Et les manuels universitaires libres devinrent réalité en Californie

Classé dans : Éducation, Libr'en Vrac | 4

Grande et bonne nouvelle, la Californie est allé au bout de sa réflexion sur l’opportunité des manuels scolaires libres  !

C’est de notre point de vue bon sens et évidence mais ça l’est moins quand on pense à la situation dont on a hérité, avec d’énormes résistances de la part de ceux qui éditaient précédemment (et privativement) ces manuels.

Au passage vous remarquerez le choix logique et pertinent de la licence, la Creative Commons la plus dépouillée d’entre toutes  : la CC By. Cela fera peut-être réfléchir ceux qui pensent encore que la clause non commerciale NC et/ou non modifiable ND sont bonnes quand il s’agit d’éducation…

Et en France, me direz-vous  ? Cela fait six ans (je crois) que nos amis de l’association Sésamath ont publié leur premier manuel libre pour la classe de Cinquième en mathématiques. De véritables pionniers qui depuis ont couvert tout le collège et lorgnent désormais aussi bien sur le primaire que vers le lycée.

Six ans que l’Institution avait en son sein un exemple à soutenir, mettre en avant et montrer aux autres disciplines pour leur emboîter le pas. Pour des raisons que je ne m’explique pas (ou trop bien), elle n’en fit rien  ! Il est grand temps de rectifier le tir sinon nous les derniers seront les premiers et nous aurons une fois de plus perdu un temps précieux.

Il est véritablement grand temps  ! (et sous licence libre s’il vous plaît  !)

L’illustration ci-dessous et un extrait d’une infographie qui résume bien les choses (et les gains) en procédant ainsi.

20mm.org - extrait- CC by

La Californie entérine officiellement son projet de loi inédit sur les manuels scolaires libres

California passes groundbreaking open textbook legislation

Timothy Vollmer – 27 septembre 2012 – CC Blog
(Traduction Framalang  : Cyrille L., ehsavoie, M0tty, Rouage, lgodard, Ag3m)

C’est officiel. En Californie, le Gouverneur Jerry Brown a signé deux projets de lois (SB1052 et SB1053) qui permettront la création de manuels numériques sous licence libre pour les cinquante cours les plus populaires des universités de Californie (cf cette vidéo). Ce projet de loi a été proposé par le président du Sénat par intérim Darrell Steinberg et est passé au Sénat et à l’Assemblée de Californie fin août.

Un élément essentiel de la législation Californienne est que les manuels ainsi créés seront disponibles sous licence Creative Commons Paternité (CC-BY)  :

Le manuel et d’autres matériels de cours sont placés sous la licence Creative Commons Paternité qui autorise quiconque à utiliser, distribuer, et créer des travaux dérivés basés sur ce matériel numérique tout en permettant aux auteurs ou aux créateurs d’être crédités pour leurs travaux.

La licence CC BY permet aux professeurs d’adapter le contenu des manuels aux besoins des étudiants, aux sociétés commerciales de se servir de ces ressources et d’en créer de nouvelles à partir des premières (comme par exemple des tutoriels vidéos), et ouvre des portes à la collaboration et à l’amélioration de ce matériel de cours.

Pour les étudiants, l’accès à des manuels abordables est extrêmement important, sachant que le coût de ces manuels augmente quatre fois plus vite que l’inflation, dépassant même les frais d’inscription dans certaines universités. Ainsi, en plus de rendre le manuel numérique disponible librement et gratuitement aux élèves, la loi requiert que les copies imprimées du manuel ne dépasse pas 20$.

C’est une grande victoire pour la Californie, et un exemple bien accueilli de politiques ouvertes qui visent à appuyer les licences libres pour économiser l’argent des familles californiennes et soutenir les besoins des professeurs et des élèves.

4 Réponses

  1. pere.despeuples

    j’imagine que le lobby des éditeurs à l’éducation nationale est puissant, mais l’université est sans doute la brèche dans laquelle il faut s’engouffrer, puisqu’à la fois le marché est moins stratégique pour les éditeurs en termes de volume de vente, et la diversité des sources plus grande. est ce que ce n’est pas une mission dont pourraient se charger les universités numériques style unisciel, unit et autres?

  2. L’initiative est intéressante, en particulier à l’heure où la vente des livres numériques explosent aux USA. (Amazon vend désormais plus de livres numériques que de livres papiers aux États-Unis).
    Pour l’étudiant et les autres utilisateurs c’est formidable, mais pour les éditeurs et les imprimeurs c’est un changement complet du modèle économique. Beaucoup vont disparaître.

    OuestGEST – Conseil en gestion de PME
    http://www.ouestgest.com

  3. cvaufrey

    Le fait que l’état de Californie « autorise » la création de manuels libres pour les « 50 cours les plus populaires » (et pourquoi pour ceux-là seulement ?) ne veut rien dire de la stratégie générale de cet état vis -à-vis de l’accès à la culture et aux savoirs académiques. L’université d’état de Californie, le plus important dispositif de formation des adultes aux Etats-Unis, a confié tout son enseignement à distance à Pearson, lui-même éditeur de manuels scolaires. Pearson apportera donc les dispositif techniques, les contenus et la formation des enseignants. Rien que ça. Source : http://www.tonybates.ca/2012/08/22/

  4. shokin

    Bonne chose, le CC-BY. Mais le CC0 me semble encore plus dépouillé et libre.