Framasoft et le logiciel libre sur France Culture

Classé dans : Framasoft | 26

Ce samedi 19 novembre à 18h10 (ou plus tard en podcast) l‘excellente émission Place de la Toile sur France Culture nous fait l’honneur de nous inviter à l’occasion de notre dixième anniversaire.

Framasoft sur France Culture - Gee - CC by-sa

26 Réponses

  1. Excellent la différence entre la radio et le podcast !!! Je vais attendre de pied ferme la diffusion de cette émission.

  2. Énormissime !
    La disquette Framasoft de novembre !
    En 10 ans, vous êtes passés d’une Framadisquette à un Framadévédé (de 1,44 Mo à 4,3 Go) : comme quoi tout augmente 😀

    Bon anniversaire FRAMASOFT, et je vous souhaite encore de nombreuses années à venir.

  3. Je viens d’écouter l’émission sur france culture(avec le logiciel libre Rhythmbox). J’ai adoré écouté vos propos sur le libre, vos propos sont justes et adaptés. C’est une belle prestation que vous avez fait là :). En espérant pouvoir vous réécouter à travers d’autres émissions de radio (ou en rêvant un peu de télé 😉 ).
    Je viens de télécharger la biographie de Stallman (je l’avais vu en vente, mais n’avais pas vu que c’était en libre téléchargement (quelle belle philosophie :) , je l’achèterais certainement pour noël).
    En tout cas je finirais mon commentaire par cette phrase(qui n’est d’ailleurs pas de moi, mais exprime ce que je pense 😉 ) : « Un autre logiciel est possible, et il se trouve être Libre. »
    Bonne continuation à vous et votre site(joyeux anniversaire :) ).

  4. Ben moi j’ai écouté sur mon poste à galène-eu, c’était chouette-eu !
    J’me demande euh… il est vraiment libre, le logo de France Culture ?

  5. Super sympa cette émission. J’ai enfin entendu les voix des grands acteurs du Libre français.
    Surtout que je suis vraiment isolé.

    Les radios nationales c’est quand même autre chose que la télé.

    Thierry Vedel.

  6. Pour ceux qui veulent « podcaster » c’est ici que ça se passe
    http://download.od.tv-radio.com/fra

  7. J’étais persuadé qu’il y aurait quelqu’un pour venir ici poster un lien vers l’émission dans un format proprio.

    Ça ne loupe jamais. 😀

  8. Mieux vaut poster cette émission sous un format fermé que de ne rien avoir. Et dans ces cas-là, on trouvera toujours une bonne âme libriste fière de critiquer sans rien proposer d’autre, ça ne loupe jamais non plus, hélas :/.

  9. > Last-Modified: Sat, 19 Nov 2011 01:12:48 GMT (.MP3)
    Trahison, nous n’avons pas vécu l’événement en direct !

    @gnuzer: c’est hélas le format retenu par Radio France.

  10. @linotte :

    « Mieux vaut poster cette émission sous un format fermé que de ne rien avoir. »

    Bof. D’un point de vue libriste, il n’y a pas tellement de différence.

  11. @gnuzer : « Bof. D’un point de vue libriste, il n’y a pas tellement de différence. »

    J’en déduis que tu te considères comme libriste. Et à te lire, j’en arrive à comprendre pourquoi la culture libriste se diffuse aussi mal… Et si tu réfléchissais en terme de communication, de partage envers l’autre, au lieu de t’enfermer ta tour d’ivoire élitiste et libre, est-ce que les idées auxquelles tu tiens ne se diffuseraient pas mieux ? Réfléchis un peu.

  12. « Et à te lire, j’en arrive à comprendre pourquoi la culture libriste se diffuse aussi mal… »

    ‘vois pas le rapport.

    Je me fiche que la culture ou les idéaux libristes se diffusent (ça c’est le boulot de Framasoft, ou de la FSF, à la limite), tout ce que je veux c’est être libre, utiliser mon PC librement sur un réseau neutre pour accéder à de l’info lisible.

    « […] est-ce que les idées auxquelles tu tiens ne se diffuseraient pas mieux ? »

    Voilà, tu touches du doigt le gros paradoxe. D’un côté, il y en a qui considèrent qu’une idée se diffusera mieux si elle est encodée exclusivement dans un format non-lisible. De l’autre il y a les libristes, qui pensent l’inverse. Et ce que je déplore, c’est que les seconds ont une fâcheuse tendance à accepter les conditions des premiers sans broncher.

    C’est quand même incroyable de voir une grande majorité de la population libriste se mettre à genoux devant les grandes firmes qui arrivent avec leurs gros sabots pour imposer des formats privateurs pourraves à tout le cyberespace. Perso, je refuse de me faire marcher sur la tronche par ces ordures de MPEG-LA. En tout cas pas ici, et pas pour ce genre d’info.

  13. Tout à fait d’accord avec gnuzer, mais le problème, c’est que souvent (et c’est le cas de Radio France, et même de beaucoup d’autres médias qui éditent des podcasts), on tombe sur du non-libre, pour X raisons (l’exemple de pluzz.fr, la plateforme de catch-up TV de FranceTV est criant de vérité). Il y a aussi simplement un juste milieu à avoir. C’est un peu comme tout, Windows ou Linux, ou les 2, ou utiliser que du libre, etc… Pour l’émission sur linux et le libre que je fais, on laisse le choix entre le mp3 et le ogg. De sorte à ce que chacun puisse mieux voir où est midi sur sa porte (et même du flac si on nous le demande).
    Mais s’il n’y a qu’une radio national pour porter le son du libre, c’est bien celle de France Culture et c’est tout à son honneur.

  14. @redscape :

    Tout dépend de ce que tu appelles le juste milieu. Si le juste milieu, c’est de proposer uniquement du mp3 parce que 99% des gens veulent du mp3, je ne suis pas d’accord. Si c’est de proposer de l’ogg d’un côté et du mp3 de l’autre (comme tu le fais) pour ne pas nuire à la liberté des uns et garantir le confort des autres, là c’est très bien.

    @louiz’ : 😉

  15. @gnuzer: Justement pour moi, le juste milieu, c’est de pouvoir avoir le choix. Ca sous entend d’avoir des podcasts (par exemple) en mp3 ou en ogg et surtout ne pas imposer le mp3. Ne pas être intégriste de l’un ou de l’autre ça aide parfois à y voir plus clair. Je le dis (pas trop fort), je joue pas mal et j’ai encore besoin de Windows. Mais tous les logiciels sont remplacés à 95% (quand c’est possible bien sûr) par du LL et évidemment, quand je ne joue plus, je passe sous mon GNU/Linux qui est mon environnement de travail. Voilà ce que j’appelle le juste milieu (et ça ne m’empêche pas d’animer une émission sur le sujet). C’est un long débat sans fin, mais je pense sincèrement que l’audiovisuel public, qu’il soit de télé ou de radio devrait s’ouvrir véritablement vers des formats libres, je pense que ça devarit être marqué dans leur contrat de service public (sinon je ne payerai plus pour la taxe de l’audiovisuel, na !)
    Mais tu sais gnuzer, même pour le confort de chacun, ils arriveraient à nous oublier, nous les libristes….

  16. Tiens la censure est encore passée, ce qui ne fait que confirmer ce que beaucoup pensent : les libristes sont des imbéciles intolérants et incultes.

  17. @zix,

    >Tiens la censure est encore passée, ce qui ne fait que confirmer ce que beaucoup pensent : les libristes sont des imbéciles intolérants et incultes.

    Oui, c’est vrai, c’est tellement mieux d’insulter les gens sous un prétexte fumeux (le fait d’accepter servilement un format fermé asservissant potentiellement d’autres gens, et d’en être fier)… et le tout en faisant passer cela pour du « bon sens » ( « ce que beaucoup pensent » ).

    Oui, vraiment bravo. Toute de suite, ça me donne à fond l’envie d’être de ton côté…

    (Et encore, si les interlocuteurs ci-dessus avaient campé sur leur position sans s’écouter… ton commentaire aurait pu avoir un poids quelconque… mais non, ils ont réussi à se comprendre et à se mettre d’accord)

  18. @zix : « […] les libristes sont des imbéciles intolérants et incultes. »

    …ou au moins une partie d’entre eux. (private joke inside, les DLFPiens comprendront 😉 )

    @Ginko : En même temps, dire « cette émission, saynul, j’ai pas aimé », c’est une forme de libération. 😀
    Bon, pas aussi objective et fidèle qu’un encodage en vorbis, certes.

  19. Harpadero

    @gnuzer : j’ai également écouté cette émission, et franchement elle ne valait rien. Je connais des « libristes » anonymes bien plus intéressants à écouter.

    @ginko : que l’émission soit dans un format fermé ou non n’en modifie pas la qualité intrinsèque.

    @zix : beaucoup de libristes sont des extrémistes qui ne tolèrent rien ni personne qui ne soit pas de leur « chapelle »; hors chacun devrait être libre d’employer le matériel et les logiciels qui l’agréent, sans avoir à se faire conspuer pour cela. En celà ils ont encore beaucoup à apprendre. Et que penser des débutants sous ubuntu qui se prennent pour des administrateurs réseaux parce qu’ils savent taper quelques commandes dans un terminal ? Et ces remarques sont également applicables aux non libristes., bien que dans de moindres mesures.

  20. @Harpadero: Je l’ai remarqué qu’effectivement, certains sont virulents, si tu as le malheur de dire que tu utilises flash pour ton navigateur web (je sais saipabien sapusaipalibre) ou que c’est un Java de chez Oracle qui fait tourner ton logiciel. Comme je le disais plus haut, le juste milieu est -je pense- possible, à partir du moment où l’on respecte son pote ou sa pote d’à côté. Et ce n’est pas pour autant que je suis une guimauve avec pleins de bons sentiments, non, je sais être réaliste, surtout en ce moment dans ma formation de technicien de maintenance où l’on travaille sur du W$. Mais entre les débianneux ou les fedora-istes, ou autre chose, la crise d’adolescence ici ou sur DLFP, ça suffit. Il y a un moment où c’est bien de se poser et d’écouter simplement ce que l’autre a à dire sans aller lui souffler dans les poumons.

    Sinon l’émission ? Quelconque. Je m’attendais à mieux, l’animateur est horrible à écoute, donc à l’attention de framasoft, on vous attend dans notre émission, ça sera plus intéressant !

  21. Je sais pas si vous avez remarqué, mais à 48 minutes de l’émission, la seule femme de l’émission se fait couper la parole 2 fois par les hommes.

    Pas besoin d’être féministe pour inviter les conférenciers à respecter la parole de l’autre, qu’elle soit une femme ou non…

    Mais les réflexes ont la vie dure…

  22. @Harpadero,

    Certes, mais si elle est dans un format fermé qui ne m’est pas accessible (je reconnais que ce n’est pas factuellement le cas, mais bon, ça aurait pu) alors elle est de facto nulle. (C’est le « Bof. D’un point de vue libriste, il n’y a pas tellement de différence. » de gnuzer).

    Alors que si elle est disponible dans au moins un format ouvert, j’y ai accès et j’ai pas le droit de me plaindre :) (et c’est alors débile de hurler « saipabien sapusaipalibre » parce qu’il y a une version encodée dans un format fermé juste à côté).
    Et c’est tout aussi débile de fermer sa gueule et de « subir » sous le prétexte stupide qu’un format fermé mais largement répandu est donc un standard de facto.

    PS: je l’ai toujours pas écoutée cette émission, les commentaires précédents ne m’y incitent pas. Je râle juste par intégrité ^^

  23. @Harpadero
    Les « libristes » anonymes dont tu parles, tu ne sais pas comment ils se débrouilleraient devant un micro d’une radio nationale de grande écoute, en aillant à peine 50 minutes pour débattre de si nombreux sujets entrecoupés de séquences spécifiques à l’émission (comme la bien mal nommée Internet Explorer). C’est loin d’être simple que d’arriver à s’exprimer comme on le souhaite au sein d’une énorme machine qui a ses codes et son fonctionnement bien huilés depuis des années, et son animateur et son réalisateur qui gèrent l’ensemble de A à Z.

    Au passage, ces « libristes » anonymes dont tu parles, tu pourrais nous filer leurs blogs/articles/n’importe quoi ? S’ils sont effectivement plus intéressants dans leurs propos, je demande à sujet sur pièce (parce qu’être intéressant si on ne souhaite pas s’exprimer, ça n’a pas grand intérêt justement). Framasoft a le mérite d’avoir réussi à faire parler du logiciel libre – et de la culture libre – sur un média national écouté justement par des gens qui ne savent sans doute même pas ce que c’est. Au delà de toute considération sur la qualité de l’intervention, ce n’est pas rien !

    Enfin, n’oublions pas que le thème de l’émission était « Les 10 ans de Framasoft » et non pas « Le logiciel libre », ce qui explique peut-être aussi que certains n’y aient pas trouvé l’intérêt qu’ils attendaient.

  24. Hé ben ça flame, ici. :-)

    @Ginko :

    « Certes, mais si elle est dans un format fermé qui ne m’est pas accessible (je reconnais que ce n’est pas factuellement le cas, mais bon, ça aurait pu) »

    Ben non, ce n’est pas le cas, puisqu’on a une version ogg maintenant. :/

    « alors elle est de facto nulle. »

    Ben non, elle n’est pas nulle… Si elle n’est pas accessible elle est juste pas accessible, ‘stoo.

    « Alors que si elle est disponible dans au moins un format ouvert, j’y ai accès et j’ai pas le droit de me plaindre :) »

    Tu peux te plaindre du contenu si il ne te plaît pas. Tu peux aussi te plaindre du format s’il ne te plaît pas. Mais pas sur le critère « ça va à l’encontre de ma liberté ».

    « Et c’est tout aussi débile de fermer sa gueule et de « subir » sous le prétexte stupide qu’un format fermé mais largement répandu est donc un standard de facto. »

    Voilà, ce n’est pas parce que tout le monde le fait qu’il suivre le mouvement. La malbouffe et la clope sont aussi des standards de facto, c’est pas pour autant qu’il faut accepter sans broncher une invitation à MacDo ou un nuage toxique soufflé en pleine face.

    Sinon, l’émission, je ne l’ai pas trouvée particulièrement bonne, ni particulièrement mauvaise. Neutre, quoi.
    Le seul truc idiot, c’est quand l’animateur à la fin fait remarquer que « La route est longue, mais la voie est libre. », ça sonne maoïste.
    Quel sot. Alors que tout le monde sait que c’est raffarinniste.

    (pas taper ^^)

  25. Alain L.

    « Excellente émission »…Pondérez un peu, à mon avis. Cette émission n’hésite pas à donner dans le politiquement correct et les clichés. Surtout concernant les rapports de classes qui excluent grand nombre de gens de l’utilisation de l’outil collaboratif et les invités, toujours des experts…