Aidons un enseignant à libérer ses ressources pédagogiques !

Classé dans : Éducation, Libr'en Vrac | 9

Yann Houry est professeur de lettres. Il place ses supports de cours depuis 2007 sur le site Ralentir Travaux, bien connu de ses collègues. Il y propose notamment des manuels complets pour les classes de Sixième et de Quatrième.

Nous lui avions ouvert nos colonnes en septembre 2012 parce que, contrairement aux maths où l’on a Sésamath, il est rare de trouver des ressources pédagogiques en libre diffusion en français. Nous souhaitions également pouvoir discuter avec lui de son choix du support iPad et de la licence Creative Commons By-NC-SA pour le contenu de son site et ses manuels.

Or justement, il souhaite abandonner aujourd’hui cette clause NC, qui pose selon nous problème dans l’éducation, et s’en explique ci-dessous. Nous en sommes ravis (d’autant que cela ouvre la voie à une possibilité d’édition Framabook). Et il n’est pas anodin que le titre de son annonce s’intitule Unchain my site !

« J’ai fait mes calculs. J’aurais besoin de 2000 à 2500 € pour acheter diverses choses (nouvel ordinateur, un micro, quelques logiciels, etc.). Une telle somme est donc la condition du changement de licence. Cela en vaut-il la peine ? J’avoue que je suis assez curieux de le découvrir. Peut-être cette demande fera-t-elle un joli flop. En ce cas, la question de la licence ne taraude que moi. »

Nous appuyons sans réserve la démarche en invitant nos visiteurs à participer à la collecte, histoire de montrer que nous sommes nombreux à être taraudés par le bon choix d’une licence 😉

Pour cela, se rendre sur le site Ralentir Travaux et cliquer sur la bandeau du haut.

Yann Houry - Manuels

Unchain my site

URL d’origine du document

Depuis sa création, Ralentir travaux a eu vocation à être diffusé le plus largement possible. Le site n’est-il pas né du désir d’offrir à tous – surtout aux élèves ne bénéficiant d’aucun soutien scolaire – la possibilité de trouver une aide sans inscription, sans mot de passe ou sans contrepartie quelconque ? Il s’agissait aussi de proposer, à l’enseignant désireux de trouver un peu d’inspiration, des ressources qu’il pourrait adapter à sa guise.

Dès lors la liberté était inscrite dans les gènes du site. J’avais d’ailleurs repris à mon compte ces mots de Condorcet afin de montrer que la notion de propriété intellectuelle était un abus qu’il fallait dénoncer[1].

Par le passé, j’usais du mot «libre» sans trop savoir quelle notion il recouvrait. Plus tard, je découvrais les licences Creative Commons et m’emparait de celle-ci. Cela signifiait : fais ce que tu veux, mais ne vends pas. Or cette clause non commerciale (et cela a été dit de nombreuses fois) est un frein à la diffusion du savoir. Et Ralentir travaux n’a pas vocation à se recroqueviller sur lui-même dans la crainte d’une exploitation commerciale. Ce serait un non-sens. Au reste, nombreuses sont les personnes requérant l’autorisation d’utiliser telle ou telle partie du site, et invariablement la réponse est affirmative. Seule une demande était restée sans suite en raison de cette fameuse clause NC…

Il est donc nécessaire de recourir à une nouvelle licence. Seuls le partage à l’identique et la reconnaissance de la paternité de l’œuvre seront exigés. Que l’on me pardonne ce dernier sursaut d’orgueil (que m’accorde le droit), mais je tiens encore un peu à ma progéniture ! J’ai juste envie de lui donner un peu le large, et d’observer de loin ce qu’elle devient entre les mains de ceux qui voudront bien s’en emparer, et, je l’espère, la diffuser plus largement encore.

Mais, avant d’adopter une telle licence, je voudrais poser une condition. Il y a quelque temps j’affichais un bandeau afin de susciter les dons. Je paie les frais d’hébergement et ceux liés à l’achat du nom de domaine, les logiciels ou leurs mises à jour. Que dire de mon Mac acheté en 2008, si ce n’est qu’il est vieillissant[2] ? Je ne demande pas de salaire pour les années passées à bâtir Ralentir travaux, mais je veux bien un peu d’aide pour continuer l’œuvre. Or ces dons, malgré la promesse que pouvaient constituer les milliers de visites quotidiennes[3], se sont montrés largement insuffisants[4]. En un an, à peine de quoi acheter InDesign ou un logiciel de ce type…

J’ai fait mes calculs. J’aurais besoin de 2000 à 2500 € pour acheter diverses choses (nouvel ordinateur, un micro, quelques logiciels, etc.). Une telle somme est donc la condition du changement de licence. Cela en vaut-il la peine ? J’avoue que je suis assez curieux de le découvrir. Peut-être cette demande fera-t-elle un joli flop. En ce cas, la question de la licence ne taraude que moi.

Toujours est-il que nombre de sites recourent annuellement aux dons. Je m’en remets donc à ce principe. Et encore ! je n’attends même pas une cotisation annuelle, mais celle de sept ans passés à construire le site et plus encore, puisque je n’entends pas m’arrêter là (le manuel de 5e est déjà en chantier).

Bref, il ne reste plus qu’à organiser ce financement, mais vous pouvez d’ores et déjà faire un don sur Ralentir travaux en cliquant sur la bannière du haut de chaque page.

Passé le seuil financier susmentionné, Ralentir travaux (tout : le site, les manuels) devient libre.

Notes

[1] Je parle, bien entendu, de mon propre cas. Il ne me viendrait, par exemple, nullement à l’idée de tenir un tel discours au sujet de Michel Tournier ou d’Umberto Eco. Simplement, le professeur que je suis ne saurait prétendre à faire valoir un privilège reposant simplement sur quelques années d’études.

[2] Je ne peux même plus enregistrer de screencast sans que les ventilateurs de l’ordinateur se mettent à souffler à tous les diables, rendant par là même la vidéo inaudible.

[3] 1 633 891 visiteurs durant l’année 2013.

[4] Un merci exponentiel agrémenté d’un bisou dégoulinant à tous ceux qui m’ont envoyé leurs dons. Un don… Quel mot plus adorable la langue française a-t-elle inventé ? De manière plus générale, je voudrais remercier ceux qui donnent de leur personne, de quelque façon que ce soit et qui contribuent (loin des discours anxiogènes tenus par des inactifs bavards) à faire du web un lieu hautement éducatif.

9 Réponses

  1. Si le financement est fait via un site de crowdfunding, où l’argent ne sera versé que les 2500 € atteints et les œuvres libérées, je suis prêt à amener ma petite contribution, en souhaitant un succès mérité à l’entreprise.

    Pour les ajouts et extensions futures, pourquoi ne pas se tourner vers le modèle testé chez Unglue.it ?
    http://blog.unglue.it/2013/11/06/bu
    De souvenir, pour résumer, le livre est proposé à la vente de suite tous droits réservés, si un certain nombre d’achats déterminés à l’avance est atteint, il est placé sous une licence moins restrictive. Dans le cas qui nous intéresse, on pourrait l’adapter comme suit : le nouveau contenu est proposé de suite sous licence CC-by-nc-sa, et si les dons atteignent un palier pré-déterminé, la clause NC saute.

    Pour terminer, j’ai essayé de résister à l’envie de relever qu’en participant je financerais l’achat d’un Mac, mais je craque : ce n’est pas tant le côté propriétaire qui me gêne (même si), après tout le plus important reste que la production soit elle libre. Non, ce qui me gêne, c’est de financer le contraire d’un achat durable, la marque à la pomme étant un étendard de l’obsolescence programmée. Je n’ai pas envie de me lancer dans un débat sur ce sujet qui éloignerait les commentaires du cœur de l’article, et ça ne change rien à mon premier paragraphe, mais il fallait que ça sorte 😉

  2. Je m’en voudrais de vous contraindre à financer des choses pommées, mais c’est pour la bonne cause. :) Si cela peut vous rassurer, j’avais il y a quelque temps écrit cet article battant en brèche la notion d’obsolescence programmée (http://www.ralentirtravaux.com/le_b…). Et puis, d’un mal peut naître un bien, puisque mes iBidules me permettent de créer du libre. De ce point de vue, mon travail est déjà sous licence CC-by-nc-sa. Simplement, la clause NC va disparaître.
    Et, naturellement, il faut que je monte le projet afin de passer par un site de crowdfunding, mais je manque un peu de temps en ce moment, mais je le ferai. Le Mac, c’est déjà beaucoup demander, mais Paypal en plus, c’est carrément du vice. :)

  3. Bonsoir,

    Ce n’est pas parce que tu vas faire sauter la clause NC que tu pourras t’acheter du nouveau matériel.
    De toute évidence le problème est mal posé!
    Tu nous dis toi-même que seule une demande d’utilisation commerciale a été faite. Sur combien de demande et sur combien d’usage? Je suis sûr que tu vois la ‘stupidité’ de ta question car le ratio n’est pas en faveur du commerce.

    Le NC est une clause qui est faite pour interdire à d’autres de ‘vendre’ ton travail. Je pense que c’est une bonne clause pour les travaux importants dans la mesure où tu n’attends pas de retour sur investissement.
    Après il est vrai qu’il y a commerce et commerce.
    Télécharger, imprimer et céder à prix coûtant ou pour un prix symbolique ce n’est pas la même chose que de vendre en faisant un bénéfice substantiel.

    Maintenant c’est toi qui vois le meilleur compromis à faire. Perso je choisis la NC pour mes relevés généalogiques mis gracieusement en ligne et pourtant cela a un coût.

    Amitiés

  4. Bonsoir,

    Quand on décide de créer des choses (objets physiques, livres, logiciel, etc.) libres, on sait dans quoi on s’engage.

    Soit on prévoit une source quelconque de revenus permettant de remplacer le matériel défaillant ou manquant ou obsolète, en plus d’éventuellement pouvoir se rémunérer tant soit peu, soit on crée bénévolement avec les moyens que l’on accepte de mettre au profit de sa création (du temps, de l’argent, que sais-je).

    Autre solution, dans votre cas, faire éditer vos travaux par l’éducation nationale, qui dispose des infrastructures pour ce faire. Je le sais parce que des amis se sont fait éditer, en licence creative common, par le ministère de l’éducation nationale qui a d’ailleurs suggéré lui-même la licence. Un service y est réservé pour ce genre de choses.

  5. Friscote

    Bonsoir,

    Précisément, Yann ne savait pas dans quoi il s’engageait puisqu’il n’a pas commencé Ralentir Travaux en se disant « ce sera libre au sens libriste » mais en se disant je vais proposer un accès gratuit à des ressources de français. Son cheminement peut être erratique mais il reste une sacrée voie ouverte pour de nombreux acteurs enseignants !

    Personnellement, je crois que la possibilité que ses manuels et son sites passent sous licence BYSA est une opportunité de taille pour la communauté libriste mais au-delà de celle-ci pour la communauté éducative francophone.

    Et quant à la solution édition éducation nationale, je me demande si tous ensemble, en l’aidant financièrement, en assurant la promotion de son travail, en faisant des traductions collaboratives, en lui soumettant des idées, en déclinant ses manuels sous d’autres formats nous ne parviendrons pas un résultat plus efficient et efficace.

    En passant, si vous allez sur le compte twitter de l »éducation nationale (@educationfrance) et que vous remontez jusqu’au 27 novembre (date du seul tweet du ministère évoquant à parfait contre emploi le terme « libre »), vous verrez que le libre et les ressources éducatives, ce n’est pas encore tout à fait ça au Ministère… Je suis d’ailleurs assez curieux de connaître le service que vous mentionnez !

    Je serais bien pourvu, il aurait déjà ses sous !

  6. Le ministère de l’Éducation Nationale qui accompagne pour éditer en creative common !? Cela m’étonne énormément…
    Quel est exactement ce service ? Je n’en ai jamais entendu parler et à chaque fois que je parle cc au ministère j’ai l’impression d’avoir dit un gros mot… Bref, si ce service existe il faut vite nous donner des précisions !
    MERCI

  7. Bonjour,
    J’ai l’impression désagréable qu’il faut avoir iTunes pour récupérer les manuels (à part celui de 6e je pense): désolé, je ne peux pas donner.

  8. Désolé pour iTunes. C’est un passage obligé pour le moment. La libération de Ralentir travaux devrait permettre, si je ne l’ai pas fait avant, de porter les manuels sur d’autres plateformes.
    J’en profite pour signaler que le projet vient d’être validé sur Ulule : http://fr.ulule.com/ralentir-travau

  9. Désolé pour iTunes. C’est un passage obligé pour le moment. La libération de Ralentir travaux devrait permettre, si je ne l’ai pas fait avant, de porter les manuels sur d’autres plateformes.
    J’en profite pour signaler que le projet vient d’être validé sur Ulule : http://fr.ulule.com/ralentir-travau