Extrait vidéo : La bio de Stallman à la Matinale de Canal+

Classé dans : Framasoft | 34

Ce matin, N. me tire soudainement du lit : Vite, vite, ils parlent de ton bouquin à la télé ?

Je maugrée… (et puis en plus c’est pas « mon » bouquin).

Mais j’ai eu bien raison de faire l’effort de me placer devant le poste, parce que ça en valait ô combien la peine…

Merci à La Matinale de Canal+ (et grosses bises à l’enthousiaste et compétente journaliste).

—> La vidéo au format webm

Transcript

Maïtena Biraben : Le logiciel libre, c’est l’une des très grandes révolutions du siècle passé et aujourd’hui on en sait un peu plus sur le créateur du logiciel libre.

Emmanuelle Talon : Oui, Richard Stallman il a aujourd’hui 56 ans, il n’est pas très connu du grand public mais c’est un dieu vivant pour les informaticiens, parce que c’est un des pères du logiciel libre, le père du logiciel libre.

Alors pourquoi on en parle aujourd’hui ? Parce qu’il y a sa biographie qui vient de paraître en français aux éditions Eyrolles « Richard Stallman et la révolution du logiciel libre ». Alors au début des années 80…

Maïtena Biraben : C’est un bouquin de geek ?

Emmanuelle Talon : Non, justement pas. C’est ça qui est bien, parce que ça n’est pas un bouquin de geek, et même si on ne s’y connaît pas trop, on peut vraiment vraiment comprendre, j’insiste.

Et donc Stallman, au début des années 80 a créé la Fondation pour le Logiciel Libre. Il est à l’origine du projet GNU.

Et juste un petit rappel : qu’est-ce qu’un logiciel libre ? Quand même, voilà c’est important. C’est un logiciel que n’importe qui peut utiliser, copier ou même modifier, pour l’améliorer en quelque sorte, en accédant au code source.

Et le logiciel libre, ça s’oppose à ce que Stallman appelle les logiciels privateurs. Ce sont des logiciels qui nous privent de notre liberté. On ne peut pas modifier le code source, c’est pour cela que Windows est la propriété de Microsoft. Si Windows ne vous convient pas, vous ne pouvez pas l’améliorer. Tandis que l’on peut améliorer par exemple la suite bureautique OpenOffice ou le navigateur Firefox.

Maïtena Biraben : Si on y arrive !

Emmanuelle Talon : Si on arrive, bien sûr, mais vous avez cette liberté.

On l’impression que c’est un peu complexe mais en fait pas tellement parce que cette histoire de logiciel libre… Il ne s’agit pas vraiment d’informatique, il s’agit en fait de philosophie. Richard Stallman c’est vraiment un grand philosophe, c’est un vrai penseur. Et avec cette histoire de logiciel libre… Pourquoi au fond il s’est lancé dans cette aventure ? Il s’est lancé dans cette aventure tout simplement pour améliorer le monde, pour encourager le partage et la fraternité.

Donc c’est une forme de nouveau socialisme, de socialisme logiciel. Et à l’heure où l’on pleure sur la fin des grandes ideologies, on peut se réjouir de voir qu’il y a encore des gens qui essayent de changer le monde. Et aujourd’hui ces gens-là ce sont des informaticiens, et c’est Richard Stallman. C’est pour ça que c’est important de le connaître.

Maïtena Biraben : On a vu son playmobil…

Emmanuelle Talon : Oui on a vu son playmobil, mais en fait c’est un personnage assez amusant, qui a beauocup d’humour, qui a une bonne tête…

Maïtena Biraben : Est-ce que le logiciel libre a des chances de gagner face au logiciel non libre, donc commercialisé, que l’on ne peut plus toucher ?

Emmanuelle Talon : Alors, le logiciel libre il progresse beaucoup en France. Il y a quelques années la Gendarmerie nationale est passée… elle a adopté un logicie libre. Mais, si vous voulez, la compétition elle ne se fait pas vraiment sur cette question-là, sur cette question technique, parce qu’un logiciel libre, on peut considérer que ça vaut au niveau technique un logiciel privateur. En fait la compétition, elle se fait vraiment dans nos têtes.

Le Libre il pourra gagner le jour où, d’après Stallman, on aura, nous, envie de nous libérer et puis de ne pas être soumis à la machine. Parce qu’il explique que quand on utilise un logiciel comme Windows, on ne peut pas le modifier si on n’y va pas, et donc on est esclave de la machine. Stallman c’est un peu le Luke Skywalker de l’informatique, il faut qu’on se libère des machines et c’est ce jour-là que le Libre pourra gagner.

Maïtena Biraben : Est-ce que libre ça veut dire gratuit Emmanuelle ?

Emmanuelle Talon : Alors non, libre ne veut pas forcément dire gratuit. Il y a des logiciels libres qui ne sont pas gratuits, donc il faut faire attention à cette confusion. C’est vrai que quand on est juste un utilisateur, on peut estimer que la gratuité c’est le principal avantage, mais libre ne veut pas dire gratuit.

Maïtena Biraben : Si on ramène cette idée de logiciel libre à la France, la prochaine bataille c’est Hadopi.

Emmanuelle Talon : C’est Hadopi et Stallman est mobilisé sur cette question. Il estime que c’est une loi tyrannique. Il dit que Nicolas Sarkozy est un ennemi de la démocratie et des Droits de l’Homme. Et pour lui empêcher le téléchargement de musique pour sauver l’industrie du disque, c’est tout simplement comme empêcher les gens de faire la cuisine pour sauver les emplois dans la restauration !

Voilà, juste pour finir, le livre, vous pouvez l’acheter, il coûte 22 euros et c’est bien d’avoir un livre papier. Mais vous allez voir la cohérence de la démarche, en fait le livre est en téléchargement, gratuit, sur le site www.framasoft.net. Vous pouvez modifer le texte du livre, et si vous voulez le traduire, et bien vous pouvez tout à fait le traduire librement dans la langue que vous souhaitez, en ourdou par exemple, je pense que ça n’est pas encore fait.

34 Réponses

  1. Ah, ça fait plaisir de voir qu’il reste encore des journalistes qui font du bon boulot à la télé. Mais ça ne m’étonne pas que ça vienne de C+. En tout cas, c’est pas chez TF1 qu’on verrai ça. Vous imaginez ça au journal de 20H00 ? XD

    Par contre, c’est dommage ils n’ont pas parlé de deux choses importantes:
    – Un logiciel proprio, impossible de savoir ce qu’il fait exactement (à moins d’être sont développeur), alors qu’un logiciel libre oui. On ne peut donc pas avoir confiance dans un logiciel proprio.
    – Ils disent "si on y arrive" pour la modification du code source. Hors même si on ne le modifie pas nous-même, on a un avantage à ce que le code source soit disponible car d’autres personnes aillant les connaissances nécessaires peuvent l’améliorer. De plus, les gens qui ne s’y connaissent pas assez en programmation peuvent tout de même rejoindre une communauté et aider de différentes façon: traduction, rapport de bogues, donner son avis, etc… . Bref, ils ont parlé de la liberté, mais pas de la confiance ni de l’aspect communautaire et collaboratif. C’est dommage.

  2. Waouh. Stallman, le libre et Framasoft sur Canal, c’est juste excellent !
    Et bien expliqué de surcroit.

  3. Bien expliqué et sans erreurs ! Bravo et merci Canal ;-)

  4. Comment s’appelle la chroniqueuse ? Je veux la remercier personnellement !
    (elle préfère même logiciel "privateur" à logiciel "propriétaire", signe qu’elle a sûrement lu le livre)

  5. Antoine

    big up à cette journaliste ! quelle enthousisame !!! et pas torp de conneries ou de contre-sens, bravo !

  6. Merci Framasoft: j’avais un mal fou à télécharger la vidéo sur le site de Canal Plus (vie les DRMs sur Flash).

    Mais je disais : ce qu’elle dit là est en quelque sorte une œuvre dérivée de ce que dit Stallman. Donc normalement, grâce au mécanisme de copyleft, l’extrait devrait être librement distribuable, non ? :-)

    En tout cas, ça m’a fait quelque chose de voir le GNU à la télé ! (Bon, ok, je regarde pas sur l’écran de télévision.)

  7. >Ils disent "si on y arrive" pour la modification du code source. [..] De plus, les gens qui ne s’y connaissent pas assez en programmation peuvent tout de même rejoindre une communauté et aider de différentes façon: traduction, rapport de bogues, donner son avis, etc…

    Tout à fait d’accord. C’est le genre de réaction qui m’exaspère… Si on regarde le nombre de personne à même de retoucher une image sur Photoshop ou mieux sur Gimp, on à affaire à une majorité d’utilisateurs de logiciels… Bref, qui *ne peut pas* modifier un logiciel ? Presque personne…

    Je radote : l’informatique c’est comme faire des croque-monsieur, c’est effectivement extrêmement compliqué.
    >Il faut retourner un bout de terre, semer du blé, l’arroser, moissonner, battre le blé, le moudre, ajouter de l’eau du sel et du levain à la farine, pétrir la pâte, la faire lever, re-pétrir, cuire le pain, couper des tranches… Et là on a juste abordé la question de la confection du pain de mie…<
    http://schroffenstein.free.fr/index

  8. Vraiment canon la petite journaliste ! Du coup, je n’ai pas trop écouté ce qu’elle raconte. Elle parle de quoi, au juste ? Mais bon, moi aussi je l’embrasse tout partout.

  9. obrowny

    un petit lien vers le site de canal pour envoyer des remerciements :
    Remplissons leur boite de mots gentils !!!
    http://www.canalplus.fr/c-infos-doc

  10. Ludovic

    Cette émission m’a déjà surpris plus d’une fois par la qualité de ses journalistes et de leurs explications. Par exemple, ce matin, en parlant d’Haïti : "La majorité de la population est très calme lors des ravitaillements et ils s’aident entre eux, mais personne n’en parle car ce n’est pas assez spectaculaire contrairement aux émeutes"

  11. Alors là… je suis bluffé par la journaliste!

  12. Juste pour ajouter qu’il y a quelques jours (le 18 janvier) la même journaliste a présenté le projet Openstreetmap (rapport à sa mobilisation pour Haïti), le tout assez bien expliqué (le 18 janvier dernier précisément).
    Je ne connaissais pas cette Emmanuelle Talon mais elle me plait bien du coup.

  13. GNU/Linux à la télévision française !? … à la télévision française alors que le petit nerveux est encore président ?! … La journaliste ne lit meme pas ses fiches !!? … quelqu’un peut me pincer, svp.

  14. …j..j..je..je…je crois que je suis am..am…amou..amoureux… de ses lunettes de geekette !

  15. La journaliste est sur Twitter : http://twitter.com/EmmanuelleTalon :)
    Et en effet, bien trouvé obrowny, on peut laisser des messages sur http://www.canalplus.fr/c-infos-doc

  16. Et hop, la vidéo sur "Google Street Map" :)
    http://blip.tv/file/get/Framasoft-O

  17. J’ai ajouté le transcript de l’intervention, parce que c’est quand même rarissime d’entendre parler du logiciel libre ainsi.

  18. numahell

    Super chronique, bravo !
    Emmanuelle Talon n’était pas déjà dans les maternelle lorsque c’était maïtena qui présentait l’émission ? je crois qu’elle faisait des chroniques sur le numérique et elle en connaissait déjà un rayon !

  19. teo macoute

    Attendez mais c’est exceptionnel vous voulez dire !!!
    Trouvez-moi dans les archives une autre émission d’une grande chaîne nationale française qui parle aussi bien du logiciel libre (j’ai pas dit open source, j’ai bien dit logiciel libre), a mon avis vous n’en trouverez pas.
    A marquer d’une pierre blanche.
    [pis le fait que ce soit deux filles qui en parlent ne gâchent rien bien au contraire]

  20. Ben… oui c’est tellement pas courant d’entendre (ou lire) un(e) journaliste sur pareil sujet avec autant de cohérence qu’on ne peut qu’applaudir !

    Et puis… clap ! clap ! aKa… je ne peux pas me permettre de télécharger avec ma connexion surtaxée alors… merci pour le transcript !

  21. OlivierCO

    En regardant cette vidéo j’ai eu un grand soupir de soulagement!
    Enfin une émission qui parle du libre sans faire d’amalgame. Explication de la philosophie du libre, du personnage RMS, que le libre n’est pas égale à gratuit, …
    Je vois que certains journalistes ont encore un peu de conscience professionnel et savent encore se renseigner avant de parler d’un sujet.
    Je suis tout simplement HEUREUX.

  22. H.Valenza

    Tout le monde s’en balance mais comme je savais pas et que j’ai wikipédié, je vous l’écris dans ma grande bonté : l’ourdou est la langue officielle du Pakistan :-)
    Et le charme et la qualité sont les langues officielles de la Matinal de Canal !

  23. @H.Valenza : merci d’enfoncer le clou à propos de cette énorme faute de goût (limite méprisante, limite con). Quant à l’effet ironico-comique, le terme "grolandais" aurait fait l’affaire.

  24. Kola Mutama

    Je suis complètement bluffé de voir et d’entendre sur canal+ chaine payante de surcroit une explication aussi claire et précise sur le sujet du logiciel libre. C’est tellement rare qu’il mérite d’être signalé.

  25. Comme le passage de la comète de Halley … Il fallait pas louper ce moment car çà ne recommencera probablement pas avant un bon paquet d’années :-)

  26. Chistien

    Le "il ne s’agit pas vraiment d’informatique, il s’agit en fait de philosophie. " c’était déjà top. Mais alors le coup de "c’est dans nos têtes" que se situe la question, c’est vraiment extra ! Je suggère une invitation de la Dame aux prochaines RMLL de Bordeaux.

  27. restouble

    Le seul râleur ici (Oups)
    Elle ne parle pas de la traduction très particulière de ce livre, et c’est le seul point que je luis reproche car sinon c’est tout bon.
    A ben non c’est pas un playmobil c’est un lego le mini Stallman :)

  28. tous les informaticiens ne sont pas geek ou nolife…

  29. Merci à vous la Matinale !!
    Une belle victoire pour le monde Libre :)
    La journaliste a bien compris les enjeux de ce sujet capital :D
    Le grand public doit être informé et se sentir concerné !! Ce sont grâce à ces petites actions que l’on y arrivera, petit à petit, collectivement ^^

  30. Oui, ça fait plaisir à voir !
    J’aime beaucoup cette phrase : "Stallman c’est un peu le Luke Skywalker de l’informatique" :)

  31. jérôme

    Que dire ? C’est incroyable. De vrais journalistes en France !!!
    Comme quoi…
    Bravo.

  32. Sauf que la photo utilisée ressemble étrangement à :

    http://tofz.org/?display=Paris%2Fev

    Utilisée sans mentionner les termes de la licence, pourtant peu contraignante, LAL ou CC BySa…

    Il reste donc encore du chemin à parcourir, même si ce reportage semble clairement encourageant…

    Alors, à votre avis? J’attaque Canal+/Vivendi-Universal pour contrefaçon? :)

  33. Enfin !
    C’est plaisant de voir une journaliste et une émission qui ont l’air de s’intéresser au sujet.

    Bravo !

  34. Une belle victoire pour le monde Libre :)
    La journaliste a bien compris les enjeux de ce sujet capital :D
    Le grand public doit être informé et se sentir concerné !! Ce sont grâce à ces petites actions que l’on y arrivera, petit à petit, collectivement ^^