perspectives 2009 du projet Framakey et notamment le projet de mise en oeuvre d’une clé bootable avec un système GNU/Linux dessus. Ce projet – nom de code FramaGNU[1] – dont la sortie officielle est prévue pour les incontournables Rencontres Mondiales du Logiciel Libre (juillet), a suivi un parcours un peu particulier ces derniers mois.

Rappelons que, dans les grandes lignes, ce projet vise à produire une application à destination de l’utilisateur final (Tata Jeannine) souhaitant créer une clé USB contenant non seulement la Framakey, mais aussi un système GNU/Linux bootable avec « disque persistant ».

Ce dernier point est important, car cela permet de mettre à jour le système ou les applications sur la clé (par exemple, si vous installez un nouveau logiciel depuis cette « Live USB », vous le retrouverez au prochain démarrage). Cela différencie FramaGNU du projet UnetBootIn par exemple, qui ne propose pas la création de disque persistant (et dont l’interface est loin d’être « end-user »).

Il existe depuis plusieurs mois un outil intégré à Ubuntu permettant de réaliser une telle clé. Malheureusement, cet outil n’est accessible que depuis Ubuntu, ce qui est un frein pour les utilisateurs qui ne sont pas vraiment à l’aise avec l’informatique : il faut télécharger l’image disque (fichier .iso) d’Ubuntu (« Pourquoi on me propose Ubuntu ou Kubuntu ? c’est quoi le 64bits ? » etc), la graver (qui n’a jamais entendu la phrase « j’ai bien gravé mon fichier .iso sur mon CD, mais je n’arrive pas à l’ouvrir ! » ?), lancer le CD (avec la difficulté de devoir potentiellement modifier la séquence de boot), pour enfin créer la clef USB et redémarrer dessus. Un peu compliqué pour Tata Jeannine, non ?

Le mois de mars ayant été essentiellement consacré aux développement des WebApps, c’est à dire d’applications web portables comme PortableDrupal ou PortableWordpress, le projet FramaGNU était un peu resté de côté.

Devant quitter mon fief lyonnais pour y rencontrer l’équipe Ubuntu-FR au salon Solutions Linux début avril, je me penchais à nouveau sur le projet afin de voir s’il était possible de développer rapidement quelque chose prouvant qu’il était techniquement possible de créer un Live USB Ubuntu avec disque persistant sans quitter Windows. C’est d’ailleurs ce que propose le projet Fedora Live USB Creator, dont je me suis largement inspiré.

Après 3 jours, une nuit, et une compilation dans le train pour Paris, j’ai donc publié la première version alpha de la FramaGNU. La démo a eu son petit succès sur le salon. Mais le jour même, on m’a fait la remarque « Tiens, ton truc, ça me rappelle uSbuntu. ».

Et là, c’est le drame du développeur ! Autant j’avais cherché à voir comment raccrocher les wagons avec Fedora Live USB Creator (en Python, mais avec une structure peu adaptée au projet) ou UnetBootin (en C++, que je ne maitrise malheureusement pas), autant mes recherches de projets similaires ne m’avaient pas orientées vers le projet uSbuntu. Bref, je venais de passer 4 jours à réinventer la roue sans le savoir…

Sur le site web d’uSbuntu, on peut lire :
uSbuntu Live Creator est un logiciel gratuit pour Windows qui permet de créer une clé USB bootable avec Ubuntu 8.10 ou 9.04 dessus. Ce logiciel offre aussi une option inédite de virtualisation permettant de lancer Ubuntu directement dans windows et cela sans configuration ni installation.

En plus de proposer une interface Playskool-like bien moins geek que la mienne, ce bougre de projet existe depuis plusieurs mois (donc il est potentiellement plus stable), et propose d’intégrer une machine virtuelle portable (permettant de faire tourner Ubuntu dans une fenêtre Windows, sans rebooter, et sans trop de pertes de performances).

D’abord, une petite vidéo de la simplicité d’uSbuntu :

—> La vidéo au format webm

Ensuite, une vidéo d’Ubuntu dans la machine virtuelle portable :

—> La vidéo au format webm

Je me raccrochais alors à l’idée que je n’avais pas perdu mon temps, puisque uSbuntu n’était pas sous licence libre (CC by-nc-nd, là ou FramaGNU était sous licence GPL), qu’il ne proposait de créer que des versions Live d’Ubuntu (alors que je prévoyais le choix de l’OS : Ubuntu, Fedora, Mandriva, etc) et surtout que les clauses Creatives Commons ne me permettraient pas d’y greffer le téléchargement optionnel de la Framakey (ce qui est quand même mon objectif de départ).

Mais quand même, quelle frustration de devoir refaire un logiciel alors que celui d’à côté fait quasiment la même chose en mieux ! Je sais qu’il y en a qui trouvent cela distrayant, mais ce n’est pas vraiment mon cas : si je développe un logiciel libre, c’est pour répondre à un besoin non satisfait, pas pour me faire plaisir (d’où le fait que je sois un mauvais développeur, d’ailleurs).

A la lecture des commentaires sur son blog, le développeur – un jeune français – me parut malgré tout sympathique (comme quoi je ne suis pas rancunier !). Je me décidais donc à lui envoyer un message sur le forum d’Ubuntu-FR lui demandant, en gros, s’il serait d’accord pour libérer son logiciel. Après quelques échanges par email sur les implications, le choix de licence, et autres détails, sa réponse fut positive !

Je tiens donc ici à remercier Slym, le développeur d’uSbuntu, car je sais que la première libération d’un logiciel ne se fait jamais sans crainte (après, la question ne se pose plus tellement cela paraît naturel). Il fait ici preuve de courage (et à mon avis de bon sens), et j’espère sincèrement qu’uSbuntu, dont la prochaine version (1.6) sera sous GPL v3 prendra une toute autre ampleur. En tout cas, en ce qui me concerne, je suis tout à fait prêt à travailler sur ce projet et à lui apporter des fonctionnalités supplémentaires (multi-distributions, optionnalité de la Framakey, promotion sur Framasoft et Framakey, etc).

Dans les semaines qui viennent, vous verrez donc apparaître de nouvelles versions d’uSbuntu (renommé LInux LIve Creator pour l’occasion) avec des améliorations et développements communautaires.

Quelles leçons pouvons nous tirer de cette histoire ?

Première leçon : il est souvent reproché aux logiciels libres d’être « redondants », que cela soit avec des logiciels propriétaires, et souvent même avec d’autres logiciels libres (combien existe-t-il de CMS libres ?). Il est parfois difficile de faire comprendre qu’il n’est tout simplement pas souhaitable – ni conforme à l’esprit du libre – de rallier toutes les forces derrière un même produit. L’une des forces du libre est dans sa remise en cause permanente vis à vis de l’écosystème qui l’entoure qui, couplé à la transparence et au partage du code source, pousse nécessairement le logiciel à répondre de façon plus efficace au besoin d’un public. A contrario, il est parfois plus efficace de voir comment intégrer un projet existant pour y apporter sa pierre, plutôt que de réinventer la roue dans son coin (d’où mon « abandon » de FramaGNU). Tout est question d’équilibre.

Seconde leçon : ne jamais, jamais, hésiter à contacter un développeur de logiciel (ou tout autre type de ressources) propriétaire afin de lui demander s’il a envisagé de passer son contenu sous licence libre. Plus nous serons nombreux à effectuer cette démarche, plus nous pourrons expliquer, apaiser les craintes, proposer des solutions (juridiques, techniques, organisationnelles, etc.). Bien entendu, beaucoup (la plupart ?) refuseront, mais beaucoup accepteront. Peut être parce qu’ils avaient des idées reçues sur le libre, peut être parce qu’ils en méconnaissent les mécanismes, mais plus probablement parce que, tel la plupart des musiciens et artistes, le développeur de logiciel souhaite avoir face à lui des utilisateurs reconnaissants, satisfaits, et prêts à partager de l’enthousiasme et de l’énergie. Bref, des utilisateurs impliqués.

Notes

[1] Oui, bon, c’est un nom de code, quoi…

Pierre-Yves Gosset est le délégué général de l'association depuis 2008. Tel un contrôleur aérien, il coordonne les différents projets de l'association en s'assurant que les avions décollent et atterrissent (à peu près) à l'heure.

32 Réponses

  1. meiko

    merci pour tout, j’attend de voir ce quand pense Tata Jeannine …
    bravo encore

  2. Nico

    Je me réjouis de tester LInux LIve Creator qui si il integre FramaKey remplacera probablement ma FramaKey actuel :-)

    Merci pour vos solutions !

  3. mikedafunk

    Bonjour,

    Si avec ça, je n’installe pas de linux sur ma clé usb 8 Go, je serai irrécupérable 😉
    Promis, je me motive…

    Je crois qu’il y a un petit problème de lien sous les vidéos. Elles pointent vers le même fichier.
    Bonne journée !

  4. Je vois que ce logiciel est visiblement bien plus abouti que le créateur live usb intégré à ubuntu.

    Notamment sur le choix ou non de "cacher" les fichiers créés sur la clé usb en mode persistant.

    J’espère qu’une fois ce logiciel en GPL, d’autres projets verront le jour sur linux pour créer facilement des clés usb bootables ou virtualisables de toute distribution.

    A bientôt 😉

  5. Bien belle histoire que voilà ! C’est vrai que beaucoup (je sais de quoi je parle) de développeurs répondront par la négative (si déjà ils répondent), souvent par manque de temps ou méconnaissance, certains aussi en toute connaissance de cause, mais que cela ne nous décourage pas !

    J’en profite, si certains se sentent l’âme évangélisatrice, qu’ils n’hésitent pas à nous contacter (il devrait y avoir tout ce qu’il faut sur le site de Veni, Vidi, Libri). Après tout, c’est bien l’objet de notre asso que de libérer les ressources non libres !

    Au fait, pourquoi le choix de la GPL v3 ?
    Maps

  6. kerdanne

    Ben voila !! Ca fait un moment que je tourne autour du pot pour trouver une solution simple d’installer sur ma clé une distribution de linux (crunchbang en l’occurence). Les traditionnelles installations via unetbooting ne permettent que du "live"… frustrant lorsque l’on veut pouvoir montrer différentes configurations de distributions linuxiennes !!
    Il me reste plus qu’à patienter un peu…
    Bravo et merci
    Kerdanne

  7. Wow je veux une clé USB comme ça ! Trop kawaii !!! ^^

  8. Très bonne idée ! Il est vrai qu’une version live sans possibilité de sauver quoique ce soit est réellement frustrant.

    @Joe je me suis fais la même remarque ! Trop kawaii ^^ Malheureusement ayant rapidement cherché sur internet je n’ai pas réussi à trouver la même :(

  9. PillOow

    J’utilise SlitaZ depuis un p’tit moment, d’ailleurs au moment ou je vous parle, je suis en cours sur un pc équipé de WinXP mais j’ai booté sur ma clé avec SlitaZ installé. Et SlitaZ n’active pas le mode données persistantes sur les clés USB. Cela est dûe au fait que les mémoires Flash ont un nombre très limité d’accès en écriture. Installer un système en dur, pas chargé en RAM, réduit de beaucoup la durée de vie de votre clé. Voilà pourquoi la plupart des distributions ne proposent pas cette option. Mais en bidouillant, on peut se faire un liveUSB saveur avec seulement les programmes dont on a besoin et monter son /home en dur sur la clé permettant la conservation de ses données personnelles.

    Mais je vous dit ça, est-ce toujours aussi vrai aujourd’hui ? Avec l’arrivée des SSD sur le marché, la durée de vie des mémoires Flash n’a pu qu’augmenter. Est-ce aussi vrai pour les clés USB ?

  10. Tata Jeannine

    Mon petit Pierre-Yves.
    Je te serai reconnaissante d’arrêter de me faire passer pour la neuneu de service auprès des nombreux lecteurs du Framablog.
    Quand passeras-tu enfin me voir ?
    Bises

  11. Nicolas CJ

    Trop Kawaii ? => http://fr.wikipedia.org/wiki/Kawaii

  12. modagoose

    Ah, chouette réalisation ! :)
    Est-ce que ce sera utilisable sur mac Os aussi ?
    Je demande ça parce que je connais un Mac addict a qui je voudrais donner une petite leçon ^^

  13. Madame Michu

    Mon petit Pierre-Yves.
    Merci de ne pas m’avoir évoquée cette fois-ci.
    Quand passeras-tu enfin me voir ?
    Bises

  14. @mikedafunk :
    >Je crois qu’il y a un petit problème de lien sous les vidéos. Elles pointent vers le même fichier.

    Corrigé, merci :)

    @Myckeul:
    >J’espère qu’une fois ce logiciel en GPL, d’autres projets verront le jour sur linux pour créer facilement des clés usb bootables ou virtualisables de toute distribution.

    On l’espère aussi :)

    @Maps:
    > Pourquoi la GPL V3 ?
    Faudra demander à l’auteur.
    En quittant la CC by-nc-nd, il hésitait je crois entre une CC "libre" (by-sa par exemple) et la GPL. Je crois me souvenir lui avoir indiqué que la GPL était plus indiquée pour un logiciel, mais 1) je ne suis pas sûr que ça l’ait influencé (même si mon ego aimerait bien) et 2) je n’avais pas parlé des subtilités "GPL V2 ou suivantes" ou GPL V3

    @PillOow :
    > Avec l’arrivée des SSD sur le marché, la durée de vie des mémoires Flash n’a pu qu’augmenter. Est-ce aussi vrai pour les clés USB ?
    Pas vraiment : globalement, on sait faire des clés de bien meilleure qualité qu’avant, mais la société de consommation-au-plus-bas-prix fait que des usines produisant des clés pourries tournent à plein régime. Bref, on trouve de tout.
    Globalement, je rappellerai surtout que ce type de produit n’est pas encore destiné à une utilisation quotidienne en production. Dans ces cas là, il vaut mieux privilégier l’achat d’un disque dur externe, bien plus réactif sur les lecture/ecriture de petits fichiers, et à la durée de vie supérieure.

    @Tata Jeannine :
    >Quand passeras-tu enfin me voir ?
    Quand tu postera tes messages depuis GNU/Linux :)
    (et que tu sauras me citer par coeur les différences entre aptitude et apt-get 😉 )

    @Modagoose :
    >Est-ce que ce sera utilisable sur mac Os aussi ?
    Autant a priori ça devrait marcher sous *nux avec Wine, autant pour les Mac, c’est un peu tôt pour savoir (faudrait vraiment que je me mette à Python, moi)
    De toutes façon, je vais bientôt lancer une opération "un Mac pour Framasoft", parce qu’il y a beaucoup de demande, mais bon, je ne suis pas équipé pour faire le portage.

  15. emaen

    Y’a aussi : "Portable Ubuntu for Windows" ou "Pubuntu" dans la même veine…

    Je ne sais pas sous quelle licence c’est distribué… mais c’est ici :
    http://portableubuntu.demonccc.clou

  16. dubdub

    C’est désormais aussi faisable directement avec Mandriva 9.1 Spring.
    Un Iso "Hybride" est disponible en téléchargement, avec deux petits utilitaires nommés mandriva-seed (un pour Linux, Un pour Windows) permettant d’obtenir un clé USB (ou un disuqe dur externe) Mandriva.
    ftp://ftp.free.fr/mirrors/ftp.mandr

  17. @emaen
    > Y’a aussi : "Portable Ubuntu for Windows"
    Oui, j’avais testé, mais c’est quand même complètement différent. Portable Ubuntu n’est pas fait pour fonctionner en stand alone sur une clé, mais au contraire pour s’imbriquer totalement avec Windows. Donc, d’après ce que j’ai testé :
    – pas possible de mettre pubuntu sur une clé et de se balader d’ordinateur en ordinateur.
    – pas possible de booter sur pubuntu (il faut nécéssairement windows)
    Ce qui n’empêche pas que ça soit une excellente solution par ailleurs.

    @dubdub :
    > C’est désormais aussi faisable directement avec Mandriva 9.1 Spring.
    Tout à fait. Mais:
    1. je n’ai pas trouvé les sources du mandriva seed windows (sous GPL pourtant).
    2. C’est toujours pas "Tata jeannine friendly" : d’abord il faut trouver l’outil, et ensuite elle en fait quoi ? c’est tellement nu comme interface qu’elle ne comprendra pas le fonctionnement.
    3. Et surtout je n’ai pas vu comment créer un disque persistant (si l’idée est juste de passer du LiveCD au LiveUSB sans pouvoir profiter vraiment de la valeur ajoutée de la clé à savoir la possibilité d’écrire dessus, non merci). Mais je suis sûr qu’il y a des fans de Mandriva qui pourront nous en dire plus (et me corriger si j’ai dit des bêtises).

  18. 3bob

    il y a un projet qui fonctionne déjà très bien sur nux , il présente son projet ici :http://forum.ubuntu-fr.org/viewtopi
    allez à la dernière page , ca avance vite…

    j’ai une cle avec 8 distribs (pour le taf!) dont une en mode persistant.
    Mandriva, debian, fedora il accepte tout ce que j’ai essayé.
    L’interface graphique est très simple pour tata jeannine, meme elle pourrait se faire sa cle.
    Mais c’est sous nux, il existe pas un wine sur windows?

  19. @3bob :
    >il y a un projet qui fonctionne déjà très bien sur nux
    Je ne connaissais pas, ça m’a l’air effectivement vraiment tres tres bien :)

    >Mais c’est sous nux, il existe pas un wine sur windows?
    Cygwin permet pas mal de choses, mais là ça m’étonnerait que ça passe 😛

    Par contre, il y a surement de quoi s’inspirer. Très honnêtement, je pense que d’ici quelques mois, on arrivera à un outil multiplateforme et vraiment bien foutu (probablement un dérivé d’UnetBootin). La multiplication des outils actuels permet d’explorer les différentes voies (et c’est une bonne chose, amha).

  20. Chic on parle de moi :)

  21. Grand amateur de Linux live USB (j’ai commencé avec la Slax, il y a plusieurs années), j’utilise Ubuntu sur clé depuis la version 8.10, et je suis passé à la 9.04. J’ai déjà été étonné de la facilité avec laquelle on peut faire une live USB persistante sous Ubuntu (un régal à l’utilisation); mais il est vrai que tout le monde ne sait pas découper sa clé en 2 partitions, une partition FAT32 (qui doit être en premier) pour les données et les logiciels portables Windows et une partition pour Ubuntu.
    La simplicité proposée par USbuntu m’a encore plus étonné.
    Il suffirait que Ubuntu (et Gnome) se décide à rendre tous les paramétrages accessibles de manière graphique et simple (ce qui est encore loin d’être le cas, il suffit de fréquenter le forum Ubuntu pour le voir), et tata Jacqueline pourra vraiment se servir en permanence de sa clé…

  22. Etienne

    Grosse désillusion,

    il semble qu’il faille être administrateur du poste sur lequel on se trouve pour lancer la virtualbox… (à moins que je n’ai pas compris quelque chose dans l’installation)

    Adieu l’utilisation de ma clé en mode nomade, au bureau ou dasn un cyber-machin… Reste la possibilité de l’utiliser à la maison….(mais alors pourquoi utilisé une virtualbox sous windows plutot que d’utiliser directement Ubuntu ?)

    Wet.

  23. Je viens de tomber là dessus : http://www.liberkey.com
    Contrairement à ce que laisse penser le nom c’est pas du logiciel libre mais du logiciel gratuit (ya quand même de nombreau logiciels libres).

    Fin voilà l’idée a l’air d’être grossomodo la même je me suis dit que ça pourrait vous intéresser.

  24. PAPYMXD

    J’ai utilisé sans succès UsBuntu sur une clé U3.
    C’était pour avoir Kubuntu toujours sur moi.. eh oui….
    Impossible de booter sur la clé et impossible d’ouvrir Virtual box (pour un sombre problème de login administrateur que je n’ai jamais entré car on ne me l’a jamais proposé grrh)

    Donc pour le moment, je dis : OK beau projet mais attention les conditions d’installation et surtout pas sur une clé U3 – Cela ne cohabite pas :)

    Bon maintenant je vais chercher un autre clé usb toute bête et j’essaie à nouveau

    PAPY MXD

  25. @Etienne et PAPYMXD : Ca me parait assez normal que VirtualBox nécessite les droits administrateur vue le type de ressources système utilisées. Peut être qu’un utilisant QEmu (émulation et non virtualisation), ça passerait mieux. Quoi qu’il en soit, la balle est dans le camps de Sun… euh non, Oracle.

    @McMic :
    Oui, on connait évidemment bien la suite Liberkey. J’en parlais d’ailleurs ici http://www.framablog.org/index.php/… et là http://forum.framasoft.org/viewtopi
    Je trouve leur solution vraiment très bien foutue, mais malheureusement non libre (pour des raisons qui ne regardent qu’eux). Sinon, il est probable que j’aurai laissé tombé la Framakey.
    Par contre, que je sache, ils ne proposent pas d’OS intégrés.

    @PAPYMXD :
    Les clés U3 sont modifiées matériellement pour se faire passer pour … un CD-ROM afin de pouvoir booter sur la clé comme sur un CD (et Windows Seven ne va pas améliorer ça : http://www.pcinpact.com/actu/news/5… ).
    Donc SysLinux (qui permet de créer la partition bootable) ne doit pas apprécier du tout.
    Je ne veux pas botter en touche ou me dédouanner, mais U3 est une solution propriétaire bien vérouillée. En ce qui me concerne, je ne fera pas de support ou de developpement spécifiques pour que ça marche chez eux (car qui nous dit que rien que pour faire ch*er le monde, ils ne vont pas revérrouiller derrière). Bref, ils ne vont pas dans la même direction, grand bien leur fasse, mais on continuera sur notre petit chemin 100% libre :)

  26. Très beau projet, félicitation à l’équipe frama 😉

    Le seul truc qui me dérange c’est le nom FramaGNU, elle serait basée sur GnewSense je comprendrais mais sur Ubuntu…. Je comprends moi….

  27. @TheWorms :
    Au départ, FramaGNU s’appelait "Framabuntu" (cf capture sur http://framakey.org/Framabuntu/Fram… ).
    Puis je me suis rendu compte qu’il serait relativement simple (tout est dans le "relativement" hein) de proposer la même chose pour d’autres distributions GNU/Linux. "Framanux" "FramaGnu", bah, c’etait un nom de code, alors c’est devenu FramaGNU…

    Quand à uSbuntu, après en avoir parlé avec Slym, il a décidé de renommer le projet en "Linux Live Creator", justement pour ne pas rester "collé" à Ubuntu (en plus niveau marque, ça aurait pu être gênant).

  28. Et vous faites quoi pour les Koalas ?

  29. gnuoulipo

    Où en est aujourd’hui FramaGnu ?

  30. > Où en est aujourd’hui FramaGnu ?
    UsBuntu est devenu http://www.linuxliveusb.com/ (sous licence GPL V3, encore un immense merci à son auteur d’avoir libérer un logiciel de cette qualité)

    De nôtre côté, nous avons sortie la Framakey Ubuntu-fr Remix : http://framakey.org/Pack/Framakey-U

    Bref, de la place et des produits pour tous :)

  31. gnuoulipo

    @pyg
    Merci pour l’info

    Gnuoulipo

  32. Au bout de quelques minutes la majeure partie du graphisme s’en va laissant quelques icones et du texte illisible. J’avais déja ce problème avec les premières versions de Slym!
    Quoi faire?