Comment aider le logiciel libre quand on ne sait pas coder

Classé dans : Libres Logiciels | 10

Ce n’est pas Framasoft qui vous dira le contraire, on peut contribuer au logiciel libre et faire ainsi partie de sa communauté sans être nécessairement un développeur de logiciel libre.

Rédiger de la documentation, signaler un bug, traduire, donner, etc. il y a plein de manières de participer, à commencer par les utiliser et le faire savoir.

Gozamos - CC by-sa

Comment les non-programmeurs peuvent contribuer aux projets open source

How non-programmers can contribute to open source projects

Duncan McKean – 4 juin 2013 – Blog personnel
(Traduction : « Anonymes », nos excuses car un bug Framapad empêche de citer tous les traducteurs/ices que nous remercions au passage)

Beaucoup de gens intéressés par l’idée d’apporter leur aide à des projets open source mais n’ayant absolument aucune compétence en programmation m’ont demandé ce qu’ils pouvaient faire. Eh bien, voici quelques moyens pour ces non-programmeurs de contribuer à de tels projets.

Il est important de noter qu’il est bon de contribuer aux projets des logiciels que vous utilisez. Ainsi, vous pourrez vous-même bénéficier de vos contributions.

Utilisez le logiciel

Le meilleur moyen de contribuer à des projets open source est d’utiliser les produits eux-mêmes. Écrivez votre livre avec Libre Office Writer. Dessinez vos images avec Krita. Créez des choses à imprimer en 3D avec FreeCAD ou Blender. Réservez vos tickets de concert en ligne via Firefox. Faites vos comptes avec Grisbi. Jouez à Flightgear, Battle for Wesnoth, Vega Strike, UFO : Alien Invasion.

Traquez les bugs

Maintenant que vous utilisez le logiciel, vous pouvez éventuellement rencontrer des bugs quand vous essayez de faire quelque chose. Ou alors, le logiciel peut avoir un comportement autre que celui qui était attendu.

Entrez en contact avec les développeurs et prévenez-les. Les développeurs travaillent sur les retours de leurs utilisateurs, ceci les aide à perfectionner le produit. De plus, les sources étant libres, les bugs sont en général rapidement corrigés.

Chaque projet aura un lien pour signaler un bug. Allez-y, identifiez-vous et décrivez ce bug dans les détails. N’oubliez pas d’indiquer quelle version du logiciel vous utilisez ainsi que les caractéristiques de votre ordinateur.

Écrivez de la documentation

Contribuer à écrire la documentation d’un projet pour le rendre plus clair et plus simple à comprendre.

La plupart du temps, les développeurs sont trop occupés à coder et la documentation a besoin d’un peu d’attention. Vous pouvez la mettre en forme afin qu’elle soit plus claire, ajouter des images ou des tutoriels. Si certaines parties du projet ne sont pas claires, il suffit de demander sur les listes de diffusion. Ainsi, lorsque vous recevrez une réponse, vous pourrez l’ajouter à la documentation. Dès que les personnes qui maintiennent le projet saisiront ce que vous faites, leurs réponses seront encore plus efficaces et utiles.

Traduisez

Il y a beaucoup de personnes dans le monde qui utilisent ce projet et certaines d’entre elles pourraient ne pas parler la langue dans laquelle celui-ci a été distribué. Si vous parlez couramment un langage peu connu, contactez les développeurs/l’équipe de documentation et offrez vos services. Vous pourriez participer à la traduction de l’interface, de la documentation ou encore du site web.

Offrez vos compétences

Regardez les projets individuels et voyez ce dont ils ont besoin. Vous pouvez apporter quelque chose ? Vous êtes designer sonore et pourriez créer quelques sons pour un jeu vidéo open source ? Concepteur d’interface ? Vous pourriez aider en remaniant l’interface utilisateur pour la rendre plus ergonomique. Il est également possible de lancer des entreprises viables utilisant ou formant aux logiciels open source.

Vous pouvez aussi contribuer à la culture du libre en publiant ce que vous créez sous certaines licences Creative Commons. Vos créations peuvent ainsi aider à promouvoir le logiciel pour lequel elles ont été créées. Ceci inclut :

  • les images ;
  • les programmes ;
  • les tutoriels ;
  • les manuels d’installation et de documentation ;
  • les livres.

Utilisez la licence CC BY-SA pour que chaque réutilisation de votre travail soit elle aussi placée sous licence libre, CC BY si la façon dont il est réutilisé vous importe peu. Vous trouverez plus d’informations à ce sujet sur le site des Creative Commons.

Prêchez la bonne parole

Aider à la prise de conscience des projets open-source est très important. N’agressez pas tout le monde, faites juste savoir quels projets vous utilisez. Créé avec MyPaint sous LinuxMint. Écrit en Sigil sous Ubuntu. Je suis fier d’utiliser WordPress. Toutes ces mentions sont utiles.

Faites des dons

Enfin, leur donner de l’argent. Avec de l’argent, le projet peut embaucher des développeurs supplémentaires qui pourront corriger des bugs plus rapidement, créer de nouveau outils, les améliorer pour vous. Certains projets proposent des dons occasionnels, alors que d’autres vous permettent de payer de petites sommes mensuellement. C’est une meilleure idée car cela aide les développeurs à mieux gérer leurs revenus quand ils savent quelle somme d’argent ils reçoivent de façon sûre.

Soyez professionnel

L’une des principales critiques faites aux logiciels open source est le manque de professionnalisme. Peu importe la manière dont vous contribuez à un projet open source, mettez un point d’honneur à le faire de façon professionnelle. L’élévation du niveau de qualité d’un projet commence avec ses utilisateurs. Assurez-vous que vous agissez de manière professionnelle lorsque vous discutez de projets avec d’autres et créez des contributions de qualité quand vous utilisez des logiciels open source.

Maintenant que vous savez tout ça, lancez-vous et allez aider à rendre les projets open source géniaux.

Crédit photo : Gozamos (Creative Commons By-Sa)

10 Réponses

  1. Les développeurs de logiciels libres ne sont pas toujours ouverts a la critique, surtout s’ils travaillent bénévolement.

    Cela crée des lacunes dans certains logiciels. Par exemple, Libreoffice n’a pas de système de macros digne de ce nom, même après des années de développement.

  2. Mère Teresa

    Rien à redire sur l’article…
    La photo choisie pour illustrer l’article est un hommage à des personnes décédées, par leurs proches.

  3. @ sil:

    Pour moi, la critique (même constructive) des logiciels est vraiment le dernier point que j’avancerais pour aider au développement des logiciels libres (d’ailleurs, il n’est pas repris dans l’article ci-dessus).
    Dans 90% des cas, la critique propose qlq chose qui ne correspond pas au but des développeurs (« vous décrivez votre logiciel comme un éditeur kiss, mais ce serait bien d’y rajouter un client e-mail »), qui s’oppose à d’autres critiques allant dans l’autre sens (« ce serait bien de mettre ce bouton à gauche » « tiens, pourquoi vous avez mis ce bouton à gauche, c’était mieux à droite » « mais ! remettez le bouton à gauche », …), qui concerne des points techniquement difficile ou long à implémenter ou pour lesquels il n’y a pas de contributeurs compétents (« le système de macro n’est pas bien fait »), …

    Bref, les critiques sont importantes, et existeront toujours (je ne pense pas qu’il faille explicitement demander aux utilisateurs de le faire, ils le font naturellement), mais elles sont TRÈS difficiles à faire correctement, et entrainent très souvent l’a priori que les développeurs refusent d’écouter alors que c’est la personne qui critique qui est en réalité fautive.

  4. Existe t’il un moyen pour proposer des logiciels libres à créer quand on ne sait pas coder mais qu’on fourmille d’idées et d’envie d’apporter sa pierre à l’open source?

    Un exemple avec cette idée :
    http://herveleblouch.free.fr/vev/in

  5. Moi j’y contribue (enfin je pense) en fesant des présentation de logiciel libre ou opensource sur mon blog.

  6. Ah oui tout le monde peux participer au libre … on ne cesse de le répéter aussi depuis longtemps chez http://philippe.scoffoni.net/ !

    Mais qui semble passer sous silence le fait de diriger, orienter etc l’avenir d’un logiciel libre ?
    Car quid de phrase :
     » vous pouvez aussi participer à manager, gerer, administrer, un projet pour laisser ainsi le temps utile aux développeurs de coder

    Serait-ce que les contributeurs qui ne sont pas codeurs n’ont pas le droit a la parole, de manager ou s’occuper de la stratégie de développements des outils numériques libres ?

    C’est le ressenti dans cette lecture … en gros venez nous aider les développeurs libristes … mais vous n’avez pas le droit de piper mot !

    Un peut ce qui est dit dans les commentaires … le premier d’ici ou encore ici http://philippe.scoffoni.net/papa-i

  7. Goldy

    Le meilleurs moyen selon moi reste tout de même d’apprendre à coder.

  8. Moi j’aide avec un blog et en faisant du design sur l’open source :
    http://post-pc.fr/

  9. Internet notre ennemi

    Il faut quand même préciser que le logiciel libre obéit à un système technocratique : c’est celui qui sait faire (ie. coder) qui oriente le projet.

    Faites de la traduction si vous le voulez, mais surtout fermez-la.

    C’est ça le logiciel libre.

  10. On peut aussi aider le logiciel libre en utilisant des FORMATS OUVERTS car ainsi vous rendez possible l’utilisation des logiciels libres par les utilisateurs avec lesquels vous échangez !