Stallman avait malheureusement raison depuis le début

Classé dans : Libres Logiciels | 53

Nur Hussein - CC by-saLe cauchemar paranoïaque et apocalyptique d’un geek psychorigide est en passe de devenir réalité.

Trente ans, trente ans que Stallman et la Free Software Foundation répètent inlassablement qu’il est fondamental que ce soit l’homme qui contrôle le logiciel, et donc la machine, et non l’inverse.

Le discours est peut-être radical sur le fond (car il ne souffre d’aucune compromission) et parfois excentrique dans la forme (le personnage Richard Stallman[1]) mais, comme Thom Holwerda ci-dessous, nous sommes de plus en plus nombreux à réaliser sa justesse et sa pertinence au fur et à mesure que le temps passe et les libertés s’amenuisent.

C’est d’ailleurs aussi voire surtout pour cela que nous avions traduit et enrichi avec lui sa biographie où figure en exergue cette citation de Lessig qui, cela dépend de nous, peut tout aussi bien être prémonitoire que tomber dans l’oubli :

« Chaque génération a son philosophe, écrivain ou artiste qui saisit et incarne l’imaginaire du moment. Il arrive que ces philosophes soient reconnus de leur vivant, mais le plus souvent il faut attendre que la patine du temps fasse son effet. Que cette reconnaissance soit immédiate ou différée, une époque est marquée par ces hommes qui expriment leurs idéaux, dans les murmures d’un poème ou dans le grondement d’un mouvement politique. Notre génération a un philosophe. Ce n’est ni un artiste ni un écrivain. C’est un informaticien. »

Remarque : On notera que l’auteur fait référence à une récente et marquante conférence de Cory Doctorow qui affirme l’importance de gagner la guerre actuelle contre le copyright, prélude, ni plus ni moins selon lui, à une future éventuelle guerre totale contre le Net et donc les citoyens. Nous aurons l’occasion d’en reparler car notre fine équipe Framalang a prévu son sous-titrage.

Richard Stallman avait raison depuis le début

Richard Stallman Was Right All Along

Thom Holwerda – 2 janvier 2012 – OSNews.com
(Traduction Framalang : Lolo le 13, Goofy, Slystone, e-Jim, Pandark et Clochix)

À la fin de l’année dernière, le président Obama a signé une loi qui permet de maintenir indéfiniment en détention des gens soupçonnés de terrorisme sans la moindre forme de procès ou de jugement en bonne et due forme. Les manifestants pacifiques des mouvements Occupy du monde entier ont été qualifiés de terroristes par les autorités. Des initiatives comme SOPA promeuvent une surveillance constante de tous les canaux de communication.

Il y a trente ans, lorsque Richard Stallman a lancé le projet GNU, et pendant les trois décennies qui ont suivi, ses vues radicales et parfois extrêmes ont été raillées et méprisées comme étant de la paranoïa — mais nous y voici, en 2012, et ses suppositions paranoïaques sont devenues réalité.

Jusqu’à récemment, il était facile d’écarter Richard Stallman en le qualifiant de fanatique paranoïaque, quelqu’un qui avait depuis longtemps perdu le contact avec la réalité. Une sorte d’éternel hippie des ordinateurs, la personnification parfaite de l’archétype du nerd vivant retiré du monde dans le garage d’une maison. Sa barbe, ses cheveux, sa tenue — dans notre monde d’apparences, il était très facile de l’écarter.

Ses positions ont toujours été extrêmes. Son unique ordinateur est un netbook Lemote Yeelong, car c’est le seul ordinateur qui n’utilise que des logiciels libres — pas de binaires dans le firmware, pas de BIOS propriétaire ; il est complètement libre. Il refuse également de posséder un téléphone portable, car ils sont trop simples à pister. En attendant qu’il existe un téléphone mobile équivalent au Yeelong, Stallman ne veut pas en posséder.

En règle générale, tous les logiciels devraient être libres. Ou, comme le dit la Free Software Foundation :

À mesure que notre société devient plus dépendantes des ordinateurs, les logiciels que nous utilisons sont d’une importance critique pour sécuriser l’avenir d’une société libre. Le logiciel libre permet d’avoir le contrôle de la technologie que nous utilisons dans nos maisons, nos écoles, nos entreprises, là où les ordinateurs travaillent à notre service et au service du bien commun, et non pour des entreprises de logiciels propriétaires ou des gouvernements qui pourraient essayer de restreindre nos libertés et de nous surveiller.

J’ai, moi aussi, ignoré Richard Stallman que je jugeais trop extrême. Le logiciel libre pour combattre les gouvernements qui contrôlent et espionnent ? Des entreprises démoniaques prêtes à prendre le contrôle du monde ? Le logiciel comme outil pour surveiller les canaux de communication privés ? Ok, je suis d’accord, le logiciel libre est important, et je le choisis à chaque fois qu’il implémente les mêmes fonctionnalités que les solutions propriétaires, mais de là à croire et adhérer aux sornettes de Stallman et de la FSF…

Or nous y voici.

Nous sommes au début de 2012 et Obama a signé le NDAA, qui autorise la rétention indéfinie de citoyens américains sans aucune forme de jugement ou de procès, simplement parce qu’ils sont suspectés de terrorisme. Au même moment, nous avons la loi SOPA, qui, si elle passe, mettrait en place un système dans lequel les sites peuvent être débranchés du Web, une fois encore sans la moindre forme de jugement ou de procès, tout en autorisant également la surveillance du trafic Internet. Combinez cela avec la façon dont les autorités ont qualifié de terroristes les mouvements Occupy et vous pouvez voir où cela nous amène.

Au cas où ça vous rappelle la Chine et des régimes totalitaires similaires, vous n’êtes pas le seul. Même l’Association du Cinéma d’Amérique, la MPAA, clame fièrement que ce qui fonctionne en Chine, Syrie, Iran et dans d’autres pays devrait fonctionner aux États-Unis. La Grande Muraille pare-feu de Chine et les systèmes de filtrage similaires sont glorifiés et cités en exemple dans ce qui est supposé être le monde libre.

Le nœud du problème ici est qu’à la différence de jadis, à l’époque où les régimes répressifs avaient besoin de réseaux compliqués de police secrète et d’informateurs pour surveiller les communications, tout ce dont ils ont besoin à présent est de contrôle sur le logiciel et le matériel que nous utilisons. Nos ordinateurs de bureau, nos portables, nos tablettes, nos smartphones, et toutes sortes de terminaux jouent un rôle dans pratiquement toutes nos communications. Vous pensez être à l’abri lorsque vous communiquez en face-à-face ? Réfléchissez-y à deux fois. Comment avez-vous préparé la rencontre ? Au téléphone ? Via le Web ? Et qu’est-ce que vous avez dans votre poche ou votre sac, toujours connecté au réseau ?

C’est contre cela que Stallman nous a mis en garde pendant toutes ces années — et la plupart d’entre nous, moi compris, ne l’ont jamais réellement pris au sérieux. Cependant, à mesure que le monde change, l’importance de la possibilité de vérifier ce que fait le code dans vos terminaux — ou de le faire faire par quelqu’un d’autre si vous n’en avez pas les compétences — devient de plus en plus évidente. Si nous perdons la possibilité de vérifier ce que font nos ordinateurs, nous sommes foutus.

C’est au cœur de ce que croient la Free Software Foundation et Stallman : que le logiciel propriétaire enlève à l’utilisateur le contrôle sur la machine, ce qui peut avoir des conséquences désastreuses, en particulier à présent que nous dépendons des ordinateurs pour à peu près tout ce que nous faisons. Le fait que Stallman l’ait prévu il y a près de trois décennies est remarquable, et donne raison à son activisme.

Et en 2012, nous allons avoir plus que jamais besoin de logiciels libres. Au récent Chaos Computer Congress de Berlin, Cory Doctorow a donné une conférence intitulée La guerre à venir sur l’informatique généraliste (NdT : The Coming War on General Purpose Computation). À cette occasion, Doctorow nous informa que l’ordinateur dont le contrôle complet est accessible à l’utilisateur est perçu comme une menace pour l’ordre établi actuel. La guerre du copyright ? Rien de plus qu’un prélude à la vraie guerre.

« En tant que membre de la génération Walkman, j’ai accepté le fait que j’aurai sûrement bientôt besoin d’implants auditifs, et, bien sûr, il ne s’agira pas de prothèses au sens classique, mais bien d’un ordinateur implanté dans mon corps », explique Doctorow. « Donc, lorsque je rentre dans ma voiture (un ordinateur dans lequel j’insère mon corps) avec mes audioprothèses (un ordinateur que j’insère dans mon corps), je veux être certain que ces technologies n’ont pas été conçues de manière à me cacher des choses, ni à m’empêcher de mettre fin à des processus qu’elles exécutent et qui nuiraient à mes intérêts ».

Et ceci est vraiment le coeur de la problématique. À partir du moment où les ordinateurs s’occupent de choses comme l’audition, la conduite automobile, et bien d’autres choses encore, nous ne pouvons plus nous permettre d’être privés d’accès à leur code. Nous devons avoir un droit de regard sur leur fonctionnement interne et pouvoir comprendre ce qu’ils font, afin de nous assurer que nous ne sommes pas surveillés, filtrés ou manipulés. Il y a peu, j’aurais encore affirmé que tout ceci n’est que pure paranoïa, mais avec tout ce qui se passe ces derniers temps, ce n’est plus de la paranoïa. C’est la réalité.

« À l’avenir, la liberté exigera de nous que nous ayons la capacité de surveiller nos appareils, de leur imposer ce que nous voulons qu’ils fassent, de définir une politique éthique et sensée pour leur utilisation, d’examiner et de pouvoir choisir et mettre fin aux processus qu’ils exécutent, afin qu’ils restent nos fidèles serviteurs, et non des traîtres et des espions à la solde de criminels, de voyous et d’obsédés du contrôle, qu’ils soient individus, États ou multinationales », nous avertit Doctorow, « Nous n’avons pas encore perdu, mais il nous faut gagner la guerre du Copyright afin de garder Internet et nos ordinateurs libres et ouverts. Parce que ces derniers sont les armes des guerres à venir, nous serons incapables de nous battre sans eux. »

Voilà pourquoi vous devriez soutenir Android (pas Google, mais Android), même si vous préférez l’iPhone. Voilà pourquoi vous devriez soutenir Linux, même si vous utilisez Windows. Voilà pourquoi vous devriez soutenir le serveur Web Apache, même si vous utilisez Microsoft IIS. Il va arriver un moment où être libre et ouvert ne sera plus seulement un avantage amusant, mais une nécessité.

Et ce moment approche beaucoup plus rapidement que vous ne le pensez.

Notes

[1] Crédit photo : Nur Hussein (Creative commons By-Sa)

53 Réponses

  1. merci pour cette traduction. Vive le libre.

  2. On dirait que nos adversaires ne sont pas les seuls à confondre Web et Internet…

  3. tuxmouraille

    Bonsoir,
    @gnuzer: c’est à dire?

    @aKa: A quand la traduction de la vidéo?

  4. The Dreammaker

    Merci à tous ceux et celles qui participent aux traductions de tels articles. En espérant qu’un maximum de gens aient la chance de les lire et de réfléchir aux problématiques qu’ils soulèvent.

  5. C’est d’autant plus touchant que Thom Holwerda est tous sauf un Libriste acharné : il a longtemps chanté les louanges d’Apple, et encore aujourd’hui fait fréquemment l’éloge des produits Microsoft. Il a ridiculisé RMS au moment des guerres de Mono, et j’apprécie vraiment de le voir pondérer son point de vue avec beaucoup de lucidité…

  6. Nealith

    Un bios libre, je kifferai :p, si seulement je savais coder et parler l’anglais, ça aiderai, quoi qu’il en soit vive le libre ! :p

  7. 3 décennie(s) ?

  8. Merci pour cette traduction

  9. @vvillenave : je le suis depuis la guerre de la balise vidéo (à l’époque c’était ogg theora vs h264, WebM n’existait pas) et il est épris de formats ouverts et, depuis que je le suis, je ne peux pas dire qu’il ait été très pro-apple ou MS. Peut être parles tu temps d’avant ?

  10. Passionnant! Juste une remarque. « Traffic » serait plus joli avec un seul f. 😉

  11. Bon article, merci les gars
    mais que c’est pénible de le lire avec le clignotant « faire un don » en bas à droite de la page
    ça me rappelle les début de la démocratisation du Web avec la balise HTML blink
    Faut vraiment trouver autre chose c’est pas possible

  12. à part ça la vidéo de Doctorow est commentée ici : https://linuxfr.org/news/%C2%A0guer

  13. @antistress C’est quand même très lent comme clignotement…
    Pour ce qui est de Holwerda, son discours a beaucoup évolué et s’est nettement politisé depuis trois-quatre ans (notamment ses posts sur les procédures de sécurité dans les aéroports). C’est un déçu de Apple (comme nous tous, j’imagine), mais il continue à être très « pro-business », et à privilégier les aspects pratiques/esthétiques sur l’idéologie ou l’éthique (cf ses nombreuses louanges sur Windows Phone etc.). On sent chez lui un arrière-plan libertarien très américanisé, un peu façon Torvalds…

  14. pour la traduction de la conf « The Coming War », vous pouvez utiliser la version d’UniversalSubtitles dont les sous-titres en anglais sont déjà synchronisés: c’est tout prêt tout chaud, « ya plus qu’à » traduire! :) http://www.universalsubtitles.org/f

  15. osef.michu

    Dépouillé de son contenu idéologique, le Libre ressemble fortement à l’Open Source : pragmatisme et réalisme. Stallman, c’est plus que ça, non ?

  16. Merci pour cette traduction! On a en effet plus qu’intérêt à porter ces problématiques sur le devant de la scène.
    Par contre, si beaucoup manquent clairement d’information et ne savent pas du tout comment peuvent se comporter leurs ordinateurs (pc, smartphone etc), d’autres le savent ou rejettent l’idée de la menace que cela représente quand ils l’apprennent. En clair ils s’en tapent!

    Il me semble qu’une partie du boulot que l’on devrait effectuer (et qui nous échappe) consisterait à développer une résistance à la mort des notions de vie privée et d’anonymat, mais c’est pas gagné. C’est quand même plus valorisant pour l’individu d’avoir un iPhone et d’être sur Facebook que de passer pour un illuminati des technos.

    Sur Android, je me pose quand même la question (et j’ai toujours pas de réponse) de l’avancée que ça représente. Le bazar est quand même truffé de « services » google, de synchronisation en veux tu en voilà, de Gmail, Google map, géoloc etc… Qu’est-ce qu’il reste de libre dans tout ça? (après on peut dire effectivement que l’on peut le modifier si c’est libre mais qui en a les compétences et même l’envie?)
    Vu la position de monopole de Google sur le marché du fichage mondial, n’est-on pas malgré tout plus à l’abris sur un truc proprio tout pourri mais qui a moins de possibilités de pouvoir recouper les informations? (c’est pas un troll hein! ^^ )

  17. anonyme

    Et encore ca parle pas ouvertement de pur domotique là.

    Clair, parler de google comme alternative ou opposant au systeme, LOL quoi…

    La seule chose que j’ai appris dans cette trad c’est qu’obanania a voter une loi de p*te bush style mais comme clinton et compagnie en avaient déjà fait, quand on creuse l’histoire on en prend pleins les yeux déjà.

    Les ricains peuvent déjà fouiller tous nos compte bancaire pour leur toujours lutte antiterroriste (qu’on devrait en fait renommer en antiopposant, puisque c’est toujours comme ca qu’on nomme au fond les opposant, les résistants au nazisme etc, c’est je crois sont véritable sens en fait) grace a swift, etc…

    En france on a les même au fait.
    Sous le nom de Parti « socialiste »(je ne mentionne pas le reste de l’éventail politique a leur droite, car ca va de soit).

    Bon sinon évidemment que Stallman a raison depuis toujours, mais pas la peine d’etre lui ou un génie pour partager son analyse et ses idées.(et si il est si radical c’est qu’il veut et a raison encore une fois de se poser lui même en exemple et ne pas etre en contradiction entre ces propos et ses faits)

    Sinon DEUS EX Human Révolution a l’air d’etre un jeu excellent pour symboliser la question posée ici.
    Faut vraiment que j’y joue.

  18. Otyugh

    Stallman c’est Liberté, Égalité, Fraternité. Point.
    Se confondre dans les détails techniques et dans un florilège de logiciels ou de cas particuliers (osef d’android ou de linux)… N’a jamais été vraiment la vision que j’ai de Stallman. Pour moi il voit les choses plus globalement. Pour moi il a raison.
    Malheureusement pour avoir raison, il doit être idéaliste. Mais il a le charisme pour ne pas avoir l’air con. S’il y a un avenir dans l’information, je pense que c’est dans ses visions et activités. Nul n’est parfait forcément, n’empêche que sur ce sujet, qui de mieux que ce bonhomme ? Il faudrait plus de gens pour le suivre dans la bataille. Politiquement avant tout je veux dire. Le libre ne vaincront pas, je pense, par leur qualité/quantité/popularité. Y aura toujours des dérivés propriétaires, des niches.
    C’est la pensée qui doit évoluer, avant la technique. Je dis ça surtout pour ceux qui se sentent pas concernés.
    Et totalement HS, mais. Pour moi la bataille pour le libre n’est pas un truc a prendre au sérieux. Ça doit être convivial. Fraternité. /ideologue

  19. Il ne faut pas se cacher la vérité. Le combat non seulement ne fait que commencer, mais ne s’arrêtera pas aux brevets. Ils reviendront à la charge, encore et encore, tant qu’ils auront un souffle de vie, puisque les brevets, c’est leurs vies !!!!
    La lutte ne prendra jamais fin
    Ce n’est pas une guerre à venir, c’est une guerre éternelle dans laquelle ceux qui ne sont pas endormis luttent depuis la nuit des temps.
    La forme sera nouvelle, le champ de bataille nouveau, mais la guerre elle, non.

  20. furygnu

    Concernant la loi incluse dans le NDAA, c’est plus une magouille des républicains qu’autre chose et Obama n’était pas pour :
    http://www.whitehouse.gov/the-press
    Après son existence même est inquiétante, j’en conviens, mais ils n’ont pas attendu ça pour retenir de façon abusive (Bradley Manning, Guantanamo,…)

    Concernant le fond de l’article :
    Je fais confiance aux Hackers et aux Libristes en général pour continuer à défier les tenants du logiciel privateur.
    La bataille va plus se jouer au niveau des utilisateurs : va-t-on aller vers une prise de conscience ou un endormissement généralisé ? Pas facile de dessiner une tendance, mais je reste tout de même pessimiste

  21. bof bof

    Pour beaucoup, choisir le « libre » c’est comme entrer en religion : on espère que les pires calamités s’abattront sur les croyants des autres cultes.

    Quand à RMS, ce n’est qu’un extrêmiste sans intérêt, à éliminer sans regret.

  22. vulcain

    Youtube propose une version sous-titré en anglais et en espagnol (Mexique):
    https://www.youtube.com/watch?v=HUE
    Bien sûr c’est accessible sans Flash si vous êtes passé par cette page: https://www.youtube.com/html5

  23. totopipo

    Alors ça y est, nous y sommes. Nous renoncerons donc à notre humanité et sommes prêt quand même à devenir des hommes-machines dans un monde-machine, pourvu que la machine soit entièrement… libre (§ « En tant que membre de la génération Walkman… ») ?

    Stallman ne va pas assez loin. Il ne combat pas la dépendance au logiciel, la dépendance aux machines, bref, ce qui nous aliène jour après jour un peu plus et nous privera tôt ou tard de liberté – au sens d’agir/penser/mouvoir sans contraintes, larges- peu importe la version de la GPL en vigueur dans nos appareils. Il ne fait que combattre la dépendance du logiciel et des machines aux copyright et aux brevets. Non mais !

  24. Cet article est excellent, très belles traduction, merci …

  25. RastaPopoulos

    « En tant que membre de la génération Walkman, j’ai accepté le fait que j’aurai sûrement bientôt besoin d’implants auditifs, et, bien sûr, il ne s’agira pas de prothèses au sens classique, mais bien d’un ordinateur implanté dans mon corps »

    Personne n’a l’intention de relever que c’est ÇA le plus aberrant ?

    Quand bien même le monde cyborg et transhumaniste serait libre, ça reste la pire chose possible à venir (et en train d’être déjà là). Et la plupart des férus d’informatique acceptent ce fait.

    Bien sûr que c’est « mieux » si le citoyen a plus de contrôle sur la source d’un outil. Mais à part les choses très simples (un couteau), les outils complexes (nanotech, voiture, téléphone portable, nucléaire) portent *en eux-mêmes* un type de monde (urbanisme particulier, relation entre les gens, ondes).

    Un logiciel libre pour contrôler un missile, reste un logiciel pour contrôler un missile.
    Un logiciel libre pour gérer des *ressources humaines* (ERP etc), reste avilissant *en soi* pour les travailleurs et les êtres humains en général.

    C’est l’emprise de l’informatique sur la vie quotidienne qui est avant tout dangereuse pour la liberté. Ce qui n’empêche pas de demander plus de liberté et de transparence sur la situation existante hein. Mais il faut vraiment aller au-delà.

  26. Excellente traduction en effet.

    Mais la limite de l’article, c’est la connaissance que les « humaines » ont de leurs machines. Si celles-ci évoluent comme ces dernières années en se complexifiants, les 3/4 des personnes de la planète ne sauront jamais les paramétrer ou les surveiller correctement…

  27. Arriver à faire le lien entre « une loi qui permet de maintenir indéfiniment en détention des gens soupçonnés de terrorisme sans la moindre forme de procès ou de jugement en bonne et due forme » et la liberté du code source des logiciels… faut être sacrément renfermé sur son univers de libriste…

  28. @ furygnu
    Ce n’est pas du tout une magouille des reps. Et le POTUS n’était opposé à la loi que dans la mesure où elle réduisait le pouvoir de l’exécutif au profit du Congrès. Obama ne s’est jamais caché être un ardent défenseur de la détention militaire à durée indéterminée. Dès le début de son élection.
    Lire les articles de Glen Greenwald permet de mieux comprendre aussi : http://www.salon.com/2011/12/15/oba
    Mais ce n’est pas inutile de remonter dans le temps, non plus.

    Sinon, merci pour la traduction !

  29. Deux remarques:

    RMS s’est toujours lui-même défini comme un pessimiste… mais celui-ci te fait comprendre (avec ses mots) que paradoxalement, le pessimisme est souvent une attitude positive, car il est source de progrès (social notamment).
    S’il n’y avait que des optimistes sur terre, le monde serait mille fois pire que celui dans lequel nous vivons actuellement (n’est-ce pas, Madame la Marquise?…)

    Autre chose:
    Je me souviens d’un débat télévisé sur la RTBF (chaîne nationale belge) il y a quelques années… autour de 2007-2008 je crois. On y parlait d’économie, de mondialisation, de dumping social… Un des intervenants (malheureusement, je ne sais plus de qui il s’agit), ancien ministre (finance) et qui occupe actuellement une position importante au sein de l’UE, a laissé échappé un phrase énorme! Quelque chose du style:
    « On a longtemps crue que la démocratie était une condition sine qua non pour le bon fonctionnement d’une économique de marché. De plus en plus, nous nous rendons compte que ce n’est pas la cas… et à ce titre tout les regards du monde se tourne actuellement vers la Chine, qui est en quelque sorte le laboratoire du libéralisme de demain. Ce pays va nous servir de modèle. »
    O_O
    Sur le plateau, personne n’a pourtant bronché.
    Celui qui a dit ça, n’était pas un anarcho-conspirationiste, mais une personne influente, occupant une position importante au sein de l’UE.
    Je regrette amèrement ne pas avoir pu enregistrer cette émission, car ce moment était presque historique (bien qu’il se soit déroulé dans l’indifférence la plus totale)
    J’aurai tellement aimé pouvoir en garder une trace…
    En plus, j’ai une mémoire de poisson rouge :-( difficile de retrouver des infos
    Quelqu’un peut-il m’aider?

  30. Blayotl

    « There’s a staLLman waiting in the sky
    He’d like to come and meet us
    But he thinks he’d blow our minds »

    bon ok je sors…

    Ah, j’oubliais, -tel columbo qui ne sort jamais vraiment-
    J’ai cherché les définitions de « libertarien » pour comprendre le commentaire de vvillenave : j’ai lu que ç’était « libertaire » traduit du français vers l’anglais retraduit vers l’américain retraduit vers le français…bref pas compris, mais sinon dans le monde cet article éclaire peut être un peu (?) :
    http://www.lemonde.fr/elections-ame
    Cet extrait trouverait-il écho au présent billet : « Demain, le gouvernement pourra arrêter n’importe quel Américain, l’incarcérer, le faire disparaître impunément » ?
    Bref cette fois j’ai tout compris : les libristes sont des républicains ricains infiltrés ! Planquez-vous !
    …ok cette fois je sors ;>

    Ah, j’oubliais…
    untel, oui on dirait bien qu’il n’y a pas besoin d’être anarcho-machiniste pour voir que l’économie de marché s’adapte à toutes les formes de régimes, y compris les plus autoritaires. La démocratie n’est donc pas intimement liée au libéralisme.

    Merci pour la traduction

  31. OuiMais

    « General Purpose Computation » –> calcul universel, ou banalisé, ou généraliste ; pas « computation à but général » !

  32. feilong

    Un peu de lecture pour ceux qui ne l’auraient pas lu :
    1984 de George Orwell publié en 1949.

    Je l’ai relu en fin d’année pour fêter comme il se doit 2012.

  33. @Felong : si tu aimes Orwell, alors jette un coup d’œil à ces ouvrages chez Agone :
    http://atheles.org/trouver?main=rec

    Je suis médusé de voir les arguments de l’auteur contre le téléphone portable : s’ils étaient libre il en utiliserait un ?! c’est un peu rapide ! Pour une critique complète bien référencée : (passez outre le style s’il vous déplait)
    http://www.piecesetmaindoeuvre.com/

  34. C’est quand même Google qu’à pondu Android. Google soutient beaucoup le libre, donc je soutiens également Google ! Sûrement LA seule entreprise puissante qui soutient le libre (avec Free, si on regarde à l’intérieur de nos frontières).

  35. Merci beaucoup pour cette trad.
    @Felong: Esperons que Stallman ne se fasse pas vaporiser…

  36. Le débat sur le libre c’est un peu n’importe quoi…
    L’utilisateur lambda se fiche de ce qui est installé du moment que ca marche et que c’est gratuit de préférence (Attention libre!=gratuit)
    Celui qui est plus avancé ou qui est psycoté (ne pas prendre au premier degré^^) veut du libre car il peut bidouiller et ne se sent pas espioné…

    Perso en tant que professionnel de l’informatique dès qu’on a besoin d’un logiciel vraiment pointu on trouve pas ce qu’il faut dans le libre (ou pas aussi bien) alors que c’est souvent proposé par les logiciels propriétaires. Ce n’est pas une vérité absolue, mais c’est très fréquent…
    Quand au coté « espionnage », je me sens beaucoup plus tranquille avec un logiciel propriétaire (obtenus par moyens légaux, sinon ca compte pas), qu’avec est softs libres / open source trouvables n’importe ou et souvent bourrés de trojans et autres joyeuseries.

  37. Lorsque les pragmatiques admettent que les idéologues avaient raison, c’est que la crise n’est pas loin.

    Tiens, un truc auquel j’avais jamais pensé : au delà de la lutte pour avoir du code libre dans les terminaux et les serveurs (champs de bataille communs aujourd’hui) qu’en sera-t-il pour le code « cultivé » genre réseaux de neurones et tout ça. Aujourd’hui, ce genre de code est plutôt spécialisé, mais si jamais ça devient la meilleure façon de développer des softs, quid des 4 libertés du logiciel lorsqu’il n’y a pas de code source à proprement parler ?

  38. mmathieum

    Le système d’exploitation Android (aussi appelé AOSP) est entièrement open-source mais il requiert l’usage de drivers très souvent propriétaires.
    C’est néanmoins beaucoup mieux que iOS ou WindowsPhone parce qu’avec Android on peut beaucoup plus facilement détecter la présence d’un logiciel comme Carrier IQ.

    En tout cas, je n’ai pas toujours été un défenseur de l’open-source et j’utilise toujours régulièrement des produits fermés mais je suis aujourd’hui heureux d’avoir commencer à utiliser des technologies open-source (pas nécessairement 100% open-source mais plus open que les technologies propriétaires fermées) il y a plusieurs année et d’avoir fait d’Ubuntu et d’Android mes système principaux.

    Merci Ubuntu. Merci Android. Merci le web (HTML 5, JS, CSS).

    Au risque de passer pour un fan (que je suis), merci à Google qui supporte beaucoup l’open-source quand même, notamment avec le navigateur Chromium et le système d’exploitation Android.

  39. @Akihabara :

    > Quand au coté « espionnage », je me sens beaucoup plus tranquille avec un logiciel propriétaire (obtenus par moyens légaux, sinon ca compte pas), qu’avec est softs libres / open source trouvables n’importe ou et souvent bourrés de trojans et autres joyeuseries.

    Aïe aïe aïe ! Si tu avais juste écrit ça j’aurais juste dit « LOL », mais comment peux-tu écrire de telles énormités et te prétendre « professionnel de l’informatique » ??? C’est quoi ce vieux FUD tout droit sorti du bon vieux temps où Gates tapait sur nous comme un bon gros troll poilu et où on répondait avec presque autant de finesse (bien que bon, nous ce qu’on disait c’était pas du FUD vu que c’était fondé et justifié).
    Désolant…

    PS : et l’open source Made in Crimosoft, c’est plein de trojans aussi ?

  40. Deja, merci de la traduction 😉

    Juste pour reagir : proposer Android comme opposant aux blobs Microsoft ou Apple, c’est assez rigolo. En bon libriste on devrait plutot faire l’eloge de Maemo ou Meego…
    Surtout que les appli android sont toutes fermees contrairement a maemo/meego/openmoko.

    Sinon c’est plutot interessant. Quid de l’Europe niveau legal et equivalents intrusifs ?
    Juste pour preciser, la conference du Chaos Computer Club sur le GSM et OpenBSC est tres interessante sur le GSM et en acceptant de porter un telephone portable sur soi, on fait clairement une croix sur certaines de nos libertes…

  41. On lit des trucs assez étonnant par ici.
    A ceux qui soutiennent Google, rappelez vous qu’il scanne tous vos mails, (…) nan, en fait, j’ai la flemme de refaire cette liste. Le respect de la vie privée, Google, y connait pas. Quittez Gmail. Quittez Chrome. Quittez Picasa, les blogs, les readers, les maps, les streetview, les OS, tout, fuyez Google. Il nous bouffera.

    Sinon, je suis content, des années que je suis sur des OS libres etc, mais, sincèrement, j’ai finalement jamais fait d’audit du code. Donc pour moi, ce que le code fait, c’est uniquement une confiance en la personne qui l’affirme.

  42. googlebash

    Androïd ? libre ?

    Arff !

  43. HEIN???

    J’ai lu cet article et presque jusqu’à la fin, je me disais « ah, enfin un qui se réveille », jusqu’à ce que je lise:

    « Voilà pourquoi vous devriez soutenir Android (pas Google, mais Android), même si vous préférez l’iPhone. Voilà pourquoi vous devriez soutenir Linux, même si vous utilisez Windows. Voilà pourquoi vous devriez soutenir le serveur Web Apache, même si vous utilisez Microsoft IIS. Il va arriver un moment où être libre et ouvert ne sera plus seulement un avantage amusant, mais une nécessité. »

    La, je me suis étouffé dans mon lait fraise (pas de commentaires merci) et j’ai hurlé à ma fenetre de rage: « BORDEEEL ANDROID N’EST PAS LIBRE ESPECES D’IMBECILES D’ESCLAVES DE MERDE!!! »

    Bon, je vous l’accorde ma réaction était quelque peu excessive… mais tout de meme, rappelons le:

    1) Google est un danger pour la pseudo démocratie dans laquelle nous sommes. http://free.korben.info/index.php/G… et http://www.dailymotion.com/video/xh… pour comprendre la farce qu’est notre prétendue démocratie grace aux travaux d’Etienne Chouard..

    2) Android n’est PAS libre. La puce GSM n’est PAS libre. De nombreux firmwares inclus dans les téléphones ne sont pas libres, et enfin avec l’épisode récent de CARRIER IQ ( http://www.lefigaro.fr/hightech/201… ), nous avons une énième preuve que les vendeurs de téléphone/opérateurs téléphonique et la liberté, ça fait deux!
    Je suggère donc:
    a) Replicant, un OS basé sur Android mais nettoyé de tout composant propriétaire: http://free.korben.info/index.php/R
    b) De vous renseigner sur les téléphones libres tels Open Moko, ainsi que OsmocomBB (projet d’ouverture de la puce GSM), et d’autres choses listées ici: http://free.korben.info/index.php/M… .
    c) D’arreter (à ceux qui font cela) de finir vos articles par « Oui bon Google ils sont méchants mais quand meme ils sont sympas! ». Ca n’a pas de sens. Promouvoir Android en crachant sur Google c’est comme promouvoir la syphilis en crachant sur le sida! Les deux sont à éradiquer, et meme l’un permet à l’autre d’etre choppé plus facilement (si vous avez la syphilis, vous pouvez choper le sida plus facilement, les médecins comprendront).

    Bref, oui, Richard Stallman avait raison. Hélas.

    Il y aussi:

    ALEC: http://www.agoravox.tv/actualites/i

    SOPA: http://www.zdnet.fr/actualites/loi-… (oui je sais, l’article dit que Google et Facebook sont contres. Ceux qui ont un peu de mémoire savent que Google a constamment changé de discours, et Facebook pareil. Ils jouent à un double jeu) et http://www.numerama.com/magazine/21… pour aider un peu.

    Je ne vous parle pas d’HADOPI, de ACTA ( http://www.dailymotion.com/video/xk… ), et autres saletés qui deviennent vous le remarquerez tous, de plus en plus nombreuses!
    C’est dire que le système est en train de finaliser quelque chose de dramatique, de sceller nos destins.

    Je vous suggère à tous cette page: http://free.korben.info/index.php/A

    Vous y comprendrez mieux l’état des technologies de controle et de surveillance dans certaines rubriques.

    Une dictature se met en place sous nos yeux, elle passe par l’argent ( http://www.dailymotion.com/video/xl… ), par l’Europe ( http://www.dailymotion.com/kevinz19… ), et par bien d’autres choses « pour notre bien » ( http://www.dailymotion.com/video/xb… ).

    Bonne année 2012… c’est que le début.

  44. On peut aussi soutenir nGinx plutot que Apache 😉

  45. anonyme

    @Blayotl

    Libertarien = extrême droite

    Le Neolibéralisme étant déjà du fascisme, le pas est vite franchi.

    Strictement RIEN A VOIR avec les libertaires.

  46. anonyme

    @mynux

    Faux, google soutient google et rien d’autre.

    Si demain il est plus avantageux pour google de faire plus que du privateur ils le feront sans la moindre hésitation.

  47. Blayotl

    Merci à anonyme 18:47 pour tes 3 équations du premier degré (j’étais encore parti dans du second degré à la con).
    Mais je pense qu’il te manque quelques variables, notamment dans les 2 dernières équations.

    Le libéralisme (vieillot ou néo) n’est pas l’équivalent du fascisme : le fascisme est un truc inventé par les seuls européens au début du XXème et se sert de l’état (+ d’état) comme outil principal de domination « force brute ». Le libéralisme se sert de l’état pour voter des lois qui tuent l’état dans ce qu’il a de plus social (- d’état).
    ceci nous amène à la dernière équation : il y a bien un point commun puisque les deux veulent moins d’état. Oui, pas pour les mêmes raisons je sais, néanmoins on peut se demander si le « moins d’état » qui peut profiter aux uns ne profite pas aux autres dans une certaine mesure (où à des millénaires de distances)…d’où la confusion des traductions successives vers l’anglais, etc.

    Pour ce qui est des libertaires il ne leur a pas fallu beaucoup de temps pour comprendre que la dictature, qui « se met en place sous nos yeux » existe en fait depuis toujours (même s’il serait bon de distinguer les niveaux d’oppression). C’est donc exactement ce qu’ils nous disent depuis que le premier anarchiste a poussé son premier cri, tel Acab dans son lait fraise ;o)
    Avaient-ils eux aussi « raison depuis le début » ?

    Je me réjouis que des libristes attentifs reprennent ces arguments anti-autoritaires à leur compte lorsque cela est justifié.

    Ils sont moins d’un sur cent et pourtant ils existent…les libristes.

  48. Micaël

    Je vous conseil de lire « la france contre les robots » de Bernanos qui parle exactement de la même chose mais dans les années 50.
    Voici un extrait lu dans « la liberté pour quoi faire » : http://vimeo.com/23113183

  49. cynoque

    Salut .. Aide dans la trad :
    Pour
    « tout ce dont ils ont besoin à présent est de contrôle sur le logiciel et le matériel que nous utilisons » …
    A remplacer par
    « tout ce dont ils ont besoin à présent est de contrôler les logiciels et le matériel que nous utilisons »
    ou
    « tout ce dont ils ont besoin à présent est le contrôle sur le logiciel et le matériel que nous utilisons »
    Merci 😉 a bientôt

    Cynoque

  50. cynoque

    en fait j’ai relu et ma remarque est fausse désolé…. A ne pas tenir compte. Bonne trad et bon article. Merci encore

  51. anonyme

    J’avoue que c’est tres difficile de debrouiller ce qui
    se passe dans les hautes spheres politiques de
    nombreux pays en Amerique ou en Europe ou
    les gens votent pour leur gouvernement(s), les
    democraties au sens usuel. Je suis d’ailleurs un
    fan de Noam Chomsky et « Manufacturing Consent ».
    Et puis si on etudie l’histoire, on s’apercoit qu’il y
    a des intrigues depuis des siecles, par exemple
    dans les relations diplomatiques (ou non) entre
    grandes puissances europeennes depuis l’Espagne
    de 1492, par exemple (sans parler du Vatican …)

    Ma pensee du jour est que le logiciel libre est
    important , et aussi que ca ne nuirait pas de traduire
    des « tweets » interessants
    francais<==> anglais <===> chinois mandarin
    « a la main »; je pense que c’est bon car de cette facon,
    on peut faire un « bypass » (contourner, se passer de)
    des sources mediatiques style « Corporate Media »
    ou Mass Media.

  52. « Voilà pourquoi vous devriez soutenir Linux, même si vous utilisez Windows »

    Je suis le seul que ça choque ? Ça me choque d’autant plus de voir ça sur frama, bien que ce ne soit « qu’une » traduction. GNU/Linux, bordel…

    Par contre, je suis rassuré de voir les réactions par rapport à android.

  53. carolyn

    Tout comme Georges orwell, stallman était un grand visionnaire. Nous allons vers un sytème totalitaire. Et comme tout savant, ils sont pris pour des fous jusqu’au jours ou cela arrivera. Un matin en se levant les gens comprendrons pas comment ils ont fait pour en arriver là. Comment développer des logiciels libres dans un monde ou la finances dictés les loi. Sa phrase mitique aurait pu être mettre l’argent au service de l’homme et non l’inverse. Je dirais qu’une chose : Vive le logiciel libre.