Protection vidéo et Web ouvert, par Tim Berners-Lee #DRM #HTML5

La question de l’implémentation des DRM à même le HTML5 fait couler beaucoup d’encre actuellement. Nous l’avions évoqué dans nos colonnes : Mobilisons-nous ! Pas de DRM dans le HTML5 et les standards W3C et DRM dans HTML5 : la réponse de Cory Doctorow à Tim Berners-Lee (le Geektionnerd n’étant pas en reste non plus : DRM et HTML5 et DRM HTML5, c’est fait).

Il faut dire que la simple évocation de ces 3 majuscules fait hérisser le poil de bon nombre d’entre nous. Alors vous imaginez, les DRM validés et implémentés par le W3C ! Ce serait crime de haute trahison…

Pour en quelque sorte éteindre l’incendie, Sir Tim Berners-Lee himself répond ici à ses détracteurs en voulant se montrer rassurant quant à sa préoccupation constante et prioritaire qui demeure un Web libre et ouvert pour ses utilisateurs. Il rappelle que pour le moment nous n’en sommes qu’à la phase de discussion et que celle-ci s’annonce d’autant plus longue qu’il y a de nombreuses parties à tenter de concilier.

Convaincant et convaincu ?

À propos de la protection vidéo et du Web ouvert

On Encrypted Video and the Open Web

Tim Berbers-Lee – 9 octobre 2013 – W3 Blog
(Traduction : Paul, Penguin, Garburst, Alexis, Norore, ZeHiro, Armos, genma + anonymes)

Il y a eu beaucoup de réactions suite au message annonçant que le W3C considère que le sujet de la protection des vidéos devait être abordé au sein de son Groupe de Travail HTML. Dans cet article, je voudrais donner quelques arguments pour expliquer cela.

Nous entendons l’explosion de critiques (et quelques soutiens) concernant les récents changements d’orientation du W3C qui ouvrent la discussion à l’intégration de la protection du contenu vidéo au sein du Groupe de Travail HTML. Nous entendons cette critique comme un signal : que de nombreuses personnes attachent de l’importance aux choix du W3C, et se sentent trahies par cette décision. Je veux qu’il soit clair que toute l’équipe du W3C et moi-même sommes plus passionnés que jamais au sujet de l’ouverture du Web. De plus, aucun d’entre nous, en tant qu’utilisateur, n’apprécie certaines formes de protection des contenus telles que les DRM. Ni les contraintes qu’ils imposent aux utilisateurs et aux développeurs, ni la législation bien trop sévère que cela entraîne dans des pays comme les États-Unis.

Nous avons tous envie d’un Web ouvert, riche et fiable. Nous voulons un Web ouvert aux innovateurs et aux bidouilleurs, aux créateurs de ressources et aux explorateurs de culture. Nous voulons un Web qui soit riche en contenu, à prendre dans le double sens de la lecture mais aussi de l’écriture. Nous voulons un Web qui soit universel, dans le sens qu’il puisse tout contenir. Comme Michael Dertouzos, un ancien responsable du Laboratoire de sciences informatiques ici au MIT, avait l’habitude de le dire : un marché de l’information, où les gens peuvent acheter, vendre ou échanger librement de l’information. Pour être universel, le Web doit être ouvert à toutes sortes d’entreprises et de modèles d’entreprise.

Les principes de conception d’HTML donnent une aide précieuse sur les priorités des parties concernées : « en cas de conflit, prenez d’abord en compte les utilisateurs puis les auteurs, ensuite les développeurs, puis ceux qui élaborent les spécifications et enfin l’aspect purement théorique. En d’autres termes, le coût (ou les difficultés) supporté par l’utilisateur doit avoir la priorité sur celui supporté par les auteurs, qui aura à son tour la priorité sur celui associé à l’implémentation, lequel aura la priorité sur le coût pour les rédacteurs de spécifications, lui-même devant avoir plus de poids que les propositions de modification fondées sur de seules considérations théoriques. Il va de soi que les améliorations qui apportent satisfaction à plusieurs parties simultanément sont préférables.

Ainsi mettons-nous l’utilisateur au premier plan. Mais des utilisateurs différents ont des préférences différentes voire parfois incompatibles : certains utilisateurs du Web aiment regarder des films à succès, d’autres aiment jouer avec le code. La meilleure solution sera celle qui satisfera tout le monde, et nous la cherchons encore. Si nous ne pouvons pas la trouver, nous recherchons au moins la solution qui portera le moins préjudice aux besoins exprimés, qu’il s’agisse des utilisateurs, auteurs, développeurs, et tout autre partie de l’écosystème.

Les débats à propos de l’intégration de la protection des contenus vidéos en général et d’EME en particulier, à la standardisation du W3C sont nombreux et variés. Lorsque nous avons discuté du problème au sein du Groupe Architecture Technique du W3C plus tôt cette année, j’ai noté sur le tableau une liste des différents arguments, qui était déjà relativement longue, et cette liste ne s’est pas réduite avec le temps. Ces réflexions s’appuient sur le comportement supposé des utilisateurs, concepteurs de navigateur, distributeurs de contenu multimédia, etc. selon différents scénarios qui ne peuvent être que des hypothèses. De plus elles impliquent de comparer des choses très différentes : la fluidité d’une interface utilisateur et le danger que les programmeurs puissent être emprisonnés. Il n’y aura donc pas d’issue pour nombre de ces discussions avant un long moment. Je voudrais remercier ici tout ceux qui, avec écoute et considération, se sont investis dans cette discussion et j’espère que vous continuerez ainsi.

Permettez-moi de prendre quelques éléments, en aucun cas une liste exhaustive.

Le W3C est un lieu où l’on discute des évolutions potentielles de la technologie. Et c’est la charte du Groupe de travail HTML qui cadre le champ de la discussion. Le W3C n’a ni l’intention ni le pouvoir de dicter ce que les navigateurs ou les distributeurs de contenu peuvent faire. Exclure cette question de la discussion n’a pas pour effet qu’elle cesse de se poser pour les systèmes de tout un chacun.

Certains arguments en faveur de l’inclusion peuvent se résumer comme suit : si protection du contenu des vidéos il doit y avoir, mieux vaut que cette protection soit discutée de manière ouverte au sein du W3C, que chacun utilise autant que possible un standard ouvert et interopérable, qu’elle soit intégrée dans un navigateur dont le code source soit ouvert, et disponible dans un ordinateur classique plutôt que dans un appareil spécialisé. Ce sont là des arguments clés en faveur de l’inclusion de ce sujet aux discussions.

En tant qu’utilisateur, personne n’aime les DRM, quel que soit l’endroit où ils surgissent. Toutefois, ça vaut le coup de réfléchir à ce que nous n’aimons pas dans les systèmes de DRM existants, et comment l’on pourrait construire un système plus ouvert et plus juste. Si nous, les programmeurs qui concevons et construisons les systèmes Web, devons étudier quelque chose qui sera très coûteux à de nombreux niveaux, que pouvons-nous demander en échange ?

Le débat vient à peine de commencer. Le Restricted Media Community Group est un forum pour discuter de cela. La liste de diffusion www-tag@w3.org est un bon moyen de parler de l’architecture du Web en général, et il y a aussi le HTML Working Group et le Web Copyright Community Group. Et puis il y a également tous ces commentaires au message de Jeff ou à cet article, bien que je ne puisse pas être en mesure de répondre à tout le monde.

Continuons tous à participer à la création d’une plateforme Web puissante, reposant sur des standards ouverts. Le cas de l’utilisation d’un contenu vidéo protégé est un défi à relever. Nous pensons que cette discussion nous aidera à atteindre ce but, même s’il reste encore beaucoup à faire pour arriver au niveau d’ouverture que j’ai personnellement tenté d’atteindre depuis 25 ans et que le W3C poursuit depuis sa création.

Timbl




Ce que j’aime chez Mozilla

Ce que j’aime chez Mozilla va bien au-delà du code… Le témoignage enthousiaste et caractéristique d’un contributeur.

Ce ne sont pas les développeurs sur des projets non libres qui peuvent en dire autant.

I love Mozilla

Ce que j’aime chez Mozilla

What I Love about Mozilla

Mihnea Dobrescu-Balaur – 6 octobre 2013 – Blog personnel
(Traduction : Asta, Penguin, goofy, Isammoc, FF255, nclm, GregR, greygjhart, Isammoc)

Je me suis pas mal impliqué pour Mozilla ces derniers temps et, entre mon dernier stage et le MozSummit de ce week-end, plusieurs pensées ont commencé à germer à propos de ce que j’aime le plus à son sujet. Ne perdez pas de vue que ces mots traduisent uniquement mes impressions.

Quand je parle de Mozilla aux gens, ils pensent en général « ah, Firefox ! ». Même si Firefox est notre projet le plus populaire actuellement, Mozilla représente bien plus que ça ; voici pourquoi j’écris cela.

Tout commence avec notre mission qui, comme Mitchell l’a expliqué au Summit, peut être réduite à trois principes de base :

  1. Le Web doit être ouvert : Internet est une source d’information publique qui doit être ouverte et accessible à chacun dans le monde entier.
  2. Le Web doit être interopérable : les gens ne doivent pas être enfermés dans un écosystème et doivent pouvoir utiliser la technologie qu’ils préfèrent pour accéder à Internet.
  3. Le Web doit être nôtre : les gens doivent avoir la possibilité de façonner leur expérience d’Internet et de contribuer à son contenu sans demander la permission à une instance centrale.

Il n’y a rien ici concernant les performances de JavaScript, le temps de démarrage des app, la fluidité du défilement ou d’autres mots à la mode ; bien que ceux-ci ne soient clairement pas ignorés, cela montre que Mozilla a des priorités différentes.

À chaque fois que je vois une démo ou que je lis un sujet sur un nouveau projet en cours, je suis impressionné de voir à quel point les gens recherchent la standardisation et maintiennent le choix de l’utilisateur au premier plan à tout moment. Cela montre encore que nous ne sommes pas dans une course à la fonctionnalité, essayant de nous démarquer au travers de fonctionnalités que les autres n’ont pas. Si vous avez fait attention aux principes, vous saurez que c’est en fait impensable… Le Web doit être interopérable, vous vous souvenez ?

La mission est ce qui guide la communauté. Je pense que nous avons là une communauté fantastique : développeurs, designers, testeurs, reps (NdT : des « représentants » Mozilla bénévoles qui organisent des événements), travaillant tous ensemble pour s’assurer, et là encore pour paraphraser Mitchell, qu’Internet soit ce que le monde a besoin qu’il soit. Contrairement à d’autres projets, où la communauté environnante ne joue qu’un (petit) rôle de soutien mineur, Mozilla telle qu’on la connaît ne serait pas pareille sans sa cohorte de volontaires.

Outre Firefox, nous travaillons sur d’autres projets qui rendent le Web plus accessible et le font avancer. Firefox OS et Webmaker me viennent à l’esprit. Firefox OS rapproche Internet des personnes qui n’ont pas actuellement de smartphone. En même temps, il fait avancer les technologies Web en procurant un support semblable à celui que les développeurs sur des plateformes fermées, propriétaires à travers des applications natives peuvent avoir. Webmaker a pour objet de forger notre Internet – il permet aux gens de contribuer au Web avec leur propre contenu.

Avec sa mission, ses super volontaires et ses projets tournés vers la communauté, Mozilla est différente. Elle est spéciale. C’est quelque chose que beaucoup n’auraient pas pensé possible. Il n’y a pas si longtemps, personne n’aurait pensé qu’un logiciel libre, gratuit et open source puisse atteindre une part de marché significative. Firefox l’a fait et c’est grâce à son influence déterminante que nous en sommes arrivés à disposer d’autres choix que seulement Internet Explorer pour naviguer sur le Web.

Notre communauté démontre qu’un groupe de gens dispersés à travers le monde peut faire du beau travail ensemble. Firefox OS amène le Web encore plus loin, plus proche des terminaux mobiles de plus en plus populaires. Tout cela et bien d’autres choses encore est réalisé en toute transparence par des contributeurs passionnés. Comment ne pas l’aimer !?

Crédit photo : Beyond the Code




Le chiffrement, maintenant (6)

Le chiffrement du courriel avec PGP (Pretty Good Privacy)

En 1991, Phil Zimmermann a développé un logiciel de chiffrement des courriels qui s’appelait PGP, destiné selon lui aux militants anti-nucléaires, pour qu’ils puissent organiser leurs manifestations.

Aujourd’hui, PGP est une entreprise qui vend un logiciel de chiffrement propriétaire du même nom. OpenPGP est le protocole ouvert qui définit comment fonctionne le chiffrement PGP, et GnuPGP (abrégé en GPG) est le logiciel libre, 100% compatible avec la version propriétaire. GPG est aujourd’hui beaucoup plus populaire que PGP parce que tout le monde peut le télécharger gratuitement, et les cyberphunks le trouvent plus fiable parce qu’il est open source. Les termes PGP et GPG sont fréquemment employés l’un pour l’autre.

Malheureusement, PGP est notoirement difficile à utiliser. Greenwald en a donné l’exemple quand il a expliqué qu’il ne pouvait pas dans un premier temps discuter avec Snowden parce que PGP était trop difficile à installer.

Paires de clés et trousseaux

Comme pour l’OTR, chaque utilisateur qui souhaite envoyer ou recevoir des messages chiffrés doit générer sa propre clé PGP, appelée paire de clés. Les paires de clés PGP sont en deux parties, la clé publique et la clé privée (secrète).

Si vous disposez de la clé publique de quelqu’un, vous pouvez faire deux choses : chiffrer des messages qui ne pourront être déchiffrés qu’avec sa clé privée, et vérifier les signatures qui sont générées avec sa clé secrète. On peut donner sans problème sa clé publique à tout le monde. Le pire qu’on puisse faire avec est de chiffrer des messages que vous seul pourrez déchiffrer.

Avec votre clé privée vous pouvez faire deux choses : déchiffrer des messages qui ont été chiffrés avec votre clé publique et ajouter une signature numérique pour vos messages. Il est très important que votre clé privée reste secrète. Un attaquant disposant de votre clé privée peut déchiffrer des messages qui ne sont destinés qu’à vous et peut fabriquer de faux messages qui auront l’air de venir de vous. Les clés privées sont généralement chiffrées avec une phrase secrète, donc même si votre ordinateur est compromis et que votre clé privée est volée, l’attaquant devra obtenir votre phrase secrète avant de pouvoir l’utiliser. Contrairement à OTR, PGP n’utilise pas la sécurité itérative. Si votre clé PGP privée est compromise et que l’attaquant dispose de copies de courriels chiffrés que vous avez reçus, il pourra donc tous les déchiffrer.

Comme vous avez besoin des clés publiques des autres personnes pour chiffrer les messages à leur intention, le logiciel PGP vous laisse gérer un trousseau de clé avec votre clé publique et celles de tous les gens avec qui vous communiquez.

Utiliser PGP pour le chiffrement des courriels peut s’avérer problématique. Par exemple, si vous configurez PGP sur votre ordinateur mais que vous recevez un courriel chiffré sur votre téléphone, vous ne pourrez pas le déchiffrer pour le lire avant d’être de retour sur votre ordinateur.

Comme OTR, chaque clé PGP possède une empreinte unique. Vous pouvez trouver une copie de ma clé publique ici, et mon empreinte est 5C17 6163 61BD 9F92 422A C08B B4D2 5A1E 9999 9697. Si vous jetez un coup d’œil à ma clé publique, vous allez voir qu’elle est très longue et qu’il sera difficile de la lire sur un téléphone. Une empreinte est une version plus courte et moins contraignante de représenter une clé de manière unique. Avec ma clé publique, vous pouvez chiffrer des messages que je serais seul à pouvoir déchiffrer, tant que ma clé privée n’a pas été compromise.

Phrases secrètes

La sécurité de la crypto repose souvent sur la sécurité d’un mot de passe. Comme les mots de passes sont très facilement devinés par les ordinateurs, les cryptographes préfèrent le terme phrase secrète pour encourager les utilisateurs à créer leurs propres mots de passe, très long et sécurisés.

Pour obtenir des conseils sur la façon de choisir de bonnes phrases secrètes, consultez la section phrase secrète du livre blanc de l’EFF (NdT : Electronic Frontier Foundation, http://www.eff.org ) “Défense de la vie privée aux frontières des USA : un guide pour les voyageurs qui transportent des terminaux numériques”. Voyez aussi la page d’accueil de Diceware Passphrase.

Mais protéger vos clés privées PGP ne suffit pas : vous devez aussi choisir de bonnes phrases secrètes pour le chiffrement de vos disques et trousseaux de mots-de-passe.

Logiciels

Pour installer GPG, les utilisateurs de Windows peuvent télécharger Gpg4win, et les utilisateurs de Mac OS X GPGTools. Si vous utilisez GNU/Linux, GPG est probablement déjà installé. GPG est un programme en ligne de commande, mais il y a des logiciels qui s’interfacent avec les clients de messagerie, pour une utilisation simplifiée.

Vous devrez télécharger un client messagerie pour utiliser PGP correctement. Un client de messagerie est un programme sur votre ordinateur que vous ouvrez pour vérifier vos courriels, contrairement à l’utilisation de votre navigateur web. La configuration PGP la plus populaire est le client de messagerie Thunderbird accompagné de l’add-on Enigmail. Thunderbird et Enigmail sont des logiciels libres disponibles sur Windows, Mac et GNU/Linux.

À l’heure actuelle, PGP est très difficile à utiliser de façon sécurisée à partir d’un navigateur web. Bien que quelques extensions de navigateurs existants puissent aider à le faire, je recommande de passer par un client de messagerie de bureau jusqu’à ce que le domaine de la crypto de navigateur mûrisse. Il est possible d’utiliser un chiffrement PGP avec Gmail, mais la façon la plus simple est de passer par un client de messagerie comme Thunderbird et de configurer votre compte Gmail à travers lui.

Chiffrement, déchiffrement, et signatures

Vous pouvez envoyer des courriels chiffrés et les signer numériquement en utilisant une interface utilisateur graphique via Thunderbird et Enigmail. Voici un exemple de courriel chiffré que je m’envoie à moi-même.

Quand je clique sur envoyer, mon logiciel prend le corps du message et le chiffre en utilisant ma clé publique, rendant son contenu incompréhensible pour les oreilles indiscrètes, y compris mon fournisseur de courriel.

Quand j’ai ouvert ce courriel, j’ai dû entrer ma phrase secrète de chiffrement pour le déchiffrer. Comme je l’avais chiffré en utilisant ma clé publique, le seul moyen que j’ai de le déchiffrer est d’utiliser ma clé privée. Comme ma clé privée est protégée par une phrase secrète, j’ai eu besoin de la taper pour déchiffrer temporairement ma clé privée qui est alors utilisée pour déchiffrer le message.

PGP n’est pas limité aux courriels

Bien que PGP soit principalement utilisé pour chiffrer les courriels, rien ne vous empêche de l’utiliser pour chiffrer autre chose et le publier en utilisant n’importe quel support. Vous pouvez poster des messages chiffrés sur les blogs, les réseaux sociaux et les forums.

Kevin Poulsen a publié un message PGP chiffré sur le site web de Wired à l’attention d’Edward Snowden. Aussi longtemps que Wired aura une copie de la vrai clé publique de Snowden, seul quelqu’un en possession de la clé privée de Snowden pourra déchiffrer ce message. Nous ne savons pas comment Wired a obtenu une copie de cette clé publique.

Voici un message qui a été chiffré avec ma clé publique. Sans avoir accès à ma clé privée associée, la NSA ne sera pas en mesure de casser ce chiffrage (chère NSA, faites-moi savoir si vous avez réussi à le faire).

-----BEGIN PGP MESSAGE----- Version: GnuPG v1.4.12 (GNU/Linux) hQIMA86M3VXog5+ZAQ//Wep9ZiiCMSmLk/Pt54d2wQk07fjxI4c1rw+jfkKQAi4n 6HzrX9YIbgTukuv/0Bjl+yp3qcm22n6B/mk+P/3Cbxo+bW3gsq5OLFNenQO3RMNM i9RC+qJ82sgPXX6i9V/KszNxAyfegbMseoW9FcFwViD14giBQwA7NDw3ICm89PTj y+YBMA50iRqdErmACz0fHfA/Ed5yu5cOVVa8DD12/upTzx7i0mmkAxwsKiktEaKQ vg8i1gvzqeymWYnckGony08eCCIZFc78CeuhODy0+MXyrnBRP9p++fcQE7/GspKo SbxVT3evwT2UkebezQT2+AL57NEnRsJzsgQM4R0sMgvZI7I6kfWKerhFMt3imSt1 QGphXmKZPRvKqib59U57GsZU1/2CMIlYBVMTZIpYKRh6NgE8ityaa4gehJDl16xa pZ8z3DMNt3CRF8hqWmJNUfDwUvXBEk8d/8Lkh39/IFHbWqNJh6cgq3+CipXH5HjL iVh7tzGPfB6yn+RETzcZjesZHtz4hFudOxTMV0YnTIv0FGtfxsfEQe7ZVmmfqGNG glxE0EfbXt0psLXngFMneZYBJqXGFsK3r5bHjRm6wpC9EDAzXp+Tb+jQgs8t5eWV xiQdBpNZnjnGiIOASOxJrIRuzbTjo389683NfLvPRY8eX1iEw58ebjLvDhvDZ2jS pwGuWuJ/8QNZou1RfU5QL0M0SEe3ACm4wP5zfUGnW8o1vKY9rK5/9evIiA/DMAJ+ gF20Y6WzGg4llG9qCAnBkc3GgC7K1zkXU5N1VD50Y0qLoNsKy6eengXvmiL5EkFK RnLtP45kD2rn6iZq3/Pnj1IfPonsdaNttb+2fhpFWa/r1sUyYadWeHs72vH83MgB I6h3Ae9ilF5tYLs2m6u8rKFM8zZhixSh =a8FR -----END PGP MESSAGE-----

Contrôle d’identité

Comme avec l’OTR, il est important de vérifier les clés PGP des personnes avec qui vous communiquez. Avec PGP, vous faites cela en utilisant votre clé privée pour signer numériquement la clé publique de quelqu’un d’autre.

Depuis Thunderbird, cliquez sur le menu OpenPGP et ouvrez le gestionnaire de clé. Cochez la case « afficher toutes les clés par défaut » pour voir toutes les clés de votre trousseau. De là, vous pouvez importer des clés à partir de fichiers, de votre presse-papier ou de serveurs de clés. Vous pouvez aussi générer une nouvelle paire de clé et voir le détail de toutes les clés de votre trousseau.

Comme avec les clés OTR, chaque clé PGP a une empreinte unique. Et comme pour OTR, vous avez besoin d’afficher l’intégralité de l’empreinte pour être sûr que la clé publique que vous êtes en train de regarder est bien celle de la personne à qui vous pensez qu’elle appartient.

Faites un clic droit sur une clé de cette liste et choisissez « détailler » pour voir son empreinte. Voici le détail de la clé PGP que le logiciel de chiffrement TrueCrypt utilise pour signer numériquement les releases de son logiciel.

Toujours comme OTR, vous avez besoin de vous rencontrer en personne, parler au téléphone ou utiliser une session OTR déjà vérifiée pour comparer chaque caractère de l’empreinte.

Après avoir vérifié que la clé publique dont vous disposez appartient bien à la personne que vous pensez, cliquez sur « choisir une action » et sélectionnez « Signer la clé ».

Sur la capture d’écran ci-dessus, j’ai coché la case « signatures locales (ne peuvent pas être exportées) ». De cette façon, vous pouvez signer les clé PGP, ce qui est nécessaire pour Enigmail et d’autres logiciels PGP pour afficher des messages de sécurité sensés, mais vous ne risquez pas de dévoiler accidentellement avec qui vous communiquez à un serveur de clés PGP.

Si vous recevez un courriel chiffré de quelqu’un que vous connaissez mais que le courriel n’est pas signé numériquement, vous ne pouvez pas être sûr qu’il a vraiment été écrit par la personne à laquelle vous pensez. Il est possible qu’il provienne de quelqu’un qui falsifie son adresse de courriel ou que son compte courriel soit compromis.

Si votre ami vous dit dans son courriel qu’il a généré une nouvelle clé, vous devez le rencontrer en personne ou lui parler au téléphone et inspecter l’empreinte pour être certain que vous n’êtes pas victime d’une attaque.

Attaques

Si vous ne vérifiez pas les identités, vous n’avez pas la possibilité de savoir si vous n’êtes pas victime d’une attaque de l’homme du milieu (MITM).

Le journaliste du Washington Post Barton Gellman, à qui Edward Snowden a confié des informations à propos du programme PRISM de la NSA, a écrit ceci à propos de son expérience dans l’utilisation de PGP.

Le jeudi, avant que The Post ne publie la première histoire, je l’ai contacté sur un nouveau canal. Il ne m’attendait pas à cet endroit et m’a répondu alarmé. « Je te connais ? » a-t-il écrit.

Je lui ai envoyé un message sur un autre canal pour vérifier mon « empreinte » numérique, une sécurité qu’il prennait depuis quelque temps. Fatigué, je lui en ai envoyé une mauvaise. « Ce n’est pas du tout la bonne empreinte », m’a-t-il dit, se préparant à se déconnecter. « Vous êtes en train de faire une attaque de MITM». Il parlait d’une attaque de type « homme du milieu », une technique classique de la NSA pour contourner le chiffrement. J’ai immédiatement corrigé mon erreur.

Snowden avait raison de prendre des précautions et d’insister sur le fait qu’il vérifiait la nouvelle empreinte PGP de Gellman. PGP, s’il est bien utilisé, fournit les outils nécessaires pour éviter les attaques de l’homme du milieu. Mais ces outils ne fonctionnent que si les utilisateurs sont vigilants lors des vérifications d’identité.

Copyright: Encryption Works: How to Protect Your Privacy in the Age of NSA Surveillance est publié sous licence Creative Commons Attribution 3.0 Unported License.




Villes en biens communs, c’est parti ! (et Framasoft n’est pas en reste)

Villes en biens communs - Logo

Un mois de festival pour explorer, créer et faire connaître les biens communs[1] au quatre coins de la francophonie, ça vous dit ?

Plus de 200 événements sont organisés à partir d’aujourd’hui et durant tout le mois d’octobre dans une quarantaine de villes francophones à travers le monde pour explorer et faire connaître toute la diversité des biens communs.

Pendant ce « Mois des Communs », à Brest, Lyon, Montréal, Ouagadougou, Paris, Rennes, Lausanne, Bamako…, des visites, conférences, ateliers pratiques, et initiations en tous genres permettront aux citoyens de tous les âges de découvrir des initiatives pour créer, gérer et partager des ressources collectives.

Conférence, table ronde, expo photo, atelier d’écriture et de traduction, dédicace, musique du domaine pubic… Framasoft participera à une bonne douzaine d’événements divers et variés à Paris, Lyon, Toulouse, Rennes, Bolbec et à… l’Assemblée nationale (voir le détail ci-dessous).

-> http://villes.bienscommuns.org/

Les biens communs sont des ressources créées, gérées et partagées collectivement par une communauté de citoyens : zones urbaines transformées en jardins partagés, informations ajoutées dans l’encyclopédie Wikipédia, cartographies OpenStreet Map nourries par les utilisateurs, savoirs traditionnels, logiciels libres, science ouverte, publications en libre accès, pédibus scolaires, fours à pains mutualisés, systèmes d’irrigation agricole partagés, semences libres, contenus éducatifs ouverts, échanges de savoirs, justice participative, données ouvertes collectées par les personnes…

Quelles que soit leur échelle – de l’immeuble à la planète –, les approches par les biens communs apportent des réponses inédites et robustes, là où la puissance publique et le marché sont souvent absents ou inefficaces. Les événements de « Villes en Biens communs » cherchent à donner une visibilité à ces innovations sociales et citoyennes. Les communs ouvrent de nouvelles voies pour répondre aux différentes crises que traversent nos sociétés (écologique, économique, sociale…)

Nous en profitons pour remercier tout particulièrement l’association Vecam sans qui rien n’aurait pu se faire.

Où retrouver Framasoft

  • Samedi 12 Octobre 2013 de 13h30 à 19h00 – Toulouse – Journée « Cultures Libres » à la Novela (Pouhiou y animera un atelier d’écriture et Alexis Kauffmann une conférence ainsi qu’une participation à une expo photo, plus de détails ici)
  • Vendredi 18 Octobre 2013 de 09h30 à 16h30 – Bolbec – Ecriture collective d’une nouvelle policière (qui sera mise sous licence libre et surtout rédigée par des élèves de CM1 sous leur regard de leurs professeurs et de Pouhiou)
  • Vendredi 18 Octobre 2013 de 20h00 à 22h30 – Bolbec – To be or not to be free! (rencontre grand public en présence de Pouhiou)

Notes

[1] Cela me fait penser qu’il faudrait qu’on améliore ensemble l’article Wikipédia des Biens communs. Edit : On m’apprend dans les commentaires que cela fera justement l’objet d’une activité !




Emmabuntüs est plus qu’une distribution GNU/Linux

En janvier 2011 nous réalisions une interview intitulée Ne pas subir, toujours agir ! Rencontre avec Patrick d’Emmaüs.

Près de 3 ans plus tard, il nous a semblé intéressant de prendre des nouvelles du projet qu’il porte tant son histoire et son évolution nous semblent exemplaires.

Cette interview a été initialement publiée en anglais le 24 septembre 2013 sur Linux notes from DarkDuck sous le titre « Patrick d’Emmabuntüs: Emmabuntüs is more than a Linux distribution ».

emmabuntus2.png

Entretien avec Patrick d’Emmabuntüs

1. Bonjour Patrick. Je pense que vous n’êtes pas encore connu dans le monde Linux. Pourriez-vous vous présenter ?

Je suis Patrick d’Emmabuntüs et je suis venu dans le monde Linux par hasard en voulant aider pour le reconditionnement d’ordinateurs la communauté Emmaüs de Neuilly-Plaisance (Communauté de naissance du Mouvement Emmaüs en 1949), à la suite de cela j’ai participé à la création du Collectif Emmabuntüs qui œuvre à la promotion de la distribution Linux Emmabuntüs.

2. Vous travaillez sur le projet Emmabuntüs. Késako ?

Cette distribution a été conçue pour faciliter le reconditionnement des ordinateurs donnés aux associations humanitaires, en particulier aux communautés Emmaüs (d’où son nom) et favoriser la découverte de Linux par les débutants, mais aussi prolonger la durée de vie du matériel pour limiter le gaspillage entraîné par la surconsommation de matières premières(*).

3. Quel âge a le projet ?

En mai 2010, j’ai participé en tant que bénévole au reconditionnement d’ordinateurs au sein de la communauté Emmaüs de Neuilly-Plaisance. En voyant l’ampleur du travail nécessaire pour remettre en état des ordinateurs de façon manuelle, j’ai commencé à développer un ensemble de scripts pour automatiser cette tâche sous Windows XP, afin de ne pas altérer la licence initiale.

Par la suite, constatant que de nombreuses machines étaient données sans disque dur, j’ai eu l’idée de faire un script pour installer cet ensemble de logiciels Libres ainsi que le Dock sur une distribution Linux Ubuntu 10.04, en reprenant les idées de base utilisées pour la réalisation du reconditionnement des machines sous Windows XP.

J’ai alors présenté ce travail lors de l’Ubuntu-Party 10.10 de Paris (Octobre 2010), afin de sensibiliser d’autres personnes à la nécessité :

  • de développer et promouvoir une distribution Libre adaptée au reconditionnement de machines dans les communautés Emmaüs de la région parisienne,
  • d’aider ces communautés à remettre en état et à vendre des machines pour un public majoritairement débutant qui ne connaît pas les distributions Linux.

Lors de cette Ubuntu-Party j’ai eu la chance de rencontrer Gérard et Hervé, qui m’ont convaincu de créer une ISO pour installer la distribution sans connexion Internet, puis Quentin de Framasoft a proposé de faire une interview pour présenter le travail réalisé sur le Framablog, en janvier 2011. Après cette interview le noyau qui allait former le Collectif Emmabuntüs a été rejoint par David qui a aidé à diffuser cette ISO sur Sourceforge et, à partir de mars 2011, par Morgan pour la diffusion sur Freetorrent.

La première version d’Emmabuntüs a été mise en ligne le 29 mars 2011, elle était basée sur une Ubuntu 10.04.

4. Quels sont les buts principaux de votre projet ? Quelle est la cible de ceux-ci ?

Le but que nous poursuivons est la mise en place de structures d’aide au reconditionnement de machines pour les associations humanitaires et d’inciter d’autres personnes à suivre notre démarche pour permettre de lutter contre les trois fléaux suivants :

  • La pauvreté au sein de certaines couches de la population, par l’apport de nouvelles sources de revenus à des associations humanitaires grâce à la revente de ces machines.
  • La fracture numérique en France et dans le monde, en particulier en Afrique, par la diffusion d’une distribution complétée de données libres.

5. Combien avez-vous de membres dans votre équipe ?

C’est difficile de dire exactement combien de personnes composent le collectif Emmabuntüs, car ce n’est pas une association ou il y a une cotisation à verser, et dans ce cas il suffit de comptabiliser le nombres adhérents. Ce que nous pouvons dire, c’est qu’il y a plus de 50 personnes dans notre mailling-list, et que depuis cette année nous avons énormément de partenariat informel avec des associations dans les domaines suivants :

Et surtout notre collaboration avec le projet Jerry DIT (Jerry est un ordinateur assemblé dans un bidon en plastique avec des composants informatiques de récupération), qui a choisi depuis un an Emmabuntüs comme distribution favorite sur la version du Jerry Desktop, puis aussi le travail accompli sur une base Emmabuntüs par le JerryClan Côte d’Ivoire.

emmabuntus8.jpg

Le Jerry Clan Côte d’Ivoire a développé sur une base Jerry et Emmabuntüs 2 un ensemble de services destinés à l’aide médicale. Ce service est basé sur une application mobile libre de suivi par SMS des malades de la tuberculose, ainsi que sur M-Pregnancy pour le suivi des grossesses et des femmes enceintes, voir cette vidéo en français qui présente le dernier Jerry-Marathon à Bouaké.

6. Quelles sont les différences entre Emmabuntüs et les autres variantes d’Ubuntu Pinguy, Zorin, Mint ?

La grande particularité de cette distribution est qu’elle se veut « simple, ouverte, et équitable » : simple pour l’installation et l’utilisation, ouverte pour échanger des données avec des systèmes ayant des formats propriétaires, équitable dans le choix de l’installation ou non des formats propriétaires, mais c’est aussi une allusion à la raison de la naissance de cette distribution : l’aide aux communautés Emmaüs. Des blogueurs indépendants ont traduit cela en parlant d’Emmabuntüs 2 : « El Xubuntu humanitario », « All-Inclusive French Resort », « Multifunktional Kompakter Allrounder für ältere Computer » ou bien « Emmabuntüs 2 pour tous et pour tout faire ».

emmabuntus7.png

Voici en détail les particularités de cette distribution ?:

  • Utilisation des versions stables pour bénéficier des mises à jour pendant le plus longtemps possible. Depuis le début, nous avons utilisé les versions LTS des variantes d’Ubuntu (Ubuntu 10.04, Lubuntu 10.04, et maintenant Xubuntu 12.04). Cela ne veut pas dire que ce sera toujours le cas, bien que nous apprécions particulièrement Ubuntu.
  • Utilisation d’un dock (Cairo-Dock) pour rendre l’utilisation plus simple en particulier pour la très chère Madame Michu. En un mot, l’accessibilité est un critère important dans les choix qui composent la distribution Emmabuntüs. Cela nous oblige à inclure parfois des applications non libres comme le sulfureux Skype, et Flash. Nous préférons ne pas rester sur une position idéologique et les intégrer plutôt que risquer de décevoir des personnes habituées à utiliser ces logiciels non libres. Elles ne comprendraient pas que le monde des logiciels Libres soit plus contraignant qu’un monde dit privé ou privateur. Ces logiciels non libres sont inclus dans l’ISO et sont installables par l’utilisateur final, soit au premier redémarrage après l’installation de la distribution, soit ultérieurement à partir d’icônes dans le dock.

emmabuntus6.png

  • Profusion de logiciels (plus d’une soixantaine), pour que les futurs utilisateurs disposent de tous les outils dont ils ont besoin à portée de clic dans le dock (ou plusieurs versions de dock en fonction de l’utilisateur (expert, débutant, enfant, dans la version Emmabuntüs 2) sans avoir à chercher celui qui manque dans la logithèque.

emmabuntus5.png

  • Configuration des navigateurs Internet Firefox et Chromium pour la protection des mineurs, contre la publicité et le Phishing (ou Fishing).

emmabuntus4.png

  • Compatibilité bureautique prise en compte en permettant l’installation de fontes non Libres au choix de l’utilisateur final.
  • Non utilisation d’Internet pour faire l’installation, pour pouvoir diffuser ce travail dans des lieux où les connexions Internet sont lentes, instables ou inexistantes. A Koupela au Burkina-Faso ou à Bouaké en Côte d’Ivoire, il n’est pas question de télécharger une distribution ou des applications de plusieurs gigaoctets. En revanche, il est possible d’envoyer un DVD ou une clé USB contenant l’ISO d’Emmabuntüs 2.
  • La dernière particularité est un fichier d’automatisation pour plusieurs modes d’installation, pour diminuer le travail dans les ateliers de reconditionnement.

8. Combien avez-vous d’utilisateurs ? Avez-vous des estimations démographiques ?

Ce qui compte pour nous ce n’est pas le nombre d’utilisateurs, mais quels utilisateurs nous avons !!! car notre travail étant orienté vers les associations, et combien nous avons vendu de machines sous Emmabuntüs au profit d’associations, ou de machines reconditionnées pour des associations.

Nous pouvons estimer que de l’ordre de 250 à 400 machines sous Emmabuntüs ont été vendues au profit d’Emmaüs dans les 6 communautés d’Emmaüs qui utilisent Emmabuntüs : Liberté à Ivry-sur-Seine, Villers-les-Pots, Montpellier, Catalogne à Perpignan-Polletres, Avenir à Neuilly-Plaisance et Neuilly-sur-Marne, et Cabriès.

Mais aussi Emmabuntüs est utilisée dans 6 espaces numériques, le premier à Koupela au Burkina Faso, puis le C@FISOL (L’Aigle, Orne), Sati 21 (Venarey-les-Laumes, Côte d’Or), CASA Poblano (Montreuil, Seine-Saint-Denis), Jerry Agor@ (Saint-Etienne, Loire)), Médiathèque d’Agneaux (Agneaux, Manche).

Et la grande fierté du collectif Emmabuntus, et d’être utilisé par le JerryClan de Côte d’Ivoire sur la quinzaine de Jerry SMS, qui a eux seuls incarnent les 3 buts poursuivis pas notre collectif :

  • aide aux associations humanitaires ;
  • réduire de la fracture numérique ;
  • prolonger la durée de vie du matériel informatique.

emmabuntus3.jpg

Pour les statistiques sur le nombre et la répartition géographique des téléchargements qui ont été effectués à partir du nouveau compte Sourceforge (créé Septembre 2012 avec le 2 1.02 question Emmabuntüs), et les anciennes versions ici.

9. A l’heure actuelle vous être au alentour de la 150 ème position sur Distrowatch. Quels sont vos plans pour monter ?

Pour essayer d’augmenter notre score dans le but d’avoir une meilleure visibilité internationale pour toucher des associations en particulier en Afrique et en Amérique latine, nous allons essayer de travailler notre communication par le biais d’article dans les diverses langues incluses dans notre distribution. Nous avons depuis le début de l’année travaillé sur une page sur Wikipédia présentant Emmabuntüs, sur ces différentes traductions en Anglais, Espagnol, Portugais, et maintenant Italien.

Cela a payé car Igor a rejoint le projet Emmabuntüs, et il a mis en place un Blog dédié à Emmabuntüs Brasil en portugais, mais aussi nous avons le Blog Cartas de Linux qui nous soutient, ainsi que Miguel Parada qui a fait de très beaux articles sur Emmabuntüs & Jerry.

Si vos lecteurs veulent voir les différentes publications faite sur notre travail nous les encourageons de lire les différents articles sur Emmabuntüs dans leurs langues natales : http://reviews.emmabuntus.org

Sinon pour augmenter notre score il suffit simplement que tous vos lecteurs cliquent sur ce lien une fois par jour, et nous serons les premiers rapidement 😉

10. Quel système exploitation utilisez-vous pour votre ordinateur ?

Pour ma part j’utilise Ubuntu depuis environ 2009, après avoir essayé deux ou trois d’autres distributions Linux qui ne m’ont pas convenu, donc très peu de temps avant de créer Emmabuntüs. A l’heure actuelle j’utilise exactement une Ubuntu 10.04, machine sur laquelle je réalise toujours les Emmabuntüs, et pour mes ordinateurs portables, ils sont équipés des différentes versions d’Emmabuntüs, afin de faire des évaluations, de surveiller les passages de mise à jour, etc.

Par contre les membres de notre collectif pour leur usage personnel utilisent Ubuntu, Debian, Archlinux, mais aussi Windows et Mac OS X. Cette grande diversité permet des échanges plus constructifs dans les choix de développement pour Emmabuntüs.

11. Quelle est votre application favorite ?

Mon application favorite est sans conteste Cairo-Dock, car c’est vraiment cela qui est la pierre angulaire d’Emmabuntüs, et qui apporte cette indépendance à notre distribution par rapport aux versions de base que nous utilisons.

emmabuntus1.png

Nous l’avons fait évoluer entre la première version Emmabuntüs 10.04 et la version 12.04, maintenant il est multilingue, se décline en 3 niveaux d’utilisation, et en fonction du format de l’écran est escamotable ou pas.

12. Lisez-vous Linux notes from DarkDuck ? Que devrions nous changer ou améliorer ?

Désolé mais je n’ai malheureusement pas le temps de lire DarkDuck, ni de suivre le reste de l’actualité du monde Libre. Par contre des membres du collectif font de la veille technologique et c’est eux qui n’informent sur d’éventuels logiciels intéressants pouvant être intégrés à Emmabuntüs.

13. En de dehors de l’informatique, avez-vous d’autres passions ou centres d’intérêts ? (peut-être la famille ?)

Oui, j’avais d’autres passions avant de commencer cette aventure d’Emmabuntüs, et maintenant je n’ai malheureusement plus le temps de me consacrer à ces activités peinture, jogging, escalade.

Emmabuntus, cela a été un tournant dans ma vie, et maintenant à cause de cela ou grâce à cela je suis passé dans des loisirs engagés pour essayer de changer notre société, car Emmabuntus c’est plus qu’une distribution Linux, c’est un collectif qui n’accepte pas la société de consommation que l’on veut nous imposer, et qui est basé sur une économique de croissance dont le modèle économique n’est pas viable à long terme pour notre planète, et donc pour nous 🙁

Et la question que nous voulons résoudre est : « Serions-nous dans une parenthèse de l’humanité qui en l’espace de quatre-cinq générations a consommé l’énergie accumulée pendant des dizaines de millions d’années » 🙁

Merci pour cette interview ! Je vous souhaite de réussir vous et votre projet !

Merci Dmitry pour cette interview, et d’avoir fait la première revue internationale sur Emmabuntüs il y a juste un an. Je souhaite bonne continuation au site du gentil petit Canard, ainsi que pour tes projets personnels, et je te dis à l’année prochaine 😉

Je tiens aussi à remercier Jean-Marie pour le relecture et les corrections de la version Française et David pour la relecture et la traduction de cette interview en Anglais, mais aussi tous les membres du collectif Emmabuntüs ainsi que ceux des JerryClan, qui œuvrent pour d’« Un jour, le monde sera libre ! ».

Notes

D’après l’ADEME de la fabrication à la mise au rebut, en passant par son utilisation, chaque étape de la vie de ces équipements informatiques peut être quantifiée en impact environnemental : la fabrication d’un ordinateur et son écran nécessite 1,8 tonnes de ressources (240 kg d’énergie fossile, 22 kg de produits chimiques, 1 500 litres d’eau).

Pour le groupe Ecoinfo, la priorité est d’agir. Chacun des membres du groupe le fait à son niveau (achat, maintenance, développement de réseaux) mais chacun d’entre nous peut aussi y contribuer par ses comportements. Leur conclusion : « s’il est déjà possible d’intervenir à toutes les étapes du cycle d’un matériel informatique, l’action la plus efficace que vous puissiez avoir pour limiter l’impact écologique de ces matériels, c’est de réduire les achats et augmenter leur durée de vie ! ».




Le logiciel libre a fait de moi l’homme que je suis

Le témoignage simple et percutant d’un développeur qui a visiblement fait le bon choix 😉

Beshef - CC by

L‘open source a fait de moi l’homme que je suis

Open Source made me the man I am

Matteo Spinelli – 6 octobre 2013 – Cubiq.org
(Traduction : Asta, Joseph, GregR, aKa, Cyb, Spanti Nicola, Lydie + anonymes)

De la conception de sites web pour les entreprises nationales au développement d’applications web haut de gamme pour les plus grands acteurs internationaux, tout cela grâce aux logiciels libres.

J’ai longtemps été un (triste) programmeur PHP en freelance ayant quelques compétences en front-end. Je travaillais pour de petites boîtes locales. Mon job le plus sympa en ce temps-là a été avec un distributeur de jeux vidéo, chez moi, en Italie. Le client était sympa, mais le boulot était chiant, et si frustrant parfois.

Je savais que je pouvais donner plus, mais je me sentais pris dans des sables mouvants.

La décision la plus importante que j’ai prise dans ma carrière a été de commencer à développer un logiciel libre et de bloguer sur ce sujet. J’ai commencé avec des trucs un peu stupides, comme un générateur d’URL épuré en PHP ou la suppression du délai sur l’évènement onClick et j’ai fini avec iScroll et l’ajout de widgets à l’écran d’accueil.

J’ai choisi pour eux la licence la plus libre que j’ai pu trouver (MIT) et les entreprises à travers le monde m’ont contacté pour me demander de la personnalisation et des nouvelles fonctionnalités. Mon tarif horaire était autour de 60 $ et j’ai dû l’augmenter sur une base à la journée parce que je ne pouvais pas suivre avec l’augmentation des demandes. Maintenant je suis toujours travailleur indépendant mais je travaille pour Microsoft et Google et mon tarif horaire est de 150 $ .

L‘open source a augmenté ma visibilité mais ce n’est pas qu’une question d’audience. L‘open source fait généralement de vous un meilleur développeur. Cela vous force à vous comparer vous-même avec d’autres développeurs et c’est le meilleur entrainement pour votre cerveau de codeur.

J’ai plus appris sur le JavaScript des gens postant des suggestions sur le rapporteur de bogues que sur n’importe quel guide, tutoriel ou livre que j’aie jamais lu.

Les logiciels libres m’ont fait également devenir un développeur plus modeste. Je sais comment patcher de petites portions de code et je suis moins sévère quand je remonte des bogues sur les dépôts des autres.

Mais c’est juste une partie de l’histoire.

Vous ne faites pas des logiciels libres juste pour la gloire (et l’argent). Peut-être qu’au début c’était mon intention, mais une fois que vous êtes impliqué vous comprenez que vous faites bien plus.

Beaucoup de gens utilisent votre code, vous aidez les startups dans leur projet en créant potentiellement de nouveaux emplois. Avec peut-être 48h de votre vie, vous pouvez possiblement aider des dizaines d’entreprises et leurs employés. Une personne a fait un plugin pour WordPress qui était essentiellement une couverture PHP pour mon Ajouter à l’écran d’accueil et il a levé 50k$ de fonds (peut-être plus maintenant). Vous pouvez penser que je suis jaloux de lui, mais je suis en fait heureux pour lui (et tous ses utilisateurs).

En outre, plus je développe du logiciel libre plus j’apprécie les autres logiciels libres et j’en deviens accro. Je comprends ce que signifie coder pour la sécurité et, plus particulièrement, l’importance de la vie privée de l’utilisateur (et la mienne).

J’étais un fervent utilisateur d’Apple parce que c’est joli et bien rangé et cela fonctionne simplement, mais peut-être qu’il y a des choses plus importantes qu’une interface de qualité et un dégradé parfait de pixels. J’utilise maintenant les produits Apple seulement pour tester et ma plateforme principale est Linux.

Je peux sans hésiter dire que l‘open source a fait de moi un homme meilleur et je vous encourage à publier votre code sous une licence libre, parce que si ça a marché avec moi, ça marchera probablement avec vous aussi.

Crédit photo : Beshef (Creative Commons By)




Pourquoi le logiciel libre est plus important que jamais, par Richard Stallman

Richard Stallman a publié un article important dans le magazine Wired à l’occasion des 30 ans du projet GNU.

Article que nous avons traduit collaborativement avec la relecture attentive du groupe de travail « trad-gnu » de l’April et l’accord final de Richard himself.

Pour l’anecdote Stallman commence désormais toujours ses emails ainsi : « À l’attention des agents de la NSA ou du FBI qui liraient ce courriel : veuillez envisager l’idée que la défense de la constitution des États-Unis contre tous ses ennemis, étrangers ou nationaux, nécessite que vous suiviez l’exemple de Snowden. » (cf ce tweet)

Medialab Prado - CC by-sa

Pourquoi le logiciel libre est plus important que jamais

Why Free Software Is More Important Now Than Ever Before

Richard Stallman – 28 septembre 2013 – Wired (Opinion)
(Traduction Framalang : Asta, ckiw, Penguin, Amine Brikci-N, lgodard, Feadurn, Thérèse, aKa, Paul, Scailyna, Armos, genma, Figue + anonymes)
Licence : CC By-Nd – Version de la traduction : 5 octobre 2013

Cela fait maintenant 30 ans que j’ai lancé la campagne pour la liberté en informatique, c’est-à-dire pour que le logiciel soit free ou « libre » (NdT : en français dans le texte — RMS utilise ce mot pour souligner le fait que l’on parle de liberté et non de prix). Certains programmes privateurs, tels que Photoshop, sont vraiment coûteux ; d’autres, tels que Flash Player, sont disponibles gratuitement — dans les deux cas, ils soumettent leurs utilisateurs au pouvoir de quelqu’un d’autre.

Beaucoup de choses ont changé depuis le début du mouvement du logiciel libre : la plupart des gens dans les pays développés possèdent maintenant des ordinateurs — parfois appelés « téléphones » — et utilisent internet avec. Si les logiciels non libres continuent de forcer les utilisateurs à abandonner à un tiers le pouvoir sur leur informatique, il existe à présent un autre moyen de perdre ce pouvoir : le « service se substituant au logiciel » ou SaaSS (Service as a Software Substitute), qui consiste à laisser le serveur d’un tiers prendre en charge vos tâches informatiques.

Tant les logiciels non libres que le SaaSS peuvent espionner l’utilisateur, enchaîner l’utilisateur et même attaquer l’utilisateur. Les logiciels malveillants sont monnaie courante dans les services et logiciels privateurs parce que les utilisateurs n’ont pas de contrôle sur ceux-ci. C’est là le coeur de la question : alors que logiciels non libres et SaaSS sont contrôlés par une entité externe (généralement une société privée ou un État), les logiciels libres sont contrôlés par les utilisateurs.

Pourquoi ce contrôle est-il important ? Parce que liberté signifie avoir le contrôle sur sa propre vie.

Si vous utilisez un programme pour mener à bien des tâches affectant votre vie, votre liberté dépend du contrôle que vous avez sur ce programme. Vous méritez d’avoir un contrôle sur les programmes que vous utilisez, d’autant plus quand vous les utilisez pour quelque chose d’important pour vous.

Votre contrôle sur le programme requiert quatre libertés essentielles. Si l’une d’elles fait défaut ou est inadaptée, le programme est privateur (ou « non libre ») :

(0) La liberté d’exécuter le programme, pour tous les usages.

(1) La liberté d’étudier le fonctionnement du programme, et de le modifier pour qu’il effectue vos tâches informatiques comme vous le souhaitez ; l’accès au code source est une condition nécessaire. Les programmes sont écrits par des programmeurs dans un language de programmation — comme de l’anglais combiné avec de l’algèbre — et sous cette forme le programme est le code source. Toute personne connaissant la programmation, et ayant le programme sous forme de code source, peut le lire, comprendre son fonctionnement, et aussi le modifier. Quand tout ce que vous avez est la forme exécutable, une série de nombres qui est optimisée pour fonctionner sur un ordinateur mais extrêmement difficile à comprendre pour un être humain, la compréhension et la modification du programme sous cette forme sont d’une difficulté redoutable.

(2) La liberté de redistribuer des copies, donc d’aider votre voisin. (Ce n’est pas une obligation ; c’est votre choix. Si le programme est libre, cela ne signifie pas que quelqu’un a l’obligation de vous en offrir une copie, ou que vous avez l’obligation de lui en offrir une copie. Distribuer un programme à des utilisateurs sans liberté, c’est les maltraiter ; cependant, choisir de ne pas distribuer le programme — en l’utilisant de manière privée — ce n’est maltraiter personne.)

(3) La liberté de distribuer aux autres des copies de vos versions modifiées; en faisant cela, vous donnez à toute la communauté une possibilité de profiter de vos changements ; l’accès au code source est une condition nécessaire.

Les deux premières libertés signifient que chaque utilisateur a un contrôle individuel sur le programme. Avec les deux autres libertés, n’importe quel groupe d’utilisateurs peuvent exercer ensemble un contrôle collectif sur le programme. Ce sont alors les utilisateurs qui contrôlent le programme.

Si les utilisateurs ne contrôlent pas le programme, le programme contrôle les utilisateurs.

Avec le logiciel privateur, il y a toujours une entité, le « propriétaire » du programme, qui en a le contrôle — et qui exerce, par ce biais, un pouvoir sur les utilisateurs. Un programme non libre est un joug, un instrument de pouvoir injuste. Dans des cas extrêmes (devenus aujourd’hui fréquents), les programmes privateurs sont conçus pour espionner les utilisateurs, leur imposer des restrictions, les censurer et abuser d’eux. Le système d’exploitation des iChoses d’Apple, par exemple, fait tout cela. Windows, le micrologiciel des téléphones mobiles et Google Chrome pour Windows comportent chacun une porte dérobée universelle qui permet à l’entreprise de modifier le programme à distance sans requérir de permission. Le Kindle d’Amazon a une porte dérobée qui peut effacer des livres.

Dans le but d’en finir avec l’injustice des programmes non libres, le mouvement du logiciel libre développe des logiciels libres qui donnent aux utilisateurs la possibilité de se libérer eux-mêmes. Nous avons commencé en 1984 par le développement du système d’exploitation libre GNU. Aujourd’hui, des millions d’ordinateurs tournent sous GNU, principalement sous la combinaison GNU/Linux.

Où se situe le SaaSS dans tout cela ? Le recours à un Service se substituant à un logiciel n’implique pas que les programmes exécutés sur le serveur soient non libres (même si c’est souvent le cas) . Mais l’utilisation d’un SaaSS ou celle d’un programme non libre produisent les mêmes injustices : deux voies différentes mènent à la même situation indésirable. Prenez l’exemple d’un service de traduction SaaSS : l’utilisateur envoie un texte à traduire, disons, de l’anglais vers l’espagnol, au serveur ; ce dernier traduit le texte et renvoie la traduction à l’utilisateur. La tâche de traduction est sous le contrôle de l’opérateur du serveur et non plus de l’utilisateur.

Si vous utilisez un SaaSS, l’opérateur du serveur contrôle votre informatique. Cela nécessite de confier toutes les données concernées à cet opérateur, qui sera à son tour obligé de les fournir à l’État. Qui ce serveur sert-il réellement ?

Quand vous utilisez des logiciels privateurs ou des SaaSS, avant tout vous vous faites du tort car vous donnez à autrui un pouvoir injuste sur vous. Il est de votre propre intérêt de vous y soustraire. Vous faites aussi du tort aux autres si vous faites la promesse de ne pas partager. C’est mal de tenir une telle promesse, et c’est un moindre mal de la rompre ; pour être vraiment honnête, vous ne devriez pas faire du tout cette promesse.

Il y a des cas où l’utilisation de logiciel non libre exerce une pression directe sur les autres pour qu’ils agissent de même. Skype en est un exemple évident : quand une personne utilise le logiciel client non libre Skype, cela nécessite qu’une autre personne utilise ce logiciel également — abandonnant ainsi ses libertés en même temps que les vôtres (les Hangouts de Google posent le même problème). Nous devons refuser d’utiliser ces programmes, même brièvement, même sur l’ordinateur de quelqu’un d’autre.

Un autre dommage causé par l’utilisation de programmes non libres ou de SaaSS est que cela récompense son coupable auteur et encourage le développement du programme ou « service » concerné, ce qui conduit à leur tour de nouvelles personnes à tomber sous la coupe de l’entreprise qui le développe.

Le dommage indirect est amplifié lorsque l’utilisateur est une institution publique ou une école. Les services publics existent pour les citoyens — et non pour eux-mêmes. Lorsqu’ils utilisent l’informatique, ils le font pour les citoyens. Ils ont le devoir de garder un contrôle total sur cette informatique au nom des citoyens. C’est pourquoi ils doivent utiliser uniquement des logiciels libres et rejeter les SaaSS.

La souveraineté des ressources informatiques d’un pays l’exige également. D’après Bloomberg, Microsoft montre les bogues de Windows à la NSA avant de les corriger. Nous ne savons pas si Apple procède pareillement, mais il subit la même pression du gouvernement américain que Microsoft. Pour un gouvernement, utiliser de tels logiciels met en danger la sécurité nationale.

Les écoles — et toutes les activités d’éducation — influencent le futur de la société par l’intermédiaire de leur enseignement. C’est pourquoi les écoles doivent enseigner exclusivement du logiciel libre, pour transmettre les valeurs démocratiques et la bonne habitude d’aider autrui (sans mentionner le fait que cela permet à une future génération de programmeurs de maîtriser leur art). Enseigner l’utilisation d’un programme non libre, c’est implanter la dépendance à l’égard de son propriétaire, en contradiction avec la mission sociale de l’école.

Pour les développeurs de logiciels privateurs, nous devrions punir les étudiants assez généreux pour partager leurs logiciels ou assez curieux pour chercher à les modifier. Ils élaborent même de la propagande contre le partage à l’usage des écoles. Chaque classe devrait au contraire suivre la règle suivante :

« Élèves et étudiants, cette classe est un endroit où nous partageons nos connaissances. Si vous apportez des logiciels, ne les gardez pas pour vous. Au contraire, vous devez en partager des copies avec le reste de la classe, de même que le code source du programme au cas où quelqu’un voudrait s’instruire. En conséquence, apporter des logiciels privateurs en classe n’est pas autorisé, sauf pour les exercices de rétroingénierie. »

En informatique, la coopération comprend la redistribution de copies identiques d’un programme aux autres utilisateurs. Elle comprend aussi la redistribution des versions modifiées. Le logiciel libre encourage ces formes de coopération quand le logiciel privateur les prohibe. Ce dernier interdit la redistribution de copies du logiciel et, en privant les utilisateurs du code source, il empêche ceux-ci d’apporter des modifications. Le SaaSS a les même effets : si vos tâches informatiques sont exécutées au travers du web, sur le serveur d’un tiers, au moyen d’un exemplaire du programme d’un tiers, vous ne pouvez ni voir ni toucher le logiciel qui fait le travail et vous ne pouvez, par conséquent, ni le redistribuer ni le modifier.

D’autres types d’œuvres sont exploitées pour accomplir des tâches pratiques ; parmi celles-ci, les recettes de cuisine, les matériels didactiques tels les manuels, les ouvrages de référence tels les dictionnaires et les encyclopédies, les polices de caractère pour l’affichage de texte formaté, les schémas électriques pour le matériel à faire soi-même, et les patrons pour fabriquer des objets utiles (et pas uniquement décoratifs) à l’aide d’une imprimante 3D. Il ne s’agit pas de logiciels et le mouvement du logiciel libre ne les couvre donc pas au sens strict. Mais le même raisonnement s’applique et conduit aux mêmes conclusions : ces œuvres devraient être distribuées avec les quatre libertés.

On me demande souvent de décrire les « avantages » du logiciel libre. Mais le mot « avantages » est trop faible quand il s’agit de liberté.

La vie sans liberté est une oppression, et cela s’applique à l’informatique comme à toute autre activité de nos vies quotidiennes.

Nous devons gagner le contrôle sur tous les logiciels que nous employons. Comment y arriver ? en refusant les SaaSS et les logiciels privateurs sur les ordinateurs que nous possédons ou utilisons au quotidien. En développant des logiciels libres (pour ceux d’entre nous qui sont programmeurs). En refusant de développer ou de promouvoir les logiciels privateurs ou les SaaSS. En partageant ces idées avec les autres. Rendons leur liberté à tous les utilisateurs d’ordinateurs.

Crédit photo : Medialab Prado (Creative Commons By-Sa)




Rencontre avec L.L. de Mars

lldm02.gif

Lors des dernières RMLL de Bruxelles, nous avons invité L.L. de Mars à venir nous parler de… ce dont il avait envie ! Vous trouverez la vidéo et la transcription de son intervention remarquée ci-dessous.

Pour nous, et ceux qui nous suivent, L.L. de Mars c’est celui qui a dessiné « nos » pingouins. Mais il est bien plus et autre que cela. C’est un artiste polymorphe et iconoclaste qui a été l’un des premiers à utiliser la Licence Art Libre et dont le site foisonnant et labyrinthique Le Terrier date de 1996 !

C’est pourquoi nous avons décidé d’illustrer l’article de quelques uns de ses dessins, divers et variés dans le fond comme dans la forme (tous puisés ici), quand bien même ils n’auraient rien à voir avec le propos 😉

Remerciements à tous ceux qui ont participé à la transcription dont l’April.

100.gif

Framasoft invite L.L. de Mars et ses pingouins sous licence Art Libre

—> La vidéo au format webm

Bonjour. Bienvenue. Je m’appelle Alexis Kauffmann. Je suis à l’origine du site Framasoft. L’intitulé de cette intervention s’appelle Framasoft invite LL de Mars et ses pingouins sous licence Art Libre.

Je vais me lever parce que j’ai un tee-shirt que ceux qui le connaissent ont déjà identifié. Voici le tee-shirt classique de Framasoft, le tee-shirt historique, et, ce qui est intéressant dans ce tee-shirt, d’abord il est très beau, ça c’est un détail, et en bas à gauche, vous avez un tout petit copyleft, un C, un copyright retourné, LL de Mars licence Art Libre.

153_chaperon.jpg

Historiquement ce qui s’est passé, c’est qu’il y a une dizaine d’années quand moi j’ai créé, ce n’était pas vraiment la première version du site mais c’était une première mise à jour, je ne suis pas du tout graphiste, je n’ai aucune compétence, aucun talent et il n’y avait que du texte, ce n’était pas très joli. Je cherchais quelque chose pour illustrer les pages du site, lui donner un petit peu de vie, quelques images. Juste quelques mois auparavant j’étais tombé sur le travail de LL de Mars et j’avais bien remarqué que la licence était très particulière, c’était la Licence Art Libre et je savais que j’avais le droit de réutiliser ses pingouins selon les termes de la licence. Je crois que je ne l’ai même pas prévenu. Je ne t’ai pas prévenu hein ?

LL de Mars : Ça ne fait pas partie des termes obligatoires de la licence.

AK : Non. Mais par contre par courtoisie on peut prévenir. Je l’ai prévenu, plus tard. Toujours est-il qu’il avait, tu raconteras peut-être à quelle occasion tu avais publié ce recueil ?

LL de Mars : Oui !

AK : Ou non ! Ou pas ! En tout cas c’étaient des pingouins. C’était assez serein, mais il y avait un humour, de l’ironie comme ça du second degré, ce n’était pas fondamentalement très très drôle. Moi j’ai choisi. Par exemple ce pingouin-là qui est devenu le logo Framasoft, s’insérait en fait dans une planche où il y avait une femme pingouin furieuse qui disait simplement « J’ai horreur quand tu fais ça ». Elle était là, elle est assise, elle est par terre. Ce pingouin-là est en train de s’élever, en train de voler ; elle lui dit « J’ai horreur quand tu fais ça ». J’ai juste pris ce pingouin parce que j’aimais bien l’idée de, il s’élève, rien n’est impossible, les pingouins peuvent voler, etc. Ça c’est sur une autre planche aussi, il y a quelqu’un qui fait du deltaplane, il y a un pingouin qui fait du deltaplane, tu as des petits pingouins qui le regardent. J’aime bien l’idée que vous aussi vous pouvez vous élever avec nous en diffusant et en promouvant le logiciel libre. Voila fin de l’intro !

91.gif

Ensuite j’ai communiqué pendant des années par mail avec LL de Mars. On a eu aussi des échanges de bons procédés. On lui a donné un coup de main et quand on lui demande quelques dessins il le fait de bonne grâce. Merci d’ailleurs ! Et puis, il y a quelques mois, nous nous sommes enfin vus en chair et en os, de visu, et du coup je lui ai proposé de venir aujourd’hui nous parler de….

LL de Mars : Peut-être un petit peu de cette Licence Art Libre et des difficultés auxquelles elle confronte les artistes plasticiens surtout en terme de compréhension de ses modalités.

La licence Art Libre est née dans un cercle de personnes qui était composé à la fois d’artistes mais aussi de techniciens et beaucoup des prérequis qui ont constitués la compréhension de la LAL, cette fameuse Licence Art Libre, viennent d’une pensée du code. Ça veut dire aussi qu’il y a là-dedans des énoncés qui sont presque incompréhensibles pour un artiste, et ça m’intéresse assez d’évoquer cette question. Je ne sais pas si vous connaissez la LAL ? Pas forcément très bien.

AK : La LAL, c’est l’acronyme pour la Licence Art Libre, pour ceux qui ne connaissent pas.

LL de Mars : C’est une licence assez radicale, elle implique ce qu’impliquerait une Creative Commons la plus radicale. C’est la « by SA » et elle implique en plus un processus de viralité assez intéressant à mon sens puisqu’il exprime de façon claire une position politique. Je sais que ce n’est pas forcément l’habitude, il y a une espèce de pudeur à cet égard, à dire de façon frontale « Oui, l’essentiel des notions du logiciel libre repose sur des convictions profondément ancrées à gauche », le dire de façon claire n’est pas toujours très bien pris, c’est comme si c’est la chose qu’on ne disait jamais. Pour moi c’était important de le dire, parce qu’il y a beaucoup, beaucoup des choses qui m’ont séduites dans cette licence qui ressemble à ce que Foucault appelait « un communisme immanent ». Et ça m’a beaucoup plu de retrouver là-dedans quelques-uns des sillages éthiques et politiques qui traversent des espaces communautaires qui eux sont soudés autour du politique et c’est une des premières choses qui m’a attirée là-dedans. Ce qui m’a attiré dans la LAL, c’est que pour beaucoup d’entre nous, enfin, le « Nous », excusez-moi, c’est grotesque, mais enfin, pour beaucoup d’artistes la pratique de la LAL était juste de fait.

102.jpg

Quand on a pratiqué le fanzinard, de toute façon la plupart des modalités de travail étaient de fait libres. Nous avions un mépris complet, souverain, hérité probablement de Debord, sur la notion de fermeture des droits à l’image. Nous étions tous assez collagistes dans notre esprit. Quelqu’un qui aime les collages politiques d’Heartfield n’en a rien à carrer de savoir d’où vient telle ou telle photo. Ça ne le regarde pas. Il sait qu’il fait autre chose avec ça. La question d’un artiste n’est pas du tout de figer les choses dans l’endroit où elles se trouvent, mais de les prolonger vers un endroit où elles ne sont pas encore.

Et donc pour beaucoup d’entre nous, oui, nos fanzines étaient de toute façon libres. La mention qu’il y avait sur la revue Potlatch dans les années 50, donc la revue des situationnistes autour de Debord et ses amis, disait, invitait à la copie, de toute façon de leur tout petit magasine qui était tiré à 72 exemplaires. C’était ouvert en 80. De la reproduction, de l’emprunt, de la citation et des fanzines que nous faisions adolescents dans les années 80, c’était pareil. Pour rien au monde on aurait simplement imaginé une coupure, une rupture dans ce type d’économie même de pensée du travail.

Donc ça c’est pour le côté pur pratique, ordinaire, quotidien. La LAL était juste un moyen, pour moi, de mettre un cadre particulier, un peu plus formulé, formulé juridiquement pourquoi pas, sur une pratique qui était déjà quotidienne depuis longtemps. Il y avait cet aspect éthique, politique, il y avait ce côté technique aussi, technico-juridique.

89.jpg

Après ce qui devient intéressant c’est comment on pense la pratique de l’art, au quotidien, avec ça ; ce qui est intéressant c’est de voir dans une pratique de l’art plastique. La question se pose moins pour un écrivain. Pour un plasticien ça devient vraiment rapidement cornélien de savoir ce qu’est une source en art. Qu’est-ce que c’est qu’une source pour un artiste et quels sont les moments de collectivité et les moments de collectivisation de la vie d’une œuvre, de son processus d’invention, de son processus de création si vous préférez. J’aime bien le terme d’invention parce qu’il laisse supposer que l’œuvre n’arrive pas seule, mais que l’artiste arrive avec elle. C’est-à-dire que ce qu’on produit c’est largement autant du sujet, même bien plus du sujet que de l’objet. C’est aussi comme ça que l’objet personnellement je m’en moque un peu.

L’objet artistique n’est jamais rien d’autre que la trace testimoniale d’un travail qui a été fait. Ça veut dire qu’il passerait par différents sas de compréhension de ce qu’il est. On a un sas de collectivité. Le sas de collectivité c’est juste l’état du monde dans lequel on travaille, avec ce qui vient jusqu’à nous. C’est un processus par exemple d’acculturation et un processus d’outillage. J’aime à penser, comme Barbeau, que le processus d’acculturation est un processus complètement chaotique, absolument pas dirigé, et sur lequel on n’a pas spécialement d’empire et qui nous traverse. Je pense, comme il le pensait, que tous les objets qui se présentent à nos yeux, qu’ils fussent d’art ou pas, sont traversés par bien plus qu’eux-mêmes et sont porteurs de toutes sortes de réseaux, de formes, de signes et de significations, qui ont, de façon spectrale traversé les temps et les espaces et s’y trouvent.

84.jpg

Prenez un exemple très simple, on a tendance a beaucoup, quand on fait de l’histoire de l’art par exemple, a beaucoup discrétiser les moments de l’histoire, à s’imaginer qu’il y a un espèce de suivi assez rationnel, rigoureux, des périodes, enfin périodiser comme disent les historiens, les périodes, les formes. Puis quand on est confronté au tableau on se rend compte à quel point c’est complètement faux. Si vous approchez par exemple la très belle Assomption de la Vierge qui est dans la salle 43 des Uffizi à Florence de Botticelli, vous vous rendez compte que dans les cheveux peignés des anges de Botticelli, il y a des filets d’or. Ces filets d’or, au moment où Botticelli peint, pourraient sembler être un anachronisme. Mais pas du tout ! C’est un travail résiduel qui communique de façon harmonieuse et intelligente avec le passé proche de la peinture toscane. Vous y trouverez aussi dans un environnement plastique plutôt pensé comme celui d’une Renaissance bien établie, un étrange écho d’une peinture plus ancienne, celle de la fin du XIIIe et du début du XIVe, sous la forme de séraphins, six anges colorés de bleu et de rouge. En fait toute l’histoire des tableaux, pour peu que vous vous déplaciez de quelques kilomètres en Italie, vous découvrez que ce qui se pratiquait là et là c’était très différent parce que ce sont des mondes et ces mondes sont profondément impurs.

Pourquoi je dis ça ? Je dis ça parce que ça nous pose tout de suite la question de la source en art. Même cette source-là, cette source purement culturelle, elle est problématique parce qu’on ne peut pas la discrétisée. On ne peut pas découper des parties qui nous diraient là on a à faire à telle chose, je vais travailler avec cette forme objet qui est clôturée, qui est fermée sur elle-même, parce que c’est juste faux. Ces choses sont composites, hétérogènes et surtout elles sont en devenir. Ça aussi c’est important à mes yeux. C’est-à-dire qu’il n’y a aucune raison pour imaginer qu’un tableau du XIVe siècle soit fermé sur le XIVe siècle. Il suffit de traverser un musée pour se rendre compte que sa respiration produit des idées du XXIe siècle. Tout simplement parce que je suis un homme du XXIe siècle. Ma fréquentation des tableaux traverse également toutes sortes de salles, toutes sortes de pays, etc.

Cette source, ma source culturelle, est déjà profondément impure. On ne peut pas, en elle, créer une sorte de typologie idéale, c’est-à-dire qu’on s’écarte très très vite de l’idée qu’on puisse savoir, quand on emprunte, quelle est la nature de ce qu’on emprunte, comment on l’emprunte et quelle forme ça prend. Peut-être parce que ce n’est pas ça le problème d’un artiste. Peut-être que c’est là-dessus qu’il faut insister. Donc ??? à la LAL, quand il est question du partage artistique des sources d’une œuvre, de la mise en commun des sources, on est bien ennuyés. On ne sait pas ce qu’on a en commun. Est-ce qu’on met en commun nos outils de production par exemple ? Mettre en commun les outils de production je ne vois pas trop ce que ça veut dire.

83.jpg

Il ne suffit pas de dire qu’un pinceau Raphaël, en poil de martre destiné par exemple à faire, moi j’utilise des pinceaux extrêmement fins qui sont normalement faits pour la typographie. Je prends généralement du numéro 6 parce qu’ils sont un petit peu trop longs et leur souplesse fait que la charge se répand tout du long, donc c’est un peu dangereux à utiliser, et du coup à cause de ça, on peut aller d’un trait d’un incroyable capillarité jusqu’à une grosse masse spongieuse de noir. Et le truc c’est que chaque pinceau est différent, chaque personne qui prend un pinceau est différente. Il ne suffira pas de dire pour aller là, prenez tel type de pinceau, d’une part parce que vous n’êtes pas moi, donc ça ne suffira pas. Il y a une expérience particulière de l’outil qui est une lente formation du monde. Ça est aussi c’est de l’individuation.

C’est une chose qu’on comprend quand on voit un sportif. On comprend que quand il travaille il change son corps. En fait on change tous nos corps en travaillant. On est tous les sujets de la transformation corporelle, par notre travail, de notre devenir. Ce devenir est en perpétuel changement. Donc l’outillage ça va être assez compliqué de dire voila la source ça va être ça. On va prendre tel type de pigment. Même ça on ne peut pas le décomposer. Il y a toutes sortes de perspectives aussi et de rapports intellectuels à ce qu’on produit qui aboutissent à des agencements qui sont complètement différents.

Il suffit pas d’être confronté par exemple à deux monochromes pour déduire que c’est la même chose. Deux monochromes ce n’est pas du tout la même chose. Il y a des bons et des mauvais monochromes tout simplement.

Alors ça peut être quoi la mise en commun des sources pour des artistes ? J’aurais tendance à dire que la question à ce moment-là de la production, on pourrait dire au moment premier, au moment où on appréhende la question de la production, elle est sans solution, vraiment ! Il faut donc trouver des réponses complètement ailleurs sur la notion de source. De l’autre côté du copyleft, il y a une autre question qui s’ouvre. Elle le double, le pendant en fait de cette question, c’est qu’est-ce que c’est partager et qu’est-ce qu’on partage quand on partage une œuvre ?

lelay2.gif

Dans ce que je viens de vous dire on a déjà un embryon de réponse. En faisant des œuvres d’art nous participons déjà à ce que ces gens dont je parlais ont déjà fait. Nous continuons à envahir le monde de ce que nous pourrions appeler des procès du monde. Pourquoi je dis ça comme ça sur un ton un peu offensif ? Ne le voyez pas comme un mode de jugement mais plutôt comme un mode d’évacuation du lieu commun qui est peut-être une des caractéristiques de la pratique artistique.

Beaucoup de gens s’imaginent que quand on est confronté, au moment du départ du travail, on est confronté à une page blanche, une métaphore sympathique mais elle est assez idiote. En vérité le problème ce n’est pas le vide de la page ! C’est son plein ! La page grouille de lieux communs ! C’est une offense à l’esprit, mais quand vous commencez à travailler, vous savez que vous allez tomber dans tous les lieux communs les plus possibles, si vous n’avez pas pour premier travail de vous armer contre les lieux communs. Donc c’est bien plus un travail de lutte contre sa propre paresse ou sa propre normativité qui entame le processus de création.

L’autre pratique, enfin l’autre caractéristique je pourrais dire de la pratique artistique, c’est peut-être un rapport à l’inconnu. Ce n’est pas très éloigné du problème du lieu commun. On ne pas rêver l’espace du connu, le plus ratissé par le consensus, c’est évidemment un lieu commun mais il y en a plein d’autres. L’espace du connu c’est l’espace que je dirais dépourvu de la générosité du devenir. Si vous faites un travail artistique avec pour perspective de répondre à une attente précise, vous enfermez évidemment votre travail dans cette attente. Pire encore, vous imaginez des désirs, un visage et une fermeture à ceux qui vont venir vous regarder, etc. C’est absurde et ce n’est surtout pas très généreux.

famille-liberale.gif

A mon avis, s’il y a quelque chose qui singularise, puisque le problème c’est ce de quoi on parle, qu’est-ce que c’est l’activité art ? En quoi est-elle si différente par exemple pour les codeurs, au moment du code, qu’est-ce qui la distingue ? Il y a plein de point communs, il y en a effectivement. J’en vois par exemple sur le mode du partage. Code et œuvre d’art ont ceci en commun c’est de ne pas être de la marchandise. Ni l’un ni l’autre ne sont de la marchandise, puisque quand vous consommez de la marchandise, vous la consommez, donc vous la partagez, elle diminue. Vous ne consommez pas du code, vous ne consommez pas une œuvre d’art parce qu’elle ne diminue pas, elle grandit ! Plus vous êtes nombreux à regarder un tableau, plus ce tableau grandit de chacun de vous-mêmes. C’est-à-dire que vous produisez du possible, quelque chose qui n’est pas anticipé par l’artiste lui-même et qui participe pleinement à cette fameuse effectuation d’un tableau du XIVe siècle dans le XXIe, par exemple. Et plein d’autres choses encore. Donc voilà un point commun entre partage du code et partage des œuvres d’art, ce n’est pas de la marchandise ! Du tout !

Donc comment l’en distinguer ? Peut-être cette petite chose, le rapport à l’inconnu. Je ne sais pas quel est le rapport au lieu commun du code, je suppose qu’il y a des prérequis pour que cela marche un petit peu, alors qu’une œuvre d’art n’a pas à marcher ou ne pas marcher, on s’en moque. Elle est ce qu’elle est. Un livre ne répond pas à des lecteurs, il produit ses lecteurs. Un tableau ne répond pas à des spectateurs, il produit des spectateurs tout à fait nouveaux qui n’étaient pas préparés à ce qu’il était et amenés à une nouvelle circonstance. Et c’est là qu’on en revient à cette histoire de circonstances, peut-être à une notion qui est intéressante, par rapport au processus artistique, et on en reviendra à la LAL (Licence Art Libre) du coup. Que fait un artiste ? Selon Georges Didi-Huberman, un artiste est un inventeur de lieux. Ah bon ? Il crée des lieux, il ne fait pas des tableaux, des sculptures ? Une sculpture, c’est le début d’un lieu. Cela veut dire par exemple qu’un tableau n’est pas simplement soumis aux règles de la visibilité ; il est aussi soumis aux règles de la visualité. C’est une chose de pouvoir le décrire, c’en est une autre que de pouvoir être confronté à lui dans l’espace, où il se trouve et qui vous change. Vous changez avec lui et il se change. L’exemple que prend volontiers Didi-Huberman, qui est très parlant, est celui du vitrail. C’est tout à fait autre chose que d’être coloré par la lumière qui traverse un vitrail de Bourges et de consulter un livre sur la cathédrale de Bourges. Cet espace de visualité très particulière, cet espace d’intensité, c’est un lieu unique qui ne se reproduira pas, même pour vous-même, c’est un lieu quasi héraclitéen, qui d’un seul coup substantifie ce moment particulier de rapport à une œuvre. Il peut très bien ne rien se passer, comme c’est le plus souvent le cas, mais quand cela se passe, c’est quelque chose d’assez intense et à quoi rien ne ressemble.

129.gif

Est-ce que l’artiste est seulement un créateur de lieux ? Là ça devient intéressant, on en revient à notre question des sources. De mon point de vue, c’est un créateur de lieux de passage, c’est-à-dire que c’est une chose effectivement que de se croire l’assembleur de sa culture, de croire qu’on est le collagiste formel d’un ensemble de données culturelles et qu’on recompose infiniment comme cela le chatoiement des choses déjà là et qu’on n’est pas des créateurs. Ce sont des foutaises, parce qu’on se concentre à ce moment-là uniquement sur les objets. Mais ce n’est pas cela qui est important ! C’est l’artiste, un créateur de lieux de passage. Ce qui est véritablement inattendu, ce n’est pas d’un seul coup de voir surgir un pont, une maison ou un bout de Fra Angelico. C’est que d’un seul coup, la syncope de certains éléments produit une situation complètement nouvelle à laquelle on n’était pas préparé. Ce n’est pas parce que l’on a cru reconnaître là un élément graphique que l’on a vu ailleurs qu’on a effectivement affaire à du même.

Il y a une différence énorme entre le fait de rendre possible l’ouverture à son propre travail par le copyleft et de supporter le plagiat. Parce que le plagiat, j’en reviens à mes marottes (= idées fixes), est une politique de droite et le copyleft est une politique de gauche. Le plagiat vise à re-discrétiser ce qui était devenu des signes marchands à l’intérieur d’une œuvre et par lesquels on espère, par leur reproduction, reproduire les mêmes effets.

Je vais vous raconter une anecdote, vous allez comprendre tout de suite. La droite sanctuarise tout ce qu’elle touche, c’est-à-dire qu’elle en gèle absolument l’avancée : dès l’instant où c’est touché par son doigt de mort, ça devient quelque chose de mort, avec quoi il n’y a plus aucune invention possible. Le plagiat, c’est ni plus ni moins que la brevetabilité, c’est rigoureusement la même chose et cela veut dire que l’on se place non pas du point de vue du mouvement créateur, cette singularité, mais du point de vue des petits objets qui en naissent, qu’on croit pouvoir thésauriser et reproduire à l’infini. L’anecdote vaut ce qu’elle vaut !

128.gif

J’ai assisté à un colloque auquel étaient conviés les Requins Marteaux, une équipe de types qui ont une boîte d’édition près d’Albi, je ne sais pas si ils y sont encore, ils sont toujours à Albi je crois, qui avaient une revue qui s’appelait Ferraille, marrante mais très inventive, joyeuse, bordélique, confuse, une forme d’humour assez agressive, plutôt crue, volontiers scatologique, plutôt pas mal, assez novateur dans son genre ! Enfin il y avait une façon d’abdiquer toutes les frontières du goût, il faut le dire. Je ne sais pas si vous connaissez le cinéma de Waters, Pink Flamingos, on peut dire que Ferraille est un peu à la bande dessinée ce qu’est Waters au cinéma de bon goût. C’est à peu près ça. Évidemment, il n’y a pas une chasse au flic ou un type qui parle avec son anus dans tous les numéros, mais on en est à deux doigts quand même. Et ces types ont inventé quelque chose, je ne dis pas que j’y suis sensible mais je dois admettre qu’il se passe un truc particulier dans cette revue.

Et sur la même scène, il y avait Delépine et les gens de Groland, qui sont juste des gros stupides vaniteux qui sont sûrs d’avoir leur mot à dire sur une certaine forme de subversivité, mais quand on les voyait sur scène, il y avait un trait qui était marquant et qui était très triste. Nous étions là pour voir la première de Choron Dernière, le film de Pierre Carles. Le film n’était pas encore sorti, le montage pas définitif. C’était un moment plutôt chouette, c’étatit un film assez bon. Je suis assez amateur de Pierre Carles, je dois avouer ! Après il y avait un débat, et le débat c’était terrible ! Il s’agissait de respecter l’esprit Choron, retrouver l’esprit Choron sur la chose perdue, ce fameux esprit Choron qui manquait tellement aux jeubes générations. Et les mecs de Groland n’arrêtaient pas de nous scander que eux respectaient l’esprit Choron et que les mecs de Ferraille étaient à dix mille kilomètres de là.

À quoi avait-on affaire ? On avait à notre droite un paquet de vieux cons desséchés qui, effectivement, avaient fait de Choron un mausolée qu’ils re-sculptent tous les jours sur Canal +, donc c’est déjà assez drôle pour des subversifs. Et chaque jour, ils vont mausoléifier ce qu’ils prétendent aimer, alors qu’en fait, ils tuent Choron qui est déjà mort.

À ma gauche, il y avait un troupeau de types qui se souciaient comme d’une guigne d’être dans ‘esprit Choron et qui en fait en étaient très proches. C’est-à-dire que leur mouvement, leur façon d’être drôle, leur façon de bousiller la forme d’humour des autres, eh bien c’était ça, l’esprit Choron. Et je crois que là, on a vraiment un bel aperçu de tout ce qui sépare effectivement l’attachement aux objets, c’est-à-dire cet entêtement à ressasser les mêmes formes, et celui au contraire de travailler avec les formes, en elles, et avec quelles de produire quelque chose de tout à fait nouveau, une circonstance complètement neuve. Je ne sais pas comment j’en suis arrivé là, mais je vais peut-être faire une pause parce qu’Alexis ne dit rien.

127.gif

AK : Non, je te laisse. Ce que j’ai noté parmi toutes ces… rires, difficiles à résumer ! Mais je vais y arriver ! Dans mon petit champ lexical, je remarque « lieu de passage, prolongement d’une œuvre, en devenir, en mouvement, ouverture, etc, » et si je te suis, la licence Art Libre favorise tout cela, alors que le droit d’auteur plus classique a tendance à figer les choses. C’est un petit peu ça ?

LL de Mars : Non seulement elle le sanctionne positivement comme possibilité, mais je crois que ce qui en fait un instrument un peu plus offensif que certaines licence c’est qu’elle y accule. Une œuvre sous copyleft, quelles que soient les choses qui découlent du copyleft, sont nouveau ré-insufflées dans le copyleft. C’est la règle du jeu. Donc on ne peut pas arrêter ce mouvement. A aucun moment on ne pourra privatiser et moi ça m’excite beaucoup. C’est aussi toute la différence. C’est vrai qu’à un moment la différence avec la licence que choisissait Christophe, Pouhiou, rires, n’impliquait pas. C’est plus qu’une question non pas de positionnement et de formulation politique. Effectivement ça m’intéresse toujours de dire fermement il y a un moment où on arrête de déconner. Oui on est de gauche. Votre modèle de société ne m’intéresse pas. S’il y a du libéralisme qui rentre moi je vais dans l’autre site.

122.gif

Public peu audible : Le fait d’avoir une finalité dans sa licence, de choisir ça, ça n’est pas non plus créer des objets, que l’objet soit l’œuvre. Ce qui est important c’est que l’objet soit l’œuvre de son artiste.

LL de Mars : Ce qui est résiduel là-dedans c’est juste le nom. Mais la question du nom, on pourrait dire qu’elle est purement celle d’un signifiant flottant qui serait le guide de ce virus. Quelque chose au fond qui vise moins, si tu veux, à ré-individuer, de façon sociale, le créateur qu’à créer un fil de passage par lequel elle est virale. Quand à l’objet lui-même il est assez insignifiant puisque sa nature, sa substance implique, une fois qu’il est sous LAL, que toutes les formes sont ouvertes. Il ne faut pas oublier qu’il est re-modifiable à l’infini. Si tu prends du copyleft.

Public : J’aime énormément cette vision justement à la fois et de l’oeuvre et de l’artiste qui ne sont pas des objets figés, non pas des sujets figés. Il n’y a pas d’objet, il n’y a pas de sujet, ce sont des flux quelque part, des choses qui se font, qui se défont comme ça, et des lieux qu’on marque un certain moment, que la temporalité marque. J’aime vraiment cette vision-là. Moi l’apport que j’ai eu, le réflexe que j’ai eu au niveau licence ça a été il faut que j’intervienne le moins possible quoi ! Et j’estime que ce côté SA, ce côté viralité est une intervention qui va peut être cristalliser trop de choses. Je ne sais pas.

LL de Mars : J’entends ce que tu dis, mais je ne suis pas d’accord. Je pense que ce n’est pas parce que les processus d’individuation t’échappent qu’ils n’ont pas lieu. Je veux dire par là que tu fais souvent appelle au fait que ce qui te traverse, tu te laisses traverser par elles, ces choses, mais le crible que tu es est irreproductible. C’est-à-dire qu’à la fois je fais appel à la notion de flux qui m’est très précieuse et je refuse effectivement les modèles de typologie. Je pense que les typologies ça n’aide pas à penser. Je refuse les modèles qui discrétisent, je pense que la discrétisation intellectuelle et artistique nous conduit dans le mur. Par contre la chose à laquelle je tiens fermement c’est à la singularité. C’est-à-dire que les mouvement d’effectuation, les mouvements d’individuation que nous sommes tous me semblent très très précieux à signaler.

Il y a quelque chose qui me semble vraiment beau. J’en parlais à l’instant avec Xavier, qui est parmi nous, qui me semble assez beau dans l’espèce humaine, c’est qu’il n’y a pas d’espèce humaine à mes yeux. Il y a des humains et des espèces. Nous ne sommes pas résumables à une seule forme en fait. Chacun d’entre nous est une expérience tout-à-fait nouvelle de la vie, tout-à-fait inattendue, saugrenue, imprédictible et stupéfiante pour cela. Chercher malgré tout à trouver un super sujet dans lequel nous soyons collectivement liés où nous nous trouvions si possible aimables les uns aux autres malgré cette incroyable singularité, ne nous accule pas pour autant à la solitude. Je crois que ce qui fait vraiment le mouvement de l’humanité le plus beau c’est ça en fait. C’est le fait que chaque humain soit si exceptionnel qu’il échappe à la notion d’espèce, qu’avec lui tout est imprévu et que pourtant nous devons considérer que nous avons quelque chose à faire ensemble et nous le faisons. Pour moi c’est assez précieux effectivement. Donc oui !

168.jpg

Public : Tu as ouvert la question de la source !

LL de Mars : Oui.

Public : Je n’ai pas eu l’impression qu’il y avait une réponse qui était donnée ?

LL de Mars : J’ai bien établi le fait que pour un plasticien cette réponse était à proprement parler sans solution. Quand il s’agit de le faire, par exemple dans la licence Copyleft Attitude, donc en 2000, je crois que Copyleft Attitude naît en 1999, ça vient de se noyer au LAL, la licence Art Libre. Vous connaissez peut-être Copyleft Attitude ou Antoine Moreau, bref ça naît à ce moment-là. Cette question s’est posée. Si on partage, qu’est-ce qu’on partage ? Pour certains d’entre nous, c’était super simple. C’est sûr que pour ceux qui faisaient de la musique électro, il y avait des tas de segments du travail qu’on pouvait identifier, des choses qui reviennent très souvent. Dans l’art du mix, on peut identifier la nature du sample. Mais le truc, particulier aussi, c’est que ça ne me satisfait pas du point de vue de la pensée sur la production artistique. Au moment où on accepte cette notion, moi je ne l’accepte pas tu l’as bien compris, on finit par croire que le sample réellement ne bave pas comme signe à la fois culturel et artistique. En fait il bave. Ce n’est pas du tout indifférent que ce soit un poète par exemple comme Bacon qui emploie le mot moon ou que ce soit 50 ou 60 ans après un poète américain objectiviste comme Zukowski. Ça ne suffira pas du tout de nous arrêter sur un mot et de dire là on tient une unité. En fait on ne tient rien du tout. On ne tient qu’un pauvre squelette. Mechenik aime à dire qu’un dictionnaire ce n’est jamais qu’un squelette, c’est un squelette crevé. La langue ne produit rien. C’est le langage qui produit quelque chose.

Même si on arrivait musicalement à dire là on tient un truc, on a un sample. Oui mais ce sample est sans signification. C’est-à-dire que même que si on l’implique dans un processus, il se désosse de ce qui un moment l’a rendu nécessaire, du moment où il s’est imposé à celui qui avait travaillé avec. Je crois que peu à peu ce qui s’est passé dans la ???, le plus discrètement du monde, c’est que cette question qui semblait très centrale au début, c’est bizarre, mais elle est vraiment passée à l’as. C’est-à-dire que plus ou moins il a été entendu que les collectivités des objets qui étaient le réseau des significations, des actes pour un artiste, c’était juste le monde dans son dernier état et les choses qui viennent jusqu’à lui. Alors le copyleft s’est beaucoup plus concentré sur les autres étapes en négligeant beaucoup la seconde aussi qui n’est pas celle de la collectivité mais celle de la collectivisation des outils.

Il y a finalement très peu d’œuvres sous copyleft qui soient nées de kolkhozes artistiques ou quelque chose de ce genre, c’est-à-dire de la mise en commun d’un travail à plusieurs à un moment donné. Là s’il y a un moment pour abdiquer la position de sujet social, c’est celui-là. C’est l’idéal. C’est très beau. J’ai participé à pas mal d’expériences collectives. C’est effectivement le moment où, pour reprendre une terminologie deleuzième, on assiste à l’éclosion d’un grand sujet hétérogène. Mais en fait, tristement, le copyleft n’a pas créé beaucoup de solutions de ce genre, de situations de ce genre. Et c’est bien dommage ! A mon avis c’est encore à produire, à inventer, à multiplier. Je pense qu’il faudrait inventer des lieux précis qui soient des lieux d’anonymat total, où on rentre, on travaille à une chose en cours, on en pose une autre. Ça c’est à inventer. Ce serait très très excitant. Du coup le copyleft s’est concentré sur la suite. Nous on partage.

138.jpg

Public : La question de la source n’est pas possible pour le plasticien. La question de la viralité ?

LL de Mars : On triche en fait. C’est-à-dire que d’un seul coup ce à quoi on assiste c’est qu’on résume la question de l’emprunt et de la citation à l’art du collage et de la citation. On dit bon, on n’arrive pas à résoudre le problème. Du coup ça ne devient plus que politique. On sait qu’on est là pour quelque chose qui porte en lui ses failles intellectuelles, tout simplement parce que l’héritage de la LAL est un héritage informatique. Et ce qui marchait là ne marche évidemment pas très bien sur un autre type de modèle. Surtout que le modèle activité art est un modèle assez insaisissable, il n’arrête pas de changer dans les pratiques, etc. Vous avez bien compris, vous l’avez bien remarqué les pratiques contemporaines de l’art sont incroyablement diversifiées : ça va du geste artistique à la continuation ou la pratique de la gravure. Tout ça est un champ d’activités toujours en train de se compléter les unes les autres et étend le sens et la forme de l’activité art. C’était évident, dans de telles conditions, emprunter un modèle informatique pour créer une licence propre à l’art, ça allait forcément rater quelque part, évidemment.

Donc en gros les gens du copyleft sont surtout des partageurs désormais, plutôt ça. Mais ça n’a pas abouti de l’aveu même d’Antoine Moreau et c’est une des choses un peu tristes dans l’affaire. Il me semble en regard des œuvres que je vois naître dans plein de mondes, monde des arts plastiques, monde de la bande dessinée, eh bien, de façon spontanée je reviens au communisme immanent de Foucault. Mais les artistes de bandes dessinées sont peut-être beaucoup plus spontanément copyleftiens que les gens qui s’intéressent réellement au copyleft. Le copyleft n’a pas abouti artistiquement à grand chose de très excitant. La plupart des œuvres sous copyleft sont assez insignifiantes. Elles n’arrêtent pas de signifier juste qu’elles existent, que c’est chouette le copyleft. Mais il y a un gros travail à faire.

Public : Même si la question ne se pose pas tellement dans le domaine des arts plastiques.

LL de Mars : Tu as peut-être raison !

157.jpg

Public : Il est très difficile de créer à partir de rien ? Effectivement tu l’as dit toi-même, la page blanche (…) etc. On travaille avec un matériau qui (…) toutes les œuvres qui ont précédé aussi. Si on devait s’inquiéter de chaque élément qu’on pique, un jour !

Rires

LL de Mars : Ah oui tu touches un point assez intéressant. Sauf que, le petit trucage par lequel ça marche, c’est évidemment que l’homme qui travaille sous copyleft ne cite ses sources que dans le cas où on a ce qu’on appelle une œuvre première et qu’on a œuvre conséquente. C’est-à-dire que le travail sous copyleft ne cite que la source sous copyleft à laquelle il emprunte sa première forme, etc. Effectivement si je devais inventorier, par exemple dans mes dernières bandes dessinées, les chemins que prends mon travail, mais on n’en sortirait pas du tout. La moitié de l’Italie serait citée là-dedans. C’est vraiment débile quoi ! Ça pose un problème, et puis il y a plein de choses qui sont très contradictoires. C’est bien joli tout ce que je vous raconte sur la collectivité, mais si on parle de bande dessinée, la socialité réelle d’un artiste et son idéalité sociale ce sont quand même deux choses complètement différentes. Sa socialité réelle, c’est d’être enfermé dans son atelier, dans un état de solitude et de silence nécessaires pour bosser. L’idéalité sociale c’est le devenir œuvre de ce qu’il est en train de faire, c’est-à-dire sa collectivisation, la pluralisation. Ces choses sont très contradictoires au sein même de la pratique. Ce qui explique peut-être la rareté des expériences de collectivisation des outils. Sans doute. Il y a plein de choses effectivement qui peuvent nous éclairer. Il y a aussi la faible connaissance de cette licence. Aussi.

Public : Il y a aussi l’apolitisme insensé de l’artiste en général, pas très engagé, pas très conscient, très souvent.

LL de Mars : C’est marrant parce que ce culte de l’auto-personnalité, le type extrêmement superstitieux finalement de rapport à la production, à sa surveillance qu’évoquait Christophe, effectivement il y a une espèce d’obsession qui est super étrange. Ça veut dire qu’il y a un moment où certains artistes ont un regard de fermeture sur leur propre travail et je ne parle pas de fermeture physique mais juste mentale à ce moment-là qui est très surprenant, alors que dans les pratiques on assiste plutôt à des choses plus éclatées que ça. Mais il y a un moment de crispation, un moment d’angoisse, où d’un seul coup le mouvement s’arrête. Il y a beaucoup de superstition dans ce milieu, juridique également. Il y a une faible connaissance des implications du rapport au droit d’auteur. Il y a des grosses surprises.

Le copyleft est un outil tout-à-fait utilisable avec des éditeurs en place. Mes derniers bouquins, je n’ai pas mal d’éditeurs différents, que vous connaissez ou pas, peu importe, ça va être La Cinquième Couche bientôt. Je vous présente Xavier, vous ne le connaissez pas. C’est un peu débile, je suis en train de parler à un type dans la salle que vous ne connaissez sans doute pas. Xavier Löwenthal est des cocréateurs de l’édition La Cinquième Couche. Le prochain bouquin que je vais faire avec eux sera sous copyleft et des éditeurs comme Tanibis ou ??? Scutella ou Les Rêveurs sont des éditeurs avec lesquels j’ai pu imposer, sans difficulté, la mention copyleft. Il n’en avaient effectivement jamais entendu parler. Il y a eu un moment de frilosité. Puis ayant lu la licence, il n’ont pas vu en quoi ça leur coûtait quoi que ce soit, il n’y a pas de préjudice, ça décrispe vachement.

Public : Est-ce que tu publies aux Dargaud ?

LL de Mars : Je ne serai probablement jamais publié par ces gens. Xavier tu le sais très bien !

Rires

Public : Le gens qui travaillent sont des gens qui de toute façon ne tirent aucun revenu de leur activité d’éditeur.

LL de Mars : Scutella ce n’est pas le cas par exemple. Scutella, en plus elle est juriste donc. C’est l’heure ?

Intervention organisateur : On n’a pas respecté l’horaire.

LL de Mars : On peut y aller.

Intervention organisateur : Pensez à terminer.

LL de Mars : Scutella non. Tu as peut-être quelque chose à dire Alexis ?

Public : Pourquoi tu ne publies pas tes livres avec la licence Art Libre ?

LL de Mars : En fait c’est la même chose.

Public : La licence Art Libre fait partie de la mouvance du copyleft. La licence by SA fait partie aussi de la licence du copyleft qui demande à ce que la liberté de l’œuvre contamine les œuvres qui naîtront de l’œuvre originelle.

AK : Est-ce qu’il y a d’autres questions ? Profitez que Laurent soit là. Il est très prolixe aujourd’hui.

LL de Mars : J’ai essayé d’éviter de vous parler de pingouins. J’ai pensé que ça ne serait pas mal qu’on ne fasse pas une fixette là-dessus.

64.jpg

AK : Peut-être une question. La licence Art Libre a une dizaine d’années, le mouvement Copyleft Attitude également. Est-ce que tu as regretté que ça reste encore, comment dire. D’abord tu as regretté que certaines œuvres ne soient pas produites collectivement. Mais plus globalement est-ce que la licence Art Libre n’est pas passée à côté de quelque chose ? Si oui pourquoi ? Est-ce qu’on a un petit recul maintenant après dix ans d’âge ?

LL de Mars : Il ne faut pas en parler au passé. Ce n’est pas cool. Si je fais mes bouquins sous copyleft, j’ai des éditeurs qui ne le connaissent pas, c’est justement pour que le copyleft sorte un petit peu du tout petit cercle des initiés qui viennent du monde informatique qu’on a entendu parler et que différentes personnes, d’autres mondes, s’en emparent. C’est ça qu’il nous faut à tout prix. Il faut que la licence Art Libre sorte de cette situation complètement incestueuse. Ça n’a aucun sens.

Ce que je regrette c’est la médiocrité générale des œuvres produites sous copyleft. C’est ça qui est triste. Il y a très très peu de choses qui en sortent. C’est comme si ayant franchi le premier cap d’avoir fait quelque chose d’éthiquement, politiquement bien, on ne se souciait plus du reste. Que c’était suffisant, on est des potes, c’est cool, on fait de l’art. C’est très nettement insuffisant. Mais je ne suis pas le seul à le dire, même Antoine Moreau est le premier à le dire dans son mémoire. Si même le fondateur dit « Globalement c’est naze, non », « Ouais, c’est assez naze », c’est qu’il y a un problème !

Rires

AK : On va conclure là-dessus.

Applaudissements.

162.gif