21 degrés de liberté – 03

Voici déjà le 3e article de la série écrite par Falkvinge. Le fondateur du Parti Pirate suédois s’attaque aujourd’hui à la question de la publication sous anonymat. Une traduction du groupe Framalang, qui a trouvé intéressant de soumettre à votre réflexion les 21 articles qu’il a publiés récemment.

Son fil directeur, comme on peut le voir clairement dans les épisodes précédents  que nous vous avons déjà livrés, c’est la perte de certaines libertés dont nous disposions encore assez récemment, avant que le passage au tout-numérique ne nous en prive.

Nous nous efforcerons de vous traduire ces articles, semaine après semaine. Les commentaires, comme toujours, sont ouverts.

De l’analogique au numérique : publier un message public anonymement

par Rick Falkvinge

source : https://falkvinge.net/2017/12/20/analog-equivalent-rights-posting-anonymous-public-message/

Traduction Framalang : wyatt, Penguin, mo, draenog, simon, goofy et 2 anonymes.

Les libertés tenues pour acquises pour nos parents ne le sont pas pour nos enfants – beaucoup d’entre elles ont disparu au cours de la transition vers le numérique. Aujourd’hui, nous traiterons de l’importance de pouvoir publier un message public anonymement.

Quand j’étais adolescent, avant l’Internet (si, vraiment), il y avait ce que l’on appelait des BBS  – Bulletin Board Systems. C’était l’équivalent numérique d’un panneau d’affichage, une sorte de panneau en bois dont le but est d’afficher des messages pour le public. On peut considérer les BBS comme l’équivalent anonyme des logiciels de webforums actuels, mais vous vous connectiez au BBS directement depuis votre ordinateur personnel via une ligne téléphonique, sans avoir à vous connecter à Internet au préalable.

Les panneaux d’affichage sont encore utilisés, bien entendu, mais principalement pour la promotion de concerts ou de mouvements politiques.

Au début des années 90, des lois étranges ont commencé à entrer en vigueur un peu partout dans le monde sous l’influence du lobbying de l’industrie du droit d’auteur : les propriétaires d’un BBS pouvaient être tenus responsables de ce que d’autres personnes avaient publié dessus. La suppression de la publication dans un délai de sept jours était l’unique possibilité afin d’éviter toute poursuite. Une telle responsabilité n’a pas d’équivalent analogique ; c’est une idée complètement ridicule que le propriétaire d’un bout de terrain soit tenu responsable pour une affiche apposée sur un de ses arbres, ou même que le propriétaire d’un bout de carton public puisse être poursuivi en justice pour des affiches que d’autres personnes auraient collées dessus.

Reprenons encore une fois : d’un point de vue légal, il est extrêmement étrange qu’un hébergeur électronique soit, de quelque manière que ce soit, responsable des contenus hébergés sur sa plateforme. Cela n’a aucun équivalent analogique.

Bien sûr, les gens peuvent placarder des affiches analogiques illégales sur un panneau d’affichage analogique. C’est alors un acte illicite. Quand cela arrive, le problème est celui du respect de la loi mais jamais celui du propriétaire du panneau d’affichage. C’est une idée ridicule qui ne devrait pas exister dans le monde numérique non plus.

L’équivalent numérique approprié n’est pas non plus de demander une identification pour transmettre les adresses IP des personnes qui postent aux forces de l’ordre. Le propriétaire d’un panneau d’affichage analogique n’a absolument pas l’obligation d’identifier les personnes qui utilisent le panneau d’affichage, ni même de surveiller si on l’utilise ou non.

L’équivalent du droit à la vie privée analogique pour un hébergeur de contenus est que l’utilisateur soit responsable de tout ce qu’il publie à destination de tous, sans aucune responsabilité d’aucune sorte pour l’hébergeur, sans obligation pour lui de pister la source des informations publiées pour aider les forces de l’ordre à retrouver un utilisateur. Une telle surveillance n’est pas une obligation dans le monde analogique de nos parents, de même qu’il n’y a pas de responsabilité analogique pour du contenu publié, et il n’y a aucune raison qu’il en soit autrement dans le monde numérique de nos enfants, uniquement parce que certains ne savent pas comment gérer une entreprise autrement.

Accessoirement, les États-Unis n’existeraient pas si les lois actuelles de responsabilité d’hébergement avaient été mises en place au moment de leur création. À l’époque, de nombreux écrits qui circulaient revendiquaient la rupture avec la couronne anglaise et la formation d’une république indépendante. D’un point de vue légal, cela correspond à de l’incitation et de la complicité pour haute trahison. Ces écrits étaient couramment cloués aux arbres et sur les lieux d’affichages publics pour que la population les lise et se fasse sa propre opinion. Imaginez un instant que les propriétaires des terrains où poussaient ces arbres aient été poursuivis pour haute trahison suite à du « contenu hébergé ». L’idée est aussi ridicule dans le monde analogique qu’elle l’est dans le monde numérique. Il nous faut seulement nous défaire de l’illusion que les lois actuelles d’hébergement numérique ont du sens. Ces lois sont réellement aussi ridicules dans le monde numérique de nos enfants qu’elles l’auraient été dans le monde analogique de nos parents.

La vie privée reste de votre responsabilité.




Le projet Tor se dote d’un contrat social

Le projet Tor (Tor Project), est l’organisation à but non lucratif à l’origine du réseau de communication anonymisé et du logiciel éponyme. Il a décidé, à l’instar d’autres projets libres comme Debian ou Gentoo, de se doter d’un contrat social dans le but de clarifier et de pérenniser ses valeurs et ses objectifs.

Souvent associé au terrorisme, au trafic de drogue et autres contenus pédo-nazis par certains journaux télévisés ou personnages politiques en manque d’attention, Tor est au contraire mis en avant dans ce texte (gracieusement traduit pour vous par l’équipe de Framalang) pour son intérêt dans la protection des libertés fondamentales.

Source : The Tor Social Contract par alison

Traduction : KoS, serici, sebastien camuzat, David_5.1, Lumi, egilli et Obny

tor browser

Le contrat social du projet Tor

Au sein du Projet Tor, nous fabriquons des outils pour promouvoir et protéger les droits fondamentaux des personnes partout dans le monde. Nous avons un ensemble de principes directeurs qui rendent cela possible, mais pendant une longue période ces principes sont restés plus ou moins tacites. Afin de veiller à ce que les membres du projet construisent un Tor qui reflète l’engagement envers nos idéaux, nous nous sommes inspirés de nos amis de chez Debian pour écrire le Contrat Social de Tor, soit l’ensemble des principes qui reflètent qui nous sommes et pourquoi nous faisons Tor.

Notre contrat social est fait de comportement et d’objectifs : pas seulement les résultats idéaux que nous désirons pour notre communauté, mais également la manière dont nous cherchons à les atteindre. Nous voulons faire croître Tor en soutenant et améliorant ces recommandations en même temps que nous travaillons sur Tor, tout en faisant attention de ne pas les déshonorer le reste du temps.

Ces principes peuvent aussi être utilisés pour aider à reconnaître quand les actions ou les intentions des gens peuvent desservir Tor. Certains de ces principes sont des normes bien établies : des choses que nous faisons tous les jours depuis longtemps ; d’autres sont plutôt du domaine des aspirations, mais tous sont des valeurs que nous voulons faire vivre publiquement, et nous espérons qu’elles vont rendre nos choix futurs plus simples et plus ouverts. Ce contrat social est l’un des documents qui définissent nos normes communes, donc si vous cherchez des éléments qui semblent y manquer (par exemple quelque chose qui aurait sa place dans un code de conduite), rappelez-vous qu’il est possible qu’ils existent tout de même dans un autre document.

Les objectifs sociaux peuvent être complexes à exprimer. S’il devait exister des contradictions dans l’application des principes suivants, nous ferions tout pour garantir en priorité la sécurité et la liberté de ceux qui utilisent les fruits de nos efforts. Le contrat social peut aussi nous aider à régler ces contradictions. Par exemple, il peut arriver que nous ayons besoin d’utiliser des outils qui ne sont pas entièrement ouverts (contredisant alors le point 2) mais les rendre ouverts diminuerait la sécurité de nos utilisateurs (contredisant le point 6). Utiliser un tel outil implique donc de mesurer à quel point il est nécessaire pour rendre notre technologie utilisable (point 1). Et si nous utilisons effectivement un tel outil, nous devons être honnêtes concernant ses capacités et ses limites (point 5).

Tor n’est pas seulement un logiciel, mais un travail réalisé avec amour par une communauté internationale de personnes dévouées au respect des droits humains. Ce contrat social est une promesse de notre communauté au reste du monde, exprimant notre engagement à nos valeurs. Nous vous les présentons avec enthousiasme.

Logo Tor
Logo du projet Tor

  1. Nous favorisons les droits humains en créant et maintenant des technologies accessibles pour l’anonymat et la vie privée.
    Nous croyons que la vie privée, l’échange libre des idées, et l’accès à l’information sont essentiels aux sociétés libres. Au travers des règles de notre communauté et du code que nous écrivons, nous fournissons des outils qui aident tout un chacun à protéger et à faire progresser ces droits.
  2. Une recherche et des outils ouverts et transparents sont la clef de notre succès.
    Nous sommes dévoués à la transparence. Pour cela, tout ce que nous publions est ouvert et notre développement se fait au grand jour. Chaque fois que cela sera possible, nous continuerons à rendre nos codes sources, nos exécutables et nos affirmations à leur sujet ouverts à des vérifications indépendantes. Dans les cas extrêmement rares où des développements ouverts altéreraient la sécurité de nos utilisateurs, nous serons particulièrement vigilants lors de l’évaluation par les pairs qui sera réalisée par des membres du projet.
  3. L’accès, l’utilisation, la modification et la distribution de nos outils sont libres.
    Plus notre panel d’utilisateurs sera diversifié, moins l’on pourra tirer d’informations à propos des personnes utilisant Tor. Cette diversité est un objectif fondamental et nous avons pour but de créer des outils et des services accessibles et utilisables par tous. La capacité d’un utilisateur à payer pour ces outils ou ces services ne devrait pas être un facteur déterminant dans ses possibilités à y accéder et à les utiliser. A fortiori nous ne restreignons pas l’accès à nos outils sauf si cet accès contrevient à notre objectif d’assurer plus de sécurité à nos utilisateurs.
    Notre souhait est que le code et les recherches que nous publions seront revus et améliorés par beaucoup de personnes différentes et cela n’est possible que si tout le monde a la possibilité d’utiliser, de copier, de modifier et de redistribuer cette information. Nous concevons, compilons et diffusons également nos outils sans recueillir d’informations personnelles sur nos utilisateurs.
  4. Nous rendons Tor et les technologies associées universels grâce à la sensibilisation et à l’éducation populaire.
    Nous ne sommes pas seulement des gens qui concevons des logiciels, mais aussi des ambassadeurs de la liberté en ligne. Nous voulons que chaque habitant de la planète puisse comprendre que ses droits humains de base, et tout particulièrement sa liberté d’expression, d’accès à l’information et à la vie privée, peuvent être préservés quand il utilise Internet.
    Nous apprenons aux utilisateurs d’Internet, comment et pourquoi utiliser Tor, et nous travaillons sans cesse pour rendre nos outils à la fois plus sécurisés et plus faciles d’utilisation et c’est pourquoi nous utilisons nos propres outils et sommes à l’écoute des retours d’expérience des utilisateurs. Notre vision d’une société plus libre ne sera pas accomplie seulement en restant derrière un écran, et donc, en plus d’écrire de bons programmes, nous donnons aussi de l’importance à leur promotion et sensibilisons la communauté.
  5. Nous sommes honnêtes à propos des capacités et des limites de Tor et des technologies associées.
    Nous ne trompons jamais intentionnellement nos utilisateurs ni ne mentons à propos des capacités des outils ou des risques potentiels associés à leur utilisation. Chaque utilisateur devrait être libre de prendre une décision éclairée quant au fait d’utiliser ou non un outil donné et sur la façon dont il devrait l’utiliser. Nous sommes responsables de l’exactitude de l’information quant à l’état de notre logiciel et nous travaillons assidûment pour tenir notre communauté informée à travers nos divers canaux de communication.
  6. Nous ne nuirons jamais intentionnellement à nos utilisateurs.
    Nous prenons au sérieux la confiance que nos utilisateurs nous accordent. Non seulement nous ferons toujours de notre mieux pour écrire du bon code, mais il est impératif de résister aux pressions d’adversaires qui souhaiteraient nuire à nos utilisateurs. Nous n’implémenterons jamais de portes dérobées dans nos projets. Dans notre souci de transparence, nous sommes honnêtes lorsque nous faisons des erreurs et nous communiquons avec nos utilisateurs sur nos projets d’amélioration.



L’anonymat en ligne avec Tor, c’est Nos oignons !

Comme beaucoup d’internautes, vous êtes ces dernières années de plus en plus préoccupé par la confidentialité de vos données et de vos communications.

Vous avez renforcé et renouvelé vos mots de passe, installé des extensions qui filtrent ou bloquent les contenus indésirables, vous luttez contre le pistage des GAFAM au cours de votre navigation, vous êtes en voie de dégooglisation, mais vous n’avez peut-être pas osé aborder une étape plus délicate et technique comme celle qui consiste à chiffrer vos échanges et vos disques durs, pas osé non plus utiliser le réseau Tor. C’est bien compréhensible, vous reculez un peu devant ce qui vous semble plus complexe et vous ne savez pas exactement de quoi il retourne… On entend dire des choses tellement inquiétantes aussi !

Liste des utilisateurs potentiels du réseau Tor
Tout le monde peut trouver des avantages à utiliser Tor

Eh bien nous vous proposons aujourd’hui d’apprendre un peu mieux ce qu’est réellement ce réseau Tor, pour démystifier ce qui peut s’avérer d’un usage quotidien pour beaucoup d’entre nous.

Vous en doutez ? Pourtant emprunter les trajectoires zigzagantes de Tor est non seulement parfaitement légal mais aussi tout à fait utile et à la portée d’un vaste public.

Mais pour commencer, qu’est-ce que c’est au juste que Tor ? Comment ça marche, est-ce que c’est dangereux ? Comment peut-on l’essayer sans trop de difficultés ?

Pour répondre à ces questions, autant s’adresser directement à ceux sont sur le terrain et connaissent la question. Nous avons la chance d’avoir Nos oignons une jeune association francophone qui s’active pour multiplier les nœuds de sortie dont… STOOOOP ! Écoutons-les plutôt.

Merci à ned, syl, Chre, Cor, gagz, nicoo, Lunar, aeris et à tous ceux de l’association qui ont collectivement et gentiment répondu aux questions un peu… comment dire — enfin des questions de Goofy, quoi.

Tor c’est pour aller sur le Darknet, là où se trouvent les trafiquants de drogue et les terroristes, pourquoi vous voudriez que les internautes ordinaires y accèdent aussi ?

Utiliser Tor permet de retrouver un peu d’intimité quand on utilise Internet. Tout comme mettre une lettre dans une enveloppe, des rideaux à nos fenêtres ou son téléphone sur liste rouge, cela permet de retrouver le pouvoir de décider avec qui partager notre quotidien.
Des personnes qui veulent se livrer à des activités illégales vont bien entendu chercher à se cacher. Mais cela ne peut pas justifier d’espionner tout le monde. Tor est là pour nous aider à disposer de nos droits fondamentaux : libertés d’opinion, d’expression, d’association, de communication. Ces droits humains s’appliquent à tou·te·s, sans discrimination.

Ce qu’il faut comprendre, c’est que même si Tor était interdit, des activités illégales continueraient d’exister sur Internet sous d’autres formes et en utilisant d’autres outils. Il y a déjà sur Internet des activités illégales n’utilisant pas Tor.

Moi je veux bien essayer Tor, mais je ne veux pas d’ennuis avec la police, hein. Qu’est-ce que vous faites quand les services de police vous demandent de fournir des renseignements sur des utilisateurs considérés comme suspects ?
On leur dit la simple vérité : nous n’avons pas ces renseignements, d’une part parce que nous ne gardons pas trace de ce que les usagers font avec Tor, d’autre part parce que le réseau est conçu pour qu’il nous soit impossible de remonter à la source des communications.

C’est le moment de schématiser le fonctionnement de Tor.

Regardez d’abord comme la transmission des informations numériques est perméable à toutes sortes de gens ou institutions lorsqu’on n’utilise ni Tor ni https (le protocole sécurisé) :
tor-and-https-0
Maintenant, avec ces deux outils mis en place, observez que les diverses oreilles indiscrètes n’ont plus d’accès aux données que vous transmettez. Les trois relais Tor qui assurent ainsi votre anonymat sont d’ailleurs eux-mêmes « aveugles » à vos données. Chacun d’eux ne reçoit et transmet que des données chiffrées dont il ignore l’émetteur d’origine.
tor-and-https-3

Il paraît que la NSA a glissé ses propres nœuds Tor dans le réseau, alors il est compromis ou bien je peux avoir confiance ?
Même si c’est toujours intéressant intellectuellement d’y réfléchir, on a rarement affaire à une organisation aussi puissante que la NSA. La plupart du temps, on cherche à se protéger de publicitaires qui veulent nous bourrer le crâne, de patrons qui veulent nous empêcher de bosser tranquilles, de conjoints inquisiteurs, d’un filtre trop agressif dans une gare… Moins souvent, on veut protéger des communications confidentielles avec des médecins, des avocat·e·s, des journalistes… On est donc rarement une cible directe de la NSA. Et c’est tant mieux parce que si elle se débrouille pour pirater notre ordinateur, il sera facile de nous espionner, que nous utilisions Tor ou non.
Néanmoins, si la NSA faisait tourner des nœuds, ce ne serait pas nécessairement un problème. Le réseau Tor est conçu pour résister à la présence de nœuds sous surveillance tant qu’ils ne sont pas nombreux ou qu’ils sont surveillés par des adversaires différents. Des bénévoles font activement la chasse pour trouver des nœuds qui interfèrent avec les données échangées, ou des nœuds trop semblables qui apparaissent.

Il faut savoir qu’un adversaire comme la NSA, qui dispose de la capacité de surveiller directement les réseaux de communication, n’a nul besoin de faire tourner des relais Tor pour tenter de désanonymiser ses utilisateur·ice·s. En effet, plutôt que de s’embêter à faire tourner des relais, il suffit d’observer d’où vient et où va le trafic qui transite par les relais.
Tout serait donc perdu ? De ce qu’on en sait, bien au contraire : les documents internes que nous a transmis Edward Snowden nous ont permis de mieux comprendre l’étendue des possibilités de la NSA. La présentation interne intitulée « Tor Stinks » (Tor, ça pue), datée de 2012, explique qu’il est possible de retrouver le chemin d’une fraction des connexions traversant Tor, mais il est impossible de « désanonymiser » toutes les connexions tout le temps et il est très difficile de le faire avec une cible précise en tête.

À notre connaissance, Tor reste efficace contre la surveillance de masse, et rend bien plus compliquées les attaques ciblées.

Je me rends compte que tester Tor est à ma portée ! Un navigateur est disponible pour cela, c’est Torbrowser. Il me suffit d’aller sur le site https://www.torproject.org/projects/torbrowser.html.en et de choisir la bonne version :

Torstep0

une fois qu’elle est téléchargée et installée, je choisis mon type d’usage :

Torstep1

et me voilà prêt à naviguer en circulant de façon anonyme sur le Web.

torstep2

Bon, Tor c’est bien, mais quelles précautions faut-il que je prenne en plus selon vous, car Tor n’est pas une garantie contre tous les risques, hein ?
En effet ! Tor permet vraiment deux choses : empêcher le fournisseur d’accès Internet de surveiller les sites qu’on visite ; et empêcher que les sites apprennent où l’on se trouve malgré nous. Tor Browser contient des myriades de petites fonctionnalités pour empêcher que deux sites différents puissent apprendre qu’une même personne les visite tous les deux. Mais utiliser Tor Browser ne protégera pas forcément la connexion jusqu’au site visité, pour cela il faut veiller à ce que la connexion se fasse en HTTPS.

Tor n’est pas une poudre magique à « sécuriser » : la plupart des logiciels ont des défauts, Tor Browser est par exemple mis à jour toutes les six semaines afin de pouvoir colmater des brèches de sécurité le plus vite possible. Les connexions entre le réseau Tor et le site Internet auquel on accède peuvent être surveillées. Tor ou pas Tor, l’heure d’une connexion peut parfois permettre d’identifier une personne lorsqu’il y a peu de suspects.
Pour établir une analogie un peu bancale : mettre sa ceinture en voiture n’empêche pas les accidents, mais est-ce une bonne raison pour ne pas la mettre ?

Utiliser Tor ne protégera pas les échanges à partir d’un site : ça ne change rien à la sécurité des messages échangés via Twitter ou un webmail. Se « garantir contre tous les risques », c’est forcément un processus, pas un produit. Par exemple, des images contenant le numéro de série de l’appareil qui a servi à prendre les photos dans les métadonnées peuvent permettre d’identifier la source d’une journaliste, que les images aient été transférées en utilisant Tor ou pas.

Ah ben je découvre qu’il existe une liste impressionnante de projets connexes à Tor ? Pourquoi a-t-on besoin de tout cet écosystème ? Quels sont les principaux types de projets associés et quels sont ceux auxquels vous (Nos oignons) participez ?
Il y a effectivement plein de projets liés à Tor, en plus de Tor (le logiciel qui sert à faire tourner le réseau) : le navigateur Tor, HTTPS Everywhere, les logiciels de messagerie instantanée Tor Messenger et Ricochet, Pond (une alternative aux emails)…
C’est principalement pour pouvoir mieux protéger les usagers de Tor : par exemple, Tor Browser est une version de Mozilla Firefox équipée de contre-mesures pour éviter qu’on puisse vous pister de connexion en connexion.  Pond est un logiciel expérimental qui vise à fournir un service similaire aux emails, mais qui masque l’existence même d’une communication entre deux usagers donnés…
Il existe également Tails qui est un système d’exploitation live (i.e. qui peut fonctionner sur une clé USB sans installation sur un ordinateur) dont tous les logiciels intégrés passent par Tor. Utiliser un système spécialement conçu pour limiter les traces et les fuites comme Tails constitue une aide précieuse pour s’épargner des erreurs.
Notre équipe d’administration système contribue aussi à l’amélioration du projet Debian (la distribution GNU/Linux que nous utilisons principalement), entre autres sur la sécurité des services que nous utilisons, et une importante quantité de documentation, accessible à tou·te·s, couvre la configuration de nos services, leur sécurisation et les procédures que nous employons. Des membres de Nos oignons ont également créé graphnion pour afficher des graphes de relais.

Mais… c’est quoi les « services cachés » de Tor, encore un truc de fraudeurs pour échapper à la TVA sur les services ?
Pas vraiment… on parle de plus en plus de  services « .onion » ces temps-ci car de plus en plus de services sont accessibles publiquement ainsi.
Le fonctionnement habituel de Tor, c’est de permettre de se connecter à des sites Internet existants. Quand on utilise les services .onion, la connexion se fait vers un serveur qui utilise lui aussi Tor. Par exemple, cela permet pour une personne qui tient un blog politique d’être plus difficile à identifier par celles et ceux qui voudraient lui chercher des noises. Un autre intérêt est de s’assurer que les usagers du service « onion » n’y accèdent pas accidentellement sans Tor ; c’est en particulier utilisé par les systèmes de prise de contact avec les journalistes (comme « SecureDrop »), pour s’assurer que les sources ne s’exposent pas accidentellement. Depuis peu, on voit aussi de plus en plus de sites proposer un accès en .onion en plus de leur accès Internet habituel. Le plus utilisé est probablement Facebook. L’usage du .onion permet de garantir que la connexion se fait au bon serveur, et de bénéficier de la totalité de la bande passante du réseau Tor, sans être contraint par le nombre limité de nœuds de sortie.

Votre association gère aussi des « signalements d’abus ». De quoi s’agit-il ?
Parfois, des gens nous contactent pour nous informer d’un problème en provenance de nos serveurs : une tentative d’utiliser « toto123 » comme mot de passe sur un service Web, l’envoi de spam, ou encore des services qui trouvent que recevoir autant de connexions en provenance d’une même adresse Internet partagée par plusieurs personnes, c’est suspect. On leur explique alors que nous gérons des relais Tor et que nous ne sommes donc pas la source du problème. Cela dit, notre expérience est que seule une petite quantité de personnes utilisent Tor pour être pénibles : le nombre de signalements que nous recevons est bien faible en comparaison de la quantité de données que les relais de Nos oignons font transiter chaque mois.

En lisant votre documentation, on voit que vous cherchez à avoir davantage de « relais » ou des « nœuds de sortie », c’est la même chose ou non ?
Pas tout à fait : les relais (ou nœuds) sont les ordinateurs faisant partie du réseau Tor ; les nœuds de sortie sont ceux qui permettent de joindre des sites Internet existants. Pour ces sites, il est facile de penser que le nœud de sortie est à l’origine de la connexion. En cas d’usage malintentionné de Tor, c’est donc souvent l’opérateur du nœud de sortie qui est consulté. Ça représente plus de travail que de faire tourner un relais « simple ».

Est-ce que tous les opérateurs acceptent qu’on mette son ordinateur au service du réseau Tor ?
Pour les nœuds de sortie, beaucoup d’opérateurs ou d’hébergeurs ont des clauses qui leur permettent de couper l’accès sans préavis, à cause des plaintes qui pourraient leur arriver. Cela n’empêche pas d’utiliser Tor ou de faire tourner des points d’entrée prévus qui permettent de contourner les dispositifs de censure (appelés « bridges »).
D’autre part, faire tourner un nœud de sortie chez soi n’est pas très utile, à cause de la bande passante limitée et de la gestion des risques liés aux abus. Il est plus utile d’aider Nos oignons à financer de nouveaux nœuds de sortie. 🙂

Le projet Tor se bat contre tous ceux qui voudraient faire disparaître l’anonymat, partout dans le monde. Mais en France, quelle est la situation, avec les lois sécuritaires qui s’empilent ? Tor est-il menacé ? Faut-il dès maintenant envisager un repli vers autre chose ?
L’anonymat est essentiel pour l’exercice des libertés fondamentales, particulièrement la liberté d’opinion. Tor n’est pour l’instant pas directement menacé en France. On sait toutefois que certains policiers souhaiteraient empêcher son usage, et que plus généralement, l’élite politique comprend mal les enjeux autour du chiffrement, comme on peut le voir autour de l’affaire FBI contre Apple couverte par les médias aux mois de mars-avril 2016.

Adopter Tor

Quoi qu’il en soit, Tor est conçu pour être un outil de contournement de la censure. Tor fonctionne même dans des pays particulièrement répressifs comme la Chine ou l’Iran qui disposent pourtant d’une capacité de filtrage et d’une politique répressive bien supérieures à ce qui existe en France actuellement. Réprimer l’utilisation de Tor risque d’être aussi efficace que de réprimer le partage d’œuvres en pair-à-pair : c’est un logiciel libre, facile à installer et à diffuser. En revanche il est clair que contribuer au projet, sous forme de code ou de relais pourrait être rendu plus difficile ou dangereux.

Il est donc important que les dizaines d’organisations et la centaine de particuliers qui font tourner des relais en France s’allient aux millions de personnes (dont une centaine de milliers en France !) qui utilisent régulièrement Tor. Restons vigilant·e·s et défendons nos libertés.

Tor a été conçu en partant du principe qu’il existera toujours des endroits où il sera possible de faire tourner des relais, où il sera possible de travailler à améliorer les logiciels et en faire la promotion.

Plusieurs projets envisagent un modèle beaucoup plus distribué et encore plus difficile à arrêter, mais c’est tout de suite plus compliqué comme problème à résoudre : ça pose la question de la compatibilité avec l’existant, et pour l’instant, rien n’est prêt pour le grand public. Il aura fallu dix ans à Tor pour être accessible à tout le monde. C’est important de soutenir ces projets le temps qu’ils mûrissent. Si Tor est remplacé un jour par un système plus fiable, ce sera tant mieux !

Je vois que vous utilisez une ribambelle de logiciels libres (Debian, Postfix, Mailman, Schleuder, SpamAssassin, BIND, Apache, Ikiwiki, Git, Keyringer, et encore de nombreux autres…) : le projet Tor serait-il possible sans des logiciels libres ?
Au-delà du fait qu’on ne peut pas faire confiance à un logiciel dont il est impossible de vérifier le fonctionnement, Tor doit rester accessible à toutes et tous. Personne de devrait avoir à payer pour pouvoir échapper au sentiment d’être surveillé·e. Mais partant de là, les ressources du projet sont plutôt limités. L’intérêt des logiciels libres est aussi de permettre de construire des solutions sur-mesure en assemblant plusieurs logiciels qui existent déjà. Ou alors de pouvoir demander de l’aide à d’autres personnes qui partagent les objectifs du projet Tor tout en travaillant sur d’autres projets. C’est important de pouvoir faire confiance à une communauté. Le projet Tails, par exemple, explique bien cette question de la chaîne de confiance en œuvre dans le logiciel libre.

De quoi avez-vous le plus besoin ? De compétences techniques, d’argent, de matériel, d’hébergement… ?

logoNosOignons
Le saviez-vous ? TOR est l’acronyme de The Onion Router, le routeur oignon. Sur le logo de l’association on voit en pointillés le trajet des données, chaque oignon-relais assure l’anonymat.

Nos oignons a bien sûr besoin d’argent pour payer l’hébergement de ses relais actuels et en ouvrir de nouveaux. Les dons réguliers sont précieux car ils nous permettent de mieux voir venir. Pour ce qui est des activités bénévoles, il y a beaucoup plus à faire côté communication et administratif que technique. On essaye d’accueillir toutes les bonnes volontés au mieux !

Actuellement, nous sommes particulièrement à la recherche de nouveaux hébergeurs, prêts à accepter un nœud de sortie Tor avec une bande passante conséquente. C’est nécessaire pour contribuer à la diversité du réseau : répartir les relais Tor chez le plus possible d’hébergeurs participe à la sécurité du réseau.

Message reçu ! Que nos lecteurs les plus aguerris rejoignent Nos oignons !

 

Quelques liens pour aller plus loin :




Le Royaume-Uni traite les journalistes comme des terroristes, croyez-moi, je le sais

« Sarah Harrison est une journaliste britannique et chercheur en droit qui travaille avec l’équipe de défense juridique de WikiLeaks. Elle a aidé le lanceur d’alerte Edward Snowden à obtenir l’asile, suite à ses révélations, en 2013, sur plusieurs programmes de surveillance de masse américains et britannique. »

Voici ce qu’on peut lire sur sa fiche Wikipédia et qui justifie aux yeux du gouvernement de son pays qu’on la considère plus comme une terroriste que comme une journaliste[1].

Un témoignage accablant.

Sarah Harrison

Le Royaume-Uni traite les journalistes comme des terroristes – croyez-moi, je le sais

Britain is treating journalists as terrorists – believe me, I know

Sarah Harrison – 14 mars 2014 – The Guardian
(Traduction : loicwood, MrTino, Kcchouette, Romane, r0u, lumi, aKa + anonymes)

Mes liens avec WikiLeaks et Edward Snowden signifient que je suis considérée comme une menace et que je ne peux pas revenir au Royaume-Uni. Nous avons besoin d’une feuille de route pour la liberté d’expression.

La liberté d’expression et la liberté de la presse sont attaquées au Royaume-Uni. Je ne peux pas revenir en Angleterre, mon pays, à cause de mon travail journalistique avec Wikileaks et le lanceur d’alerte de la NSA, Edward Snowden. Il y a des choses que je pense même ne pas pouvoir écrire. Par exemple, si je déclarais que j’espère que mon travail à WikiLeaks puisse changer les comportements du gouvernement, ce travail journalistique serait considéré comme un crime selon le « UK Terrorism Act » (NdT : Loi contre le terrorisme au Royaume-Uni) datant de 2000.

Cette loi définit le terrorisme comme « tout acte ou menace d’action ayant pour but d’influencer le gouvernement ou une organisation gouvernementale internationale » ou « conçue dans le but de faire prospérer une cause politique, religieuse, raciale ou idéologique » ou « conçue pour interférer ou perturber un système électronique ». Par ailleurs, la loi indique que « gouvernement » signifie le gouvernement de n’importe quel pays­ – y compris les États-Unis. Le Royaume-Uni a utilisé cette loi afin d’ouvrir une enquête pour terrorisme contre Snowden et les journalistes qui ont coopéré avec lui, et ont utilisé ce prétexte pour entrer dans les bureaux du Guardian et demander la destruction de leurs disques durs relatifs à Snowden. Ce pays est en train de devenir un pays qui ne différencie plus les terroristes des journalistes.

Le jugement récent de l’affaire Miranda le démontre. David Miranda assistait le journaliste Glenn Greenwald et transitait par l’aéroport d’Heathrow l’été dernier, en possession des documents du journaliste, quand il fut arrêtéen vertu de l’article 7 de la loi contre le terrorisme. L’article 7 permet aux autorités d’arrêter une personne dans tous les ports, aéroports et gares du Royaume-Uni, de la détenir jusqu’à neuf heures, et n’accorde aucun droit à garder le silence. Cette loi vous oblige à répondre aux questions et à fournir tous les documents que vous possédez, et c’est ainsi que Miranda a été forcé de remettre ses documents relatifs à l’affaire Snowden. Par la suite, Miranda a intenté un procès contre le gouvernement britannique sur la légalité de sa détention, afin de démontrer que cette loi bafouait son droit de faire son travail de journaliste librement. La cour a outrageusement utilisé une question de transparence politique pour ignorer la liberté d’expression telle que définie par la Convention européenne des droits de l’homme.

Si le Royaume-Uni se met à enquêter sur nous, les journalistes, pour terrorisme en prenant et en détruisant nos documents, en nous forçant à donner nos mots de passe et à répondre aux questions – comment être sûrs de pouvoir protéger nos sources ? Mais comme il y a désormais un précédent, aucun journaliste ne peut être certain que s’il sort, entre ou transite par le Royaume-Uni, cela ne peut lui arriver. Mes avocats m’ont conseillé de ne pas rentrer chez moi.

L’avocate américaine de Snowden, Jesselyn Radack, fut questionnée à propos de Julian Assange et de son client lors de son récent passage au Royaume-Uni. Je suis fortement liée à ces deux hommes : je travaille pour l’un, et j’ai aidé et protégé l’autre pendant quatre mois. En outre, si l’article 7 est utilisé pour m’arrêter dès que je débarque au pays, je ne pourrais pas répondre à de telles questions ou renoncer à quoi que ce soit, car ce serait un risque pour le travail journalistique de WikiLeaks, pour nos collaborateurs et nos sources. Comme je n’ai pas le droit au silence d’après cet article, je commettrais un crime aux yeux du gouvernement. Une condamnation pour « terrorisme » aurait de sévères conséquences pour ma liberté de circulation à travers les frontières internationales.

L’article 7 ne concerne pas vraiment la capture de terroristes, de part la façon même dont il a été rédigé. Le jugement de l’affaire Miranda établit qu’il a dans ce cas « constitué une interférence indirecte avec la liberté de la presse » et est certes « en mesure, selon le contexte, d’être déployé pour interférer avec la liberté journalistique ». Les forces de l’ordre peuvent détenir quelqu’un non pas parce qu’elles le suspectent d’être impliqué dans des activités terroristes, mais pour voir « si quelqu’un semble » – même indirectement – « faciliter » le terrorisme, tel qu’il est bizarrement défini par cette loi.

Le juge Ouseley, qui a également présidé l’affaire d’extradition d’Assange, a déclaré dans son jugement qu’un officier peut agir sur la base « d’un simple pressentiment ou d’une intuition ». Il est donc maintenant décrété par nos tribunaux qu’il est acceptable d’interférer sur la liberté de la presse, sur la base d’une intuition – tout cela au nom de la « sécurité nationale ». Aujourd’hui, au lieu d’« assurer la stabilité d’une nation pour son peuple », la sécurité nationale utilise ces lois pour justifier leurs propres infractions, que ce soit pour envahir un autre pays ou espionner leurs propres citoyens. Cette loi – c’est maintenant clair comme du cristal – est consciencieusement et stratégiquement mise en oeuvre pour menacer les journalistes. Elle est devenu un moyen pour sécuriser l’opacité derrière laquelle notre gouvernement peut construire un tout nouveau Big Brother du 21ème siècle.

Cette érosion des droits humains fondamentaux présente de dangereux risques de dérive. Si le gouvernement peut se permettre de nous espionner – pas seulement en collusion avec, mais aux ordres, des États-Unis – alors quels contrôles et contrepoids nous sont laissés ? Peu de nos représentants font quoi que ce soit à l’encontre de cette restriction abusive pour les libertés de la presse. La députée des verts Caroline Lucas a déposé une « Early Day Motion » (NdT : pratique parlementaire britannique consistant à déposer une motion à la Chambre des Communes afin de sensibiliser les députés sur un sujet particulier) le 29 janvier, mais seuls 18 députés l’ont signée jusqu’à présent.

Depuis mon refuge à Berlin, toute cette affaire à des relents d’adoption du passé allemand, plutôt que son futur. Je me suis demandé dans quelle mesure l’histoire britannique aurait été plus pauvre si le gouvernement de l’époque avait eu un tel instrument abusif à sa disposition. Que serait-il arrivé à toutes ces campagnes publiques menées afin d’« influencer le gouvernement » ? Je peux voir les suffragettes qui se battaient pour leur droit de vote être menacées d’inaction, les marcheurs de Jarrow être qualifiés de terroristes et Dickens être enfermé à la prison de Newgate.

Dans leur volonté de piétiner nos traditions, les autorités britanniques et les agences d’État sont saisies par un extrémisme qui est très dangereux pour la vie publique anglaise tout comme la (réelle ou imaginaire) lutte contre le terrorisme. Comme le souligne Ouseley, le journalisme au Royaume-Uni ne possède pas de « statut constitutionnel ». Mais il n’y a aucun doute que ce pays a besoin d’une feuille de route pour la liberté d’expression pour les années à venir. La population anglaise doit se battre pour montrer au gouvernement que nous préserverons nos droits et nos libertés, quelles que soient les mesures coercitives et les menaces qu’il nous lance.

Notes

[1] On notera que même Paris Match en a parlé : Elle a aidé Snowden, Sarah Harrison contrainte à l’exil.




Comment créer un blog anonyme (à l’heure de la surveillance généralisée)

Blog vraiment anonyme : mode d’emploi !

« Et si vous me trouvez, je serai vraiment très impressionné. »

AndyRobertsPhotos - CC by

Comment créer un blog anonyme

How to Start an Anonymous Blog

Anonyme (évidemment) – 26 janvier 2014 – Untraceable
(Traduction : crendipt, aKa, Diab, Penguin, Omegax, amha, nanoPlink, Paul, Scailyna, Scailyna, Asta, Unnamed, goofy, lamessen)

Introduction

Je crois qu’en suivant les étapes que j’expose dans ce billet, personne ne sera capable de dévoiler mon identité. Mon domaine peut être saisi et mon blog peut être fermé, mais je reste persuadé que mon identité restera un mystère.

Si je dis cela, c’est principalement parce que j’ai confiance dans un outil très important appelé Tor. Les développeurs et administrateurs des nœuds de Tor travaillent pour que chacun puisse être anonyme sur Internet. Tor est une sérieuse épine dans le pied pour la NSA et pour les autres organisations et pays qui font de l’espionnage sur Internet.

Vu que le réseau Tor rend très difficile l’identification des adresses IP et que l’enregistrement de domaines est désormais possible via Bitcoin, je n’ai à aucun moment besoin de fournir une quelconque information personnelle pour la mise en place de ce blog.

Outils et ressources

Tails / Tor

Tails est lancé depuis une clé USB qui inclut une partition chiffrée. Cette partition contient un porte-monnaie Bitcoin, le code source du blog et une base de données Keepass. Mes mots de passe pour des services tiers sont des mots de passe très forts générés aléatoirement. Avec Tails, il est difficile de se tromper, car toutes les connexions doivent obligatoirement passer par Tor. Par exemple, pour développer ce blog en local, je dois ajuster les règles du pare-feu pour autoriser les connexions locales au port 4000, télécharger un navigateur différent (Midori) et régler celui-ci pour qu’il n’utilise pas de serveur proxy. Le pare-feu bloque toutes les requêtes externes de Midori, mais je peux accéder à http://localhost:4000.

Donc, à moins d’agir de manière insensée, par exemple me connecter à StackOverflow au moyen de mon vrai compte Google et utiliser l’identifiant de « untraceableblog », je pense qu’il est quasiment impossible de me pister.

Je fais une sauvegarde de la clé USB sur mon ordinateur principal, sur un volume caché TrueCrypt. J’aime le concept des volumes cachés, j’ai l’impression d’être un putain d’espion. L’idée, c’est d’avoir un mot de passe factice qui déverrouille un faux dossier chiffré et un mot de passe réel pour déverrouiller le vrai dossier chiffré, sans qu’il y ait aucun moyen pour les autres de savoir lequel vous déverrouillez. Dans mon faux dossier chiffré, je garde ma base personnelle de Keypass, de cartes de crédit, et des scans de mon passeport et permis de conduire. Donc si quelqu’un me force à entrer mon mot de passe pour déverrouiller mon ordinateur et découvre que j’ai un volume TrueCrypt, il n’aura aucun moyen de savoir si j’ai entré le mot de passe réel ou bidon.

Cette fonctionnalité autorise une légère protection contre les tentatives d’extorsion de votre mot de passe par la force.

XKCD

La plupart du temps, je cache la clé dans un endroit secret de la maison. Quand je dois aller quelque part et que je veux pouvoir mettre à jour ce blog, je le sauvegarde sur le volume caché, puis j’efface la clé de manière sécurisée et je peux l’emporter avec moi sans aucune crainte. C’est ce que je devrai faire jusqu’à ce que Tails intègre sa propre fonction pour les « volumes cachés ».

Messagerie électronique

J’ai créé un compte de messagerie gratuit sur Outlook.com et j’utilise anonymousspeech.com pour la vérification et la sauvegarde.

J’ai d’abord essayé Gmail, mais Google rend la création de compte très difficile quand on utilise Tor, à cause de la vérification par téléphone. C’est compréhensible, à cause des gens qui aiment créer un grand nombre de faux comptes pour envoyer du spam.

Blog

Ce blog est libre sur les pages GitHub, il utilise Octopress pour créer un site statique et j’ai installé le thème Page Turner. J’ai envoyé le contenu sur GitHub avec une clé SSH, bien entendu chiffrée et stockée sur ma clé USB.

Il me vient à l’esprit deux vecteurs susceptibles de vous donner des informations sur mon identité :


L’horodatage des messages

Le système d’exploitation Tails dispose d’une bonne stratégie pour forcer l’heure du système à être systématiquement en UTC. Mais si j’écris une série de billets dans les années à venir, vous pourriez en analyser l’horodatage pour déterminer mon fuseau horaire. Cependant, le site compilé indique uniquement la date. Par ailleurs, je voyage beaucoup (ou pas ?) 😉

Analyse de la fréquence des mots et caractères

Vous pourriez être capables de déterminer mon pays d’origine ou mon identité grâce à mes mots et mes phrases. Vous pourriez même trouver une corrélation avec les autres contenus que j’ai publiés en ligne sous ma véritable identité. Je contre cette possibilité en passant tous mes billets dans Google Translate. Je traduis dans une autre langue, puis en anglais et je corrige ensuite les erreurs. C’est parfait pour diversifier mon vocabulaire, mais j’aurais aimé que ça ne casse pas autant le Markdown et le HTML. Jusqu’ici vous pourriez croire que l’anglais est ma seconde langue. Mais laissez-moi vous assurer d’une chose : je n’ai jamais affirmé ni infirmé ce point.

Un des problèmes, c’est que Google peut voir mes messages originaux et probablement aussi la NSA. Si je voulais l’éviter, je pourrais poster des demandes de traductions anonymes et payer les traducteurs en bitcoins.

Statistiques

Les raisons de l’indisponibilité de Google Analytics vous sont données sous « Messagerie électronique ». À la place, j’ai choisi StatCounter.

Mais même si Google Analytics avait été disponible, je n’aurais pas utilisé une ID de suivi liée à mon identité réelle. Beaucoup de blogueurs anonymes ont été trahis par l’annuaire d’ID inversé proposé par Google.

Acheter des bitcoins avec le maximum d’anonymat

J’ai acheté les bitcoins en utilisant un compte anonyme créé via Tor. J’ai trouvé un vendeur qui souhaitait me rencontrer en personne et nous avons convenu d’un rendez-vous. Nous nous sommes rencontrés, je lui ai donné l’argent et il m’a transféré les bitcoins en utilisant son téléphone.

Acheter un nom de domaine avec des bitcoins

IT Itch est un registrar qui accepte les paiements via BitPay. Leurs noms de domaine sont assez chers,15 USD chacun, mais permettent un enregistrement totalement anonyme. Ce fut une démarche facile, mais il a fallu du temps pour que le domaine devienne actif (plus d’une heure). Une fois activé, j’ai configuré les enregistrements DNS pour GitHub Pages, et ensuite mon blog était accessible sur http://untraceableblog.com.

IT Itch a fait la grosse erreur de m’envoyer mon mot de passe en texte clair après la création du compte. PAS BIEN ! Si quelqu’un parvient à accéder à mon compte Outlook, il peut se connecter et détruire mon site. Donc j’ai effacé le message et changé mon mot de passe, et heureusement ils ne l’ont pas renvoyé par e-mail.

Comment je pourrais être découvert, 1ère partie

Pister les Bitcoins

En théorie, vous pouvez suivre la trace des transactions Bitcoins et découvrir mon identité. Toutefois, dans ce cas, il est très peu probable que même l’organisation la plus sophistiquée et la mieux financée puisse me découvrir.

Voyez-vous, j’ai acheté ces Bitcoins en utilisant un compte anonyme sur localbitcoins.com (créé en utilisant Tor). Nous avons convenu, le vendeur et moi, de nous rencontrer en personne, et j’ai payé en liquide. Pour dévoiler mon identité, il faudrait que vous puissiez casser les défenses de tous les services que j’ai utilisés ou bien travailler chez eux. Il faudrait par exemple :

  1. Accéder à la base de données de ititch.com et trouver l’identifieur de la transaction BitPay pour untraceableblog.com
  2. Accéder à la base de données de BitPay et trouver l’adresse Bitcoin qui a envoyé les Bitcoins pour cette transaction
  3. Accéder à la base de données de localbitcoins.com. Trouver l’adresse Bitcoin qui a envoyé les Bitcoins à BitPay, retracer la transaction jusqu’à ce que vous trouviez l’adresse localbitcoins du dépôt fiduciaire.
  4. À partir de l’adresse du dépôt fiduciaire, vous pourrez trouver le compte localbitcoins, et retrouver les messages que nous avons échangés pour nous rencontrer.
  5. Vous devrez vous rendre au point de rendez-vous et espérer qu’il existe des caméras de surveillance qui auraient pu nous enregistrer ce jour-là.
  6. Vous aurez enfin besoin d’accéder à la société de sécurité qui possède les enregistrements des caméras de surveillance, obtenir une bonne image de mon visage et faire tourner d’une façon ou d’une autre un logiciel de reconnaissance faciale pour découvrir mon identité. Travailler pour Facebook ou la NSA pourrait aider si vous avez réussi à parvenir à ce point.
Comment je pourrais être découvert, 2ème partie
Tout est hacké. Absolument tout.

Internet est une machine basée sur la confiance et il existe de nombreuses manières de briser cette confiance. Quelqu’un peut générer des certificats SSL de confiance pour n’importe quel domaine, exiger que son FAI route l’intégralité du trafic au travers de ces certificats, ou contrôler un grand nombre de nœuds Tor et réaliser des attaques par analyse de trafic. Je n’entrerai pas dans les détails mais si vous êtes intéressés, vous pouvez en apprendre davantage sur les attaques Tor :

Conclusion

Je n’ai fait ce blog que comme un exercice amusant d’anonymat, même si j’y posterai probablement des choses dans le futur. J’ai simplement utilisé des outils créés par des gens bien plus intelligents que moi et je ne suis sûrement pas le premier blogueur anonyme, mais j’espère vous avoir appris quelque chose.

Bien évidemment, on peut aller beaucoup plus loin que ça. J’aurais pu héberger ce blog sur un VPS que j’aurais loué avec des Bitcoins et installer le serveur comme un service Tor masqué. L’adresse IP du serveur aurait été totalement protégée mais, de ce fait, vous n’auriez pu consulter ce blog qu’au travers du réseau Tor, et les liens de nœud Tor (TBR) ça ne fait pas très chouette en page d’accueil. J’aurais également pu faire toutes mes actions depuis un cybercafé, juste au cas où Tor serait compromis, mais je n’aurais pas été découvert. Enfin, j’aurais pu choisir un domaine en « .se » si j’avais eu peur de l’intervention du gouvernement américain. C’est ce qui est actuellement utilisé par The Pirate Bay, et les Suédois leur laissent toute liberté d’action.

N’hésitez pas à m’envoyer quelques Satoshis (fractions de Bitcoins) si vous aimez ce billet : 146g3vSB64KxxnjWbb2vnjeaom6WYevcQb.

Et si vous me trouvez, je serai vraiment très impressionné.

Crédit illustrations : AndyRobertsPhotos (Creative Commons By) et XKCD




Les Anonymous doivent-ils laisser tomber le masque ?

Une traduction un brin polémique autour du fameux masque symbolisant les Anonymous.

Aussi joli soit-il, il pose quelques problèmes qui peuvent effectivement contrarier la posture et brouiller le message des actions de cet étrange et fuyant collectif.

Le masque fait référence à Guy Fawkes, personne historique anglais du XVIIe siècle, mais il a pour auteur le dessinateur contemporain David Lloyd de V pour Vendetta. Il est devenu célèbre après l’adaptation de la BD au cinéma. Film produit par Time Warner qui détient les droits à l’image sur le masque et à qui on doit payer une obole à chaque exemplaire du masque vendu (légalement).

Premier problème, le masque est sous copyright classique. Deuxième problème, il appartient à l’une de ces multinationales souvent prises pour cible par les Anonymous. Et, dernier problème, il semblerait qu’il soit produit dans les pires conditions du capitalisme mondialisé, c’est en tout cas ce que le laisse croire cette photo qui a semé le trouble et provoqué l’article très critique ci-dessous.

On aurait aimé qu’il fut dans le domaine public. Chiche qu’on demande tous à Time Warner combien ils veulent pour qu’il en soit ainsi et qu’on monte un crowdfunding dans la foulée pour récolter la somme 😉

Vincent Diamante - CC by-sa

L’hypocrisie des Anonymous a été dévoilée. Et maintenant ils font des pieds et des mains pour se défendre.

Anonymous have been exposed as hypocrites. Watch them try to wriggle out of it

Martha Gill – 6 novembre 2013 – The Telegraph (blog)
”(Traduction : lyn, Eiyeron, MFolschette, Catalaburro, Sky, M0tty + anonymes)’

Anonymous est une organisation définie surtout par ce que ses membres ont choisi de se mettre sur la tête, le fameux masque de V pour Vendetta. Mais depuis hier le masque a connu quelques problèmes techniques. Il semblerait qu’il défigure celui qui le porte.

Le jour de Guy Fawkes, juste à temps pour l’opération Million Mask March, cette photo de Reuters est apparue en page d’accueil de Reddit. Elle montre les masques fabriqués en masse dans une usine au Brésil. Ce n’est peut-être pas un atelier clandestin, mais c’est pourtant le mot que beaucoup ont à la bouche actuellement (d’autres photographies en suivant ce lien).

Cela ne correspond guère avec l’image du groupe. Anonymous lutte contre les effets du capitalisme globalisé – protestant contre de grandes entreprises menant la vie dure aux ouvriers. Et pourtant, on peut voir ces ouvriers, dans de mauvaises conditions de travail, fabriquant les masques des protestataires. Par ailleurs, on sait depuis pas mal de temps que Time Warner, une des plus grandes entreprises audiovisuelles au monde, fait du bénéfice chaque fois qu’un de ces masques est vendu.

Tout cela n’est-il pas légèrement… hypocrite ?

Le compte pro-Anomymous @youranoncentral a essayé de calmer Twitter : « Ecoutez tous, nos masques ont été fabriqués dans un pays en voie de développement. Nous sommes les seuls hypocrites. »

Et plusieurs personnes partagèrent des points de vue similaires à sayheykid24 sur Reddit : « Comment les gens pensent que ces masques ont été faits ? Pensaient-ils qu’ils étaient fait à la main et avec amour par des artisans opposés au grand capital ? »

En effet, que croyions-nous ? Il serait plus simple, plus économique et plus efficace pour les Anonymous de faire fabriquer des masques à la chaîne dans des pays en voie de développement. C’est généralement comme ça que de tels objets sont fabriqués. Cela serait également beaucoup demander à Anonymous que de s’assurer qu’aucune grande entreprise ne tire profit de leurs protestations. Et forcément, étant donné qu’Anonymous est un petit groupe faisant face à de grosses organisations sans scrupules, ils voudront réaliser l’opération la plus percutante possible, quitte à être aussi sans scrupules. Ils peuvent difficilement se permettre de ne pas l’être.

Mais si nous pensions cela nous aurions tort. Ces pressions économiques sont la raison pour laquelle l’industrie du disque a réprimé le piratage numérique et aussi pourquoi Mastercard et Visa ont mal agi envers certains clients – tous des ennemis, tous des Anonymous attaqués pour ces mêmes raisons. Étant donné qu’Anonymous demande aux entreprises de prendre une position inconfortable mais morale contre le système auquel elles sont soumises, si eux-mêmes n’y parviennent pas, ils sont alors eux-mêmes hypocrites. (Fabriquer un masque de Guy Fawkes est plus simple à réaliser chez soi, non ?)

Est-ce important ?

Bien sûr que ça l’est. C’est vrai que les Anonymous ne sont pas les seuls hypocrites. Mais tous les hypocrites ne sont pas entièrement dépendants de leur posture morale. Le fait de punir le mauvais comportement d’autrui fait partie intégrante du message des Anonymous – ils suggèrent de les rejoindre pour être de côté des gentils. Cela signifie que le groupe repose uniquement sur son intégrité morale – et s’ils ne peuvent se permettre de jouer selon leurs propres règles, ils ne peuvent certainement pas non plus se permettre de les enfreindre.

Le dernier problème avec le masque recensé à cette date a montré son (pas si vilain) visage hier. Il s’avère que, bien que cet accessoire soit pratique pour les vendettas masquées, il l’est moins pour se mettre publiquement en valeur. Que se passe-t-il quand la marche organisée, basée sur la notion d’anonymat, attire une célébrité tel que Russel Brand parmi ses rangs ? Brand a résolu le problème en tweetant des photos de lui-même portant son masque. Encore une fois, quelle ironie…




Le chiffrement, maintenant (la récap’)

Voici la dernière livraison de notre traduction par épisodes de Encryption Works. Vous trouverez ci-dessous les quelques lignes qui concluent l’ouvrage original ainsi que des liens vers le miniguide de 30 pages en français qui réunit les épisodes en un seul document.

Une chance de s’en sortir

Protéger sa vie privée à l’ère de la surveillance omniprésente de la NSA est incroyablement complexe. L’effort d’acquisition des concepts à maîtriser, représente une sacrée courbe d’apprentissage, plus ou moins facilitée par l’utilisation des logiciels déjà disponibles. Mais même avec un accès direct à toutes les données transitant à la vitesse de la lumière par les fibres optiques, formant l’épine dorsale d’Internet, même avec la coopération des principales entreprises des États-Unis (qu’il est extrêmement difficile pour les gens de boycotter), le plus grand, le plus puissant et le meilleur système de surveillance que l’humanité ait jamais connu ne pourra pas battre les mathématiques. Le défi pour le nouveau mouvement cypherpunk est de rendre la sécurité et le chiffrement vérifiés de bout à bout accessibles à tout le monde et activés par défaut.

L’ensemble du guide en une seule fois

Cliquez sur le lien avec le bouton droit, puis « Enregistrer la cible du lien sous… »

Pour aller plus loin, appel à contributions

Ce guide n’a pas la prétention de proposer une couverture exhaustive d’une question aussi épineuse. C’est pourquoi, si vous souhaitez contribuer à proposer un guide plus complet, nous vous invitons à apporter votre pierre à ce projet : Votre sécurité sur Internet, notions de base (un gros ouvrage de plus de 400 pages). Le travail est actuellement en cours sur la plateforme Flossmanuals francophone sur laquelle il faut donc s’inscrire pour pouvoir modifier/traduire le texte. Quelques points importants :

  • Le premier jet de traduction a déjà été réalisé (notamment pour plusieurs chapitres par des étudiants de l’INRIA de Rouen encadrés par leur enseignant).
  • Nous avons besoin :
  • — de contributeurs capables de proposer des images d’illustration (captures d’écran) avec des textes inclus en français

    — de relecteurs spécialisés et compétents sur les problèmes techniques de sécurité, car outre la bonne conformité des termes employés, ils devront réviser voire refondre certains chapitres qui ne seraient plus tout à fait à jour, particulièrement en fonction des dernières révélations sur les capacités de nuisance de la NSA.

  • Ceux qui estimeront qu’il manque des informations voire un chapitre etc. pourront tout à fait ajouter ce qu’ils estiment nécessaire sur la plateforme.

— à bientôt !




Le chiffrement, maintenant (7)

Tails : un système live anonyme et amnésique

L’utilisation de « systèmes crypto implémentés proprement » a une courbe d’apprentissage énorme et nécessite des utilisateurs dévoués qui soient prêts à travailler un peu plus pour reprendre le contrôle de leur vie privée. C’est principalement pour cette raison que OTR et PGP ne sont pas largement répandus. Mais même en utilisant ces outils, comment être sûr d’avoir une sécurité « de bout en bout » quand vous ne pouvez pas forcément faire confiance à votre système d’exploitation ou aux autres logiciels que vous utilisez tous les jours ?

La solution consiste à utiliser un système d’exploitation totalement différent composé uniquement de « logiciels de confiance » quand vous avez besoin d’une confidentialité absolue. Tails vous aide à résoudre ce problème.

Tails est un système live dont le but est de préserver votre vie privée et votre anonymat. Il vous permet d’utiliser Internet de manière anonyme et de contourner la censure quasiment partout où vous allez et sur n’importe quel ordinateur. Tails ne laisse aucune trace de ce que vous avez fait, sauf si vous le demandez explicitement.

Tails est un système d’exploitation complet destiné à être utilisé depuis un DVD ou une clef USB indépendamment du système installé sur l’ordinateur. C’est un logiciel libre basé sur Debian GNU/Linux.

Tails est livré avec de nombreuses applications, configurées avec une attention particulière accordée à la sécurité : navigateur web, client de messagerie instantanée, client email, suite bureautique, éditeur d’image et de son, etc.

Tails n’est pas destiné à tout le monde. Il est toujours difficile de le comparer à un système d’exploitation classique. Il est lent, il ne comporte pas tous les logiciels que vous pourriez vouloir. Mais Tails a ces particularités parce qu’il a été conçu spécifiquement pour être plus difficile de compromettre la protection des points d’accès. Si vous êtes dans une situation qui vous fait penser que la NSA ou n’importe quel attaquant potentiel peut vous cibler vous et vos collègues (les journalistes ou les relations des lanceurs d’alarme me viennent à l’esprit), c’est l’un des meilleurs outils disponibles.

Comme Tails n’est pas pratique pour une utilisation quotidienne de l’ordinateur, c’est une bonne idée de s’habituer à utiliser OTR et PGP sur votre système d’exploitation principal autant que possible. Tails n’aide pas à adoucir les effets de la surveillance en elle-même, mais chiffrer autant que possible les actions quotidiennes le permettra.

À chaque fois que vous lancez Tails, vous démarrez sur un système propre. Tout ce que vous avez fait lors de vos précédentes sessions sur Tails est effacé et vous repartez de l’état initial. Ce qui signifie que si vous avez été infecté par un malware en utilisant Tails, celui-ci aura disparu à votre prochaine connexion.

Vous pouvez commencer à utiliser Tails en téléchargeant l’image ISO et en la gravant sur un DVD. Vous devez alors démarrer sur le DVD. Cette étape dépend de votre modèle d’ordinateur, mais nécessite généralement d’entrer dans le BIOS et de changer l’ordre de démarrage de votre ordinateur de façon à ce qu’il tente de démarrer sur le DVD avant d’essayer sur votre disque dur. Sur les nouveaux PC, vous devrez peut-être désactiver le « secure boot » de l’UEFI : il s’agit du crypto utilisé pour être sûr que votre ordinateur ne va démarrer que sur une version de Windows signée numériquement (ce qui, en fait, rend le démarrage sur un système d’exploitation non-Windowsien plus difficile). Le site web de Tails propose davantage d’informations sur les outils de démarrage sur un DVD ou une clé USB.

Après avoir démarré sur le DVD, vous avez la possibilité d’installer Tails sur une clé USB. C’est particulièrement utile car cela permet de configurer un volume persistant, c’est à dire une partie de votre clé USB chiffrée pour stocker vos données. Malgré le retour à un espace propre à chaque démarrage, il est important de pouvoir accéder à vos clés OTR et PGP, vos configurations Claws mail (voir plus bas) et Pidgin ainsi que les documents sur lesquels vous travaillez. Votre volume persistant vous permet tout ceci.

PGP et courriels sur Tails

Je parlais de l’utilisation de Thunderbird avec l’add-on Enigmail pour accéder à vos courriels et utiliser PGP. Cependant, ce logiciel n’est pas fourni avec Tails. Tails est livré avec Claws Mail qui comprend un plug-in PGP.

Au lieu d’utiliser l’interface graphique utilisateur du gestionnaire de clé d’Enigmail pour importer, exporter, générer et voir le détail des clés signées, vous pouvez cliquer sur l’icône du presse-papiers en haut à droite de l’écran et choisir le gestionnaire de clés pour ouvrir SeaHorse, qui propose ces mêmes fonctions.

Procédure

Pour commencer à avoir un espace de communication privé avec vos amis et collègues, et disposant d’un haut niveau de sécurité des points d’accès, voici les étapes à suivre.

  • Rencontrez vos amis en face à face. Chacun devra apporter son propre PC portable ou clé USB.
  • Téléchargez et gravez un DVD de Tails, puis démarrez dessus et créez une clé USB pour chaque personne.
  • Quand tout le monde a sa clé USB Tails, chacun doit démarrer dessus sur son propre PC et configurer un volume persistant. Une fois que ce volume est chiffré, chacun peut générer sa propre phrase de passe sécurisée qu’il devra entrer à chaque démarrage sur Tails, avant de redémarrer sur son PC avec Tails et cette fois monter le volume persistant.
  • Chacun crée alors un nouveau pseudo pour compte Jabber. L’une des solutions est d’aller sur https://register.jabber.org depuis iceweasel. Comme Tails fait transiter les échanges internet via Tor, cela permet bien de créer un compte jabber anonyme.
  • Chacun ouvre alors Pidgin et le configure en utilisant ce nouveau compte Jabber et crée une nouvelle clé OTR. Chacun ajoute les autres dans sa liste d’amis et démarre une session OTR avec les autres. Une fois que tout le monde est dans la même discussion, c’est le moment idéal pour comparer les empreintes et vérifier l’identité de chaque personne afin de pouvoir communiquer de façon sécurisée via internet à l’avenir.
  • Chacun devrait se créer une nouvelle adresse de courriel de la même façon. Certains fournisseurs de courriels, comme Gmail, rendent difficile la création de nouveaux comptes en utilisant Tor et en restant anonyme. Dans ce cas, utilisez un autre fournisseur de courriels. Assurez-vous que celui-ci supporte IMAP (de façon à pouvoir utiliser un client de messagerie courriel) à travers un SSL (pour que votre client de messagerie utilise une communication chiffré avec le serveur courriel). Si vous choisissez tous le même fournisseur de courriels, envoyer des courriels entre les comptes ne devrait jamais quitter le serveur, ce qui réduit les métadonnées disponibles relatives à votre utilisation du courrier électronique pour ceux qui surveillent internet.
  • Chacun devra générer une nouvelle clé PGP pour son adresse de courriel. comme pour le chiffrage du disque, il est important de choisir une phrase de passe complexe au moment de cette génération de clé PGP.
  • Le client de messagerie compatible PGP livré avec Tails s’apelle Claws Mail. Chacun doit configurer Claws Mail pour utiliser sa nouvelle adresse courriel, et envoyer une copie de sa clé publique aux autres personnes présentes dans votre réunion. Puis chacun devra importer la clé publique des autres dans son propre trousseau de clé, puis vérifier manuellement l’empreinte PGP. Ne sautez pas cette étape. Finalement, chacun devra avoir un trousseau de clé contenant les clés signées de tous les autres.

Si quelqu’un de malveillant vole physiquement votre clé USB Tails, la modifie et vous la rend, il peut compromettre toute la sécurité de Tails. C’est pour cela qu’il est très important de toujours garder votre clé USB avec vous.

Si le directeur de la CIA David Petraeus (général 4 étoiles à la retraite) et sa biographe Paula Broadwell avaient décidé d’utiliser Tails, OTR et PGP, leur liaison extra-conjugale serait sans doute restée secrète.

Copyright: Encryption Works: How to Protect Your Privacy in the Age of NSA Surveillance est publié sous licence Creative Commons Attribution 3.0 Unported License.