1

Salut à toi mélomane, téléchargeur, pirate, pseudo-criminel…

Benn Jordan est musicien et président fondateur du modeste label indépendant Alphabasic Records.

En janvier 2008, et contrairement à ce qu’il se produisait d’habitude, il fut surpris de constater l’absence de son nouvel album sur les sites de torrents et P2P !

Alors il décida de prendre lui-même les devants en téléversant ses propres fichiers audios sur les sites de partage, mais en les accompagnant d’un court texte que nous avons décidé de traduire ci-dessous tant il nous semble original et révélateur de la situation actuelle.

Ainsi tout « pirate » téléchargeant l’album se retrouvait avec un petit fichier HTML contenant le message. Libre alors à lui de le lire et d’agir en conséquence.

Remarque : On pourra trouver le bilan de cette action dans le billet From Pirates To Profit. Et si vous voulez écouter quelques extraits de l’album en question il y a ce lien YouTube.

Benn Jordan

Bonjour mélomane… téléchargeur… pirate… pseudo-criminel…

Hello listener…downloader…pirate…pseudo-criminal…

Benn Jordan – janvier 2008 – Alphabasic Records
(Traduction : Ælfgar, Kiwileaks, Marwan, Thb0c, Gordon, Hikou, Chk, Coyau, axx et autres anonymous)

Bonjour mélomane… téléchargeur… pirate… pseudo-criminel…

Si vous êtes en mesure de lire ceci, alors il est plus que probable que vous ayez téléchargé cet album depuis un réseau pair à pair ou un torrent.


Vous vous attendez probablement à ce que le reste de ce message vous dise que vous êtes en train de faire du mal aux musiciens et de contrevenir à plus ou moins toutes les lois en vigueur sur la copie. Ce ne sera pas le cas ici.

Ce que j’aimerais vous dire, c’est que mon label comprend que beaucoup de gens piratent de la musique parce que c’est plus simple que de l’acheter. Les CD se rayent facilement, la plupart des sites de téléchargement avec paiement à l’acte proposent une faible qualité accompagnée de merdiques protections par DRM, et les vinyles sont quasiment impossibles à trouver ou expédier simplement.

Je me demande même souvent pourquoi les gens achètent encore des CD. Certains apprécient le fait d’avoir une vraie pochette physique, d’autres ne se sont pas encore adaptés aux MP3, mais la plupart le font parce qu’ils aiment passionnément la musique et veulent soutenir les artistes qui la font. Ça vous redonne foi en l’humanité l’espace d’un instant, hein !

Ok donc, on fait quoi maintenant ?
Vous aimez l’album ? Vous voulez « soutenir l’artiste » sur iTunes ?
Eh bien, ne le faites pas !
Alphabasic est en ce moment même en pleine bataille juridique contre Apple parce qu’AUCUN de nos contenus (le catalogue Sublight Records compris) n’a reçu le moindre centime de royalties par rapport au grand nombre de ventes qu’iTunes a généré en utilisant notre contenu.

Vous voulez acheter un CD uniquement pour témoigner de votre soutien ?
Si vous n’aimez pas particulièrement les CD, ne vous prenez pas la tête.
Les grandes enseignes comme Best Buy et Amazon font tellement monter les prix que leurs parts sont souvent huit fois plus élévées que celle de l’artiste. En plus, la plupart des CD sont fait de plastique non-recyclable et sont de ce fait écologiquement nuisibles.

Si vous aimez vraiment les CD, achetez les directement auprès du label (dans notre cas, alphabasic.com). Après récupération des coûts de production, nos artistes reçoivent habituellement plus de 90% de l’argent venant de votre portefeuille.
J’ajoute que tous nos produits physiques sont réalisés à partir de matériaux 100% recyclés.

Vous souhaitez soutenir sans aimer les CD ?
Allez ici et faites le tour de notre catalogue de téléchargements audio sans perte et sans DRM.
Vous l’avez déjà fait ?
Alors n’hésitez pas à faire un don du montant de votre choix à votre artiste préféré. Il lui reviendra à 100%.
Franchement, vous pouvez même donner ne serait-ce qu’un euro pour remercier l’artiste.

Si par exemple vous aimez vraiment « The FlashbulbSoundtrack To A Vacant Life » et voulez nous soutenir sans que l’argent s’en aille vers des détaillants et des distributeurs cupides, ou des représentants et intermédiaires cocaïnomanes, alors cliquez sur ce lien.

Si de plus vous voulez bien renseigner votre adresse postale, Alphabasic pourra vous envoyer occasionnellement quelques goodies (surplus de stock, stickers, et même parfois des CD rares ou inédits) en guise de reconnaissance.

Merci d’avoir pris le temps de lire ce message.

Qui sait si mon petit modèle économique permettra de financer de nouveaux albums, mais même l’échec vaut mieux que le système de distribution pourri dont les artistes souffrent depuis plus de cinquante ans.
Nous espérons que vous apprécierez la musique autant que nous l’apprécions en la créant .

Enfin un tout dernier point. Si vous envisagez de partager cette musique, merci de conserver et d’y inclure ce texte. La seule raison de sa présence est de montrer à l’auditeur où et comment il peut soutenir son artiste favori !

Benn Jordan
PDG d’Alphabasic Records




Cinglante et prémonitoire citation de David Bowie sur l’avenir de l’industrie musicale

Fabio Venni - CC by-saNous sommes en 2002 et le New York Times consacre un long sujet sur David Bowie.

On l’invite tout à coup à s’exprimer sur l’industrie musicale…

Dix ans plus tard, le copyright n’a pas disparu, loin de là, mais il est à juste titre attaqué de tout part. Quant à l’industrie musicale, elle ne se porte guère mieux si ce n’est pire.

« La musique elle-même est en passe de devenir comme l’eau courante ou l’électricité » et, ne vous en déplaise, « c’est absolument passionnant » ![1].

Visionnaire notre ami Ziggy ?

David Bowie à propos de l’état de l’industrie de la musique

David Bowie On the State of the Music Industry

Jon Pareles – 9 juin 2002 – NYT.com
(Traduction Framalang : Goofy, Lolo le 13 et Don Rico)

Extrait trouvé dans un article du New York Times sur David Bowie. Voici ce qu’il avait à dire à propos de l’état de l’industrie musicale :

« Je ne vois pas même pas pourquoi je voudrais être sur un label dans quelques années, parce que d’ici là on ne travaillera plus avec des systèmes de distribution et les labels de la même façon… La transformation radicale de tout ce que nous avons toujours pensé sur la musique va se produire dans les dix ans à venir, et rien ne pourra l’empêcher. Je ne vois pas une seule bonne raison de penser que cela ne se produira pas. Par exemple, je n’ai aucun doute sur la disparition du copyright d’ici dix ans, quant au statut d’auteur et la propriété intellectuelle, ils vont en prendre plein les dents aussi.

La musique elle-même est en passe de devenir comme l’eau courante ou l’électricité… Alors profitez bien de ces quelques dernières années parce que rien de tout cela ne se reproduira plus. Vous feriez mieux de vous préparer à monter des tournées très nombreuses parce que c’est tout ce qui va rester. C’est absolument passionnant. Mais par ailleurs peu importe que vous trouviez ça passionnant ou non : c’est ce qui va se passer. »

Notes

[1] Crédit photo : Fabio Venni (Creative Commons By-Sa)




Pas de musique classique libre ? Louons les services d’un orchestre symphonique !

Alors même que la plupart des compositeurs sont depuis longtemps dans le domaine public, il est extrêmement rare, voire impossible, de pouvoir écouter et partager librement de la musique classique de qualité, à fortiori lorsque le répertoire exige plus de quatre-vingts musiciens. Parce que l’interprétation elle est soumise au classique et restrictif droit d’auteur. Idem pour l’enregistrement qui entre dans le cadre des droits voisins.

Qu’à cela ne tienne, se dit le site Musopen. Ouvrons un projet Kickstarter et invitons le internautes à financer collectivement la location d’un orchestre symphonique jouant pour nous des morceaux qui iront eux directement dans le domaine public !

Ils souhaitaient atteindre la somme de dix mille dollars et ils en ont eu six fois plus, révélant ainsi une forte demande. Il y eut alors un compréhensible temps de latence nécessaire à trouver un orchestre symphonique[1] disponible et adhérant à cette idée saugrenue. Mais nous y sommes.

À l’ère d’Internet et de la bonne volonté, c’est aussi simple que ça 🙂

Nous attendons avec impatience le résultat sans craindre le moins du monde la foudre Hadopi.

MITO Settembre Musica - CC by

MusOpen.org va diriger l’orchestre symphonique de Prague en janvier

MusOpen.org is Commissioning the Prague Symphony Orchestra this January

Terry Hancock – 4 janvier 2012 – FreeSoftwareMagazine
(Traduction Framalang : Clochix, Goofy et Don Rico)

2012 sera semble-t-il une grande année pour la culture libre. Et la nouvelle qui m’enthousiasme le plus, c’est que les enregistrements de symphonies prévus par MusOpen vont avoir lieu au mois de janvier. En septembre 2010, cette organisation pour la culture libre a réuni plus de 68 000$ (plusieurs fois leur objectif de 11 000$) via une campagne sur le site Kickstarter, avec l’intention de diriger un « orchestre de renommée internationale » pour interpréter les symphonies de Beethoven, Brahms, Sibelius et Tchaïkovsky.

Rien de surprenant à ce que la mise en place d’un tel projet ait pris beaucoup de temps – ses initateurs ont battu la campagne pour trouver un orchestre disponible et désireux de se charger de ce contrat, recherche effectuée avec l’aide soutenue des utilisateurs du site MusOpen, et au bout du compte, ils ont obtenu la collaboration de l’orchestre symphonique de Prague pour une session de plusieurs jours en janvier 2012.

Je trouve que c’est un excellent début d’année, de très bon augure pour les projets de culture libre !

Le site MusOpen constitue une ressource fantastique pour la culture musicale libre, et c’est une source de référence pour les projets de logiciels libres qui ont besoin d’intégrer des airs de musique classique. Non seulement les enregistrements sont stockés et indexés, mais on trouve également sur le site toute une bibliothèque de partitions libres en PDF que l’on peut utiliser pour divers projets, par exemple pour créer des fichiers MIDI qui illustreront des jeux. Ce site fait partie de ceux que je fréquente le plus lorsque je recherche de la musique sous licence libre destinée à mes projets.

Notes

[1] Crédit photo : MITO Settembre Musica (Creative Commons By)




Je suis amoureux de Joss Stone !

Interrogée en 2008 par la chaîne de télévision argentine Todo Noticias sur ce qu’elle pensait du « piratage » de la musique sur Internet, la pétulante chanteuse Joss Stone a eu cette réponse pleine de naturel et spontanéité.

« La musique est faite pour être partagée », rien de plus simple et de plus vrai. Et pourtant certains ne l’entendent pas de cette oreille…

Cela méritait bien un petit sous-titrage maison signé Framalang 😉

PS : Drôlement pétillants ses yeux quand même…

—> La vidéo au format webm
—> Le fichier de sous-titres

Transcript du sous-titrage

URL d’origine du document

Le journaliste : Vous êtes chanteuse et faites partie du show-business maintenant, alors que pensez-vous du piratage de musique sur Internet ?

Joss Stone : Je trouve ça génial.

Le journaliste : Génial ?

Joss Stone : Oui, j’adore ça. Je trouve ça brillant et je vais vous dire pourquoi.

La musique devrait être partagée. Je crois que la musique est devenue un business dingue. La seule chose que je n’aime pas dans la musique, c’est le business qu’il y a autour. Par contre, si la musique est gratuite, il n’y a plus de business, seulement de la musique. Donc, j’aime ça. Je crois que nous devrions partager.

Si un seul l’achète, ça me convient. Gravez-le, partagez-le entre amis, je m’en fiche. Je me fiche du moyen de l’écouter, tant que vous l’écoutez. Tant que vous venez à mon concert, et que vous prenez du bon temps en y assistant, c’est parfait. Je m’en fiche. Je suis contente qu’ils l’écoutent.

Le journaliste : Je pense que vous êtes la première chanteuse à me répondre ça.

Joss Stone : Car la plupart des gens ont subi un… lavage de cerveau.




Dan Bull, la vérité vous rendra libre

Dan Bull CC-By-SAPlus que jamais d’actualité suite à l’annonce par WikiLeaks du début de la publication de 250 000 câbles diplomatiques américains, voici une (relativement) nouvelle chanson de Dan Bull, sous-titrée comme pour les précédents morceaux par la fine équipe : Koolfy plus Framalang.

Dan Bull – WikiLeaks et le besoin de liberté d’expression

Dan Bull – WikiLeaks and the Need for Free Speech

—> La vidéo au format webm
—> Le fichier de sous-titres




Girl Talk, ou l’art du remix

Girl Talk - CC By NCGirl Talk, de son vrai nom Gregg Gillis n’est pas totalement inconnu du Framablog puisqu’il est le co-producteur du film Rip : A remix manifesto du canadien Brett Gaylor, auquel ont également participé Lawrence Lessig, Cory Doctorow et Gilberto Gil [1], et dont nous parlions récemment dans l’article de Nina Paley sur les confusions à éviter avec les licences Creative Commons.

Toutefois, l’activité principale de Girl Talk n’est pas le cinéma, mais la musique. En effet, cette semaine est sorti le 5e album de Girl Talk, nommé All Day [2] et librement téléchargeable sur son site web (vu l’affluence, nous recommandons de passer par BitTorrent pour ce téléchargement légal de musique en libre diffusion). Comme tous les travaux de Girl Talk, cet album est couvert par une licence Creative Commons By NC, ce qui ferait bondir Nina Paley, mais permet tout de même à tout le monde de télécharger et d’écouter gratuitement les 12 titres de l’album chez soi.

La musique de Girl Talk est particulière, à la fois novatrice et déjà connue du plus grand nombre, il s’agit d’un patchwork d’extraits musicaux d’une quantité invraisemblable de morceaux d’autres artistes, parfaitement imbriqués et se répondant harmonieusement.

Tout y passe, du titre de Beyoncé qui inspira cette BD XKCD de Randall Munroe [3], au morceau de rap qui accompagne les exactions de l’armée américaine dans l’épisode Rap News 4 du billet précédent ! Ça part tous azimuts et ça forme pourtant un tout qui coule de source…

OVNI acoustique rafraîchissant en ces temps d’offre labélisée, de culture officielle et de nullité en mouvement ou en tube, le dernier Girl Talk vous offrira une bouffée d’oxygène et un défi presque sans fin pour retrouver tous les extraits !

Randall Munroe XKCD - CC By NC

Pour la traduction de la BD en français, c’est ici. XKCD a son site de fans français qui traduisent les BD au fur et à mesure de leur sortie.

Notes

[1] Ex ministre de la culture du Brésil.

[2] Crédit photo : Girl Talk Creative Commons By Non-Commercial

[3] Crédit BD : Randall Munroe XKCD.com Creative Commons By Non-Commercial




Rap News sur WikiLeaks, une improbable conscience ?

TheJuiceMedia CC-By-NC-SALes jours fériés, on les consacre à ses passions non ? Alors après le rap militant de Dan Bull contre ACTA, laissez moi vous présenter Rap News [1], ce journal vidéo reprenant les codes du JT pour diffuser, en rythme et en rimes, de l’actualité comme on en voit rarement à la télé.

En effet, pour accompagner les deux dernières publications massives de télégrammes américains des guerres en Afghanistan et en Irak par WikiLeaks, le collectif TheJuiceMedia, un média australien indépendant, a réalisé deux vidéos pertinentes et humoristiques, plantant le décor politique de ces fuites, sur fond de défense de la neutralité du net [2].

Bourrées de références [3], ces vidéos valent autant par les prouesses de l’acteur que la finesse des textes, et c’est pourquoi, avec l’ami Koolfy de la Nurpa.be, croisé sur le canal IRC de La Quadrature du Net [4], nous avons souhaité offrir une version sous-titrée de ces vidéos pour les francophones de tous pays (même la Belgique !).

Après plusieurs heures de temps libre [5] bien employé, nous proposions donc nos sous-titres à l’adresse de contact du collectif TheJuiceMedia qui les accueillit avec enthousiasme et les ajouta directement aux vidéos « officielles », déjà visionnées respectivement plus de 80 000 et 100 000 fois sur YouTube [6].

Toutefois, les voici reproduites ici pour vous avec l’accord des auteurs, servies et sous-titrées librement, stockées dans Framatube, et passées à travers Universal Subtitles. Ne manquez pas l’invité de prestige dans la deuxième vidéo.

Rap News contre le Pentagon

Rap News vs The Pentagon

—> La vidéo au format webm
—> Le fichier de sous-titres

Rap News contre Nouvelles Ordre Mondial

Rap News vs News World Order

—> La vidéo au format webm
—> Le fichier de sous-titres

Notes

[1] Travail copyrighté pour l’instant, mais sûrement dû à un « choix » par défaut. Je viens d’écrire aux auteurs sur ce sujet et vous tiendrai informés. Édition le 12/11/2010 à 1:52 : Leur réponse est à la hauteur de leur travail, ils me prient de considérer leur travail comme étant couvert par une CC-By-NC-SA. Seul le design du site web de thejuicemedia.com est sous Copyright de la conceptrice graphique.

[2] Rien à voir, dans ce contexte, avec le FDNN que vous avez croisé si vous soutenez, comme moi, la Quadrature du Net 😉

[3] Notamment cet extrait de JT présenté par Bill O’Reilly sur les télé. américaines.

[4] Et cet été à Bordeaux aux RMLL 2010.

[5] C’est une notion assez vague pour un Framaslave 🙂

[6] Et nous sommes fiers de constater que des collègues allemands, brésiliens et grecs nous ont rejoint dans cette initiative.




Stallmania, la comédie musicale participative de Framasoft

Après LL de Mars, Gee et Harrypopof, Odysseus a tenu lui aussi à illustrer, avec humour, la campagne “1000 10 1” qui décidera du sort de l’association.

Et pour se dérider un peu en ces temps de crise, il a imaginé une nouvelle version de la comédie musicale Starmania, pourtant encore terriblement d’actualité 32 ans après sa sortie… Un peu plus geek que l’originale, la nouvelle version d’Odysseus a l’avantage de témoigner de 30 années de développement de l’informatique et du logiciel libre ! [1] [2]

Stallmania - Odysseus - Licence Art Libre

D’ailleurs, je vous invite à poster vos propres titres en commentaire !

Notes

[1] Crédit : Odysseus – Licence Art Libre

[2] PS d’Odysseus : Notez que l’image de Richard Stallman a été proposée sur Openclipart par casifish