De la motivation au sein d’une communauté

Classé dans : Éducation, Libr'en Vrac | 9

Il est fort probable que vous ayez déjà vu la vidéo ci-dessous. Elle m’est revenue en mémoire à la faveur du précédent billet De la confiance au sein d’une communauté dont elle lui fait en quelques sorte écho.

Cette vidéo me passionne dans le fond et dans la forme.

Le fond c’est son sujet, à savoir la motivation. Qu’est-ce qui nous motive au juste  ?, se demande ici Dan Pink, en fustigeant l’efficacité des récompenses traditionnelles, argent en tête de gondole.

Pour vous la résumer, rien de tel que ce commentaire glané sur le site Rue89  :

« Des études comportementales scientifiques, indubitablement indépendantes du complot socialo-communiste mondial (MIT, unversité de Chicago et Carnegie, financées par la banque fédérale US), démontrent que, si l’amélioration de la productivité d’une tâche mécanique peut-être induite par sa récompense en terme de rémunération, ce n’est pas le cas des tâches cognitives et créatives.

Dans ce cas, le principe de la carotte est plutôt contre-productif. Pour les œuvres humaines plus compliquées que le travail à la chaine, en effet, les trois facteurs identifiés comme induisant une amélioration de la créativité, de la productivité et de la qualité sont  :

  • Autonomy, qui se traduit comme ça se prononce.
  • Mastery, le développement personnel et la recherche de l’expertise.
  • Purpose, le but de l’activité, qui sera autant de motivation qu’il satisfait aux critères éthiques et moraux du collaborateur.

Ces résultats, outre qu’ils expliquent l’efficacité de modèles de développement coopératifs tels que Linux ou Wikipédia, remettent en question les dogmes du management, voire de notre modèle économique.

  • Taf à la con où humain = machine  : motivation = thunes.
  • Taf intelligent où humain = 1 cerveau au bout des bras  : motivation = autonomie + développement personnel + éthique.

C’est-à-dire le contraire de l’idéologie globalement à l’œuvre dans l’organisation de nos sociétés. »

Rien d’étonnant à ce que les deux plus célèbres projets libres soient cités en exemple parce qu’ils corroborent à merveille la théorie. On prend d’ailleurs bien soin de souligner que la participation à ces projets se fait après le boulot (alimentaire  ?), sur notre temps libre.

Confiance et motivation ont assurément contribué à leur réussite. Et comme par hasard c’est ce qui semble faire le plus défaut aujourd’hui dans le monde du travail (cf par exemple les interventions de Bernard Stiegler sur la déprolétarisation et l’économie de la contribution).

Mais la forme de la vidéo est tout aussi remarquable, c’est-à-dire la mise en graphique, réalisée par la société londonienne Cognitive Media pour le compte de la RSA (Royal Society for the encouragement of Arts, Manufactures & Commerce), qui suit, illustre et structure visuellement en temps réel les propos de Dan Pink. Le dessin sollicite autrement la vue et donne sens à ce que l’on entend, apportant véritablement quelque chose en plus.

Il est vrai que cela a un côté un peu violent, parce qu’on est en quelque sorte bombardé d’informations multi-directionnelles. Mais ne pouvant prendre notre souffle, on est comme happé par l’exposé. Impossible d’en sortir ou de s’ennuyer, sauf à complètement se déconnecter.

À l’heure de la rentrée scolaire qui s’en vient à grands pas, l’enseignant que je suis trouve cette approche pédagogique extrêmement intéressante. Non seulement j’ai bien compris (alors que je n’ai qu’un piètre niveau d’anglais) mais je crois déjà, en une seule vision, en avoir retenu l’essentiel, sachant que, malgré la densité du discours, on fait tenir le tout en une dizaine de minutes top chrono[1]  !

Et si jamais quelque chose vous a échappé, il suffit de la regarder à nouveau, quand vous voulez sur Internet, sans compter que, cerise sur le gâteau, vous obtenez à la fin un énorme, unique et cohérent poster de tous les dessins effectués prêt à être imprimé  !

Le format est donc tout bonnement excellent (faudrait que Thierry Stœhr en consacre un billet sur son blog dédié, si ne c’est déjà fait).

Je me prends déjà à rêver d’une forge libre pleine à craquer de ce genre d’animations. Ce sont mes élèves qui seraient contents  ! Mais aurait-on alors besoin des profs  ? Si, oui, quand même un peu je pense 😉

D’ailleurs à ce propos, je suggère aux collègues d’anglais de trouver un prétexte pour montrer un jour cette vidéo à leurs lycéens, ça en vaut la peine et pourrait faire l’objet d’un intéressant débat dans la foulée, surtout si quelques uns ne savent pas encore ce qu’est Linux ou comment fonctionne Wikipédia.

Bon, il serait peut-être temps de la montrer, cette vidéo après une telle introduction…

—> La vidéo au format webm

URL d’origine de la vidéo sur RSA.org et au format Ogg sur TinyOgg.

Il en existe aussi une version sous-titrée en français, mais c’est presqu’alors impossible de suivre les dessins en direct live  ! (mieux vaut plutôt écouter Dan Pink dire à peu près la même chose lors d’une conférences TED, autre format riche et pertinent).

Remarque  : Il y a d’autres animations sur RSA.org sur des sujets aussi passionnants que l’empathie de notre civilisation, la question de l’éthique et de la charité et la crise du capitalisme.

Notes

[1] Note  : L’article sur La Confiance a été peu parcouru, un commentaire me faisant de suite remarquer qu’il souffrait d’un syndrome qui affectie souvent ce blog, le syndrome TLDR, à savoir « Too Long ; Didn’t Read » soit « Trop long pour être lu ». Il aurait dû lui aussi faire l’objet d’une telle animation  !

9 Réponses

  1. lmoccozet

    "cerise sur le gâteau, vous obtenez à la fin un énorme, unique et cohérent poster de tous les dessins effectués prêt à être imprimé !"

    Je ne trouve pas la cerise ;o)

    Laurent

  2. Moi aussi je voulais imprimer cette "cerise"… mais où est-elle?

  3. En fait le poster est en vente sur CognitiveMedia (au prix de 0,59£). Je pense avoir manqué de clarté !

    Ce que je voulais souligner c’est qu’avec ce modèle original de faire, on obtient un poster global à la fin. Qu’il soit libre ou non est une autre affaire…

    Désolé pour le goût un peu amer de la cerise :-(

  4. modagoose

    Je trouve la vidéo excellente et ça a du demander un sacré boulot pour réaliser un tel dessin sur un tableau effaçable au feutre. Trés chouette. Mais étant peu anglophone, voir, disons-le carrément, anglophobe ^^, j’ai préféré regarder la vidéo sous-titrée du sieur Pink.

    Très intéressant. Bon, au début, j’ai eu un peu de mal avec le côté show à l’américaine, rires toutes les 30 secondes, intro avec une anecdote perso, bref, le stand up pour un parterre de business men and women.

    Mais après, vraiment, passionnant. Il est temps que l’on reconsidère les méthodes de management dans les entreprises et que quelqu’un dise enfin que c’est n’importe quoi et surtout contre-productif. Bon évidemment, en France où l’on a appliqué bêtement les règles des manuels américains sans vraiment comprendre comment on gère l’Humain, je me doute que ce genre de façon de faire n’est pas prête d’émmerger, dans les grosses boîtes du moins, mais rien n’empêche une entreprise nouvelle d’être montée sur le modèle des ROWE où les employés se gèrent intégralement et n’ont plus d’obligation de prendre les transports, de perdre leur temps et leur argent à venir quelque part pour exécuter une tâche conçue par d’autres et dans laquelle ont leur demande de s’impliquer personnellement. Personne ne peut, ne sait faire ça. La plupart font semblant. Il est important de refondre l’organisation du travail là où c’est possible pour que les gens donnent d’eux-mêmes dans ce qu’ils font. LE libre montre qu’il est possible de créer des choses sur le temps libre, par passion, en étant au chômage, au RSA, en ayant un travail alimentaire à côté. Si le facteur survie pouvait être éliminé, si l’Etat pouvait garantir aux citoyens qu’ils n’ont pas à s’inquiéter pour leurs fins de mois, alors toute la créativité pourrait être libérer et mise au service de quelque chose d’enthousiasmant. Les gens picoleraient moins, se drogueraient moins, feraient mois de dépressions, auraient moins d’accident, c’est toute la société qui se porterait mieux. Et comme dit Pink, ce n’est pas une utopie, c’est possible, il faut juste que les imbéciles qui ont le pouvoir dégagent.

  5. modagoose:

    Encore un argument pour le dividende universel ^^

    ——————

    D’autre part, je ne peux m’empêcher de faire le lien avec un truc que je viens de découvrir via T. Nitot: l’outil convivial d’Ivan Illitch.

    En gros, il y est développé une thèse qui dit grossièrement "certains de nos outils, en dépassant un seuil deviennent pathogènes, contre-productifs, allant à l’encontre de leur propre but". Il parle d’outils dans son sens le plus essentiel, ce qui inclut les institutions comme l’école.

    Là où je fais le lien, c’est au niveau de la motivation financière. C’est à la base un outil de motivation qui ne marche que dans un périmètre bien délimité. Lorsque l’on dépasse ce périmètre, cet outil devient contre-productif.

    Bon, il va finir par falloir que je tente de monter une boite rien que pour appliquer tous ces trucs cool… il me faut juste une idée et des fonds. Pas sur que le banquier opine du chef dans la bonne direction lorsque je vais lui expliquer mes principes de management…

    PS: Sur l’outil conviviale: http://fr.wikipedia.org/wiki/Outil_

  6. Hello

    Motiver – Motiver d’accord mais à l’heure des plans sociaux, est-ce bien finot ?

    Mettons-nous 1 minute, rien qu’une à la place du dirigeant, motiver est-ce toujours une bonne idée ?

    Ne soyons pas des moutons, c’est vendredi, Serial Friday

    Mieux Démotiver – Mieux gagner ou comment faire partir ses équipes ?
    http://0z.fr/kuwry
    Bien plus simple à réaliser

  7. Sébastien

    Bonjour,
    Pour les réfractaires à l’anglais, vous avez la vidéo en français sous youtube à l’adresse suivante:
    http://www.youtube.com/watch?v=cMQX

  8. Merci Sébastien pour l’info.
    J’ai modifié le billet en conséquence.

  9. François T

    Bluffé par cette vidéo, aussi bien par la forme que le fond. En fait, sûrement plus par la forme (je connaissais déjà ces théories). Etant prof également, cela me donne envie de convertir certains de mes cours en vidéos comme celle-ci, en m’adressant à une graphiste. Beaucoup de travail en perspective, mais en 10′, il passe l’équivalent d’un cours de 45′ avec, comme c’est relevé dans ce billet, une attention qui ne peut pas se relacher.

    Vraiment, génial!