Logiciel libre et économie de la contribution : le temps de la déprolétarisation

Le 6 mars dernier Philippe Aigrain et Jérémie Zimmermann étaient invités par Alain Giffard et Bernard Stiegler dans le cadre des rencontres du Théâtre de la Colline de l’association Ars Industrialis.

Le titre était alléchant  : Logiciel libre et économie de la contribution  : le temps de la déprolétarisation.

Et la présentation tout autant  :

Nous y accueillerons Philippe Aigrain et Jeremie Zimmermann, avec lesquels nous débattrons des enjeux du logiciel libre du point de vue d’une économie de la contribution, dans un contexte industriel marqué par une extraordinaire croissance des technologies numériques, qui pénètrent désormais pratiquement tous les aspects de la vie quotidienne. Mais nous examinerons aussi cette question dans le souci de réfléchir aux possibilités et aux spécificités du modèle contributif dans d’autres secteurs que l’économie numérique elle-même.

Plus généralement, nous mettrons à l’épreuve l’hypothèse selon laquelle le mouvement culturel, social et professionnel du logiciel libre et des creative commons constituent un précédent historique avec lequel, pour la première fois dans l’histoire industrielle, une tendance qui conduisait à ce que les processus de prolétarisation, c’est à dire de pertes de savoirs, affectant progressivement tous les acteurs de la société industrielle (producteurs, consommateurs, concepteurs, mais aussi investisseurs devenus spéculateurs), semble se renverser en une tendance contraire, où la technologie industrielle est mise au service de la reconstitution de communautés de savoirs.

C’est comme extension de ce mouvement et des nouvelles caractéristiques organisationnelles sur lesquelles il repose que le modèle du logiciel libre, qui constitue la matrice de l’économie de la contribution, annoncerait le dépassement des modèles industriels productivistes et consuméristes.

Quelle frustration de ne pouvoir en être  !

Mais merci à Christian Fauré d’avoir enregistré ce débat de haute volée (ce dernier précise  : « la discussion qui a suivi a été vraiment exceptionnelle, par exemple lors de l’intervention d’Alain Pierrot, vous la retrouverez bientôt sur le site d’Ars Industrialis »).

Bernard Stiegler

—> La vidéo au format webm

Philippe Aigrain

—> La vidéo au format webm

Jérémie Zimmermann

—> La vidéo au format webm

Alain Giffard

—> La vidéo au format webm

22 Réponses

  1. Sans vouloir faire de troll, c’est triste de voir Bernard Stiegler (et les autres) parler de "dé-individuation" du savoir avec le logo Apple devant lui … ça dé-crédibilise tout son discours !
    à moins que je n’ai rien compris…

  2. @ yagraph : je me suis fait la même remarque pendant la conf
    à noter que c’était un ordi partagé par les conférenciers, je ne sais pas à qui il appartient

  3. Ouin. Dans ces cas-là, vous pouvez aussi mettre Tristan Nitot (et sa désormais célèbre "batterie de connards amers") dans le lot :
    http://standblog.org/blog/post/2008

  4. aka : je n’ai pas compris ton commentaire ?

  5. Je n’ai pas compris le commentaire d’aka, mais … tout comme yagraph, j’ai un peu grincé des dents en voyant la prison portative trôner sur la table. C’est dommage, ça m’a fait penser aux prêtres pédophiles. L’exemple est un peu extrême, je suis le premier à l’affirmer, mais il illustre la chose de manière correcte, à mon très humble avis.

  6. Je pense que le sens de la remarque d’aKa était qu’il était sans doute regrettable que l’ensemble des commentaires porte sur le fait qu’un Mac était utilisé.

    La remarque est sans doute intéressante, mais l’essentiel est dans la conf’, pas dans la marque de l’ordinateur qui est sur la table (d’ailleurs, rien ne nous dit qu’il n’était pas sous une distrib libre 😉 ).
    A chaque jour son débat, ici, c’est celui de la déprolétarisation, pas "le Mac, saimal, sapusépalibre".

    On peut effectivement relever la contradiction entre le discours et la réalité. Mais si on commence à partir en vrille dès qu’une personne n’est pas 100% libre, le débat restera fermé (c’est exactement ce que je reprochais dans un autre commentaire ici : http://www.framablog.org/index.php/… )

    Bref, la remarque est juste, mais même si yagraph n’a pas voulu faire le troll, ben s’en est un quand même parce qu’en attendant, le fond n’est pas discuté (et on continue à passer pour des intégristes).

    Grinçons des dents (pour citer Incontinentia Buttocks), mais soyons conscients qu’en exprimant ce grincement de dents dès le premier commentaire, on évacue une bonne partie du débat, et on n’invite pas les autres à la discussion ("Houla, si je poste un commentaire sur le fond mais que je suis sous Windows, je vais me faire charrier…"). Ca serait dommage.

  7. Je n’ai pas forcément été très clair, j’en conviens. Je voulais juste rappeler l’épisode où Tristan Nitot craque un peu parce qu’on vient lui faire la morale pour son ordinateur principal qui se trouve être un Mac.

    Voir certains commentaires sur LinuxFr :
    http://www.linuxfr.org/2008/11/12/2

    On peut renverser l’argument et ça ne fonctionne pas non plus. Tous les députés français sont sous GNU/Linux, paraît-il. Est-ce que cela en fait automatiquement des gens plus crédibles pour parler du "libre" ? Si oui, cela se saurait.

  8. @ pyg : j’adore ton analogie (affutée…) du crayon sur l’autre commentaire, ça nous change de celle des recettes de cuisine ! Je la réutiliserai si tu permets :-)

    @ aka : est-ce le même aka qui s’exprime ici que celui qui a mis en lumière le "syndrome Bayrou" ?!

    Sinon, pyg a fort bien résumé d’un "c’est vrai mais c’est pas le sujet"

  9. @antistress : A priori c’est le même oui. Nitot, c’était pour donner un exemple de gars crédible également sous Mac.

    (ceci dit je ne vous cache pas que je préfère un commentaire qui dirait "j’ai beaucoup aimé ceci dans la vidéo + développement, mais par ailleurs cela est discutable + développement, et tout à la fin : ps : le mac sur la table, ça fait pas un peu anachronique tout de même non ? uniquement se focaliser sur ce détail je trouve cela dommage en effet, sauf bien entendu si vous trouvez que la présence de ce mac sur la table est éliminatoire et suffit à ne plus vouloir regarder la vidéo)

  10. hyperproletarisation

    Hippies, yuppies, trippies , poppies … gros pipis .

    lien :
    http://www.sur-la-toile.com/article

    Apple admet avoir fait travailler des enfants

    Informatique La compagnie Apple a donc officiellement reconnu que des
    enfants avaient travaillé dans les usines qui fabriquaient ses
    ordinateurs, iPods et autres smartphones. Cela fait longtemps et de
    manière répétée que la société Apple était critiquée pour la qualité du
    travail dans ses usines. On a découvert au moins 11 enfants de 15 ans qui
    avaient travaillé l’année dernière dans trois usines qui fournissent
    Apple. Apple n’a pas nommé ces usines, mais il est connu de tous qu’elles
    sont probablement en Chine même s’il existe des usines Apple dans d’autres
    pays (Taiwan, Singapour, les Philippines, la Malaisie, la Thaïlande la
    République Tchèque ou les États-Unis).

    En reconnaissant ce fait passé, Apple a aussi annoncé qu’aucun enfant
    n’est plus autorisé à travailler pour la compagnie. D’autres affaires
    concernaient les conditions de travail (dont un suicide) et l’intoxication
    par inhalation de produits chimiques nocifs.

  11. Issana

    En ce qui me concerne, je place l’espoir de déprolétarisation dans l’émergence multiple de formes d’autonomie collective, et je crois que le logiciel libre en est une parmi d’autres.

    Mais je me méfie par contre beaucoup des termes "participatif", "économie de la contribution" qui sembleraient parfaitement coller à des idéologies managériales comme le toyotisme.
    Ce dernier n’est pas, ce me semble, un modèle de déprolétarisation, ou alors il déprolétarise en détruisant le prolétariat, par désolidarisation de ses éléments.

    Participer, oui mais pour quoi faire ?

    Quand l’industrie "sollicite" (organise) notre participation, c’est toujours, au final, pour produire (participation du salarié) ou consommer (participation du consommateur) en plus grande quantité.

    Quand untel met sa patte ou son grain de sel dans le logiciel libre, c’est pour produire/créer utiliser/jouir autrement, dans un autre rapport aux objets et aux autres. Pas forcément dans une prétention d’égalité, mais au moins sans soumission, même déguisée.

  12. mémoire auditive volatile

    Ben, j’étais dans la salle et j’avoue que mon esprit a tellement été attiré par les deux logos lumineux dans cette salle à lumière tamisée qu’aujourd’hui il m’est difficile de ne faire ressortir précisément de ma mémoire autre chose que ces pommes hypnotisantes et l’intervention de Jérémie Zimmermann (je ne sais pas bien expliquer pourquoi), même si sur le moment j’ai trouvé les interventions intéressantes.
    Je reconnais aussi que cela a toujours été mon problème de mémoriser les cours complètement oraux, j’ai toujours eu besoin de visualiser pour mémoriser, donc pour le visuel j’étais servi, il n’y avait que ça à retenir.
    De plus je me suis fait chier pour trouver un ordi sans payer la taxe Windows pour deux ordinateurs (dont le mien) et même si on n’est pas à l’aise avec l’informatique et dépendant de leur OS, en faire une telle publicité manque sérieusement de cohérence dans un tel discours.
    Si on n’est pas conscient du problème alors il n’y a pas grand chose à dire,
    sinon on n’en sortira jamais de dire aux autres ce qu’ils doivent faire tout en s’en affranchissant soi-même.
    Ils auraient au moins pu placer un autocolant opaque sur une telle pub omniprésente pendant ces trois heures, pour ne pas agresser. Personnellement ça m’a plombé le contenu.

  13. SixOO

    "sinon on n’en sortira jamais de dire aux autres ce qu’ils doivent faire tout en s’en affranchissant soi-même."

    Ah oui, quand même. Dans logiciel libre, il y a libre. Je crois que tout le temps qui est utilisé à dénigrer Microsoft (et Apple) est perdu pour faire la promotion de Gnu/Linux et de son environnement. Perso, heureusement qu’on m’a servi un autre discours sinon je ne serais jamais passé à Ubuntu. "Je suis ce que je suis grâce à ce que nous sommes tous", c’est aussi écouter celui qui utilise des formats propriétaires, échanger avec lui, peut être qu’il a une bonne idée à nous partager, même s’il a un mac sur son bureau. En tout cas ce n’est certainement pas en le méprisant qu’on parviendra à le sensibiliser.

    Je vais prendre le temps d’écouter la conférence, mais après avoir regardé les premières minutes, il y a encore une remarque à faire sur la forme: Je ne doute pas de l’intérêt de celle ci, à priori le sujet me passionne mais il y a à mon sens deux problèmes: la captation est médiocre, parfois à la limite de l’audible. Et surtout la disposition du lieu, intervenants d’un côté et auditeurs de l’autre, séparés par une grande table et un portable (Mac ^^) n’aide pas à suivre activement les intervenants. Je suggère donc l’intervention d’un ingénieur du son et (chose plus facile) l’utilisation de fauteuils disposés en arc de cercle avec pourquoi pas un rétro projecteur diffusant ce qui se passe sur l’écran du Mac honni, et une lampe ou deux… Ainsi les auditeurs auraient autre chose à regarder que le logo d’une pomme 😉

  14. modagoose

    Stiegler, ce serait bien qu’il aille d’abord déprolétariser sa mère et qu’il nous oublie.
    Ce pseudo penseur qui écrit des livres qui se regardent surtout le nombril a autant à voir avec le Libre que le PC siglé de la pomme posé à côté de lui. Ces gens là, qui mélangent à peu près tout ce qu’ils trouvent pour se mettre dans la lumière en faisant du verbiage de colloque qui me les brisent menu. Le Libre n’a pas besoin de ce genre de représentants auto-proclamés. Et je mets Aigrain et Zimmermann dans le même sac. Que ces gens développent leurs théories dans leur coin ne me gène pas, mais qu’ils viennnet nous parler de logiciel libre, si.

  15. Hybrid Son Of Oxayotl

    Tiens, on parle de moi :?D.
    Et oui, je suis le connard amer original. Il faut croire que Tristant Nitot n’accepte avec bonne grâce qu’on le mette devant ses contradictions uniquement lorsqu’il s’agit d’écologie. Et c’est bien dommage, parce qu’en refusant de se soumettre à la critique, et d’en discuter, on ne risque pas d’améliorer grand-chose.
    Je vous laisse, parce que mes commentaires exhalent une furieuse odeur de merde (il parait), et que de toute façon, comme je n’utilise pas un Mac, un utilisateur de Windows ne pourra jamais me comprendre…

  16. Mémoire auditive volatile

    La pub diffuse en permanence chez les jeunes et moins jeunes (cf François Fillon), la confusion que être geek c’est être un bon gros consommateur de produits High-Tech bien verrouillés et qui ont également l’immense avantage de les détourner de ce que leur concoctent les multinationales pour les priver de leur liberté (ipod, téléphonie, etc.).
    Et voici justement un article qui en parle mieux que moi
    (un court message visuel diffusé en masse est malheureusement bien plus efficace que trois heures de discours qu’une infime minorité va faire l’effort de suivre) :
    http://www.ecrans.fr/Les-jeunes-ne-

  17. mémoire auditive volatile

    Désolé, j’ai été un peu rapide tout à l’heure.
    Pour ce qui détourne l’attention de nombre d’entre nous, des actions de ces mêmes firmes qui oeuvrent dans l’ombre en arrosant des cohortes de lobbyistes pour verrouiller leurs rentes qui se chiffrent en milliards, ou millions pour les plus petits ou plus jeunes prédateurs :
    Il suffit de regarder dans la rue, la profusion de pubs, de magazines nombrilistes, de gens qui ne font que consulter leur joujou téléphonique bling bling, dernier cri, qui fait vidéo, jeux, SMS, d’ipod sur les oreilles (sans doute bourré de tous les podcast de la starac ou de la ferme célébrités)
    Il suffit de s’apercevoir dans les foyers du nombre de gens devant les jeux vidéos, les séries ou débats pipés à la con mais malheusement tous porteurs de messages consuméristes, d’idéologie libérale et de servitude aux pouvoirs). sans compter ceux qui se fichent (mieux que Edvige) par servitude volontaire et nombriliste sur les réseaux sociaux tels que Facebook (qui leur permet au passage de disposer d’une mine d’or en études marketing volontaire et gratuite). Mais j’en passe bien d’autres…

  18. mémoire auditive volatile

    Tiens c’est bizarre mon message précédent n’est pas passé donc le second semble incompréhensible (revoici le premier) :
    Je disais que la pub diffuse en permanence chez les jeunes et les moins jeunes (cf François Fillon ces derniers mois) la confusion qu’être "geek" (c’est bon pour le Marketing) c’est être un bon gros consommateur de produits High-Tech bien verrouiilés (Ipod, téléphonie, consoles vidéos et de jeux, etc.) et qui a de plus l’immense avantage pour ces mêmes firmes de plus en plus puissantes de détourner l’attention des privations de libertés qu’elles mettent en oeuvre quotidiennemant et sans aucune relache pour verrouiller encore plus ces mêmes utilisateurs.
    (un court message visuel diffusé en masse est malheureusement bien plus efficace qu’un long discours qu’une infime minorité va faire l’effort de suivre)
    Voici justement un article qui en parle mieux que moi :
    http://www.ecrans.fr/Les-jeunes-ne-

  19. @ mémoire auditive volatile : merci pour ces commentaires et lien, ça me fait réfléchir.
    On peut ajouter ce billet qui explique ce que devrait être un smartphone http://blog.segle.org/index.php/200
    et les liens donnés sur le standblog autour de la hackabilité/bidouillabilité
    http://standblog.org/blog/tag/hacka
    http://standblog.org/blog/tag/bidou

  20. iBelieveInDaCloud

    Juste pour nourrir le troll, ce n’est pas le Mac qui est privateur, mais l’OS qui peut tourner dessus.

  21. Corty

    @ modagoose : je vais te soumettre une proposition intéressante : la violence du propos devrait être proportionnel à la qualité de l’argumentation que l’on fournit. Dans ton message, c’est plutôt "inversement proportionnel". Tu as tout à fait le droit de ne pas aimer la philosophie de Stiegler, mais je vois mal comment tu peux l’appeler de "pseudo-penseur" alors que son travail de réactualisation de la phénoménologie d’Husserl à travers la question de la technique est très très convaincant (à moins que pour toi, Husserl soit aussi un "pseudo-penseur"…).

    Si, lorsqu’un philosophe (ou toute autre personne) s’exprime de manière argumentée et intelligente sur un sujet qui te tient à coeur, mais que tu n’es pas d’accord avec son discours, je te conseille de réfléchir plutôt que de réagir comme un animal qui aboie parce qu’il a l’impression qu’on veut lui piquer son nonos. Je crois que le monde du Libre (et le monde tout court) n’a pas besoin de comportement comme le tien.

  22. U.H.M.

    Tout à fait d’accord avec Corty.

    Et pas étonné une seconde que l’un des « connards amers » soit ce crétin d’Hybrid Son of Biactol…