Geektionnerd : Kindle Surprise

Classé dans : Geektionnerd, Libres Cultures | 10

En référence directe à une récente annonce d’Amazon décryptée par Le Monde  : Le livre numérique a-t-il détrôné le livre papier aux Etats-Unis  ?

Geektionnerd - Simon Gee Giraudot - CC by-sa

Geektionnerd - Simon Gee Giraudot - CC by-sa

Crédit  : Simon Gee Giraudot (Creative Commons By-Sa)

Auteur/dessinateur de bandes dessinées (Grise Bouille, Le Geektionnerd, Superflu, Bastards Inc, etc.). Et docteur en informatique (généraliste conventionné secteur 42).

10 Réponses

  1. Roberta

    Quoi ? Le Kindle ne permet pas de lire les PDF ?

  2. D’après la Wikipedia : "Les documents aux formats Word et DOC nécessitent une conversion au format AZW[2]. La version 2.3 du logiciel Kindle, annoncée par Amazon le 25 novembre 2009[7], permet la lecture native du format PDF."
    Je ne suis pas certain de comprendre la nuance entre "format Word" et "DOC", vu que Word enregistre en .DOC, mais je suppose comprendre correctement la seconde partie : depuis novembre 2009, on peut lire du PDF avec le Kindle.
    Je trouve quand même géniale l’idée d’ajouter une fonction permettant d’effacer des fichiers à distance, sans prévenir leurs possesseurs. Il fallait y penser, il fallait oser.

  3. modagoose

    Oui, mais ce ne sont pas les seuls. Google efface les applis à distance sur Androïd sous prétexte de sécurité au lieu d’en informer les utilisateurs pour qu’ils décident par eux-mêmes, et à n’en pas douter Apple fait de même pour les applis et les contenus sur ses itrucs sous prétexte de morale. Encore plus fort, Apple les efface de la réalité comme ça pas besoin de les effacer plus tard à distance. Oui parce que la réalité selon Apple, c’est l’applestore et ithune. tout le reste est le fruit de nos esprits malades :)
    C’est chouette de ne plus avoir à s’encombrer de la liberté, de payer et d’avoir confiance…
    Répète après moi : "La liberté c’est l’esclavage"

  4. @modagoose

    À noter, pour la différence, que les applis effacées par Google étaient des applis créées par des chercheurs comme proof of concept d’une faille, portant une fausse description exprès pour que les gens la téléchargent, et que lesdits chercheurs avaient demandé à Google de l’enlever puisqu’elle ne servait plus à rien. C’est le seul cas de suppression à distance par Google. Sinon, aucun cas de censure sur l’Android Market.

  5. @modagoose

    À noter, pour la différence, que les applis effacées par Google étaient des applis créées par des chercheurs comme proof of concept d’une faille, portant une fausse description exprès pour que les gens la téléchargent, et que lesdits chercheurs avaient demandé à Google de l’enlever puisqu’elle ne servait plus à rien. C’est le seul cas de suppression à distance par Google. Sinon, aucun cas de censure sur l’Android Market.

  6. tuxmouraille

    Bonjour,
    En moins grand et sans clavier, qui lit les formats: ePUB, PDF, HTML, FB2, TXT, PalmDoc, JPG, GIF, PNG, compatible DRM, fonctionne sous GNU/Linux et est fabriqué par une société Française. Il est légèrement plus chère: 20€ de plus que le Kindle mais la liberté n’a pas de prix, et il est en vente chez notre ami InLibroVeritas.

    Pour les points faibles il est un peu lent mais je n’ai pas de point de comparaison et la coque est fragile.

  7. modagoose

    Alatar, oui, je comprends bien, mais il n’en reste pas moins qu’ils ont agit en passant par dessus l’utilisateur final et sans son accord. C’est maladroit et surtout infantilisant. Et puis même, de quel droit Google se permet-il d’agir à distance sur un matériel qui ne lui appartient pas ?
    Tout ça pour dire, et sans vouloir entrer dans une polémique, qu’à force de laisser des multinationales nous expliquer que la liberté c’est dangereux et que le contrôle c’est la sécurité, ce type de comportement intrusif est à peine sanctionné par ceux qui ont eu confiance dans ces multinationales, qu’elles vendent des formats fermés, du hardware fermé ou du soft à peine ouvert appelé aussi Open source.

  8. "Et puis même, de quel droit Google se permet-il d’agir à distance sur un matériel qui ne lui appartient pas ?"
    Quand tu installes leurs choses, tu acceptes qu’ils te fassent tout plein de choses dans ton dos. Leurs contrats étant généralement très vagues, je suis persuadés qu’il y a une clause les autorisant à te faire des touchers rectal après que tu aies utilisé leur moteur de recherche.

  9. modagoose

    Je n’en doute pas. Je ne suis pas personnellement concernés n’utilisant pas de cellulaire, de smatphone ou un quelconque Os ou service Google. Mais je parlais dans l’absolu. Des personnes sont prêtes à porter du crédit à un concept aussi fumeux que la propriété intellectuelle comparant cette dernière à leur appartement ou à un objet qui leur appartient. Mais lorsqu’il s’agit de données personnelles, les leurs, là, plus personne, à peine un murmure et on continu à faire comme si ce n’était pas important, pas grave. Si Google rentre chez vous la nuit pour des soit-disant raisons de sécurité, sans avoir prévenu au préalable, il me semble que cela en secouerait plus d’un.

  10. Mais il n’y a aucun risque, hein. Comme dit le gentil monsieur de chez Google, montrez-moi une seule personne à qui ça porte préjudice :-)