Nous sommes prêts à participer nous aussi à la reconstruction du monde

Classé dans : Libr'en Vrac | 12

Jane Murple - CC by-saIl n’était pas possible d’envisager un système d’exploitation ou une encyclopédie universelle libres. Et pourtant GNU/Linux et Wikipédia l’ont fait.

Il n’était pas possible d’envisager la chute de tyrans installés depuis plusieurs décennies dans des pays sous contrôle. Et pourtant les Tunisiens, les Égyptiens et les Libyens l’ont fait.

Il n’est pas possible de voir à son tour le monde occidental s’écrouler parce que contrairement aux pays arabes il y règne la démocratie. Et pourtant, si l’on continue comme ça, on y va tout droit. Parce que le problème n’est plus politique, il est désormais avant tout économique.

Et lorsque ceci adviendra, nous, les utopistes de la culture libre, les idéalistes des biens communs, nous serons prêts à participer avec d’autres à la nécessaire reconstruction. Parce que nous avons des modèles, des savoirs et des savoir-faire, des exemples qui marchent, de l’énergie, de la motivation, de l’enthousiasme et cela fait un petit bout de temps déjà que nous explorons les alternatives.

Il n’est guère dans les habitudes du Framablog de s’aventurer dans de telles prophéties. C’est pourtant, à la lecture de la vidéo ci-dessous, la réflexion « brève de comptoir » qui m’est venue ce matin et que je vous livre donc telle quelle à brûle-pourpoint.

Il s’agit d’une vidéo que vous avez peut-être déjà vue car elle a fait le buzz, comme on dit, l’hiver dernier. Sauf que dans « le monde selon Twitter », rien ne remplace plus vite un buzz qu’un autre buzz (parfois aussi futile qu’un lipdub UMP). Elle mérite cependant qu’on s’y attarde un tout petit peu, au moins le temps de sa lecture qui dure une dizaines de minutes.

Nous ne sommes pas à la cellule du Parti communiste de Clichy-sous-Bois mais à la Chambre du Sénat américain, le 10 décembre 2010, et le sénateur du Vermont Bernie Sanders est bien décidé à prendre la parole contre la décision de Barack Obama de reconduire les exemptions d’impôts décidées par George Bush. Une parole qu’il ne lâchera que huit heures et demi plus tard en tentant de faire obstruction par la technique parlementaire dite de la « flibuste » (on se croirait en plein épisode d’À la Maison Blanche sauf que c’est la réalité).

Et son discours débute ainsi : « M. le Président, il y a une guerre en cours dans ce pays… »

Une guerre que mènent les ultra-riches contre une classe moyenne qui doit par conséquent lutter pour sa survie[1]. L’exposé est édifiant et il est étayé par de nombreuses références chiffrées qui font froid dans le dos (1% des américains possèdent aujourd’hui un quart de la richesse du pays, 0,1 % en possèdent même un huitième).

Tout est effectivement en place pour que cela explose le jour où nous arrêterons de nous gaver de pubs, de foot, de téléréalité, d’iTruc et même de Facebook, le jour où nous arrêterons de regarder de travers celui qui pense-t-on ne nous ressemble pas, le jour où nous arrêterons également de croire avec nos médias et nos sondages que voter centre droit ou centre gauche pour élire un homme sans pouvoir pourra changer la donne.

Et n’allez pas me dire que ceci ne concerne que les USA, puisque tout ce qui a été fait en Europe ces dernières années consistait peu ou prou à leur emboîter le pas.

On notera par ailleurs que même certains ultra-riches commencent à comprendre que cela ne tourne pas rond. C’est ainsi qu’on a vu récemment les repentis milliardaires Bill Gates et Warren Buffet proposer aux autres milliardaires de donner un bonne part de leur colossale fortune à des bonnes œuvres. C’est touchant. Il n’est jamais trop tard pour se découvrir philanthrope et obtenir l’absolution mais cela n’y changera rien car le problème est structurel.

Oui la classe moyenne des pays occidentaux se meurt. Or c’est précisément elle qui fournit le gros des troupes du logiciel libre et sa culture (on pensera notamment à tous ces jeunes intellectuels précaires et déclassés). Viendra le jour où elle n’aura plus rien à perdre. Et elle descendra elle aussi dans la rue non seulement pour voir des têtes tomber mais pour proposer et mettre en place un autre monde possible…

—> La vidéo au format webm

Notes

[1] Crédit photo : Jane Murple (Creative Cmmons By-Sa)

12 Réponses

  1. Merci pour le post et la vidéo, que je n’avais encore pas vue. Je veux croire que la transition vers un autre monde, qui est inévitable, se fera en douceur. C’est possible parce que de plus en plus de monde, même parmi les plus riches et privilégiés, se rendent compte que, de manière générale et généralisée, quelque chose ne va pas. Les réflexions qui en résultent confinent souvent à la schizophrénie, parce que où se situe la « classe moyenne » en France ou aux États-Unis par rapport à ce que devrait être la « classe moyenne internationale » dans un monde équilibré et juste, et sommes nous vraiment prêts à l’accepter?

  2. L’économiste Paul Krugman avait témoigné, il y a quelques temps, de la hargne grandissante des classes les plus riches envers le reste de la société américaine (un article que j’avais d’ailleurs signalé à rms à l’époque) :
    http://www.nytimes.com/2010/09/20/o

  3. Comme dit dans le commentaire précédent la vidéo, nous allons tous (pays occidentaux capitalistes) dans cette voie.
    Combien de temps faudra t-il attendre encore pour voir, en France, un député ou un sénateur tenir pareil discours?

  4. j'aime râler

    Et hop une vidéo Flash. Quel dommage alors que l’on peut profiter de vidéos en format libre:
    http://tinyvid.tv/show/1yozzsj0cqx0

    Cela me rappelle les fims Wall Street 2 et le générique de fin de Very bad Cops. Pour raison populiste ou pas, ces films montrent qu’il y a une certaine rancœur de la population états-unienne en vers un système économique qui les a mis dans la mouise.
    Wall Street 2 montrerait que les banques ont manipulé l’administration des USA pour qu’elle vienne les aider sachant que l’administration ne saurait refuser une possibilité d’éviter des milliers de chômeurs (les employés deviennent un moyen de chantage). Je pense que l’on peux dire que les états-uniens n’aiment pas l’intervention de l’État dans les affaires privés et l’aide aux banques ne doit pas être dans leur mentalité.
    Le générique de Very Bad Cops montrent une série de chiffres révélant que le milieu des affaires se portent bien mieux que celui de la retraite de la police (il doive citer les sources de leur chiffres). D’après ce que l’on voit dans le cinéma hollywoodien, les américains aime bien leur police par contre il n’y a pas beaucoup de film qui louent les banquiers.

  5. « Il n’est pas possible de voir à son tour le monde occidental s’écrouler parce que contrairement aux pays arabes il y règne la démocratie. »
    Pas de manière uniforme, et notamment de moins en moins en France. (voir l’article Indice de démocratie de Wikipédia)

  6. Biotaupe

    Un lien vers Le Blog le plus instructif en économie et plus à ce jour :
    http://www.pauljorion.com/blog/

  7. anonymous

    Merci pour cette vidéo et le très bon article qui l’accompagne.
    C’est drôle, je pensais aux titres des journaux de ce matin en lisant ce texte et en écoutant la vidéo. Que disent-ils ces gros titres?
    Libé: « réforme fiscale: l’isf supprimé ou transformé, le bouclier fiscal enterré »
    figaro: « L’ISF sera soit transformé «en profondeur», soit supprimé »
    tribune: « L’ISF sera transformé ou supprimé, promet Baroin »
    Ils ont tout compris, non?

  8. Libruc

    La méga-prospérité des 1% les plus riches n’est pas tenable, mais la prospérité de la classe moyenne (nous !) non plus (comme semblait le suggérer motofix dans le 1er commentaire).

    Notre économie est accro au pétrole, au gaz au charbon…qui ne sont pas renouvelables !

    Nous allons subir une décroissance matérielle (c’était déjà l’objet du club de Rome), il faut choisir de ne pas la subir (et que notre « bonheur » puisse croître).
    La plupart de nos dirigeant sont pour l’instant autant déconnectés des réalités physique que des réalités sociales, il va donc falloir en choisir d’autres.

    http://www.manicore.com/documentati
    http://www.manicore.com/documentati

  9. Beau constat!
    La décroissance, c’est bien le seul avenir envisageable, et pour les néophytes, ce n’est pas l’inverse de la croissance, ni le retour à l’age des caverne, mais un concept réfléchit sur le mieux vivre en respectant la terre. Il existe même un parti « pour la décroissance » pour ceux qui veulent en savoir plus.
    La course à l’argent est d’autant plus destructrice qu’elle est vaine et ne profite qu’au 1% du haut de la courbe de Pareto de répartition des richesses. Ce n’est qu’une course contre les dettes exponentielles et mathématiquement impossible à rembourser : c’est un jeu de monopoly ou il y a toujours plus de dettes que d’argent en circulation. LA plus grande arnaque des derniers siècles. Un petit cours d’économie monnétaire pour vous en convaincre? regardez ici : http://bankster.tv/videos.htm (ou demandez à n’importe quel prof d’éco si vous êtes toujours dubitatifs)
    Quand le système banquaire va freezer (défaut Grèque/chute du dollar/pic pétrolier depuis 2006/chomage massif / subprimes toujours depuis 2008 (14 000 maisons saisies par jour ce mois ci!) / pas assez de nouveaux prêts( =création monétaire) pour payer les vertigineuses dettes en cour : les raisons plausibles ne manquent pas!), il va falloir se remettre au troc, je vous le garantit. La crise de 1929, le pire était en fait 3 et 4 ans après, quand plus personne n’avait de travail! Si on transpose, c’est maintennant, avec une crise écologique et nucléaire et de ressources en prime! Que du bonheur en somme!
    En attendant, continuons de développer notre modèle de partage en open source/open hardware (matériel agricole/énergie particulièrement), car ça au moins ça profite au plus grand nombre, et surtout pas à ceux du haut de la pyramide qui nous prennent pour leurs esclaves!

  10. Abcd

    Perso, ce qui me choque le plus dans tout cela, c’est de voir que tout les monde a un avis et plein de solutions sur les problèmes de notre monde, mais que personne ne semble jamais pointer la cause qui constitue le seul véritable problème qui ronge notre planète.

    Et ce problème, il se résume à un seul mot -> la monnaie.

    Ben ouais, l’argent, le pognon, le flouze, la thune! Au delà du blabla, c’est vraiment le seul problème! Si tout le monde en avait suffisamment, il n’y aurait visiblement plus aucun souci, tout le monde serait content…

    D’ailleurs depuis que la majorité a compris que Dieu est mort depuis longtemps, c’est bel et bien le seul moyen de contraindre les peuples à faire les quatre volontés de certains. C’est ce qu’on appelle « frapper au portefeuille », où comment contraindre à la misère ceux dont l’opinion diffère des points de vue réducteurs de quelques nantis qui malgré avoir renommé nos communautés en « Démocraties » perpétuent l’art de la monarchie.

    La question est comment se débarrasser de la monnaie (et par la même occasion des diverses sangsues, parasites et gangrènes de notre société) sans basculer dans le communisme le plus primaire qui finalement ne ferait que favoriser une nouvelle dictature?

  11. > sans basculer dans le communisme le plus primaire qui finalement ne ferait que favoriser une nouvelle dictature? <
    C’est quoi un communisme primaire et pourquoi cela favoriserait-il forcément une dictature ?

  12. Le professeur Peter Russell qui a étudié la physique à Cambridge auprès de Stephen Hawking dit la chose suivante : « La vie évolue toujours à partir de formes simples vers plus de complexité. Le point culminant momentané de cette évolution en accélération se trouve être l’homme et la civilisation humaine. » Russell a calculé que les séries par huit milliards correspondent à de telles valeurs de seuil. Ainsi, il faut environ huit milliards de neurones pour constituer une conscience. Le saut de conscience qui nous attend sur la terre est en relation avec la masse critique du nombre d’humains, et aux huit milliards nous y arrivons bientôt.