Geektionnerd : Carte musique

Classé dans : Geektionnerd, Libres Cultures | 8

Geektionnerd - Simon Gee Giraudot - CC by-sa

Geektionnerd - Simon Gee Giraudot - CC by-sa

 

Pour rappel, nous présentions une approche pratique de la notion de DRM il y a peu de temps sur ce blog.

Crédit : Simon Gee Giraudot (Creative Commons By-Sa)

Auteur/dessinateur de bandes dessinées (Le Geektionnerd, Superflu, Bastards Inc, etc.) et doctorant en informatique sur son temps salarié.

8 Réponses

  1. modagoose

    Si cette carte fonctionne, si les kids en veulent et l’utilisent, ça veut dire qu’il faut arrêter de vouloir sauver les gens d’eux-mêmes.

    25 millions d’euros alors que de plus en plus de Français sont en dessous du seuil de pauvreté…Si c’est pas du cynisme ça.

  2. C’est un peu ce dont je me moquais ici : http://catarina.fr/index.php?post/2

    Belle illustration par Gee d’un des innombrables montages financiers qui expliquent pourquoi Pouvoir et Argent dînent souvent à la même table …

    Qui a dit : « Au Fouquet’s ? »

    ;-)

  3. Bah quoi, c’est très bien le DRM !
    http://en.wikipedia.org/wiki/Direct

    (Comment ça, « hors-sujet » ?)

  4. Nicolas

    Pour nuancer un peu, c’est déjà pas mal que la carte propose le choix entre plusieurs boutiques. Dont certaines proposent de la musique sans DRM. Ça aurait pu être pas du tout le cas (partenariat exclusif avec Apple ou autre).

  5. @modagoose: en acceptant aussi facilement de laisser les « kids » s’auto-brimer dans leurs libertés, on met en jeu les nôtres aussi. Les industries vont continuer d’avoir du pouvoir et les lois hadopistes vont continuer de passer. C’est sûr que vouloir « sauver les gens d’eux-même » n’est pas réellement vouloir donner de la liberté, mais bon, « La liberté, c’est de pouvoir
    choisir en connaissance de cause » (François G. http://eelo.lgm.free.fr/). S’ils ne connaissent pas d’alternative, on ne peut pas vraiment parler de choix.

    Sinon, très drôle celle-là, Gee !

  6. modagoose

    Je ne crois pas les jeunes à qui ont destine cette carte aussi cons que les medias de masse nous les présentent. Je crois que cette carte ne fonctionnera pas auprès d’eux, parce qu’ils n’aiment pas être utilisés et que Pascal Nègre a vraiment une tête de faux-cul inculte. Par contre, je vois bien cette carte se transformer en abonnement et vendu/liés avec des forfaits téléphoniques donc subventionnées deux fois par nous, histoire que Frédéric Mitterand puisse venir nous expliquer que Hadopi ça marche, puisque la vente-liée ( ça ce ne sera pas dit bien sûr ) a permis de diriger toute notre belle jeunesse vers les carte-musiques.

    A défaut de gagner contre une technologie qui lui survivra, ce gouvernement aura gagné la bataille de la communication sur les media de masse.

  7. Et pendant ce temps, on continue de nous emmerder à longueur de France Inter avec de la soupe franco-branchouille et néanmoins promotionnelle. Il semble parfaitement justifié d’interrompre un intervenant (invité) potentiellement intéressant (intelligent). Car rien ne vaut une bonne petite séance d’abrutissement collectif, n’est-ce pas ? Peut-être hors sujet, mais peut-être pas…

  8. Je plussoie Nicolas: il y a pas mal d’offres *sans* DRM. Bien sûr, il faut être sensibilisé au sujet pour ne pas se faire enfler. Cela dit, les bénéficiaires peuvent obtenir de la musique sans DRM par chance: les médias ont fait la pub de Quobuz qui propose presque 6 fois plus de musique (au lieu de 2 pour d’autres concurrents). Et Quobuz vend sans DRM, et parfois en meilleure qualité que du 128kbps/44Hz.

    @modagoose: au contraire, je pense que ça aura un certain succès parce que:
    1. ça vient du gouvernement, ça a un coté officiel, unique, nouveau et aussi éphémère
    2. ça touche à l’argent. Il y aura toujours les petits malins fiers de leurs combines. Il y en aura aussi qui se diront que c’est toujours mieux que d’acheter un album 12 euros.

    @Siltaar: je ne sais pas d’où sort la liste des sociétés qui profitent de cette carte. Mais j’observe que les moins connus (pas showbiz) font des rabais supplémentaires, contrairement aux vendeurs omniprésents.

    Quant à l’avenir de l’industrie musicale, c’est un vaste débat…