10 différences entre les OS libres Linux et BSD

Classé dans : Libres Logiciels | 31

Beastie - Logo BSDIl est trop rare que nous évoquions le système d’exploitation libre BSD (Berkeley Software Distribution). La dernière fois il s’agissait d’un billet consacré à l’histoire d’Unix, à l’occasion de son quarantième anniversaire.

Et c’est dommage parce que cela finit par laisser à penser qu’il n’existe que GNU/Linux dans le monde des OS libres. Or il y a aussi la famille BSD (FreeBSD, OpenBSD, NetBSD…), louée pour la propreté de son code, sa sécurité, sa fiabilité et sa stabilité, que l’on compare souvent à son « cousin » GNU/Linux justement, histoire de l’appréhender plus facilement et de mieux comprendre ce qui fait sa spécificité.

Si on le rencontre peu souvent sur ce blog, c’est aussi parce qu’il serait difficile de le conseiller de prime abord à un utilisateur lambda pour sa machine personnelle, surtout si ce dernier provient de l’univers Windows. La matériel est moins bien et moins vite supporté, il y a moins d’applications disponibles et il se destine surtout au monde des serveurs. Mais rien ne dit qu’un jour, vous aussi…

Ce billet s’adresse donc à tous les curieux et plus particulièrement à ceux qui se sont déjà frottés de près ou de loin à une distributions GNU/Linux. Il s’adresse également aux experts et aux aficionados de BSD qui sont cordialement invités à témoigner, compléter et surtout critiquer l’article et ses arguments dans les commentaires.

D’autant plus que l’auteur propose en conclusion une classification des OS en fonction de la maîtrise de leurs utilisateurs qui ne fera sans doute pas l’unanimité !

Remarque 1 : Le personnage ci-dessus s’appelle Beastie (bi-esse-di), c’est la mascotte BSD et il représente un charmant petit démon, oups, je veux dire daemon.

Remarque 2 : Il y a du BSD dans Mac OS X, comme aiment à la rappeler certains Macfans et les geeks qui, ayant adopté cet OS, « culpabilisent » moins ainsi 😉

10 différences entre Linux et BSD

10 differences between Linux and BSD

Jack Wallen – 4 août 2010 – TechRepublic
(Traduction Framalang : Loque huaine et Mathieu)

Malgré une tendance courante à minimiser leurs différences, Linux et BSD ont un certain nombre de caractéristiques qui les distinguent. Jack Wallen attire l’attention sur plusieurs différences importantes.

Combien de fois avez-vous déjà entendu les gens mettre Linux et n’importe quel BSD dans le même panier ? Bien sûr, il existe un grand nombre de similarités entre Linux et BSD : ils sont tous les deux basés sur UNIX. Dans l’ensemble, les deux systèmes sont développés par des organisations à but non lucratif. Et je dois dire que Linux comme les variantes BSD ont un but commun : créer le plus utile et le plus fiable des systèmes d’exploitation qui soit.

Toutefois, il y a aussi des différences significatives. Et quand les gens n’y font pas attention, c’est toute la communauté BSD qui frissonne de colère. Aussi, j’ai pensé que je pourrais aider mes frères de BSD et expliquer un peu en quoi Linux est différent de BSD.

1. Licences

Comme nous le savons tous, le système d’exploitation Linux est sous licence GPL. Cette licence est utilisée pour empêcher l’inclusion de logiciels aux sources fermées et pour assurer la disponibilité du code source. La GPL essaye d’empêcher la distribution de sources sous forme de binaires seulement.

La Licence BSD est bien moins restrictive et autorise même la distribution de source sous forme de binaires. La principale différence peut cependant être vue de la façon suivante : la GPL vous donne le droit d’utiliser le logiciel de n’importe quelle façon, mais vous DEVEZ vous assurer que le code source est disponible pour la prochaine personne qui utilisera le logiciel (ou votre variante du logiciel). La licence BSD n’exige pas que vous soyez sûr que la prochaine personne qui utilise (ou modifie votre code) rende ce code disponible.

2. Contrôle

Le code BSD n’est pas « contrôlé » par une personne en particulier, ce que beaucoup de gens voient comme un gros plus. Alors que le noyau Linux est principalement contrôlé par Linus Torvalds (le créateur de Linux), BSD n’est pas régi par une personne unique dictant ce qui peut ou ne peut pas aller dans le code. À la place, BSD utilise une « équipe centrale » (NdT : core team) pour gérer le projet. Cette équipe centrale a un droit de parole dans la direction du projet plus important que celui des autres membre de la communauté BSD.

3. Noyau contre système d’exploitation

Le projet BSD maintient un système d’exploitation entier, alors que le projet Linux se focalise principalement sur le seul noyau. Ce n’est pas aussi fondamental que ça en a l’air parce qu’un grand nombre d’applications qui sont utilisées le sont sur les deux systèmes d’exploitation.

4. UNIX-like

Il y a un vieux dicton à propos de BSD contre Linux : « BSD est ce que vous obtenez quand une poignée d’hackers UNIX se rassemblent pour essayer de porter un système UNIX sur un PC. Linux est ce que vous obtenez quand une poignée d’hackers PC se rassemblent et essaient d’écrire un système UNIX pour le PC » (NdT : BSD is what you get when a bunch of UNIX hackers sit down to try to port a UNIX system to the PC. Linux is what you get when a bunch of PC hackers sit down and try to write a UNIX system for the PC).

Cette expression en dit long. Ce que vous pourrez constater, c’est que les BSD ressemblent beaucoup à UNIX parce qu’ils sont en fait des dérivés directs du traditionnel UNIX. Linux, en revanche, était un OS nouvellement créé, vaguement basé sur un dérivé d’UNIX (Minix, pour être précis).

5. Systèmes de base

Ce point est crucial pour comprendre les différences entre BSD et Linux.

Le « système de base » pour Linux n’existe pas vraiment, puisque Linux est un conglomérat de systèmes plus petits qui s’imbriquent ensemblent pour former un tout. La plupart diront que le système de base de Linux est le noyau. Le problème c’est qu’un noyau est plutôt inutile sans aucune application utilisable. BSD en revanche, a un système de base comprenant de nombreux outils — même libc fait partie du système de base. Parce que ces pièces sont toutes traitées comme un système de base, elles sont toutes développées et packagées ensemble. D’aucun argueront du fait que cela crée un tout plus cohésif.

6. Plus à partir des sources

À cause de la façon dont BSD est développé (en utilisant le système de Ports), davantage d’utilisateurs ont tendance à installer à partir des sources plutôt que de paquets binaires pré-empaquetés.

Est-ce un avantage ou un inconvénient ? Cela dépend des individus. Si vous êtes adepte de la simplicité et de la convivialité, vous vous en détournerez. Ceci est particulièrement vrai pour les nouveaux utilisateurs. Peu de nouveaux utilisateurs veulent avoir à compiler à partir des sources. Cela peut engendrer une distribution pataude. Mais installer à partir des sources a aussi ses avantages (gestion des versions des bibliothèques, construction de paquets spécifiques au système, etc.).

7. Changements de version

Grâce à la façon dont BSD est développé (voir le point 5), vous pouvez mettre à jour l’ensemble de votre système de base vers la plus récente des versions avec une seule commande. Ou bien vous pouvez télécharger les sources de n’importe quelle version, les décompresser, et compiler comme vous le feriez pour n’importe quelle autre application. Avec Linux, vous pouvez aussi changer un système de version en utilisant le gestionnaire de paquets du système. La première façon ne mettra à jour que le système de base, la seconde mettra à jour l’ensemble de l’installation. Rappelez-vous cependant que passer à la nouvelle version du système de base ne veut pas dire que tous vos paquets supplémentaires seront mis à jour. Alors qu’avec les mises à jour de version de Linux, tous vos paquets bénéficieront du processus de mise à niveau. Est-ce que cela signifie que la façon de faire de Linux est meilleure ? Pas nécessairement. J’ai vu de mes propres yeux une mise à jour Linux qui s’est horriblement mal passée, nécessitant la réinstallation du système tout entier. Cela a beaucoup moins de chances de se produire avec un changement de version BSD.

8. Dernier cri

Il est peu probable que vous voyiez un BSD exécuter la toute dernière version de quoi que ce soit. Linux au contraire, a beaucoup de distributions qui offrent les dernières versions des paquets. Si vous êtes fan du « Si ce n’est pas cassé, ne le corrigez pas » (NdT : If it isn’t broken, don’t fix it), vous serez un grand fan de BSD. Mais si vous êtes du genre à avoir besoin que tout soit le plus récent possible, vous feriez mieux de migrer vers Linux aussi vite que possible histoire de ne pas être à la traîne.

9. Support matériel

Vous constaterez, en général, que Linux supporte le matériel bien plus tôt que BSD. Ça ne veut pas dire que BSD ne supporte pas autant de matériel que Linux. Ça veut juste dire que Linux le supporte avant BSD (dans certains cas, BIEN avant BSD). Donc si vous voulez la toute dernière carte graphique, ne pensez même pas à BSD. Si vous voulez le nouveau portable qui en jette avec un chipset sans-fil dernier cri, vous aurez plus de chance avec Linux.

10. Communauté d’utilisateurs

Je vais me risquer ici à généraliser sur les utilisateurs d’ordinateurs. En préambule je dirai qu’il y a des exceptions à TOUTES les règles (ou généralités, dans le cas présent). Mais je vous présente ma généralisation sur la répartition des distributions en fonction des utilisateurs. De la gauche vers la droite on passe des utilisateurs maîtrisant le moins un PC à ceux le maîtrisant le plus. Comme vous pouvez le constater, Linux est au milieu, alors que BSD penche plus sur la droite. Beaucoup ne seront pas d’accord ; certains en seront même offensés. Mais c’est d’après moi une généralité assez juste sur l’usage du système d’exploitation selon l’utilisateur.

Mac —–> Windows —–> Linux —–> BSD —–> UNIX

Autres différences ?

Cette liste n’est en aucune façon destinée à dire que l’un est meilleur que l’autre. Je trouve que BSD et Linux ont chacun leur place. Et vous ?

Trouvez-vous les différences entre Linux et BSD assez significatives pour préférer rester sur l’un plutôt que l’autre ? Avez-vous essayé les deux ? Qu’est-ce qui vous fait préférer l’un par rapport à l’autre ? Argumentez, et faites connaître votre opinion à vos amis lecteurs.

31 Réponses

  1. C’est dommage : l’auteur confond (comme on le fait souvent) le noyau Linux avec l’OS GNU/Linux.
    Ça peut amener à des confusions génantes dans ce qu’il explique : on pourrait croire que tout le code de GNU/Linux passe devant Linus Torvalds, alors que ce ne sont que les modifications du noyau. Et en plus je doute qu’il ne délègue pas un minimum…

  2. @Luc: Au contraire je trouve plutôt honnête la façon dont Linux, le noyau, est clairement utilisé comme point d’appui pour cette comparaison. GNU/Linux ne veux pas dire grand chose étant donné que cela recouvre une variété de distributions.
    (Wikipedia n’ai pas d’une grande aide en ce domaine car elle ne fait que pointer vers le débat entre partisans du Linux contre GNU/Linux). Se restreindre à Linux a l’avantage de cadrer le débat… tout en faussant il est vrai la comparaison.

    Le point 10 me fait bien rire puisque Darwin, le noyaux de Mac OS X, est construit sur une base BSD :)

    Je dirais plutôt que le Mac permet de faire le grand écart entre la simplicité d’utilisation et la puissance de BSD.
    Mais c’est un avis /très/ personnel :)

  3. Bonjour,

    Intéressant, merci.

    Mais:

    «la distribution de source sous forme de binaires.»

    Il n’y a pas une erreur, là ?

    «Peu de nouveaux utilisateurs veulent avoir à compiler à partir des sources. Cela peut engendrer une distribution pataude.»

    Cela veut-il dire qu’une mauvaise pratique de la compilation à partir des sources peut engendrer des binaires moins bien optimisés que les binaires distribués par défaut ?

  4. Oui, si tu ne maitrise pas bien la compilation, les options utilisée peuvent rendre les binaires moins stable que la configuration par défaut.

    Sinon, après de multiples expériences (oui, bon, une demi-douzaine) windows est bien plus compliqué à maitriser pour des novices total qu’une distribution gnu/linux « user-friendly » tel que les ubuntu.

    Avec ces distributions, une fois installée, plus aucun soucis. Et comme ce sont des vrais novices, les habitudes windows ne sont pas prisent, il n’y a pas d’adaptation à gnome puisqu’ils ne connaissent que ça, et ça va beaucoup plus vite qu’avec windows.

    donc je dirais que la partie configuration/installation est un peu plus complexe, mais la partie utilisation de tout les jours pour des gens qui vont sur internet, tapent trois courriers par mois, et… c’est tout est plus simple sous gnome que sous windows.

  5. Je comprends mal le point deuxième point (contrôle). Théo de Raadt est un dictateur bienfaiteur, non ?

    De plus je ne connaît pas bien BSD, mais l’auteur parle comme s’il existait un OS BSD. Je crois que ce n’est pas le cas et que le « base system » d’OpenBSD, de FreeBSD et de NetBSD ont un développement parallèle.

    @Sylvain > Il ne parle pas de puissance mais de simplicité d’utilisation (ce que tu reconnait toi même). D’ailleurs c’est même pas une considération technique vu qu’il parle d’utilisateurs plus ou moins avancés.

  6. Et si on comparait Debian GNU/Linux (et la grande majorité des distribution) et BSD n’y aurait-il pas la plupart des points qui tomberaient ?
    Parce que sinon, on pourrait aussi comparer Linux à Windows et conclure que le second est meilleur car fournissant plus d’outils de base 😉

  7. Ayant testé les deux systeme, ( j’utilise FreeBSD pour le moment).

    Je peux constater que les arguments de l’auteur sont un peu fébriles, quel est le point commun entre un Ubuntu (OS linux le moins poussé UNIX) et un ArchLinux (Le plus proche d’UNIX "pour moi") ?
    Conclusion 1 : On ne peut pas comparer "Linux" a BSD car les différences entre distributions sont parfois énormes.

    Le systeme de fichier, entre un BSD et un Debian (ou ArchLinux) [Ubuntu est trop grand public … ] est sensiblement le même, certain diront que celui de BSD est mieux ranger, plus "carré". Mais je suis sur qu’un utilisateur lambda ne ferait pas la diférence.
    Conclusion 2: Si peut de différences n’en fait pas un argument

    Au niveau des logiciels supportés, il suffit de regarder dans le /ports de BSD et vous trouverez bien plus de logiciel que dans le "Logithèque" d’Ubuntu. Par contre, il n’y a aucune descriptions des logiciels dans BSD, quand on chercher un navigateur, ca va des noms arrivent très rapidement par contre quand on cherche un lecteur video (eclair est celui developpé avec BSD) une recherche s’impose.
    Conclusion 3 : Ce ne sera peut etre pas la dernière version du logiciel (ou ce logiciel que vous cherchez) mais vous trouverez de quoi faire ce qui vous tracasse.
    Note : Si vous cehercher un logiciel bien précis restez sous Windows 😉

    Au niveau du matériel supporté, Linux est bien devant FreeBSD, (enfin Debian ^^). De plus, ce n’est pas forcément une partie de plaisir de faire fonctionner sa clé USB sous BSD pour la première fois. (Oui, j’ai eu un peu de mal)
    Conclusion 4 : Debian est quand meme mieux fourni a ce niveau.
    Note : Mais sur les deux, avec des connaissances et de bons tutoriel vous pouvez branché tout votre matériel.

    Au niveau de l’installation, installé FreeBSD est un pur plaisir, cela permet de bien comprendre le systeme avec un documentation très claire par arpport a certaines distribution Linux. C’est très simple et très rapide d’avoir un systeme oppérationnel et entièrement personnalisable (notamment le choix du bureau et du gestionnaire de fenetre).
    Par contre rien de comparable a une installation a la sourie du genre Ubuntu. Mais bien moins complexe qu’un ArchLinux qui te demande de connaitre tout ton matériel sous le bout des doigts.
    Conclusion : Très simple d’installation, rapide.
    Note : je conseil d’utilisé ces 2 liens pour une install sans bavures: http://linkr.fr/5Kmy + http://linkr.fr/gVUd

    Au niveau de la communeauté, les deux sont très "sympathiques" et peuvent etre d’une grande aide.

  8. "BSD is what you get when a bunch of UNIX hackers sit down to try to port a UNIX system to the PC. Linux is what you get when a bunch of PC hackers sit down and try to write a UNIX system for the PC"

    j’aime bien revenir aux termes originaux parce qu’ils revelent souvent des sens non traduits (le traducteur ayant lui aussi ses opinions) : l’expression ci-dessus est elle meme ce que j’appellerais un argument biaise, l’auteur s’appuie implicitement sur l’ignorance de ses adversaires; seulement l’inconvenient d’un argument biaise, c’est qu’on peut le retourner comme une chaussette !

    – le terme "port" a la meme signification technique en fr comme en anglais : ils ‘agit donc d’une adaptation, les codeurs ne partent pas de zero mais adaptent un code pre-existant, stable et eprouve.

    – le terme write pour linux signifie que les codeurs partent de zero, et n’adaptent aucun code pre-existant (une contradiction avec son assertion de minix qui est fausse; ref la bio de torvalds coredigee par lui-meme), les codeurs sont partis d’une feuille blanche et ont donc tout invente, et ils continuent a innover (les arguments de l’auteur pour les avancees de linux en terme de reconnaissance materiels).

    Comment peut-on objectivement comparer Linux (en constant etat d’innovation) avec BSD (qui est une adaptation d’Unix, qui est donc peu ou prou figee) ?

    Mac —–> Windows —–> Linux —–> BSD —–> UNIX ???

    la encore un argument biaise, argument qui compte sur l’ignorance des lecteurs…

    la graphie exacte serait plutot :

    Windows —–> :
    – Mac
    – BSD
    – Unix
    – GNU/Linux

    avec mac, bsd, unix, gnulinux sur un pied d’egalite technique, avec pour seules differences le type de licence.

    -Unix, les unices sont privateurs en general et sont orientes non PC = standard IBM architecture x86 cisc

    -BSD, port unice pour standard IBM achitecture x86 cisc, libre au sens du codeur

    -mac derive de BSD, privateur, darwin etant libre au sens du codeur

    -Linux et GNU, d’inspiration unice, pour standard IBM achitecture x86 cisc, risc, multicpu etc, libre au sens de l’utilisateur/distributeur

    Le fait avere que Linux et GNU soit des briquettes assemblees rendent possible la constitution de systemes de toutes tailles, de tous types, pour n’importe quel objectif…

    Linux a conquis les labos, les reseaux, les bornes interactives, les telephones, les mediatv, les set top box, etc… il suffit d’un choix pour qu’il conquiert aussi les transports, si ce n’est pas deja en cours !

  9. @J > Dire que les BSD n’ont pas innovés est très subjectif. Les jails sont bien plus sophistiquées que le chroot. Regarde du coté de dragonflyBSD avec sa gestion des threads et son système de fichier HammerFS (notemment son comportement lorsqu’il utilise un SSD et un disque dur à plateau). C’est OpenBSD qui a poussé la technique dite de séparation des pouvoir. C’est aussi OpenBSD qui avec inventé PacketFilter (repris sur tout les systèmes BSD) qui sert grandement d’inspiration pour le futur d’iptables.

    Ensuite pour l’ordre des OS je trouve ridicule de ne pas faire de différence de facilité d’utilisation entre Mac (plus simple que Windows) et GNU/Linux ou BSD.

  10. BIOTAUPE

    Vive le code source !
    Le notre est le français aussi essayons de l’écrire correctement les arguments et les commentaires du blog sont très souvent pertinents et instructifs, encore faudrait-il utiliser un code commun : le Français. sinon beaucoup de non libristes vont se moquer de notre incapacité à utiliser un clavier avec accent, de confondre verbe et adverbe, etc etc …. L’informatique est là pour nous aider.
    Pas 2 smeusse é 2 langaj pouri.
    Le dos 3.3 me casse les pieds, alors vive le dernier Kubuntu, (04.10 par exemple).
    L’informatique doit aider l’utilisateur et non le contraire ; toute personne doit pouvoir travailler sans la console, le dos 3.3 me casse les pieds et le bash aussi, nous sommes en 2010 plus en 1987, (pour ceux qui ne connaissent pas l’operating system de l’époque). Il y a en un qui a raison sur le concept mais pas le bussiness-concept ( Nous ne dévoilerons pas son nom il travaille pour : La Pomme, en français), nous LIBRISTES avons un concept, allons jusqu’au bout; une machine facile d’utilisation et surtout qui fonctionne………..! par tous temps et pour tout le monde.
    A nous d’inventer le marketing libre qui n’a rien à vendre, mais une éthique de vie . Un sujet de réflexion possible pour les grandes Ecoles de commerce.
    Sinon Debian c’est un must pour ceux qui ont du temps libre et une bonne connaissance de la distribution de référence.
    Le futur ne manque pas d’avenir (Pierre Dac) et les logiciels libres non plus.
    Il est plus facile aujoud’hui d’installer une distribution Linux ou gnu/linux ou C:\gnu\Linux, qu’un autre système d’exploitation.
    Donc : un peu d’optimisme, sauf si nos députés votent des lois anti "Logiciels-libres" peut-être même avec des machines équipées Ubuntu (AOC). Surveillons le parlement Européen.
    Comme le piratage est contraire aux conceptions des utlisitateurs de logiciels libres alors utilisons ces même logiciels "LIBRES" pour ne pas pirater de grandes enseignes mondialement connues mais pas incontournables. En français on pourrait pensr à "fenêtres",( la multimondiale en question.)
    En informatique le principal c’est que ça marche et là , il y a du boulot.
    Pourtant comme disent les djeuns "ça le fait" et ce pour beaucoup de distributions Linux, alors au travail !!!!! Mais c’est un travail de bénévole(s) et de tous les jours.
    Bonne journée à tous.

    Biotaupe.

    Sorry for my french

  11. @ Biotaupe
    "Le dos 3.3 me casse les pieds, alors vive le dernier Kubuntu, (04.10 par exemple).
    L’informatique doit aider l’utilisateur et non le contraire ; toute personne doit pouvoir travailler sans la console, le dos 3.3 me casse les pieds et le bash aussi, nous sommes en 2010 plus en 1987, (pour ceux qui ne connaissent pas l’operating system de l’époque)."

    Je trouve qu’un Linux/BSD sans ligne de commande n’est pas un Linux !!
    Allez sous linux, c’est vouloir comprendre son systeme, savoir comment installer un logiciel sans souris … Plus tu vas vers la simplicité, plus tu abruties l’utilisateur, plus tu le controle, plus tu vas vers "Fenetre" comme tu le dis.
    Comme tu le dis, un Linux (ou BSD ou …) c’est une éthique, une éthique de liberté, pourquoi vouloir restreindre les moyens de l’utilisateur, rien que l’installation d’Ubuntu est contraire a ma vision d’un OS Libre. Une fois Ubuntu installer, sais-tu créer un utilisateur en ligne de commande ? Sais-tu décompresser un logiciel ? Non et non, Ubuntu t’as fait une belle fenetre où tu peux cliquer betement et a inventer .deb pour que tu n’aie plus rien a faire.
    Après, oui, Ubuntu peut se réjouir d’être un OS libre grand public (elle peut meme faire des pubs a la TV …) mais plus les versions passent, plus elles s’eloignent du monde du Libre.

    ps : Le monde du libre, ce n’est pas avoir OpenOffice d’installer, c’est connaitre son systeme et améliorer ce dernier.

  12. Je voudrais juste rajouter une citation, trouvée sur Framablog :

    "Benjamin Mako Hill – 19 janvier 2010 – FSF Appeals
    (Traduction Framalang : Don Rico et Mathieu Adoutte)

    L’essence du logiciel libre est selon moi de permettre aux utilisateurs de micro-informatique d’être maître de leur machine et de leurs données. Dans la mesure où nos logiciels définissent notre rapport au monde et aux autres, la liberté logicielle est une part importante de ce qui nous permet de déterminer notre façon de vivre, de travailler et de communiquer"

  13. biotaupe

    @zitor
    Hé oui je suis un vieux qui a commencé avec apple II , alcyane avec disque dur. Oui je sais créer un compte (root) en ligne de commande et c’est la première opération que j’effectue sous Ubuntu et ses dérivés car la grosse faille c’est de ne pas créer de compte administrateur dans ces distributions là. Vive Debian encore une fois.
    Avec tes arguments on ne peut dire que : vive Apple !
    Heureusement il y a Mepis, Ubuntu, Mandriva et d’autres distributions amicales pour l’usager. Merci à tous les bénévoles et informaticiens de bonne volonté qui créent les scripts nécessaires pour nous éviter l’usage de VIM et autres logiciels contre-intuitifs pour programmeurs ou initiés.
    zoo, zip, arc en ligne de commande j’ai pratiqué alors, Ya basta !
    L’ordinateur doit être accessible à tous , l’interface graphique est là pour ça.
    Sinon il reste l’assembleur, c’est hyper rapide mais ………..hyper pas pratique.
    Il y a encore du boulot, pour aller vers l’ordinateur parfait, un bon sujet de philo.
    Bonne journée.

  14. Wolfen13fr

    Je trouve dommage de faire un étalage de 10 différences entre Linux (Distribution ou Noyau) et BSD en essayant de mettre en avant l’un plutôt que l’autre …

    Ce sont deux systèmes d’exploitation avec des bases de conception différentes pour une utilisation proche et une stabilité proche, point.

    Ce qui me choque plus, c’est l’utilisation du terme UNIX dans tout ça … UNIX est un terme qui définit un système d’exploitation qui répond entièrement aux normes POSIX. De ce fait, aux dernières nouvelles, peu de système sont réellement des UNIX et si BSD en est effectivement un, ce n’est pas le cas d’OpenBSD, FreeBSD ou GNU/Linux. Je trouve le rapprochement un peu rapide et il peut porter à confusion …

    De ce fait, les représentations "graphiques" de type Mac —–> Windows —–> Linux —–> BSD —–> UNIX ne veulent rien dire.

    Mac OS X est un UNIX, au même titre que BSD, Solaris, AIX ou encore HP-UX.

    Bref, je ne pense pas que ce genre d’article apporte plus d’éclaircissement que de confusion dans l’esprit des lecteurs …

    @Zitor :
    "Le monde du libre, ce n’est pas avoir OpenOffice d’installer, c’est connaitre son systeme et améliorer ce dernier." … Cela veut dire que tout utilisateur d’un ordinateur qui veut être "libre" doit connaître son système et l’amélioré ? Ce n’est pas en véhiculant ce genre d’idées que le libre va avancer ! Le monde du libre, c’est réellement être libre de choisir, d’utiliser des logiciels libres, un système libre. Ce n’est pas forcément de mettre les mains dans le moteur !

    @Biotaupe :
    La création du compte root sur un système n’est en rien plus sécuritaire que sa non-création et l’utilisation des sudo … C’est une approche différente de la gestion du système, c’est tout …

  15. @Wolfen13fr @biotaupe
    Je trouve juste que si tu veux vraiment t’impregner de l’univers "Libre". Il ne te suffit pas d’installer des logiciels dit "Libre".
    Ubuntu banalise trop, tu vas sous ubuntu, tu ne vois pas de différence avec Windows. Sauf que les .exe sont remplacé par des .deb. L’utilisateur ne sait pas (ou très peu) ce que c’est le compte root ou autre fonction qui font toute la beauté d’un OS Gnu/linux.
    Le pauvre utilisateur, il doit bien se demander ce que c’est tout ces /root /bin /usr /
    Ubuntu lui propose de ne rien faire donc l’utilisateur ne se documente pas forcément. Et la ca n’aide pas le monde du "Libre".

    C’est un point de vue, partagé ou pas, c’est le mien. Plus Ubuntu simplifiera sont OS, plus il se rapprochera de Windows ou de Mac. Resultat, il aura peut etre plus d’utilisateur mais si ces utilisateurs ne font pas la différence entre ubuntu et Windows, ca ne fera pas avancer le monde du libre.

  16. Wolfen13fr

    @Zitor : Désolé, je ne pensais pas que l’univers "Libre" impliquait d’être technicien système …

    C’est vrai, après tout arrêtons de promouvoir les OS libres sur les ordinateurs des utilisateurs de base, ils ne s’y connaissent pas assez pour mériter d’avoir un ordinateur. Mieux : supprimons les ordinateurs aux particuliers et aux travailleurs qui n’ont pas eu une formation avancée pour comprendre comment fonctionne Windows !! Ah, c’est sûr, comme ça, on fera bien évoluer l’univers "Libre", avec la poignée de geeks qui restera pour acheter et faire fonctionner des ordinateurs …

    D’ailleurs, je ne vois pas pourquoi on donne le permis de conduire à des gens qui ne savent même pas ce que c’est qu’un alternateur dans une voiture ! Pire, il ne savent même pas le démonter ! …

    Ne penses-tu pas que tu réduis quand même vachement les critères des utilisateurs "Libres" ???

    La nounou de ma fille, il y a 6 ou 7 mois, m’a demandé un service : lui expliquer comment "ripper" un DVD comme avant … Avec lassitude, je lui demande sous quelle version de Windows elle est, pour lui faire un Tuto rapide. Et là, surprise : elle est sous Ubuntu depuis plusieurs mois, se débrouille toute seule sans soucis, est heureuse de ne plus avoir de problème de virus ou de spyware. Je suis resté baba ! Et ce n’est qu’une utilisatrice de base qui en avait marre que son PC rame sous Windows depuis deux ans ! Pour finir, le problème venait de son lecteur de DVD qui était HS … Elle avait elle-même trouvé le tuto qui va bien pour ripper un DVD, avait fait les installations des applis nécessaires toute seule …

    Tout ça pour dire que la nécessité de connaître le système pour entrer dans l’univers "Libre", c’est certainement la meilleure façon de marginaliser le Libre … Alors qu’il aurait bien besoin du contraire !!!

  17. biotaupe

    @Wolfen13fr
    Il faut suivre les consignes de sécurités DeBian , c’est à dire pas celles d’Ubuntu.
    N’importe qui peut mettre un mot de passe root avec ubuntu il suffit de choisir la ligne N°2 dans le menu GRUB.
    Sans protection root attention à l’utilisation de Grub en mode edit, de plus un accès physique avec un live CD tout est possible surtout quelques vieux CD .
    Bref on s’en moque.

    Pour tout le monde
    Je persiste et signe l’informatique doit être simple est accessible à tous.
    Tout le reste c’est de la littérature inutile.
    Sinon faut pas s’étonner que la pomme ait la pêche.
    Bonne journée !

  18. @Wolfen
    Vu comme ça mes arguments ne tiennent pas debout, tu as raison.
    Mais on est sur un article de BSD, donc je voulais dire, un OS qui t’oblige a connaitre ton systeme , c’est mieux.

    Le but n’était pas d’offancer la comuneauté des débutants (que vous defendez).
    Loin de la, j’admire ceux qui se lancent dans l’univers du libre.

  19. @Ykoo : je m’appuyais en fait sur l’argument precedent de l’auteur (en anglais dans le texte) qui etait son argument pour insinuer que bsd est stable et eprouve, au contraire de gnulinux qui est brouillon et instable.

    ne prend pas la mouche comme ca 😉

    comme je n’aime pas les arguments biaises, je m’applique a les demonter, la seule cible de ce genre d’arguments est l’ignorance chez les debutants en informatique.

    loin de moi l’idee de rabaisser les qualites de bsd et derives ou d’unices etc, perso ces 10 differences n’en sont pas techniquement, encore une fameuse occasion subjective de troller, les seules differences sont au niveau de ce qui est permis a l’utilisateur; la tres grosse difference qui fait reagir fortement mr stallman :
    -la licence bsd permet au codeur de ne pas rendre son code libre apres avoir repris du code libre; c’est equivalent au "je prend je garde"

    -la licence gpl oblige le codeur a reverser en libre le code libre qu’il a modifie, adapte etc…; c’est equivalent au "je prend je redonne"

    ———–

    "Ubuntu banalise trop, tu vas sous ubuntu, tu ne vois pas de différence avec Windows. Sauf que les .exe sont remplacé par des .deb"

    je rappelle que l’executable exe sous windows est une paresse de codage chez microsoft depuis msdos de ne pas vouloir implementer une entete d’execution au fichier; l’exe est donc utilise pour tous fichiers executables (je laisse de cote les com, les bat, les msi), qu’il s’agisse d’un logiciel d’installation de progiciels ou de progiciels, ou meme d’archives compactees auto-decompressibles…

    sous debian et derives (ubuntu est derive de debian a chaque nouvelle version, il n’y a pas de developpement d’une distribution ubuntu completement separee comme peut l’etre opensuze de redhat), le deb est un binaire d’installation seulement, les simples fichiers d’execution n’ont pas d’extension ni deb ni autres; les script en console portent l’extension .sh pour des raisons commodes de gestion par l’utilisateur (celui-ci peut donc creer des scripts sans extension aucune).

    les utilisateurs qui ne voient pas de differences avec windows ou mac sont des debutants, pour les non debutants les differences leur sautent au visage… (surtout ceux qui ont pris de mauvaises habitudes)

  20. "les utilisateurs qui ne voient pas de differences avec windows ou mac sont des debutants, pour les non debutants les differences leur sautent au visage… (surtout ceux qui ont pris de mauvaises habitudes)
    J "

    C’est justement le problème. Rien d’autres a ajouter.

  21. cet article est un pur troll .
    – Mélange de BSD qui est le nom d’une famille de systèmes d’exploitations avec les systèmes d’exploitations appartenant à cette famille.
    A plusieurs reprises, l’auteur cite BSD là où il devrait citer FreeBSD.
    lorsqu’il parle de la différence entre le Noyau Linux et le système BSD. A aucun moment, l’auteur ne semble trouver d’équivalent à l’OS installable ( Noyau+espace utilisateur en fait ) lorsqu’on fait une install mini d’un système FreeBSD, alors que cet équivalent existe : Debian en mode console.
    lorsqu’il parle des ports:
    La famille BSD ne fait pas de règle quant à l’obligation d’utiliser les sources, et même FreeBSD dispose d’un outil permettant d’installer des binaires pour les logiciels tiers et de mettre à jour l’OS par binaires ( FreeBSD-Update ).
    Un autre BSD est similaire à Mandriva-Linux au niveau des gestions de logiciels, c’est PCBSD. Il en existe d’autres, je dirais que l’auteur ne s’est pas renseigné.

    Un Linux est similaire à FreeBSD en matière d’utilisation des sources, c’est Gentoo .

    Les BSD sont tellement différents entre eux que le noyau de FreeBSD est un noyau modulaire alors que le noyau de DragonflyBSD , basé sur le noyau de la branche 4 de FreeBSD est un noyau monolithique. Dans son amalgame BSD, l’auteur ne sait même pas qu’aucun des BSD ne dispose du même noyau ( sauf fork ou distribution basée sur un des BSD ).
    – L’utilisation du terme " utilisateur lambda " , ou Madame Michu " ou " Tata Jeanne " est faite dans le but de faire croire qu’un quidam , même en s’informant , ne serait capable de rien avec l’informatique. C’est le piège de la facilité qui a été mis en place par Microsoft pour contraindre les vendeurs et utilisateurs à se tourner vers ce système d’exploitation.
    S’il vous plait, ne tombez pas dans ce piège. Soit vous décrivez les attentes précises et les " difficultés " de " l’utilisateur lambda " , soit vous vous abstenez de parler pour autrui sans savoir. Imaginez qu’on réagisse de la même façon avec la cuisine ou le jardin, dans quel monde vivrions-nous ?

    -Matériel :
    Ma souris Amarina à 6.9€ fonctionne parfaitement de base sous FreeBSD. Elle ne fonctionne pas sous Linux. Le reste fonctionne de la même manière sur les 2 systèmes, j’ai quand même l’impression que la lecture des bus de la carte mère est plus saine sur FreeBSD que sur Linux. Mais ce n’est qu’une impression.
    ( pour le commentaire sur le montage des périphériques USB, je rajouterai que si le gars qui s’installe , se configure un FreeBSD ne veut pas prendre la peine de chercher comment configurer le montage des périphériques USB pour l’utilisateur, alors il n’est pas fait pour FreeBSD, et s’il veut réellement un FreeBSD, PCBSD est fait pour lui )

    – Licence : no comment: Ah si, on a besoin de codes libres. de plein de codes libres.

    Je reviens sur cette notion de noyau.
    Linux + GNU, c’est le noyau + les outils de l’espace utilisateur. ( grosso modo, il existe des outils non-GNU dans l’espace utilisateur de Linux ), c’est le système minimal, celui que vous obtenez lorsque vous installez une Debian en console ( sans interface graphique, sans Xorg, sans Xserver+KDE+dbus+hal ). Ceci est équivallent à un OS FreeBSD complet sans logiciels tiers. ( grosso modo aussi , FreeBSD inclut de base beaucoup plus ). Mais sur ce système-ci, FreeBSD dispose de quelques gros avantages par rapport à cette Debian minimale :
    – Le système de jail
    – Audit ( merci Apple )
    – zfs
    – le boot.

    Je reviens sur cette notion d’utilisateur .
    Un utilisateur qui choisirait Mandriva, Ubuntu ou OpenSuse ne serait pas forcément la cible pour installer un FreeBSD ( sauf s’il le veut ) , mais s’il veut un système où tout est paramétré exactement comme une Mandriva , avec KDE, alors il a la possibilité d’utiliser PCBSD.
    Pour MacOS, je trouve très intéressant sur les Mac la présence de la console, et les outils de l’espace utilisateur FreeBSD comme ls, vi, df, etc…
    D’ailleurs c’est ce qui fait que j’adore Mac: la possibilité de jouer avec la console avec les mêmes outils que sur ma FreeBSD.

  22. Mais qu’est ce que c’est que cet article ?

    Pourquoi avoir traduit ça ici ?

    Je ne pense pas que ce genre d’articles, ni fait ni à faire, ait sa place dans un endroit comme ici qui est d’un niveau relativement élevé.

    Du moins c’est ce que je pensais.

  23. Le classement "Mac —> …—> UNIX" est une grosse généralité, qui tient aussi beaucoup de l’image d’Epinal, ça ne sert à rien de polémiquer dessus.

    Les utilisateurs de Mac, en général, se foutent du matériel et de la façon dont les logiciels sont faits, certes, mais il existe aussi des "power users" très pointus (de plus en plus avec OsX). Sous Windows on rencontre plus fréquemment des utilisateurs qui ont ouvert leur machine et qui triturent leur système. Et il y a aussi des neuneus complets sous GNU/Linux grâce à un ami ou quelqu’un de la famille qui "s’occupe de tout".

    Le Français moyen est blanc, brun aux yeux marrons, mais le spectre de la population est tellement vaste que ce n’est pas représentatif…

  24. Je ne comprends pas les gens qui font amalgame entre le coté technique et le coté utilisation simplifié d’un système.
    Justement c’est une excellente chose qu’il y ait des clicodromes tel que Ubuntu et Mandriva dans le monde du libre. Ca laisse une plus grande « liberté de choix » suivant le profil de l’utilisateur.

    – Techos veut construire son OS tel qu’il le souhaite : OS minimal Debian, Gentoo, FreeBSD, …

    – Utilisateur lambda veut un OS pour simplement voir ses vidéos, photos, faire de la bureautique et surfer sur Internet : Ubuntu, Mandriva, LinuxMint, PCBSD, …

  25. « Justement c’est une excellente chose qu’il y ait des clicodromes tel que Ubuntu et Mandriva dans le monde du libre. Ca laisse une plus grande « liberté de choix » suivant le profil de l’utilisateur. »
    On pourrait aussi dire que ce sont des appâts à débutants, ce qui les empêche d’aller voir plus loin.

  26. Je note un parti pris de la part de l’auteur, pour BSD, même si il s’en défend à la fin de son article.
    Ensuite, comparé un noyau à un système d’exploitation est en effet maladroit. Autant comparé une voiture de chez Renault avec un moteur Ford. Il faut comparé ce qui est comparable.
    Et en comparant Les différentes distributions GNU/Linux avec les BSD, toutes les différences s’estompent, voir disparaisse dans certains cas, tellement il existe de philosophie différentes entre les distrib GNU/linux (et surement pour les BSD aussi, que je ne connais que très peu). Par exemple le point « 7. Changements de version » est nul si on prend une ubuntu qui fige les version de logiciel à chaque nouvelle version, et se contente de MAJ sécurité durant le support.
    En clair, un gentil troll, gentil, mais troll quand même.

  27. sauros73

    « Confusion par l’auteur entre le noyau Linux et l’OS GNU/Linux »

    Voilà une confusion tellement énorme (surtout que c’est une des grandes distinctions en ces deux OS)… que cela détruit toute crédibilité de l’auteur…

  28. sauros73

    Ceci dit, reste que cela ne fait pas de BSD un OS « inférieur » à une distribution GNU/Linux… La question dépends de laquelle…

    C’est sur que si je compare une Ubuntu à BSD, je pourrais dire que Ubuntu est moins dans les standards UNIX classique. Mais avec un Debian c’est un peu autre chose.

    L’avantage avec LINUX est que l’on peu faire une distribution proche de BSD mais l’inverse n’est pas nécessairement vrai.

  29. Merci pour ce simple article et cette étude de comparaison qui reste encore d’actualité.
    Bien que Luc Didry a raison de préciser que Linux est le noyau et que c’est avec l’ambition GNU (Rirchard Stallman) que le système GNU/Linux prend l’ampleur du monument, suffit de voir le nombre de distributions qui gravitent autour : Debian, Ubuntu, Red Hat, Mandriva etc…

  30. Bonjour à vous,
    j’aimerai simplement rajouter un retour d’expérience personnel. Je n’ai jamais trouvé de distribution GNU/Linux qui supporte l’intégralité de mon hardware (Qui est vieux de 5 ans) alors que FreeBSD a toujours fonctionner à merveille.

  31. Le Rebelle

    Bonsoir et bonne année 2015 à tous (le blog initial date de près de 5 ans lol).

    Bref, je ne reviendrai pas m’étendre sur le débat stérile du meilleur OS ;-)….je laisse à chacun son libre arbitre en la matière.

    Perso, j’ai quitté windows il y a un sacré moment (pour une Mandrake Traktopel à l’époque 😉 ).

    Je n’interviendrai que sur un seul et unique point : mon matériel ancien est toujours supporté sans soucis sous Linux (quelle que soit la distribution utilisée) et ne l’est plus (à moins de passer des plombes à bidouiller dans le système…et encore, sans garantie de succès lol) par Windows.

    Je pense en particulier à mon scanner Canon Lide20 qui n’est plus supporté depuis Vista et qui fonctionne toujours aujourd’hui sous Mint 17 (j’ai malheureusement été obligé d’abandonner Fedora car pour faire fonctionner les drivers proprio AMD, c’était devenu un véritable casse-tête…sans parler des problèmes de stabilité rencontré depuis la Fedo 20).

    Quant à BSD, je vais m’y initier dans un premier temps sous virtualbox (version PC-BSD).

    J’aime assez à découvrir de nouvelles choses donc…

    Et bonne continuation à tous.