Khrys’presso du lundi 16 juillet

Brave New World
* Neutralité du Net : l’Inde vient d’adopter les « règles les plus strictes au monde »
* Les Berlinois veulent une ville sans pub
* Sécurité des objets connectés : un « trou béant » dans la loi

un personnage râle : Moi j'aime pas les trous béants

* Les Smart TVs envahissent notre intimité et cela nécessite une investigation, selon les sénateurs américains (en anglais) – voir aussi : Mouchards publicitaires : comment les télés connectées espionnent les foyers
* Face à l’algorithme, l’impossible grève des livreurs à vélo
* Les entreprises de fracturation hydraulique utilisent les informations personnelles récoltées sur Facebook pour discréditer leurs opposants (en anglais)
* Interfaces utilisateur : les techniques de design visuel utilisées pour manipuler les plus vulnérables (en anglais)

A dark user experience pattern is loosely defined as a way to trick users into performing certain actions. These actions always benefit the company employing these techniques, and often leave user out of pocket in at least one way. Sometimes this is monetary; other times it’s at the cost of privacy, time, or even user rights.
Un « modèle pervers d’expérience utilisateur » peut se définir grossièrement comme un procédé piégeant les utilisateurs, pour les amener à effectuer certaines actions. Ces actions profitent toujours à l’entreprise employant ces techniques, et l’utilisateur doit souvent payer d’une façon ou d’une autre. Parfois, il s’agit d’argent ; d’autre fois, c’est au prix de l’intimité de l’utilisateur, de son temps, voire de ses droits.

Spécial GAFAMs
* Les politiques lisent les règles de confidentialité de Gmail
Deux personnages, le premier demande à l'autre (qui lit) s'il a fini, l'autre répond que non, c'est sacrément long à lire, les CGU
* Jeff Bezos et Amazon commencent à inquiéter l’industrie de la publicité (en anglais)

Google knows what consumers are interested in, and Facebook knows who you are. But Amazon has what many in the advertising industry regard as the most important piece of the puzzle: what people buy. And the e-commerce giant is starting to capitalize on that data in a big way […] The scary part for marketers is that [data] is all walled off, and if you want the special sauce you have to play by Amazon’s rules.
Google connaît les centres d’intérêt des consommateurs, Facebook sait qui vous êtes. Mais Amazon possède ce que nombre d’acteurs du secteur de la publicité considèrent comme la pièce la plus importante du puzzle : ce que les gens achètent. Et le géant du e-commerce a commencé à tirer profit de ces données dans les grandes largeurs […] Le côté inquiétant de l’affaire pour les marketeux est que toutes ces données sont bien gardées, et que pour y accéder, il faut accepter de se soumettre aux règles d’Amazon.

* Collecte de données : Google et Apple priés de faire la lumière

Darth Vader râle : la lumière, et puis quoi encore.

* La censure mise en place par Apple pour la Chine fait crasher les Iphone (en anglais)
* Le Royaume-Uni inflige une amende de 7 minutes de chiffre d’affaires à Facebook (voir aussi : Cambridge Analytica : amende maximale pour Facebook au Royaume-Uni)
* Facebook et la lutte contre la désinformation, un double discours qui dérange

Un personnage représentant Facebook dit : nous sommes pour la liberté d'expression, mais nous nous réservons le droit de supprimer votre contenu.

* Windows 10 : Microsoft renonce à imposer Edge depuis Courrier ou Mail

La supériorité revendiquée de Edge sur les autres navigateurs suscite par ailleurs un certain scepticisme […]: « Nous voulons que les gens utilisent notre produit. Devrions nous: a) Faire un meilleur produit ou b) Ne pas leur donner le choix et leur coincer ce produit inférieur au fond de la gorge ? Ce n’est pas une question normale à poser. »

Spécial France
* Le gouvernement juge que la loi « garantit une protection effective de la neutralité du net »
* Les juteuses activités annexes de certains eurodéputés français
* « PACT », le nouveau plan d’action contre le terrorisme du gouvernement
* Directive droit d’auteur : le vote du Parlement européen fixé au 12 septembre. Lire à ce propos l’excellente tribune de Lionel Maurel : Directive droit d’auteur: la régulation au prix de la répression ?

Ne nous y trompons pas : le but réel des industries culturelles n’est pas de combattre les Gafam, mais d’utiliser le filtrage comme une menace pour négocier en position de force «un prix de gros» pour l’ensemble de leur catalogue. Leur but est d’instaurer une «licence globale privatisée» qui consacrerait définitivement la position dominante d’acteurs, comme Facebook ou YouTube, si elle voyait le jour.

* Modèle social. La Macronie veut supprimer la Sécu de la Constitution

[EDIT 17/07] Comme le signale le commentaire ci-dessous, le gouvernement a finalement renoncé à supprimer la référence à la Sécu dans la Constitution.

Un mot, dans une Constitution, ça compte énormément. Les fondamentaux d’un pays peuvent être balayés en s’attaquant à quelques lettres. La Macronie s’y emploie : elle a décidé de supprimer toute référence à la Sécurité sociale dans la Constitution. Comme si de rien n’était, la commission des Lois a profité du chantier de la réforme constitutionnelle pour faire disparaître l’un des piliers de notre République et de notre modèle social de la loi fondamentale.

* La fraternité, enfin !

La décision du Conseil constitutionnel, qui contraint le gouvernement à revoir la définition de son «délit de solidarité», est historique. Elle fera date aussi, et peut-être surtout, en raison de la place éminente qu’elle assigne au dernier terme de la devise républicaine.

Agir
Données personnelles: informez-nous, protégez-vous

Les lectures de la semaine
* Wikipédia en français, une évolution spectaculaire en 10 dates clefs
* Le moment néofasciste du néolibéralisme
* Quand George Orwell passait en revue Mein Kampf (1940) (en anglais)
* Supprimer le mot «race» de la Constitution: oui, mais…
* Mouvements de la main, vitesse de frappe : des gestes anodins qui peuvent vous trahir

Les montres connectées et smartphones collectent des informations sensibles à partir d’attitudes dont nous n’imaginons pas devoir nous méfier, du mouvement de notre main au dessus d’un distributeur de billets à l’imprécision de nos doigts sur l’écran de notre smartphone lors de la commande d’un VTC après une soirée arrosée. Cet intérêt pour l’imperceptible permet aux entreprises d’obtenir des renseignements à notre sujet, avec notre accord mais sans que nous en soyons conscients.

* Le filtrage internet s’avère inefficace contre les contenus pornographiques, selon des chercheurs (en anglais)

It’s important to consider the efficacy of Internet filtering. Internet filtering tools are expensive to develop and maintain, and can easily ‘underblock’ due to the constant development of new ways of sharing content. Additionally, there are concerns about human rights violations – filtering can lead to ‘overblocking’, where young people are not able to access legitimate health and relationship information.
Il est important de s’interroger sur l’efficacité du filtrage internet. Les outils de filtrage sont coûteux à développer et à maintenir, et peuvent facilement « sous-bloquer » à cause du développement incessant de nouveaux moyens de partage de contenu. De plus, il y a des risques de violation des droits de l’Homme – le filtrage peut amener à « surbloquer », quand de jeunes personnes ne se trouvent plus en mesure d’avoir accès à des informations légitimes concernant la santé et les relations interpersonnelles.

À (re)lire ou écouter pendant l’été
* La série d’articles « Leviathan » (accessible sous Licence Art Libre sur framagit et téléchargeable en format epub via ce lien, à compléter avec Les Léviathans V. Vie privée, informatique et marketing dans le monde d’avant Google)
* La thèse de Félix Tréguer « Pouvoir et résistance dans l’espace public : une contre-histoire d’Internet (XV-XXI siècle) »
* Des heures de conférences/cours de Michel Foucault, enregistrées en anglais et français entre 1961 et 1983 via le site openculture.com (en anglais)

Les BDs/graphiques/photos de la semaine
* Capitalisme de surveillance
* Data & Facebook
* Londres
* Sauver la princesse – comparaison de 8 langages de programmation
* Arch vs Gentoo

Les vidéos de la semaine
Les vidéos de PSES sont désormais sur PeerTube

Les autres trucs chouettes de la semaine
* WHOIS et RGPD : l’Icann peine à endiguer la vague
* On parle de PeerTube dans Télérama

devant deux cafés, discussion : le personnage de gauche remarque que l'expresso est toujours aussi corsé, le personnage de droite indique que s'il clique sur sa tasse, il pourra l'allonger

Retrouvez les revues de web précédentes dans la catégorie Libre Veille du Framablog.




Khrys’presso du lundi 9 juillet

Brave New World
* Neutralité du net : la Californie fait de la résistance. Voir aussi : La neutralité du Net fait son comeback en Californie (en anglais).
* En Ouganda, il faut maintenant payer pour utiliser les réseaux sociaux (en anglais).
* Zwielbelfreunde, la police allemande s’en prend à nos oignons (voir aussi : La police allemande accusée de mener des raids pour le moins stupides – en anglais).
* Quand les grands éditeurs irritent et abusent de leur force
* 500px abandonne les photos en Creative Commons

Mais le plus discutable n’est pas tant que 500px oriente sa plateforme de photos vers une autre direction — après tout, chaque service entend rester maître de son destin. C’est le manque de considération qu’a la plateforme a à l’égard de ceux et celles qui ont placé des photos sous licence Creative Commons sur 500px : à la question de savoir si 500px va offrir une aide à la migration pour les contributeurs existants qui soumettent des images Creative Commons, le site répond que non. « Notre plan est de supprimer la possibilité de téléverser une image à 500px avec une licence Creative Commons. Nous supprimerons également la fonctionnalité de téléchargement et de recherche d’images Creative Commons sur notre site web ».

Spécial données personnelles/Surveillance

personnage tenant une caméra de surveillance
« Vidéo Surveillance » by Lena (CC BY-NC-ND 2.0)

* États-Unis : les données de millions de personnes et d’entreprises ont fuité (voir aussi l’article original de Wired en anglais)
* La NSA efface des millions de métadonnées téléphoniques qu’elle n’était pas censée avoir
* Aux États-Unis, les TVs connectées traquent les utilisateurs par millions (en anglais)

“You appear to opt into a discovery-recommendation service, but what you’re really opting into is pervasive monitoring on your TV.”
(Vous semblez opter pour un service de recommandation-découverte, mais ce pour quoi vous optez en réalité, c’est une surveillance omniprésente sur votre téléviseur.)

* Quand les objets connectés sont utilisés comme des armes contre leurs propriétaires – voir aussi : Thermostats, verrous, lumières : les nouveaux outils de la violence domestique (en anglais).
* Quand le portable sert à espionner ses proches…
Un personnage râle : moi, je n'aime pas qu'on m'espionne
* Alors qu’ils cherchaient à savoir si votre smartphone vous écoutait en secret, des scientifiques ont fait une autre découverte : certaines applications enregistrent tout ce que vous faites et l’envoient à des tiers.
* Android : les apps ne se privent pas de faire des captures d’écran
* L’Europe utilise les données des smartphones comme une arme pour déporter les réfugiés (en anglais).

Spécial GAFAMs
* Gmail : vous avez probablement laissé des développeurs lire vos mails
* Gmail ne scanne pas vos mails. Ses partenaires, en revanche…
* Gmail : oui, des tiers lisent vos emails, et vous auriez dû le savoir
* Polémique Gmail : tout ce que pourquoi la Silicon Valley est détestée
deux personnages, le premier pleure parce que Google lit tous ses mails, le second lui réplique qu'il n'avait qu'à lire les CGUs
* Facebook : l’enquête Cambridge Analytica prend de l’ampleur
* Facebook a identifié la Déclaration d’indépendance des États-Unis comme un discours haineux
* Facebook débloque, mais se soigne
* Facebook est-il un éditeur ? En public, la réponse est non, mais en cour de justice… (en anglais)
* RGPD : Google, Amazon et Facebook ou Claudette au bal des vampires

Spécial France
* 3 volets pour le futur cloud souverain de l’Etat français . Voir aussi : Souveraineté numérique : la France précise ses plans dans le cloud
* Tous les examens seront-ils bientôt surveillés à distance par des humains ou des algorithmes ?
* La Smart City policière se répand comme traînée de poudre
* La France lancera en 2020 un indice de réparabilité des appareils électroniques
* Le « délit de solidarité » censuré par le Conseil constitutionnel au nom du « principe de fraternité ». Voir aussi : «Délit de solidarité» : la fraternité érigée en principe constitutionnel

La lutte – et la victoire ! de la semaine
* Directive Copyright : 146 organisations lancent un ultime appel au Parlement européen
* En quoi la directive Copyright menace-t-elle le web et Wikipedia (en anglais).
* Wikipédia ferme ses portes en Italie pour s’opposer à la directive sur le droit d’auteur
* Après l’Italie, Wikipédia ferme en Espagne, Pologne, Lettonie et Estonie
* Directive Copyright : le Parlement européen dit non et reprend la main
* Le Parlement européen écarte la directive controversée sur le droit d’auteur
* Directive sur le droit d’auteur : une victoire du lobbying des GAFA, vraiment ?
* Sur YouTube, la détection automatique des contenus soumis à droit d’auteur ne satisfait personne et même, peut aboutir à des situations complètement absurdes, comme ce YouTubeur accusé de violation de droits d’auteur sur sa propre chanson !

deux personnages, le premier a une guitare et dit que c'est lui qui a fait la chanson, le second lui répond que ce n'est pas ce que lui a dit son algorithme

Les lectures de la semaine
* Ce que le numérique fait au droit
* Comment financer le logiciel libre ? un vrai sujet
* Un jeune libriste part à l’asso des mauvaises habitudes
* Contribuer à un logiciel libre dans une formation en école d’ingénieur
* Darknet : faut-il démanteler la revente illégale de la liberté de s’exprimer et de s’informer ?
* Alain Damasio : « Rendre désirable autre chose que le transhumanisme »

Avec un vélo, si ta chaîne saute, tu peux la remettre toi-même et repartir : tu as une autonomie par rapport à l’objet car tu sais comment il marche et tu peux le réparer. Avec un vélo électrique, tu peux pédaler, mais si la batterie lâche ou s’il y a un problème technique, tu es démuni, et là tu es en situation d’hétéronomie. L’objet ne t’« empuissante » pas, il te retire une faculté.
Apple a été très précurseur là-dessus. La stratégie de ses managers a toujours été la fluidité absolue : tout doit être simple, fluide, ergonomique. Et ce sont les premiers à avoir fait des technologies tellement propriétaires qu’ils t’ont foutu dans l’hétérénomie absolue : ça marche ou ça ne marche pas. La dépendance est maximale […]
Je pense qu’on a réussi à mettre en place des systèmes qui font que tu as à peine besoin d’un coup de pouce pour que les gens les mettent en place. Les GAFA par exemple ne font que mettre à disposition un ensemble d’outils qui potentialisent des choses. Mais c’est tellement bien fait, ergonomique, lié à des logiques de commodité, de fluidité, de facilité que tu vas t’en emparer et aller là où ça les arrange. Ce n’est même pas eux qui mettent en place le mécanisme d’aliénation, ils ne t’imposent rien. Il faut interroger cette façon que nous avons de nous piéger nous-mêmes.

deux personnages, le premier demande au second pourquoi il se pièger lui-même, le second lui répond : bonne question

Agir
Pour Tim Berners-Lee, il est temps de « descendre dans la rue » pour sauver le Web

Les BDs/graphiques de la semaine
* Reaching people on the internet
* Les algorithmes et le week-end
* Heaviest objects in the universe
* Calm down
* Sunglasses
* Simone Veil

Les vidéos de la semaine
* En podcast, toutes les interventions de Pas Sage En Seine 2018 (et en version torrent : 2017 et 2018)
* Et si on quittait les réseaux sociaux ?
* Data brokers, les courtiers de nos données

devant deux cafés, discussion : le personnage de gauche dit que c'est fou, le nombre de trucs qui se passent en une semaine, le personnage de droite indique que s'il clique sur sa tasse, il en aura encore plus

Retrouvez les revues de web précédentes dans la catégorie Libre Veille du Framablog.




La FIFA ne veut pas qu’on danse de joie devant sa télé

Le football déclenche en ce moment même de féroces passions, mais aussi la rapacité de la FIFA. Voici un fait-divers qui l’illustre, il est digne de figurer dans le célèbre Copyright Madness de Numerama… c’est à la fois drôle et consternant.

Danser devant sa télé ? Pas question, dit la FIFA 

Source : FIFA Is Not Okay With Dancing In Front of the TV

Traduction Framalang : wyatt, simon, goofy

Nous voilà en pleine Coupe du monde de foot. Ça veut dire qu’on marque des buts. Et chaque but marqué donne lieu à une célébration enthousiaste. Voici par exemple une compilation (lien vers YouTube) de fans de football aux États-Unis qui fêtent un but de la dernière minute pendant la Coupe du monde de 2010. Ah, que de souvenirs.

Eh bien pourtant, la FIFA ne semble pas aimer que les fans de foot fêtent les victoires devant leur écran de télé. Cet organisme vient d’envoyer une mise en demeure de retrait pour une vidéo de 5 secondes montrant un petit garçon qui danse de joie dans le salon familial.

On distingue à l’arrière-plan l’écran de télévision dont l’image a été floutée depuis

 

Suite à un but marqué pendant le match Angleterre-Tunisie, Kathryn Conn a mis en ligne une vidéo de 5 secondes de son fils de 7 ans qui fête le but. Mrs Conn a expliqué que son fils est un« fan absolu des Spurs et qu’il voue littéralement un culte à Harry Kane, donc il s’est mis à danser de joie dans le salon. Malheureusement, la danse s’est déroulée devant l’écran de télévision qui diffusait encore le match. Et s’il y a une chose avec laquelle la FIFA ne rigole pas du tout, c’est bien leur copyright.

Mrs Conn raconte que le lendemain matin au réveil elle s’est rendu compte que la vidéo avait été supprimée de Twitter accompagnée d’un avertissement indiquant que c’était dû à une demande de retrait relative au DMCA (Digital Millennium Copyright Act) venant de la FIFA, laquelle était apparemment très ennuyée qu’une image floue en arrière-plan d’une partie de football dans une vidéo de 5 secondes puisse influer sur l’audience de l’événement sportif le plus attendu à la télé britannique en 2018.

Hmmm. un gamin qui danse dans une brève vidéo avec du matériel sous copyright en arrière-plan ? Nous espérons que ça ne prendra pas 10 ans de procédure comme dans l’affaire du bébé dansant pour que la FIFA en tire la leçon. La FIFA devrait respecter le fair use (usage raisonnable et acceptable) et respecter ses propres fans aussi…

 




Khrys’presso du lundi 2 juillet

1- Brave New World
La Chine bloque HBO après la satire de Xi Jinping par John Oliver dans son show Last Week Tonight (en anglais ; le lien direct vers la vidéo)
Venezuela is blocking access to the Tor network
Bac 2018 en Algérie : la coupure Internet plombe l’activité des entreprises
Les gens se vengent des robots en trompant les caisses sans humains des supermarchés
L’intelligence artificielle au service de la conformité au RGPD
Cloud Act, l’offensive américaine pour contrer le RGPD
Aux États-Unis, les données de géolocalisation téléphoniques désormais protégées par la Constitution
La Californie vote une loi sur la protection des données (voir aussi : La Californie fait voter une loi plus exigeante en matière de vie privée) mais Facebook et Google manœuvrent et font du lobbying en sous-main, en y consacrant des centaines de milliers de dollars, pour éviter que cette loi ne gêne leur business, d’après The Intercept.
Le MIT peut voir vos mouvements au travers des murs grâce au Wi-Fi

Playing with Ghosts – Photo par Wade Simmons (CC BY 2.0)

 

À partir de quel moment une entreprise de la tech devrait-elle refuser de développer des outils pour le gouvernement ? (en anglais).
2 – Spécial France…
Des véhicules autonomes à la demande expérimentés à Rouen, une première en Europe
Le ticket de caisse va-t-il disparaître ?
Le gouvernement interpellé sur les parents qui utilisent leurs enfants sur YouTube
Grande école du numérique : 11.000 étudiants, peu de femmes et de CDI
Le Conseil constitutionnel appelé à se prononcer sur le « délit de solidarité »
Dans un rapport, la Cimade souligne la hausse en 2017 des « non-admissions » aux frontières en France
Le recours aux armes à feu par les policiers a fortement augmenté en France en 2017

3 – GAFAM
• Données personnelles : l’UFC Que Choisir dénonce les petits arrangements entre GAFAMs (actu reprise entre autres par Numerama et Le Monde).
Pourquoi Facebook et YouTube se lancent dans le payant
Facebook et YouTube seraient les deux services qui exposent le plus les enfants au sexe, à la violence et aux suicides
• Google aime l’open source…(en anglais) mais aussi les DRM
• Ah tiens, en parlant de DRM : Metal Gear Rising injouable sur Mac à cause des DRM 😉

 

Image d’après Etamme (CC BY 3.0) En savoir plus sur les DRM ? Une synthèse de l’APRIL est disponible

 

 

Sinon, cette semaine, Facebook continue à se prendre les pieds dans le tapis…
Facebook s’emmêle et fait fuiter des données Facebook Analytics
Sur Facebook, des tests de personnalité très bavards
• On connait désormais quelles sont les différentes sociétés à qui Facebook livrait des informations liées aux utilisateurs de sa plateforme, en d’autres termes, vos données de profil.
…à ne plus trop savoir sur quel pied danser…
Facebook abandonne l’idée de construire ses drones donnant accès à Internet, mais pas le projet Aquila
Le Festival de Film de Fesses n’est pas le bienvenu sur Facebook
… alors du coup…
Facebook n’est plus l’idole des jeunes (snif ;-))

Copie d’écran : désolé, quelque chose s’est mal passé

4 – Toujours plus de PeerTube !
Dans la « presse »
PeerTube: An Open Source YouTube Alternative To Beat Censorship
PeerTube, le YouTube libre, se finance sans peine sur Kisskissbankbank
Et aussi…
Peertube en page d’accueil de Qwant \o/
Les instances repérées cette semaine
L’instance de la Blender Foundation
L’instance Peertube de l’académie de Lyon
Une instance pour partager des vidéos en Creative Commons
Skeptikón, une instance peertube autour de la zététique, de l’esprit critique, du scepticisme de manière plus générale.

5 – Les lectures de la semaine
Les mèmes les plus toxiques sont aussi les plus performants

La guerre des navigateurs est terminée et nous l’avons perdue.

Nous l’avons perdue parce que nous avons abandonné le futur de l’informatique personnelle — le web et le mobile.

L’essentiel du parc est contrôlé par une régie publicitaire dont le modèle économique est de surveiller et régenter tout ce que vous faites sur vos appareils. Google et Chrome c’est ça.

(…)

Le résultat c’est que nous avons besoin d’Opera, Firefox et Edge, aujourd’hui, même si ce n’était que pour forcer Chrome et Safari à continuer à jouer le jeu. Ceux qui ont connu la première guerre des navigateurs savent de quoi on parle. On joue un peu l’avenir du web et du mobile. Rien que ça.

À lire dans : Après la seconde guerre, le web et le mobile

Jusqu’où va aller l’hypocrisie des géants du net et des fabricants ?
• Gee publie Working Class Heroic Fantasy chez Framabook « un livre pour donner la niaque »
Engagement_atypique, le parcours de quota_atypique interviewée pour le framablog.

6 – Les BDs/images/graphiques de la semaine
Personnalisation
Appeau
Une question de principes
Please note…
Les maths, c’est vache…(ment bien)
Fierté
Coupe du Monde
Verre à moitié plein…
BD : « La guerre des fourmis » (épisode final)

7 – Les vidéos de la semaine
Les données collectées par les pisteurs
Droit d’auteur : doit-on marquer les œuvres à la culotte ? (podcast)
Interview de Pouhiou au JT de @LeMediaTV

8 – Les actions de la semaine
Plaintes massives dans toute l’Europe contre la rétention illégale de nos données (voir aussi : 62 associations s’attaquent à la rétention des données de connexion en Europe et Conservation des données par les opérateurs télécoms: 62 associations saisissent la Commission européenne ).
Directive Copyright : le vote du Parlement européen fixé au 5 juillet
Texte commun : « Nous ne laisserons pas Bure devenir la nouvelle affaire Tarnac !
ToS;DR : aidez à noter les conditions générales d’utilisation que personne ne lit

9 – Les autres chouettes trucs de la semaine
StartTLS Everywhere : le projet pour que vos mails soient transmis en toute sécurité
GNOME et Mozilla s’associent pour atteindre le monde universitaire
Les RMLL 2018 Strasbourg arrivent à grand pas !
linuxjobs.fr/ arrive sur Mastodon ! (plusieurs comptes, chercher @linuxjobsfr)

 

devant deux cafés, discussion : le personnage de gauche voudrait un café allongé, le personnage féminin de droite indique qu'il suffit de cliquer sur sa tasse pour accéder à son blog

Avec à nouveau un grand merci à Goofy pour le coup de patte 🙂




Engagement_atypique

Une trajectoire hors du commun au bénéfice du bien commun : on aimerait bien qu’il y en ait beaucoup comme elle pour s’engager de façon aussi déterminée et compétente. Son parcours méritait bien une interview.

 Nous espérons entamer une série d’interviews de libristes qui comme elle sont particulièrement impliqué⋅e⋅s dans des projets et luttes complexes, au nom de l’intérêt général.

Bonjour, peut-on te demander de te présenter en quelques mots ?

quota_atypique au micro au cours des journées du libre à lyon 2018
Quota_atypique aux JDLL de Lyon, 2018 – photo d’Antoine Lamielle – CC BY-SA 4.0

– Je m’appelle quota_atypique, je suis venue pour vous mobiliser.

Bénévole depuis 2010 à La Quadrature du Net, je suis présidente de la Fédération FDN depuis un an et quelques semaines, et à la tête du groupe de travail de la même association en régulation des télécoms. Dans la vie, je suis doctorante en sciences de l’information et de la communication.

Peux-tu remonter un peu dans le temps et nous dire quand et pourquoi tu as mis le doigt dans l’engrenage de la contribution au Libre ?

Eh bien, ça remonte à… 2010 : je n’étais pas du tout dans le monde du libre à l’époque, mais déjà dans l’associatif –  j’étais au CA du MAG-Jeunes LGBT. J’ai assisté à un cours sur la neutralité du Net qui m’a complètement retournée : le soir même j’étais sur le site de La Quadrature du Net !
Plus tard dans l’année, j’ai entamé une étude ethnologique de quelques semaines au hackerspace Le Loop, pour mon Master. J’étais adoptée par les hackers à la fin.
À l’été 2011, j’ai assisté à ma dernière Marche des Fiertés en tant qu’orga, et ensuite je suis partie au Chaos Communication Camp avec La Quadrature. Le virage était pris. Ça a littéralement changé ma vie 🙂

Ça fait un bon moment qu’on te voit t’impliquer sur des questions de « régulation des télécoms » mais je me demande bien de quoi il s’agit au juste, c’est très technique ? Tu peux nous expliquer ? C’est quoi l’enjeu ?

Ça fait trois ans. Je suis tombée dans la marmite de la régulation des télécoms en 2015, au tout début de ma thèse.
C’est technique à sa manière, en fait : ça parle plus de droit et d’économie que de télécoms. Je trouve que ça donne une entrée assez intéressante pour apprendre les télécoms, pour s’emparer des choses, autre que l’ingénierie télécom. Mais c’est indéniablement ardu, il y a beaucoup de jargon, même si l’ARCEP fait des efforts de pédagogie.

L’enjeu, c’est simple : vous avez d’un côté Internet, l’outil dont on s’est doté pour changer la société (ce que Benjamin Bayart explique bien). De l’autre, vous avez le capitalisme (oui, rien que ça). Le premier a été conçu pour permettre, structurellement, plus d’ouverture. Le deuxième pousse à la recherche d’intérêts personnels à court terme. Si l’on veut que le deuxième respecte le premier et en bonus les droits fondamentaux des gens, il va falloir lui tordre le bras.

Pour moi, l’enjeu fondamental de la régulation des télécoms c’est ça : enrayer les engrenages d’un système, qui, si on le laisse faire, ne laissera aucune place à l’intérêt général et à la sauvegarde de nos droits fondamentaux sur Internet. La régulation seule ne suffit pas. C’est vrai que si on changeait de système ça irait mieux, certes. Mais en attendant, c’est pas plus mal d’enrayer ça et c’est pour moi l’enjeu principal de la régulation.

C’est un sujet dense et compliqué et les textes sont tout sauf minces ! On n’acquiert pas ce savoir-faire du jour au lendemain, surtout quand ce n’est pas ta formation. Est-ce que tu peux nous raconter comment tu y es arrivée et quels conseils tu donnerais aux personnes qui voudraient suivre ta voie ?

Non mais c’est juste le Code des Communications Électroniques Européen qui est énorme. Les autres textes ne sont pas aussi horribles !

Si j’ai appris en grande partie seule, j’ai aussi été soutenue et poussée de l’avant. Je dois beaucoup aux copains, Benjamin Bayart en première ligne, pour avoir eu la patience d’expliquer le fonctionnement de mille choses, et surtout pour m’avoir répété et répété et répété : « tu es légitime » . L’environnement des FAI associatifs est très « capacitant » de ce point de vue, les gens qui y participent ont envie de t’expliquer des choses et vont te pousser devant.

Ce que je conseillerais à d’autres, c’est :
– de ne pas avoir honte de poser des questions à ceux qui savent : il faut bien commencer quelque part et, vraiment, la plupart du temps les fédérés sont ravis d’expliquer.
– de s’accrocher : il y a une part du travail qui est solitaire, personne ne peut lire les premiers documents à ta place, ça il faut le faire toi-même. Après tu peux aller voir Machin qui sait et lui demander si ton interprétation est bonne. Mais si t’as pas essayé, tu peux pas savoir et donc pas poser les questions pour progresser.
– de ne pas avoir peur du jargon, ni de lire beaucoup. Le jargon, ça s’explique, et la régulation c’est vraiment beaucoup de lecture.
– de travailler en équipe : ça m’a beaucoup aidée de fonder ce groupe de travail sur la régulation, parce qu’on s’entraidait : quand je savais quelque chose, j’expliquais, quand je ne savais pas, on m’expliquait. Le savoir et les analyses se construisent beaucoup dans la discussion.

Cela t’a amenée à fréquenter des institutions telles que l’ARCEP et le RIPE connues mais lointaines pour une bonne partie d’entre nous. Qu’est-ce que tu peux nous en dire ? Ça fait quoi de rencontrer ces personnes et d’évoluer dans ces milieux ?

Je fréquente peu le RIPE, bizarrement, même s’il y aurait des choses à faire. J’ai jamais réussi à m’incruster à un seul événement !

En revanche, oui, j’ai été amenée à fréquenter pas mal l’ARCEP.
Très personnellement ça m’a fait du bien. Je me suis construite quasi toute seule en ce qui concerne les télécoms, et avoir un dialogue aussi constructif avec des agents de l’ARCEP, qui venaient chercher mon avis, aussi – pas seulement celui de Benjamin, ça donne une forme de légitimité.

Ce qu’on fait à l’ARCEP ressemble à du lobbying classique auprès d’instances dirigeantes. Je suis assez partisane de la stratégie qui vise à démontrer par a+b qu’on a raison, calmement, sans forcément aller au fight et c’est ce que j’essaye de faire là. Ça veut pas dire qu’on passe notre temps à leur dire qu’ils ont raison ou qu’ils font bien les choses, ce n’est pas vrai. On dit aussi quand ça ne nous va pas. On est toujours entendus et je crois qu’on est écoutés – je crois que ça paye, d’argumenter solidement. Ça ne suffit pas pour changer les choses – sinon depuis trois ans on aurait vu des changements notables dans la régulation, mais le dialogue qu’on a installé avec l’Arcep, qui est assez franc, me semble sain. Et donc j’en suis contente.

Mais le boulot des FAI associatifs et de leur fédération, c’est juste d’agir sur les régulations et la législation ? Ou y’a aussi des actions plus physiques (genre monter sur les toits) ?

Oui, on monte sur les toits !
Le boulot de la Fédération est surtout d’agir sur le terrain en fait. Ça ne sert à rien de demander à accéder à la fibre optique si on n’opère pas dessus… Notre mission première est de construire le réseau qui fabrique le monde dont on veut. La deuxième est d’empêcher les opérateurs de tourner en rond – en utilisant notre place atypique de citoyens qui font du réseau – avec la régulation.
Donc oui, ça comprend monter sur des toits pour amener de l’Internet là où il n’y a rien, brancher des câbles, racker des routeurs dans des datacenters… il y a une partie physique. C’est avant tout une histoire de fabriquer de l’Internet, ce truc.

Les bénévoles de l’association Illyse installent une antenne pour qu’une « zone blanche » des monts du Lyonnais puisse accéder à Internet.

La FFDN vient tout juste de tenir son assemblée générale annuelle, cela doit être un événement important et riche pour vous, quel bilan en tires-tu ? Dans quelle direction va la fédération ?

D’un point de vue purement associatif, j’en tire un bilan mitigé, mais optimiste. On s’est beaucoup occupé des sujets -– clivants et moins clivants – internes à notre fonctionnement, et je trouve, pas assez des questions qui nous meuvent : c’est quoi nos grands sujets ? c’est quoi l’enjeu de telle et telle action ? C’est dommage, il ne faut pas qu’on perde ça de vue. En revanche, comme chaque année, j’aie la preuve qu’on travaille avec de très belles personnes, que les associations sont capables de vraiment tisser des choses incroyables en fabriquant de l’Internet. Ça donne espoir.

Où va-t-on ? Vers plus d’ouverture, on cherche à agrandir la brèche qu’on a ouverte dans le petit monde des télécoms, je crois. On a envie d’essaimer davantage (d’avoir plus de membres), on est très motivés pour faire bouger les lignes sur l’accès à la fibre optique et je suis assez convaincue qu’on fera bouger des choses, on a entamé un travail sur l’inclusion que je trouve important. Enfin, on a relancé les initiatives de formation. Il y a du travail !

Tu as été réélue coprésidente de la FFDN (félicitations !), qu’est-ce que ça fait d’occuper ce poste ? c’est une lourde responsabilité ? Qu’est-ce que tu retiens de cette première année et que veux-tu pour la prochaine ?

À la Fédération, la plus lourde responsabilité est pénale. C’est (notamment) moi que ça engage, l’action contentieuse de l’association, par exemple. Mais au quotidien, c’est en fait pas si prenant, les fédérés s’auto-organisent beaucoup. Il faut juste avoir un œil sur ce qui se fait, pour suivre. L’autre gros travail consiste à présider les réunions (parfois…) et l’AG formelle.

J’ai longuement parlé de ce que ça fait d’occuper ce poste, ici sur mon blog. Ce que je retiens de ma première année de mandat c’est qu’il s’agit d’un poste qui est difficile à définir (on attend à peu près tout et son contraire de toi), et qui est fatigant, non pas à cause de la charge de travail mais de la charge émotionnelle.

Je me vois plus comme un porte-parole, et c’est comme ça que j’utilise ce poste – c’est l’une des rares choses que j’aie compris devoir faire. Je donne plus de conférences, d’interviews, etc.

J’espère arriver à prendre un peu plus ma place l’année prochaine, avoir un peu plus de vision politique. J’apprends toujours : avec le temps, je pense qu’en mûrissant et en prenant plus de confiance je serai une meilleure présidente 🙂

D’ailleurs, si on veut contribuer à vos actions, on fait comment ? On va où ? (et est-ce que vous mordez ?)

On ne mord pas 🙂
Le meilleur moyen pour s’y mettre c’est de contacter le FAI associatif le plus proche de chez soi ! Il y a une carte sur db.ffdn.org.
La plupart des assos membres de la Fédération tiennent une permanence ou une réunion mensuelle. Certaines ont même un local ! Rien ne vaut le contact humain : venir, poser des questions, discuter…

Contrairement à ce qu’on peut penser, pour contribuer à un opérateur associatif, il n’y a pas besoin d’être forcément très bon en technique.

1/ Ça s’apprend

2/ On a aussi besoin de communicants, de graphistes, de gens doués en compta, en droit, en vidéo en…

Bref on a besoin de tout le monde. Viens, on verra après !

dans un jardin, quelques groupes autour de 3 tables, atmosphère estivale (photo par Opi sur son blog)
Plutôt cool les réunions de travail à la FFDN… Photo par Opi sur son blog (licence wtfpl)

 

Lorsqu’on parcourt ton blog et qu’on suit tes réflexions on y décèle une forte influence de philosophes (Foucault, Platon, Kant et bien d’autres) que tu n’hésites pas à citer et utiliser pour soutenir ton travail et tes analyses. En quoi ces philosophes sont pertinents pour comprendre le numérique ? Quelle lecture tu en fais ?

Un jour, je me suis rendu compte que je n’allais pas pouvoir rattraper les ingénieurs qui m’entouraient sur leur terrain. Par contre, la philo, j’en ai fait à haute dose en prépa, et j’ai une solide culture dans le domaine, qui m’autorise à faire une lecture philosophique du monde sans trop me tromper et en étant à peu près légitime à le faire.

Ces philosophes sont pertinents dans l’analyse parce qu’ils fournissent des cadres de réflexion – pour peu qu’on les utilise rigoureusement, sans faire des enfants dans le dos à l’auteur. Ça permet de voir s’agencer des systèmes.

Aussi, le numérique est un outil pour faire société, on ne dit pas qu’Internet est le fil dont est tissé la société pour rien : au final les bonnes questions sont des questions de société. Moins de solutions d’ingénieurs qui répondent parfois élégamment à des faux problèmes et plus de : qu’est-ce que ça fait au tissu social ? À la démocratie ? Les philosophes se posent ces questions depuis le Ve siècle avant JC, ils sont de bon conseil.

Avant de t’investir dans le milieu libriste, tu avais déjà un engagement associatif et militant. Est-ce que tu peux nous parler de ton parcours ? Est-ce que ces combats t’accompagnent toujours et est-ce qu’ils sont faciles à mener en milieu libriste ? Comment tu vois la communauté libriste sous ces autres angles ?

Comme je le disais au début de l’interview, j’étais donc militante pour les droits LGBT avant. J’ai fait plusieurs choses. J’ai été administratrice du MAG-Jeunes LGBT au moins 4 ans, au cours desquels je m’occupais surtout d’animer une petite revue, la Magazette qui était lue par les adhérents. C’était passionnant, un vrai travail éditorial et une petite équipe : je tenais la ligne du journal, je faisais des interviews, je critiquais des spectacles… J’ai ensuite fait de l’accueil au local, pour les jeunes qui venaient nous voir. Ça a été un déchirement de rendre les clés du local, j’avais construit des choses fortes avec cette asso, et je lui dois beaucoup, aussi…

Je suis out depuis presque dix ans. Je suis toujours militante pour mes droits à titre privé – même si j’ai plus de mal à me situer dans l’éventail politique des luttes queer d’aujourd’hui.

J’ai hérité de cet engagement l’enracinement de mon travail militant dans celui d’Harvey Milk – c’est pour ça que je commence toujours avec « je suis venue pour vous mobiliser ». Je continue à penser que la visibilité de la différence est importante pour faire avancer les droits. Je me sers pour ça de mon titre de présidente. On peut être une meuf, on peut être queer ; on peut être le porte-voix d’opérateurs associatifs. C’est possible. Je suis contente de voir que d’autres présidentes dans la fédé ont été élues après moi. Mon but est d’ouvrir une brèche.

Enfin, je suis sensibilisée à la lutte contre les discriminations. Je sais ce que c’est que le sexisme et l’homophobie et j’essaye de balayer devant ma porte en amenant les garçons à penser et agir autrement, doucement. Le milieu du libre est très masculin, le milieu des télécoms est encore plus rude, je trouve. C’est loin d’être un hasard si peu de filles et de personnes LGBT l’investissent. Les fédérés sont très à l’écoute et progressent plus vite que le reste du milieu sur ces questions, et c’est génial, mais il y a encore tellement de travail…

Petite question Contributopia : dans le monde rêvé de la FFDN, et dans le tien, il y aurait quoi ? (vas-y, fais-toi plaisir, c’est open-bar utopique !)

Je vais parler juste en mon nom, ça va simplifier. Alors attention, voilà la liste de courses :

  • Un autre système économique moins écrasant – qui rendrait donc la régulation moins nécessaire, j’envisage parfaitement de me mettre au chômage
  • Des filles, partout. Aux postes de direction, dans tous les métiers, juste tellement partout que garçon ou fille pour exercer une activité, c’est plus un critère. Homo ou pas cesse d’être un critère aussi. En fait, de manière générale, j’aimerais que le numérique cesse d’être un truc d’hommes blancs cis. Ce truc sert à nous relier. Il n’y aucune raison de laisser le privilège de nous relier à une seule catégorie de la population, c’est pas fair-play.
  • Une infrastructure en communs : puisque Internet nous permet à tous de communiquer, pourquoi ça ne serait pas dans le giron par la puissance publique ? Genre comme l’eau, comme le rail, comme tout ce qui sert à tout le monde (on m’a dit : open-bar utopique !)
  • Un Internet qui ne sert plus à surveiller ou à vendre des trucs mais à apprendre ensemble et se parler : dans ce monde idéal, on a enfin gagné !

Je pourrais continuer encore, mais c’est pas mal, là.

On aime bien laisser le mot de la fin à nos invités, alors c’est à toi !

Je vais répéter ce que disait Benjamin :

à la fin, on gagne. La question est de savoir quand.

 

 




Khrys’presso du lundi 25 juin

C’est avec plaisir que nous accueillons la revue de web de Khrys : elle a accepté de partager avec vous son œil attentif et son esprit aiguisé. Ce qui suit a été élaboré à partir de la veille perso qu’elle maintient sur son blog.

1- Brave New World
L’addiction aux jeux vidéo officiellement reconnue comme une maladie mentale.
• Nombre de webcams, caméras de surveillance et autres « babyphones » utilisent des systèmes de contrôle à distance extrêmement mal sécurisés qui permettent assez facilement à des personnes extérieures de prendre le contrôle de ces appareils (en anglais).
RGPD : vers une loi de protection des données personnelles aux USA ?
La Cour suprême US remporte une victoire en faveur de la vie privée (en anglais)
Mes messages peuvent être lus par d’autres ? Adieu application !
• Le Conseil de l’Union Européenne adopte son mandat de négociation sur la base de données interopérable « Big Brother », indiquant clairement que cette dernière comprendra toute personne dont les données personnelles auront été « traitées » par le Système d’Information de Shengen (SIS) ou d’Europol (EIS) (en anglais).

2 – Spécial France…
L’élection du nouveau président de la Hadopi est officialisée.
Que dit la charte numérique qui pourrait avoir valeur constitutionnelle ?
Quand le gouvernement remanie discrètement les lois renseignement.
Renseignement : la sécurité intérieure franchit les frontières
Cybermalveillance : la plateforme livre ses premiers chiffres.
Rejet par le Conseil d’Etat du recours de la Quadrature du Net et de F(F)DN sur les modalités de mise en œuvre du blocage administratif des contenus sur Internet.
Les lobbies, un défi pour l’État et la gouvernance.
À Bure, la complémentarité des pratiques fait peur au gouvernement.
«Profondément choquée», la CNCDH alerte sur le traitement des migrants à la frontière franco-italienne.

3 – GAFAM
G comme…
Google Home et Chromecast peuvent dévoiler très précisément l’emplacement de votre foyer.
Données personnelles sur Google : et la lumière fut ?
• Un groupe influent d’ingénieurs informaticiens de chez Google a refusé il y a quelques mois de travailler sur un dispositif de sécurité d’avant-garde basé sur la technologie « air gap », qui aurait pu permettre à Google d’emporter des contrats militaires sensibles (en anglais).
• Méthode Google : engloutir toutes les données patient afin de construire des analyses prédictives sur notre état de santé.
A comme…
Apple condamné en Australie à 5,8 millions d’amende pour sa politique de réparation d’iPhone.
Faille macOS : la fonction Quicklook permet de visualiser le contenu de volumes chiffrés.
F comme…
Facebook renforce ses solutions de monétisation de vidéo pour attirer les créateurs.
Voici 18 choses sur vous que Facebook surveille (en anglais) et dont vous n’aviez peut-être pas encore conscience. Certes, Facebook est loin d’être le seul à traquer vos mouvements de souris (Google le fait aussi, par exemple pour vérifier que vous n’êtes pas un robot) ou vos données de géolocalisation, mais ce qui le rend véritablement unique est la quantité d’informations qu’il parvient à récolter via le « pixel Facebook », les boutons « like » et « share », etc.
A comme…
Amazon va installer 1 000 lockers dans les gares françaises.
Comment Amazon veut remplacer les cabines d’essayage.

passants regardant unpanneau qui affiche "je te vois me regarder"
« Je te vois me regarder » (Londres, 2012) Photo Andrew Grill (CC BY 2.0)

Des actionnaires demandent à Amazon d’arrêter de vendre sa technologie de reconnaissance faciale à la police.
• Envie d’être écouté en permanence ? Après Alexa à la maison, Alexa dans les hôtels… Avec ce « service », les clients pourront réserver leur séance au spa, interagir avec les différents services de l’hôtel, contrôler la musique de leur chambre… Amazon affirme que les données enregistrées seront effacées au moment du check-out. Les établissements hôteliers pourront quant à eux utiliser Alexa pour obtenir des statistiques et autres « feed-backs » (en anglais).
M comme…
Microsoft critiqué par ses employés pour avoir collaboré avec la police des frontières américaine.
Fronde chez Microsoft suite à sa collaboration avec l’immigration américaine.
Microsoft lance une école d’intelligence artificielle à Castelnau-le-Lez

4 – La bataille (mais pas la guerre) perdue de la semaine
Filtrage : déluge de critiques sur l’article 13 du projet de directive sur le droit d’auteur.
Pourquoi la directive européenne sur le droit d’auteur alarme tant ?
Protéger le droit d’auteur avec des robots : un risque pour les droits et libertés fondamentaux.
Pourquoi le Parlement européen va peut-être faire disparaître les memes ?


Filtrage du net, taxe sur les liens : une bataille est perdue, mais pas la guerre.
Nous pouvons encore gagner : les prochaines étapes concernant la Directive Copyright (en anglais).
Directive droit d’auteur : mise en place d’un filtrage généralisé et automatisé sur Internet ; vote décisif en juillet.

5 – La chouette tendance de la semaine : YouTube bloque, PeerTube se développe
Mais pourquoi YouTube s’est-il mis à bloquer des vidéos pédagogiques du MIT (et aussi les vidéos de Blender) ? (en anglais).
YouTube bloque mondialement les vidéos de Blender. Résultat ? La Fondation Blender décide de tester PeerTube \o/ (en anglais).
• Du coup, on parle de PeerTube sur TorrentFreak (en anglais)
• Du côté de KDE, les vidéos officielles sont pour l’instant toutes sur YouTube. Cet article (en anglais) explique pourquoi il serait bon de passer à l’alternative PeerTube – et liste des instances compatibles.
• Et PeerTube est aussi dans Mr Mondialisation, avec une interview de Pouhiou
Et parmi les instances découvertes cette semaine…
Qu’est-ce que tu GEEKes est aussi sur PeerTube.
La Délégation Académique au Numérique Éducatif de Lyon a lancé son instance Peertube.
Hoot.Video, une instance Peertube appartenant à la Dear.Community.
Les vidéos PeerTube de la semaine
La ville de Fontaine parle de son passage aux logiciels libres sur son instance PeerTube.
(Pour qui ne connaîtrait pas encore…) Big Buck Bunny.
• Une autre animation Blender avec un chien un peu idiot (on est dans la fiction hein) : The Daily Dweebs.

6 – Les lectures de la semaine
• Héberger soi-même des services, ça reste délicat mais c’est important, Drysusan vous explique : Pourquoi « s’emmerder » à héberger ses services
Sécurité, vie privée : peut-on faire confiance aux enceintes connectées ?
• Lycéens et étudiants ne sont pas «nés avec des technologies » mais avec des usages. Une réflexion ouverte sur les enjeux des usages du numérique dans l’enseignement : Des étudiants connectés. Vraiment ?
Empreintes digitales de navigateur (browser fingerprinting) : comment le RGPD pourrait changer les règles du jeu (en anglais).
Les caméras à reconnaissance faciale n’ont pas leur place dans les écoles (en anglais).
Pourquoi les migrants «ne sont pas une charge économique» pour les pays européens, selon une étude du CNRS
Les bonnes raisons d’adopter des poules
deux chats discutent l'air renfrogné : "ils veulent adopter de spoules" "quelle bonne idée"...

7 – Les actions de la semaine
On peut désormais participer au projet Common Voice de Mozilla en français
Aidez PeerTube à grandir encore !
Et vous pouvez aussi aider à traduire !
Une présentation de PeerTube sur Peertube… que vous pouvez aider à sous-titrer !

8 – L’histoire de la semaine
Les premières images de la Lune avaient une bien meilleure résolution qu’on ne le pensait (mais fallait pas le dire aux russes) (en anglais).

9 – La bonne idée de la semaine
Les câbles d’Internet utilisés pour détecter les séismes sous-marins

10 – Les BDs/images/graphiques de la semaine
La coupe du monde vue par l’admin sys
Les tableaux commencent à…
Clavier bananes (une activité proposée par www.polymatheia.org)
Gestion du peuple
Avarice
1789-2018
Filtrage ublock
Paranoïa
BD : « La guerre des fourmis » (épisode 5)

11 – Les autres chouettes trucs de la semaine
Une liste assez exhaustive de services réseau et d’applications web libres pouvant être hébergées localement (en anglais).
PixelFed, l’Instragram libre et fédéré (les inscriptions à pixelfed.social sont désormais closes, mais d’autres instances restent disponibles : https://pix.hostux.social ; https://pxlfd.me ; https://pix.tedomum.net ; https://admires.art…)
L’European Space Agency (ESA) a mis en ligne l’intégralité des photos (environ 100 000) de Rosetta et c’est sous licence libre 🙂

devant deux cafés, discussion : le personnage de gauche voudrait un café allongé, le personnage féminin de droite indique qu'il suffit de cliquer sur sa tasse pour accéder à son blog

Merci à Framasoft pour m’avoir proposé de faire cette revue de web sur le Framablog, merci à Gégé pour l’illustration, et à Goofy pour le coup de patte.




21 degrés de liberté – 21

Dans ce bilan de nos degrés de liberté perdus, il est question de déterminer les responsabilités et de réaffirmer la nécessité de lutter collectivement contre la menace d’extinction des droits que nous avions crus acquis.

Voici le dernier article de la série écrite par Rick Falkvinge. Le fondateur du Parti Pirate suédois récapitule, comme dans les épisodes précédents que nous vous avons déjà livrés, la perte des libertés dont nous disposions encore assez récemment, avant que le passage au tout-numérique ne nous en prive.

Conclusion : la vie privée est menacée d’extinction dans notre monde numérique

Source : Rick Falkvinge sur privateinternetaccess.com

Traduction Framalang : draenog, goofy.

Dans une série de billets sur ce blog, nous avons montré que quasiment tout ce que nos parents tenaient pour acquis en rapport avec la vie privée a été complètement éliminé pour nos enfants, au simple motif qu’ils utilisent des outils numériques plutôt qu’analogiques ; et les personnes qui interprètent les lois disent que la vie privée ne s’applique qu’aux anciens environnements analogiques de nos parents.

copie d'écran du film 1984

Une fois d’accord avec le constat que la vie privée semble simplement ne plus s’appliquer pour nos enfants, uniquement parce qu’ils vivent dans un environnement numérique et non analogique comme celui de nos parents, la surprise devient choc puis colère et on a très envie de rendre quelqu’un responsable de la suppression de cinq générations de lutte pour les droits civiques pendant que les gens regardaient ailleurs.

À qui la faute, donc ?

On peut mettre ici plus d’un acteur en cause, mais une partie du blâme revient à l’illusion que rien n’a changé, simplement parce que nos enfants du numérique peuvent utiliser les technologies obsolètes et démodées pour obtenir les droits qu’ils auraient toujours dû avoir par la loi et la constitution, quelle que soit la méthode par laquelle ils parlent à leurs amis et exercent leurs droits à la vie privée.

Nous avons tous entendu ces excuses.

« Vous avez toujours le secret de la correspondance, il vous suffit d’utiliser la bonne vieille lettre analogique ». Comme si la génération Internet allait le faire. Vous pourriez aussi bien dire à vos parents d’envoyer un télégramme pour bénéficier de droits élémentaires.

« Vous pouvez toujours fréquenter librement la bibliothèque. » Certes, uniquement si elle est analogique, pas numérique comme The Pirate Bay, qui ne se différencie d’une bibliothèque analogique que par son efficacité, et par rien d’autre.

« Vous pouvez encore discuter de ce que vous voulez. » Oui, mais seulement dans une rue ou une place analogique, pas dans les rues ou carrefours numériques.

« Vous pouvez encore sortir avec quelqu’un sans que le gouvernement ne connaisse vos préférences. » Seulement si je préfère sortir avec quelqu’un de la manière dont nos parents le faisaient, dans le monde analogique risqué, à comparer au monde numérique sûr où les prédateurs s’évanouissent d’un clic sur le bouton « bloquer », une possibilité que nos parents n’avaient pas dans des bars douteux.

Les lois ne sont pas différentes pour l’analogique et le numérique. La loi ne fait pas de différence entre l’analogique et le numérique. Mais aucune loi n’est au-dessus des personnes qui vont l’interpréter dans les prétoires, et la manière dont les gens interprètent ces lois signifie que les droits à la vie privée s’appliquent toujours au monde analogique, mais jamais au monde numérique.

Ce n’est pas sorcier d’exiger que les mêmes lois s’appliquent hors ligne et en ligne. Ceci inclut les lois concernant le droit d’auteur, ainsi que le fait que le secret de la correspondance est supérieur au droit d’auteur (en d’autres termes, il est interdit d’ouvrir et d’examiner une correspondance privée pour des infractions dans le monde analogique, pas sans mandat individuel et préalable – nos textes de lois sont pleins de ces pouvoirs et contre-pouvoirs ; ils devraient s’appliquer au numérique aussi, mais ne le font pas aujourd’hui).

Pour revenir sur le blâme, voici un protagoniste : l’industrie du droit d’auteur. Leurs représentants ont soutenu avec succès que leurs lois monopolistiques devraient s’appliquer en ligne exactement comme elles s’appliquent hors ligne et ce faisant ont complètement ignoré les pouvoirs et contre-pouvoirs qui s’appliquent à leurs lois monopolistiques dans le monde analogique. Et puisque la copie de films et de musiques s’est déplacée vers les mêmes canaux de communication que ceux que nous utilisons pour la correspondance privée, le monopole du droit d’auteur en tant que tel est devenu fondamentalement incompatible avec la correspondance privée.

L’industrie du droit d’auteur est consciente de ce conflit et a continuellement poussé à dégrader et éliminer la vie privée pour soutenir à toute force ces monopoles obsolètes et qui tombent en ruine. Par exemple en promouvant la détestable Directive sur la conservation des données (maintenant clairement invalidée par les tribunaux) en Europe. Ils utilisent cette loi fédérale (ou son équivalent européen) pour littéralement obtenir davantage de pouvoir que la police pour poursuivre des particuliers qui partageaient simplement de la musique et des films, qui les partageaient comme tout le monde le fait.

Il y a deux autres facteurs majeurs à l’œuvre. Le deuxième est le marketing. Si nous sommes suivis pas à pas dans les aéroports et autres centres commerciaux, c’est simplement pour nous vendre encore d’autres trucs dont on n’a pas besoin. Ceci au prix de la vie privée que nos parents analogiques tenaient pour acquise. Et on ne parle même pas de Facebook ou Google.

Enfin et surtout il y a les faucons de la surveillance – les politiciens qui veulent paraître « durs contre le crime », ou « impitoyables contre le terrorisme », ou tout autre élément de langage de la semaine. C’est eux qui ont insisté pour que la Directive sur la conservation des données devienne une loi. Et c’est l’industrie du droit d’auteur qui en fait l’a écrite pour eux.

Ces trois facteurs conjoints ont été largement mis à contribution.

Cela va être une longue et difficile bataille pour regagner les libertés qui ont été gagnées petit à petit par nos ancêtres sur à peu près six générations, et ont quasiment été abolies en une décennie.

Il n’est pas délirant de demander que nos enfants aient dans leur environnement numérique au moins l’ensemble des droits civiques dont nos parents bénéficiaient à l’ère analogique. Et pourtant, cela ne se passe pas comme ça. Nos enfants ont raison de demander des droits à la vie Privée équivalents aux analogiques – les droits civiques dont nos parents non seulement bénéficiaient, mais qu’ils tenaient pour acquis.

J’ai peur que n’avoir pas su transmettre ces droits civiques à nos enfants ne soit considéré comme le plus grand échec de la génération actuelle, quels que soient les progrès accomplis par ailleurs. Une société qui repose sur la surveillance généralisée peut s’imposer en dix ans seulement, mais peut prendre des siècles à défaire.

La vie privée reste votre propre responsabilité aujourd’hui. Nous devons tous la reconquérir, simplement en exerçant nos droits, avec tous les outils à notre disposition.




21 degrés de liberté – 20

Aujourd’hui nos employeurs peuvent intercepter nos communications passées sur notre lieu de travail, une nouvelle atteinte à la vie privée que n’auraient pas admise nos parents et dont nos enfants sont victimes.

Voici déjà le 20e article de la série écrite par Rick Falkvinge. Le fondateur du Parti Pirate suédois aborde ici le droit légal des employeurs à prendre connaissance de nos messages quand ils sont passés dans l’entreprise.

Le fil directeur de la série de ces 21 articles, comme on peut le voir clairement dans les épisodes précédents que nous vous avons déjà livrés, c’est la perte de certaines libertés dont nous disposions encore assez récemment, avant que le passage au tout-numérique ne nous en prive.

Votre patron ne pouvait pas lire votre courrier. Jamais.

Source : Rick Falkvinge sur privateinternetaccess.com

Traduction Fralang : dodosan, Susyl, goofy.

Slack vient tout juste de mettre à jour ses conditions générales d’utilisation pour permettre à votre employeur de lire vos conversations privées sur des canaux privés. Nos parents auraient été choqués et horrifiés à l’idée que leurs chefs ouvrent les colis et lisent les messages personnels qui leur étaient adressés. Pour nos enfants dans le monde numérique, cela fait partie de la vie de tous les jours et ne mérite qu’un haussement d’épaule.

un homme à son bureau de travail encombré d'ordinateurs est en train de téléphoner
Photo par philcampbell (CC-BY 2.0)

Le bon vieux système téléphonique, parfois appelé par son abréviation anglaise POTS, est un bon exemple de la façon dont les choses devraient se passer, même dans le monde numérique. Les législateurs avaient vu juste dans l’ensemble à ce sujet.

Lorsque quelqu’un passe un appel téléphonique – un appel à l’ancienne, analogique – on sait que la conversation est privée par défaut. Peu importe à qui appartient le téléphone. C’est la personne qui l’utilise, à cet instant précis, qui a tous les droits sur ses capacités de communication à l’instant T.

L’utilisateur a tous les droits d’utilisation. Le propriétaire n’a aucun droit d’intercepter les communications ou d’interférer avec elles sur la seule base du droit de propriété.

Autrement dit, être propriétaire d’un outil de communication ne donne pas automatiquement le droit d’écouter les conversations privées passant par cet équipement.

Malheureusement, cela ne s’applique qu’au réseau téléphonique. Qui plus est, uniquement à la partie analogique du réseau téléphonique. Si quelque chose est même de loin numérique, le propriétaire peut intercepter pratiquement tout ce qu’il veut, pour n’importe quelle raison.

Cela s’applique particulièrement au lieu de travail. On pourrait soutenir qu’on n’attend aucun respect de la vie privée quand on utilise l’équipement de son employeur. Cela revient précisément à oublier qu’une telle intimité était primordiale pour les POTS, il y a moins de deux décennies, quel que soit le propriétaire de l’équipement.

Certains employeurs installent même des certificats numériques wildcard1 sur les ordinateurs de l’espace de travail, dans l’objectif bien particulier de contourner la sécurité de bout en bout entre les ordinateurs des salariés et le monde extérieur, effectuant ainsi une attaque dite « homme du milieu ». En termes politiquement corrects, cette pratique est appelée « interception HTTPS2 » et non « attaque de l’homme du milieu » quand elle est menée par votre employeur et non par un autre attaquant.

Puisque nous en sommes à comparer analogique et numérique et la façon dont les droits à la vie privée se sont évaporés en passant d’une époque à l’autre, il est intéressant de jeter un coup d’œil aux lois qui régissaient un fort ancien moyen de communication, la correspondance postale. Demandez-vous si votre patron pouvait ouvrir votre courrier simplement parce qu’il vous était adressé sur votre lieu de travail.

Les lois sont un peu différentes selon les pays sur ce point, mais en général, même si votre patron ou entreprise étaient autorisés à ouvrir votre correspondance (c’est le cas aux USA mais non en Angleterre), ils n’étaient en général jamais autorisés à la lire (même aux USA) ;

Tout au contraire, pour le courrier électronique, vos employeurs ne se content pas de lire la totalité de vos courriels, mais ont souvent engagé une équipe entière pour le faire. En Europe, la chose est allée jusqu’à la Cour Européenne des Droits de l’Homme, qui a statué qu’il est tout à fait normal pour un employeur de lire la correspondance la plus privée, pourvu qu’il en informe les employés (ce qui piétine au passage l’espoir d’une confidentialité par défaut)

Il va de soi que ce principe qui s’applique aux courriels maintenant un peu démodés s’applique désormais aussi à tous les moyens de communication d’aujourd’hui, tels que Slack.

De sorte que pour nos enfants de l’ère numérique, l’idée suivant laquelle « le courrier c’est privé et il vous appartient, peu importe si vous le recevez au travail » semble définitivement oubliée. Encore un principe que nos aînés de l’époque analogique tenaient pour acquis, et pour lequel ils n’ont pas cru nécessaire de combattre.

La vie privée demeure de votre responsabilité.




21 degrés de liberté – 19

Notre vie privée dans l’intimité familiale est espionnée, comme dans les dystopies des années 50, par des caméras que nous installons nous-mêmes et dont profite la surveillance étatique.

Voici déjà le 19e article de la série écrite par Rick Falkvinge. Le fondateur du Parti Pirate suédois aborde ici l’espionnage à domicile auquel nous consentons.

Le fil directeur de la série de ces 21 articles, comme on peut le voir clairement dans les épisodes précédents que nous vous avons déjà livrés, c’est la perte de certaines libertés dont nous disposions encore assez récemment, avant que le passage au tout-numérique ne nous en prive.

Des télécrans dans nos salons

Source : Rick Falkvinge sur privateinternetaccess.com

Traduction Framalang : dodosan, draenog, Susyl, Maestox, redmood, goofy + 1 anonyme

Les récits dystopiques des années 50 racontaient que le gouvernement installerait des caméras dans nos foyers, pour nous observer et nous écouter en permanence. Ces récits étaient tous à côté de la plaque, parce que nous avons installé ces caméras nous-mêmes.

Dans le monde analogique de nos parents, il était considéré comme absolument acquis que le gouvernement ne nous observerait pas dans nos foyers. C’est une idée tellement importante qu’elle est même écrite dans les constitutions d’États partout dans le monde.

Et pourtant, pour nos enfants du numérique, cette règle, ce fondement, ce principe est simplement… ignoré. Au seul motif que leur technologie est numérique et n’est plus la technologie analogique de nos parents.

Il existe de nombreux exemples qui illustrent la manière dont ceci a été mis en place, bien que ce soit absolument interdit. Peut-être que le plus visible est le programme OPTIC NERVE de l’agence de surveillance britannique GCHQ, qui a enregistré des chats vidéo sans que les personnes concernées ne le sachent.

Oui, cela signifie que le gouvernement était effectivement en train de regarder dans les salons des gens à distance. Oui, cela signifie qu’ils ont parfois vu des personnes nues. Beaucoup de « parfois », en fait.

D’après un résumé du Guardian, plus de 10 % des conversations enregistrées auraient été sexuellement explicites, et 7,1 % contenait de la nudité indésirable.

Appréciez ce terme. Prononcez-le à haute voix, pour entendre par vous-même à que point il est oppressif. « Nudité indésirable ». La manière dont vous êtes décrit par le gouvernement, dans un fichier vous concernant, quand ils espionnent votre foyer privé sans votre permission.

Lorsque le gouvernement vous décrit comme ayant une « nudité indésirable » dans votre propre foyer.

Il y a de nombreux autres exemples, comme les écoles publiques qui activent à distance les webcams qu’elles ont installées, ou même le gouvernement US qui admet ouvertement qu’ils utiliseront vos appareils contre vous.

Il est difficile de ne pas penser à la citation de 1984 que voici :

Le télécran recevait et transmettait simultanément. Il captait tous les sons émis par Winston au-dessus d’un chuchotement très bas ; de plus, aussi longtemps qu’il restât dans le champ de vision que la plaque de métal commandait, il pourrait être vu aussi bien qu’entendu. Naturellement, il n’y avait pas moyen de savoir si, à un moment donné, on était surveillé.

À quelle fréquence, ou suivant quelle logique la Police de la Pensée se branchait une écoute individuelle était une supposition. Il était même concevable qu’ils observent tout le monde tout le temps. Mais quoi qu’il en soit ils pouvaient se brancher sur votre écoute quand ils le voulaient. On devait vivre – vivait, d’une habitude devenue instinct – avec la supposition que chaque son que vous émettiez était entendu, et que, excepté dans l’obscurité, chaque mouvement était observé.

— extrait de Dix-neuf Cent Quatre-vingt-Quatre, George Orwell

Et bien sûr, ceci est déjà arrivé. Les soi-disant « smart TV » d’LG, Vizio, Samsung, Sony et probablement d’autres ont été surprises à faire exactement ça – espionner leurs propriétaires. Il est contestable que les données récoltées l’aient été par le fabricant de la télévision seulement. Il est tout aussi contestable qu’elles soient récupérées par les officiers de police toquant à la porte de ce fabricant, au motif qu’il n’a pas le droit de garder de telles données pour lui, et que le gouvernement veut en profiter aussi.

Il n’y a absolument aucune raison pour que nos enfants du numérique ne puissent pas jouir des droits à la vie privée équivalents au monde analogique, et d’avoir leur propre maison pour eux-mêmes. Un droit que nos parents analogiques avaient tenu pour acquis.

La vie privée demeure de votre responsabilité.




Funkwhale, les baleines mélomanes libres et décentralisées

Aujourd’hui nous laissons bien volontiers les commandes à Narf, une étudiante actuellement en stage chez Framasoft. Sa mission porte sur la vulgarisation des concepts de « fédération », notamment au travers de PeerTube, mais aussi plus largement du protocole ActivityPub. Afin de découvrir cet univers (ou ce fediverse ;)), nous lui avons proposé d’interviewer des personnes travaillant ou réfléchissant autour de cette problématique.

Comme beaucoup d’entre vous, je me pose de nombreuses questions sur l’avenir d’un internet où des géants monopolisent et centralisent l’espace public sans nous demander notre avis. La construction de nos propres médias sociaux semble être une belle manière de s’émanciper, tout en chérissant notre réseau social. Celui avec lequel nous aimons partager nos pensées, des bribes de nos joies ou tristesses, des vidéos qui nous ont fait rire, réfléchir, des musiques qui nous font frissonner. L’enjeu est de taille, vous ne trouvez pas ?

Cependant, contrairement au modèle que les géants cherchent à nous imposer, il faudra que chaque personne puisse, si elle le souhaite, poser sa pierre pour construire les villages de ce nouvel univers appelé le fediverse. Pour ce faire, il ne suffit pas d’avoir une pierre à poser, il faut aussi pouvoir la tailler, savoir pourquoi et comment la poser. On sait bien ça chez Framasoft ! Lors de ces quelques mois que je vais passer dans l’asso, je vais apprendre sur les concepts de « fédération » et essayer de transmettre au maximum ce que j’aurai appris afin qu’ensemble nous rendions plus facile l’accès à cet univers !

Avec le projet Funkwhale, Eliot Berriot participe, à sa manière, à la construction du fediverse. Nous avons voulu en savoir plus sur son parcours et sur ce projet : on apprend une nouvelle fois que technique et vision de société ne vont pas aller l’un sans l’autre.

Salut Eliot, est-ce que tu pourrais te présenter brièvement ?

Alors je m’appelle Eliot, j’ai 25 ans, et je suis tombé dans le développement de façon assez tardive / inhabituelle (je pense) : à la base, j’ai fait un bac L et des études pour devenir libraire ! Au cours de mes études supérieures, j’ai commencé à faire de la programmation en python pour le plaisir (sur le site du zéro, à l’époque), et petit à petit j’ai fait des sites web pour les amis, la famille etc. À tel point qu’à un moment, j’ai fini mon cursus (en licence pro) et je me suis établi à mon compte en tant que développeur web freelance. J’ai fait ça pendant 1 an ou 2, puis j’ai rejoint une SCOP, Au Fond À Gauche, où j’ai travaillé pendant plus de deux ans en tant que développeur / chef de projet technique. Après quoi, j’ai rejoint ma boite actuelle, People Doc où je me trouve depuis Octobre 2017, toujours comme développeur.

Super intéressant ce parcours en auto-formation !

Complètement en autoformation, oui. C’est un truc qui me plaît énormément dans ce monde là : la possibilité d’apprendre a son rythme, avec les ressources disponibles.

Nous, on t’a connu grâce à ton projet Funkwhale. Est-ce que tu pourrais le présenter aux lecteurs du Framablog ?

Le concept de Funkwhale est assez similaire à Grooveshark, d’où le nom d’ailleurs. Pour ceux qui ne connaissent pas, Grooveshark était un service de streaming musical, un peu comme Deezer ou Spotify, très axé sur les interactions entre utilisateurs, le côté social. L’expérience utilisateur était vraiment bonne, avec un player web de qualité, et la possibilité d’écouter de la musique pendante des heures sans pub. Le service a été fermé il y a quelques années suite à des soucis avec les ayants-droit.

Le logo de Funkwhale

Il y a cependant des différences qui sont : le développement sous licence libre, la possibilité d’installer et de gérer son instance Funkwhale sur son serveur, en autonomie, comme avec Mastodon, par exemple. Et bien entendu, on n’est pas encore à parité fonctionnelle avec Grooveshark. Il y a certaines fonctionnalités qui étaient présentes (et aussi sur d’autres services de streaming, j’imagine), qui ne sont pas encore réimplémentées dans Funkwhale. Par exemple, les broadcast, une fonctionnalité que j’aimais beaucoup : un utilisateur peut live-streamer des musiques de son choix et ceux qui le souhaitent peuvent se connecter sur ce stream et écouter la même musique, au même moment un peu comme une radio. Ça permet de partager et de découvrir de la musique sur un mode très fun.

Effectivement, c’est sympa comme fonctionnalité, ça met plus d’interaction dans le partage. Ça fait sens si tu as envie de créer une vraie communauté autour de la musique !

Tout à fait : chaque broadcast avait aussi un chat, et les utilisateurs pouvaient suggérer des chansons à jouer ensuite, c’était très participatif. Je crois même que certaines personnes faisaient des broadcasts à temps plein et en tiraient des revenus.

Qu’est ce qui t’as motivé à faire ce projet ?

C’est le résultat d’un parcours perso assez long. En parallèle de ma découverte du développement, je me suis beaucoup intéressé aux questions d’auto-hébergement. J’essaie depuis environ 5 ans d’héberger le plus possible mes données et de ne pas me reposer sur des services tiers / fermés (pour les mails, la synchro de fichiers, etc). Quand les solutions existantes ne me satisfaisaient pas, il m’est arrivé de développer des outils perso (par exemple, mon premier gros projet web était un lecteur de flux RSS / moteur de blog). A un moment, Grooveshark que j’utilisais beaucoup a fermé, et j’ai commencé à me dire « tiens, et ça, si je l’hébergeais ? ». Malheureusement, les solutions existantes ne me satisfaisaient pas, principalement pour deux raisons :

  • Soit je les trouvais peu agréables d’utilisation,
  • Soit elles étaient mono-utilisateur, alors que je voulais quelque chose qui puisse permettre à des personnes de se retrouver autour de la musique, comme sur Grooveshark.

Du coup, j’ai retroussé mes manches, et j’ai commencé à travailler sur Funkwhale. Ça remonte à deux ans et demi / trois ans, à peu près. La première version était assez… pas terrible, disons-le. Mais ça marchait quand même, je pouvais importer mes artistes préférés et jouer ma musique sans dépendre de personne et sans pub, et ça, c’était cool ! Ensuite l’année dernière, j’ai entrepris une réécriture complète de l’interface (qui était ce qui posait le plus problème), pour arriver en gros sur ce que l’on a maintenant. Comme ça devenait utilisable et assez riche fonctionnellement, j’ai commencé à en parler sur Mastodon, en début d’année, et puis cela a pas mal pris 🙂

Qu’est-ce qui différencie Funkwhale d’un autre site de partage comme Soundcloud ?

N’utilisant pas Soundcloud, j’aurais un peu plus de mal à être juste je pense. Mais pour ce que j’en ai vu, Soundcloud semble s’adresser plutôt aux personnes qui créent de la musique. Grooveshark (et Funkwhale) sont plus axés « auditeur » (du moins pour le moment :D)

Mais si les utilisateurs ne sont pas, a priori, « créateurs de contenu », comment ça se passe pour les droits d’auteurs ? C’est quand même ce qui a fait fermer Grooveshark. Qui est-ce qui va gérer ça ?

Je l’attendais, celle là ! Il faut évidemment aborder ces questions, d’autant que ça peut effrayer certaines personnes ! Tout d’abord, il faut bien distinguer Funkwhale en tant que logiciel, ce qui permet de faire tourner une instance, d’une instance Funkwhale, qui est un serveur qui fait tourner le logiciel Funkwhale. C’est exactement le même principe que PeerTube. Funkwhale, en soi, c’est un logiciel qui permet d’importer de la musique et de la mettre à disposition des utilisateurs d’une instance (ou potentiellement d’autres instances, avec la fédération). Aucune musique n’est livrée avec, donc le projet en lui même est une coquille vide.

Ce sont les personnes qui gèrent une instance et qui vont mettre en ligne de la musique qui sont responsables du volet « respect de la propriété intellectuelle ». D’ailleurs, dans son mode par défaut, une instance Funkwhale et la musique qu’elle contient sont uniquement accessibles aux personnes inscrites sur l’instance (et les inscriptions sont fermées par défaut).

Du point de vue de la loi, à ma connaissance, il n’y a pas d’interdiction a mettre en ligne de la musique que l’on a achetée légalement, pour pouvoir l’écouter sur d’autres supports / machines. Ce qui est réprimé, c’est le partage hors du cercle familial amical, par exemple avec des inconnus via torrent. Héberger une instance Funkwhale pour les copains et/ou la famille me semble (mais je ne suis pas juriste) globalement dans les clous. C’est une plateforme d’hébergement de contenus donc les personnes gérant la plateforme auront à répondre des infractions s’il y en a, si leur plateforme est publique et accessible à n’importe qui.

Tu parles d’un cercle familial mais la fédération, que tu as récemment mise en place, ne rentre plus dans ce cadre, si ?

La question se pose, oui. Depuis peu, Funkwhale permet de fédérer les catalogues musicaux de différentes instances pour les rendre accessibles à d’autres instances. Pour essayer de limiter les problèmes potentiels et leurs conséquences, sur Funkwhale, la fédération se fait par défaut sur un mode très restrictif. Les catalogues musicaux des instances ne sont pas accessibles sans autorisation. Donc une instance A doit demander l’accord d’une instance B pour accéder à son catalogue. Cela permet de révoquer l’accès en cas de besoin, par exemple. D’autre part, par défaut, les fichiers musicaux ne sont pas répliqués d’une instance à l’autre (hors pour du cache sur une période assez courte). Ainsi, on pourrait imaginer avoir des grosses instances hébergeant de la musique libre partageant leurs contenus avec de petites instances possédant du contenu protégé.

Ouh là là, certains lecteurs assidus du Framablog t’ont sûrement suivi sur ce coup mais, pour les autres, pourrais-tu expliquer simplement ce qu’est la fédération ?

Alors la fédération, tel que je le conçois, c’est un mécanisme qui permet à différents intervenants sur un réseau de s’échanger des messages, de se comprendre. L’intérêt de la fédération, c’est également de réduire le développement de SPOF (single point of failure, les endroits ou si ça pête, tout pête) puisque dans un réseau fédéré, la chute d’un acteur n’affecte pas les autres acteurs outre mesure. Ainsi, si le fournisseur e-mail d’un·e de vos amis ne fonctionne plus et que vous êtes chez un autre fournisseur, vous pouvez continuer à lire vos mails, car l’e-mail fonctionne sur un mode décentralisé et fédéré.

À l’inverse, sur des services centralisés, en silos, comme YouTube ou Spotify, si le service devient indisponible ou disparaît, plus aucun utilisateur ne peut en bénéficier. C’est ce qui fait que Funkwhale ne disparaitra jamais à la manière de Grooveshark : si l’on ferme une instance, les autres continueront de fonctionner et, même si l’on fait disparaître le projet et les sources, les instances existantes continueront de fonctionner. Là encore, on est sur un concept assez proche de PeerTube, dont le fonctionnement parle probablement plus aux lecteurs et lectrices de ce blog.

Pour une personne non initiée pourrait-on simplifier en disant : une instance = Funkwhale auto-hébergé / les messages = la musique que l’on met sur Funkwhale ?

À l’heure actuelle plus ou moins oui. En fait une instance va notifier ses « followers » (les instances qui ont accès à son catalogue) quand elle importe de la musique. Celles-ci, en fonction de leurs paramétrages, vont pouvoir la rendre accessible immédiatement et en temps réel dans leur catalogue. Mais à terme, la fédération ira plus loin, et inclura aussi le contenu des utilisateurs. Typiquement, si tu crées une playlist sur ton instance A et que je te follow sur mon instance B, je pourrai écouter ta playlist ou bien la partager avec mes followers. Je pourrais également envoyer un message à un·e ami·e sur une instance C pour lui conseiller d’écouter telle ou telle chanson.

Interface officielle de Funkwhale

Est-ce que tu avais développé Funkwhale en ayant déjà la fédération derrière la tête ?

En fait je voulais que les instances communiquent, mais je n’avais aucune idée du comment. Très concrètement, c’est grâce à mon année passée sur Mastodon et aux discussions que j’ai vu passer régulièrement sur ActivityPub que je me suis rendu compte que c’était faisable. Auparavant, je voyais ça comme une fonctionnalité extrêmement complexe, ça me refroidissait beaucoup.

Est-ce que tu peux expliquer aux lecteurs du framablog ce qu’est ActivityPub ? À quoi ça sert, comment ça marche ?

Alors tout à l’heure je disais que la fédération, c’était le mécanisme qui permettait a des acteurs d’un réseau de s’échanger des messages. ActivityPub, qui est maintenant un standard du W3C, c’est un protocole qui permet de faire de la fédération, et qui définit notamment la structure des messages, leur contenu possible, l’endroit où il faut les envoyer, etc. Ça permet à ceux qui l’implémentent [les différents logiciels] de parler la même langue et donc de communiquer. Une des grandes forces du protocole, c’est qu’il réutilise des choses qui existaient déjà (HTTP pour l’envoi des messages, Json-LD pour la structure, Activity Streams pour les vocabulaires, c’est-à-dire le contenu des messages). Il rajoute finalement assez peu de choses ce qui permet de réutiliser plein d’outils déjà existants.

Pourquoi as-tu choisi ce protocole ?

Je l’ai choisi principalement parce que je ne suis pas hyper calé sur la question, qu’il était relativement récent, et qu’il permettait potentiellement de communiquer avec le fediverse. On peut imaginer que si un jour Mastodon ou Pleroma intègrent un player audio, un utilisateur de Funkwhale puisse recommander de la musique à un utilisateur de Mastodon, et que celui-ci pourra lire la musique en question directement dans Mastodon.

Tu dis que tu n’es pas hyper calé sur la question mais tu l’as quand même implémenté rapidement ! Quels sont tes retours pour l’instant sur la fédération des différentes instances Funkwhale ?

Les retours sont assez positifs, il y eu quelques couacs et bugs dus à des problèmes de tuyauterie, mais sinon ça fonctionne, ce qui fait plaisir. Ce qui manque principalement, à mon avis, ce sont des instances avec lesquelles fédérer mais il y en a régulièrement de nouvelles, donc le problème va disparaître avec le temps !

Tu m’as dit être émerveillé que ce projet intéresse tant de monde : on pourrait dire que le projet prend bien, alors ? Comment cela se fait d’après toi ?

Est-ce que ça prend bien ? Je dirais que oui : le chan matrix (#funkwhale:matrix.org) est assez vivant, il y a régulièrement des nouvelles idées, demandes, et des instances qui ouvrent (il doit y en avoir une petite dizaine je dirai). J’ai également quelques personnes qui contribuent sur des fonctionnalités spécifiques. J’espère arriver à réduire la difficulté d’accès pour les contributions externes, parce que le projet étant quand même assez complexe, ce n’est pas toujours évident. En ce moment je rédige beaucoup de documentation (installation, contribution, etc).

Pour moi, si le projet prend bien, c’est d’une part parce que le public auquel je me suis adressé jusqu’à maintenant (sur Mastodon) est assez sensible aux questions d’auto-hébergement, de décentralisation. C’est aussi grâce à la hype, à mon avis tout à fait justifiée, autour de PeerTube. Il y a deux mois, avant l’arrivée de la fédération dans Funkwhale, la question de la fédération était quasi systématique : « est-ce que Funkwhale peut se fédérer comme PeerTube ? ». J’ai passé beaucoup de temps sur cette fonctionnalité, parce que j’ai vu qu’il y avait une vraie demande et le fait d’y répondre en partie a contribué à susciter l’intérêt je crois 🙂

Pour les technos qui nous lisent : quels sont les conseils que tu pourrais donner à d’autres développeurs qui souhaiteraient implémenter de la fédération dans leurs logiciels ?

Aux personnes qui veulent se lancer dans de la fédération je dirai :

  1. Définissez bien en amont ce que vous voulez, et commencez par quelque chose de petit, dans le doute,
  2. N’ayez pas peur de demander de l’aide, car il n’y a pas encore beaucoup de ressources sur le sujet (sur Mastodon, il y a des tas de personnes prêtes à vous répondre dont moi-même).

Le 1. est important car c’est beaucoup plus dur de faire évoluer une fédération une fois qu’elle est lancée.

Quand tu conseilles de commencer par quelque chose de petit, tu parles de ce qui est fédéré ?

Je veux dire petit sur le plan fonctionnel. Par exemple, pas la peine d’essayer de ré-implementer Mastodon du premier coup. Mais peut-être juste une fonctionnalité qui permette de favoriser un toot du fediverse et de notifier son auteur que l’on a favorisé. Cela évite de se confronter à tous les problèmes d’un coup. Quand j’ai commencé sur la fédération, j’ai juste fait un bot coté Funkwhale qui pouvait recevoir des follows et répondre « pong » quand on lui envoyait le message « /ping ».

Tu as utilisé la doc de W3C ou tu considères que c’est vraiment en échangeant sur Mastodon que tu as pu avancer ?

Non, la spécification m’a énormément servi ! Le principal souci, c’est que la partie « gestion de l’authentification et des autorisations » n’est absolument pas spécifiée, donc là il a fallu aller creuser dans le code de Mastodon / PeerTube.

Est-ce que c’est important pour toi que le logiciel que tu as développé soit libre ?

C’est une question très importante pour moi. Je me suis fixé comme contrainte avec Funkwhale et depuis le début de ne bosser qu’avec des composants libres, et autant que possible, auto-hébergés. Ceci est valable tant pour la partie développement pure (le projet en lui même utilise des langages / bibliothèques libres), que pour la partie infrastructure autour du projet, qui est souvent complètement oubliée quand on pense « logiciel libre ». Ainsi, Funkwhale est développé sur mon Gitlab perso (en attendant un Gitlab dédié au projet ?), je communique dessus exclusivement sur des réseaux libres (Matrix, Mastodon…), l’intégration continue est également sur mes serveurs perso, etc. J’essaie de réfléchir, mais je ne vois pas une seule brique non-libre ou centralisée qui intervient dans le processus de développement du projet ou dans son fonctionnement au sens large.

Le principal souci que je vois avec ce montage, c’est que Funkwhale est du coup très lié à mon infrastructure d’auto-hébergement perso. Si le projet continue, il faudra mettre en place une structure administrative et des outils et moyens dédiés au projet je pense. Quant au projet lui-même, il est sous licence BSD, qui est une licence extrêmement permissive et que j’ai choisie un peu au hasard. J’avoue ne pas être très calé sur la question des licences et je suis ouvert à l’idée d’utiliser une autre licence plus adaptée au projet et à sa pérennité s’il le faut.

Pourquoi t’être donné toutes ces contraintes ?

Des raisons de placer le projet sous licence libre, j’en vois plein ! En vrac :

  • m’assurer que le projet puisse continuer même si j’arrête ou que je disparais,
  • permettre à d’autres personnes de participer et d’enrichir Funkwhale, ce dont je profiterai directement, étant utilisateur de l’outil et qui ne serait pas possible sur un modèle fermé,
  • rendre dans une certaine mesure une petite partie de ce que j’ai « pris » à la communauté. J’utilise Seafile, Mailcow, Firefox, Debian, et des centaines d’autres logiciels libres, chaque jour. Je ne contribue pas forcément à ces logiciels, mais si je peux enrichir ce patrimoine commun avec quelque chose qui répond à un besoin tant mieux !
  • cela m’a servi au cours de ma vie pro, pour montrer ce sur quoi je bosse facilement, pour que des personnes puissent lire du code que j’ai écrit

Et sur l’utilisation du libre dans le cadre du projet, je dirai que c’est par esprit de cohérence. Je me sens toujours très mal à l’aise de contribuer sur des projets libres sur Github, par exemple. Je n’ai rien contre Github en particulier, c’est une entreprise qui fournit un service de qualité, mais c’est devenu un SPOF énorme. Si Github tombe un jour, pour une raison ou une autre, le logiciel libre prendra un sacré coup ! Idem, je ne me vois pas faire un compte Twitter pour Funkwhale. Enrichir des publicitaires ? Très peu pour moi ! C’est aussi un moyen de garder le contrôle sur les moyens de production. Si je n’aime pas quelque chose dans Gitlab, je peux forker Gitlab, ou contribuer au projet pour le faire évoluer dans un sens qui me convient. Ce n’est tout simplement pas possible avec Github.

J’applique le même raisonnement pour les contributions financières. J’aurai pu ouvrir une page Patreon, par exemple, mais j’aurais été constamment tributaire de leurs décisions, de leur business-model etc. Avec Liberapay, je sais que je peux participer à l’évolution du projet, que ça ne sera pas racheté du jour au lendemain pour faire des sous.

Tout ça, ça donne de la tranquilité d’esprit, permet de travailler d’une façon plus posée, en accord avec ses principes. C’est important pour moi, même si du coup cela prend un certain temps pour mettre les pièces du puzzle en place, trouver et configurer des alternatives, etc. Mais je crois qu’il faut plus le voir comme un investissement que comme un coût. C’est une vision de la société, des interactions humaines et de ce qu’elles pourraient être. J’ai envie de participer à l’émergence de ça, une société qui soit basée sur le don, la bonne volonté, le positif en fait. Pour moi, cela passe notamment par le fait de développer Funkwhale sur ce mode, et d’utiliser Funkwhale comme levier pour mettre en valeur / utiliser d’autres projets qui fonctionnent sur ce même mode, pour créer un écosystème.

D’ailleurs, c’est développé en quel langage ?

Funkwhale est un projet découpé en deux composants : la partie API, autrement dit le back-end, qui gère les données, la musique, etc, et le front-end, qui est l’interface officielle du projet. Ce découpage complique certaines choses, mais a aussi énormément d’avantages. Premièrement, il est totalement possible d’utiliser Funkwhale avec d’autres clients (Desktop, Android, etc.), ou même avec une interface web différente de l’interface fournie avec le projet.

Quand on parle de contribuer à Funkwhale, on va donc parler généralement de contributions à l’un ou l’autre de ces composants. Le back-end est écrit en Python 3 avec Django (c’est un framework web sur lequel je suis très à l’aise et productif). Le front-end est écrit en VueJS, un framework Javascript assez simple à prendre en main mais très puissant. Et j’utilise la bilbiothèque Semantic UI pour les styles, car je la trouve très complète et jolie (c’est un peu le même principe que Bootstrap, ça fourni des composants et des outils pour obtenir une interface cohérente et fonctionnelle).

Le fait que Funkwhale soit séparé en plusieurs composants permet donc aux personnes voulant contribuer de participer sur le volet qui les intéresse. Jusqu’à maintenant, c’est la partie front qui a reçu le plus de contributions externes, avec par exemple un travail qui a été mené par Baptiste sur l’internationalisation et le design de la sidebar. Une autre personne a récemment contribué à la rédaction de la documentation pour permettre l’installation de Funkwhale avec le serveur web Apache. Je sais qu’une autre personne a également commencé à travailler sur la prise en charge du format Flac. Je demeure toujours le principal contributeur du projet, comme tu peux le voir ici. Néanmoins, j’espère que cela bougera dans les mois à venir, avec l’arrivée de nouveaux utilisateurs et utilisatrices et l’amélioration de la documentation.

 

Tu dis que l’auto-hébergement t’es venu par l’envie de recontrôler tes données : cette préoccupation semble traverser de plus en plus de personnes en ce moment. Cependant, installer Funkwhale sur son serveur, ça ne s’adresse pas à tout le monde, si ?

Effectivement il faut avoir un minimum de compétence et de curiosité pour installer une instance Funkwhale (ou PeerTube, ou Mastodon…). Ce n’est donc pas à la portée de tout le monde, mais cela reste malgré tout à la portée de beaucoup de personnes, je pense. D’autre part, chacun n’a pas besoin d’avoir son instance. Funkwhale étant multi-utilisateur, on peut envisager des déploiements par famille, par collectif, par CHATONS…

Enfin, une des grandes nouveautés de ces dernières années, c’est à mon avis Docker qui réduit grandement les difficultés à installer un service tel que Funkwhale. Tout le monde n’est pas forcément convaincu par cette techno, qui a aussi ses problèmes, mais la simplicité pour les déploiements est quand même un atout assez fort. Très concrètement, si tu consultes la doc d’installation de Funkwhale sur Docker, tu pourras constater qu’il suffit d’une dizaine de commandes à exécuter pour installer Funkwhale sur son serveur.

Ceci étant, oui, il y a un travail de pédagogie à faire pour rendre l’installation de ce genre de services plus simple, moins effrayante. Et aussi du boulot à faire pour intégrer ça avec les systèmes de packaging existant (Yunohost, Cloudron, etc.). D’ailleurs, un dernier mot sur l’auto-hébergement, mais un utilisateur a réussi à installer et à utiliser Funkwhale sur Raspberry Pi ! Je pense que c’est un bon indicateur du fait qu’une instance Funkwhale peut tourner sur des systèmes pas forcément hyper puissants, donc avec un coût réduit.

Est-ce qu’il existe un endroit où l’on peut être mis en relation avec des personnes qui hébergent leur instance (un peu comme joinmastodon.org ou joinpeertube.org) ?

Oui, c’est par ici.

Join Funkwhale

Comment est-ce que tu arrives à t’en sortir avec ce projet et ton boulot ?

En termes d’organisation, c’est vrai que c’est assez chronophage. En trois ans, je pense que j’ai consacré plusieurs centaines d’heures à ce projet, probablement aux alentours de 500 ou 600. Cela se fait sur mon temps libre, puisque je suis également salarié à temps plein. Fort heureusement, c’est avant tout un plaisir pour moi de faire évoluer cet outil et de l’utiliser au quotidien. C’est un travail entièrement bénévole, même si j’ai récemment ouvert une page Liberapay sur laquelle les contributeurs et contributrices du projet peuvent recevoir des dons.

À moyen terme, si je reçois suffisamment de dons via ce biais, j’envisage de réduire mon temps de travail salarié pour consacrer plus de temps au projet.

Autrement, un message à faire passer aux personnes intéressées par le projet et qui voudrait y contribuer ?

Oui : les contributions peuvent être de toutes sortes, et pas seulement financières ! Corriger une erreur typographique, remonter un bug, faire le tri dans les tickets, commenter des discussions pour apporter des compléments d’information, ce sont des contributions valables qui vont faire avancer le projet. Le code ne fait pas tout, loin de là. Le simple fait de parler du projet, comme tu le fais, ou de dire merci, c’est également une contribution qui booste le moral et la motivation, attire d’autres contributeurs, etc. Bref c’est un cercle vertueux !

Et si une personne est intéressée pour contribuer au code, je maintiens également une liste d’issues « faciles » sur le Gitlab. Ce sont des issues faciles pour une première contribution, pour découvrir le projet. Je n’ai pas spécialement d’expérience en gestion de projet libre, Funkwhale est mon premier projet avec cette ampleur, donc je découvre chaque jour, j’essaie d’améliorer ce qui peut l’être pour réduire la barrière à l’entrée pour de nouvelles personnes.

Tu me disais qu’on pourrait te retrouver aux Rencontres Mondiales du Logiciel Libre (RMLL) ?

Tout à fait ! Suite aux nombreux échanges qui ont eu lieu après l’annonce de l’arrivée de la fédération dans Funkwhale, je suis entré en contact avec Jérémie qui m’a proposé de venir présenter le travail effectué dans Funkwhale aux RMLL 2018 qui auront lieu à Strasbourg début juillet. La présentation a pour titre « Web fédéré avec ActivityPub et WebFinger » et sera une introduction au fonctionnement concret de ces deux protocoles qui permettent de construire des applications fédérées. J’en profiterai également pour faire le lien avec ce qui a été fait dans Funkwhale, partager les techniques employées, les soucis rencontrés, etc. Les modalités pratiques et la date ne sont pas encore définies mais je pense que le programme définitif sera diffusé prochainement sur le site des RMLL.

Merci pour tes réponses Eliot ! Comme de coutume, on te laisse le mot de la fin :

Tout d’abord, merci de m’avoir consacré du temps pour parler de ce projet. Cela me touche énormément, d’autant plus que je me sens assez proche de l’état d’esprit Framasoft, dont je suis les actions depuis plusieurs années: essayer de travailler avec les gens, de faire émerger autre chose, d’accompagner les personnes, plutôt que d’être en mode « Lis le fichu manuel!!!! ». Si vous souhaitez vous impliquer ou tout simplement en savoir plus, je voudrais donc vous dire ceci : n’ayez pas peur de venir discuter sur Matrix ou sur Mastodon. Je prends personnellement énormément de plaisir à accueillir les nouveaux et nouvelles venu et à répondre aux questions, techniques ou non. Et si vous souhaitez mettre la main à la pâte mais n’êtes pas sûr⋅e de savoir comment faire, on vous aidera !

Liens utiles