0,12 % des utilisateurs de GitHub proviennent d’Afrique !

Classé dans : Libres Logiciels | 11

Y aurait-il moins de 5000 développeurs libres sur tout le continent africain (4527 pour être plus précis)  ?

GitHub Africa Users

C’est ce qu’on peut lire sur cette intéressante carte interactive intitulée GitHub Africa Users. Leur auteurs (non africains) ont en effet collecté, en mars dernier, les données des utilisateurs de la plateforme qui avaient renseigné leur localisation (et uniquement ceux-ci) en nous présentant cela à l’aide de MapBox.

A partir de là un certain nombre de questions se posent pour nuancer ce chiffre  :

  • Est-ce les utilisateurs africains de GitHub se localisent moins que les autres  ?
  • Est-ce qu’un utilisateur de GitHub est nécessairement un développeur qui fait du libre  ?
  • Est-ce que les développeurs libres africains utilisent GitHub  ?
  • Est-ce que les développeurs libres africains voudraient utiliser GitHub mais en sont empêchés à cause de la faiblesse de leur connexion à Internet  ?
  • Combien y a-t-il de développeurs non libres en Afrique  ?

Il n’empêche que cela reste tout de même inquiétant.

Qu’en pensez-vous  ?

11 Réponses

  1. « les données des utilisateurs de la plateforme qui avaient renseigné leur localisation (et uniquement ceux-ci) »

    Du coup, est-ce que ce 0,12% n’est pas à recalculer ? Combien sur les quelques millions d’utilisateurs ont effectivement renseigné leur localisation ?

  2. Tout à fait d’accord avec Amic. Personnellement je ne renseigne quasiment jamais ma localisation sur les sites qui ne le nécessitent pas, je ne fais donc pas partie des utilisateurs français de GitHub d’après cette méthode de calcul. Il serait bon de fournir le nombre global d’utilisateurs non localisés pour mettre cette statistique en perspective.

  3. Ces quoi l’Afrique ?
    C’est juste un mot pour construire des barrières, des frontières, nous limiter, limiter notre pensé limiter nos idées et nos actions.
    quand je parle, je travaille et je partage les concepts et valeur des logiciels libres, je ne suis pas africain.
    Je fais partie d’une communauté avant-gardiste, d’un nouveau type d’être humain qui veulent changer le monde.

  4. @Amic : ça dépend. Si on considère que la proportion d’utilisateurs qui indiquent leur localisation est la même quel que soit le pays, alors 0.12% est juste. Mais je ne sais pas si c’est le cas.

  5. @kikoo > oui et non parce qu’après on parle de la quantité absolue (~ 5 000). Même sans cela ça pose une hypothèse supplémentaire.

    À mon avis un seul chiffre lancé comme ça n’indique pas grand chose. Il faut regarder par rapport aux autres (peut être qu’un ou deux pays font 95% des utilisateurs localisés de github) et voir son évolution dans le temps (si possible l’évolution comparé aux autres continents).

    Faire des stat c’est un métier (et même comme ça ça peut être biaisé)

  6. Bonjour,

    J’ai regardé attentivement les chiffres indiqués dans cette carte interactive et je pense qu’ils sont cohérents dans le sens où ils reflètent plutôt correctement l’implication des différents pays africains dans l’OpenSource.

    Ainsi, les chiffres réalisés par l’Afrique du sud ne sont pas étonnant, pareil pour l’Egypte. Au niveau du maghreb, cela reste cohérent aussi, la Tunisie était plus portée sur le libre que l’Algérie our le Maroc, je suis moi-même d’origine algérienne.

    Donc pour résumer, l’aspect « proportionnel » au niveau africain semble juste. Mais pour ce qui est de l’aspect « quantitatif », il n’est pas possible d’avoir le nombre exacte de développeurs africains en se basant uniquement sur la localisation inscrite à la création du compte Github.

  7. LeMeteore

    – Est-ce les utilisateurs africains de GitHub se localisent moins que les autres ? Fort possible
    – Est-ce qu’un utilisateur de GitHub est nécessairement un développeur qui fait du libre ? Non
    – Est-ce que les développeurs libres africains utilisent GitHub ? Oui
    – Est-ce que les développeurs libres africains voudraient utiliser GitHub mais en sont empêchés à cause de la faiblesse de leur connexion à Internet ? Non
    – Combien y a-t-il de développeurs non libres en Afrique ? Des tonnes

  8. 0,12 % ?
    Pour moi il ne faut pas avoir de complexe, toutes les contributions dans le livre sont bonnes à prendre même celles qui font 0,12%.
    Je dis bravo à ces personnes-là et j’encourage les autres contributeurs quel que soit leur continent ou pays de rejoindre la communauté.

  9. Il peut être important de rappeler que moins de 15% des utilisateurs de Github renseignent correctement les informations de licence de leurs projets. Et quand il n’y a pas de licence, le copyright par défaut est bien sûr non-libre. De ce point de vue, Github n’est pas représentatif du libre en général.

  10. On parle de GitHub ou de (développeurs de) logiciels libres ?
    Et tant qu’on y est, GitHub est-il libre lui-même ?
    AMHA, les premières questions à se poser (qui ne concerne pas uniquement l’Afrique mais le monde entier) seraient : est-ce que le Logiciel Libre et les valeurs qu’il véhicule sont connus des utilisateurs et des développeurs ? Comment faire pour les faire connaître ? Qui est prêt à s’engager dans ce sens et pour faire quoi ?
    Certains se sont déjà posé ces questions j’en suis sûr !
    Pour ce que j’ai pu personnellement voir, merci @genova, au DakarLUG, à des projets comme Afripedia (http://www.wikimedia.fr/afripedia), à l’Agence Universitaire de la Francophonie, aux communautés OpenStreetMap, Mozilla, au FOSSFA (Fondation Africaine des Logiciels Libres ; http://www.fossfa.net ; #FOSSFA sur Twitter), à Jokkolabs (http://jokkolabs.net) ; merci aussi à l’APRIL, Wikimedia France, OKFN France… d’être venus une semaine sur la culture libre lors du tandem Dakar-Paris (http://tandem.jokkolabs.net ; #tandem2013 sur Twitter) et à toutes les autres personnes, communautés et organisations qui font connaître le Logiciel Libre en Afrique, à ceux qui contribuent…
    Un article pour parler de tous ces beaux projets peut-être et en inspirer d’autres ?
    Alors, qu’est-ce qui est inquiétant ?
    Recentrons le débat ?

  11. Il convient aussi de se poser la questions du nombre d’internautes en Afrique comparativement aux autres continents et à leurs populations respectives.

    Si mes souvenirs sont bon, l’Afrique est très très peu connectée.