Déframasoftisons Internet !

Classé dans : Dégooglisons Internet, Framasoft | 76

Temps de lecture 13 min

image_pdfimage_print

Ne hurlez pas tout de suite, mais nous annonçons ici la fermeture progressive, sur plusieurs années, de certains services de « Dégooglisons Internet ». Nous voulons le faire en bonne intelligence, afin de concentrer nos énergies vers plus de décentralisation et d’efficacité pour les actrices et les acteurs de la contribution.

Cet article est long. Notre réflexion, complexe, ne peut pas se réduire à un tweet. Nous vous recommandons de lire cet article dans son intégralité, mais nous avons essayé d’en extraire les points principaux, que vous retrouverez en bas de cette page.

Qu’est-ce qui se passe ?

On le répète à l’envi : Framasoft est, et souhaite rester, une association à taille humaine, un groupe de passionné·es qui expérimentent pour tenter de changer le monde (un octet à la fois). Il y a 9 salarié⋅es, dans une association qui compte une trentaine de membres depuis plusieurs années. Des membres qui, chaque année, maintiennent des actions auxquelles contribuent 700 à 800 bénévoles (pour une heure ou tout au long de l’année), des actions financées par plus de 4 000 donatrices et donateurs (merci <3), et qui bénéficient à des centaines de milliers de personnes chaque mois…

Or Framasoft, c’est aussi des dizaines d’articles blogs, une centaine de rencontres, conférences et ateliers par an, une maison d’édition de livres libres, de nombreuses réponses aux médias qui nous sollicitent, l’animation d’un annuaire collaboratif de solutions libres, deux gros logiciels en développement (PeerTube et Mobilizon), et des contributions/partenariats tellement cools et nombreux qu’il va nous falloir trois mois pour tout vous présenter… (rendez-vous en octobre !)

Des parodies complices créées par l’ami JCFrog

Une chose est sûre, à Framasoft : nous tenons à notre modèle associatif, nous ne voulons pas croître en mode « la start up qui veut se faire plus grosse que Google ». Si nous voulons garder notre identité sans nous épuiser à la tâche (et là aussi, on en reparlera dans les semaines qui viennent, mais on s’est parfois surmené·es), et si nous voulons continuer d’expérimenter de nouvelles choses, il faut que nous réduisions la charge qui pèse sur nos épaules.

Pourquoi fermer certains services ?

Dès le départ, Dégooglisons Internet a été annoncé comme une expérimentation, une démonstration, qui devait s’achever fin 2017. Nous n’avions pas prévu que parler de la centralisation du web (qui n’intéressait que les passionné·es, en 2014) susciterait une telle adhésion, et donc autant d’attentes. En clair : Dégooglisons Internet, et l’ensemble des services qui y sont proposés, n’a pas été pensé pour centraliser autant d’utilisateurs et d’utilisatrices, ni pour les enfermer dans des framachins qui dureraient à l’infini (et au delà).

Si on exclut les services « pour la vanne » (mais on vous aime, Framatroll et Framadsense !), il y a 38 services sur les serveurs de Dégooglisons Internet. C’est beaucoup. Vraiment beaucoup. Cela signifie 35 logiciels différents (chacun avec son rythme de mise à jour, ses communautés qui s’activent ou s’épuisent, etc.), écrits dans 11 langages (et 5 types de bases de données), répartis sur 83 serveurs et machines virtuelles, qu’il faut surveiller, mettre à jour, régler, sauvegarder, déboguer, promouvoir, intégrer à notre support… bref qu’il faut bichonner, comme on nettoie et prépare les chambres d’un hôtel disparate visité par des centaines de milliers de personnes chaque mois.

Même nous nous n’arrivons pas à tenir à jour la liste de tous les services que nous proposons -_-‘…

Or il y a des services qui ne marchent quasiment plus (Tonton Roger). Des services qui étaient des expérimentations que nous n’avons pas pu poursuivre (Framastory, Framaslides). Des services dont la dette technique est si lourde que même en y investissant plusieurs jours de développement dessus, on ne fait que retarder leur inévitable effondrement (Framacalc). Il y a aussi des services qui, si on les laisse faire, peuvent croître de manière illimitée et infinie, ce qui n’est pas tenable (Framasite, Framabag, Framabin, etc.). Il y a des services qui demandent beaucoup, beaucoup d’efforts si on veut éviter les utilisations frauduleuses, quand on est aussi visible que Framasoft (Framalink, Framapic). Ne parlons pas du cas des médias sociaux fédérés (Framapiaf, Framasphere), qui demandent un lourd travail de modération et fonctionneraient de façon bien plus fluide si nous n’avions pas accueilli autant d’inscriptions.

Sans compter que… ce n’est pas sain ! On le sait, c’est hyper pratique de pouvoir dire « tu veux une alternative, va voir les Framachins ! ». C’est rassurant d’avoir tout dans un même endroit, sous un même nom… On le sait, et c’est même pour cela qu’on a utilisé cette technique de la marque « frama », qui pourtant, n’est vraiment pas notre tasse de thé.

Mais centraliser des trucs sur Internet, ce n’est pas une bonne idée : non seulement ce réseau n’a pas été pensé pour créer des points de centralisation, mais surtout c’est en mettant toutes nos données dans le même panier que l’on concentre les pouvoirs entre les mains des personnes qui gèrent les serveurs, et c’est sur cette pente glissante que se sont créés des géants du web tels que Google ou Facebook.

Il faut donc nous déframasoftiser.

Mettre la décentralisation à portée de clic

Nous allons prendre le temps d’exploiter un des grands avantages du logiciel libre sur le logiciel propriétaire. Quand (au hasard) Google met un énième projet dans son cimetière, la plupart du temps, le code est privé : Google prive alors chacun·e d’entre nous de la liberté de reprendre ce code et de l’installer sur nos serveurs.

cliquez sur l’image pour découvrir le collectif CHATONS

Le logiciel libre, au contraire, permet à d’autres de prendre le relais. Par exemple, Framapic n’est pas exclusif à Framasoft : n’importe qui a le droit d’installer le logiciel Lutim sur un coin de serveur et d’en faire profiter qui bon lui semble… C’est d’ailleurs dans cette optique de décentralisation que nous avons travaillé sur des outils facilitant l’auto-hébergement (tel que Yunohost), ainsi qu’avec le collectif d’hébergeurs alternatifs qu’est CHATONS.

Notre objectif, en annonçant longtemps à l’avance des fermetures de services comme Framapic, par exemple, est double. Premièrement, nous espérons que cela motivera de nombreux hébergeurs à ouvrir leur instance du logiciel Lutim, donc du même service (nous pensons aux camarades du collectif CHATONS). Et ensuite, cela nous donne le temps de repérer des offres d’hébergement et de les afficher sur la page d’accueil de Framapic. Ainsi, cette page d’accueil vous emmènera, d’un clic, vers le même service, chez un autre hébergeur… et ce, dès l’annonce de la fermeture de Framapic (un an avant qu’il ne ferme).

Comment ça va se passer ?

En douceur, et sur deux ans ! Enfin deux ans… au moins. (Non parce que si on trébuche sur nos claviers et qu’on se foule une phalange, ça peut prendre plus longtemps !)

Maintenant que nous nous sommes rassuré·es ensemble, et assuré·es du fait que les services libres et éthiques, c’est chouette… Il est temps de lancer un mouvement de transition pour sortir du réflexe « tout Framasoft ». Mettre les frama-services en retrait pour que vos usages rebondissent ailleurs, c’est un peu comme si nous vous disions :

Notre AMAP du numérique est au maximum de sa capacité, mais on ne va pas vous laisser comme ça avec votre cabas : nous faisons partie d’un réseau d’AMAPs et d’autres membres du réseau seront ravis de vous accueillir.

On va vous préparer le terrain. Afin d’agir en toute transparence, nous vous proposons de télécharger un tableur détaillé du calendrier prévisionnel des fermetures. Et pour les personnes qui veulent juste avoir un regard global, voici un tableau résumant la manière dont nous envisageons ce plan de fermetures.

Si on regarde de plus près, le schéma est le même pour tous les services concernés :

Étape 0. D’abord, nous annonçons notre plan de fermeture d’une partie des services (ça, c’est aujourd’hui). Cela permet à chacun·e d’y voir clair, de prendre les devants et de s’auto-gérer pour prendre le relais sur tel ou tel service. Tout au long des mois à venir, nous essaierons, tant que faire se peut, de faciliter la migration vers d’autres hébergeurs de services ;
  1. Ensuite, on annonce sur chaque service concerné qu’il va bientôt être restreint, puis fermé (1ère colonne du tableau). On affiche alors sur la page d’accueil un lien vers des hébergements alternatifs (d’un même logiciel ou équivalent) que nous aurons repérés et sélectionnés ;
  2. Après, on restreint l’usage du service (2e colonne). L’idée est de fermer la porte aux nouveaux venus (ne plus pouvoir créer un nouveau compte, un nouveau calc, ou uploader un nouveau fichier) en les redirigeant vers des alternatives disponibles… tout en donnant le temps de pouvoir migrer son compte et ses données aux personnes qui sont encore inscrites sur nos services ;
  3. Enfin, on ferme le service lorsque c’est possible (dernière colonne du tableau) ou alors on l’invisibilise lorsqu’il est nécessaire d’assurer la continuité de ce qui y a été fait (par exemple, les frama.link existants continueront de rediriger vers la bonne adresse web).

On ne ferme pas tout, et certainement pas tout de suite (sauf un)

Framastory et Framanews, dont les lourdes contraintes techniques nous forcent à agir rapidement, seront les premiers à suivre cette route avec une restriction début 2020 et une fermeture un semestre plus tard. Pour tous les autres services concernés, les restrictions ne débuteront qu’à l’été 2020 (voire l’été 2021 pour certains), et les premières fermetures n’interviendront pas avant 2021 ; voire, pour certains services, pas avant 2022 !

Les seules exceptions à cette façon de faire sont, tout simplement, les services que nous ne fermerons pas (Framadate, les Framapads et MyPads, Framavox, Framagenda, Framatalk, le Framindmap collaboratif, Framacarte), auxquels s’ajoutent ceux que nous déplaçons juste dans notre axe « Culture Libre » (Framagames et Framinetest), ainsi que Framadrive (qui, lui, a très vite atteint la restriction des 5000 comptes que nous nous étions imposés… ce qui va rester ainsi).

Ah, oui…. et puis il y a Framabee, aussi connu sous le nom de Tonton Roger, le méta-moteur de recherche qui ne marche vraiment plus. D’aucuns disent qu’il faut l’achever, d’autres pensent qu’il faut lui faire dire que « Google m’a tuer », car malgré nos bidouillages, Google (et ses collègues) recevait trop de requêtes de notre part et s’est mis à les refuser en masse… comme quoi centraliser les usages, même chez Framasoft, ça ne marche vraiment pas ! Nous, on pense lui offrir une retraite anticipée : dès le mois prochain on dit bye bye à Framabee et on offre des charentaises à Tonton Roger !

Cliquez pour lire le document historique retraçant la soirée où nous avons eu la brillante idée d’avoir 3 noms de domaines pour un moteur de recherche.

Ranger le sac à dos, pour mieux avancer ensemble

Nous avons beaucoup appris. L’expérience de « Dégooglisons Internet » a démontré que lorsqu’on ne vous traite pas de consommatrices-ménagères et de clients-rois, vous savez accepter avec grâce qu’un serveur reste planté durant le week-end (parce qu’on n’impose pas d’astreintes à nos admin-sys), qu’un outil soit parfois un poil moins joli ou qu’il faille limiter son utilisation du service afin de partager l’espace avec d’autres… bref : qu’il y a une place, dans vos vies, pour du numérique artisanal, au sens noble du terme.

Toutes ces leçons, que nous récoltons depuis 2014, nous mènent à penser qu’il faut entamer une transition. Nous ne voulons certainement pas laisser les gens (vous !) le bec dans l’eau, et donner l’impression que le Libre est une promesse non-tenue. Au contraire, nous avons eu la joie d’attirer votre attention vers des solutions libres et de vous avoir aidé à les adopter (merci pour ces efforts !). Cette confiance, cette appétence pour des outils numériques pensés de manière éthique est précieuse : nous ne voulons pas la décevoir, juste l’accompagner un pas de plus sur le chemin.

dessin de Mobilizon par David Revoy
Mobilizon, illustré par David Revoy – Licence : CC-By 4.0

Vous noterez au passage que nous prenons le soin de faire ce que les géants du web n’ont jamais fait : annoncer longtemps à l’avance un plan de fermetures et travailler pour vous accompagner encore plus loin dans votre dégooglisation. Ce grand remue-ménage nous permet aussi de ranger l’ensemble des outils et expériences que nous avons accumulé dans nos sac-à-dos ces dernières années… car cela fera plus de place, plus de disponibilité à ce qui arrive.

PeerTube et Mobilizon montrent combien nous souhaitons nous éloigner du modèle de logiciels « pareils-que-google-mais-en-libre ». A partir d’octobre, nous allons prendre trois mois pour faire le point sur nos explorations de la feuille de route « Contributopia », et vous verrez qu’il y a de nombreuses choses à dire, de nombreux projets qu’on n’avait pas vus, là, tout au fond du sac à dos…

C’est un moment très excitant qui s’approche, car nous avons de nombreuses annonces et histoires de contribution à vous partager… rendez-vous mi-octobre, nous, on a hâte !

Un an pour construire une nouvelle proposition

Fort·es de ce que ces années à Dégoogliser Internet nous ont enseigné, nous avons l’intuition qu’il est possible de construire une nouvelle proposition de service moins complexe, et plus pratique, pour les usager⋅es comme pour les hébergeur⋅ses. À force d’observer vos usages et d’écouter vos attentes, nous pensons que Nextcloud, riche de ses nombreuses applications, est une piste (et on n’est pas les seul·es !). Nous croyons que ce logiciel peut répondre à a majorité des besoins des gens qui contribuent à changer le monde.

Une illustration des nombreuses utilisations possibles du logiciel Nextcloud

Nous nous donnons un an pour y contribuer (à nouveau), touiller dedans, expérimenter avec les copines et les copains afin de vous faire une autre proposition qui, nous l’espérons, facilitera encore mieux les dégooglisations…. comme les « déframasoftisations » !

Pour résumer :

  • Nous ne voulons pas devenir la « solution par défaut », et centraliser vos usages et vos attentions (c’est comme ça qu’on a créé des géants du web) ;
  • 38 services c’est une trop grande diversité et complexité de logiciels à aborder (pour vous) ainsi qu’à maintenir et promouvoir (pour nous) ;
  • Nous voulons rester une association à taille humaine, à chaleur humaine… une espèce d’AMAP du numérique ;
  • Nous proposons donc une nouvelle étape dans la décentralisation des données :
    • Fermer progressivement des frama-services pour en faire des portes qui vous renvoient vers d’autres hébergeurs ;
    • Prendre le temps de mettre en place une autre proposition simplifiée pour les usager·es (qui offrira par exemple un compte unique).
Suivre framasoft:

Réseau d'éducation populaire au Libre. Nous souhaitons faire le trait d'union entre le monde du Libre (logiciel, culturel, matériel, etc...) et le grand public par le biais d'une galaxie de projets à découvrir sur framasoft.org

76 Responses

  1. Stéphane Deschamps

    Coucou,

    Une version plein texte des fermetures et invisibilisations pour asseoir encore un peu plus l’universalité de votre message :

    Fermetures

    Framabee / Tonton Roger : quatrième trimeste 2019
    Framastory : troisième trimestre 2020
    Framanews : troisième trimestre 2020
    MyFrama : premier trimestre 2021
    Framapic : premier trimestre 2021
    Framindmap : premier trimestre 2021
    Framavectoriel : premier trimestre 2021
    Framabag : troisième trimestre 2021
    Frama.site : troisième trimestre 2021
    Frama.wiki : troisième trimestre 2021
    Framaboard : troisième trimestre 2021
    Framanotes : troisième trimestre 2021
    Framacalc : quatrième trimestre 2021
    Framadrop : quatrième trimestre 2021
    Framamemo : quatrième trimestre 2021
    Framaestro : quatrième trimestre 2021
    Framabookin : quatrième trimestre 2021
    Framaslides : quatrième trimestre 2021

    Invisibilisation

    Framaclic : premier trimestre 2021
    Framabin : troisième trimestre 2021

    J’en profite pour dire merci, pour nous avoir permis d’essayer plein de trucs, et pour nous donner des mois voire des années pour nous retourner.

      • azerty

        Correspondances :

        Framabee : searx
        framastory : pickweaver ?
        framanews : tiny tiny RSS
        myframa : shaarli
        framapic : Lutim
        Framindmap : Wisemapping
        Framavectoriel : Svg Edit
        Framabag : wallabag
        Frama.site : Grav + Dokuwiki + PrettyNoemieCMS
        Framaboard : Kanboard
        Framanotes : Turtl
        Framacalc : Ethercalc
        Framadrop : Lufi
        Framamemo : Scrumblr
        Framaestro : (dédié)
        Framabookin : Calibre + BicBucStriim
        Framaslides : Strut

        Question subsidiaire : pourquoi ne pas avoir fait des sous-domaines : ça aurait coûté moins cher non ?

  2. Julien

    1) Vous faites bien ce que vous voulez
    2) Quelque chose qui serait très positif, même si ça vous demandera un peu de temps, serait de faire un tuto expliquant comment migrer ses données vers un autre service. Parce que c’est une fonction fondamentale dans le libre, que de garder ses données à travers plusieurs logiciels, et que donc c’est une chose dont il est bon d’avoir l’expérience, pour ne pas reproduire dans le libre l’enfermement des solutions propriétaires

    • Pouhiou

      Merci Julien !

      Et oui, bien sûr, nous avons la volonté d’avoir des tutos pour faciliter les migrations. Alors on ne promet pas que tout sera prêt et parfait dès le départ, mais c’est clairement un effort que nous voulons faire, et qui correspond à notre volonté d’éducation populaire (donner les outils aux personnes pour qu’elles s’émancipent, s’autonomisent).

      • Julien

        Bonjour,
        Sans explications du comment migrer vers le nouvel hébergeur, cela nous « laisserait comme ça avec notre cabas »

        D’ailleurs, pourquoi parlez-vous de « fermeture » et pas plutôt de « décentralisation » ou « migration » vers d’autres hébergeurs ?
        Car si j’ai bien compris ce que vous essayez de dire par votre tentative à rassurer le public, c’est que les services ne vont pas fermer au sens pur et simple du terme mais seront relayés / repris / migrés vers d’autres asso/hébergeurs.

        • Pouhiou

          Oui, nous sommes bien d’accord sur l’importance des explications !

          En ce qui concerne le mot « fermeture » : nous l’avons utilisé car de notre point de vue, c’est ainsi que ça va se passer pour une vingtaine de ces services. Et en effet, du point de vue des utilisateurs et utilisatrices, c’est une migration, un clic de plus vers la décentralisation.

          Alors peut-être qu’on peut dire, a posteriori, qu’il aurait fallu plus parler du point de vue des bénéficiaires de nos services, mais voilà : ça s’est fait comme ça, et nous n’avons nullement la prétentions d’être parfait·es !

          Sachant qu’en même temps, il est important pour nous d’amener les usagères et usagers faire un petit tour dans nos coulisses (d’où ce long billet). Nous avons la volonté de montrer qu’un service web, c’est pas magique. Qu’il faut y investir du temps, du travail et du savoir-faire rien que pour l’héberger et le maintenir. Que parfois, il faut faire le choix de le fermer ou de le restreindre ne serait-ce que pour conserver ses énergies (je veux dire : avant même que de prendre en considération la volonté politique de décentraliser).

          Mais vous avez très bien compris ce message, en effet !

  3. Alexis

    Salut !

    C’est une bien triste nouvelle, mais après lecture de votre billet, c’est parfaitement compréhensible.
    Par ailleurs, j’aurais une petite question : est-ce possible que vous fournissiez en parallèle de la fin de vie des différents service, des instructions pour les remonter soit même ? Etant un utilisateur régulier de vos service et possédant un petit NAS à la maison, si je pouvais basculer certain de vos service assez simplement sur mon matos, je serais très content ^^

    • Pouhiou

      Bonjour !

      Et merci de votre compréhension ! Nous, on ne voit pas ça comme triste, car lorsque vous arriverez sur un frama-service qui aura été fermé, vous aurez des liens vers le même service, mais ailleurs : bref, au lieu de fournir le service on en devient un portail afin de faire rebondir, en un clic de plus, les usages vers plus de décentralisation.

      Sans compter que nous croyons vraiment que la solution Nextcloud peut satisfaire beaucoup de monde (à nous de trouver comment !)

      Pour répondre à votre question, nous avons rassemblé nos tutos d’installation de services sur https://framacloud.org (c’est sur du Debian), et nous avons fait en sorte que la plupart des services que nous proposons soient disponibles sur Yunohost https://yunohost.org … En espérant que ces outils soient compatibles avec votre NAS !

      • nooe

        Bonjour,

        J’imagine que c’était une décision difficile.

        Pour apporter à la réflexion, je je voudrais dire que votre notoriété est une force plus qu’une faiblesse. Si je dis « utilise Wetransfer », on me comprends. Pareil si je dis utilise Framadrop. Mais pas si je dis utilise lufi.

        Pour ce genre de services un page bien contruiste redirigeant de manière vers les chatons en en mettant un avant (à la manière du service d’inscription de nextcloud, très bien fait : https://nextcloud.com/signup/).

        On peut même imaginer les framaservices comme des clients permettant d’utiliser de façon quasi transparante les chatons. Un annuaire 2.0 en somme 🙂

  4. thomas

    merci pour tout la compagnie ! dommage que je ne m’y sois mis qu’en 2019 😉 j’espère que ma contribution (à venir) à la contributopia saura donner du sens, comme la votre à donné du sens à mon utopie perso 😉

    virttom

  5. qwerty

    Bonjour,

    Question plutôt annexe, et sûrement lié aux poches cachées de la besace. Des framasoftiens contribuent au code de certains logiciels (Wallabag par exemple). Est-ce qu’avec l’arrêt des services, ces contributions au logiciel libre pourra éventuellement continuer ou ça signe également la mort de ce type de contributions ?

    Merci ! (et bravo de tenir votre parole !)

    • Pouhiou

      Avant de te répondre je rectifie un détail : ce sont des contributeurs de Wallabag qui ont rejoint l’équipe de Framasoft, en l’occurence ;).

      Ceci étant dit, en effet, de nombreuxses membres de Frama (bénévoles et salarié·es) contribuent à des logiciels libres (code mais aussi documentation, promotion, traductions, esthétique, etc.)

      Nous comptons bien continuer, évidemment ! Cependant, il est possible que si l’on arrête d’héberger certains logiciels, on ait moins le nez dedans quotidiennement, et donc qu’on ait moins l’occasion d’y contribuer.

      Mais cela veut aussi dire qu’on aura le nez dans d’autres logiciels/projets libres… Quoi qu’il en soit, c’est pas pour rien si la feuille de route pour nos prochaines années s’appelle « Contributopia » : l’idée est de trouver comment faire en sorte qu’il y ait plus de contributions, pour des projets libres, et pour que les projets libres contribuent à une utopie que certain·es concrétisent quotidiennement !

  6. Jerry Wham

    Bonjour,

    Pour tous ces services que vous nous avez proposés et fait découvrir, merci.

    Même si je comprends tout à fait votre point de vue, il y a toujours un petit « mais » qui est le problème de l’auto-hébergement et de la maintenance qui va avec. Vous le dites vous même alors que vous êtes en équipe : vous avez du mal à maintenir tout ça en fonctionnement. Certes, le nombre d’utilisateurs est important et engendre des problèmes que l’on ne rencontre pas avec de petites structures, mais quand même, la maintenance est un vrai sacerdoce et demande quasiment un boulot à mi-temps (a minima).

    Un particulier, même s’il est passionné, aura du mal à concilier vie professionnelle, vie de famille et maintenance. J’héberge moi-même certains services (ou je les ai placé sur un mutualisé faute de mieux) et j’avoue que j’ai bien du mal à maintenir tout ça. Si le métier de sysadmin existe, ce n’est pas pour rien… ([joke]ça fonctionne : le sysadmin ne sert à rien ! ça ne fonctionne pas : le sysadmin ne sert à rien ! c’est bien connu…[/joke])

    Vous me direz, il existe(ra) des alternatives c.h.a.t.o.n.s.

    Mais tous ses services ne sont pas égaux (je ne veux pas dénigrer le travail de ceux qui partagent leur petit coin d’internet, loin de là. Mais c’est un fait.) : ils reposent pour la plupart que sur une seule personne qui donne de son temps et de sa personne et qui peut tout arrêter du jour au lendemain.

    Et c’est là que les GAFAM sortent leur épingle du jeu et où des alternatives comme les vôtres avaient un rôle à jouer même si je comprends tout à fait la problématique de la centralisation.

    Je ne sais pas s’il existe une vraie solution à tout ça : conserver ses données mais assurer soi-même la maintenance et tout ce que cela implique (temps passé, risque de perte/d’intrusion/de détournement) ? déléguer la maintenance à un service centralisateur (dans les faits, que ce soit un GAFAM ou un CHATONS) mais perdre plus ou moins le contrôle de ses données et être à la merci de ce prestataire (fermeture de services) ? arrêter d’utiliser internet pour y stocker des données ?

    • Pouhiou

      C’est un véritable enjeu de l’hébergement mutualisé.

      Et derrière cela, il y a une notion forte : celle du financement. Si on veut qu’une solution mutualisée fonctionne, il va falloir y mettre des moyens en communs, et au final cela signifie de sortir du « a priori gratuit » auquel nous ont habitué les GAFAM.

      Il y a donc un curseur à trouver, selon les envie et volontés communes, entre « pas trop gros comme Framasoft car on arrive à avoir de nouveaux problèmes » et « pas trop petit pour pas craquer sous le poids des responsabilités ».

      Ma conclusion perso : rassemblons nos bonnes volontés ! Si des personnes se sentent d’aider des hébergeurs (sachant qu’il y a plein de communication, de support… bref de contributions à apporter qui ne demandent pas de connaissances techniques), allez rejoindre un des membres du collectif CHATONS ! Y’a besoin de belles énergies pour soutenir leur travail !

      • JLuc

        Bonjour à toutes et tous,

        de la surprise naît l’énergie grâce à votre didactique, merci !

        En plus de l’enjeu financier essentiel de l’hébergement mutualisé, j’ajouterai celui de l’urgence climatique :

        veiller à ce que les hébergements et autres services en ligne soient alimentés par des énergies renouvelables n’émettant pas de gaz à effet de serre…

        car à moyen – long terme, le risque d’effondrement ne devient-il pas plus prégnant que tous les autres, même les GAFAM centralisés ?

        D’où la question :

        comment passer au plus vite d’une économie financière à une économie des contributions des communs ?

        Longue vie à Framasoft.

        • Mika38

          J’irai même plus loin JLuc.
          La meilleure façon de se préparer à un possible effondrement, c’est de se concentrer sur l’essentiel. La sobriété heureuse pour certain, d’austérité pour d’autre, pour Framasoft ça se traduit par cette phrase: « Il est temps de lancer un mouvement de transition pour sortir du réflexe « tout Framasoft ». » Tout à un début, un milieu et une fin. Et au lieu que d’être surpris par la fin, Framasoft montre l’exemple en planifiant la fin d’une époque. Les membres de Framasoft aurais pu continuer tout droit et se planter, ou pire accélérer et exploser en vol. Non, au lieu, d’agir comme un enfant, Framasoft mûri et se concentre sur l’essentiel.
          Nous pouvons voir un parallèle entre l’orientation historique de Framasoft et l’évolution que doit suivre notre société. Il grand temps que notre société fasse comme Framasoft. Il est grand temps de planifier un atterrissage en douceur, organiser la décroissance, avoir un mode de vie respectueux de la nature, poursuivre une transition écologique, voir même, se préparer à un possible effondrement de notre société « addict » au pétrole. Appeler cela comme vous voulez l’objectif est globalement le même. Le but est de changer, avant que les limites physiques de notre planète nous force à changer.

  7. Alkarex

    Pour ceux qui vont migrer depuis Framanews, nous vous attendons avec plaisir sur FreshRSS (qui peut importer votre export TT-RSS) https://freshrss.org en auto-hébergé ou chez un des CHATONS, et il y a même l’auteur original qui est en train de se lancer dans l’hébergement https://flus.io/

    • Salamandar

      J’ai testé FreshRSS mais il manque quand même l’essentiel pour moi : l’appli Android.

      • Alkarex

        Salamandar : en plus de la version Web mobile, FreshRSS est compatible avec plusieurs applications Android, comme News+, EasyRSS, FeedMe, et FreshRSS-Android, grâce à deux API relativement communes (Google Reader et Fever).

  8. Adrien

    Bonjour,

    avez vous envisagé des services premium (payant) pour vous soutenir financièrement,
    par exemple framanews ? (je suis triste de le voir partir, mais je comprends la démarche)

    Merci 🙂

    • Pouhiou

      Bonjour,

      Oui, nous les avons envisagés, et ce n’est pas dans nos envies, ni dans ce que nous sommes. Aujourd’hui nous sommes dans une relation de don : des gens contribuent à Framasoft en donnant du temps, de l’argent, du savoir-faire, et Framasoft contribue à la vie de certaines personnes en leur donnant des services, un accompagnement ou des informations.

      Entrer dans un rapport de prestataire/client·e : c’est pas nous, on sait pas faire, et d’autres savent mieux faire que nous.

      Sachant qu’ici, c’est pas une question d’argent : ce n’est pas par manque d’argent que nous fermons des services, mais dans une volonté d’accompagner vers plus de décentralisation, et vers plus de simplicité (et de sobriété volontaire de notre part).

  9. Margoooot

    Merci pour tout ce que vous avez développé ! Et merci aussi de nous renvoyer à notre responsabilité individuelle et collective. J’avoue que ça m’arrangeait bien, que d’autres se chargent de « désaliéner » mes pratiques sur le web. C’est confortable, de pouvoir faire aveuglément confiance lorsque ça commence par « frama », et de ranger son esprit critique tout en gardant bonne conscience. Mais on est loin de l’émancipation numérique… Alors merci pour cette annonce, si l’objectif était de nous motiver, pour moi, ça marche !

    Assumer les renoncements demande beaucoup de courage dans notre société du dépassement de soi et du « toujours plus », alors : courage et bravo !

    • Pouhiou

      Merci beaucoup pour ces paroles qui font chaud au cœur, et pour ce bel élan de motivation !

      Si vous allez sur https://chatons.org vous trouverez probablement un hébergeur alternatif pas trop loin de chez vous… N’hésitez pas à les contacter pour voir si iels ont besoin d’aide 😉 !

  10. lareinedeselfes

    ah mais c’est bien tout ça ! je dis pas ça parce que j’avais commencé à le faire tout en vous aimant toujours autant 🙂
    C’est vrai, que vous l’avez toujours dit que vous ne vouliez pas devenir Vizir à la place du Vizir. Vous faites ce que vous aviez dit tout simplement
    et non, un service Premium ferait fuir des gens qui veulent juste se renseigner, être accompagnés et qui ne peuvent payer pour ce service
    En tout cas Merci les Framasoftiens !
    je vous envoie des dataloves et du courage, car j’imagine que ça va être du taf de faire ça !

  11. Coq

    Bonjour !

    Félicitations pour la travail accompli. Que de changements depuis les premières années – je ne sais même plus depuis quand j’utilise les services que vous proposez !

    Je salue la démarche et en profite pour porter à la connaissance de celles et ceux qui ne connaîtraient pas le moteur de recherche startpage.com. De ce que je comprends il ressemble à Tonton Roger. C’est un moteur de recherche confidentiel, ixquick, qui exploite la puissance du moteur de Google tout en préservant votre identité. Je m’en sers depuis des années, avec un peu d’Écosia voire de Qwant à côté, et j’en suis très content.

    Pour le partage 🙂

  12. Paul-Muadib

    * ça va dans le bon sens.
    * c’est annoncé comme il faut.
    * dommage que vous ne citiez que les chatons – ça « centralise » en quelque sorte.

    • Pouhiou

      Merci !

      On a pourtant fait attention de périphraser en mode « chatons et hébergeurs de confiance » car on sait que les hébergements de confiance ne se résument pas aux CHATONS (et c’est heureux). En tous cas, lorsque nous redirigerons les gens, nous ne les renverrons pas exclusivement vers des membres du collectif CHATONS.

  13. ljf

    Bon ben j’en profite pour dire que chez ARN on a le problème inverse: on cherche des utilisateurs (parce qu’on communique moins bien que Framasoft, mais on se soigne…).

    Vous pouvez notamment regarder nos siteweb:
    sans-nuage.fr
    arn-fai.net

    Vous y trouverez quelques alternatives. Notamment pour ceux qui pense à l’autohébergement, on propose des VPS qui peuvent être préinstallé avec YunoHost

    • Pouhiou

      Merci !

      Du coup, exceptionnellement, j’ai édité ton commentaire pour que les liens deviennent cliquables et faciliter le fait d’aller voir vos propositions et vos services !

      (« exceptionnellement » car d’habitude on interdit les liens cliquables dans les commentaires du framablog pour lutter contre les spams)

  14. Nilvus

    Bonjour,

    Un grand bravo pour votre approche globale. Que ce soit sur votre existence et votre approche du numérique autant que l’approche sur votre décision ici et l’ensemble des raisons qui en sont à l’origine. En ces temps de croissance illimitée (dans un monde fini) et de volonté de dominer sur son secteur, il est tellement rare de voir une volonté de décroissance (parce que parfois c’est une meilleure décision que de chercher à faire toujours plus) tout autant que de ne pas chercher à devenir calife à la place du calife. En bref, je résumerai votre approche ici (en quelque sorte) à : « moins mais mieux (et pas tout seul) ».
    Et en prime, avec toutes les explications, claires et précises, sans langue de bois et avec quelques notes d’humour bien placées. Le tout saupoudré de respect, bienveillance vis-à-vis des utilisateurs en leur laissant le temps de l’apprendre et d’anticiper/préparer la transition. Tellement rare que c’en est émouvant d’avoir lu cet article. Un tel état d’esprit mériterait, sur de nombreux aspects de notre quotidien, d’être lui copié à l’infini (tel quel !).

    Mes 2 mains sont trop insuffisantes pour vous applaudir ici !

    • Pouhiou

      Merci !

      On va vous piquer le « moins mais mieux (et pas tout seul) » car c’est tout à fait ça et c’est tellement bien dit !

      Merci encore !

      • Nilvus

        Avec grand plaisir que vous la repreniez. Ce serait même un honneur au vu de votre magnifique travail pour faire du monde numérique un monde meilleur !

  15. MixMax

    Ah ben merde, alors !… Une promesse tenue !??
    Bravo, les gars, les filles, et merci pour tout.
    Et rassurez-vous, on se débrouillera bien sans vous… :p

  16. freakazohid

    Je viens de prendre connaissance de votre article et je suis super TRISTE! Vous fermez Framapic! Votre démarche est entendable et vos arguments, je les comprends. Je suis quand même triste. une page se tourne!

  17. BibiSky51

    après lecture de cet article, j’ai un an pour trouver où recycler mon fichier ompl issu de framanews

    je remarque que depuis tout ce temps, vous n’avez pas tenté l’élevage de chèvres pour faire du fromage, nous aurions pu avoir de la framatome :p

    • Pouhiou

      Framatome existe déjà, mais ce n’est pas du tout nous, et a priori iels font plus dans l’élevage d’uranium -_-‘…

  18. Ned

    Merci et bravo pour l’intégrité dont vous faites preuve.
    Les râleurs seront ceux qui n’ont pas voulu comprendre l’esprit de votre démarche : la promotion du Libre, la preuve par 4 qu’on peut le faire soi-même, et que tous nous en sortons grandis.
    Tant pis pour eux, et encore merci de la part des autres dont je fais partie.
    J’espère juste que ça ne veut pas dire que vous cesserez toute idée d’implémenter de nouveaux services, de mettre en avant des alternatives, ne serait-ce que pour un temps limité.

    • Pouhiou

      Merci !

      Nous n’allons par forcément cesser (nous annonçons dans cet article un nouveau service plus complet à base de NextCloud, dans un an… et il y a Mobilizon, et là il est plus que probable que nous ouvrirons une instance publique).

      Par contre, l’idée, c’est de moins s’éparpiller, de moins faire dans la quantité mais dans la qualité, afin que l’on puisse assurer des services plus solides et pérennes… et surtout présenter d’autres projets !

  19. Janremi

    Je pense que la décision est bien alignée avec votre mission mais je déplore malgré tout la disparation (future) de certains de vos services.
    Pour moi et avant tout, framasoft c’est un gage de qualité et de respect, une réputation.

    M’héberger moi-même implique un coût en temps et en soucis. Dépendre d’un fournisseur implique d’y faire confiance.

    La charte et le manifeste des chatons ne sont que des promesses, là où framasoft a gagné ma confiance au fil des années et des actions telles que celle-ci. Comment faire confiance à d’autres? Doit-on tous individuellement faire nos recherches?

    Est-ce que vous avez plans pour nous aider « émotionnellement » à se passer de vos services?
    J’imagine qu’il vous faudrait trouver un moyen de faire profiter de votre réputation à d’autres, mais comment? En réalisant des audits? En faisant des promesses de support technique ou financier? Je n’en ai malheureusement aucune idée…

    • Pouhiou

      Vous avez raison : clé, dans tout cela, c’est votre confiance, la confiance que vous (et l’ensemble des personnes qui utilisent des services libres) nous portez.

      Notre questionnement c’est : comment faire rebondir cette confiance de nous vers d’autres hébergeurs ? (des CHATONS), Comment créer une chaîne de confiance ?

      Nous estimons que nous impliquer dans une sélection rigoureuse des hébergeurs que nous proposerons est une des réponses.

      En gros, si à la fermeture de Framapic, vous voyez un message « C’est fini chez nous, mais on vous recommande les yeux fermés d’utiliser le même service chez X, Y ou Z… (ou cherchez vous-même votre hébergeur parmi la listes des CHATONS existants) », on estime qu’ayant pris la responsabilité d’afficher des hébergeurs que nos estimons solides (tout en donnant un lien vers l’ensemble des CHATONS existants), alors vous pouvez faire confiance à notre confiance.

  20. Tour Lou

    Merci pour l’intelligence de votre commentaire. Vous avez mis en mots mon malaise, je m’y reconnais à 98%. Quant au 2% restant, parce que je suis un rêveur, je me dis que l’intelligence collective prendra la relève, nous orienteras, nous apporteras l’énergie nécessaire à relever tous les défis soulevés dans cette disparition. TL

  21. Louis Derrac

    Merci pour votre incroyable travail ! J’adhère totalement à la logique, et je soutiens complètement. Bonne continuation et longue vie à Framasoft 🙂

  22. Michel B.

    Bonjour à tou(te)s,

    J’ai hésité un bon moment avant de vous écrire. D’abord par principe, tourner sept fois la langue dans la bouche avant de dire une connerie (cette règle toute simple dégonflerait déjà de moitié le échanges sur internet). Ensuite par ce que je ne veux pas avoir l’air d’un vieux con (j’ai 64 ans) qui donne des leçons aux gamins: Frama c’est d’abord votre truc et vous êtes assez grands pour décider touts seuls !

    Je souhaite néanmoins vous faire part de ce qui suit.

    * D’abord un énorme bravo pour tout le boulot accompli jusque là et dans une super ambiance qui plus est.
    * Accessoirement merci pour le plaisir d’attendre puis de se délecter chaque lundi du Krys’presso (de plus en plus fourni d’ailleurs).
    * Bravo aussi pour le courage de la remise en question, d’autant plus pertinente qu’il semblerait que votre audience s’accroisse largement.
    * Toujours bravo pour cet article qui prend la peine d’expliquer le pourquoi du comment d’hier, aujourd’hui et (peut-être) demain. Merci d’avoir pris cette peine car pour ceux qui vous suivent de loin, sans nécessairement faire partie du monde des geeks urbains, il peut être difficile d’accompagner votre démarche.
    * Vous avez jusqu’ici fait preuve de ténacité / longévité, qualités qui manquent à beaucoup d’initiatives alternatives. Ne perdez pas le fil.
    * Mais vous avez raison, « trop is te veel » comme on dit dans mon pays d’origine. Faire des choix était impérieux sous peine de dispersion / épuisement.
    * Vous avez superbement tracé la voie et montré à ceux et celles qui en doutaient que, oui, c’est possible. Les pionniers doivent être suivis par les colons, il est essentiel que votre travail d’avant-garde ne se perde pas mais soit repris / développé par d’autres. Les non geeks comme moi ont vraiment besoin qu’on leur propose des services ‘non-google’ qui soient efficaces et d’un emploi aisé.
    * Vos questions / réflexions actuelles sont essentielles, prenez le temps et l’énergie nécessaires. Le chemin parcouru est plus important que le point d’arrivée.

    Et je me réjouis réellement de découvrir sous peu vos projets …

    A bientôt, courage à vous tou(te)s !

    M.B.

  23. mess

    Je vous suis de plus ou moins loin depuis des années, je me souviens avoir participé au financement du développement de Framapad, je crois ; j’étais hyper contente que vous vous lanciez là-dedans. Tout ce que vous faites est hyper pertinent, et même cette décision aujourd’hui, même si cela a dû être difficile et que cela a aussi ses désavantages. Comme certains l’ont noté par exemple, la fragilité des petits hébergements… peut-être qu’on trouvera des moyens d’avancer de ce côté là aussi ? En tout cas, un très très gros bravo à vous pour votre travail, votre intelligence dans l’introspection, et votre intégrité. Bonne continuation !

  24. Pierre Gastie-Leroy

    Je comprends parfaitement ce changement dans la dégooglisation, framasoft nous a tenu la main pour nous emmener ver’ai une pensée émue pour tonton rogers ubuntu et ses dérivés, puis avec tonton roger, nous avons appris ç notre firefox à utiliser des métamoteurs, etc…
    J’ai une pensée émue pour tonton roger, le nom et son côté efficace et lisible.

  25. pimou

    Bonjour,

    Malgré tout, je trouve qu’il est dommage de perdre ainsi ces services. Vous devriez envisager non pas une relation client-fournisseur mais encourager les utilisateurs à faire un don ou utiliser des financements participatifs ?

    Où est-il possible de retrouver les service framawiki et framasite ?

    Bon dimanche

    • Pouhiou

      Bonjour !

      Alors les dons et les financements participatifs, c’est bien, mais nous ne fermons pas les services pour une question d’argent. Nous les fermons parce qu’il y a trop de services, trop de monde chez nous, et que soit nous acceptons de grossir encore (ce que nous ne voulons pas) soit nous devons commencer à rationnaliser afin de récupérer nos énergies.

      Imaginez que l’ensemble de ces services, c’est un petit peu comme la première « épicerie bio-locale-responsable-autogérée », et que du coup tout le monde viennent chez nous. Comme on ne veut pas devenir un hypermarché et faire de la grande distribution, il nous faut dire « on est à pleine capacité, donc on va vous renvoyez vers des copains qui font pareil que nous » 😉

      Pour Framawiki et Framasite, vous trouverez des hébergements éthique chez de nombreux CHATONS sur https://chatons.org

  26. Pacosys

    Personnellement, afin d’éviter de profiter trop des outils framasoft, je fais des dons et je m’abonne à des services similaires payants en dehors.

    Je pense qu’il serait intéressant d’avoir une version gratuite et une version payante.

    • Pouhiou

      Ce serait top que ça existe !

      Cela fait d’ailleurs des années que nous appelons de nos vœux des entreprises qui proposeraient les même services que nous (qui sont libres) mais en version payante.

      Car nous, notre petite association, non seulement nous n’avons pas les épaules pour monter un tel servbice commercial, mais en plus nous n’en avons pas la volonté.

      Mais, comme vous le faites remarquer très justement, la demande est là. D’ailleurs, vous pouvez d’ores et déjà aller chez les copains de https://indie.host/ qui ont une offre pro et sont engagés dans le collectif CHATONS.

  27. Barbutix

    Bonsoir,
    D’un côté, c’est embêtant de voir tous ces services fermés et de l’autre, enfin….. il était temps !

    Pour Framateam, il en advient quoi?
    > je ne vois aucune information et pourtant, un message m’a été adressé.
    «  » »
    Général
    @andycostanza 12:51 CEST, Septembre 24
    @all Framateam va fermer ses portes d’ici 2 ans https://framablog.org/2019/09/24/deframasoftisons-internet/ Il va falloir réfléchir à une nouvelle solution pour communiquer tous ensemble
    «  » » »

    Merci bien,

    • Pouhiou

      Comme c’est marqué dans le tableau, il n’est pas prévu que Framateam ferme, la personne qui vous a envoyé ce message a mal compris la teneur de cet article.

      Framateam sera restreint à partir de mi-2021 (donc dans un an et demi à deux ans !), probablement en empêchant la création de nouvelles teams.

      Pour la suite nous n’en savons rien, cela dépend de nombreuses évolutions (du logiciel, des hébergeurs qui proposent de telles solutions, etc.) donc on préfère se donner le temps de la réflexion…

      (et je crois que cet article prouve que s’il y a une chose que nous ne voulons pas faire, c’est fermer un service du jour au lendemain sans prendre le temps de vous prévenir et vous accompagner !)

  28. Pourtein Fabienne

    Bonjour,
    Bon, je comprends votre démarche, mais en même temps, pour qui n ‘est pas geek, et très à l’aise avec la fabrication de ses propres outils, c’est à pleurer!

    J’avais enfin trouvé quelques outils pour les associations et projets auxquels je participe, en passant des heures et des heures à surfer et à tester pour trouver les bons outils (le minimum pour éviter l’usine à gaz), qui rassemblent le maximum de services dont nous avons besoin, et en restant accessible aux personnes peu à l’aise avec le numérique. Et là patatras! tout à refaire… Et manifestement, en regardant un peu les autres propositions vers lesquelles vous nous envoyez, ça demande des compétences que je n’ai pas et qu’il n’y a pas dans mon environnement (de l’anglais technique à la technique pure et simple)…

    Framateam semblait une bonne solution, notamment, mais je ne trouve que des solutions alternatives lourdement payantes (les slacks et autres humhub, abonnement par personne et par mois, ce qui ne correspond pas à l’usage que nous avons: 50 personnes peuvent avoir accès, mais beaucoup n’interviennent qu’épisodiquement, selon projet, selon disponibilité, etc…), et pas de solution alternative…

    Bonne journée à vous!
    Fabienne

    • Pouhiou

      Bonjour,

      Comme c’est marqué dans le tableau, il n’est pas prévu que Framateam ferme.

      Framateam sera restreint à partir de mi-2021 (donc dans un an et demi à deux ans !), probablement en empêchant la création de nouvelles teams.

      Pour la suite nous n’en savons rien, cela dépend de nombreuses évolutions (du logiciel, des hébergeurs qui proposent de telles solutions, etc.) donc on préfère se donner le temps de la réflexion…

      Quoi qu’il en soit, l’idée n’est pas de vous abandonner sans solution, mais au contraire, à chaque fermeture, de vous proposer le même service hébergé ailleurs (chez des orgas en qui nous avons toute confiance)… Bref, ce sera la même chose, mais un clic plus loin !

  29. cebook

    bonjour
    je refuse totalement windows google facebook linkdel enfin tout quoi.
    j’ai mis 5 ans à trouver une utilisation à un framatruc.
    il est dans la liste des fermetures.
    tant pis

    • Pouhiou

      Bonjour,

      C’est indiqué dans le tableau de l’article : Framalistes sera restreint au début 2021 (probablement impossibilité de créer de nouvelles listes, maintien des listes existantes). Pour la suite, on n’en sait rien, cela dépend de nombreux paramètres qui auront le temps d’évoluer d’ici un an – un an et demi, donc on se donne le temps de réfléchir ensemble ;).

  30. marjorie

    Bravo pour la démarche et merci pour les services. Prenez aussi le temps de vous reposer, tout le monde y a droit. 😉

    Il y a des services que je n’ai jamais utilisé car je n’en ai pas besoin, d’autres car j’étais inscrite chez d’autres hébergeurs (par exemple INFINI, FDN pour les listes de diffusion) et il y a des services de Framasoft que j’ai cessé d’utiliser car j’ai opté pour les alternatives locales (drop, date et pad.infini.fr).

    Je suis perplexe lorsque je lis ou entend que les services des GAFAMYCU seraient mieux car ça fonctionne tout le temps et que l’on se méfie des autres hébergeurs (CHATONS ou autres) qui pourraient disparaître ou être moins fonctionnels. En fait, les grosses entreprises auxquelles on ne donne pas directement de l’argent (mais qui en gagnent tout de même grâce à nous) peuvent aussi disparaître du jour au lendemain, décider de supprimer les données des utilisateurs sans leur demander leur avis, ou déclarer que l’espace de stockage va diminuer, etc. et ce, sur simple décision de leur part sans nous consulter ; cet idée d’infini qui colle à leur image continu de me surprendre.

    Utiliser des services mis en place par des personnes que l’on peut rencontrer physiquement, qui vont fixer des limites de stockage, nous dire qu’effectivement ils ne seront pas éternels, etc., personnellement je trouve cela très sain et nous motive à réfléchir, re-penser nos pratiques et à faire des choix en évaluant nous-même les conséquences. Il s’agit de nos libertés. 🙂

    • Pouhiou

      Merci beaucoup de ces mots !

      Et en effet, quand ça marche pas chez Facebook, que ça plante chez Apple ou que Google ferme un service du jour au lendemain, la réaction d’usage c’est « c’est normal, ça arrive, c’est le business ». Quand de petites solutions alternatives sont dans la même impermanence et imperfection, la réaction c’est « c’est parce que vous n’êtes pas comme les géants ! »

      Ce qui est amusant, c’est que cette réaction, très humaine, s’observe aussi bien dans la technologie, que dans les alternatives pour notre nourriture (« ce fruit a pourri en 5 jours », c’est considéré comme normal pour un hypermarché et inacceptable s’il provient d’une AMAP), ou pour toute autre alternative, je crois.

      Mais comme on le dit dans l’article, nouer d’autres relations que la « client-fournisseur » permet d’observer que nous nous éloignons, peu à peu, de ces réflexes de consommation.

  31. Stéphane

    Bonjour et merci à toute votre équipe pour le travail réalisé.
    Je ne suis qu’un utilisateur d’applications courantes dont l’une – framaforms – va certainement me manquer plus que les autres. J’ai connu votre association en 2013 avec l’application framapad, puis framacalc. J’ai suivi, et soutenu par don annuel toute votre opération de « dégooglisation » en testant d’autres choses… Mais je suis loin d’avoir tout utilisé des 38 applications proposées !
    Je n’ai jamais trouvé d’équivalent à framaforms que je trouve plus efficace que les autres applications ouvertes disponibles. Mais sans doute allez-vous y réfléchir…
    Quant à moi, je continuerai d’utiliser fréquemment framadate, framatalk, un peu framasphère (enfin… je suis pas trop résosocio :o) et d’autres futures découvertes ?
    Bonne continuation à vous et à vos projets partagés !

    • Pouhiou

      Merci Stéphane !

      Pour Framaforms, nous allons essayer de trouver comment faire en sorte que des solutions de formulaires alternatives se multiplient avant que de restreindre la nôtre. Car en effet, la demande est importante !

  32. Teppo

    Bonjour,

    Comme une minorité de « commentateurs » ici, je suis (un peu) dévasté.

    Je suis fondateur d’une toute petite entreprise (qui n’a pas vocation à grandir démesurément) et comme dans beaucoup d’entreprises « du XXIème siècle », nous ne travaillons que sur le cloud, pour éviter les pertes d’informations, oublis de partage, mise à jour « chacun dans son coin », etc. Pour une petite entreprise dont les ressources ne permettent pas l’intégration correcte de solutions éparpillées, la solution « intégrée » type google drive reste la meilleure manière d’avoir un outil de collaboration qui fonctionne, plutôt qu’un serveur partagé, dans lequel chacun enregistrerait des données issues de différentes versions de logiciels à moitié compatibles, avec impossibilité de travailler en simultané sur un même fichier.
    C’est pourquoi depuis 4 ans, mon entreprise travaille sur google drive en attendant que l’équivalent framasoft soit suffisamment performant. J’attendais que framadrive soit « installable » sur n’importe quel serveur, d’où je pourrais créer un fichier framapad dont les données seraient tout à fait exportable vers un framacalc ou framaslide ou vice-versa… et j’avais beaucoup d’espoir.
    De la même manière que la dispersion des instances de Linux profite au maintien à flot de windows et mac (seule ubuntu jouit d’une visibilité suffisante pour se faire une petite place), la dispersion des solutions cloud open-source ne fait que renforcer la main-mise des GAFAM sur ce secteur.
    Je ne comprends pas la comparaison avec les AMAP: une AMAP tourne car son fonctionnement est tellement simple que chaque membre comprend comment ça marche et peut participer à sa maintenance. Même à toute petite échelle. Dans le cadre de l’information et des données connectées, l’usager lambda (même après des études techniques ou scientifiques) comprend trop peu pour apporter sa pierre à l’édifice. A part quelques geeks militants, personne ne va passer 6 mois de son temps à rassembler sur son serveur des modules à la compatibilité branlante et dont le résultat ne pourra être partagé qu’avec d’autres geeks ultraspécialisés. Pendant qu’1% (et encore…) des usagers s’extasent devant les AMAP du web, 99% restent confortablement installé dans leurs GAFAM sans voir l’ombre d’une alternative. Pour que ces alternatives voient le jour, il faudra bien que la majorité des AMAP du web unissent leurs forces et intègrent leurs ressources. Peut-être un modèle « la ruche qui dit oui »: chaque groupe d’utilisateurs gère son petit serveur mais les solutions techniques sont centralisées et développées par un grand nombre de bénévoles, épaulés par une base suffisante de salariés? Je pense qu’avec de bons statuts, une association peut rester attachée à ses valeurs même avec des ambitions solides.
    Si wikipédia avait dit « pour rester à taille humaine, nous allons limiter notre nombre de serveurs, d’utilisateurs et d’articles », on aurait simplement vu émerger un équivalent privé, qui aurait concentré non moins que le savoir humain entre ses mains. Imaginez wikipédia avec des pubs et une version premium. Imaginez ce que cela représenterait en cas de faillite ou en cas de chantage aux institutions…

    Sur ce, merci pour tout ce qui a été fait, et bon courage à vous… je continuerai à m’informer de vos futurs développements!

    • Pouhiou

      Bonjour Teppo !

      Sachez que la solution que vous recherchez pour votre entreprise existe déjà, et qu’elle s’appelle Nextcloud (le logiciel qui se trouve derrière Framadrive, justement). C’est justement cette solution que nous voulons explorer pour offrir un nouveau service « tout en un » dont nous parlons en fin d’article. C’est aussi pour cela que nous vouons fermer des services : pour récupérer de l’énergie et du temps afin de mettre ce nouveau service en place, en y appliquant toutes les leçons que nous avons apprises grâce à l’hébergement des services existants.

      En effet, la comparaison avec l’AMAP a ses limites : c’est normal, c’est une métaphore ! Nous voulons juste dire par là que d’une part nous avons la volonté de rester une association à échelle humaine (personnellement, si Framasoft décolle en mode startup, je quitterai le navire… et je sais que nous serions nombreuxses dans ce cas !). Nous voulions aussi dire que grandir ne nous ferait pas devenir Wikipedia, mais bien Google : héberger autant de données et d’usages, c’est rassembler du pouvoir, et créer de nouveaux problèmes. Nous sommes 35 membres d’une association face à 500 000 personnes qui utilisent mensuellement nos services (c’est une estimation basse). C’est beaucoup trop de responsabilités et cela crée de nombreux problèmes !

      Par exemple, avec le fait que Framasoft devienne connu, il y a le fait que des criminel·les découvrent et utilisent nos services, et que des requêtes judiciaires nous sont adressées. Comment conjugueriez-vous le fait de respecter au maximum la vie privée des personnes avec le fait d’aller vérifier un signalement d’activité criminelle ? Si on signale à votre modération un contenu pédo-criminel, effacez-vous sans aller voir (il s’agit peut-être d’une femme déguisée en écolière, c’est son droit) ou allez-vous voir vous même (au risque de voir une image traumatisante) ? Demanderiez vous à un·e collègue d’aller voir cette image potentiellement traumatisante ?

      Avec un hébergement de taille plus modeste, il reste possible d’entretenir une relation plus directe entre les responsables de l’hébergement et les personnes qui en bénéficient, et d’éviter ce genre de problèmes. C’est cette constatation qui nous a poussée à initier le collectif CHATONS, dont le but est, justement, « la majorité des AMAP du web unissent leurs forces et intègrent leurs ressources. »

      N’hésitez pas à aller intégrer ce collectif à et proposer votre aide à ses membres, car comme vous, nous croyons que le futur est là.

  33. Henri Contin

    Bonjour et merci à toute l’équipe de Framasoft pour les valeurs que vous défendez, pour votre professionnalisme et la qualité du travail que vous réalisez au quotidien.

    Comme beaucoup d’autres utilisateurs (y compris ceux qui ne s’expriment pas), je suis très attristé par les décisions que vous avez prises tout en en comprenant parfaitement les raisons.

    Pour ma part, je m’étais investi dans la compréhension du fonctionnement de votre service « Framasite » et de son environnement (GRAV, Markdown, Mathjax…) afin de l’utiliser au mieux pour créer et faire vivre un petit site perso. L’idée était simplement de faire connaître mes centres d’intérêt et, pourquoi pas, d’échanger avec ceux qui les partageraient. N’étant pas un spécialiste des technologies Web, je ne compte pas mes heures de recherches, d’expérimentations, de tests, d’échecs, d’échanges avec d’autres utilisateurs de Framasites… pour aboutir, au fil des mois, à quelque chose qui me satisfasse pleinement.

    Je suis conscient de la charge de travail que représente, pour Framasoft, l’installation, la maintenance et la gestion de l’environnement que vous mettez gracieusement à notre disposition. Ceci est d’autant plus vrai que la qualité de service est au rendez-vous : temps de réponse très court, taux de disponibilité élevé. Bravo !!!
    Pour alléger, autant que faire se peut, l’utilisation de vos ressources matérielles, je m’étais efforcé d’optimiser le poids de tous les éléments graphiques de mon site et de déporter sur un stockage extérieur ce qui pouvait l’être.

    Imaginant bien les coûts d’infrastructure que vous avez à assumer (ressources, stockage, abonnements, bande passante, énergie…), je me suis efforcé de contribuer régulièrement par un don annuel à ces dépenses tout en incitant mes visiteurs à faire de même.

    Mon souci maintenant est « que faire !!! »… Quelle est la meilleure direction vers laquelle me diriger pour conserver la visibilité de mes pages, que je compte enrichir régulièrement.

    J’ai bien sûr jeté un coup d’oeuil au collectif Chatons, mais j’ai bien compris que l’investissement en temps que je devrais, à nouveau, consacrer à la technique pure, pour arriver au point où j’en suis avec Framasite, me semble démesuré, tout en ne parvenant pas finalement au niveau de qualité professionnel que je trouvais avec Framasite. En résumé : consentir à nouveau de gros efforts pour un résultat de qualité inférieur !

    Je suis un peu désemparé, même s’il reste du temps pour « se retourner » ! Encore faut-il savoir dans quel sens !

    Je suis preneur de tutos détaillés pour d’abord savoir comment choisir une solution et un prestataire d’hébergement partageant les valeurs de Framasoft et capable d’assurer une qualité de service similaire à celle à laquelle vous nous avez habitués (appartenant à Chatons ou autres), ensuite installer une solution la plus proche possible du service Framasite (HTTPS, GRAV, Markdown, Mathjax, Mail, plugins…), migrer mon site vers ce nouvel environnement et le gérer au mieux.

    Le nombre de Framasites étant supérieur à 3000, je présume que ces tutos pourraient intéresser beaucoup d’autres utilisateurs. Plus les procédures seront détaillées et compréhensives par des non spécialistes, plus elles seront utiles et appréciées. J’attends énormément de ces documents.

    Je vous prie de m’excuser pour la longueur de mon message et je vous remercie de l’avoir lu jusqu’au bout 🙂
    Bonne journée
    Henri

    • Pouhiou

      Ne vous excusez pas Henri, c’est à nous de vous remercier de ces mots et de votre partage d’expérience, qui est précieux !

      En ce qui concerne les tutoriels et l’aide à la migration, c’est clairement une volonté de notre part, mais il faut bien imaginer que nous ne pourrons pas tout faire, pas tout de suite, pas tout seuls ! Nous ferons donc de notre mieux, qui sera probablement insuffisant, mais avec des bonnes volontés et des contribution, tout ceci pourra s’améliorer au fur et à mesure !

  34. Leodie

    Bonjour,

    Merci pour tout ce temps et ces compétences mises au service de la communauté depuis des années. Juste une remarque. Utilisatrice d’un certain nombre de vos services, je faisais ma petite contribution financière chaque année et vais continuer. Cependant cela risque d’être plus compliqué pour les donateurs qui vont devoir beaucoup plus saupoudrer et peut-être ne pas se souvenir de donner à tel service utilisé ponctuellement il y a quelques mois….

    • Pouhiou

      Bonjour,

      Oui. Nous avons conscience que nous annonçons ici que nous allons passer deux ans à travailler pour avoir moins de succès et probablement moins de dons à terme.

      Mais d’une part nous ne cherchons pas à grossir, donc ça peut nous correspondre, d’autre part nous imaginons que ce que nous allons faire par ailleurs nous apportera le soutien nécessaire à la poursuite de l’association. C’est dans cette optique que nous avons récemment annoncé notre nouvelle campagne : les Carnets de Voyage de Contributopia !

  35. Ocleyr2lalune

    Bonjour

    j’ai quelques souvenirs avec Frama… et en cherchant à les confirmer je m’aperçois que je vous suis depuis surement presque toujours…
    Avec Framasoft, j’ai commencé par adorer l’annuaire du logiciel libre. Découvert le libre, ses principes et ses valeurs. J’y ai découvert StarOffice / OpenOffice au tout début et puis… j’en ai fait ma référence (de Frama et de LibO aujourd’hui).
    J’ai développé mon gout pour ce principe et ces logiciels, toujours certaine que chez framasoft j’y trouverais l’info utile. Et pas l’info utile d’il y a 5 ans, Framasoft évolue avec son temps.
    Je me rappelle du suivi des débats DADVSI, décembre 2005 à l’AN sur l’ancien forum, et j’ai franchi un pas de plus à ce moment là vers le monde libre..
    Je doute que sans Framasoft, j’aurais le même métier aujourd’hui… (quand même !)
    L’annuaire avait vieilli, il a été refait et pendant ce temps…
    Je me rappelle de ce matin, où en allant bosser justement, une actu parle de la nouvelle campagne « dégooglisons » qui tout de suite prévenait : « nous ne cherchons pas à créer un nouveau Google libre » et « nous fermerons si nous devenons trop gros ». Ou des conférences de présentations, retrouvées en video, sur la taille humaine de l’asso qui doit le rester. J’ai adoré, j’adore toujours, et j’adorerais encore.
    Comme tellement d’autres, j’ai continué à en parler autour de moi, j’ai pesté quand j’entendais Doodle, et petit à petit « framadate » oui mais, ne pas devenir trop gros. Veiller à décentralisation.
    J’ai adoré les Chatons, et j’ai varié mes solutions. En changeant d’adresse mail, j’ai expliqué pourquoi à mes correspondants
    Il y a 2 ans, j’ai découvert Contributopia, je me suis demandé comment cela se concrétiserait, mais j’ai compris le discours, il n’y a rien de plus vrai. Le libre ne peut être un monde de consommateur. Si nous refusons d’être acteur, nous faisons le jeu de tous ces autres qui agissent à notre place, qui pensent à ce qu’il y aurait de mieux pour nous, qui vidangent notre cerveau. Si nous nous éparpillons comment être acteur ? Comment contribuer efficacement ?

    Et puis depuis quelques temps je tique de voir des grosses ONG qui ont des capacités techniques, des capacités d’hébergement interne, bref aucune bonne raison, mais qui utilisent les services de Framasoft. L’Etat aussi… Pourtant la mise en œuvre est toujours documentée… Alors oui, l’aspect valeur avance, mais il manque encore quelque chose.

    On ne pouvait pas attendre une autre décision de Framasoft. Cela fait 18 ans que vous nous accompagnez pour progresser avec vous dans le Libre. Nous accompagner ça n’est pas devenir un éditeur de services web. Vous avez fait magistralement le taff, passons ensembles à la suite.

    Ah et puis aujourd’hui j’ai vu cet article, j’ai senti que nous étions sur une nouvelle grande étape, et qu’elle s’annonçait toujours aussi sereine.

    Enfin bref, pour ces 18 années, et les 18 prochaines (et plus encore) Merci, Merci, Merci encore !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *