Framanews : libérez vos flux ! (RIP Google Reader)

Classé dans : Framasoft | 24

Framanews - Copie d'écran

Le 1er juillet prochain (J-4, donc !), Google Reader fermera ses portes.

Lancé en 2005, ce service permettait aux utilisateurs d’organiser et de lire des flux d’actualités (appelés « flux RSS ») issus de multiples sites en un seul endroit.

Plusieurs dizaines (centaines ?) de milliers d’utilisateurs se retrouvent donc « victimes » de cette fermeture annoncée il y a trois mois. Cela nous amène à nous poser deux questions :

  • Quelle confiance accorder à Google[1], qui centralise vos données en ligne ?
  • Quelle réponse le monde du logiciel libre a-t-il à proposer aux utilisateurs « mis à la porte » par Google Reader ?

De nombreuses applications libres permettant de lire des flux RSS ont vu leur développement s’accélérer ces derniers mois. Certaines nous ont semblé être d’excellentes alternatives à Google Reader. Mais comment les faire connaitre au grand public ? Comment inciter les utilisateurs a tester et valider une solution libre, plutôt que de foncer tête baissée dans la gueule grande ouverte d’un autre service privé ? Feedly, Digg, Yahoo!, et même … AOL (!) sont sur les rangs pour exploiter vos données sous forme de publicité classique ou de revente à des tiers. Pour au final fermer le service dans quelques mois ?

À sa modeste échelle, Framasoft annonce donc la mise en place de Framanews, un service de lecture de flux RSS basé sur le logiciel libre Tiny Tiny RSS. Il ne s’agit pas ici d’en faire un « concurrent » de Google Reader, qui ne résoudrait pas la question de la centralisation des données, mais bien de proposer à tout un chacun de pouvoir évaluer une alternative libre et gratuite, sans publicité, sans exploitation de vos données personnelles et que vous pouvez vous-même installer (pour une académie, un centre de recherche, etc.).

Notez bien que le projet est en bêta, que les inscriptions s’ouvrent peu à peu (afin de nous permettre de dimensionner l’infrastructure technique), et que nous prévoyons d’améliorer la documentation sur l’installation[2].

Pour vous faire patienter, nous vous proposons ici une interview de Luc, le sympathique et dynamique bénévole[3] qui est en charge de la mise en place de ce service.

Google Reader

Bonjour Luc, peux-tu te présenter ?

Bonjour. Mmh, c’est toujours dur de se présenter, mais je vais tenter quand même. Je suis un geek libriste de pas loin de 30 ans, grand fan des manchots, du Dr Who, de livres (romans, bds), du nombre 42 et des vannes pourries. On me connaît parfois sous le pseudo Sky sur le grand Ternet mais c’est plutôt rare (en dehors de LinuxFr ou de framalang, je ne sors pas beaucoup de mon lecteur de flux RSS)

Mon parcours fut assez mouvementé : 2 facs, 3 DUT, 1 Licence, clerc d’huissier, assistant de sénateur et maintenant administrateur systèmes et réseaux dans l’équipe Lothaire de l’Université de Lorraine… C’est moi qui ai appris à Jean-Claude Van Damme à faire le grand écart :)

Mon premier contact (sans le savoir) avec les logiciels libres date de l’époque où Free envoyait un cd contenant divers logiciels dont un truc qui s’appelait “Suite Mozilla” si je me souviens bien. Quand est sortie la première version de Firefox, j’y ai tout de suite adhéré, mais je n’étais pas encore prêt. C’est en 2005 qu’un ami d’enfance m’a dit « Essaye Linux, c’est vachement bien ! », ce qui m’a poussé à acheter un magazine contenant un cd d’installation d’OpenSuse. Là-dessus mon ami m’a dit « Pff, mais prends donc une Debian, ça déchire[4] ! ». Et là c’était fini, j’étais pris au piège et je n’ai plus quitté Debian, ni tout ce qui a rapport au libre. 3 ans plus tard, j’entrais en DUT d’info. Encore 5 ans de plus et j’organisais les Journées Perl 2013 (qui ont eu lieu à Nancy les 14 et 15 juin dernier).

Je fais actuellement partie de Lorraine Data Network, FAI associatif issu de l’essaimage de FDN qui milite pour un Internet Libre Décentralisé et Neutre en encourageant les gens à héberger eux-même leurs services, ou tout du moins à le faire chez des personnes de confiance… un peu comme quand Framasoft propose Framadate, Framapad, Framacalc et tous les autres Framaservices, non ? ;)

Tu t’es proposé pour mettre en place et animer le projet Framanews. Mais qu’est-ce donc que Framanews ?

Framanews est un lecteur de flux RSS en ligne. Un flux RSS est un fichier contenant les articles du site du flux dans un format normalisé qui permet d’afficher ces articles dans un lecteur, sans tout l’« emballage » du site. Cela permet de suivre l’actualité du site en question, sans y aller, ou parfois d’avoir juste un résumé des articles, ce qui permet de choisir si ça vaut le coup d’aller faire un tour sur le site. Si un certain nombre de médias du Web parlent de la fin du flux RSS car dépassé par Twitter, Google+ et consorts, je trouve qu’au contraire, c’est un excellent moyen de choisir ses sources d’informations plutôt que se laisser enfermer dans un bulle constituée de « on sait mieux que toi ce qu’il te faut ». Je ne suis certainement pas le seul à penser ainsi, vu le tollé qu’a soulevé l’annonce de la fermeture de Google Reader et le nombre de lecteurs de flux libres qu’on a vu (re)surgir ça et là : Kriss Feed, Miniflux, Leed, etc. Et surtout Tiny Tiny RSS (ttrss pour les intimes) qui a vu son développement repartir de plus belle et qui sert de base à Framanews.

J’ai légèrement forké Tiny Tiny Rss pour le franciser au maximum (mais il y a encore des bouts de texte qui m’ont échappé), certains textes comme les emails ne passant pas par le module d’internationalisation.

Mais Framanews, c’est aussi un projet « éducatif », pour (re)faire découvrir les flux RSS et présenter une alternative aux sites propriévateurs (merge de propriétaire et privateur, pour dérouter les trolls) comme (bientôt feu) Google Reader, Feedly et consorts. Le pourquoi du flux RSS, les spécificités de ttrss (interface mobile, partage de flux…), un mode d’emploi, tout ça est expliqué sur la page d’accueil du projet (surtout dans la FAQ).

Pourquoi avoir choisi ce projet-là, dans tous les framacartons[5] possibles ?

Parce que j’aime les flux RSS et que je suis un peu opportuniste : je me suis dit que la fermeture de GReader était une bonne occasion de prêcher la bonne parole du Libre. Aussi parce que je connais plutôt pas mal ttrss pour l’avoir installé pendant longtemps sur mon serveur. Je me sers de Framanews maintenant, pour voir les problèmes tout de suite et être encore plus motivé à les résoudre : vos problèmes sont aussi mes problèmes, soyez sûrs que je m’en occupe ;)

Ah ! Non ! C’est un peu court jeune homme !
On pouvait dire… oh ! Dieu ! … bien des choses en somme…
En variant le ton, —par exemple, tenez :
Agressif : « moi, monsieur, si j’avais un tel etherpad,
Il faudrait sur le champ que je le mette à jour[6] ! »
Amical : « mais il n’y a pas de css framasoft :
laissez-moi donc vous faire un boilerplate ! »

Et puis, il faut bien commencer quelque part :D

Techniquement, la mise en place a été plutôt difficile, peux-tu nous en dire plus sur les coulisses de ce projet ?

Oulà ! Alors, en ce moment, le ttrss tourne sur un des serveurs de Framasoft qui héberge d’autres services, avec la base de données sur un autre serveur, qui sert aussi à faire tourner le script de mise à jour des flux. Je n’avais au départ que le serveur Framasoft pour jouer. J’ai utilisé une base MySQL puisqu’elle était déjà installée dessus, mais avec l’ouverture progressive de la bêta, j’ai vu que ça n’allait plus du tout. Le serveur souffrait de surcharge, et pourtant c’est une bête de course. J’ai donc tuné la base MySQL, mais les problèmes sont revenus quelques jours après. J’ai ensuite tenté quelques essais infructueux de conversion des données MySQL au format PostgreSQL pour une migration en douceur, mais j’ai dû me résoudre à demander à nos courageux testeurs de migrer eux-mêmes leurs comptes, à coup d’export des flux et des préférences. Après quelques jours de répit, de divers essais de réglage des paramètres du script de mise à jours, le serveur était de nouveau en surcharge. C’est Nassim Kacha – un ami lui aussi sysadmin qui s’occupe de pas mal de base de données au boulot – qui m’a montré que la surcharge était due à des accès disques trop lents. Framasoft m’a donc fourni un nouveau jouet : un vps (Serveur Privé Virtuel) avec un disque en SSD. Tout allait bien jusqu’à ce que certains utilisateurs abusent un peu du nombre de flux : plus de 5% du total de flux pour UN utilisateur (représentant 0,5% du nombre d’utilisateurs)…

Dallas, à côté de la saga Framanews, c’est Martine à la plage !

Donc, pour l’instant, le service reste en “beta” ? Quelles sont les limitations ?

Malheureusement, oui. Suite au dernier épisode (trop de flux pour certains utilisateurs), nous avons décidé de limiter le nombre de flux par personnes (je suis en train d’écrire un système de quota de flux pour ttrss). Le système de cache de ttrss a été un peu modifié pour garder le cache plus longtemps (ce qui réduit la vitesse de mise à jour) et on ouvre les inscriptions au compte-goutte, pour nous permettre d’augmenter les capacités de la plateforme au fur et à mesure. Je n’ai pas envie que tout s’écroule de nouveau ! Une fois que j’aurais dimensionné correctement les besoins (un serveur = xxx utilisateurs), je vais tenter de transformer notre petite base de données en un cluster PostgreSQL, on repart pour des tests et on pourra enfin ouvrir les vannes en grand ! (ou pas)

Ceci dit, tant qu’on est en beta, je ne m’interdis pas de loucher vers d’autres applications de lecture de flux RSS en ligne qui pourraient mieux tenir la charge.

Si tout se passe bien au niveau technique, la prochaine limitation risque d’être le nombre de serveurs que Framasoft pourra louer. Rappelons-le, Framasoft est une association qui ne vit que par les dons de ses sympathisants. C’est pourquoi je vous invite à faire un petit tour sur http://soutenir.framasoft.org (je l’avais dit que j’étais opportuniste ! Hop, pub :D).

Au bout du compte, pourquoi utiliser Framanews plutôt que Feedly, Netvibes ou autre ?

C’te bonne blague ! Parce que c’est libre, tiens !

Mais aussi parce que Framasoft — et donc par définition Framanews aussi — cherche à libérer les internautes, en leur faisant découvrir des services qu’ils peuvent installer eux-mêmes, dans leur placard, sur leur serveur dédié, chez un hébergeur mutualisé associatif, sur un raspberry collé au dos de leur chat… De plus, nous respectons votre vie privée : la seule information dont on se sert, c’est votre adresse mail pour vous tenir au courant des évolutions du services et autres maintenances, et juste pour ça. Je pourrais aussi parler de la qualité de ttrss, de sa fonctionnalité qui permet de partager les articles que l’on aime sur un flux public[7], du superbe plugin que j’ai développé de mes blanches mains pour faciliter la navigation dans les flux (ok, c’est juste un fork d’un autre plugin)…

Je pense que la meilleure raison d’adopter Framanews, c’est de l’essayer et de comparer :)

Comment vois-tu l’avenir de ce projet ?

Moi et les autres membres de Framasoft sur une plage de sable blanc avec suffisamment d’argent pour racheter Google. Ah c’est pas payant ? Zut alors !

Je verrais bien un espace de partage des flux publics[8] des framanewseurs, un compteur des instances de ttrss que les gens auront montées parce qu’on leur en a donné envie…

Un petit mot pour la fin ?

Internet n’est pas compliqué, Internet est ce que vous en faites.


Rappel des principaux liens :

Crédit photo : Danny Sullivan (Creative Commons By)

Notes

[1] ou tout autre intermédiaire, Framasoft compris.

[2] Les utilisateurs sous Windows souhaitant tester le logiciel en standalone (sur leur poste de travail plutôt qu’en ligne) peuvent même télécharger notre WebApp TT-RSS, mise à jour pour l’occasion.

[3] S’il avait su dans quoi il mettait les doigts, il ne serait peut-être pas venu, d’ailleurs…

[4] Et c’est bien vrai !

[5] Les Framacartons ?! http://lite.framapad.org/p/framatools

[6] Oui, la mise à jour sur le champ a pris du retard à cause de Framanews, je sais, je sais.

[7] Twitter, c’est tellement 2012 !

[8] un flux public Framanews a une URL unique et tarabiscotée. Il faut que la personne vous la communique, sinon vous ne la trouverez jamais ! Par bonheur, les raccourcisseurs d’URLs existent, ce qui donne par exemple pour mon flux public : http://fiat-tux.fr/sh/LucPublRSS

Pierre-Yves Gosset est le délégué général de l'association depuis 2008. Tel un contrôleur aérien, il coordonne les différents projets de l'association en s'assurant que les avions décollent et atterrissent (à peu près) à l'heure.

24 Réponses

  1. J’avais connu Framanews par l’intermédiaire de mon installation piwik. Je fut intrigué, cliqua dessus. Je trouva ça trop bien !
    Ayant déjà une instance RSS installé (Leed), je décida quand même à parler à un blogueur influent (coucou Le Hollandais Volant) pour qu’il relaye l’info, pour que tout le monde en profite !
    Bravo pour le boulot, en continuez ainsi !

  2. gasche

    C’est très intéressant. Ma solution de replis de Google Reader pour l’instant est de faire tourner TT-RSS sur une instance gratuite OpenShift. Ça marche bien, mais ça pourrait être sympa d’utiliser une solution mutualisée (qui permet de réduire les coûts de fonctionnement par utilisateur et de participer un peu à Framasoft, et qui est peut-être plus pérenne).

    Je me pose quelques questions:

    - Quels sont ces quotas sur le nombre de flux ? Je suis un peu inquiet à ce niveau, car j’ai l’impression que beaucoup d’utilisateurs de Google Reader sont des consommateurs voraces de flux (ou plutôt il y a quelques utilisateurs qui ont beaucoup de flux). J’ai personnellement 195 feeds, et je peux imaginer que ce nombre pourrait doubler sur la durée, c’est où par rapport à vos quotas ?

    - Où sont les sources du service, qui correspondent à ce qui tourne en production ? Un parcours rapide de la page http://framanews.org/ ne m’a pas permis de répondre à cette question, et je trouve ça dommage. J’ai eu le même problème pour framadate d’ailleurs.

    - Si on veut faire un retour sur l’application, on est obligé de passer par le formulaire de contact général de framasoft ? C’est ce qui semble indiqué dans la FAQ, et je trouve ça bizarre. Il n’y a pas un bugtracker qui me permette de regarder, par exemple, si ce que je veux faire remonter n’a pas déjà été dit par quelqu’un ?

  3. Wouhouw! Beau boulot, merci :).

    (on confirme pour les vannes pourries)

  4. Une fois de plus, merci Framasoft !

    Toutefois, pour ceux qui veulent s’en donner la peine, héberger un lecteur RSS chez soi c’est très facile. Je ne citerai que KrissFeed qui tient en un seul fichier php et ne nécessite pas de base de données.
    Import/export OPML, différentes vues, raccourcis clavier… tout y est, et c’est très performant (j’ai 194 flux RSS dedans, ça tourne comme un charme).

    http://tontof.net/kriss/feed/
    https://github.com/tontof/kriss_fee

    (Et accessoirement, ça allègera peut-être un peu le serveur de Framasoft :-)

  5. Belle initiative de Framasoft, encore une fois !
    Mais je ne peux qu’en remettre une couche après sebsauvage pour dire qu’il y a des solutions plus légères qui fonctionnent très bien : KrISS feed est vraiment un très bel outil qui fonctionne à merveille !

  6. @gasche :
    – la limite est actuellement à 150 flux. Elle pourra évoluer (à la hausse ou à la baisse) suivant les performances de l’infrastructure
    – les sources sont sur https://github.com/framasoft (framanews_ttrss, framanews_home_page et framarticle_toolbar)
    – oui, c’est pas top pour les remontées, on en est conscient. Mais vous pouvez aussi vous inscrire aux ML : http://framalistes.org/sympa/lists/

    @sebsauvage et @antoine : oui, loin de nous l’idée d’éloigner les gens de l’autohébergement. Mais reconnaissez que vous croisez régulièrement des gens pour qui « PHP, base de données, hébergement » sont des concepts carrément abstraits. On fait ce qu’on peut (Framasoft a avant tout une mission d’éducation populaire) mais on n’a clairement pas les moyens de faire de l’explication « en dehors du concret ». Donc, on essaie de pousser dans les deux sens : on propose un outil ET on pousse les gens à s’autohéberger. On le rappelle dans l’article, dans la FAQ de la page d’accueil, et c’est l’objet même du projet – en cours – framacloud.org

    Je pense, mais je peux me planter, qu’on serait vachement moins pertinents si on faisait juste un article « Google Reader ferme ? Installez (KrissReader|tt-rss|autre). » sans proposer une alternative a tester…

  7. Ginko

    @sebsauvage

    Argh, il faut que j’essaie KrISS feed !!! (pour remplacer ma vieillissante instance de Greggarius)

    Je devrais passer plus souvent chez toi, c’est tellement bourré d’info intéressantes.

    PS (pour les autres) : sur l’auto-hébergement : http://sebsauvage.net/auto/

  8. Bonjour,

    Merci et bravo à framasoft ! Peut-être le sujet a-t-il déjà été abordé quelque part mais pourquoi ne pas rendre payant vos services ? Cela ferait un bon débat sur la gratuité !

    Bonne continuation,
    Ths

  9. Arnaudb

    Tout d’abord merci framasoft et aux personnes qui ont mis les mains dans le cambouis :)
    Me concernant, je m’en sors avec KrissFeed sur un Raspberry Pi, et ça tourne pas mal déjà. Si l’install est pas trop chronophage (j’ai pas encore été voir), je forkerai ttrss et le testerai (voir je contribuerai dans la mesure du possible)

  10. Il n’y a pas que des services basés sur des logiciels propriétaires !
    Newsblur, par exemple : vous pouvez souscrire un hébergement ou le faire vous-même, ou demander à un artisan de le faire pour vous (et c’est du Python + plein d’outils avancés d’analyse et de recherche dans le contenu agrégé).
    Une alternative libre de plus est toujours intéressante, bon vent à framanews !

  11. @ths : on nous pose souvent la question. La réponse est double :
    – d’abord, cela réclame la mise en place de procédures administratives qui ne sont pas négligeables. Il faut mettre en place un système d’informations adaptée (la vente n’est pas du don, il faut gérer la facturation, les défauts de paiements, les micro-paiements, la liaison « paiement-service », et j’en passe), ensuite il y a les questions légales (conditions générales de vente, engagement sur la qualité de service, etc), enfin il y a les questions fiscales (Framasoft est une asso loi 1901, nous ne sommes pas assujetti à la TVA ni à l’Impot sur les Sociétés tant que nous ne dépassons pas les 60 000€ de chiffres d’affaires sur le secteur lucratif). Si on devait mettre en place des services payants, cela nécessiterait donc soit un énorme travail bénévole, qui se ferait au détriment des services libres et gratuit. Soit il faudrait embaucher quelqu’un pour gérer cela, et cela impacterait grandement le prix (on ne pourrait pas faire du « 2€/mois », par exemple), et si le prix est trop élevé, tu as moins « d’acheteurs », et du coup ton service devient moins rentable, et c’est le cercle vicieux :-/
    Bref, il ne s’agit donc pas juste de mettre un bouton « Acheter ce service ».

    - Ensuite, il y a une question de valeur, éthique, de conviction. Celle qu’on souhaite passer de la société de consommation à la société de contribution. Les utilisateurs de services Framasoft, on n’a pas trop envie de les considérer comme des acheteurs ou des consommateurs. Bien sûr 99% n’en n’ont rien à faire de Framasoft. Mais le 1% qui reste a pour nous bien plus de valeur : ce sont des être humains qui ont envie de participer, de collaborer. Peut être que – comme Luc (interview ci-dessus :) ) qu’on ne connaissait pas vraiment il y a encore quelques mois – ils souhaiteront mettre la main à la pâte et arriveront avec un projet (« Je souhaite monter un service de lecture de flux RSS ouvert à tous. Vous pouvez me prêter de la ressource pour que j’installe le bouzin aux petits oignons ? »).
    Proposer un service payant n’empêche pas ce genre de démarche, mais elle la freine (c’est plus facile de sortir un euro de sa poche que de passer 15j à monter des clusters postgresql).
    Nous, c’est plus l’aventure humaine qui nous interesse, quitte à ce que le « business model » soit (tres) contraint.

    Bref, Framasoft n’est pas une SSLL, et ne souhaite pas le devenir.
    Nous n’excluons pas de proposer des services payants, hein. Seulement si on le fait, ça sera en essayant de proposer autre chose qu’un supermarché du libre.
    D’ici là, ben je me permet de rappeler que Framasoft vit des dons :) Le modèle économique est donc « Ca vous a plu ? alors si vous souhaitez que ça continue et que vous ne pouvez pas directement participer en donnant de votre temps ou de vos compétences, merci d’envisager de faire un don : http://soutenir.framasoft.org« 

    @Arnaudb : merci (ça rejoint parfaitement ma réponse à ths : « Par-ti-ci-pez ! » :)

    @feth : Luc a testé l’install de Newsblur. Sa conclusion : bweuark ! (ça utilise forcément Amazon, apparement)

  12. Internet notre ennemi

    Mouais… ça va vous couter un bras.

    En plus ça montre l’échec total du libre et de l’Internet actuel :

    - 1) pourquoi les gens n’installent pas le logiciel eux-mêmes ? Réponse : le libre ça reste pour les initiés et les élitistes (il faut savoir installer et configurer des applis web, et il faut savoir administrer un serveur dédié ; le libiriste pense qu’il peut demander à madame michu d’apprendre ces compétences)

    - 2) pourquoi personne ne proposent ce service ? Ca coute un bras et c’est prendre des responsabilités que (presque) personne n’a envie de prendre (et ça se comprend).

    En gros, c’est pour les initiés qui veulent prendre le risque de jouer sur un Internet hostile. Ce qui implique forcément une forme de mutualisation (on est plus fort à plusieurs que tout seul) nous conduisant, à la fin des fins, au minitel.

    Echec et mat.

    La seule alternative semble être la multiplication des Frama*, pourquoi pas au sein d’une Framadération.

  13. Internet notre ennemi

    Ah et j’ allais oublier, parce qu’il ne faut quand même pas déconner :

    On ne remerciera jamais assez les geeks qui, trop occupés à nous chanter les louanges de Google durant toutes ces années, n’ont fait que mettre en place BIg Brother et se tourner les pouces en ce reposant sur ce dernier : pourquoi il n’y a pratiquement pas de logiciel de flux RSS ? (TTrss étant la seule solution crédible aujourd’hui). Parce que le geek, s’est reposé sur Google qui lui en a profité pour devenir BIg Brother.

    Votre bilan n’est pas glorieux, chers geeks.

  14. @Internet notre ennemi : pas d’accord ! premièrement, tous les libristes ne se sont pas rués sur les services google, et deuxièmement, il y a quand même un certain nombre de lecteur de flux en ligne libres. Qu’ils ne soient pas forcément connus, j’en conviens, mais au moins, ils existent ! Et si les gens ne considèrent pas qu’ils peuvent remplacer greader, c’est parce que leurs développeurs l’ont fait au départ pour eux. Il te manque une fonctionnalité ? Demande sur les forums ou code le toi-même. C’est pas scalable ? C’est pas fait pour. Et ça évite l’effet minitel.
    Après, il y a des associations comme Framasoft, les LUGs et autre partisans d’un Internet libre décentralisé et neutre (coucou LDN) qui encouragent et conseillent Mme Michu pour la mise en place de son service.
    La démarche derrière Framanews, c’est de dire « voilà une alternative. Essayez, testez, et si vous avez des gros besoins, on peut vous aider à monter votre propre instance »

  15. Grouik

    Je ne suis pas fan de solutions plus ou moins « minitelisées » mais cet article aura eu le mérite de faire intervenir un participant et de mettre en avant ce que j’avais cherché depuis longtemp pour remplacer mon « rnews » : un lecteur de flux sans base de données et sans javascript !
    Merci d’avoir partagé Seb – et Tontof !

    @Internet notre ennemi:
    «pourquoi les gens n’installent pas le logiciel eux-mêmes ? Réponse : le libre ça reste pour les initiés et les élitistes (il faut savoir installer et configurer des applis web, et il faut savoir administrer un serveur dédié ; le libiriste pense qu’il peut demander à madame michu d’apprendre ces compétences)»

    C’est beau de voir des personnes faire des FAQ, tu devrais postuler comme chargé de com’ pour VIP politiques pour ta fin de carrière. Haaa ! Cette pauvre madame Michu, parfois veuve de Carpentras, cette ménagère de moins de 65 ans maintenant qui n’a plus temps à rien, trop occupée qu’elle est à cliquer partout sur une page web minée de ses trucs flashy tout laid plutôt que de terminer ses naperons et de rebrancher son cerveau lessivé par tant d’années de matraquages professionnels et télévisuels… parfait alibi de monsieur Tout-le-monde pour ne pas s’avouer vaincu, de se dire que le plus stupide des clients-consommateurs est et doit toujours rester roi; se rendre compte d’être un dindon ou un pigeon est un très lourd fardeau. Je le concède. Mais il faut sortir de son petit rôle de victime et être honnête avec soi-même et non pas être prompt à porter son incurie sur les autres. Car à ce jeu, on y perd bien plus face à ce petit plaisir qui pourrait en être retiré.

    Je ne sais pas quel dent tu as contre les « libristes. Tu attends quelque chose d’eux, des libristes ? Que proposes-tu en échange ?
    Il m’est avis qu’ils peuvent toujours apprendre aux autres comme apprendre des autres, au même titre que des « non-libristes » peuvent ou non décider d’apprendre aux autres ou apprendre des autres. Et si n’importe qui ne peut plus apprendre n’importe quoi, alors il serait en effet vraiment temps de laisser chaque chose aux « professionnels » à la sortie de l’école. Et, partant, d’éviter de l’ouvrir si tu n’as aucune compétence dans les domaines liés à l’article de départ.

  16. C’est une bonne initiative, cependant j’ai du mal à voir comment un service gratuit peut être viable, pourquoi ne pas imposer un don aux gens qui veulent s’inscrire au service ?

    Étant? l’auteur de Miniflux, un autre lecteur de flux RSS libre, j’expérimente une autre approche, pour les gens qui ne souhaitent pas l’installer eux-même je propose une version hébergée pour 10 euros. On paye une seule fois car je ne pense pas que les gens soient prêt à payer un abonnement mensuel pour ce type de service. En fait, il faudrait plutôt voir cela comme un don…

    Sinon, juste pour chipoter, le lien vers Miniflux est cassé dans votre article :)

  17. @fred : désolé pour le lien, c’est réparé !

    Alors, pour être clair :
    – framanews n’a pas pour objectif d’être « rentable » (lire mon blabla plus haut sur le modèle économique de Framasoft) : il s’agit d’un service de « test » de ttrss (aujourd’hui. On n’exclut pas une autre solution demain). Et les contraintes sont nombreuses : limite du nombre de flux (qui va passer à 100), notamment.
    Bref, je sais que ça n’était pas forcément sous-entendu comme tel dans ta question, mais loin de Framasoft l’idée de piquer la place à des services « libres mais payants ». On sert de « porte d’entrée », mais clairement on ne peut pas héberger tout le monde, et donc on redirige vers d’autres solutions si le « locataire » a des besoins spécifiques. Là, on a déjà eu par mail confirmation qu’au moins 5 ou 6 personnes/institutions allaient installer tt-rss pour leurs propores besoins. On peut ouvrir le débat « pourquoi ttrss et pas (cequetuveux) ? » mais pour moi l’essentiel c’est que les gens retiennent que des solutions libres existent, et qu’elles ont un intéret par rapport à Google Reader, Digg Reader ou autre.

    Quant à « imposer un don », c’est tout simplement illégal :) Un don est un don, il doit être sans contrepartie notable.

    Bref, je le répète : des solutions alternatives à Google Reader existent, parmi elles des solutions libres sont tres performantes, et Framasoft vous propose – au travers de Framanews – d’en essayer une parmi d’autres.

    Longue vie à http://miniflux.net ! :)

  18. Récemment, Google décisions sont de plus ridicule. Non seulement cela, tous, il est de temps en temps pour apporter une nouvelle mise à jour de l’algorithme moteur de recherche et ne peut pas trouver quelque chose de significatif encore partout sont des liens sponsorisés. Certains lecteurs gratuits sont bonnes, mais le Google Reader, mais il laisse beaucoup derrière.

  19. franck le cantalou

    bonsoir,Si je suis hors sujet faut pas hésiter à me le dire
    @Grouik : tu te trompes tous implement trop arrogent tond com, si vous pouviez foutre la paix à madame Michou..
    @Internet notre ennemi : je ne suis pas toujours d’accord avec vous, sur ce coup la je vous donne raisons
    @ Pyg : pour preuve de ce que je dis sur un com en français sur un site en français vous donnés un lien en anglais malheureusement nous les ignorés , ne pas savoir lire l’anglais .
    c’est tout con mais pour une personne qui a toujours utilisé un ordinateur avec une conection internet comme une télé en gros je résume et bien cette personne un déclic découvre que son ordinateur avec sa connexion et un formidable outil je vous dis pas le chemin de croix pour parvenir rien qu’une chose toute bête changer de system d’exploitation par exemple et là je vous parle pas d’un truc tout fait dû copier /coller de Windows.
    bien sur cela seul ceux et celle qui vont dans la rue a la rencontre des personnes par exemple dans des maisons de Cartier des maisons de retraite des écoles etc peuvent le savoir .attention je ne dis pas que les perssone de Framasoft ne sortent pas dehor :)

    le libre ces comme dans la vraie vie faut savoir à qui on parle pour faire avancer ces idées .
    bon après je ne suis pas à l’abri de dire une connerie .
    À oui le rapport avec le sujet ba jais rein compris d.s.l sûrement trop con mais bon je cherchais un truc pour surveiller tous mes sites web chéris pour voir les articles nouveaux, je suis le lien puis encore un truc en anglais , signaler un échec du au langage c’est constructif ?
    Un petit mot pour la fin ?
    internet c’est compliquer ces comme la vie sa dépend de ce qu’on en fait .

  20. @franck le cantalou : je suis d’accord avec ton constat (le fait qu’une grande partie des gens utilisent le web comme une télé, et que certaines choses sont « compliquées » à faire en informatique).

    Par contre, je doute qu’on soit d’accord sur la manière de répondre à ce constat.

    Pour moi, ça tient en deux mots : sensibilisation et éducation.

    La mission de l’association Framasoft, c’est de « sensibiliser au libre » : on explique ce que c’est, pourquoi cela nous semble important, quelles sont les valeurs qu’il y a derrière, etc.
    L’éducation, ça relève moins de Framasoft que de l’ensemble de la communauté, voir de la société : il faut expliquer internet, comment ça marche, où vont les données, comment installer un logiciel, ce qu’est un hébergement, etc.
    Il me parait essentiel que tous les citoyens devraient avoir une connaissance relativement bonne : de l’économie et du système monétaire (pour comprendre où va et qui « fait » l’argent) , de la langue française (pour pouvoir se comprendre et s’écouter), des lois de la physique, de la biologie (santé, écologie), des mathématiques, etc.
    A cela j’ajoute maintenant l’informatique, parce qu’elle est partout dans nos vies (téléphone, TV, musique, travail, ville, etc), et que se dire « c’est trop compliqué », ben c’est juste refuser de vouloir apprendre/comprendre cet outil qui, comme tu le dis « dépend de ce qu’on en fait ».
    Si on veut en faire du bien, il faut le comprendre.
    Je n’ai pas envie que l’informatique soit comme la mécanique automobile aujourd’hui : devoir être obligé de passer chez un garagiste agréé pour changer des bougies. J’ai envie de comprendre comment ça marche pour ne pas être contrôlé par la machine.

    Donc, on est d’accord sur le constat : difficile d’apprendre internet (ou l’informatique) à une personne qui n’y connait rien. Mais il faut des années pour apprendre à compter correctement, alors tu imagines bien qu’on n’a pas de baguette magique pour que Madame Michu comprenne comment installer un lecteur de flux RSS sur un hébergement perso.
    Mais reconnais nous au moins le mérite d’essayer, avec nos moyens (ridicules, j’en conviens).

    Bref, on tente de tirer les gens vers le haut, vraiment, mais on n’y arrive pas tres bien. Parce que c’est difficile, parce qu’on est 3 pelés et 2 tondus face à des millions de gens qui n’ont quasi-aucune connaissance de l’informatique (beaucoup ne savent pas ce qu’est un système d’exploitation. Alors le changer…).
    Mais on essaie. Même si des types (trolls) comme « internet notre ennemi » nous rappelle toutes les 5 minutes qu’on fait de la merde qui sert à rien. On devrait faire quoi ? dire qu’on abandonne et qu’on retourne devant la 42eme rediffusion des Experts-Miami ? Perso, je continuerai tant que j’aurai l’énergie, d’abord parce que ça me plait (c’est quand même l’essentiel) et ensuite parce que j’ai au moins l’impression de faire bouger les choses. Peut être que c’est ridicule de savoir changer une bougie sur une voiture en 2013. Mais moi, ça me semble important. Et tant pis si l’immense majorité n’en a rien à faire (faut pas s’arrêter à ce genre de détails ;) )

  21. franck le cantalou

    @Pyg compliquait, de se faire comprendre par écrit :) pour faire une compilation de mon premier poste, vouloir faire la promotion du libre ok mais savoir qu’on ne s’adresse pas qu’à des personnes qualifiées en anglais apporterait de l’eau au moulin du libre est en particulier au sujet du présent article .
    maintenant une chose que m’a apprise la vie, quand tu veux faire avancer une idée il faut surtout avoir du respect pour les personnes à qui tu parles de ton idée, franchement la mère Michou elle en a ralbol comme Kevin ou les chats, tu voies où je veux en venir « je te tutoie sa te va ? « 
    la bougie d’une voiture sait comme tu veux en fait et suivant le temps de ta vie que tu es pré à donner pour, par contre il doit être possible de pouvoir le faire soi-même si ont le veut, il faut pouvoir trouver une documentation dans la langue qu’on sait lire….

  22. « il faut pouvoir trouver une documentation dans la langue qu’on sait lire…. »
    Tu as tout à fait raison, et justement, ce que j’essayais de te faire comprendre à travers ma réponse, c’est que cette documentation, dans le libre, nous en sommes *tous* responsables.
    Si personne ne l’écrit, on peut dire que c’est nul, mais il vaut mieux utiliser son temps à participer.

    Le libre est un projet « collectif et sociétal » alors que le logiciel propriétaire est un projet plus … capitaliste (je ne mets rien de péjoratif derrière ce terme, je signifie juste qu’il y a un projet d’entreprise, et que la communication et la documentation d’un logiciel proprio font partie intégrante du modèle de développement de l’entreprise qui le produit. Dans le libre, c’est un peu chacun fait ce qu’il veut, et personne apparement n’aime faire de la documentation ou de la pédagogie.
    Certains projets s’en sortent bien, d’autres moins.

    Mais on est d’accord sur une chose : il reste énormément de travail à faire…

  23. franck le cantalou

    @Pyg, je vais prendre deux ou trois ans pour pouvoir apprendre à lire l’anglais  » puis apprendre l’informatique la base deux à trois ans, installer tout cela un an, m’inscrire à framanew 2 minutes :) (Quand l’inscription sera ouverte bien sure ) vu mon âge je vais attendre une réincarnation prochaine en attendent continuée à aller à la pêche, bon la je blague , mais tu sais ce que ça me rappelle l’histoire du libre et bien sait la même chose que celle du recyclage dans les années 80 au tout début une forme d’élitisme celui qui sait et qui va nous apprendre manque de pot pour luit sous prétexte de liberté, associatif ; Non profit etc. le grand groupe industriel a pris le bizness en main pour finir par nous faire payer le recyclage des emballages qu’il nous force à acheter, dans tout cela ces vraiment le manque d’implication comme les domaine de la formation, éducation, psychologie, syndicalisme, ouvrier, paysans qui fait défaut .
    Je ne serais pas trop quoi dire sur l’avenir du libre, réseau, web, langage etc. sait un monde que je viens de découvrire, exactement pour tout dire , le 1er janvier 2013 Avent cela je ne savais même pas que j’utiliser un System d’ exploitation et des plus fermer :)
    par contre pour le présent je dirais que le fait que je sois un puceau dans ce domaine me donne à regarder avec un angle de vue critique (mais aussi en admiration devant un tel potentielle ) comme un retour en arrière sur des défauts que j’ai déjat vue dans d’autre domaine .
    pour finir sur ce commentaire celui-ci naît pas un forum de discussions :) il me semble avoir lu que comme association Framasoft ne veut pas ou crois ne pas pouvoir facture un service tel que framanews ?
    pour pas dire de bêtise comme association rien ne vous empêche de facture la location d’un service ou de matériel vous appartenant à d’autres personnes morales, du moment qu’elle son adhérente a l’association , la seule contrainte d’une association ces de ne pas faire de profil et d’avoir une comptabilité des plus clean :) (je teins a précisé que je ne suis pas fan du modèle associatif je le trouve pas démocratique restrictif en matière d’indépendance économique) ce qui vous payerez un serveur . bien cordialement Franck le Cantalou.

  24. C’est quand quand que ça ouvre que je puisse m’inscrire et tout et tout ?
    Merci pour l’initiative !