Le Brésil ne veut plus de logiciels impossibles à auditer

Classé dans : Dégooglisons Internet, G.A.F.A.M. | 11

Avant Snowden, nous criions dans le désert.

Il en va tout autrement aujourd’hui. Et les gouvernements réalisent soudainement le danger d’avoir choisi des logiciels propriétaires qu’on ne peut évaluer et auditer faute d’accès au code source.

Il ne va pas être facile pour Microsoft, Apple et consorts de répondre ici aux exigences de transparence des autorités brésiliennes qui se tourneront naturellement vers le logiciel libre.

En attendant le tour de la France…

Edward Snowden - Laura Poitras - CC by

Le gouvernement brésilien va interdire l’achat des logiciels qui ne permettent pas leur plein contrôle

Governo vai barrar compra de software que impeça auditoria

Natuza Nery et Julia Borba – 5 novembre 2013 – Folha de S. Paolo
(Traduction  : Ulan, Pierre, JonathanMM)

A partir de l’année prochaine, le gouvernement (brésilien) n’achètera plus d’ordinateurs ou de logiciels qui ne peuvent être pleinement audités par les pouvoirs publics. La directive a été publiée le 5 novembre dernier dans le journal officiel « Diario official da Uniao ».

Ainsi, les systèmes d’exploitation comme Windows (Microsoft) et MacOS (Apple) ne seront plus utilisés si les entreprises concernées font obstacle aux enquêtes sur l’espionnage informatique.

Actuellement, à l’installation d’un logiciel (propriétaire), les utilisateurs acceptent les termes d’utilisation de l’éditeur autorisant éventuellement celui-ci à accéder à leur ordinateur.

Le gouvernement brésilien souhaite avoir le droit de surveiller qui surveille ses concitoyens, et ce dans le but de pouvoir identifier et tracer les tentatives d’espionnage.

Selon le journal « Folha de São Paulo », l’intention n’est pas de promouvoir une conversion massive des parcs informatiques, mais prévenir que les produits actuels ne sont plus conformes aux nouvelles exigences.

De cette manière, il y aura un substitution graduelle des programmes traditionnels (propriétaires) pour des logiciels libres, comme Linux, si nous ne parvenons pas à négocier avec les grandes entreprises.

L’importance accordée par le gouvernement à l’espionnage a augmenté depuis qu’ont été publiés les dénonciations sur l’accès par les services américains aux archives des autorités et entreprises brésiliennes.

Économie

Le gouvernement considère que, en plus d’augmenter la sécurité, la directive entraînera des économies. L’utilisation de logiciels libres met un terme au renouvellement obligatoire des licences de ces programmes.

Interrogé pour la rédaction de cet article, Apple n’a pas souhaité répondre à cette décision.

Microsoft a informé qu’il fournit aux gouvernements « l’accès contrôlé au code source et aux autres informations techniques pour les aider à évaluer la sécurité des produits ». La société a également déclaré qu’elle se met à disposition du gouvernement brésilien pour discuter des détails de la mesure.

Valeur incertaine

Il n’y a pas encore d’estimation de l’impact de cette décision sur les dépenses gouvernementales. Les informations plus précises sur ces coûts ne seront dévoilées qu’après l’application de la directive, quand aura lieu une enquête sur les contrats actuellement en vigueur et les dates d’expirations de ceux-ci. Comme ces licences ont été obtenues à des moments différents, il n’est pas encore possible de faire d’estimation.

Le journal précise que le gouvernement de Dilma Rousseff étudie également avec détermination une autre mesure de sécurité informatique  : installer le client de messagerie libre Expresso (Serpro) comme référence sur tout ordinateur public à la place de Outlook, ce qui engendrera des économies supérieures à 60 millions de reais par an (environ 20 millions d’euros).

Crédit photo  : Laura Poitras (Creative Commons By)

11 Réponses

  1. E-Jambon

    « Microsoft a informé qu’il fournit aux gouvernements « l’accès contrôlé au code source et aux autres informations techniques ».

    « Oui oui ça marche, vous pouvez vérifier à condition que ce soit moi qui fasse la démo ».

    « Mais bien sûr Chéri que tu peux contrôler mon ouvrage. A condition que je garde le contrôle de ton contrôle. »

    Sont trop fort en mauvaise foi chez Microsoft.

  2.  » le danger d’avoir choisi des logiciels propriétaires »

    Propriétaire est incorrect. Logiciels non-libres ou bien privateurs (de libertés) est correct.

    L’utilisateur d’une copie d’un logiciel libre installé sur sa propre machine, est sa propriété pleine et entière.

    Le point de vue – référentiel – correct pour spécifier les libertés ou les non-libertés est le référentiel de l’utilisateur.

    Si l’utilisateur est libre de :

    1°) Exécuter le programme
    2°) Etudier le code du programme
    3°) Modifier le code du programme
    4°) Distribuer des copies du programmes

    Alors le logiciel, propriété de son utilisateur, est dit libre.

    Sinon, le logiciel, propriété de son utilisateur, est dit non-libre.

    Les notions de liberté et de propriété sont des notions parfaitement distinctes comme la expliqué très bien durant plus de 30 ans le fondateur des logiciels libres Richard Stallman.

  3. @Galuel : « L’utilisateur d’une copie d’un logiciel libre installé sur sa propre machine, est sa propriété pleine et entière. »
    es-tu sûr qu les droits concédés par MS ou Apple sur leurs OS sont ceux d’un propriétaire ? La dernière fois que j’ai regardé, ça n’était pas le cas (il suffisait de voir les possibilité de transmission de la licence). Comp. avec la proposition de ne réserver la TVA réduite qu’à la vente de livre (ce que le téléchargement de livres sous DRM n’est effectivement pas)

  4. @Aka : Très bien, je pense que l’on a juste oublier de te remettre la présentation d’origine de l’article… Là, c’est un peu du phrase-à-phrase : ] .

    ->  » avoir le droit de -surveiller- qui -surveille- ses concitoyens » Bon, Le petit défaut parle de lui-même !

    Sinon, merci pour avoir récupéré cette dépêche que je n’avais même pas lu avant. De la version originale, on en tire que l’utilisation de logiciels libre est surtout utilisé comme une « menace » face à MS et la Pomme pour obtenir le plein contrôle sur les logiciels. Mais comme le dit @E-Jambon : « l’accès contrôlé au code source » ne veut plus rien dire si ce n’est de la bonne soupe sans les failles volontaires. Bref, on en vient a croiser les doigts pour que ces grandes firmes ne trouvent pas d’arrangement. Ce qui serait étonnant vu les sommes en jeu …

    @Galuel : Tiens, moi qui pensait être propriétaire uniquement de ma License Windos, et que tout le reste restait dans leur mains. Les clauses ont du changer depuis Win 95 : ]

  5. @antitress

    << @Galuel : « L’utilisateur d’une copie d’un logiciel libre installé sur sa propre machine, est sa propriété pleine et entière. »
    es-tu sûr qu les droits concédés par MS ou Apple sur leurs OS sont ceux d’un propriétaire ? >>

    MS/Windows ou Apple/MacOS et autres ne sont pas des logiciels libres. Pour cette raison bien que propriétaire de son logiciel l’utilisateur ne peut pas exercer sa propriété. On pourrait en effet qualifier cette propriété de « propriété non-libre » ou bien encore de « non-propriétaire » puisque relativement aux libertés logicielles en effet, la propriété n’est pas « pleine et entière », si on qualifie la propriété pleine et entière de « propriété libre » selon les 4 libertés logicielles.

    Voilà qui renforce d’autant plus la vérité du fait que libre ne signifie absolument pas « propriétaire ».

    Les logiciels MS et Apple comme tu le remarques fort justement peuvent être qualifiés de « non-propriétaire » et pas de « propriétaire », ou bien encore, et c’est bien plus précis de « propriétaires non-libres », alors qu’un logiciel libre est « propriétaire libre ».

    Que ce serait un logiciel libre non-propriétaire ? Un logiciel libre installé sur un serveur, que l’utilisateur peut donc utiliser, sans bénéficier de la propriété, donc sans pouvoir accéder au code et exercer les 4 libertés économiques.

    Ces deux notions sont en effet parfaitement disjointes. Il est donc erroné de qualifier les logiciels libres comme « propriétaires », ou les logiciels non-libres de « non-propriétaires », car on ne fait pas référence à la notion que l’on veut expliquer, à savoir la cohérence ou la non-cohérence avec les 4 libertés logicielles de l’utilisateur.

  6. +libre ??

    Je ne suis pas sur que cela va favoriser les logiciels libres. MS va donner ses sources à l’État du Brésil comme il le font pour certains contrats avec l’armée.

  7. @+libre? : MS le fait déjà avec tout les gouvernement qui s’équipe chez lui . Seulement c’est un accès « contrôlé » au code source « pour les aider a évaluer la sécurité du produit ». Ça leur permet de décider les clauses du mot « sécurité » selon leur bon vouloir. Vu le marché volé à Petrobras cette dernière décennie par les groupes nord-américaines, il semblerait que Dilma Roussef cherche un autre charlatan avec qui traiter.

    @ Galuel : Donc ce qui conviendrait le mieux à un pays qui souhaite s’assurer de la sécurité de son software, ce serait un logiciel non-propriétaire libre …

  8. @ Galuel:
    > Propriétaire est incorrect. Logiciels non-libres ou bien privateurs (de libertés) est correct.

    La discussion sur l’usage du terme propriétaire est surement connue de la part des auteurs sur Framablog. À la limite, une sensibilisation des lecteurs sur la réflexion à ce sujet peut être intéressante.
    Mais pour ma part, je continuerai à utiliser « propriétaire » même en connaissant les arguments et en leur reconnaissant leur pertinence. De la même manière, je continuerais de dire « buffet libre » même si le buffet en question ne satisfait pas les 4 conditions du logiciel libre ou est pourtant propriété, exploitable et négociable comme un bien matériel, d’une autre personne (cf. la définition d' »esclave »). Simplement parce que les gens ne considèrent pas qu’un buffet libre signifie qu’il s’agit d’un buffet non-esclave.

    En d’autres termes, pour les gens, les mots dépendent aussi du contexte dans lesquels ils sont utilisés. S’il y a usage des mots au niveau de la propagande, il me parait bien plus facile d’informer les gens qui entendent ces mots (ce qui aura pour effet de changer le sens que les gens accordent à ce mot et donc de neutraliser la propagande) plutôt que de demander vainement à ceux qui manigancent cette propagande d’arrêter d’utiliser ces mots.

  9. @j-c
    Désolé du commentaire à la maître Capello qui sort un peu du sujet, mais je pense que «buffet libre» est un anglicisme, et qu’en français on parlerait plutôt de «buffet à volonté» ou «buffet gratuit», selon le contexte.
    JB

  10. @ JB:
    Le fait que ça soit un anglicisme ne change rien au raisonnement et à son usage (et j’avoue que je ne vois pas l’intérêt de souligner ça, à part me donner raison: le sens du mot ‘libre’ dépend du contexte).
    Sinon, ça fonctionne aussi parfaitement avec « libre entreprise », « chute libre », « air libre », …

  11. loupenequet

    A voir comment Microsoft à mis l’Europe dans sa poche, je pense que les Brésiliens feront comme l’Europe ils se feront enfumés.!!! il y a tellement de milliards en jeu. !!!! cela provoque la corruption de faits.