Quand Google Adsense et logiciel libre ne font pas bon ménage

Classé dans : Dégooglisons Internet, G.A.F.A.M. | 51

Google Adsense - OpenOffice.orgDifficile de dénoncer une situation dont nous sommes nous-mêmes complices. C’est pourtant ce que nous vous proposons de faire aujourd’hui avec cette petite enquête empirique abordant la question de la publicité contextuelle et du logiciel libre.

De quoi s’agit-il exactement  ? Un bon exemple sera plus parlant (d’autant que c’est justement cet exemple qui a motivé la rédaction de ce billet).

L’exemple « OpenOffice.org »

Désactivons l’extension Firefox Adblock Plus et entrons « OpenOffice.org » dans Google.fr. Le résultat sera variable mais il risque fort de ressembler à ce qui m’est apparu sous les yeux ce 22 juillet 2009 (cf copie d’écran ci-dessus).

On retrouve bien ce qui était attendu  : site officiel en tout premier lieu, sites de téléchargement connus (01net, Clubic), Wikipédia et… Framasoft 😉

Sauf que ces résultats attendus sont complètement encerclés par des résultats qu’on attendait moins  !

Google Adsense - OpenOffice.org

Deux liens commerciaux en haut et quatre liens commerciaux à droite sont donc également proposés (dont les titres, présentations et noms de domaine sont évocateurs). Je me souviens du temps où ces liens renvoyaient plutôt vers le « concurrent » Microsoft Office mais là c’est une toute autre histoire.

J’en ai pris un au hasard, en l’occurrence « Open Office Gratuit ». Je clique une fois et je me trouve sur une page décrivant le logiciel. Pas de « qui sommes-nous », « contact » ou « mentions légales », il n’y aucun autre lien cliquable que celui du téléchargement. Je clique donc dessus et me voici devant cette invitation  :

Google Adsense - OpenOffice.org

Je pense que vous avez saisi le problème. Des « petits malins » viennent se placer entre le logiciel et l’utilisateur pour taxer purement et simplement le téléchargement d’OpenOffice.org.

On remarquera à gauche, en petit et en gris peu visible, cette mention  : « SMS 3€ – Appel 1,34€ + 0,34€ /min ». On remarquera également le mot « France », signifiant que le « service » est certainement également présent dans d’autres pays.

Je ne suis pas allé plus loin. Peut-être qu’un seul appel ne suffit pas. Peut-être aussi que la version d’OpenOffice.org qu’on me refourgue alors est une version altérée (pour ne pas dire vérolée) du logiciel. Je ne le saurais pas.

Je fais la moue. Mais peut-être n’ai-je pas eu de chance avec ce lien. J’en tente alors un autre (« Nouvel OpenOffice Gratuit »).

Et c’est exactement le même topo (code SMS, etc.). Sauf que cette fois-ci il y a une page « Informations légales » où l’on peut lire ceci  :

Super Logiciel éditeur du site super-logiciel.com propose à ces clients via l’accès par SMS ou audiotel, de faciliter l’accès aux téléchargements libre de virus et spywares des logiciels libres, gratuits ou de démonstration proposés via une redirection sur les sites officiels après vérification par l’équipe de Super Logiciel.

Et c’est à peu près tout. Si ce qu’ils nous racontent est vrai, le téléchargement est bien issu du site officiel d’OpenOffice.org mais comme il est bien connu que les développeurs de logiciel libre s’amusent à cacher dans le code source de leurs programmes tout plein de virus et spywares, il est bon de vérifier que tel n’est pas le cas, ce qui vous coûtera (au moins) 3€. Difficile de faire plus hypocrite.

Je fais toujours la moue. Est-ce que tous ces liens utilisent la même technique du SMS à 3€  ? Et c’est parti pour un troisième lien (« Nouveau OpenOffice »).

Là encore un gros bouton « Téléchargement » m’accueille, et quand je clique dessus je ne suis plus redirigé mais, nouveauté, c’est directement un exécutable Windows (.exe) que l’on me propose de télécharger. La page offre une description du logiciel mais, comment dire, elle laisse un peu à désirer  :

OpenOffice.org c’est une complète suite bureautique développée en bas de la logique collaboratrice du code ouvert, qui attend les besoins les plus importants du travail dans bureau.
Cet excellent logiciel est composé par un système de traitement de texte, un formulaire de calculs et un gérant des présentations par diapositives, un paquet de logiciels avec lequel OpenOffice.org est très compatible.

Le traduction automatique c’est bien mais ça n’est pas la perfection  ! Tiens, il y a là aussi une page « Termes Juridiques ». Et très curieusement la qualité du français est alors plus que correcte cette fois-ci.

C’est long mais on y apprend des choses intéressantes. D’abord que le site appartient à VARULKO TRADING S.A. (évidemment inconnu au bataillon). Et puis aussi que « la demande ou le téléchargement de logiciels impliquent l’acceptation de ces Conditions d’utilisation ». Là aussi il y a du SMS à 3€ et comme il faut doubler l’opération, on doit donc a priori dépenser 6€ pour pouvoir installer OpenOffice.org.

Et puis plus loin  :

Ainsi, l’utilisateur consent expressément à transmettre ses données. Celles-ci seront utilisées dans le but de lui envoyer des informations commerciales par tout moyen de communication, y compris par voie électronique ou télématique, concernant les produits et Services transmis par L’entreprise ou des entreprises de son Groupe.

L’utilisateur pourra exercer les droits d’accès, de rectification, d’annulation et d’opposition concernant ses données personnelles par le biais de l’envoi d’une communication écrite au siège social de L’entreprise sis à ADR Tower, 8th floor, Samuel Lewis Avenue and 58th Street, Obarrio Urbanization. Panama City Republic of Panama.

(…) L’entreprise ne garantit pas que les informations transmises à travers le Site Internet soient complètes et exactes.

(…) L’utilisateur s’engage à lire les Conditions d’utilisation à chaque fois qu’il accède au Site Internet ou au Service. De ce fait, l’accès au site et l’utilisation des Services par l’utilisateur impliqueront l’acceptation des modifications qui auraient été réalisées dans les Conditions d’utilisation ou le Site Internet.

Le coup de « l’entreprise qui ne garantit pas que les informations transmises à travers le site soient exactes », ça signifie qu’on peut vous raconter strictement n’importe quoi sans que vous ayez à vous en offusquer  !

En tout cas, si je comprends bien l’exécutable de tout à l’heure doit se bloquer en phase d’installation pour vous demander là aussi un code SMS (sachant que vous venez de passer plusieurs bonnes minutes à télécharger puis à commencer l’installation). Et si vous n’êtes content vous n’avez plus qu’à prendre vos valises, direction le bureau des réclamations au… Panama  !

La moue de tout à l’heure a laissé place à de la mauvaise humeur. Je dois en avoir le cœur net, allez un dernier lien pour la route (« OpenOffice » de eoRezo.com).

Tiens, encore une nouveauté, une déclaration à la CNIL en bas de page  :

CNIL INFORMATIQUE ET LIBERTE  : Les informations qui vous sont demandées sont indispensables pour la prise en compte de votre demande de fourniture des services EOREZO. En application de la loi n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée par la loi n°2004-801 du 6 août 2004, relative à l’informatique et aux libertés vous disposez du droit individuel d’accès et de rectification des informations qui vous concernent. En outre, en acceptant les Conditions générales et notamment son article 5 vous consentez à ce que ces informations puissent faire l’objet d’une exploitation commerciale, d’une communication à des tiers ou d’une cession, conformément à la réglementation applicable, sauf à ce que vous vous y opposiez formellement en écrivant à EOREZO, 14 rue de Lincoln 75008 PARIS.

De l’art de nous rassurer pour mieux nous arnaquer  !

Comme pour les trois autres liens, il y a un omniprésent bouton « Télécharger Gratuitement  ! ». Et au clic suivant vous vous trouvez devant ceci  :

Google Adsense - OpenOffice.org

En plus de la demande de votre numéro de téléphone portable, il y a un cadre minuscule pour y lire les conditions d’utilisation. Or si vous copiez/collez ces conditions, vous allez vous rendre compte qu’elle peuvent remplir quatre pages entières aux caractères bien serrés  ! (je n’ai pas résisté à vous la proposer en pièce-jointe ci-dessous). Amusez-vous donc à les lire convenablement dans ce cadre lilliputien  !

Et comme pour le site précédent c’est du pur délire juridique se résumant à  : vous êtes responsable de tout, nous ne sommes responsables de rien et nous pouvons tout faire de vos données tant que vous ne nous dites pas expressément par voie postale que vous ne nous autorisez pas à le faire.

Extraits (qui font peur)  :

Les logiciels eoRezo et/ou tout logiciel de sociétés accessibles par l’intermédiaire d’eoRezo, sont fournis avec les composants EoEngine et Software Update. Ces modules sont nécessaires pour aboutir à l’installation des logiciels eoRezo et/ou de tout logiciel de sociétés tierces accessibles par l’intermédiaire d’eoRezo.

Les dits composants peuvent faire apparaître sur l’écran de l’utilisateur des messages publicitaires ou autre information de la part d’eoRezo ou de tiers (avec qui eoRezo a conclu les accords correspondants) dans le but d’expliquer les services proposés par eoRezo ainsi que le bon mode d’utilisation, ou tout autre service, promotions, offres commerciales susceptibles d’intéresser l’Utilisateur. Les composants restent actifs à tout moment afin de contrôler et d’assurer la fourniture du service eoRezo, et d’autres fonctions telles que celles décrites dans le présent paragraphe. L’utilisateur autorise l’accomplissement des actions des composants ainsi que l’affichage de messages publicitaires. (…) L’Utilisateur autorise les mises à jour et/ou les installations automatiques des logiciels eoRezo et de tout logiciel de sociétés tierces accessibles par l’intermédiaire d’eoRezo.

Les services proposés par eoRezo associés aux logiciels téléchargés, peuvent modifier les paramètres de votre navigateur WEB (bookmark, page d’accueil, onglet). Certains logiciels proposés par eoRezo peuvent modifier les paramètres de votre navigateur pour faciliter l’accès aux services de contenu et de recherche. Dans le menu du site www.eorezo.com, vous pouvez trouver la procédure permettant de désinstaller le service eoRezo.

La société EOREZO tranchera souverainement tout litige relatif à l’interprétation du présent règlement. Il ne sera répondu à aucune demande téléphonique concernant l’interprétation ou application du présent règlement.

Ici donc en plus d’installer leur version d’OpenOffice.org, vous allez vous retrouver avec une surcouche logicielle d’eoRezo qui ne fait pas dans la dentelle  !

Il me reste encore deux liens à parcourir. Mais n’en jetez plus, j’abandonne. Je ne voudrais pas que ma mauvaise humeur se transforme en colère ou en déprime (ou les deux).

Il faut croire que cela marche en tout cas puisque au moins six de ces sites ont acheté le mot clé « OpenOffice.org » dans Google Adsense (la régie publicitaire de Google), pour justement le faire apparaitre quand un internaute tape cette occurrence dans le moteur de recherche.

Notons au passage que Google n’est pas seul en cause parce que Bing, le nouveau moteur de rechercher de Microsoft, propose également ces annonces lorsque l’on entre « OpenOffice.org ». Si nous insistons sur Google c’est parce qu’il domine et de loin le marché.

Google Adsense - OpenOffice.org

Des dommages collatéraux qui font potentiellement très mal

Mais résumons-nous.

Est-ce que tout ceci est bien moral  ? Non, et plutôt deux fois qu’une  !

Est-ce que tout ceci est bien légal  ? En théorie oui, du moment que vous respectez la licence (les magazines vendent bien leur CD avec OpenOffice.org dessus après tout).

Ainsi le lien cité plus haut qui, d’après ses dires, ne faisait que rediriger vers les packs du site officiel du logiciel, ne semble pas hors-la-loi (quand bien même il se sucre au passage avec ses appel surtaxés pour ouvrir la vanne du téléchargement). Pour les autres j’en suis carrément moins persuadé mais il faudrait aller au bout du processus pour pouvoir l’affirmer à 100 %.

Ce qui est certain ce qu’on en profite au passage pour capter vos données personnelles (à commencer pas votre numéro de téléphone). Mais cela peut être pire encore si un logiciel non désiré vient s’installer à votre insu ou, ce que je n’ai pu constater ici mais qui doit bien exister, si c’est la carte bancaire que l’on doit utiliser pour lever le blocage.

Admettons cependant (bien que j’en doute fortement) que tous ces liens restent dans le cadre de la légalité, sachant que les conditions d’utilisation ont été rédigées justement pour les absoudre de tout. Le problème est également ailleurs. Il est du côté de l’utilisateur et surtout du côté de l’image (de marque) du logiciel libre qui est susceptible d’en prendre alors un sacré coup.

Imaginez qu’un internaute « peu aguerri » ait entendu parler d’OpenOffice.org. « Installe-le et utilise-le en lieu et place de MS Office, c’est un logiciel libre, c’est différent du logiciel propriétaire, il a un petit supplément d’âme, etc. en plus il est d’excellente qualité et en plus il est téléchargeable gratuitement sur Internet », lui avait-on dit avec confiance et enthousiasme.

Que fait alors notre internaute peu aguerri une fois rentré chez lui  ? Il s’en va taper « OpenOffice.org » dans Google bien sûr. Certains me diront qu’il faut être un peu « neuneu » sur les bords pour cliquer sans précautions sur les liens commerciaux de Google. Certes mais on peut faire remarquer que Google prend un malin plaisir à brouiller les cartes en proposant des liens commerciaux graphiquement assez proches des liens non commerciaux (même si effectivement ils sont bien indiqués comme tels). Et puis surtout c’est oublier qu’en matière d’Internet on a tous été un peu neuneu à nos débuts.

Donc notre internaute ne se méfie pas, clique… et se retrouve embarqué sur l’un des sites décrits précédemment, où il risque de se faire arnaquer dans les petites (quelques euros) ou les plus grandes largeurs (usage de ses données personnelles, surcouche désormais tapie dans les bas-fonds de l’ordinateur, etc.).

Quels que soient les conséquences de sa mésaventure, il risque fort de l’associer au logiciel libre quand bien même il finisse par comprendre de quoi il a été victime. Et c’est alors un bilan désastreux pour ceux, comme Framasoft, qui font la promotion du logiciel libre auprès d’un large public, puisqu’on avait au départ une personne assez curieuse et motivée pour faire une recherche Google sur un logiciel libre dont on lui avait loué pour la première fois l’existence.

Un Framasoft au bord de la crise de nerfs

Le problème c’est que Framasoft est mal placé pour jouer les donneurs de leçon puisque nous participons indirectement à ces arnaques  ! Pire encore, nous gagnons de l’argent dessus  ! ! !

En effet, nous utilisons le service Google Adsense sur le site phare qui abrite notre service phare, à savoir l’annuaire de logiciels libres, depuis le jour où nous nous sommes rendus compte que sans salarié(s) on ne s’en sortait plus (pour de plus amples explications). Or que se passe-t-il lorsque nous arrivons sur notre notice d’OpenOffice.org, je vous le donne en mille, on retrouve ces liens « frauduleux »  :

Google Adsense - OpenOffice.org

Un affilié ne peut pas contrôler les publicités que va afficher Google sur son site. La seule chose qu’il nous est autorisé de faire est de dresser une liste noire de noms de domaine interdits. C’est ce que nous faisons (et la liste commence à être longue) mais il nous est impossible de suivre en temps réel la chose tant ces sites sont nombreux (témoignant de la vitalité de ce types d’arnaque).

Or si l’affichage des annonces rapportent des sous, le clic vers ces annonces rapportent beaucoup plus. Nous sommes donc en pleine schizophrénie  : nous souhaitons sensibiliser au logiciel libre mais nous nous finançons pour partie « grâce » à ceux qui tombent dans le piège de ces arnaques via notre site, alors même que c’est ce public, très « grand public », que nous souhaitons toucher en priorité  ! ! !

C’est une position intenable (et indéfendable) sur la durée.

Que peut-on faire  ?

Pour ce qui concerne Framasoft en particulier, dans la mesure où le travail de notre salarié nous est indispensable, il nous faut trouver au plus vite d’autres sources de financement. C’est d’ailleurs aussi pour cela que nous avons lancé notre campagne de soutien. Et la somme atteinte aujourd’hui, bien qu’insuffisante, nous laisse assez optimiste car elle témoigne de l’attachement à ce que nous sommes et ce que nous faisons.

Pour ce qui concerne le logiciel libre en général, il convient d’informer (d’où la présence de ce billet), de rappeler l’existence d’outils masquant ces annonces (comme l’extension Firefox Adblock plus) ou appelant à s’en méfier (comme l’extension Firefox Web Of Trust), d’être toujours plus nombreux à migrer vers des OS libres, de tout faire pour que des solutions de types Ad Bard s’imposent, mais aussi peut-être de dénoncer ces sites à un quelconque organisme (à commencer par Google himself  ?) si tant est qu’on puisse réellement y faire quelques chose et réussir à les interdire (sans oublier qu’en cette période Hadopi Loppsi, il convient de marcher sur des œufs avec la notion d’interdiction sur Internet).

Si la publicité affichée était réellement pertinente comme par exemple l’annonce d’une formation OpenOffice.org distillée par une SSLL, il n’y aurait pas de problème puisque l’on continuerait à promouvoir le logiciel libre en question. Mais ce jour est encore loin notamment parce que ces sociétés émergentes n’ont pas forcément le budget à mettre dans ces régies publicitaires.

N’oublions pas cependant qu’il ne s’agit que d’un seul exemple, celui d’un unique mot clé concernant l’un des plus célèbres logiciels libres en circulation. Retrouve-t-on les mêmes liens commerciaux à l’affut d’autres logiciels, non libres cette fois-ci, comme certains freewares  ? Il semblerait bien que oui, mais même si l’arnaque est rigoureusement identique, l’effet est peut-être atténué parce que jamais ces logiciels gratuits n’ont osé parler d’éthique. Retrouve-t-on la même situation avec d’autres logiciels libres  ? J’ai fait quelques tests rapides et a priori la réponse est provisoirement négative (sauf pour Gimp, cf ci-dessous).

Google Adsense - OpenOffice.org

Il n’empêche que « la menace plane » et que tout site de promotion du logiciel libre devrait aujourd’hui peser très attentivement le pour et le contre si jamais il envisage « la tentation Google », sachant donc que les conséquences peuvent aller à l’encontre même de ce que l’on souhaite défendre et diffuser.

Qui se sent morveux se mouche, et Framasoft a un gros rhume en ce moment.

Et place aux commentaires, où, masochistes que nous sommes, on vous aura vraiment donné le bâton pour se faire battre  ! Mais ne tapez pas trop fort, si les manifestations de soutien se poursuivent, on devrait pouvoir annoncer la suppression de la pub Google en guise de prochain cadeau de Noël.

51 Réponses

  1. Pourquoi ne pas passer à AdBard?

  2. Ca fait froid dans le dos…

  3. C’est pourquoi il existe des dépôts officiels sur la majorité des distributions GNU/Linux (voir xBSD?, j’ai toujours pas essayé suffisamment).

    Cela dit, on ne le répète jamais assez (visiblement): Toujours télécharger sur le site officiel et/ou sur un site de confiance.

    Se lancer dans le tas et croiser les doigts pour pas avoir de virus c’est stupide.

    Mais bon, on ne pourra jamais rien faire contre la plus grosse faille de sécurité qui ai jamais existé: l’utilisateur.

    PS: cela dit, il est dommage que la GPL n’indique pas de mention NC optionnelle comme sur la Créative Commons.

  4. Tiens donc … Sympatique cet article ! J’ai justement du enlever une page d’accueil de firefox/IE qui revenait en tout temps : http://lo.st/
    Et bizzarement, quand j’ai enlevé EoRezo chez ces pauvres gens, j’ai remarquer que lo.St ne revennait pas !

    Ils vont découvrir AdBlock !

  5. J’ai dis à ma mère de télécharger open office et… elle est tombée en plein dedans…

  6. Changaco

    Ça fait un moment déjà que je dis que Google n’est pas notre ami, ça me fait maintenant une source de plus pour appuyer ma théorie, merci.

    De plus j’en rajoute une couche, on a pas ce genre de problèmes sous GNU/Linux grâce aux gestionnaires de paquets, il suffit d’arrêter d’utiliser des OS dépassés.

  7. Ça ne me surprend pas. L’appât du gain est insatiable. Donc: utiliser les dépôts sur Linux ou télécharger à partir des sites officiels et surtout, surtout, bien diriger les utilisateurs lorsqu’on les invite à essayer un logiciel comme OpenOffice.

  8. Je ne vais pas me jeter des fleurs mais je me suis "abonné" à Framasoft. Dérisoire, je donne 2€ par mois. Bon ok Paypal prend sa commissions au passage et ce n’est pas génial non plus, je ferais mieux d’envoyer un chèque par an d’ailleurs. Mais j’aime bien cette idée d’être abonné.
    Imaginons que 2000 lecteurs fassent de même, 4000€ par mois, 48 000€ par an. Il y a bien 2000 lecteurs de ce site, non… C’est terrible de se dire qu’il y a si peu de dons. Mais j’ai déjà vécu cela ailleurs alors je ne suis pas très étonné.
    Peut-être en proposant une exclusivité sous forme d’une newsletter ou autre aux abonnés cela peut-il motiver ? C’est un peu contraire à l’esprit du Libre cependant… Pas simple

  9. Magic Banana

    Je plussoie Bastien. Est-ce que AdBard + dons rapèneraient suffisamment d’argent à Framasoft ? En tout cas, le statu quo est intolérable !

  10. Pareil pour google canada, on vois de jolis liens publicitaires demandant de s’enregistrer sur le site. Ici point de sms ou audiotel, mais tout de meme de jolis .exe a telecharger que je ne saurais installer…

    Bref du beau parasitisme

  11. C’est là qu’on saisi tout l’intérêt qu’a eu Mozilla a protéger la marque et le logo Firefox: les compagnies sans scrupules qui essayent de se faire de l’argent sur ce porte étandard du logiciel libre ne durent pas longtemps.

  12. Comme je surfe avec adblock plus je ne m’étais jamais rendu compte de l’existence de ces liens commerciaux pourris.
    ça devrait être obligatoire d’utiliser un bloquer de pub.

  13. Bonjour, avec ces systèmes SMS la plupart sont du SMS+. En gros ces SMS sont surtaxés et régulièrement vous allez en recevoir, mais le pire est que ceux que vous allez recevoir vous seront facturé par votre opérateur. Pour ne pas faire de pub à se service (arnaque) tapé juste sms+ dans google pour trouver leur site.

  14. C’est pas nouveau.

    Les moteurs de recherche sont plein de saloperies de ce genre, que ce soit google ou Bing.
    http://sebsauvage.net/rhaa/index.ph
    http://sebsauvage.net/rhaa/index.ph

    C’est d’ailleurs pour cela que j’ai abandonné l’idée de mettre de la publicité sur mon site.

  15. Earered

    > Est-ce que tout ceci est bien légal ? En théorie oui, du moment que vous respectez la licence

    Et que l’entreprise qui fournit ce "service" respecte aussi ses obligations :
    http://www.net-iris.fr/veille-jurid
    http://www.legifrance.gouv.fr/affic

    Ce qui n’est a priori pas le cas dans les exemples donnés

  16. Et j’ajouterais que le seul moyen pour un utilisateur lambda d’éviter ces sites foireux, c’est l’extension WOT (Web Of Trust) pour Firefox: Ce permet de noter les sites de manière collaborative (à la web 2.0).

    Exemple: recherchons "openoffice" dans Google et regardez les liens commerciaux: http://imgur.com/SXQEK.png
    Vous voyez les petits ronds rouge ? C’est WOT qui me prévient que c’est un site foireux.

    Et si par malheur l’utilise clic quand même sur le lien, il ne pourra pas rater l’avertissement: http://imgur.com/6XPiA.png

    Si vous voulez des infos sur WOT, j’ai écris un petit article là dessus: http://www.commentcamarche.net/faq/

  17. Vous n’êtes pas les seuls qui n’aime pas trop ces pilleurs (quoi que la GPL permettent de vendre et donc de se faire de l’argent avec logiciel libre) Le forum d’OOo aussi:
    http://user.services.openoffice.org
    Ils propose de cliquer de temps en temps sur ces liens mais de ne pas aller plus loin: résultat les "méchants" payent google mais n’ont pas de pigeons.
    A quand une journée de protestation (tous les membres du forum d’OOo et de Framasoft clique sur ces liens le même jour, si il y a mille personnes qui clique cela peux faire du dégats …)
    Le plus drôle c’est quand on a MS office, MS paye google pour qu’il mette en avant son produit contre un produits du lire. C’est à mourir de rire, le buissness a de l’humour.

  18. +1 sebsauvage
    😀 …et moi qui allais justement mettre les liens de tes articles concernant les pub Google et Bing que tu as écrit sur ton blog et conseiller fortement d’installer WOT.
    Je constate avec plaisir que tu es déjà présent dans le coin. :)

    Je confirme, installez WOT ! ça a changé ma vie de websurfeur.

  19. tuxmouraille

    Je rejoint korbé sur le licence libre avec un NC: non commercial. Il y en a un peu mare que des gens qui ont rien produit se reversent de la gratuité de diffusion des logiciels libres pour se faire du fric sur le dos de ceux qui produisent bénévolement pour la communauté. Il faudra bien qu’un jour les gens qui produisent du logiciel libre soient rémunérer. Si non le modèle de développement disparaitra. Le logiciel libre ne peu plus être produit que par des bénévoles.

    Je rejoint aussi Philippe Scoffoni. Vous pourriez mettre en place un système de membres donateurs, des gens qui s’engagent à donner un peu d’argent tous les mois, 1 ou 2€ et qui en échange auraient droit à une carte de membres donateurs et une jolie newletter sur les projets de Framasoft et le devenir de l’assocition. Je sais que les membres actuels de l’association Framasoft ne souhaitent pas qu’il y ait plus de membre pour des questions de problème de gestion.

    Personnellement ça me conviendrait très bien, je peux donner un peu d’argent mais n’ai pas le temps de m’investir plus.

  20. Idem Jorm 😉

    De toute façon, il faut toujours télécharger les logiciels sur les sites officiels. Toujours.

    De toute façon, si ces conneries des liens foireux existent, c’est que ça marche, comme le Spam…
    Y’aura toujours des pigeons pour croire à ces conneries… Mais j’ai du mal à imaginer qu’ils ne se doutent de rien, en voyant un lien "clic ici pour gagner €10,000-" ou "payez là pour votre logiciel gratuit".

    Vraiment j’ai du mal à y croire parfois…
    Mais bon…

  21. J’ai du mal à croire que ces écrans qui rajoutent un code payant et empêchent l’utilisation du logiciel soient conformes avec la liberté 0, la liberté d’utiliser, et soient donc en conformité avec la GPL.

  22. korbé et tuxmouraille, empêcher de vendre un logiciel libre c’est s’opposer à la liberté de diffuser le logiciel. Vouloir empêcher les gens de faire du fric avec des logiciels libres ne risque pas de nous aider à trouver des business model.
    De toutes façons ces sites sont certainement déjà en infraction de la GPL, car je doute qu’ils mettent à disposition le code source, notamment celui de leur surcouche logicielle à OOo dans certains cas…

  23. http://www.commentcamarche.net/foru

    Et voilà de quoi on parles…

    Exactement ce cas! Le logiciel? Ccleaner. En effet, le premier lien de Google est un lien pourri…

    grrrrr…

  24. S’ils ne sont pas stupides, c’est parfaitement légale.
    Je me souviens d’une boite qui vendait OpenOffice.org. C’était vraiment juste OpenOffice, mais sous un nom différent (et un logo différent). Et des fonctionnalités en moins (bah oui ils vendaient aussi une version "premium").

    Mais l’installeur incluait, dans un sous-répertoire, la totalité du code source (que bien sûr les utilisateurs n’allaient jamais voir).

    C’était donc *parfaitement légale*. Totalement immorale, mais légale.

  25. tuxmouraille

    @Nikonoel: tu devrais lire l’excellent lire de François Elie "L’économie du logiciel libre".
    Le modèle économique du logiciel libre n’est surement pas dans des développeurs qui écrivent des logiciels gratuitement et des sociétés qui gagnent de l’argent avec sans aucune rétribution, ni financière pour l’auteur(s) ni codancière pour le communauté.
    Les sociétés qui vendent ces logiciels libres ou qui font du service autour ne produisent pas de code, ou très peu.

    La morale, la politesse et la descence voudraient que les gens qui font du fric avec des logiciels libres demandent au moins aux auteurs s’ils peuvent les vendre, ce même si la licence les y autorise sans demander.

  26. tuxmouraille

    De plus un auteur de logiciel libre devrait pouvoir mettre son logiciel sous une licence qui en interdit la commercialisation sans accord, si l’auteur juge que c’est plus profitable pour tous.

  27. moi c’est aussi sur france telecom et autre opérateurs que je râle car ces serveur SMS c’est tres rémunérateur et ils cherchent pas à savoir à quoi cela vas servir.

    pour frama n’y a t’il pas la possibilité de gérer les bandeaux sans passer par Google ?
    les annonceurs peuvent directement acheter l’espace à frama, ou c’est trop compliqué ?

    je signale aussi que c’est le même pb. avec exalead.

  28. >les annonceurs peuvent directement acheter l’espace à frama, ou c’est trop compliqué ?

    A mon avis c’est le genre de chose assez compliquée mais surtout très consommatrice de temps (démarchage, gestion des contrats…)
    C’est aussi pour ça que les régies existent.

    >je signale aussi que c’est le même pb. avec exalead.

    Et aussi avec ixquick. Tout cela est bien triste.

  29. restouble>>"je signale aussi que c’est le même pb. avec exalead."
    sebsauvage>>"Et aussi avec ixquick. Tout cela est bien triste."
    Moui, j’utilise principalement IxQuick pour l’argument "protection de la vie privée et des données personnelles", le fait qu’il soit un meta-moteur permet l’interrogation indirecte de Google, donc pas de dépot de données sur ses serveurs.

    Par contre, il serait peut-être judicieux de prendre l’exemple sur le fonctionnement de Veo-search : http://www.veosearch.com/fr Moteur de recherche beaucoup moins efficace que Google (question de technique d’indexation et de recherche j’imagine) mais à la publicité très louable. Seul bémol pour participer en cherchant : il faut créer un compte.

    S’ils arrivent à avoir que de la pub "gentille" sur leur site, il serait peut-être judicieux de reprendre le modèle. A bons entendeurs…

  30. Philippe

    "Or si l’affichage des annonces rapportent des sous, le clic vers ces annonces rapportent beaucoup plus."

    Si je comprend bien, il faut d’urgence que je désactive Adblock+ pour Framasoft et que je clique sur les liens chaque fois que je passe …

  31. Pour voir comment Mozilla se sert de l’arme du droit des marques pour combattre ce genre de sites :

    « Beaucoup trop fréquemment, on nous signale des sites Web vendant le navigateur Mozilla Firefox, utilisant les marques commerciales de Mozilla pour promouvoir d’autres produits ou services, ou utilisant des versions modifiées des marques de Mozilla. Le problème est que ces activités sont trompeuses, nuisent aux utilisateurs, embrouillent le consommateur et mettent en péril l’identité et le sens des marques Mozilla – sans parler d’être illégales. Les cas semblent tomber dans trois différentes catégories que j’appellerai le bon, la brute et le truand. (…) » Harvey Anderson

    http://blogzinet.free.fr/index.php?…

    Ça demande un investissement de la communauté pour signaler ces sites et un investissement en juristes et en procédures juridiques de la part de l’entité chargée du projet.

  32. On ne le dira jamais assez, mais il existe des outils fiables à installer sur Firefox, comme par exemple WOT, un addon basé sur les résultats de notations et d’évaluations communautaires. Même sans Ad Block, juste WOT permet déjà de savoir que le site est frauduleux, avec son rond rouge. C’est bête, mais c’est bien le genre d’addon qui devrait être automatiquement installé avec Firefox.

    Et bingo, j’ai demandé à ma blonde que j’aime de chercher cette suite bureautique. Elle tape alors "Open Office" dans google et par je ne sais quel miraculeux hasard, elle se dirige tout de suite sur 01net, avec le mot clé télécharger. Elle me dit aussi que parce qu’elle a vu le rond rouge en haut, elle n’a pas voulu cliquer, mais que si le mot "télécharger" avait été dedans, elle aurait surement été très tentée de cliquer dessus. (j’espère ne pas leur donner de mauvaises idées)

    L’éducation de bons comportements sur le Net est encore longue, mais heureusement, nos jeunes apprennent et comprennent toujours plus vite que nous.

    Quant à ce serpent qui se mord la queue, sur l’aspect du libre nourri par le vérolé, ce n’est pas récent. Il reste que ces sites de promotion comme framasoft et les autres DEVRAIENT faire des mises en garde réelle et des rappels récurrents bien placés sur leurs sites pour contribuer à faire comprendre la dangerosité de cliquer n’importe où.

  33. On peut aussi faire un peu de bruit salutaire, et propager l’idée que les liens commerciaux des moteurs de recherche sont très souvent des pièges à, euh, malcomprenants, et qu’à ce titre ils doivent précisément être considérés comme des signaux de danger. Jusqu’au moment où les Google et autres s’obligeront à un minimum de vigilance avant d’accepter de véhiculer de la publicité douteuse. La presse écrite le fait, elle…

    Ajoutons qu’il existe une extension FireFox appelée "WOT" (Web f Trust) qui met en évidence les liens pourris.

  34. Cette constatation n’est pas nouvelle, ça fait un moment que ça dure. Comme vous le soulignez, tout le monde est complice, à commencer par Vous… Google aussi, et ça ne va pas le déranger puisqu’il gagne du pognon dessus. Au final, tout le monde est gagnant, sauf le "consommateur" malgré lui.

    C’est une réalité. La réponse n’est pas dans le répression ou la justice. Elle est dans l’éducation et la sensibilisation des Internautes non spécialistes, ce que vous vous efforcez de faire chaque jour qui passe.

    Vous avez les clés, ouvrons la porte tous ensemble 😉

  35. Je réponds en vrac faute de temps.

    Merci tout d’abord à ceux qui ont pointé l’extention Firefox WOT que, j’avoue humblement, je ne connaissais pas (je l’ai ajouté dans le corps de l’article du coup).

    Pour ce qui est de la solution Ad Bard, c’est effectivement une bonne piste pour le futur si cela se "localise" (avec des annonces francophones), même si les conditions d’entrée sont assez spartiates à l’heure actuelle, puisqu’elles obligent à n’en passer que par eux et à ne pas mettre d’annonces d’autres régies publicitaires (ceci dit je comprends bien les motivations, c’est un peu comme la contrainte du… copyleft !).

    Le coup de cliquer sur tous ces liens frauduleux mais sans rien télécharger pour faire perdre de l’argent à ceux qui sont derrière ces arnaques est une idée originale de détournement même si quelque peu tirée par les cheveux. Mieux vaut espérer leur disparition pure et simple.

    Pour répondre à Tuxmouraille et Philippe Scoffoni qui se soucient gentiment des difficultés de Framasoft.

    Tout d’abord ce n’est pas exactement qu’on ne souhaite pas plus de membres c’est qu’on ne souhaite pas se positionner comme une association classique avec ses adhérents, sa gestion, ses bulletins, ses communiqués, ses AG, etc. Dans notre esprit Framasoft n’est pas une association, c’est un réseau de sites et de projets dont le fruit du travail est sous licence libre. L’association est avant tout là pour faciliter la vie du réseau et (tenter de) réguler le flux d’énergie qui y circule (et aussi pour se donner une base légale quand on se retrouve invités dans les manifestations, donner une garantie pour que personne ne vienne s’approprier les noms de domaine, etc. sans oublier bien entendu que cela permet de pouvoir salarier). Ce qui, soit dit en passant, nous permet d’ailleurs de nous sentir parfaitement complémentaire d’une association comme l’April par exemple.

    Tout ceci étant plus détaillé ici :
    http://soutenir.framasoft.org/des-q
    Et aussi sur la notice dédiée de Wikipédia :
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Framas

    Le système de l’abonnement (en fait en l’occurrence c’est plutôt un don mensuel récurrent que l’on arrête quand on veut), c’est vrai que ça nous plaît bien parce que ça assure une base régulière sur laquelle on peut compter. Le problème c’est qu’il n’y a que Paypal qui propose cela pour le moment (si vous en connaissez d’autres…). Quant à ce que nous pourrions proposer "en échange" à ces "abonnés", j’ai beau me creuser je ne vois pas trop pour le moment parce que ce n’est pas trop dans notre culture cette histoire "d’exclusivité" ou de "privilèges". Mais on peut creuser…

    Quant à Philippe qui trouve que "c’est terrible de voir si peu de dons", je ne suis pas tout à fait d’accord. Dans le contexte actuel rappelé par exemple par le lien ci-dessous, ce serait même plutôt encourageant.
    http://www.framablog.org/index.php/

    C’est la bouteille à moitié vide ou pleine. Les quelques 700 dons actuels sont bien plus perçus comme un encouragement que comme une déception 😉

  36. Hello !

    J’en retiens deux bonnes nouvelles, dorénavant j’utilise adblock et ainsi fini les pub, notamment celle de lemonde.fr chouette !! et secundo donner une obole suivant ses possibilités est une formule fort sympathique.

    Vive le libre !

  37. @aKa, nous sommes d’accord, les exclus comme je le disais ne sont pas vraiment dans l’esprit du libre. Après c’est sur que le dons déjà récoltés sont à prendre de façon positives et sont un véritable encouragement.. Ok il y a des obstacles au micro-paiement et je ne connais pas d’alternative valable. Et pourtant je ne peux pas m’empêcher de me demander si le problème du don ne va pas malgré tout au-delà du simple "obstacle technique". Le Net est un lieu "gratuit" ne l’oublions pas… Google, Framasoft, c’est un peu tout pareil pour beaucoup, un endroit où on vient chercher des infos (je caricature un peu…).

  38. C’est sûr Philippe que le fait d’avoir moins de 0,1% des visiteurs qui sont des donateurs n’est pas sans poser quelques questions. Perso je pense qu’il y a une "éducation" à faire derrière tout cela. Du genre le web 1.0 (le web est un grand magasin qui propose bon nombre de ses produits en solde 100% donc gratuits) vs le web 2.0 (le web est une agora où il ne tient qu’à nous de participer de multiples façons dons inclus). Faudrait que je fouille l’idée, tiens 😉

  39. Pour moi ça ne fait probablement pas tant de mal que ça, je doute qu’énormément de gens se fassent avoir.
    Mais par pitié, que cela ne servent pas d’excuse pour arrêter de faire du libre! Plusieurs des commentaires suggèrent un NC pour éviter ça, c’est tout à fait idiot! On ne va pas arrêter de faire du logiciel libre à cause de quelque petites entreprises sans scrupules. Il y aura toujours des charognards pour tirer profit de la moindre petite occasion lucrative. Ça ne doit en aucun cas entamer notre motivation.

    Souvenez vous : "First they ignore you, then they laugh at you, then they fight you, then you win."
    On en est à la troisième phase, on touche au but.

  40. Cela peut-être l’occasion pour établir et diffuser une liste noire de noms de domaines peu scrupuleux dans le sujet de ce billet. (sur le forum, par ex.)

    Sur Framablog, vous pouvez peut-être mettre ne place un lien vers un formulaire pré-rempli avec l’objet "site-spam détecté via spam" ou quelquechose du genre, pour que après vous les bannssiez dans votre interface AdSense, et alimentiez la liste noire.

  41. @Mathias
    Une liste noire ? Qui encombrerait les serveurs de Framasoft et boufferait de la bande passante ? Pourquoi faire ? :S
    Surtout qu’il existe déjà une telle liste dont la rédaction se fait de manière collaborative : WOT :D. Jette un coup d’oeil au commentaire de Sebsauvage pour plus d’info, il y fait d’ailleurs référence à un article écrit sur Comment ça marche.
    commentaire ici : http://www.framablog.org/index.php/

  42. Bonjour,

    Je voudrais apporter quelques compléments d’information en tant que responsable de la Communauté francophone OpenOffice.org :
    – Ce problème des sites parasites de OOo, qui ne se limite pas à la France bien sûr, est traité au niveau international par le département juridique de Sun qui fait fermer les sites qui utilisent indument la marque OpenOffice.org ou le logo.
    – Suite à des pressions sur Google, les pubs Google Adsense qui utilisent la marque OpenOffice.org sont automatiquement bannies. On ne peut faire plus légalement, ce qui laisse les noms qui ne reprennent pas exactement la marque.
    – Les plaintes d’utilisateurs floués par ces sites qui demandent 2 sms surtaxés pour envoyer un code permettant soi-disant de télécharger OOo, représentent une part importante des mails que je reçois sur l’adresse contact du site fr.openoffice.org. Chaque fois j’explique que nous n’avons rien à voir avec ces sites ; qu’il peut être légal de vendre OpenOffice.org car la licence LGPL le permet ; qu’il existe des sites référencés par OOo qui le font honnêtement, par exemple pour fournir des CD ; que OOo peut être téléchargé gratuitement et sans clé d’enregistrement depuis le site officiel et que c’est la méthode la plus sûre. Je demande aussi qu’on m’indique les url de ces sites parasites et, quand ils sont nouveaux, je transmets à la personne en charge du problème chez Sun pour vérification.

    Pour terminer, je crois qu’une bonne chose à faire pour aider le public à faire la différence entre OpenOffice.org et les sites parasites est de toujours bien utiliser le nom exact du logiciel et de bannir les approximations comme Open Office (marque déposée par ailleurs sans lien avec OpenOffice.org).
    Et puis aussi parler du problème, donc grand merci à Framablog d’avoir abordé la question.

    Bonne journée
    JBF

  43. "les pubs Google Adsense qui utilisent la marque OpenOffice.org sont automatiquement bannies"

    Alors visiblement Google ne respecte pas ses engagements (testé aujourd’hui même:)
    http://imgur.com/udXEw.png

    Ou alors Google ne réagit que quand le ".org" est présent ? Dans ce cas, c’est vraiment dommage. Ça me semble très largement insuffisant.

    Les actions juridiques sont nécessaires, mais pas suffisantes.

    D’abord, le temps que le service juridique atteigne le site parasite, l’arnaqueur aura déjà acheté un autre nom de domaine. (Ils sont très rapides.)

    Ensuite, aucun besoin d’utiliser la marque "OpenOffice.org" ou le logo pour ressembler à un site de téléchargement officiel. Quelques graphismes bien ficelés et un look assez "pro" suffisent pour berner la plupart des internautes.

    On pourra le marteler autant qu’on veut: les internautes ne feront jamais la différence entre "OpenOffice" et "OpenOffice.org". Il est donc nécessaire de pouvoir prévenir les internautes sans "formation" préalable, d’où mon insistance sur WOT 😉

  44. "Ou alors Google ne réagit que quand le ".org" est présent ?"

    C’est bien ça. On est là uniquement sur le plan légal du droit des marques. Il est clair que, quoique nécessaire, c’est insuffisant et il faut aussi que la communauté du Libre agisse avec ses armes : information, lobbying, respect des marques, etc.
    Cet article de Framablog est un exemple de ce qu’il possible de faire.

  45. Je ne pense pas que les addons firefox soient la solution au problème. C’est bien de les signaler mais le problème est avant tout face aux utilisateurs inexpérimentés, à qui il ne viendrai pas focément à l’idée d’installer une extension à leur navigateur (ou alors ils commencent à comprendre le principe de l’internet et ils ne tombent plus dans les pièges).

    J’ai relevé deux idées qui me semblent très intéressantes :

    – Créer une journée de protestation où on encourrage tout le monde à cliquer sur les liens sans aller plus loin. (si ça marche et ne pose pas de soucis légaux…)

    – "Buzzer" sur ces liens pour les signaler comme des arnaques.

  46. zonder

    Ne serait-il pas possible de faire un script automatisant le bannissement de certain site auprès de ad-sense/google en se basant sur la liste noire de Web Of Trust?

  47. Les conditions d’utilisation du type "vous êtes responsables de tout, nous sommes responsables de rien" ne sont pas forcément légales : les conditions d’utilisation ne s’appliquent que dans le cadre de la loi, qui est prioritaires sur celles-ci.

    Concernant ces sites "méchants", je pense que plusieurs d’entre eux pourraient être attaqués pour publicité mensongère : on ne peut pas parler d’"OpenOffice gratuit" s’il faut envoyer un SMS à 3 E !

    mais le vrai problème est dans la publicité… peut-être les extensions bloqueuses de pub (Adblock, etc) devrait-elle être incluses et activées d’office dand Firefox ?

  48. Mea Culpa, j’ai marché dans la combine.
    J’ai voulu installer la nouvelle version d’openoffice, car ma version se bloquait, et la mise à jour ne fonctionnait pas.
    Je suis passée par google, comme d’habitude, et PAF ! j’ai même pas tiqué sur le sms, la participation demandée par rapport à la qualité du logiciel, je me suis dit, ben voilà, openoffice est devenu payant, point barre.

    En téléchargeant à nouveau openoffice sur un autre pc, j’ai été étonnée de ne pas avoir de péage…un peu de recherche et je tombe ici, mes cheveux se sont dressés sur ma tête.

    Allumage d’urgence sur pc 1, désinstallation de ma version openoffice.exe, un coup d’antivirus, un nettoyage ccleaner, installation de wot puis de open office, j’espère que les dégats ne s’étendront pas au delà de quelques euros .

    C’est la première fois que cela m’arrive, et pourtant, je télécharge régulièrement depuis 01.net, sans avoir jamais eu de souci (enfin, j’espère 😉 )
    Je paye le prix de ma bêtise et de ma naïveté, parfois il faut en passer par là pour apprendre….je suis par contre sure que cela est arrivé à bcp d’autres.

  49. Francois_C

    Je ne suis jamais tombé dans ces pièges, parce que je me méfie de la nature humaine dans un monde ou le commerce et le vol sont deux nuances de la même activité, soutenue par des gouvernants qui ne valent pas mieux que les margoulins que nous dénonçons, même s’ils profitent de l’impunité résultant de l’exercice de leurs activités à une plus grande échelle.
    Le logiciel libre n’est pas la seule victime d’ailleurs : l’antivirus avast a été aussi doublé par des petits malins qui proposaient de avast 2008, 2009, etc, payants et probablement infectés de surcroît. Avira Antivir subit le même sort à présent avec un Avira Antivir 2010 que WOT gratifie à juste titre d’un beau disque rouge.
    Il faut faire attention, et se promener sur le Web comme dans une forêt vierge grouillante de fauves et de brigands.

  50. Mopo (Pierre M)

    Certains essayent a leur manière trouver un moyen pour protéger leur logiciel gratuit,
    lisez les exemples suivants :

    ______________________________________________________________________________________
    1) (Logiciel pour ajouter des nouvelles fonctions sur certain GPS tom-tom)______________________________________________________________________________________

    Le lancement de Tomtools ne peut se faire que si vous avez activé votre logiciel auprès du site http://www.tomtomheaven.com

    Pour cela, nous demandons de nous soutenir en faisant un don minimum de 5 euros. (Bouton paypal sur la gauche de la page principale) Nous avons dû nous prémunir de quelques profiteurs qui vendaient notre travail aux enchères.

    Aussi, pour que nous puissions continuer notre belle aventure, votre donation est essentielle.Suite à cette donation, vous devez nous faire parvenir votre numéro de tomtom présent directement sur le tomtom, sur une étiquette code-barre. Ce numéro doit être du type 1 lettre, 5 chiffres, 1 lettre, 5 chiffres comme G12345H12345.

    Ce numéro est aussi présent dans le fichier ttgo.bif à la racine de votre tomtom.

    Mail pour l’envoi : … Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer JavaScript pour la voir.

    Suite à cette demande, je vous enverrai par mail, un fichier tomtomserial.dat

    Il suffit alors de recopier ce fichier dans /catapps/data . Votre itomtools sera alors activé uniquement pour votre GPS. Votre accès VIP sera également créé si votre pseudo est donné lors de la demande du numéro de licence tomtools.

    Pour aller plus loin

    Il est inutile de me demander une licence sans faire de donation, les demandes sont ignorées. Je suis bénévole, je travaille et produit depuis plus d’un an et la seule récompense que nous avons, c’est de voir ce travail vendu aux enchères par d’autres.

    Soutenez http://www.tomtomheaven et boycottez ceux qui abusent.

    Le logiciel sera maintenu et évoluera uniquement pour ceux qui feront partie de notre entourage proche, c’est-à-dire ceux qui nous auront soutenus.

    ______________________________________________________________________________________
    2) (logiciel infographie 3D)
    ______________________________________________________________________________________
    Pour que Gmax fonctionne, il vous faut une clé de validation offerte par le site "turbosquid.com" après inscription sur ce dernier
    +++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++
    Mais ceci apporte aussi d’autres inconvénients pour l’utilisateur comme pour le distributeur
    un contrôle des utilisateurs supplémentaire, demande de donation, d’information d’utilisation, etc…