Aux armes citoyens du net et du monde ?

Bisounours, passe ton chemin  ! La traduction que nous vous proposons aujourd’hui est en effet d’une rare violence.

Il s’agit d’un article de Rick Falkvinge, fondateur du parti pirate suédois et désormais invité régulier du Framablog.

Mais est-ce l’article qui est violent ou la société qui nous entoure et qui oblige certains à envisager d’y recourir  ?

Gun and Target - Falkvinge

Faut-il se préparer à prendre les armes  ?

Do We Really Have To Prepare For The Fourth Box ?

Rick Falkvinge – 16 décembre – Site personnel
(Traduction Framalang  : Kamui57, Goofy, Phi, Oli44, Salelodenouye, Alexis, Zdeubeu et Don Rico)

Quand je constate que les abominations législatives intitulées SOPA, PIPA et NDAA se conforment au DMCA et au Patriot Act aux États-Unis, je prends conscience que le pire scénario possible concernant les libertés individuelles est en passe de se concrétiser.

Les discussions au sein du Parti pirate suédois ont longtemps eu pour sujet ce que nous pouvions faire pour empêcher l’Europe de s’enfoncer dans une sorte de totalitarisme fascisant. Les États-Unis sont déjà perdus, ils s’y enfoncent irrémédiablement. Notre travail consiste à empêcher l’Europe de suivre allègrement le même chemin, pour au contraire se libérer à temps de ses chaînes. C’était déjà perceptible il y a cinq ans, aujourd’hui c’est d’une évidence criante.

Un article difficile à rédiger  : Cela m’a pris plus de vingt-quatre heures pour rédiger cet article, après une semaine passée à glandouiller. D’habitude, c’est le genre d’article que je réalise en trente à quarante-cinq minutes dès que je sais quoi raconter. Dans le cas présent, le problème n’était pas de savoir quoi écrire, car il y a beaucoup à dire, mais de savoir jusqu’où aller. Au final, j’ai décidé de livrer le fond de ma pensée sans retenue.

J’utilise dans ce billet une image déjà employée par beaucoup, celle des quatre « boîtes ». La liberté se défend avec quatre boîtes  : la caisse à savon, l’urne électorale, le tribunal (NdT : jury box, en anglais, soit « le banc des jurés ») et la boîte à munitions. À utiliser dans cet ordre.

Mon blog étant à vocation internationale, je me dois d’expliquer ici le sens de l’expression américaine. Ces « quatre boîtes » ne sont pas évidentes à identifier pour un non-anglophone qui en outre vit hors de la sphère culturelle américaine.

  • La caisse à savon (soap box)  : celle sur laquelle on se hisse au coin de la rue pour exposer ses opinions aux passants. Au sens figuré, cela consiste à rallier l’opinion publique à votre cause.
  • L’urne électorale (ballot box)  : les élections libres, publiques et démocratiques. Si les lois ne fonctionnent pas, et que les élus ne le comprennent pas, remplacez-les par d’autres.
  • À la barre ou le box des jurés (jury box)  : si aucun homme politique ne réagit, ni parmi les élus ni parmi ceux qui sont susceptibles de le devenir, l’avant-dernière ligne de défense est le système judiciaire, capable d’abroger les lois contraires aux droits les plus fondamentaux.
  • La caisse à munitions (ammo box)  : lorsque le système est corrompu jusqu’à la moëlle, au point que tout l’establishment agit comme un seul homme, et qu’il n’est pas possible de modifier la loi pour préserver les libertés fondamentales, il ne reste alors plus qu’une possibilité.

Nous en sommes actuellement au stade de la troisième boîte, dont le fond commence à céder. J’essaie de refaire fonctionner la deuxième, de revenir en arrière, du moins en Europe. Mais c’est une immense tâche, même si c’est en théorie possible. Encore pire, les personnes au pouvoir créent un état d’esprit où la recherche des faits et l’éducation sont considérées comme des distractions enfantines.

La législation est devenue anti-scientifique, essentiellement dirigée par quatre groupes de pression dont aucun ne veut voir les faits interférer avec l’idéologie-religion qui les anime. Les principes hérités des Lumières sont progressivement devenus un obstacle. L’information est devenue quelque chose de dangereux, et elle est pourtant diffusée à un rythme jamais vu auparavant. C’est peut-être pour cette même raison qu’elle est considérée comme si dangereuse.

« Prenez garde à celui qui vous refuse l’accès aux informations, car au fond de lui, il ne rêve que devenir votre maître » Le préfet Pravin Lal.

Quatre groupes-clés guident cette évolution. Ils y contribuent chacun à leur manière, mais en les réunissant, les conditions sont rassemblées pour verrouiller la société.

  • Les politiciens techniquement apathiques  : des décideurs et des politiciens qui non seulement ne comprennent rien aux implications techniques de leurs décisions et de leurs lois, mais qui sont fiers de ne pas comprendre les infrastructures de la société, comme si ce type d’effort était indigne d’eux. Ils essaient aussi de marquer des points en servant les intérêts des trois autres groupes, et ce par des coups bas qui ridiculisent le peu de leurs collègues qui comprennent les répercussions techniques des propositions étudiées.
  • L’industrie du copyright  : une industrie menacée d’obsolescence par le concept même des libertés civiles combinées aux les technologies modernes de l’information. Étant donné que les industriels ne peuvent pas revenir en arrière sur les avancées technologiques, ce sont les libertés qui constituent leur cible.
  • Les profiteurs de la sécurité  : une groupe très restreint est en train de réussir un beau coup en supprimant nos libertés civiles, l’une après l’autre. Prenez l’exemple du scanner déshabillant dans les aéroports. Il s’agit du même type de personnes qui provoquent la guerre pour générer du profit, qui pensent « On s’en fiche si quelques centaines de milliers de personnes meurent ». On peut mentionner les noms d’Halliburton et de Blackwater Security, par exemple.
  • La coalition des fondamentalistes anti-liberté  : les individus prêts à vous dicter ce que vous devez faire de votre vie sont légion. Peu importe qu’ils veuillent vous priver de vos libertés pour préserver les valeurs du christianisme ou de l’islam, du socialisme ou de quelque autre manuel de prescriptions qui prétend avoir une réponse à tout, ils représentent finalement une seule et même menace. Les pires d’entre eux sont ceux qui prétendent le faire « dans l’intérêt des enfants », comme ECPAT (End Child Prostitution, Child Pornography and Trafficking of children for sexual purposes).

Une fois rassemblés, ils provoquent la conjoncture délétère qui permet de mettre en place des politiques non pas destinées au peuple, mais dirigées contre lui, au nom d’intérêts très particuliers. Les lois ainsi promulguées permettent alors sans problème de nous retirer toutes nos libertés, du droit à la vie privée, à la liberté d’expression (industrie du copyright), à notre liberté de mouvement, et jusqu’au droit même à la vie (les profiteurs de la sécurité). Pour cela, il est nécessaire de créer un environnement qui soit fondamentalement hostile aux enquêtes et aux études indépendantes. Cet environnement est déjà en place (une fois de plus  : l’industrie du copyright, le « terrorisme »).

Prenons l’exemple de la criminologie, cette science à moitié politique. Elle est fondée sur les preuves et prédit ce qui arrive selon la façon dont on organise les lois, leur application, et la graduation des peines. Il existe un concept appelé dissuasion marginale affirmant que quand quelqu’un commet un crime, afin d’éviter une escalade de violence, il existe toujours une sanction plus lourde à éviter.

Par exemple, si l’on prévoit la même peine pour un cambriolage ou un meurtre, il serait logique pour un cambrioleur de tuer chacune de ses victimes, puisque cela ne changerait rien pour le criminel en cas d’arrestation. Au contraire, avec un témoin en moins, les risques d’être pris s’en trouveraient réduits. Par conséquent, on applique une peine significativement plus élevée pour un meurtre que pour un vol. Voilà un exemple de dissuasion marginale.

Le 16 décembre, le Sénat des États-Unis a fait fi de toute sagesse de ce type et voté à 86 voix contre 13 que tout un chacun pourrait être emprisonné indéfiniment, ou même exécuté, sans procès ni charges contre lui. 86 contre 13  ! Voilà ce que je j’entends par « les États-Unis sont déjà perdus ». Où en sommes-nous si malgré le grand nombre de citoyens qui s’efforcent de respecter les lois, on peut tout de même les jeter en prison, voire les exécuter  ? Lorsqu’on ne passe même plus par la case simulacre de procès  ? J’ai tweeté à ce sujet hier, en faisant déjà allusion à la quatrième boîte.

Tweet Falkvinge

De plus, la novlangue a déjà commencé à appliquer cela aux dissidents les plus ordinaires. Les gens qui ne sont pas d’accord avec le gouvernement et l’autorité. La détention sans limite et les exécutions arbitraires s’appliqueront uniquement aux « terroristes », mais en même temps l’on a appelé « terroristes de basse intensité » des manifestants lambda lors d’un rassemblement. Pas la peine d’être un génie pour comprendre vers quoi on se dirige, même si beaucoup de gens, et cela n’a rien de surprenant, se voilent la face et refusent de voir ce qui se passe sous leur nez. Comme je l’évoquais précédemment, les prochaines décennies s’annoncent des plus sombres pour les États-Unis.

Laissez-moi vous montrer la gravité de la situation. Lorsque ce genre de lois seront passées et qu’un certain nombre de gens auront disparu, si des policiers viennent pour arrêter, le réflexe le plus logique sera simplement de les abattre à distance. Rien de pire ne peut vous arriver pour l’avoir fait, et cela augmentera vos chances de rester en vie et en liberté. Et les gens se regrouperont en bandes pour s’entraider dans ce seul but – très vite. À ce stade, les lois ne seront plus pertinentes (même s’il y avait des simulacres de procès)  ; seule la débrouillardise de la rue déterminera votre sort.

En Suède, j’ai assisté à un exemple concret de population qui se voile la face, il y a quelques années, lorsqu’on abolissait le droit à la vie privée au profit de la mise sur écoute. Les autorités allaient pouvoir procéder à des écoutes en nombre, sans mandat, ni avertissement, ni soupçon de délit, rien. Alors que nous organisions des manifestations pour protester et lisions la proposition de loi aux passants, qui correspond mot pour mot à la loi qui a été votée, ils refusaient de nous croire. Ils ont purement et simplement refusé de voir ce qui se passait, ils pensaient que nous l’avions inventée et que c’était trop invraisemblable pour être avéré. Ce fut l’un des moments les plus exaspérants de ma vie politique. J’y reviendrai dans un prochain billet.

Mais cela illustre un autre problème. Les armes qui jouent un rôle prépondérant, et c’est là l’ironie de la situation, ne sont pas celles qui propulsent du plomb, du cuivre ou de l’acier à une vitesse létale, mais les téléphones portables. Si l’on observe les jeunes – grosso modo la moitié la plus jeune de la population – lorsqu’ils assistent à un crime, vous constaterez qu’ils sortent tous leurs téléphones portables, mais n’appellent pas la police. Ils sortent leurs téléphones portables pour filmer, l’enregistrement se faisant de préférence ailleurs que sur leur téléphone (qui risque d’être détruit vu sa proximité avec le lieu de l’événement).

Slim Amamou, l’activiste du parti pirate tunisien qui a été secrétaire d’État au sein du gouvernement d’union, a remarqué que sur toutes les photos d’activistes du Printemps arabe figurent d’autres gens qui photographiaient la même scène avec leur téléphone. Ainsi, le carburant de cette révolution ne se résumait pas à une image – chaque acteur de la révolution diffusait aussi des instructions sur la façon de propager les informations sur d’autres violations du droit.

Il existe une raison pour laquelle la nomenklatura veut à tout prix le contrôle d’Internet. C’est pour cette même raison que nous devons nous battre pour lui.

Je suis convaincu que la démocratie doit être le chemin à suivre, sans condition, tant qu’elle donne un espoir de liberté. Mais, hélas, cette possibilité se referme – par le biais de nos élus, pour le compte de groupes d’intérêts particuliers. Les profits et le fondamentalisme. Elle n’est pas encore close, mais bien des groupes y œuvrent d’arrache-pied.

Je suis un Européen blanc, d’âge moyen. Un entrepreneur hautement qualifié. Distingué comme l’un des penseurs les plus brillants au monde. Je serre la main des présidents, des membres des gouvernements, et des secrétaires d’État, dans le monde entier. Je n’ai absolument rien à craindre du gouvernement tant que je ne fais pas de vagues. En toute logique, je devrais être l’un des derniers à me rendre compte que l’on peut en arriver là.

Cette considération est moins effrayante si elle est erronée que si elle se vérifie  : il est possible que j’aie raison. Peut-être que beaucoup de personnes partagent mes craintes sans les formuler. Si c’est le cas, une grande proportion de la population des pays occidentaux a observé le Printemps arabe et se prépare à devoir probablement faire la même chose de leur vivant.

Certaines personnes pensent que l’Europe en général (et les pays nordiques en particulier) représente un élan d’espoir. J’illustrerai dans des articles à venir comment certains politiciens semblent ne vouloir rien de plus que de marcher dans les pas des États-Unis vers l’obscurité, même si l’Europe peut encore être sauvée. Ici, l’activisme peut avoir un résultat, comme le peut le travail des politiques, en agissant dans la rue. Nous pouvons inverser cette tendance. Nous en sommes capables, et c’est notre devoir.

Je ne souhaite pas que l’on en arrive à la situation que je décris dans cet article. Au contraire. Je jette tous les mauvais sorts du monde à ceux qui ont créé cette situation et me contraignent à voir les choses ainsi. Mais si l’on doit en arriver là après des années de protestation et de dur labeur, alors je m’adapterai. Je me battrai pour la liberté autant que je le peux, et j’aiderai les autres à s’organiser autour de la cause. Je suis passé de la préparation mentale à une réelle préparation à l’effrayante et douloureuse possibilité que la situation puisse devenir vraiment moche.

La photo qui illustre cet article, le pistolet et la cible, n’est pas tirée d’un catalogue comme 99 % des photos de ce blog. Cette photo a été prise de mon bureau, à cinquante centimètres de là où je suis assis.

58 Réponses

  1. Merci pour ce billet qui me fait me sentir moins seul. Vous n’êtes pas les seuls car sachez que beaucoup se préparent dans leur coin depuis des années.

  2. napwindenon974

    Merci pour cet article en continuité avec celui de Eben Moglen.
    Je n’ai pas réagi à l’article consacré à Eben Moglen pourtant essentiel, fondamental.
    En réalité, j’ai retransmis à un maximum de monde le lien vers framablog vers ce précédent article. Et ce que j’ai constaté m’a stupéfié, glacé : aucune réaction, que des gens amorphes :-(

    Je pense qu’il y a un fossé grandissant entre les internautes et le reste du monde. Il y a ceux qui regardent la télé et il y a ceux qui s’intéressent aux grandes questions de société. J’ai l’impression de partager exactement les mêmes sensations que cet auteur, beaucoup de frustration.

  3. Il a raison. P’tain…

  4. Que la crise (informationnelle, celle qui découle d’Internet, je ne parle pas de leur misérable crise économique, qui n’est qu’une craquelure avantcoureuse) se résolve ici par les armes ou sans elles… difficile à dire aujourd’hui. Nous sommes dans une ère de transition, ça commence à craquer de toutes parts, mais je vois des tendances opposées, des boucles de feedback ; difficile de prédire l’évolution d’un système chaotique (au sens de la théorie éponyme).

    Par contre, ce qui me semble évident, c’est l’importance des technologies de communication dans une guerre informatique provoquée par une crise informationnelle. Les protocoles, les réseaux décentralisés seront le nerf de la guerre. Heureusement, nous avons des hackers de notre côté ; le wifi mesh est sur de bons rails. Si j’ignore si je devraient prendre un jour les armes — celles qui percent des gens — je ne doute pas de devoir un jour prendre les armes qui diffusent l’information — la vraie.

  5. « un des penseurs les plus brillants au monde » -> euh, Rick, pète un coup…

  6. « Espérez le meilleur. Préparez-vous au pire. »

  7. Sauf que….
    Ce que fait le président de ce parti politique est juste de la politique. Il peut faire le découpage curieux de la vie politique, il n’en demeure pas moins qu’il s’agit de politique, et qu’en l’occurence, il faut se poser la question de qui défend quoi. La lutte armée n’est inefficace sans en fait l’appui politique au sein de la population. Or, et c’est là que le bat blesse, il n’y a rien dans ce papier pour répondre à ça. Par ailleurs, regardons unpeu qui, notamment en Europe où il y a une certaine homogeneité politique : c’est chaque fois la droite et la droite dure qui met en place ses méthodes de coercition de la population. Oui, en etant simpliste : le monsieur ici découvre qu’il y a une lutte entre ceuxqui possèdent et ceux qui travaillent, que cette lutte passe par tous les moyens, et qu’il y a des idiots inutiles pour détourner les vrais enjeuxet les masquer sous une loggorhée post romantique.

  8. « Prenez l’exemple du scanner déshabillant dans les aéroports. » [sous-entendu que c’est le Mal avec un gros M plein de dents acérées]

    Là, je dis joyeusement « LOL XPTDR ». Pour ceux qui ne comprennent pas, en gros, je montre du doigt celui qui a écrit ça et j’éclate de rire. J’en profite aussi pour montrer à tout le monde une photo de lui constipé, assit sur les toilettes, une bouteille de jus de pruneau à la main.

    Non mais ! Il ne faut pas tout mélanger. Le scanner déshabillant, c’est une méthode de sécurité qui permet de voir d’éventuels objets dangereux cachés sous les vêtements. Quand je prends l’avion, je préfère savoir que le gars qui transpire à côté de moi, qui jette des coups d’oeils de gauche à droite, qui a de petits rires nerveux et qui n’arrête pas de sursauter a été scanné, et qu’il ne cache pas une ceinture d’explosifs, un couteau ou n’importe quoi de dangereux. De même, je préfère être scanné que palpé partout. Ayant une formation militaire, j’ai eu à procéder à des fouilles de nombreuses fois – heureusement uniquement dans le cadre d’exercices. Je peux vous assurer qu’il est très facile de planquer des choses sous ses vêtements de manière à minimiser les risques de se faire chopper lors d’une fouille. Par contre, en plus d’être plus rapide, un scanner minimize les risques. A mon avis, l’opinion publique (et je tiens à vous rappeler que le QI d’un groupe de personnes est égal à celui de l’individu ayant le plus bas) sera contre … jusqu’à ce que ça évite un attentat.

    J’ai du mal à saisir ce qui pose problème avec ce genre de technologies. C’est un peu comme mettre des caméras dans les endroits publics. Si on est contre, c’est qu’on a quelque chose à se reprocher, et donc on devrait directement être envoyé en prison. Des caméras dans le métro londonnien ont déjà permis de retrouver des suspects il me semble, ou du moins d’en avoir un portrait. Etendre les caméras au maximum de lieux publics aurait de plus un grand effet dissuasif et rendrait plus difficile la vie des pick-pockets en manque de crack.

    C’est un bon article, mais cette grossière erreur fait que je ne le recommanderai à personne, et m’oblige à réagir.

  9. Je partage également les mêmes inquiétudes concernant le futur qui nous attend (qui nous rapproche chaque jour un peu plus d’un fascisme capitaliste mondialisé), et le même agacement face à l’apathie de mes concitoyens…
    Mais il y a dans cet article des accents qui ne plaisent pas trop… genre « anarchisme de droite » à la Charles Bronson…

  10. 7 janvier 2024.
    Pourquoi et comment cette femme du quart monde (qui atteignait alors 40% de la population française), qui se rendant aux restos du coeur auxquels elle avait encore accès, restos pourtant habituellement réservés à la classe moyenne qui pouvait encore s’affranchir de la taxe correspondante, s’est retrouvée au beau milieu de cette manifestation de néo tech armés jusqu’aux dents, et se prit malencontreusement une balle perdue en pleine tête.

    Elle qui n’avait pas accès aux technologies de l’information, n’ayant ni logement, ni électricité, et la crise durant l’ayant privée d’accès aux ordinateur, comme c’était redevenu le cas d’un français sur deux.

    Mais les valeureux néo tech, ces héritiers directs de la confédération des partis pirates européens, de déplorer ces dommages collatéraux et de justifier l’emplois de leurs armes automatiques reliées au serveur central pour l’objectif unique : la « liberté ».

    Le serveur central en était déjà fin 2023 à une moyenne de 450 « dommages collatéraux » par mois, la plupart des victimes des tirs inconsidérés étant des personnes issues du quart monde dont les tentes foisonnaient dans les rues, les trottoirs, les places publiques.

    2024 fut un tournant dans la lutte pour la liberté-néo-tech, à partir du moment où une vague de révolte du quart monde -ne comprenant rien aux motivations des néo-tech, puisque par essence n’ayant aucune expérience de privation de liberté électronique-, cette révolte s’en pris au mouvement néo-tech-post-pirates, qui, stupéfait, découvrait, doucement, que leur problématique de liberté, était à la base liées au même schéma que celui de la misère du quart monde maitenant devenu majoritaire : il s’agissait d’un système économique chois par des majorités démocratiques et basé lui même sur ce mot « liberté ».

    Ce mot « liberté » serait-il dangereux ?

    napwindenon974 : « Je pense qu’il y a un fossé grandissant entre les internautes et le reste du monde ».
    Georges Bush : « A partir de maintenant vous êtes avec nous ou contre nous, avec la liberté ou contre la liberté ».

  11. @Incontinentia Buttocks, je te conseille de relire le passage du scanner (un scanner pour les uns, des bombes pour les autres). Cela ne s’arrête pas à un outil, qui lui même remplace la simple palpation par un agent assermenté.

    « Prenez l’exemple du scanner déshabillant dans les aéroports. Il s’agit du même type de personnes qui provoquent la guerre pour générer du profit, qui pensent « On s’en fiche si quelques centaines de milliers de personnes meurent ». »

  12. > Si on est contre, c’est qu’on a quelque chose à se reprocher

    Incontinentia Buttocks : peut être qu’un jour ce qu’on te reprochera, ce sera quelque chose de parfaitement anodin aujourd’hui. Par exemple, fumer dans la rue ou être trop gros.
    En 1942, les Juifs qui sont allés se faire recenser en masse dans les préfectures et à qui on a distribué des étoiles jaunes n’avaient eux non plus rien à se reprocher.

    Point Godwin ? non, pas quand on se rapproche du nazisme.

  13. poulperetord

    Il fut un temps pas très lointain où Framasoft était devenu un site intéressant, une embellie faîte non pas de bête traduction de n’importe quel missive creuse émise depuis un site quelque part sur le Net. Cette embellie était faite d’articles écrits et non pas copiés/collés, d’analyses, de réflexions, qui amenaient au débat et pas juste à la réaction. Cette embellie était le résulat d’une absence de Aka, cette embellie, je voudrais qu’elle revienne.

    Cet article et son contenu sont désespérant de vacuité et de réflexions de cour de récré.

    « La photo qui illustre cet article, le pistolet et la cible, n’est pas tirée d’un catalogue comme 99% des photos de ce blog. Cette photo a été prise de mon bureau, à cinquante centimètres de là où je suis assis. »

    Ah ben, c’est que la situation est super grave alors…

    Vu la taille des impacts sur la cible, il s’agit d’un pistolet à plombs, ça ne va pas être facile de descendre un flic avec ça, à moins de lui coller la bouche du canon directement sur l’oeil, et encore…

    Ils sont où les autres rédacteurs du site ?

  14. « Si on est contre, c’est qu’on a quelque chose à se reprocher » !!! whouaou ça fait froid dans le dos !
    Militaire…

    Je ne peux que rappeler une citation du 18° : « Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre ».

  15. Oui… Mais non !
    La violence des peuples est le dernier acte attendu (et espéré) pour l’instauration d’un nouvel ordre mondial.
    L’ultime argument sécuritaire : l’état est là pour nous protéger de nous même.
    Et nous aurons tout perdu alors.

  16. Cet article est très décevant …

    D’abord, l’analyse des 4 étapes, est tellement simpliste… Les corps intermédiaires (églises, syndicats, associations, administrations, lobbies, parti politique…), il en a déjà entendu parler l’homme blanc tellement intelligent?

    Ensuite, ok, il prend son pistolet à plomb et il tire sur qui ???
    Oserais je signaler, que ceux qui aujourd’hui tirent à la kalach en ville sur les flics, sont en avance sur l’homme blanc très très très cultivé? Non seulement, ils ont déjà réalisé cette brillante analyse , il y a un certain temps, et en plus, eux ils ont des armes qui font des gros trous….

  17. Vive la Suède, vive la France et vive l’Europe!

  18. dormomuso

    Article décevant, ridicule, risible et contre-productif.
    Quoique sa théâtralité plaira peut-être aux adolescents romantiques, ça leur évitera je l’espère de finir léninistes ou libertariens. Qui sait ?
    J’espère que le parti pirate français prendra exemple sur son homologue allemand, pas sur le fondateur du parti pirate suédois, qui pour le moment a grand besoin de prendre du recul.
    Pour les luttes qui nous concernent, pensez à faire une donation à l’APRIL et à la Quadrature du net, et à relayer leurs informations… pour le coup c’est vrai qu’il y a urgence.

  19. Pour revenir à la fameuse phrase (désormais classique ) : « Si on a rien à se reprocher, on n’a rien à craindre »….

    Si elle semble frapper au « coin du bon sens » auprès d’une frange assez importance de la population… c’est qu’elle est « mal » formulée (comprendre »de manière trompeuse »).
    En effet, au lieu de :
    « Si on a rien à SE reprocher, on n’a rien à craindre »
    il faut lire :
    « Si on a rien à VOUS reprocher, on n’a rien à craindre »

    Ce qui ne veut absolument pas dire la même chose (mais alors, vraiment pas du tout!)…

  20. Oups… Je me suis rendu compte que je ne me suis pas exprimé de manière très claire (brouillon comme je suis). Je vais donc tenter de reformuler cela correctement.

    Au lieu de:
    « Si VOUS n’avez rien à vous reprocher, vous n’avez rien à craindre »
    il faut lire:
    « Si NOUS n’avons rien à vous reprocher, vous n’avez rien à craindre »

    :-)

  21. Ce que tu as à te reprocher ne concerne que toi et ta conscience.

    Ce que tu as à craindre, c’est ce qu’un obscur fonctionnaire, mal payé et mal compétent, a décidé de te reprocher sur la foi d’un dossier truffé de bugs, et en ton absence.

    Il lui faut trente secondes pour prendre une mauvaise décision que tu subiras des mois ou des années, à grands coups de paperasses kafkaïennes.

    La bureaucratie est l’un des totalitarismes du XXIème siècle.

  22. @l’autre : cf. Brazil, Terry Gilliam? :)

  23. Voilà. Ou quand « l’obscur fonctionnaire » rejoint les « obscurs esprits ».
    Où la « paperasse » rejoint le « totalitarisme ».
    Ou quand le débat s’embourbe, et où l’on confond tout.
    Où on oppose tiers-mondisme, et défense des libertés.
    Etat, et Association de gens normal.
    Surveillance, terrorisme, et #violence, #résistance.
    Dièses et bémols.
    Pistolet(s) à Plomb(s) – et AK.
    Lisons, lisons :)) même si ça fait mal aux oreilles, ça parle de Barraket :

    http://www.lepost.fr/article/2011/1

    Surtout la fin.
    Amen.

  24. « Il y a une guerre des classes, c’est un fait, mais c’est ma classe, la classe des riches, qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner. » Warren Buffett
    « Toute atteinte à la liberté de l’Homme se fait au nom de la nécessité, c’est ce que disent les tyrans, c’est ce que croient les esclaves. »
    William Pitt
    Ou le siècle à venir sera celui du refus, ou il ne sera qu’espace carcéral.
    Louis Calaferte – 1997

  25. Il faut de tout :
    Des pacifiste (politique), qui tentent par la négociation
    mais aussi des activistes… qui menace avec des armes…
    « la liberté, ca ne se demande pas, ca se prend ! »
    Ne penser pas que ceux la (les activistes) gâchent notre cause.
    au contraire ! par peur des « armes » les « autres » écouterons les pacifistes.

  26. @l’autre
    « La bureaucratie est l’un des totalitarismes du XXIème siècle. »

    Avant, quand il n’y avait que des foultitudes d’employés de bureau qui travaillaient à notre asservissement, il pouvait quelquefois être possible de s’en sortir
    (Walter Bassan dans le film « Walter, retour en résistance » remarque que heureusement, il n’y avait pas la possibilité de croiser tous ces fichiers)
    mais maintenant qu’en plus des bureaucrates, des milions d’informaticiens les secondent pour produire des bouts de code, biens cloisonnés de manière à ne pas avoir de vision d’ensemble, cela produits des multitudes d’Amesys, Qosmos, Orange, Alcatel-Siemens, Bluecoat, Nokia-Siemens, Trovicor, etc. qui exportent partout dans le monde leurs merveilleux produits et qui, grâce à leurs collègues de la police et de l’armée nous préparent un avenir bien totalitaire.
    Un aperçu avec ce qui vient de se passer en Egypte (la personne sur qui ils s’acharnent sur la vidéo est une femme) :
    http://www.rue89.com/2011/12/18/egy

    Et comme toujours, la finance est le nerf de la guerre…
    Je vous conseille la lecture de cet article sur les paradis fiscaux qui sont les réceptacles des trois piliers de la mondialisation financière que sont leurs deux chambres de compensation Clearstream et Euroclear ainsi que Swift, leur société de routing financier (les trois vrais points névralgiques si il devait y avoir un jour un quelconque début de semblant de volonté politique de contrôle, exactement comme le sont les points de sortie des Fournisseurs d’Accès Internet pour placer aux bons endroits les DPI d’Amesys destinés à surveiller les populations) :
    « Les paradis fiscaux ont généré une gigantesque bureaucratie juridique et comptable où s’affairent des milliers d’employés qui n’ont souvent qu’une vision partielle des montages auxquels ils participent. Et ceux peu nombreux qui, aux échelons supérieurs, ont une vue d’ensemble sont peu bavards ; comme le dit l’adage, « ceux qui parlent ne savent pas, et ceux qui savent ne parlent pas ». »
    http://guerre.libreinfo.org/manipul

  27. napwindenon974

    >napwindenon974 : « Je pense qu’il y a un fossé grandissant entre les internautes et le reste du monde ».
    >Georges Bush : « A partir de maintenant vous êtes avec nous ou contre nous, avec la liberté ou contre la liberté ».

    oui, dis comme cela c’est très manichéen.
    je vais essayer de préciser ma pensée pour me départager de Georges Bush :-)

    il y a un gros problème de pédagogie autour des valeurs essentielles du Libre. Ce qu’essayent de défendre tous les hackers, tous les défenseurs du Libre c’est la liberté de partager nos connaissances à travers un outil certes technologique ‘Internet’ mais au combien performant. On peut dépasser le cadre Internet si pour certains l’aspect technologique est gênant : imprimons des pages Ekopedia/Wikipedia et distribuons aux malgaches ou mieux emmagasinons le savoir-faire des malgaches et faisons le partager à d’autres peuples dans un environnement similaire.

    Ce qui est troublant c’est l’apathie. C’est que cette notion de partage de connaissance ne soit pas mieux assimilée et défendue par l’ensemble des humains. D’un côté les lobotomisés de la TV qui scotchent sur des faits divers sans importance et de l’autre les révoltés de telle ou telle cause qui ne se rallient pas à celle du Libre sous prétexte que leur cause est prioritaire et que le Libre : ‘je comprends pas donc ça doit pas être très important’.

    La frustration vient de là : pourquoi n’arrivent on pas à fédérer tous les humains à défendre notre cause commune, nos biens communs cognitifs ?

    C’est un problème de pédagogie.
    Peut-être même un problème de psychologie ?
    Si on te donne une pépite (d’or, de confiture ou de ce que nous voulez) et que vous n’arrivez pas à estimer sa valeur, son importance et que vous la jetez comme un vulgaire caillou, quelqu’un d’autre la ramassera et ça en fera son bonheur individuel. Cependant, le problème est d’ordre sociétal. Le partage de connaissance (la pépite) pour réaliser notre bonheur ne peut être individuel, il se doit d’être collectif.
    Nous avons beaucoup de mal à le faire admettre au plus grand nombre, et ce malgré les évidences qui d’années en années s’accumulent, s’accumulent mais n’arrivent pas à percer
    (cf. métaphore du bambou).

    Demandez déjà autour de vous, surtout au pseudo « intellos » ce qu’ils pensent de Wikipedia.
    Wikipedia n’est-ce pas une « pépite » ? La plupart ne le savent pas.

    conclusion : difficile de faire le bonheur des autres contre leur gré

  28. Superbe analyse de Rick, de la même trempe que son essai prémonitoire sur Bitcoin (http://blog.romainriviere.fr/2011/0…).

  29. André Cotte

    Toute une réflexion… Je vais la relire attentivement pour m’assurer que je partage tout. Une chose est sûre, la liberté du Net (et par ricochet, celle des citoyens) est menacée. Quant à m’acheter une arme… un pas que je ne franchirai pas tout de suite.

  30. Difficile de blâmer certains peuples démunis de prendre les armes pour se protéger d’exactions commises en toutes impunités.

    Ceci dit, voici un extrait du préambule de la Déclaration Universelles des Droits Humains :

    « Considérant qu’il est essentiel que les droits de l’homme soient protégés par un régime de droit pour que l’homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l’oppression. »

    Pour moi, l’heure du « suprême recours » n’est pas venue, on ne m’y contraindra pas comme ça !!

    Plutôt que de prendre les armes, je préfère laisser un peu plus de temps à l’humanité pour s’organiser et bénéficier d’un ordre plus juste. Défendre la liberté de chacun ne nécessite pas forcément la violence … et qui dit que ceux qui choisissent les armes pour défendre la liberté, ne perdront pas un jour la tête et iront à l’encontre même de cette liberté ?

    De nombreux exemples dans l’Histoire nous ont montrés que la non-violence pouvait être salutaire. Les ignorer me semble un affront pour ceux et celles qui ont payés de leur vie pour nous l’enseigner.

    C’est un peu « fermé » de vouloir imposer sa vision des choses par la force et non par l’intelligence.

    Enfin, la lecture de cet article invite chacun de nous à prendre position : il nous apporte au moins cela :)

    PS: quel lien entre DUDH et Open Source ? Visitez donc : http://ocarbone.free.fr/blog/?p=351 :)

  31. Face à une armée de métier entrainée à la guerre asymétrique et équipée en conséquence, la voie des armes ne mènera probablement nulle part.

    La liberté, je crois que les européens n’en veulent plus si ils en ont déjà voulu un jour. A part quelques bourgeois aux idées éclairées, ce qui pousse les peuples à agir c’est la faim ou la haine lorsque l’arbitraire fait loi. En France, la faim touche une infime partie de la population, car heureusement on a inventé la bouffe dégueulasse et pas chère (même si elle reste trop chère pour ce qu’elle est). Et on est quand même loin de l’arbitraire grâce à des juges gauchistes qui relâchent au bout de quelques années un violeur multirécidiviste (ça n’est qu’un exemple, mais il y en a tant d’autres…)

    @napwindenon974, tu crois que les européens sont bien placés pour partager leur « savoir »? Je vais te donner un exemple tout bête:
    On s’est dit que les africains n’étaient pas capables de se nourrir tout seul (ben oui ils sont cons ils ne connaissent pas eux les merveilles de la science!), alors on est venu avec nos techniques agricoles ultra modernes etc. Et aujourd’hui on se rend compte que ces techniques c’est de la pure merde donc on vient expliquer aux africains que leurs techniques ancestrales étaient bien meilleures.
    Et tu peux retrouver ça partout. Le fait est que nos « savoirs » sont relatifs, ils ne correspondent qu’à une époque donnée. Ce qui fait que nous les faisons évoluer c’est notre culture, contrairement à d’autres peuples qui ne savent que copier (la plupart en fait). Et on ne peut pas forcer d’autres peuples à accepter notre culture sans développer des processus dangereux: l’acculturation et le choc des cultures.

    C’est ce que nous vivons aujourd’hui sous fond de mondialisation. Et c’est la mondialisation que la génération internet défend ardemment en doux rêveurs (on sera tous égaux etc, héritage de l’international communiste) . C’est cette même mondialisation qui permet l’émergence d’une dictature mondiale. Et c’est encore cette mondialisation qui va être au centre de la pire guerre que l’Humanité va connaître. Celle ci débouchera sur un chaos monstrueux qui verra l’émergence de nombreuses dictatures que les européens sauront vaincre si ils n’ont pas oublié qui ils sont.

  32. Lu sur le Web :

    – Dernier paragraphe du billet « Une année 2011 catastrophique pour les droits et libertés des citoyens sur Internet » d Silvae :
    http://www.bibliobsession.net/2011/
    « Pendant ce temps là en France, les ayants-droits se félicitent de SOPA et au lieu de tenter de maitriser lobbys toujours plus puissants, nos réprésntants sont en train de nous voter une loi qui va mettre en place le fichage généralisé de 45 millions de personnes et viennent d’en voter une qui massacre la copie privée. Effarant. Des fois on en vient même à lire des articles qui brandissent la menace de la 4e boite et à être d’accord l’espace d’une seconde, avant de reprendre une activité normale et revenir à la 3e boite. 2011 a été catastrophique sur le plan des libertés publiques, 2012 ? On continue. »

    – Plus « étonnant », cet article repris sur le site proche de Marine Le Pen Fdesouche.com !
    http://fdesouche.com/2011/12/19/fau

  33. napwindenon974

    @lecteur
    >On s’est dit que les africains n’étaient pas capables de se nourrir tout seul (ben oui ils sont >cons ils ne connaissent pas eux les merveilles de la science!), alors on est venu avec nos >techniques agricoles ultra modernes etc. Et aujourd’hui on se rend compte que ces >techniques c’est de la pure merde donc on vient expliquer aux africains que leurs techniques ancestrales étaient bien meilleures.

    personnellement, je crois que tous les humains sont égaux. donc les cadeaux empoisonnés existent dans les 2 sens : riche <=> pauvre.
    si pour noel, ton oncle d’amérique t’offre un magnifique set de golf et que tu n’as pas les moyens de payer l’abonnement au club de golf ultra-select, c’est un cadeau empoisonné.

    d’après Ivan Illitch, ce qu’il faut c’est développer des outils conviviaux, c’est à dire des outils qui permettent l’autonomisation individuelle ou collective (cf. wikipedia, outil convivial). Les logiciels libres, le DIY c’est pour produire des outils conviviaux.
    Il n’y aucune raison pour que les africains (ou tout autre humain) refusent les outils conviviaux. Nous avons les moyens et la possibilité de transmettre le savoir à l’humanité toute entière. Il faut le faire => je renvoie sur Eben Moglen qui m’a profondément marqué :-)

    Ce qui est frustrant c’est que l’idéologie dominante ne souhaite pas ce partage de connaissance. Elle fait tout pour nous en empêcher. Et l’idéologie dominante est tellement efficace que le peuple n’arrive pas à discerner les objectifs sains et émancipateurs. Il faut arrêter de faire semblant => les logiciels libres c’est révolutionnaire, c’est émancipateur. Si on mélange le faux progrès et le vrai progrès, on n’avance pas on recule. Désolé d’être aussi vindicatif mais l’évidence a du mal surgir à la plupart des humains. La terre tourne, oui j’insiste !

  34. FAF online : error “recursive national identity loop without exit condition”

    Mmmh c’est beau ici on est capable de relever la tête du clavier et de s’indigner, tel une armée de veilleurs prêts à en découdre avec la dictature des législateurs illégitimes.

    Le problème est que le propos ici est bel et bien fascisant si l’on n’y prend garde : cela ne m’étonne pas que l’article soit cité sur un site de pseudo-patriotes complètement abrutis par leur narcissisme.
    Pas d’étonnement de voir des commentaires empreints d’une soit-disant identité européenne. Cette « Identité » fantasmée est comme toujours veine et inatteignable (ouf!), mais les fachos ne savent pas faire le deuil de l’identité, c’est ce qui les caractérise et c’est à ça qu’on les reconnais, toujours.
    Ils sont contre la mondialisation culturelle pendant que leurs leaders jouissent des bienfaits de la mondialisation financière.

    Mais non, cher « lecteur » qui voulait passer inaperçu, la mondialisation culturelle c’est déjà fait, tu dors. Ton armée ne peut rien contre les masses et la génération internet est déjà à des années lumières de tes basses préoccupations.
    Mais non « lecteur », mais non les savoirs ne sont pas relatifs : ils ne sont sans doute pas linéaires, mais sont universels, ils appartiennent à tous, c’est leur utilisation qui est relative.
    Mais non, « la faim touche un infime partie de la population » grâce aux mesures sociales : mais sans doute tu n’en a rien à cirer de cet autre héritage post-pétain (genre la sécu) ou bien de ces assistanats combattus par tes amis ? Néanmoins en 2009, 13,5 % de la population vit en dessous du seuil de pauvreté donc les mesures sociales ne suffisent pas ou ne sont pas adaptées mais ce n’est pas ton problème identitaire qui va résoudre quoi que soit.

    Les propos fachos qui trahissent notre « lecteur » :
    – « notre culture, contrairement à d’autres peuples qui ne savent que copier » : propos facho dangereux d’imbécillité
    – « mondialisation…héritage de l’international communiste » : encore un propos niaiseux du front de la haine qui n’a rien compris.
    – identité des « européens (qui) sauront vaincre si ils n’ont pas oublié qui ils sont » : encore une « identité » uniquement dans la tête des fafs.

    Mais comment de nombreux libristes peuvent-ils se laisser avoir par la quatrième boiboite ?
    L’age ? Les hormones de la fleur au fusil, tellement grisante, même si on ne sait pas très bien sur qui on va tirer.

    DONC : 4ème boîte « ammo box » > Testostérone > ivresse de la violence X frustration > fascisme, ou comment, avec une photo de flingue et un slogan extrait de l’hymne national, le Framablog avait attiré à lui des commentaires à peine voilés des psychopathes du F.Haine, qui rêvent de pouvoir venir vomir ici leur propagande et pleurer la perte de leur cher identité : encore, encore ! Merci

    Sinon napwindenon974 je suis d’accord avec ta vision des choses, mais peut être doit on accepter que pour l’instant, et ça va sans doute durer un moment, l’aspect émancipateur concerne uniquement une « minorité », c’est frustrant, mais sans doute bien réél. Il faut je pense communiquer davantage et ailleurs.

  35. @Blayotl :

    J’allais répondre à lecteur, mais tu l’as fait mieux que je n’aurais pu.

    Pour ce qui est du fascisme de la 4ème boite, un article dessus a ça de bon qu’il pousse à réaliser la gravité de ce qu’il se passe. On se dit : « mais pourquoi un mec qui n’a pas l’air psychopathe en arrive à s’exciter à ce point là ? » On creuse un peu et on se dit : « Ouai, la vache, ils sont dingues, il faut faire quelque chose ! »
    Après, si on a 2 brins de jugeote, on se dit que prendre les armes n’est pas forcément la solution. Reste que la liberté, ça se défend, ce n’est jamais acquis, bien au contraire et que si on ne fait rien, eux, ils continuent à agir (malheureusement, contre nous).

  36. papillon

    Il me semble que la violence ciblée et un droit légitime des peuples qui sont trahis par leurs élites .
    A mon avis cela concerne beaucoup de pays en Europe .

  37. @Blayotl: Je trouve, comme toi, que ces propos que ces propos ont de curieux accents fascisants. Cela ne me plaît pas du tout, et d’ailleurs je l’ai exprimé dans mon premier commentaire…

    Par contre, j’aimerai réagir sur ce passage de ton commentaire:
    « mais sans doute tu n’en a rien à cirer de cet autre héritage post-pétain (genre la sécu) ou bien de ces assistanats combattus par tes amis ? Néanmoins en 2009, 13,5 % de la population vit en dessous du seuil de pauvreté donc les mesures sociales ne suffisent pas ou ne sont pas adaptées mais ce n’est pas ton problème identitaire qui va résoudre quoi que soit. »

    Je respecte tes opinions politiques (qui sont manifestement de droite) mais je ne te permettrait pas de qualifier la sécurité sociale (qui est un acquit du Conseil national de la résistance), de « post-pétain ».
    Si 13,5% de la population vit sous le seuil de pauvreté, ce n’est pas parce que les mesures sociales « ne suffisent pas », mais parce qu’elle ne sont pas suffisantes.
    Et puis, je te rappelle que la France est gouvernée par la droite depuis 20 ans…

  38. à Untel.

    Heu…négatif chef : je ne sais pas si je suis de gauche, mais inversement je suis absolument certain de ne pas être de droite 😉 Mais je respecte comme toi les gens de droite même si je pense qu’en dehors des problématiques d' »internalité/externalité » ils n’ont pas grand chose à apporter aux débats qui m’interressent.

    Je me rends compte que je m’exprime comme une patate, alors permet-moi de préciser quelques trucs :

    – Détrompe-toi quand je dis « post-pétain » cela veut dire dans mon pauvre cerveau rien d’autre que l' »après pétain » (séquentiellement parlant quoi !) et avec bel et bien une notion de « rupture »…
    C’est à dire que comme toi je souligne que cet acquis social n’a rien à voir avec les amis de notre « lecteur » de passage. De mémoire ce sont les communistes et la CGT qui a l’époque ont défendu ardemment la mise en place de la sécu : un exemple de partage exemplaire.
    Pour lutter contre la fracture numérique on pourrait créer une SECU numérique : ça se fait déjà dans les LUG et autres assos qui offrent des ordi rebidouillés linux à destination des chômeurs et autres démunis. Au passage c’est peut être plus efficace que de se masturber devant un flingue.
    – Alors sur ta seconde remarque je ne comprends pas la différence entre ton « elles ne sont pas suffisantes » et mon « ne suffisent pas » : l’un de nous deux à sans doute bugué ? …ou les deux ? 😉

    J’en profite pour dire que cet article est lui aussi bienvenu car il souligne bien des choses (un état d’esprit, des positionnements, plus ou moins politiques, plus ou moins hormonaux etc). Et quand je dis « Il faut je pense communiquer davantage et ailleurs. » j’entends bien « ici et ailleurs ».

    Mais je maintient que votre mot « Liberté » est profondément dangereux et à déjà fait des millions de morts. Plus insidieusement les libéraux (de droite et de gauche) quand il parlent de « liberté du travail » cela signifie « moins d’encadrements », l’idéal étant des contrats à la journée comme au 19é siècle. Je veux dire que les contrats CDD, CDI sont des instruments qui protège les travailleurs depuis plus d’un siècle : elle n’entrave que la liberté de l’employeur ! La liberté revendiquée par la classe dominante a donc un tout autre sens et ne concerne surtout pas celle de l’employé. C’est une autre histoire qui demande à être développée mais ça illustre bien la difficulté de la notion de liberté pour laquelle certains prendraient les armes…
    D’ailleurs on ne répond pas au fascisme par du fascisme et donc tous ceux qui ont réagi positivement à ces propos de Rickard Falkvinge pourraient-ils aller jusqu’au bout en nous précisant ENFIN quelle sera la CIBLE de leur munitions ?

    Aux armes et caetera

  39. @Blayotl,
    Tu crois qu’internet a changé plusieurs millions d’années d’évolution? On retrouve le principe d’identité et de culture chez les grands singes, et tout semble montrer au regard de l’histoire que lorsqu’une identité et une culture s’éteignent elles sont remplacées par d’autres. Nous vivons simplement l’un de ces changements.
    La mondialisation culturelle n’existe pas. Il y a des échanges forcément, il y en a toujours eu. Mais si tout le monde peut bouffer mc do, parler anglais ou aller sur internet, cela ne change pas le fait qu’il existe des blocs culturels très forts qui ne sont pas prêts de tomber.

    -La culture actuel des autres peuples est bien moins centré sur l’innovation que nous. C’est une constatation et l’aveu des dirigeants de ces peuples. Cela n’empêche pas qu’ils peuvent évoluer (ça ne sera pas grâce à la mondialisation mais grâce à la lutte qui pousse les groupes d’humains à vouloir dominer les autres).
    -la mondialisation comme vous la défendez correspond à l’international communiste. La qualifier en soit de communiste serait un anachronisme (je nuance pour que tu comprennes que je ne suis pas un « niaiseux du front »)
    -l’identité n’est pas que dans la tête de ce que tu appelles à tour de bras les faf. Voyage un peu et parle avec des gens. Ils sont fiers de ce qu’ils sont, de leur culture, de leur identité. Il y a même un renouveau de cette identité chez de nombreuses personnes parce qu’elles ne veulent pas être englouti dans un tout. Si cette notion est propre aux faf, alors pratiquement toute la Terre est fasciste, et il n’y a que les gens comme toi qui ne le sont pas (discours habituel des gauchistes qui pensent mieux comprendre le monde que les autres).
    Je ne souhaite pas tuer des gens, je n’ai pas envie de vivre une guerre, je ne suis pas un méchant nazi.
    Je ne suis pas encarté FN, je ne suis pas fasciste, je ne souhaite pas imposer mes points de vu aux autres. Je suis là pour discuter, pour comprendre la pensée de ceux que l’on peut aisément qualifier d’utopistes.
    Et surtout j’aimerais vous mettre en garde, car à force de rêver vous vous êtes déconnectés du réel, et votre réveil va sûrement s’accompagner d’un taux anormal de suicide dans les 10-20 années à venir.

    Il est plus facile d’asservir une personne sans racine et sans attache. C’est ça le but de la mondialisation, le contrôle d’une société unique sans saveur, sans nature, sans odeur et avec des gens gris.

  40. @ Lecteur,

    Si suicide il y a, ce sera plutôt chez les baby boomers et chez les anti-mondialistes.

    Il faut arrêter cette vision parano et mal placée sur la mondialisation. On dirait du Alain Soral ! La mondialisation n’est qu’une évolution normale de nos sociétés, il n’est pas question d’être pour ou d’être contre, c’est ainsi. Etre contre la mondialisation c’est ne pas comprendre ce qu’elle est. Alors évidemment à partir du moment où on ne la comprend pas, toutes les théories sont possibles, comme croire qu’il y a un grand architecte de la mondialisation et que celui-ci voudrait asservir le monde, ce qui n’est bien sûr pas le cas.

    Puis tu nous expliqueras comment tu comptes t’y prendre pour interdire au virus H5N1 de se mondialiser.

    L’humanité est une. La Terre est une. L’économie est une. L’écologie est une. Il n’y a que les anti-mondialistes qui veulent de la divisions là où se trouve unité.

    Même la culture se mondialise, contrairement à ce que tu dis, et ce depuis longtemps déjà. Un exemple récent sont les mèmes (http://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A…). Une culture n’est rien d’autre que le fruit de la rencontre de plusieurs cultures; une culture est multiculturelle, et c’est bien là la seule définition possible du multiculturalisme (je ne parle pas du multiculturalisme par ignorance, celui-ci n’existant pratiquement plus).

    Les technologies, les médecines, les religions, tout se mondialise. La mondialisation n’étant rien d’autre que la rencontre entre différentes sociétés. Un corse qui va passer ses vacances en Bretagne, c’est déjà de la mondialisation. Les cultures ne sont pas imperméables les unes aux autres. Le désir d’apprendre s’affranchit des nationalismes.

    Alors bien sûr, puisque le monde accélère sa mondialisation, les nationalismes donnent de la voix. C’est une réaction habituelle. Mais toi qui voyages, qu’est-ce qui est le plus une erreur, se mondialiser ou se la jouer « chacun chez soi » ?

    Note : je n’ai que survolé l’article, le type est quand même un peu grave. Gardez une chose à l’esprit : nous sommes plus souvent victimes d’effets de bord que d’une réelle volonté de nuisance, bien que celle-ci existe. Il faut éviter une approche parano du monde, mais c’est vrai qu’après des décennies de division à coup de « lutte des classes », ce n’est pas chose aisée.

  41. @Blayotl: comme tu vois, tu n’es pas le seul à t’exprimer comme une patate 😉
    Par « pas suffisantes », je voulais dire qu’il n’y en avait pas assez (enfin, selon moi hein…).
    Et puis, concernant ma conclusion hâtive quant à tes opinions politiques, j’ai été induit en erreur par la présence dans le même paragraphe de « post-pétain » et ta remarque sur l’inefficacité de la sécu. Pris isolément, je n’aurais pas aboyé comme un chien de pavlov… :-)
    Excuse-moi donc :->

  42. @Taneleo
    > L’humanité est une. La Terre est une.
    > L’économie est une. L’écologie est une.

    Du big brother tout craché. C’est en partie au résultat de ce genre de simplification outrancière que l’auteur du billet s’attaque, à raison. La pensée unique est bien évidemment totalisante et la globalisation n’en est que l’illustration. Ses futures victimes sont souvent inconscientes du danger que constitue la perte de leur propre liberté, mais c’est aussi parce qu’elles craignent d’être assimilés à la «paranoïa» que tu dénonces.

    > Il n’y a que les anti-mondialistes qui veulent
    > de la divisions là où se trouve unité.

    La division que tu brandis comme un épouvantail est juste hors-sujet. Elle s’inscrit dans une logique euphémisante qui agrave le problème. La différence et la multitude doivent naturellement être préservées, elles sont inscrites dans les gènes des êtres humains, tenter de les écraser mènerait au désastre. Au passage, est-ce par mépris que tu orthographies maladroitement le mot «altermondialiste» ?

    > nous sommes plus souvent victimes
    > d’effets de bord que d’une réelle volonté
    > de nuisance, bien que celle-ci existe.
    > Il faut éviter une approche parano du monde

    Il faut aussi éviter de contourner le problème. Que la liberté soit dévastée à petit feu par des brutes armées et cyniques, par des hommes d’affaires consciencieux et gloutons, ou par les membres ignorants d’une population peureuse, le combat doit être mené de toute façon, et sur tous les fronts.

    > Un corse qui va passer ses vacances en Bretagne,
    > c’est déjà de la mondialisation.

    Non, c’est du tourisme, mais merci pour ta simplification. Si tu voulais présenter plus justement la globalisation, tu aurais intérêt (ou pas) à évoquer la colonisation ou la guerre économique, illustrations moins édulcorées que la tienne, je te l’accorde.

    > Les cultures ne sont pas imperméables les unes
    > aux autres. Le désir d’apprendre s’affranchit des nationalismes.

    Bien vu, la soif d’apprendre. Dommage seulement que l’industrie du divertissement s’en empare et répande l’ignorance, à laquelle le nationalisme tente vainement de répondre. Internet en revanche, vecteur de la liberté d’expression, constitue un excellent outil de lutte contre cette ignorance. Les traités globalisants vont donc logiquement tenter de le limiter et de le contrôler.

    En dépit du conformisme dont nous sommes tous tentés de faire preuve, cette lutte mérite effectivement d’être menée, et je comprends Rick Falkvinge lorsqu’il s’interroge sur la possibilité de la mener avec des armes. Un célèbre altermondialiste non-violent conseillait la violence «là où il n’y a que le choix entre la lâcheté et la violence»

  43. Le point godwin on l’emmerde:

    http://www.4aout.org/2011/12/21/lai

  44. « lecteur », retournes donc sur Fsetouche, tu y es CHEZ TOI, alors appliques toi un peu ton idéologie de merde et n’en bouge pas.

    Pour la sécu, voir ceci:

    http://www.la-bas.org/article.php3?…

    Diffusé la 1ere fois:

    http://www.la-bas.org/article.php3?…

  45. L’article est très con, et ceux qui le commentent le sont encore plus. Moi compris, mais je m’assume.

  46. @frabad,

    Comme je ne suis pas sûr que tu réalises que ton commentaire est complètement à côté de la plaque, je pense qu’il est inutile d’engager une discussion.

    Évite cependant de me faire dire des choses que je ne dis pas.

    Désolé d’avoir importuné ton web, je te le laisse à présent. Tu auras tout loisir d’y nourrir tes théories du complot et de t’aigrir de ne pas être pris au sérieux par des gens que tu fais fuir.

  47. frabad, grâce à toi j’ai écrit un nouvel article. Ta vie ne sera donc pas veine.

    C’est ainsi que Taneleo se retire du web 2.0
    Avant de se retirer de la vie numérique
    J-3 mois

  48. C’est marrant dans le fond cet article me rappelle le fameux « Hackers’ Manifesto » :
    http://convertedinvader.tumblr.com/

    Tnat d’années passent et rien ne change…

  49. Ce monsieur est suédois mais il a une réaction américaine : en cas de problème, je sors le flingue (je caricature à peine). A noter aussi qu’il a été chef de projet chez Microsoft de 1998 à 2002, ce qui n’est pas un gage de moralité à mon avis.

  50. taloche

    J’ai le crap-o-mètre à fond dans le rouge, là 😉

  51. Aux armes certainement pas, ils n’attendent que ca, a mon avis ca aurrait bien plus de chance d’être, appui médiatique à la clé, transfromé en révolte aveugle et se terminant par la venue de régimes pire ou équivalents dans le meilleur des cas / en guerre civile voir mondiale au pire.

    Une chose est sûre, il faut un message fort, efficace,mondial, symbolique, plurimédiatique, et surtout d’action : exiger (marches silencieuses massives) de remplacer les élections par une assemblée constituante de citoyens choisis au tirage au sort.
    Le tout avec une solide constitution comprenant de nombreux gardes-fous, dans pluseurs domaines, et non modifiables par l’assemblée constituante seule.

    Les médias actuels pourrai être grandement utiles pour aider à fortifier/activer la démocratie. Il faudrai bien sûr pour cela les changer en bonne partie..mais tout n’est pas à jeter, loin de la , et c’est d’ailleurs le cas pour beaucoup de structures actuellement (et c’est d’ailleurs surement ce qui fait qu’elles tiennent encore).

    En france notamment, il ne faudrait pas grand chose pour que les gens vivent carrément mieux (tous les gens) sur tous les rapports.
    =========================
    -Les mouvements occupy sont pour l’instant (bien que parfois très réduit comme en France par exemple) de bons débuts je trouv. Mais à amplifier grandement, et surtout à généraliser et pousser jusqu’à sa limite (la violence). Au contraire, il faut plutot user et abuser des quelques « trous » qu’il nous reste ,des espace d’expression qu’il nous reste , caméra haute qualité à l’appui en bonus^. Ainsi, la pression pourrai être déja plus sentie par les gouvernements, ainsi pourraient-ils lacher de la démocratie.
    =========================
    Apres, une fois qu’on à le pouvoir politique,on peut (encore actuellement, mais le piège se referme de plus en plus vite) réhabiter les entreprise (y mettre en action d’autres facettes/aptitudes de l’Homme que celles d’aujou’dhui: mais encore une fois , tout n’est pas à jeter).
    =============================
    -La finance doit elle, et n’avoir comme utilité que le fonctionnement des entreprises et états., avec des régimes différents pour les 2 bien sûr.
    =============================
    Le mieux serrai de coordonner à l’internationnale les mouvements : comme il y a eu lieu le 15 OCTOBRE 2011:
    -Des milliers de villes occupées
    -Des millions de personnes par pays

    … Ca faisait longtemps tiens.

    Bref je suis plutot de ceux qui pensent qu’il vaut mieu préparer des solutions et mettre en place un mouvement communicatif efficace afin d’aller progressivement mais sûrement, avec des bases solides (comme ont construit un graaand bateau lol) afin d’aller vers un changement.

    àààààààà

    Après d’apres moi, on à moins de 5 ans grand maxi pour faire tout ca, au moins le début.
    Apès quoi, ca serra soit trop tard car on serra tous mourrus, soit parce que tous devenus trop cons pour se rendre compte que la paille ca se mange pas. Ou bien ce serra devenu inacessible de faire une métamorphose pacifique, et alors là, ba soit ont laisse faire, soit on craque :
    -violences/hacks fatals/executions/ tout le toutim^. Mais m’est avis qu’en moins de quelques semaines il y aurrai d’étranges phénomenes genre pandémie mondiale, catastrophes climatiques et industrielle, « attentats » , que sais-je encore…etc…bref un chaos majestueu.

    ééééééééééééé
    -Ceci n’était qu’un ensemble de propositions, avis, idées, théories, visions des choses. Donc forcéments quelques peu subjectives et donc pas énoncées/réclamées comme inaltérables. Merci donc de les compléter/modifier/critiquer/ignorer(ca srai ballot^/à votre guise ….comme disait l’autre.

    ..Bien à vous..
    (-@-)

  52. visiteur anonyme

    « Prendre les armes », tel qu’on l’entend au sens propre, n’est à mon avis pas une bonne idée. De uns « ils » n’attendent que ça, et puis ça ne mènerai nul part, surtout face à une armée professionnelle. À moins d’attendre niveau vraiment lamentable et catastrophique. Par contre si par « prendre les armes », on entend « lutter », je suis d’accord. Mais la lutte peut (et, dans la mesure du possible, doit) se faire de manière pacifique, notamment par la diffusion de l’information et l’apprentissage de la solidarité. En effet, un dictateur ne peut rien faire face à un peuple informé et uni contre lui. si malgré ça il décide d’envoyer l’armée, alors la lutte armée peut être envisageable, mais n’est pas la seule solution.

    J’ai exposé mon avis, mais je ne demande qu’à être corrigé.
    Voilà.

  53. Bien d’accord avec votre principe des 4 boites et votre analyse de la situation.
    Mais sincèrement triste que nous en arrivions là …
    Je pense qu’il faut en premier abandonner l’idée que nous sommes en démocratie. Nous sommes actuellement en oligarchie. En conséquence, inutile d’encore espérer une solution « démocratique ». Il conviendrait de viser les « élites économiques ou financières » et par viser j’entend frapper les individus, pas les entreprises. par exemple, ce n’est pas Haliburton qui pousse les USA à la guerre, ce sont ses dirigeants, des personnes physiques … c’est eux qu’il faudrait exposer au monde et viser … mais on sait ou mène ce chemin …

  54. Bien d’accord avec votre principe des 4 boites et votre analyse de la situation.
    Mais sincèrement triste que nous en arrivions là …
    Je pense qu’il faut en premier abandonner l’idée que nous sommes en démocratie. Nous sommes actuellement en oligarchie. En conséquence, inutile d’encore espérer une solution « démocratique ». Il conviendrait de viser les « élites économiques ou financières » et par viser j’entend frapper les individus, pas les entreprises. par exemple, ce n’est pas Haliburton qui pousse les USA à la guerre, ce sont ses dirigeants, des personnes physiques … c’est eux qu’il faudrait exposer au monde et viser … mais on sait ou mène ce chemin …

  55. Chouardesque

    Je comprends la position de l’auteur de l’article, il est divisé entre se révolter brutalement contre les injustice quotidiennes et essayer de re-faire marcher la démocratie. La racine du problème des lois SOPA etc.. c’est que ce sont les lobbys qui dictent la loi, pourtant les élus sont censés représenter le peuple, NOUS, si les élus et les politiques faisaient leur travail on aura un Internet libre et complétement ouvert car c’est l’interêt de la MAJORITE, NOUS. C’est quand même incroyable qu’une poignée de lobbys se fassent entendre plus fort que des millions de personne.
    Le constat est donc que la démocratie est cassée, ça ne marche plus, nos représentants élus ne nous servent plus au contraire.
    La solution est de réparer la démocratie : http://www.le-message.org/?p=29

  56. Ça fait plaisir de voir un article constructif et pourtant critique sur la privation des libertés.

    J’ai hélas trop d’amis qui pensent se rebeller en votant blanc, parce que les politiques sont « tous des pourris » et qu’ils sont « contre le système » (ce qui revient à critiquer sans rien proposer), alors qu’ils ne font que renforcer ceux qu’ils dénoncent.

  57. sheldonIsAfk

    @sil

    C’est beau de critiquer le vote blanc mais tu proposes quoi à la place?

  58. J’ai vu dans une vision, que tant que l’humanité sera dirigé par des gens de pouvoir et d’argent, jamais l’homme n’obtiendra ce qu’il demandera. Ainsi l’homme sera enchaîné par l’homme, aussi longtemps qu’existera se système !
    Vous serez bientôt témoins de la misère de ceux qui vous sont chers. Ils tomberont sous vos propres yeux; vous pleurerez, et vous supplierez en silence, jusqu’au moment où vous réagirez ?