Khrys’presso du lundi 9 décembre 2019

Comme chaque lundi, un coup d’œil dans le rétroviseur pour découvrir les informations que vous avez peut-être ratées la semaine dernière.

Brave New World

Spécial Julian Assange

  • 120 journalistes du monde entier prennent la défense de Julian Assange. (mediapart.fr)

    En avril 2019, le gouvernement Moreno a autorisé les forces de l’ordre britanniques à pénétrer dans l’ambassade d’Équateur et à appréhender M. Assange. Depuis lors, il est détenu à l’isolement jusqu’à 23 heures par jour et, selon ses visiteurs, il est «lourdement médicalisé». Sa santé physique et mentale s’est sérieusement détériorée.

Spécial France

Spécial réforme des retraites

Spécial chômage

  • Vacances aux Bahamas, chômage mieux rémunéré que le travail : des agents Pôle emploi répondent aux clichés (bastamag.net)

    Les faits ? Sur 6,3 millions de demandeurs d’emplois, 2,6 millions sont indemnisés aujourd’hui. Soit un peu moins de 40 %. Le montant moyen des indemnités perçues : environ 1000 euros par mois. Pas de quoi se payer des vacances de rêve, même low-cost au Bahamas ! La moitié des personnes indemnisées – c’est-à-dire 1,3 million de personnes – reçoivent moins de 860 euros par mois. Elles vivent donc sous le seuil de pauvreté.[…] Une étude de l’Inserm montre aussi que la condition de chômeur est associée à un risque de mortalité presque trois fois plus élevé par rapport à des personnes de même âge et de même sexe occupant un emploi.

    Un personnage fumant le cigare, des dollars sur les lunettes : ces personnes au chômage vivent décidément très au-dessus de leurs moyens

Spécial Grève Générale

Outils et soutiens

Spécial couverture médiatique TV

Spécial violences policières

Spécial GAFAM et cie

Les autres lectures de la semaine

  • Réseaux communautaires et régulation des télécoms (ffdn.org)
  • « L’architecture du mépris a des effets sur nous tous » (usbeketrica.com)

    Au fond, cette « architecture du mépris » a des effets sur nous tous, des effets complètement irrationnels : la ville est moins accueillante, moins fonctionnelle, les marginaux ne peuvent pas squatter et les familles ne peuvent même pas se poser. Ce mobilier nous oblige à être dans le mouvement perpétuel et nous empêche de nous arrêter pour former un « nous » confiant, accueillant. … ces choix urbains ne sont pas neutres : ils reflètent un modèle social fondé sur l’évitement des conflits et la maîtrise des débordements.

  • Intelligence artificielle : Droits de l’homme, justice sociale et développement (giswatch.org – en anglais)(rapport de la Global Information Society Watch)

    L’intelligence artificielle (IA) fait actuellement l’objet d’une attention mondiale sans précédent puisqu’elle trouve une application pratique généralisée dans de multiples domaines d’activité. Mais quelles sont les implications de l’intelligence artificielle en termes de droits de l’homme, de justice sociale et de développement lorsqu’elle est utilisée dans des domaines tels que la santé, l’éducation et les services sociaux, ou dans la construction de villes  » intelligentes  » ? Quel est l’impact de la prise de décision algorithmique sur les personnes marginalisées et les pauvres ?

  • On ne sauvera pas le Web en dînant avec ses assassins (liberation.fr)

    Il faut pour sauver le Web non pas un contrat, mais la création d’un index indépendant (des pages, des profils), qui permette de réinstaurer la part commune de nos interactions sociales et discursives dans une sphère publique non marchande. […] Il faut pour sauver le Web non pas un contrat, mais une régulation étatique forte et contraignante, qui doit pouvoir aller jusqu’au démantèlement de ces Béhémots calculatoires et qui doit réaffirmer que leur code ne sera jamais notre loi. […] tant que la table des négociations se trouvera dans la salle des marchés, le Web continuera de mourir.

  • La deuxième vague de responsabilisation algorithmique (owdin.live)
  • Interopérabilité : Un moyen d’échapper aux environnements toxiques en ligne (edri.org – en anglais)
  • Nous vivons de plus en plus dans un jeu vidéo (pando.world)

    Dans les jeux vidéo, les personnages vivent dans un monde propriétaire.
    Le vent a été codé par des développeurs et les personnages du jeu n’ont pas accès à l’algorithme qui fait le vent.
    Les catapultes ont été codées par des développeurs et les personnages n’ont pas accès au code qui les construit.
    Ils ne sont pas capables de les réparer ou de les améliorer. Seuls les développeurs peuvent le faire.
    Notre monde à nous est de plus en plus en train de devenir un jeu vidéo.
    Et nous sommes de plus en plus en train de devenir des personnages passif qui ont perdu toute liberté.

  • Reconnaissance faciale et droits fondamentaux (edri.org – en anglais)
  • Les faits sont en état de siège. Aujourd’hui plus que jamais, nous devons investir dans le journalisme (theguardian.com – en anglais)
  • Le monde du logiciel est en train de se détruire… Manifeste pour un développement plus durable (greenspector.com)
  • Le changement climatique n’existe pas. Seul compte le taux de change du mot climat. (affordance.info)

    Un jour un homme a acheté aux enchères le mot climat. Il a remporté l’enchère. Et à chaque fois que l’on cherche à se renseigner sur le climat on ne voit plus que des informations sur ce que cet homme pense du climat. Ceci n’est pas un mauvais scénario de roman de science-fiction mais la réalité. Cet homme s’appelle Mike Bloomberg. […] Quand nous renonçons à notre emprise sur la langue, nous renonçons à notre emprise sur le monde. Le jour où la langue, le jour où le vocabulaire est sorti de la sphère non-marchande, le jour où il est devenu possible d’acheter des mots aux enchères, le jour où le capitalisme linguistique est advenu, nous avons renoncé au dernier espace authentique de liberté individuelle et collective qui était notre inaliénable commun.

  • Le 1er décembre 1955, Rosa Parks refuse d’obéir aux injonctions ségrégationnistes et racistes du conducteur James Blake (rebellyon.info)

    Alors qu’elle rentre d’une longue journée de travail comme couturière, Rosa Parks refuse de céder sa place à un passager “blanc” comme lui oblige la loi ségrégationniste et raciste de l’état de l’Alabama. Arrêtée par la police et condamnée pour « conduite désordonnée », elle ne se résigne pas à être une victime de plus du racisme ordinaire.

Spécial contraception

Les BDs/graphiques/photos de la semaine

Les vidéos/podcasts de la semaine

Les autres trucs chouettes de la semaine

Deux personnages prennent le café. Le personnage de gauche dit : Décidément, c'est fou, tout ce qu'il se passe en une semaine !- la personne de droite répond : Si tu en veux encore plus, clique sur ma tasse !
Retrouvez les revues de web précédentes dans la catégorie Libre Veille du Framablog.

Les articles, commentaires et autres images qui composent ces « Khrys’presso » n’engagent que moi (Khrys).




Khrys’presso du lundi 2 décembre 2019

Comme chaque lundi, un coup d’œil dans le rétroviseur pour découvrir les informations que vous avez peut-être ratées la semaine dernière.

Brave New World

Spécial Julian Assange

Spécial .org

Logo de save .org

Spécial France

Un personnage sarcastique : ils ont oublié le conseil le plus évident : ne pas acheter ces cochonneries

Spécial Gilets Jaunes & politiques répressives

Spécial GAFAM et cie

Les autres lectures de la semaine

Les BDs/graphiques/photos de la semaine

Les vidéos/podcasts de la semaine

Les autres trucs chouettes de la semaine

Deux personnages prennent le café. Le personnage de gauche dit : Décidément, c'est fou, tout ce qu'il se passe en une semaine !- la personne de droite répond : Si tu en veux encore plus, clique sur ma tasse !
Retrouvez les revues de web précédentes dans la catégorie Libre Veille du Framablog.

Les articles, commentaires et autres images qui composent ces « Khrys’presso » n’engagent que moi (Khrys).




Hold-up sur les données de santé. Patients et soignants unissons-nous

L’Association Interhop.org est une initiative de professionnels de santé spécialisés dans l’usage et la gestion des données de santé, ainsi que la recherche en machine learning dans de multiples domaines médicaux. Aujourd’hui, en leur donnant la parole sur ce blog, nous publions à la fois une alerte et une présentation de leur initiative.

En effet, promouvant un usage éthique, solidaire et intelligent des données de santé, Interhop s’interroge au sujet du récent projet Health Data Hub annoncé par le gouvernement français pour le 1er décembre prochain. Devons-nous sacrifier le bon usage des données de santé sur l’autel de la « valorisation » et sous l’œil bienveillant de Microsoft ? Tout comme dans l’Éducation Nationale des milliers d’enseignants tentent chaque jour de ne pas laisser le cerveaux de nos enfants en proie au logiciels fermés et addictifs, il nous appartient à tous de ne pas laisser nos données de santé à la merci de la recherche de la rentabilité au mépris de l’éthique et de la science.

Hold-up sur les données de santé, patients et soignants unissons-nous

Par Interhop.org

La plateforme nationale des données de santé ou Health Data Hub, pour les plus américains d’entre nous, doit voir le jour d’ici la fin de l’année. Il s’agit d’un projet qui, selon le Ministère de la Santé, vise à « favoriser l’utilisation et multiplier les possibilités d’exploitation des données de santé » en créant notamment « une plateforme technologique de mise à disposition des données de santé ».

Or, à la lecture du rapport d’étude qui en détermine les contours, le projet n’est pas sans rappeler de mauvais souvenirs. Vous rappelez-vous, par exemple, du contexte conduisant à la création de la CNIL (Commission nationale de l’informatique et des libertés) en 1978 en France ? L’affaire a éclaté en mars 1974, dans les pages du journal Le Monde. Il s’agissait de la tentative plus ou moins contrecarrée du projet SAFARI (Système Automatisé pour les Fichiers Administratifs et le Répertoire des Individus) visant à créer une banque de données de tous les citoyens français en interconnectant les bases de plusieurs institutions grâce à un numéro unique d’identification du citoyen : le numéro de Sécurité Sociale.

Ce scandale n’était pourtant pas inédit, et il ne fut pas le dernier… À travers l’histoire, toutes les tentatives montrent que la centralisation des données correspond à la fois à un besoin de gouvernement et de rentabilité tout en entamant toujours un peu plus le respect de nos vies privées et la liberté. L’histoire de la CNIL est jalonnée d’exemples. Quant aux motifs, ils relèvent toujours d’une très mauvaise habitude, celle de (faire) croire que la centralisation d’un maximum d’informations permet de les valoriser au mieux, par la « magie » de l’informatique, et donc d’être source de « progrès » grâce aux « entreprises innovantes ».

Concernant le « Health Data Hub », il s’agit d’un point d’accès unique à l’ensemble du Système National des Données de Santé (SNDS) issu de la solidarité nationale (cabinets de médecins généralistes, pharmacies, hôpitaux, Dossier Médical Partagé, registres divers et variés…). L’évènement semble si important qu’il a même été annoncé par le Président Macron en mars 2018. Par ailleurs, il est important de pointer que le SNDS avait été épinglé pour l´obsolescence de son système de chiffrement en 2017 par la CNIL.

De plus, l’infrastructure technique du Health Data Hub est dépendante de Microsoft Azure. Et ce point à lui seul soulève de grandes problématiques d’ordre éthique et réglementaire.

Alors que le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD) protège les citoyens européens d’un envoi de leurs données en dehors du territoire européen, la loi Américaine (Cloud Act) permet de contraindre tout fournisseur de service américain à transférer aux autorités les données qu’il héberge, que celles-ci soient stockées aux États-Unis ou à l’étranger.

Entre les deux textes, lequel aura le dernier mot ?

Les citoyens et patients français sont donc soumis à un risque fort de rupture du secret professionnel. La symbolique est vertigineuse puisque l’on parle d’un reniement du millénaire serment d’Hippocrate.

Le risque sanitaire d’une telle démarche est énorme. Les patients acceptent de se faire soigner dans les hôpitaux français et ils ont confiance dans ce système. La perte de confiance est difficilement réparable et risque d’être désastreuse en terme de santé publique.

C’est sous couvert de l’expertise et du « progrès » que le pouvoir choisit le Health Data Hub, solution centralisatrice, alors même que des solutions fédérées peuvent d’ores et déjà mutualiser les données de santé des citoyens Français et permettre des recherches de pointe. Bien que les hôpitaux français et leurs chercheurs œuvrent dans les règles de l’art depuis des années, il apparaît subitement que les données de santé ne sauraient être mieux valorisées que sous l’égide d’un système central, rassemblant un maximum de données, surveillant les flux et dont la gestion ne saurait être mieux maîtrisée qu’avec l’aide d’un géant de l’informatique : Microsoft.

Il est à noter que d’une part, il n’a jamais été démontré que le développement d’un bon algorithme (méthode générale pour résoudre un type de problèmes) nécessite une grande quantité de données, et que d’autre part, on attend toujours les essais cliniques qui démontreraient les bénéfices d’une application sur la santé des patients.

Pour aller plus loin, le réseau d’éducation populaire Framasoft, créé en 2001 et consacré principalement au développement de logiciels libres, veut montrer qu’il est possible d’impacter le monde en faisant et en décentralisant. C’est cette voie qu’il faut suivre.

La loi pour une République numérique fournit un cadre légal parfait pour initier des collaborations et du partage. La diffusion libre du savoir s’inscrit totalement dans la mission de service publique des hôpitaux telle qu’imaginée il y a des décennies par le Conseil National de la Résistance, puis par Ambroise Croizat lors de la création de la Sécurité Sociale.

On ne s’étonne pas que le site Médiapart ait alerté le 22 novembre dernier sur les conditions de l’exploitation des données de santé. Il est rappelé à juste titre que si la CNIL s’inquiète ouvertement à ce sujet, c’est surtout quant à la finalité de l’exploitation des données. Or, la récente Loi Santé a fait disparaître le motif d’intérêt scientifique pour ne garder que celui de l’intérêt général…

Quant à la confidentialité des données, confier cette responsabilité à une entreprise américaine semble être une grande erreur tant la ré-identification d’une personne sur la base du recoupement de données médicales anonymisées est en réalité plutôt simple, comme le montre un article récent dans Nature.

Ainsi, aujourd’hui en France se développe toute une stratégie visant à valoriser les données publiques de santé, en permettant à des entreprises (non seulement des start-up du secteur médical, mais aussi des assureurs, par exemple) d’y avoir accès, dans la droite ligne d’une idéologie de la privatisation des communs. En plus, dans le cas de Microsoft, il s’agit de les héberger, et de conditionner les technologies employées. Quant aux promesses scientifiques, elles disparaissent derrière des boîtes noires d’algorithmes plus ou moins fiables ou, disons plutôt, derrière les discours qui sous le « noble » prétexte de guérir le cancer, cherchent en fait à lever des fonds.

Humour

Quelles sont les alternatives ?

Le monde médical et hospitalier est loin de plier entièrement sous le poids des injonctions.

Depuis plusieurs années, les hôpitaux s’organisent avec la création d’Entrepôts de Données de Santé (EDS). Ceux-ci visent à collecter l’ensemble des données des dossiers des patients pour promouvoir une recherche éthique en santé. Par exemple, le projet eHop a réussi à fédérer plusieurs hôpitaux de la Région Grand Ouest (Angers, Brest, Nantes, Poitiers, Rennes, Tours). Le partage en réseau au sein des hôpitaux est au cœur de ce projet.

Par aller plus loin dans le partage, les professionnels dans les hôpitaux français reprennent l’initiative de Framasoft et l’appliquent au domaine de la santé. Ils ont donc créé Interhop.org, association loi 1901 pour promouvoir l’interopérabilité et « le libre » en santé.

Pourquoi interopérer ?

L’interopérabilité des systèmes informatisés est le moteur du partage des connaissances et des compétences ainsi que le moyen de lutter contre l’emprisonnement technologique. En santé, l’interopérabilité est gage de la reproductibilité de la recherche, du partage et de la comparaison des pratiques pour une recherche performante et transparente.

L’interopérabilité est effective grâce aux standards ouverts d’échange définis pour la santé (OMOP et FHIR).

Pourquoi décentraliser ?

Comme dans le cas des logiciels libres, la décentralisation est non seulement une alternative mais aussi un gage d’efficacité dans le machine learning (ou « apprentissage automatique »), l’objectif visé étant de rendre la machine ou l’ordinateur capable d’apporter des solutions à des problèmes compliqués, par le traitement d’une quantité astronomique d’informations.

La décentralisation associée à l’apprentissage fédéré permet de promouvoir la recherche en santé en préservant, d’une part la confidentialité des données, d’autre part la sécurité de leur stockage. Cette technique permet de faire voyager les algorithmes dans chaque centre partenaire sans mobiliser les données. La décentralisation maintient localement les compétences (ingénieurs, soignants) nécessaires à la qualification des données de santé.

Pourquoi partager ?

La solidarité, le partage et l’entraide entre les différents acteurs d’Interhop.org sont les valeurs centrales de l’association. Au même titre qu’Internet est un bien commun, le savoir en informatique médical doit être disponible et accessible à tous. Interhop.org veut promouvoir la dimension éthique particulière que reflète l’ouverture de l’innovation dans le domaine médical et veut prendre des mesures actives pour empêcher la privatisation de la médecine.

Les membres d’Interhop.org s’engagent à partager librement plateforme technique d’analyse big data, algorithmes et logiciels produits par les membres. Les standards ouverts d’échange sont les moyens exclusifs par lesquels ils travaillent et exposent leurs travaux dans le milieu de la santé. Les centres hospitaliers au sein d’Interhop.org décident de se coordonner pour faciliter et agir en synergie.

Pourquoi soigner librement?

L’interconnexion entre le soin et la recherche est de plus en plus forte. Les technologies développées au sein des hôpitaux sont facilement disponibles pour le patient.

L’Association Interhop.org veut prévenir les risques de vassalisation aux géants du numériques en facilitant la recherche pour une santé toujours améliorée. L’expertise des centres hospitaliers sur leurs données, dans la compréhension des modèles et de l’utilisation des nouvelles technologies au chevet des patients, est très importante. Le tissu d’enseignants-chercheurs est majeur. Ainsi en promouvant le Libre, les membres d’Interhop.org s’engagent pour une santé innovante, locale, à faible coût et protectrice de l’intérêt général.

Les données de santé sont tout à la fois le bien accessible et propre à chaque patient et le patrimoine inaliénable et transparent de la collectivité. Il est important de garder la main sur les technologies employées. Cela passe par des solutions qui privilégient l’interopérabilité et le logiciel libre mais aussi le contrôle des contenus par les patients.

—-

Image d’en-tête : Hippocrate refusant les présents d’Artaxerxès, par Girodet, 1792 (Wikimedia).




Khrys’presso du lundi 25 novembre 2019

Comme chaque lundi, un coup d’œil dans le rétroviseur pour découvrir les informations que vous avez peut-être ratées la semaine dernière.

Brave New World

Spécial France

Spécial Gilets Jaunes & violences policières

Spécial GAFAM et cie

Les autres lectures de la semaine

Les BDs/graphiques/photos de la semaine

Les vidéos/podcasts de la semaine

Les autres trucs chouettes de la semaine

Deux personnages prennent le café. Le personnage de gauche dit : Décidément, c'est fou, tout ce qu'il se passe en une semaine !- la personne de droite répond : Si tu en veux encore plus, clique sur ma tasse !
Retrouvez les revues de web précédentes dans la catégorie Libre Veille du Framablog.

Les articles, commentaires et autres images qui composent ces « Khrys’presso » n’engagent que moi (Khrys).




Khrys’presso du lundi 18 novembre 2019

Comme chaque lundi, un coup d’œil dans le rétroviseur pour découvrir les informations que vous avez peut-être ratées la semaine dernière.

Brave New World

Spécial France

Spécial Gilets Jaunes & violences policières

Spécial GAFAM et cie

Soutenir

Les autres lectures de la semaine

  • Comment construire un site Web (theatlantic.com – en anglais)

    wikiHow incarne une histoire alternative de l’internet, et une intéressante possibilité pour son avenir. wikiHow s’est différencié avec une fidélité charmante à certains des premiers principes du web ouvert. Le principal d’entre eux est le droit à la portabilité[…] « Si nos volontaires n’aiment pas notre façon de faire fonctionner wikiHow, ils le disent ; ils peuvent littéralement prendre tous les logiciels, tout le contenu qu’ils ont créé, et aller ailleurs. L’intuition serait que la qualité descende à zéro. Mais en fait, la qualité s’améliore. C’est l’une de ces choses qui ne fonctionne pas en théorie ; ça ne fonctionne qu’en pratique. Le web nous offre une opportunité de construire ce que nous voulons. […] Nous pouvons construire ce web de villages. Vous pouvez obtenir vos informations auprès de petits fournisseurs qui ont à cœur vos intérêts et qui ne tentent pas uniquement de vous exploiter pour obtenir des données. Le web pourrait être un endroit totalement différent. »

  • La reconnaissance faciale : un pas biométrique vers la société de la surveillance ? (blogs.sciences-po.fr)
  • Comment fonctionnent les technologies de reconnaissance faciale ? (lemonde.fr)
  • Comment votre smartphone vous espionne (Edward Snowden sur glitchmind.com – en anglais)

    Chaque téléphone intelligent, chaque téléphone tout court, est constamment connecté à la tour cellulaire la plus proche. Chaque téléphone, même quand son écran est éteint – vous pensez qu’il ne fait rien. Vous ne pouvez pas le voir parce que les émissions de radiofréquences sont invisibles, mais il hurle à la ronde en disant : « Je suis là, je suis là, je suis là ».

  • Intelligence artificielle : le grand malentendu (lemonde.fr)

    « En se focalisant sur l’IA comme potentiel destructeur de l’humanité, on ne se focalise pas sur la vraie problématique »[…]« Pourquoi accepte-t-on de vivre dans une société où l’être humain est en permanence traqué par des logiciels à des fins de marketing ? » […] « Plutôt que de spéculer sur l’avenir, la vraie question est que sommes-nous en train de vivre maintenant ? »

  • Le retour de la conscience (3/4) : de la contre-culture à la cryptographie quantique (internetactu.net)
  • L’insaisissable consentement, ou les limites de la démocratie sanitaire (theconversation.com)
  • Réussir (start.lesechos.fr)

    Notre société est panoptique, sans cesse sous l’oeil des pairs, animée par la rivalité mimétique. Chacun met en scène sa réussite, devient spectateur de la réussite de l’autre, tout aussi mise en scène. L’injonction à la réussite provoque une aliénation sociale et psychique assez forte.

  • Rebellion (deblanc.net – en anglais)

    Faire des erreurs, faire des bêtises, faire l’idiot·e et apprendre de tout cela est important dans le processus de définition de nous-mêmes. La technologie ne devrait pas être utilisée pour entraver notre croissance personnelle, surtout lorsqu’elle nous offre de nombreuses occasions de mieux explorer qui nous sommes, ou qu’elle nous permet de continuer à nous rebeller de la myriade de façons que nous avons toujours eues.

  • L’Europe est sous attaque (techrights.org – en anglais)

    Le protectionnisme et de condescendantes politiques assurent le passage rapide de la richesse des travailleurs européens à quelques aristocrates et à leurs facilitateurs bureaucratiques (dont les maîtres-chiens utilisent la politique comme une arme).

  • Romaric Godin : « Les élites néolibérales ne veulent plus transiger avec le corps social » (lvsl.fr)
  • La tâche de la politique aujourd’hui est d’effrayer les capitalistes autant que le communisme a pu le faire (theguardian.com – en anglais)

    Presque tous ces contrepoids au capitalisme extrême ont disparu aujourd’hui, des syndicats forts aux modèles nationaux alternatifs. La débauche qui en résulte nous entoure, depuis les entreprises qui envoient de l’argent à la pelle vers leurs actionnaires en expédiant leurs travailleurs vers les banques alimentaires, jusqu’aux milliardaires qui se préparent à se présenter à la présidence américaine, en passant par les grandes capitales (comme Londres) qui posent à peine la question des kleptocrates de passage mais leur vendent ce qu’ils veulent.

  • Cette jeunesse qui brûle. (affordance.info)

    Et désormais donc un étudiant s’immole par le feu. Un étudiant en grande précarité. En France. Pour dénoncer la misère dans laquelle il vit. Au 21ème siècle. Dans un communiqué au-delà du laconique, la conférence des présidents d’université “exprime tout son soutien à sa famille, à ses proches et à l’ensemble de la communauté universitaire de Lyon 2”. Son acte n’est pas mentionné. Il a simplement “tenté de se suicider”. Mal nommer les choses. Ne surtout pas nommer correctement les choses. Collectivement, nos “valeurs” universitaires ne sont plus rien d’autre qu’un immense torchecul. Qui brûle. Le grand incendie.

  • affordance.info: Immolation d’un étudiant : la stratégie du choc. Et les sinistres connards qui en sont responsables. (affordance.info)
  • La précarité tue, le capitalisme tue, le macronisme tue – (blog.mondediplo.net)

    Mais le plus frappant peut-être dans cette histoire de démolition, c’est l’inconscience heureuse des démolisseurs. Il est vrai qu’ils vivent dans une condition de séparation sociologique, spatiale et mentale, telle que rien de la souffrance humaine ne leur parvient plus. […] En réalité, dans le sociopathe, l’inconscient heureux et la brute sont indistinguables. Nous sommes sous le règne des brutes. À ces politiques publiques qui tuent pour avoir méthodiquement créé, et obstinément approfondi, les conditions de l’accident chimique, ou celles du harcèlement en entreprise, ou celles du désespoir par la misère, ou celles des accidents du travail sans surveillance, ou celles de l’épuisement « flexible », ou celles bientôt (déjà) de la mort en couloir d’hôpital, ou celles de l’accouchement en bord de route, il faudrait pouvoir donner enfin leur qualification adéquate : ce sont des politiques criminelles.

  • Pourquoi (re)lire le Comité Invisible ? (lundi.am)
  • De quoi l’association de malfaiteurs est-elle la clef? (malfaiteursassocionsnous.noblogs.org)

    Les conflits politiques et sociaux ont toujours ce mérite: dévoiler la tendance agressive, écrasante des institutions. Briser l’illusion de leur impartialité. De fait, la police, les tribunaux, la prison, sont des armes de guerre. Assumer le monopole de la violence légitime, c’est toujours assurer la domination d’un camp sur un autre: l’économie et l’État contre ceux qui les remettent en cause.

  • Comment l’abolition de l’esclavage a légitimé le travail forcé colonial en Afrique de l’Ouest (theconversation.com)
  • L’effondrement, parlons-en… – Les limites de la “collapsologie”. (barricade.be – pdf de l’étude à télécharger)

Les BDs/graphiques/photos de la semaine

Les vidéos/podcasts de la semaine

Les autres trucs chouettes de la semaine

  • Passer à l’échelle? Non! Essaimer en communs (symbioses-citoyennes.fr – article de mars 2019)

    Rester à taille humaine est certainement la meilleure manière de trouver des équilibres stables de gouvernance, à l’inverse de l’injonction au passage à l’échelle qui est l’une des sources des dérives du monde numérique actuel vers la plateformisation généralisée.

  • Pour des médias autonomes, changeons notre rapport aux réseaux sociaux (paris-luttes.info)

    Depuis cet été de nombreuses pages Facebook « contestataires » ont été censurées par la multinationale américaine. Le flux de certaines pages a été réduit à presque rien.Il nous faut prendre en compte ce nouveau rapport de force en notre défaveur et repenser nos pratiques de communication pour être moins dépendant des réseaux sociaux. L’information autonome est en passe de mourir sur Facebook ? Vive les médias libres !

  • Présentation du réseau Mutu (labogue.info)
  • Le projet systemd (system-d.org) – voir aussi la présentation vidéo (peertube.travelpandas.eu) Le but : permettre aux différents collectifs et associations de s’organiser efficacement : chiffré, gratuit, open-source visant à favoriser l’horizontalité…
  • Comment Wikipédia s’organise pour combler ses manques (lemonde.fr)

    Pas assez de contenus sur les femmes, sur l’Asie, ou sur certains lieux… Pour rendre l’encyclopédie plus représentative, les wikipédiens lancent diverses initiatives.

  • HTTPS, DNS, VPN… Explications. (mapao.net)
  • PeerTube met les bouchées doubles pour émanciper vos vidéos de YouTube (framablog.org)
  • Naissance d’un nouveau CHATONS : FELINN (Force d’Émancipation Locale pour l’Indépendance et la Neutralité du Net) (felinn.org)
  • Comment nous avons corrigé les DRM au Portugal et comment vous le pouvez aussi (telegra.ph) (Source : How we fixed DRM in Portugal (and so can you) (fsfe.org))
  • Internet est mort, vive l’internet low-tech ? (usbeketrica.com)

    L’objectif : créer, en deux semaines, un Web alternatif qui puisse tenir sur une clé USB d’1 giga. « On a tout déconstruit, et listé ce à quoi ils tenaient dans le Web : à Wikipédia, à la communication, aux mèmes… […]». Les étudiants vont fabriquer leur propre serveur avec un Rasberry Pi, et l’alimenter avec un panneau solaire. « Comme ça, la nuit, notre web n’est plus accessible et il revient le lendemain matin. On va s’amuser avec des contraintes. »

  • Gopher pour un Internet moins gourmand ? (killiankemps.fr)

    Gopher est un protocole Internet apparu à peu près au même moment que HTTP pour consulter des ressources librement. Le réseau de serveurs avec lesquels on peut communiquer avec HTTP s’appelle le Web et celui avec lequel on peut communiquer avec Gopher s’appelle le Gopherspace. De même, l’équivalent du blog dans le Web s’appelle un phlog dans le Gopherspace.[…] Une petite communauté utilise encore Gopher notamment par nostalgie et aussi parce qu’il n’y a pas trop de foule.
    En effet, avec une utilisation limitée à une petite échelle, le Gopherspace n’est pas devenu un espace publicitaire et commercial comme le Web. On retrouve sur le Gopherspace l’esprit des débuts de l’Internet avec des installations plutôt primitives sur des petits serveurs gérés par des particuliers.

Deux personnages prennent le café. Le personnage de gauche dit : Décidément, c'est fou, tout ce qu'il se passe en une semaine !- la personne de droite répond : Si tu en veux encore plus, clique sur ma tasse !
Retrouvez les revues de web précédentes dans la catégorie Libre Veille du Framablog.

Les articles, commentaires et autres images qui composent ces « Khrys’presso » n’engagent que moi (Khrys).




Khrys’presso du lundi 11 novembre 2019

Comme chaque lundi, un coup d’œil dans le rétroviseur pour découvrir les informations que vous avez peut-être ratées la semaine dernière.

Brave New World

Anniversaire

Le 8 novembre 2019, Aaron Swartz aurait eu 33 ans (wikipedia.org), l’occasion de voir ou revoir The Internet’s Own Boy: The Story of Aaron Swartz (archive.org) ou d’écouter/lire ce petit extrait datant de 2007 (en anglais)

Le changement dans l’architecture des médias est complètement lié au changement dans l’architecture du contrôle. Avec le système de radiodiffusion, vous avez une seule personne et une seule station qui décident de ce qui sera diffusé sur les ondes. Quand vous avez un réseau distribué comme Internet, tout le monde peut faire serveur. Il n’y a pas de distinction entre le radiodiffuseur et le récepteur. Chaque ordinateur fait les deux. Vous savez que vous pouvez prendre votre ordinateur portable à la maison et le faire fonctionner comme un serveur qui peut distribuer des films et de la musique, des pages Web et des e-mails de la même manière que les grands ordinateurs de Google le peuvent. Il n’y a pas de différence fondamentale entre les ordinateurs qu’ils ont sur leurs serveurs en rack et l’ordinateur que vous avez sur votre bureau.

Spécial France

Spécial Gilets Jaunes & violences policières

Soutenir

L’initiative du Carillon (voir aussi : 1, 2 et 3)

Spécial GAFAM et cie

Le dossier de la semaine

Atteintes aux libertés – Surveillance, fichage, censure : la démocratie en danger ? (bastamag.net)

Les autres lectures de la semaine

Les BDs/graphiques/photos de la semaine

Les vidéos/podcasts de la semaine

Les autres trucs chouettes de la semaine

Deux personnages prennent le café. Le personnage de gauche dit : Décidément, c'est fou, tout ce qu'il se passe en une semaine !- la personne de droite répond : Si tu en veux encore plus, clique sur ma tasse !
Retrouvez les revues de web précédentes dans la catégorie Libre Veille du Framablog.

Les articles, commentaires et autres images qui composent ces « Khrys’presso » n’engagent que moi (Khrys).




Khrys’presso du lundi 4 novembre 2019

Comme chaque lundi, un coup d’œil dans le rétroviseur pour découvrir les informations que vous avez peut-être ratées la semaine dernière.

Brave New World

Spécial Chili

Spécial France

Spécial luttes et violences policières

Spécial GAFAM et cie

Les autres lectures de la semaine

Les BDs/graphiques/photos de la semaine

Les vidéos/podcasts de la semaine

Les autres trucs chouettes de la semaine

Deux personnages prennent le café. Le personnage de gauche dit : Décidément, c'est fou, tout ce qu'il se passe en une semaine !- la personne de droite répond : Si tu en veux encore plus, clique sur ma tasse !
Retrouvez les revues de web précédentes dans la catégorie Libre Veille du Framablog.

Les articles, commentaires et autres images qui composent ces « Khrys’presso » n’engagent que moi (Khrys).




Khrys’presso du lundi 28 octobre 2019

Comme chaque lundi, un coup d’œil dans le rétroviseur pour découvrir les informations que vous avez peut-être ratées la semaine dernière.

Brave New World

Spécial Chili

Spécial France

Spécial manifs et violences policières

Soutenir

Lundimatin : Chères lectrices, chers lecteurs, nous avons besoin d’argent. De Lubrizol à Paris, il n’y a qu’un don. (lundi.am)

Spécial GAFAM et cie

Le cours d’histoire de la semaine

Les autres lectures de la semaine

Les BDs/graphiques/photos de la semaine

Les vidéos/podcasts de la semaine

Les autres trucs chouettes de la semaine

Deux personnages prennent le café. Le personnage de gauche dit : Décidément, c'est fou, tout ce qu'il se passe en une semaine !- la personne de droite répond : Si tu en veux encore plus, clique sur ma tasse !
Retrouvez les revues de web précédentes dans la catégorie Libre Veille du Framablog.

Les articles, commentaires et autres images qui composent ces « Khrys’presso » n’engagent que moi (Khrys).