Quand le logiciel libre restaure la dignité

Classé dans : Dégooglisons Internet, Migration | 8

Un article assez vieux que nous avons décidé de traduire car le récit et le témoignage nous semblent intéressants.

Auriez-vous des histoires similaires à nous raconter, dans les bibliothèques ou ailleurs, dans les commentaires  ?

Vincent Desjardins - CC by

Est-ce que le logiciel libre restaure la dignité  ?

Does Free Software Restore Dignity ?

Phil Shapiro – 3 juin 2011 – PCWorld.com
(Traduction  : Penguin, benjbubu, baba, GregR, benjbubu, genma + anonymes)

L’autre jour, un lycéen est venu au centre informatique de la bibliothèque publique où je travaille à Takoma Park, dans le Maryland. Je l’ai tout de suite reconnu, parce qu’il vient souvent au centre informatique pour faire ses devoirs. Ce jour-là il avait l’air triste.

« Vous avez un DVD de restauration pour ce portable Sony Vaio  ? » m’a-t-il demandé, avec son portable Windows 7, relativement récent, sous son bras.

« Désolé, non », ai-je répondu.

Son ordinateur portable avait besoin d’être restauré, et il avait égaré le DVD de restauration. Il m’a dit que Sony demandait 139$ pour lui envoyer un DVD de restauration. Il n’avait pas ces 139$, ni même ses parents qui travaillent dur. Je ne voulais pas que cet étudiant reparte les mains vides, alors je lui ai dis  :

« Si tu veux, j’installerai Linux sur ton ordinateur portable, et tu pourras le faire fonctionner de nouveau comme ça. »

« Cela me va », répondit-il rapidement.

20 minutes plus tard, nous avions installé Linux Mint sur son ordinateur portable et il surfait déjà sur le Web en Wi-Fi avec Firefox. Bien qu’il ait été confronté à ces frais punitifs que demandait Sony, il a trouvé de l’aide dans sa bibliothèque publique locale. Mais je me demande  : est-ce que d’autres bibliothèques aident ainsi ses adhérents à installer Linux sur leurs ordinateurs  ? Est-ce que ces bibliothèques distribuent des CDs de Linux et/ou des CDs avec OpenOffice  ? Peut-être qu’une minorité de bibliothèques publiques le font. Mais en majorité les membres ont peu d’options lorsque Sony réclame 139$ pour un DVD de restauration.

Hmmmm. Je me demande si ces 139$ incluent les frais de préparation et d’expédition Si j’étais Sony, je demanderais 39$ de plus en frais d’expédition. Autant escroquer les gens quand ils sont le plus vulnérables, n’est-ce pas ? Un peu comme le fait d’humilier cet étudiant devant ses parents, parce qu’il a égaré ses DVD de restauration.

Dans le même ordre d’idée, la semaine dernière un autre membre de la bibliothèque m’a apporté un portable Pentium III et m’a demandé de le donner à quelqu’un qui pourrait s’en servir. Avec Linux installé, ce portable pourrait encore être utilisé pendant quelques années par un collégien ou un lycéen. Dans une famille où partager un ou deux ordinateurs fixes est une source de conflits, ce portable pourrait diminuer ces tensions. Cela valait assurément le coup pour moi d’installer Linux sur ce portable. J’y installerai Linux Mint LXDE, qui marche parfaitement avec 256MB de mémoire. Et j’y ajouterai TuxTyping, parce que ceux qui auront ce portable pourraient avoir envie d’apprendre la dactylographie 😉

Si vous n’êtes pas sûr que votre bibliothèque municipale distribue des CDs Linux, appelez-les pour demander. Profitez-en pour demander s’ils ne dispensent pas des formations à OpenOffice (maintenant appelé LibreOffice), GIMP, Scribus, ou encore Inkscape, tous d’excellents logiciels libres. Si la bibliothèque municipale n’en a jamais entendu parler, c’est alors peut-être le bon moment pour eux de s’y intéresser.

Sinon, vous pouvez continuer à cracher 139$ à Sony pour de nouveaux DVDs de restauration. La cupidité n’a aucune entrave, tant qu’elle n’est pas enchaînée elle-même. Les seules personnes pouvant le faire  : c’est nous. Nous sommes la solution. Vous êtes la solution, si vous le souhaitez.

Lorsque la dignité est refusée, le logiciel libre restaure la dignité.

Crédit photo  : Vincent Desjardins – CC by

8 Réponses

  1. Magnifique ! J’espère que ça va encourage les bibliothécaires à aller dans cette direction !

  2. En tant que bibliothécaire municipal, j’approuve l’idée de la démarche (aider son prochain en informatique) mais que ça soit clair : c’est mort en France…
    Déjà, on ne gère pas de « centre informatique », on est une bibliothèque ou une médiathèque. Y’a un accès public sur des postes bloqués (proxy à la con) à Internet mais c’est tout.
    Déjà, côté bibliothèque, on a du boulot, ensuite bah… l’aide informatique (même pour installer Linux), faut des compétences (sur 10/12 collègues, un seul saurait le faire et il a du boulot à côté, quand il ne commente pas ici :p), etc.
    Et l’informatique de façon générale est gérée par une DSI, pas par le personnel de la bibliothèque (qui subit aussi sur ses postes pro le proxy à la con cité plus haut donc bon…
    Doux rêve…

  3. Doux rêve, oui mais comme a dit je ne sais plus qui «L’utopie d’aujourd’hui est la réalité de demain».

  4. Joli mais je ne vois pas pourquoi des bibliothèques feraient ça. Comme dit Gilles « c’est mort en France »…

    Après, comme dit Piyou « L’utopie d’aujourd’hui est la réalité de demain ».

  5. Je ne vois pas le rapport avec la dignité. Encore une traduction littérale qui ne fait pas attention au sens des mots ?

  6. @Ysabeau,

    il s’agit du lien qui conditionne dans nos sociétés capitalistes la dignité à l’argent. Le cas de l’article est un peu spécial, mais en gros c’est : « T’as pas d’argent ? Dommage t’as pas le droit à l’erreur, sous merde »

  7. Par rapport au principe « une licence par machine », les 139 € s’expliquent : c’est le genre de tarif pour une licence Windows et il est possible que ce DVD de restauration permette d’installer Windows 7 sur un autre ordi avec un Windows plus ancien.

    Ce lycéen aura eu de la chance que le bibliothécaire lui propose une alternative. Mais même si tous les bibliothécaires ne savent pas (ou n’ont pas le temps de) faire ça, il suffit qu’il pensent à redirriger la personne vers un LUG (Linux User Group) comme il y en a dans les grandes villes.

    Sinon, (surtout si ce lycéen est fauché), il s’agit pour lui d’une expérience enrichissante. Il aura appris qu’un ordinateur peut fonctionner sans Windows. La prochaine étape serait de penser à ce demander combien aurait couté son ordinateur si Windows n’avait pas été vendu avec.

    Et d’ailleurs, si Sony demande 139 € pour un CD de restauration, ça vaudrait la peine que quite à faire un procès, on revende ce CD à Sony au même prix lorsque finalement l’ordi n’est pas utilisé avec Windows.

  8. DOMIX Naprawa komputerów Gostynin jest firm? dzia?aj?c? na terenie miasta Gostynin oraz okolic. Firma znajduje si? w okolicy zspig w solcu. Firma zjamuje si? przede wszystkim napraw? laptopów w siedzibie klienta. Firma wyró?nia si? nisk? cen? i wysok? jako?ci?