Les lunettes Google Glass ou la fin définitive de notre vie privée ?

Classé dans : Apple Google Microsoft | 55

Google Glass c’est le projet Google de lunettes révolutionnaires à réalité augmentée. On nous promet leur commercialisation avant la fin de l’année. Une vidéo spectaculaire a été publiée récemment. Si vous ne l’avez pas encore vue, nous vous invitons à le faire car vous allez mieux comprendre la traduction qui suit.

Bientôt donc vous retrouverez quelque part avec des gens qui porteront ces lunettes. À tout moment, ceux-ci peuvent vous filmer à votre insu et mettre en ligne en temps réel la vidéo sur YouTube, non sans qu’un système automatisé de reconnaissance faciale et de tags vous ait peut-être identifié au passage !

Ce n’est plus de la science-fiction et comme Google n’est pas une entreprise philanthropique, on imagine sans peine l’impact majeur d’une telle innovation sur notre vie privée et le devenir de nos données personnelles.

Max Braun - CC by-sa

Gare aux Google Glasses !

Watch Out for Google Glasses

Anton Wahlman – 25 février 2013 – TheStreet.com
(Traduction : jtanguy, 3wen, Benoît, Jeanba88, misterk, goofy + anonymes)

D’ici la fin de cette année, notre société va subir un changement très particulier, qui va susciter beaucoup de controverses. La cause ? Les Google Glasses.

Les Google Glasses vont impacter les comportements sociaux dès leur mise en circulation. Au moment où vous les apercevez, vous savez que vous pouvez être filmé. Et les gens n’aiment pas être filmés.

Bien sûr, tous les smartphones peuvent enregistrer des vidéos et prendre des photos. Mais vous savez quand ça arrive. Vous n’avez pas constamment l’impression que tout le monde autour de vous est en train de vous filmer sous tous les angles. Vous les voyez faire quand ils le font.

Les Google Glasses sont différentes. Au-delà des photos et des vidéos, qu’advient-il de ces données ?

Imaginons que je sois derrière le guichet d’une entreprise : banque, restauration rapide, guichet d’enregistrement à l’aéroport, peu importe. Mes Google Glasses pourraient afficher le numéro de sécurité sociale, le casier judiciaire, la présence sur les réseaux sociaux, etc. de la personne en face de moi.

C’est peut-être un progrès pour certains mais d’autres trouveront cela terrifiant. Pouvez-vous imaginer la scène dans un bar où les gens commencent à porter des Google Glasses ? En l’espace d’une seconde ou deux, vous aurez toutes les informations disponibles à propos de la personne en face de vous. Et certaines de ces informations pourraient ne pas être flatteuses.

Les lieux publics devront élaborer de nouvelles politiques. Hôtels, aéroports, restaurants, salles de sport et écoles voudront avoir leur mot à dire concernant le port des Google Glasses dans leurs locaux. Vous pourrez entendre les tollés dès que les premières images de gens trichant dans les écoles, ou filmant dans les vestiaires seront publiées sur YouTube. De futurs conflits vont certainement très mal tourner.

D’autre dimensions du problème apparaissent aussitôt. Que se passera-t-il si les versions futures des Google Glass deviennent très difficiles à distinguer des lunettes traditionnelles ?

Aujourd’hui, que se passe-il si vous pénétrez dans un établissement en tenant une caméra qui filme les visages des gens, dans un restaurant, une banque ou une salle de sport ? On vous demandera d’éteindre votre caméra, et si vous n’obéissez pas rapidement, on vous jettera dehors.

Les Google Glasses vont rendre les interactions publiques et sociales très délicates car vous prenez le risque potentiel d’être sur YouTube quel que soit l’endroit où vous allez. Quelques mois après leur arrivée sur le marché, les Google Glasses pourraient être déjà si répandues que vous serez filmé dès que vous pointerez le nez dehors.

Défenseurs de la vie privée, en avant !

Les données photos et vidéos des Google Glasses ne vont pas être utilisées seulement par la personne qui porte les lunettes. La personne qui prend ces images voudra peut-être « taguer automatiquement » ces médias avec l’identité des personnes dans la photo ou vidéo.

Il y a des gens qui préfèrent passer sous les radars. Ils payent en liquide, n’utilisent pas de GPS en voiture, n’ont pas de téléphone, et ne sont membres d’aucun réseau social en ligne. Ils ont réussi à rester en-dehors de la plupart des bases de données disponibles publiquement.

Une fois qu’une partie significative de la population aura commencé à déambuler dans les rues avec des Google Glasses, ils ne le pourront plus vraiment. Il n’y aura plus de place pour se cacher, à moins que les gouvernements ne légifèrent sur ces Google Glasses, ou que les établissements privés décident de les interdire.

Qu’en est-il de Google lui-même ?

Les Google Glasses deviendront une arme décisive dans la guerre imminente pour les données personnelles. Si d’autres personnes les utilisent, pourquoi pas moi ? Je prédis que toutes les personnes avec suffisamment de moyens vont se ruer pour en obtenir, surtout si le prix baisse de 1 500$ à 1 000$, puis à 500$ et finalement en-dessous, lors des deux premières années de commercialisation.

Si Google arrive à sortir ce genre de lunettes avant ses concurrents directs, non seulement Apple, mais aussi Microsoft, son avance pourrait bien être décisive. Google possède déjà 70% des parts de marché des smartphones avec Android, donc il est plutôt bien parti, mais n’oublions pas que la part de marché des PC de Microsoft atteignait 95% il y a seulement quelques années.

Comme Google va probablement inventer un lien fort entre les Google Glasses et les smartphones Android, les Google Glasses vont être une véritable aubaine pour Android. N’importe qui regardera son iPhone et devra sérieusement envisager de passer à Android.

Les Google Glasses risquent de causer un chaos social, mais elles vont être très bénéfiques pour les finances de Google.

Crédit photo : Max Braun (Creative Commons By-Sa)

55 Réponses

  1. Je m’étais déjà fait la réflexion en arrivant à la conclusion qu’il n’était pas question que j’adhère à ce nouveau dispositif d’atteinte à la vie privée, par contre tout l’aspect flicage/surveillance par les porteurs de ces lunettes m’avait complètement échappé (sic).

    Ça promet d’être un beau bordel en France avec le droit à l’image, à moins que je ne sais quel lobbie vienne glisser quelques valises de biftons dans les mains des technocrates bruxellois ou des politiques français, dont l’honnêteté douteuse et les multiples trahisons de l’intérêt commun, ne sont plus à démontrer.

    Bref pas glop tout ça et j’aimerais bien savoir ce qu’en pense la CNIL notamment ?! :/

  2. http://goo.gl/Ci8gm ! Le concept de vie privée est en train de disparaitre, et les futures générations ne verront même plus le problème.

  3. Marie-Odile

    Bonjour,

    Il faudra se résoudre à porter le voile intégral !

    Amicalement

  4. Pourquoi pas… des technologies capables de brouiller leur vue, leur émission de données et j’en passe, si google peut faire ce genre de conneries, on doit pouvoir bidouiller de quoi se protégé non ?

    Un autre point qui m’interpel c’est que les gens ne verrons plus leur environnement de la même manière puis ce que j’ai entendu dire qu’ils comptaient tagger des pubs sur des éléments existants avec la réalité augmentée… (comme si il y en avait déjà pas assez…)

  5. Euh… je n’adhère pas à la tournure de la phrase de conclusion qui dit en gros, on risque le chaos social, mais c’est pas grave, c’est bon pour les finances de Google…

    j’aurais plutôt terminé par :

    « Les Google Glasses vont être très bénéfiques pour les finances de Google, mais elles risquent de causer un chaos social. »

  6. Entièrement d’accord avec Marie-Odile, il va nous falloir rapidement nous mettre à défendre le port du voile intégral, pour les femmes, comme pour les hommes !

  7. BigBrowser

    @nealith
    vivons heureux, vivons cachés… c’est qu’ils nous acculeraient jusqu’aux cavernes ces apôtres de la technologie et autres machins augmentés pour humains diminués. Heureusement, contre ces nuisances, il y a… la nuisance (super !), les brouilleurs multibandes gsm,wifi & compagnie vont de 50€ à 200€. Je sens que la riposte va être très sèche et à force de libérer les usages « du réseau », c’est le réseau qui risque d’être hors d’usage.

    Quel monde voulons-nous ?

  8. Ben ça va en faire, de belles têtes à Google Claques. Mais ça me rappelle quelque chose… ah oui, voilà : http://www.ecrans.fr/MacDo-voit-les

  9. Theinsider

    C’est très drole de voir à quel point chaque innovation déclenche ce genre de paranoia.
    Loin d’etre candide face à cette question je pense qu’il faut relativiser l’importance d’une innovation comme les glass.
    D’abord il est fort peu probable qu’on puisse voir « le numéro de sécurité sociale, le casier judiciaire, la présence sur les réseaux sociaux, etc. de la personne en face de moi ». Ces informations ne sont pas présentes sur facebook, twitter ou google+ alors pourquoi le seraient elles sur les glass qui ne créent pas d’autres bases de données? Des lois existent déja sur la protection de la vie privée et des données personnelles notamment « informatique et liberté », il s’agira simplement de se protéger contre les atteintes et de voir que dans la majeure partie des cas, l’utilisation abusive des informations ressort d’une mise à disposition volontaire de celles-ci par l’utilisateur. La reconnaissance faciale ? Oui si vous activez l’option sur le réseau social auquel vous participez, sinon non, c’est de la logique.
    Enfin de façon plus prosaïque, il existe aujourd’hui toutes sortes de dashcam, et autre micro caméra embarquées. Personne ne les utilise pas pour filmer la vie des autres 24h/24 (à part les russes mais c’est plus compliqué, c’est notamment dû au système assurantiel russe). Normal ce genre de comportement sera largement minoritaire et le fait de détraqués qui de toute façon trouveraient une façon de vous espionner. Certes on se retrouvera avec davantage de vidéos youtube d’évènements anecdotiques montés en buzz, une bagarre, un mec ivre qui vomit dans le métro.
    Mais autant que les autres cette technologie est neutre. Personne ne viendra vous filmer dans votre intimité lors d’un diner entre amis ou en famille. Oui, après on peut philosopher sur la propriété de son image et l’utilisation qui en faite, mais je tiens à vous rappeler de l’épisode Instagram, lorsqu’en modifiant ses conditions de fidélité pour rendre les photos utilisables pour la publicité, le réseau social a perdu une grande partie de ses utilisateurs. Les gens ne sont pas idiots, il ne faut pas les prendre pour des moutons décervelés, ils protègeront leurs données et ce genre d’innovation aura l’intérêt de les obliger à le faire. Je pense plutôt que ce sera une occasion de responsabiliser les utilisateurs quant à l’accès qu’ils offrent à leurs données.
    Pas besoin de paranoïa.

  10. Mathilde

    Totalement d’accord avec Theinsider. Quand on arrive à partir sur le voile intégral sur un débat concernant les Google Glasses, les trolls ne sont jamais bien loin…

  11. Cet article mélange la peur de Google et un point complètement différent: la miniaturisation des caméras.

    Et, contrairement à ce qui est dit, c’est déjà le cas avec des téléphones. Ne vous est-il jamais arrivé de vous demander si la personne en face de vous est en train de lire un SMS ou en train de vous filmer ? Combien de personnalités n’ont pas été prises en train de demander « elle est éteinte la caméra ? » ?

    Le problème posé par les Google glass n’est donc absolument pas neuf. Il ne fait que le rendre plus visible.

    Autre point sensationaliste : la reconnaissance faciale ne pourra fonctionner qu’avec les personnes inscrites dans un réseau. Si vous n’êtes inscrit nul part, la reconnaissance faciale ne pourra pas vous reconnaitre. On pourrait arguer qu’elle pourrait reconnaitre que la même personne inconnue a été vue à tel et tel endroit. Mais nous ne sommes pas encore capable de gérer cela. C’est donc un problème qui viendra mais n’est pas lié au Google Glasses.

    Mais de nouveau, ce problème existe déjà pour les personnes « connues ». L’omniprésence de la télévision fait que toute personne passant à la télévision doit s’attendre à se faire reconnaitre dans les heures qui suivent. Et bien, encore une fois, la technologie ne fait que démocratiser un problème qui ne concernait qu’une minorité.

    Rien ne sert de crier au loup. Même si on interdit les Google glass aujourd’hui, dans dix ans il y aura des implants rétiniens capables de faire encore plus et indétectables. Il faut donc considérer ce fait comme acquis et aller de l’avant, proposer des innovations. Exemple que j’aime particulièrement: ces personnes qui proposent des maquillages conçus pour tromper les algorithmes de reconnaissance. Génial non ?

    Mais le véritable problème, c’est de se poser la question: pourquoi a-t-on tellement peur d’être filmé/reconnu ? Et comment faire pour construire une société où cette crainte n’aurait plus de sens ?

    Là est le véritable défi qui nous attend…

  12. Malhakam

    Les deux derniers commentaires disent tout ou presque, pourquoi avoir peur des nouvelles avancé? A cause des films, livre, etc? Les technologies avance, et si on continue a en avoir peur a chaque nouvelles, elle avancera sans nous. Oui on pourrait être filmé a notre insu, mais allez sur YouTube, et regardez les milliers de vidéo de gens filmé a leurs insu, on a pas besoin des Google Glass pour sa, n’importe qui peu filmer n’importe qui, n’importe quant. Moi je trouve que ses lunettes peuvent être bien, on verrais l’instant présent, et plutôt que de si dire « mince j’ai pas eu le temps d’allumé mon appareille photo ou ma camera pour prendre se vole d’oiseaux exotique! » on pourras peu être se dire « ouf heureusement que j’avais mes google glass pour cette promenade, sinon j’aurais pu rater se vole d’oiseaux magnifique ! »

    Il faut arrêter de voir le mal partout, vous rentrez dans un délire de paranoïa excessif a chaque nouvelle choses .–‘ Ça deviens deviens lourd a la fin. Si vous avez tant peur du monde qui vous entours, retirez-vous dans une grotte et vivez de la nature. –‘ Non plus sérieusement, je vous signal que vous utilisez Internet pour venir sur cet article, hors avons nous pas eu peur d’Internet pendant un moment?

    L’évolution est la depuis nos début et plus encore ! Il faut l’admettre, et avancer avec. Que vous le vouliez ou non, elle ne s’arrêtera pas. C’est a nous d’apprendre a la contrôler pendant son avancement, pour pouvoir la suivre sans crier a chaque nouvelles choses.

    Bref je suis impatient de voir ce que sa va donner car je trouve sa assez sympa.

  13. Question : voulons-nous découvrir une personne à son insu ou en discutant/vivant avec elle ?

    Et je ne parle pas de la fiabilité des informations obtenues par ces lunettes (mo)roses.

  14. moi, j’attends les lunettes qui permettront de voir sous les vêtements :)

  15. Je pense également qu’il convient de relativiser le propos quant aux futurs débordements des Google Glass, non pas que je considère qu’ils n’auront pas lieu mais je pense que des mesures tant personnelles que législatives seront rapidement mises en œuvre.

    Un point cependant par rapport au fait de voir des informations sensibles comme les casiers judiciaires : http://www.familywatchdog.us/
    Ce site américain propose notamment en entrant une addresse de voir tout les anciens condamnés pour crime sexuel logeant à proximité et propose l’accès à leur casier.
    Quand on voit ça on se dit qu’il va vraiment falloir faire attention, lunettes ou pas.

  16. @TheInsider,
    «La reconnaissance faciale ? Oui si vous activez l’option sur le réseau social auquel vous participez, sinon non, c’est de la logique.»
    Raté, nul besoin d’être sur un réseau social pour être reconnu d’une part (comme si « taguer » des photos, de les héberger et de passer un moteur dessus est le seul fait de ces réseaux), et d’autre part, rien que le fait de ne pas être sur un réseau social est déjà une anomalie pour certains au point de vous sortir des âneries du style « c’est que vous avez peut-être quelque chose à cacher ».

    «ils protègeront leurs données et ce genre d’innovation aura l’intérêt de les obliger à le faire.»
    Ou comment dire qu’en fait les google glass mettent en « péril » les données privées et disons-le, l’intimité…sans le dire !

    @Ploum
    «Mais le véritable problème, c’est de se poser la question: pourquoi a-t-on tellement peur d’être filmé/reconnu ?»
    La vraie question est plutôt « pourquoi ceux qui veulent nous filmer nous disent de ne pas avoir peur, alors que les people, qui sont des personnes aussi douées de raison, finissent parfois par gueuler qu’ils ont droit aussi à une vie privée et que personne ne bronche ? »

    «Il faut donc considérer ce fait comme acquis et aller de l’avant, proposer des innovations.»
    «Et comment faire pour construire une société où cette crainte n’aurait plus de sens ?»
    On sent chez certains l’aspect totalitaire de la technologie : tout ce qui l’entrave, faisons en sorte de l’éliminer.
    Le pire, c’est qu’ils ne s’en rendent même pas compte et c’est toujours la fuite… en avant.

    @Malhakam,
    «C’est a nous d’apprendre a la contrôler pendant son avancement, pour pouvoir la suivre sans crier a chaque nouvelles choses.»
    « Nous » c’est qui ? L’usager ? Ça n’est pas le cas, ça n’a jamais été le cas, et ça ne sera jamais le cas si on tient le discours « L’évolution est la depuis nos début et plus encore ! Il faut l’admettre, et avancer avec. Que vous le vouliez ou non, elle ne s’arrêtera pas. »… si cette évolution ne s’arrête pas après un choix [politique] délibéré d’une société humaine, alors il y a un véritable problème, cette « créature » a échappé à son créateur.

  17. Grouik a déjà démonté quelques « arguments » typiques de la droite néo-fasciste, alors je me permets juste d’ajouter qu’il suffit qu’un prétendu « ami » (plus crétin — ou moins informé, au choix — que les autres) vous tague la tronche sur ses super photos de la dernière soirée soi-disant « intime » pour que la totalement non intrusive reconnaissance faciale soit activée. Opt-in, opt-out, vous vous souvenez ?

  18. Theinsider

    Tizef bravo : http://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_de

    Grouik: je pense réellement qu’il existe ou qu’on mettra en place les mécanismes nécessaire à rassurer les plus craintif quant à leur vie privée (exemple :http://www.macg.co/news/voir/259019…)

    Encore une fois pas de panique

  19. Marie-Odile

    Bonjour,

    La confusion entre les mots « technique » et « technologie » est souvent gênante.

    Tout est désormais possible grâce aux progrès techniques.
    La technologie est l’étude de la technique sous toutes ses formes, regard sur le monde qui nous entoure, et critique des usages que l’on fera des techniques.

  20. Grouik

    @Theinsider
    Sanction n’est pas interdiction. Encore moins impossibilité.
    Les « cnil » (Commission Nationale de l’Informatique OU des Liberté) nous montrent surtout, qu’avec un petit budget il est plus facile de cadrer les atteintes à la vie privées plutôt que de les en empêcher. Et de faire parfois de l’esbroufe sur un « bug » de FB pour redorer son blason.
    Puçage RFID à outrance accordé, vidéosurveillance à foison autorisée, biométrie et fichage ADN systématiques légalisés, même son président en 2005 à déclaré : « Les Français devront accepter un affaiblissement des libertés individuelles afin de renforcer la sécurité collective ». Dans une société du contrôle bien mûre, ce genre de gadget est rendu face au reste à une telle « inoffensivité », une telle banalité dans notre quotidien(*), que même ce genre de commission n’aura rien à ajouter.

    Alors, rassurer les plus craintif, pas de panique ? À la sauce « gixel » : acceptation par des efforts de convivialité et l’apport de fonctionnalités attrayantes ? Définitivement : non !

    (*) il n’y a qu’à voir dans les commentaires précédents, en vrac :
    – «Enfin de façon plus prosaïque, il existe aujourd’hui toutes sortes de dashcam, et autre micro caméra embarquées. »
    – «Certes on se retrouvera avec davantage de vidéos youtube d’évènements anecdotiques montés en buzz, une bagarre, un mec ivre qui vomit dans le métro.»
    – «Et, contrairement à ce qui est dit, c’est déjà le cas avec des téléphones.»
    – «Le problème posé par les Google glass n’est donc absolument pas neuf. Il ne fait que le rendre plus visible.»
    – «Oui on pourrait être filmé a notre insu, mais allez sur YouTube, et regardez les milliers de vidéo de gens filmé a leurs insu, on a pas besoin des Google Glass pour sa, n’importe qui peu filmer n’importe qui, n’importe quant. »

    @Marie-Odile,
    Oui, la technique est totalitaire.
    Et maintenant, ça se voit gros comme un pif de clown dans les palabres des technolâtres.

  21. Ginko

    @Grouik,

    >même son président en 2005 à déclaré : « Les Français devront accepter un affaiblissement des libertés individuelles afin de renforcer la sécurité collective »

    Si le président de la CNIL a dit cela, on a du lui répondre : « Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre, et finit par perdre les deux. » (Benjamin Franklin), non ?

  22. Grouik

    @Ginko,
    Je crois que monsieur Türk assez fraîchement débarqué à l’époque n’avait que faire de ce genre de détail et ne s’embarrassait pas de citations pour pantoufler.
    De plus, il y a une différence, de taille : ce n’est pas un peuple qui est prêt à sacrifier, c’est un peuple qui devra accepter.
    La voyez-vous, écarlate ?

  23. Xolokos

    Salutation,
    la vie privée c’est quoi, pour moi dans mon esprit ce n’est rien juste de la poussière et de la poudre aux yeux, tout est dans une Database (DB)(CTos)…
    Google, un nom un poids lourd, c’est la technologie, elle avance et les réprimandes du peuple ni peuvent rien du tout, la TV, les jeux vidéo, les avions, la conquête de l’espace, la démocratie rien que ça, a l’époque tout le monde étaient contre celà maintenant on ne ce pose pas la question, comment, pourquoi ?
    Une simple réponse suffit :
    – « La technologie avance, elle avance et ne s’arrêtera pas. »
    Il n’y a pas de question a ce poser…
    Être libre n’est qu’un mot personne n’est libre et la liberté n’existe pas.
    Parlez tant que vous pouvez vous opposer dans 20 ans on ne ce posera pas la question.
    La vie privée de la poussière vous dis-je.

  24. tizef

    La messe est dite… Tous au Panopticon, et à poils !

    (Theinsider : http://en.wikipedia.org/wiki/Panopt…)

  25. Grouik

    @Xolokos,
    « la technologie, elle avance et les réprimandes du peuple ni peuvent rien du tout, la TV, les jeux vidéo, les avions, la conquête de l’espace, la démocratie rien que ça, a l’époque tout le monde étaient contre celà maintenant on ne ce pose pas la question, comment, pourquoi ?»
    Aucune impression de contradiction ? La technologie se moquerai des réprimandes du peuple dans toutes les sphères où elle nous apporte ses « bienfaits », mais elle prétendrai avoir apporté plus de démocratie partout ailleurs ? Elle prétendrai, sans être mentionné ici, à une plus grande ouverture d’esprit, à l’accès à toutes les connaissances, mais elle en mutilerai ses bénéficiaires afin qu’ils ne se posent pas d’autres questions que celle où les réponses sont déjà toutes tracées par ce système technicien.
    Et dire que ça ne les gène même pas d’écrire de telles âneries ! Chapeau la novlangue !

    Allez, un de plus dans la catégorie technolâtres aux discours totalitaires. Avec un accessit « splendeur du catholicisme » avec sa poussière… Convertis-toi, crois en l’Évangile, qu’ils disaient !

  26. tizef

    @Grouik : j’peux partager (licence libre) mon point G. avec toi, dis ? Plus sérieusement, il y a un truc sur lequel j’ai du mal à te suivre : le fait que la technique est totalitaire par essence. Il me semble pourtant (c’est d’ailleurs un argument assez classique, presque une platitude — genre neutralité du net, tout ça) que l’objet technique est neutre, alors que l’usage ne l’est pas. Pour reprendre l’exemple du Panopticon, cité ironiquement, l’usage peut être malveillant (no comment) ou bienveillant (service de réanimation hospitalier, cas réel). Bon, je n’ai pas la naïveté de croire que tous les ingénieurs (créateurs, inventeurs, etc.) sont des crétins apolitiques, mais… c’est moi qui décide de ce que je fais de leurs foutus « produits » techniques !

  27. Musicalement :

    <modeMineur>
    @Ploum : votre non-conformisme est vraiment confondant ; on sent bien-là le « Pirate » qui sommeille en vous, n’attendant que les commentaires de blogs pour pouvoir s’exprimer avec la fulgurance qui vous caractérise. Continuez cher ami, c’est toujours un plaisir de vous lire vous voir faire tant d’efforts pour qu’adviennent, un jour, nos désirs communs, furent-ils les plus fous. Car la Révolution passera par vous, c’est là une chose certaine, et qui ne peut s’objecter.

    @Xolokos : vous devriez peut-être étudier l’Histoire, juste pour voir comment c’était « avant » et comment on a fait pour que ce soit « maintenant ». Cela vous demanderait manifestement un — gros — effort, mais ça nous aiderait à ne pas nous vautrer dans les points Godwin que vous nous inspirez. S’il vous plaît Xolokos, aidez-nous.
    </modeMineur>

    <modeMajeur>
    @Ginko, Grouik, tizef : merci pour vos interventions ; vous avez des patiences qu’il m’arrive de perdre.

    @Grouik, « La voyez-vous, écarlate ? » : ambiance « rose fluo », très lumineux, de ce regard en face qui ne se filtre d’aucune lunettes. Voyez-l’genre ?

    @tizer : votre allusion au panotique me semble aussi bien vue, qu’à retenir en vue de développements ultérieurs ; merci pour elle. L’article francophone de Wikipedia http://fr.wikipedia.org/wiki/Panopt… est plus facile à lire et, outre Michel Foucault, cite Gilles Deleuze : « La formule abstraite du Panoptisme n’est plus « voir sans être vu », mais « imposer une conduite quelconque à une multiplicité humaine quelconque » ». Nous y sommes. Pour ce qui regarde la notion de « modernité », nous rappellerons — non sans sourire à nos contradicteurs avec autant de lumière que celle qu’impose l’immensité de leur Culture — que cette vision des choses date du XVIIIe siècle.

    @Marie-Odile, « La confusion entre les mots « technique » et « technologie » est souvent gênante. » : comme fait-on pour vous embrasser sur les deux joues par internet ? Ne rougissez pas ; je fanfaronne et ça ne porte — vraiment — pas à conséquence. C’est juste tellement rare les gens qui, comme vous, savent le sens des mots… Mille mercis !!!
    </modeMajeur>

    C’est amusant comme les publications actuelles du Framablog font clairement entrevoir une dichotomie très marquée entre deux vues de l’esprit chez les commentateurs… Pour les gens « de mon côté », je gagerais assez facilement que la prise de conscience de l’autre est pour le moins terrifiante. Car placée sous l’éclairage du bégaiement historique, cette extraordinaire acceptation tacite des oppressions me semble proprement effrayante tant elle en cimente la structure-même.

    Faudra d’ailleurs que j’pense à écrire là d’ssus un d’ces quat’.
    ;-)

  28. Eh bé, entre les propositions de partage de tizef faites à 22 heures 54 et mes bisous sur les joues quatre minutes plus tard, qu’est-ce qu’on s’aime ici ! J’en connais même qui vont être jaloux, c’est sûr.

  29. Grouik

    @tizef,
    C’est une proposition pour le moins… indécente :D
    Un objet, qu’il soit technique ou pas, son introduction dans un milieu donné est rarement neutre.
    Un panoptique, méthode nouvelle de surveillance, modifie les outils de surveillances et appelle encore à des technique de monitoring, de formation, d’éducation, de coûts, de conception; change le rapport du surveillant/surveillé, ils ne peuvent se voir : déshumanisation progressive
    – dans un centre de soin, le patient à le faux sentiment d’être surveillé en permanence par un « ange gardien » alors que ce n’est pas forcément le cas
    – dans un centre carcéral, le détenu même si ce n’est pas le cas aura le sentiment et le stress d’être surveillé en permanence (je ne suis pas un juge, mais j’avoue que même un criminel et/ou supposé tel, on ne peut lui retirer ainsi toute dignité et tout espace privé)

    «c’est moi qui décide de ce que je fais de leurs foutus « produits » techniques»
    Hé bien non ! Et c’est là qu’on s’aperçoit d’ailleurs que la loi accompagne plus facilement les usages d’un objet appelant à beaucoup de technique(s) – jamais a-t-on vu autant de lois en I ces dernières années en fRance par exemple.

    @Sébastien C.
    Oui, la ville rose était bien sous pression l’année dernière avec le plan vigipirate.
    Alors voilà, il existe donc bien des personnes qui n’avalent pas le progrès pour les fêtes de fins d’année. On peut être gavé bien différemment. ;)
    Et je serai bien content de lire un bel écrit sur ce thème.

  30. tizef

    @Grouik :
    > dans un centre de soin, le patient à le faux sentiment d’être surveillé en permanence par un « ange gardien » alors que ce n’est pas forcément le cas

    Dans le service de réanimation auquel je pense (CHU parisien, début des années 90) les patients/malades faisaient tous temporairement dodo, vu leur état… Je dirais plutôt que c’est l’équipe soignante qui pouvait avoir l’impression de « maîtriser » la situation alors que ce n’était pas forcément le cas. Maintenant, je ne sais pas les conclusions des inévitables (et souhaitables, en l’occurrence) « évaluations » du principe.

    > Hé bien non ! Et c’est là qu’on s’aperçoit d’ailleurs que la loi accompagne plus facilement les usages d’un objet appelant à beaucoup de technique(s) – jamais a-t-on vu autant de lois en I ces dernières années en fRance par exemple.

    D’accord avec toi, l’usage est encadré : je ne peux pas faire n’importe quoi, ni avec mon PC, ni avec ma voiture… mais ce ne sont pas les objets qui pondent les lois et les décrets d’application, que ceux-ci soient liberticides ou non.

  31. Grouik

    «ce ne sont pas les objets qui pondent les lois et les décrets d’application»
    Non, en effet, mais probablement les même personnes qui en assurent la production, la recherche et/ou la direction. La réalité nous met parfois devant ce terrible constat: l’existence des lobbies et bien d’autres instances d’experts mélangées avec les représentations étatiques, qui ont plutôt tendance à confisquer la parole au plus grand nombre. D’anciens fonctionnaires d’état se retrouvent capitaine d’industrie, d’autres continuent à jouer à la chaise musicale. Ce qui leur assure à chaque tour, autant si ce n’est plus, une autorité et une « auto-légimité » que peu oseraient remettre en question.

  32. Xolokos

    Tout peut être utilisé a bien et a tord, si les hommes regardez tout sous un nouveau jour et un nouveau point de vu ils s’en rendrais compte sans aucun doute…
    Mais pour l’instant rien ne bouge.

  33. Ginko

    @tizef,

    >Il me semble pourtant (c’est d’ailleurs un argument assez classique, presque une platitude — genre neutralité du net, tout ça) que l’objet technique est neutre, alors que l’usage ne l’est pas.

    Vaindiou !
    Mais allez donc au bout de la reflexion, si c’est si simple au point d’être un argument classique !

    Qu’appelez-vous « objet technique » ? Le concept abstrait de l’objet non utilisé ? Qu’elle est l’existence d’un tel objet ?

    Telle l’oeuvre d’art qui n’existe que par l’interaction avec son public, l’outil (ou objet technique) n’existe que par son utilisation (ou usage). La dualité est virtuelle (telle la dualité corps/esprit : une pure vue de l’esprit (sic)).

    Si on va un peu plus loin que les banalités, on constate donc que :
    – l’objet et l’usage sont intriqués
    – l’objet détermine en grande partie l’usage, mais pas totalement
    – l’usage peut être régulé, mais comme toute loi « non naturelle », elle peut être enfreinte
    – la disponibilité de l’objet peut être régulée, mais comme toute loi « non naturelle », elle peut être enfreinte
    => L’étendue du potentiel d’usage d’un outil n’a de limite absolue que ses propriétés intrinsèques (« Code is law », oserais-je dire si je l’avais lu, vraiment à faire!).
    => La neutralité d’un objet est virtuelle, purement abstraite.
    (Disclaimer : Raisonnement « vite-fait » totalement non-exhaustif !)

    Ces idées sont la base du différent qui oppose actuellement de façon frontale d’un côté les hackers et les défenseurs des libertés numériques et de l’autre les pouvoirs en place (gouvernements/firmes internationales) : l’étendue de la régulation (voire du contrôle) à mettre en place pour maitriser les enjeux des « nouvelles technologies » (autrement dit des nouveaux usages subversifs provenant de la mise à disposition de nouveaux objets techniques).

    @Xolokos,

    LOL

    @Sébastien C.,

    Je crois que c’est le net lui-même qui nous dichotomise : en ayant accès à des idées non mainstream, nous formons une espèce de contre/sub-culture et les réactions innocentes des non initiés ne font que nous conforter dans notre opinion. La confrontation se polarise alors dans les commentaires des billets de blog comme ici. (Je me réfère à un article qui a traversé le web il y a quelques semaines, mais j’ai perdu la réf :)

  34. tizef

    @Grouik : merci d’avoir eu la patience d’argumenter posément ; maintenant je comprends mieux votre (le vouvoiement semble de bon ton, un vrai salon littéraire) raccourci rhétorique « la technique est totalitaire ». Nous nous sommes un peu éloignés du sujet, mais cet échange de « banalités » n’aura peut-être pas été vain.

  35. Quelques propos « à la manière de » Voltaire (de garce, koa) :

    @tizef (et si je puis me permettre de répondre — un peu — à la place de « Grouik »). Le vouvoiement à ceci de très puissant qu’outre sa forme (dont personne n’est dupe, je vous rassure), il permet de répondre sans avoir à trop « bourinner ». Disons qu’en matière de trollitude, c’est ce qui se fait, dit-on, de moins velu. En voulez-vous l’illustration ? Et bien … continuons, je Vous prie.

    @Xolokos, « Mais pour l’instant rien ne bouge » : le croyez-vous vraiment ? Allons, allons, en matière de syntaxe et de style (notez que, JAMAIS, je ne vous parlerai d’orthographe), il est des mouvances dont chacun sait ici faire fruit et adaptation de l’usage. Aussi, nous en reprocher l’anathème serait vraiment mal à propos ; nous sommes beaucoup plus modernes que vous semblez le supposer, vous savez.

    @tizef (bis) : vous (me) suivez ? De grâce, souriez si vous ne pouvez faire autrement, mais ne vous esclaffez pas ; cela fait mauvais genre dans les salons, pas seulement les littéraires mais aussi les « hackistes », ceux-là même qui peuvent s’éclairer d’ampoulées à en faire péter les voltages des plus con-vaincus de branchitudes high-tech. Apprenez donc que garder bonne mesure et féliciter nos adversaires de leurs immondes verrues dont s’ornent leurs tronches hideuses est la plus heureuse des manières de se faire détester d’eux. Cela tombe bien, au pesé de leur hygiène (mentale), cela ne peut qu’être réciproque. Il y a du sanitaire à établir des relations claires. Et si, en plus, nous pouvons, vous et moi, nous fendre la poire de cette prophylaxie, ce s’rait vraiment trop bet’ de s’géner quand on voit comment qu’y s’gènent.

    @Ginko : comme j’aime à lire vos « Vaindiou ! » adressés à l’endroit de « tizef » dont ni vous ni moi n’ignorons la bonté des Désirs, même si nous les pensons susceptibles d’affinages sans avoir à en faire un fromage. Il y a de la sculpture — dont je suis certain qu’elle sera bien reçue — dans vos propos. Et comme le « LOL » dont vous affublez notre ami « Xolokos » s’en fait terriblement l’économie ! Vous avez tort ; la bonne morale (judéo-machin-chose) instruit l’aide aux plus faibles, sans doute parce que nous pouvons, tous, en être un jour la caricature. Donc, en cette occurrence, vous gagnerez à en établir plus finement votre mètre-étalon. Bien entendu, si vous ne le pouvez, faites comme moi : faites semblant.

    Pour revenir à nos moutons (et pour finir, cher « Ginko », de vous répondre), une petite chose me chagrine : « Les réactions innocentes des non initiés » ne m’ont JAMAIS conforté dans mon opinion QUE dans la mesure où elles se prétendaient maîtresses d’un Art (rhétorique, mais pas que) alors que l’évidence me les démontrait terriblement novices dans l’exercice de leurs prétentions. Car si ce n’était le cas, je ne pourrai alors — et comme je le prétends — avoir appris de cette Altérité qui continue de me nourrir avec cette délectation qu’offre le partage Librement consenti. Allez savoir : déguisé en voltairien à la petite semaine (c’est fun, c’est trash, ça clash), je suis sans doute un rousseauiste refoulé. Mais peut-être pas complètement non plus ; s’avez c’que c’est : « chassez le naturel » … et la bonté de l’Humanité en laquelle j’ai la Foi « revient au galop ».

    Je veux dire que je veux bien être ouvert, à l’écoute, patient, mais qu’il est quand même un temps où personne ne m’instruira de la Démocratie ou de la Modernité au moyen de la novlangue à la mode de 1984, ceci même en m’applaudissant faussement de pédagogie(s). Bref, il y a un temps pour tout ; et celui d’avaler des couleuvres me semble tout de même devoir maintenant être un peu mis en berne.

    Non mais ! C’était assez steampunk, là ?
    :-)

  36. Ginko

    @Sébastien C.,

    >Vous avez tort ; la bonne morale (judéo-machin-chose) instruit l’aide aux plus faibles, sans doute parce que nous pouvons, tous, en être un jour la caricature.

    Je suis jeune et vaniteux : l’orgueil que me confère l’initiation au mystères de notre contre-culture me gonfle de dédain pour les pouilleux qui flottent, ballotés entre les deux eaux de l’inconnu. (Et votre verbe floralise le mien d’une bien drôle manière :)

    La sagesse me viendra peut-être, mais les trolls velus (ou expérimentés) et les adversaires véritables sont bien plus intéressants que les néofites qui atterrissent parfois inopinément en de drôles d’endroits !

  37. Merci Cyril...

    On ne vous a pas présentés? Voici Sarcasme. Dis bonjour, Sarcasme.

  38. Sarcasme

    Bonjour madame Pédanterie, bonjour madame Vanité !

  39. Ginko

    C’est tellement drôle !

    A lulz a day keeps the doctor away !

  40. Oui les Google Glasses vont etre un soucis, ont ne pourras plus faire un pas dans la rue sans etre surveillé, perso je vie a la campagne et les lapins dans mon coin non pas les moyens d’avoir des Google Glasses. ;)

  41. Grouik

    @Yalta,
    Y en a qui ont de la chance, en ville les lapinous ont les moyens…. Bwaaaaaaaah ! =(:D

  42. Très bon article que j’avais raté avant d’écrire le mien sur un sujet très proche : http://www.webrankinfo.com/dossiers

    Même si on fait attention à ne pas diffuser nos données personnelles sur le net, ce sont les autres, notamment les utilisateurs de ces lunettes, qui pourraient le faire (éventuellement à notre insu !)…

  43. Ginko

    Bwaaaaaaaaaaaaah !

  44. tizef

    Oui esclaffons-nous, n’en déplaise à madame Pédanterie (si j’ai bien « suivi » le fil, pardon, le thread — yeah). Encore un « expert en référencement » qui vient se rebooster le PageRank (via celui du Framablog) grâce à un commentaire bidon.

  45. Ptigrouick

    Concernant les exemples cités pour ceux qui font tout pour ne pas être suivi, l’histoire du GPS c’est n’importe quoi. On ne peut pas être suivi quand on utilise un GPS, seul l’utilisateur de l’appareil sait où il se trouve. Après par contre si le GPS est connecté à internet OK, mais avec un simple GPS non connecté aucun risque !

  46. Ginko

    @Ptigrouick,

    rah, mais chut ! Fallait pas leur dire ! Ils pensent aussi que ça marche avec un transistor (un « poste radio », pour les djeunz :p (et encore pour les pas trop djeunz quand même) ).

  47. Grouik

    @Ptigrouick
    En effet, un récepteur GPS n’est pas censé émettre comme une balise Argos. Seulement aujourd’hui, quand on parle de GPS en automobile, il ne s’agit plus d’un simple appareil monofonction tel les célèbres tomtom, mais bel et bien de tout-en-un et l’électronique embarquée en automobile se permet d’envoyer des informations par les réseaux GSM/GPRS. Bien plus précis et sophistiqués. Idéal par exemple pour retrouver des véhicules fraîchement volés.

    @Ginko,
    Oui, radio, émissions du même nom, c’est un bien grand mot, après on abuse de leur sens. Ce n’est pas comme si ces djeunz foutaient la musique à fond pour pouvoir être triangulés avec nos propres oreilles. En général, ça marche aussi pour ceux qui l’ouvrent trop haut, trop fort et trop vite, ça permet de repérer bien plus qu’une simple position. ;)

  48. Je plussoie totalement cet article. Non mais où allons nous avec ces lunettes ? C’est la fin de la vie privée assurée et, je trouve, que c’est un scandale ! Pourquoi une société américaine aurait le droit de vie ou de mort sur notre vie privée. Il y a de bien meilleure innovation à réaliser pour une société de la taille de Google…

  49. Avant même leur commercialisation, un bar à Seattle, premier à interdire les Google Glass ;)
    – Seattle dive bar becomes first to ban Google Glass
    http://news.cnet.com/8301-1023_3-57

  50. tizef

    Et toujours rien du côté du McDonald’s des Champs-Elysées ?
    Un volontaire ? Je propose Olivier Duffez, il adooore les GG ;-)

  51. pierreghz

    C’est amusant, tout ce sensationnalisme, pourquoi craindre ces appareils quand il y a des caméras partout dans les villes et que ce sont des gouvernements qui peuvent s’approprier les vidéos ou qui les y ont placées ? Pourquoi avoir peur de la caméra du type en face de vous dans le métro quand la rame elle-même en est truffée ?

    Si le but, c’est de diaboliser Google, il n’y a pas besoin de ça, énoncer des faits suffit largement.

  52. Baronsed

    Je me réserve le droit d’arracher ces « Google glasses » à quiconque que je verrais les porter.
    Et vous allez voir qu’ils me traiteront d’extrémiste… Ce n’est pas moi, l’agresseur, c’est celui qui choisit d’accepter une forme de totalitarisme, et de me faire entrer de force dans son monde policé.

  53. Grouik

    @pierreghz
    Cf mon commentaire du 1er mars 10h23.
    Encore un zélote du techno-totalitarisme qui s’amuse : puisque c’est déjà là, il faut l’accepter et en faire encore plus ! Zou ! Dans la boîte !

    @Baronsed
    Exact, le plus agressif n’est pas celui qui refuse d’être la proie d’un sous-système de vidéosurveillance généralisée et de s’en défendre avec ses moyens. C’est bien la manne de petits soldats qui portent ou sont prêts à porter les armes de ce système, et qui tentent, même par pure inconscience, d’en imposer les usages à quiconque; même leur simple foi (saint progrès et saint fun pour les uns, saint profit pour d’autres) est une véritable insulte.

  54. Ginko

    Je me demande s’il serait possible de focaliser un EMP… y’a de plus en plus de matos informatique que l’on aimerait pouvoir faire griller à distance. Mais sans blaster tout dans un rayon de 20m…

    Sinon y’aurait l’option grillage de cellule photoélectrique via impulsion laser… m’enfin faut être vraiment bon viseur pour pas griller en même temps les yeux du porteur.

  55. Grouik

    @Ginko,
    Oui, ça fait « très » longtemps que des groupes dit underground sont plongés sur ces questions. Et du CCC en est sorti un jour, enfin il y a quelques années déjà, un concept propre à détruire, ou du moins neutraliser, les puces RFID. Sur plus ou moins les mêmes principes, on voit fleurir sur des sites d’électroniques ou encore de « DIY », pas mal de bricoles intéressantes…
    http://www.dhbolton .com/articles/diy-emp-generator.html
    wiki.answers .com/Q/How_do_you_make_an_electromagnetic_pulse_generator
    http://www.wikihow .com/Build-an-EMP-Generator
    amazing1 .com/emp.htm
    http://www.gizmowatch .com/entry/howto-create-an-emp-bomb-of-your-own/
    (espace volontairement ajouté avant le tld dans l’adresse)