1

La liberté ambigüe du paramétrage par défaut

Manuel Cernuda - CC byMon lycée a, depuis un certain temps déjà, opté pour un déploiement massif de la suite bureautique libre OpenOffice.org. Sauf que notre informaticien l’installe sur les postes en modifiant systématiquement l’option du format d’enregistrement « par défaut », substituant au format natif et ouvert ODF la famille de formats fermés bien connus de la suite Microsoft Office (le .DOC pour Word, le .XLS pour Excel et le .PPT pour Powerpoint).

Et lorsque je lui signifie, outré, mon mécontentement, il me répond qu’il convient de ne surtout pas perturber les enseignants, qui ont tous MS Office chez eux, et qui sont habitués à travailler dessus depuis des années (« Tu comprends, sinon ils vont rentrer à la maison avec leurs fichiers ODF dans leur clé, cliquer dessus pour ouvrir le document et… ça va être le bordel parce qu’aucune application ne sera trouvée par le système. Ils vont râler, m’assaillir de questions et c’est bibi qui assurera la hotline ! »).

Et c’est ainsi que l’on passe à côté de toute la problématique des formats (excellente porte d’entrée pour engager une discussion plus générale sur « le libre »). En tirant un peu le trait, on pourrait presque dire que l’on ne réalise finalement ici qu’une « fausse » migration, ou tout du moins que l’on s’est arrêté au milieu du chemin.

Fin de l’anecdote qui n’avait pour but que d’introduire le sujet (et la traduction) du jour : le paramétrage par défaut.

Lorsqu’on découvre un logiciel (ou carrément un système d’exploitation) pour la première fois, un certain nombre de choix ont été réalisés pour nous, afin, en théorie, de nous faciliter la tâche pour que nous soyons de suite opérationnels. Mais ces choix ne sont pas forcément neutres. D’abord parce que nous sommes tous différents (« l’utilisateur lambda » n’existe pas). Mais aussi, voire surtout, parce que nous savons fort bien qu’une forte majorité d’utilisateurs, pour de multiples raisons (inertie, crainte…) ne modifieront jamais ces options de démarrage.

Vous êtes un utilisateur désormais aguerri de GNU/Linux. Vous avez choisi votre distribution (Ubuntu, Mandriva, Fedora…), vous avez choisi votre environnement graphique (GNOME, KDE…), vous avez configuré le tout aux petits oignons en rivalisant d’esthétisme et d’ergonomie pour vous offrir un magnifique bureau personnalisé (illustration[1]). Vous naviguez sur un Firefox bourré d’extensions toutes plus utiles les unes que les autres eu égard à vos propres besoins et intérêts… Alors, félicitations, vous baignez dans l’univers culturel numérique de la richesse, de la diversité et de l’autonomie. Vous y êtes même tellement habitué que vous avez certainement oublié le nombre de paramétrages par défaut qu’il vous aura fallu lever pour arriver à cette situation qui est la vôtre aujourd’hui.

Parce que votre univers est malheureusement passablement éloigné de celui de Madame Michu (qui, je suis d’accord, n’existe pas non plus). Elle a acheté un ordinateur avec « par défaut » Windows à l’intérieur, dans lequel se trouvait « par défaut » Internet Explorer (page d’accueil Microsoft, Google ou FAI, inchangée), Outlook Express, Windows Media Player etc. et elle s’y tient. Elle s’y cramponne même, en résistant dur comme fer si jamais on s’en vient lui montrer, avec pourtant moultes précautions, qu’un « autre monde informatique est possible » (dans ce contexte là j’en arrive même parfois à me demander, un brin provocateur, si ce n’est pas « l’utilisateur par défaut » qu’il convient de paramétrer plutôt que ses logiciels !). C’est frustrant et dommage, parce que si il y a paramétrage par défaut, cela signifie également qu’il y a liberté de changer ces paramètres. Comme dirait l’autre, la liberté ne s’use que si l’on ne s’en sert pas…

Mais je m’égare, puisqu’il s’agissait juste de présenter l’article ci-dessous qui, bien que ne se souciant nullement des conséquences du paramétrage par défaut sur le logiciel libre, nous offre ici un exposé original et intéressant.

Remarque (à la lisière du troll) : C’est peut-être aussi là que réside le succès d’Ubuntu, dont la relative absence de choix à l’installation (un seul bureau, un seul logiciel par application, etc.) a grandement rassuré les nouveaux venus issus de Windows. De là à affirmer qu’Ubuntu est devenue « la distribution par défaut de l’OS GNU/Linux », il n’y a qu’un pas que je me garderais bien de franchir 😉

Le triomphe du « par défaut »

Triumph of the Default

Kevin Kelly – 22 juin 2009 – The Technium
(Traduction Framalang : Olivier et Julien R.)

Peu reconnu, le « par défaut » est l’une des plus grandes inventions de l’ère moderne. « Par défaut » est un concept technique introduit par l’informatique dans les années 1960 pour désigner les réglages pré-sélectionnés (comme par exemple dans « Ce programme accepte par défaut les dates au format jj/mm/aa, et non jj/mm/aaaa »). De nos jours, la notion de réglage par défaut dépasse le simple cadre de l’informatique et s’est répandue dans la vie de tous les jours. Aussi insignifiant que cela puisse paraître, l’idée de réglage par défaut est fondamentale pour « The Technium » (NdT : le livre qu’est en train de rédiger l’auteur dont cet article fait partie).

Difficile de concevoir aujourd’hui une époque où le « par défaut » n’existait pas. Mais le « par défaut » n’a gagné en popularité qu’à mesure que l’informatique s’est démocratisée ; c’est l’héritage de systèmes technologiques complexes. Le « par défaut » n’existait pas sous l’ère industrielle. À l’aube de l’ère moderne, quand les ordinateurs plantaient souvent et qu’entrer les variables était un vrai calvaire, une valeur par défaut était la valeur que le système s’assignait automatiquement si le programme échouait ou s’il était démarré pour la première fois. C’était une idée brillante. Sauf si l’utilisateur ou un programmeur prenait la peine de le modifier, le réglage par défaut régnait, assurant ainsi que le système hôte fonctionne. Chaque produit électronique et chaque logiciel était livré dans sa configuration par défaut. Les réglages par défaut répondent aux normes attendues par les acheteurs (par exemple la tension des appareils électriques aux États-Unis), ou à ce qu’ils attendent d’un produit (les sous-titres désactivés pour les films), ou encore aux questions de bon sens (anti-virus activé). La plupart du temps les réglages par défaut satisfont les clients, et ils ont maintenant envahi tout ce qui est personnalisable : automobiles, assurances, réseaux, téléphones, assurance maladie, cartes de crédit, etc.

En effet, chaque objet contenant un tant soit peu d’intelligence informatique (c’est à dire tout équipement moderne) est paramétré par défaut. Ces présélections sont autant de partis pris implantés dans le gadget, le système ou l’institution. Mais les réglages par défaut ne sont pas que des hypothèses silencieuses matérialisées dans tout objet manufacturé. Par exemple, tous les outils manuels sont faits, par défaut, pour les droitiers. Faire l’hypothèse que l’utilisateur sera droitier étant simplement normal, pas besoin d’en faire étalage. De même, la forme des outils est généralement faite pour des mains d’hommes. Mais ça ne se limite pas qu’aux outils : les premières automobiles étaient construites sur l’hypothèse que le conducteur serait un homme. Pour toute chose manufacturée, le constructeur doit faire des hypothèses sur ses clients potentiels et leurs motivations ; ces hypothèses trouvent naturellement leur place aussi dans tout ce qui est technologique. Plus le système est vaste, plus le constructeur doit faire des hypothèses. En examinant attentivement une infrastructure technologique particulière vous pouvez deviner les hypothèses cachées dans sa conception. Ainsi, on retrouve dans des domaines aussi variés que le réseau électrique, le système ferroviaire, les autoroutes ou l’enseignement certaines caractéristiques du citoyen américain : optimisme, importance de l’individu et penchant pour le changement.

Mais, alors que ces choix arbitraires, communs à toutes les technologies, sont à bien des égards semblables au concept de « défaut », ce n’est plus vrai aujourd’hui et ce pour une raison essentielle : les réglages par défaut sont des hypothèses qui peuvent être modifiées. Vous ne pouvez pas adapter des outils faits pour les droitiers à l’usage des gauchers. À l’époque, l’hypothèse que le conducteur était un homme se retrouvait dans la position du siège dans les automobiles. En changer n’était pas simple. Mais ce que l’on ne pouvait faire hier est désormais permis par la technologie actuelle. En effet presque tous les systèmes technologiques d’aujourd’hui ont en commun la facilité à être rebranchés, modifiés, reprogrammés, adaptés et changés pour convenir à de nouveaux usages ou à de nouveaux utilisateurs. Beaucoup (pas toutes) des hypothèses faites ne sont pas immuables et définitives. La multiplication des paramètres par défauts et leur modularité offre aux utilisateurs un vrai choix, s’ils le désirent. Les technologies peuvent être adaptées à vos préférences et optimisées pour mieux vous correspondre.

L’inconvénient de toutes cette personnalisation, cependant, est qu’on se retrouve un peu noyé sous le choix. Trop d’alternatives et pas assez de temps (sans parler de l’envie) de toutes les tester. Ne vous-êtes vous pas déjà retrouvé paralysé par l’indécision devant les 99 variétés de moutardes sur les étalages du supermarché, ou devant les 2 536 options de votre assurance santé, ou encore devant les 36 000 coupes de cheveux différentes pour votre avatar dans un monde virtuel ? Il existe une solution toute simple à cette sur-abondance délirante de choix : les paramètres par défaut. Les « défauts » vous permettent de choisir quand choisir. Votre avatar par défaut pourrait pas exemple être un avatar quelconque, un gamin en jean par exemple. Vous pouvez vous soucier de la personnalisation plus tard. C’est un peu un choix guidé. Ces milliers de variables, de vrais choix, peuvent être guidés en optant pour un choix par défaut intelligent, un choix fait à notre place, mais qui ne nous prive pas de notre liberté de le changer dans le futur, à notre convenance. Mes libertés ne sont pas restreintes, mais sont étalées dans le temps. Quand je me sens plus à l’aise, je peux revenir sur mes préférences pour mieux les adapter, en ajouter ou en retirer, en changer ou les personnaliser. Dans les systèmes par défaut bien pensés, je conserve toujours mon entière liberté, mais les choses me sont présentées de telle sorte que je peux prendre mon temps pour faire mes choix, au fur et à mesure et quand je me sens mieux à même de les faire.

Comparez maintenant cette sur-abondance de choix à ce que vous propose un marteau, une automobile ou le réseau téléphonique des années 1950. L’utilisation de ces outils vous était imposée. Les meilleurs ingénieurs ont planché des années pour proposer une conception qui s’adapte le mieux à la majorité, de nos jours encore, certains sont des chef-d’œuvre d’ingéniosité. Si ces objets et infrastructures étaient peu modulables, ils étaient remarquablement conçus pour être utilisés par la majorité des personnes. Peut-être qu’aujourd’hui vous ne personnalisez pas plus votre téléphone qu’il y a cinquante ans, mais la possibilité existe. Et les options disponibles sont toujours plus nombreuses. Cette myriade de choix possibles reflète la nature adaptative des téléphones portables et des réseaux. Les choix s’offrent à vous quand vous faites appel à eux, ce qui n’était pas possible quand toutes les décisions étaient prises pour vous.

Les paramètres par défaut ont fait leur apparition dans le monde complexe de l’informatique et des réseaux de communication, mais il n’est pas ridicule pour autant d’envisager leur utilisation pour les marteaux, les voitures, les chaussures, les poignées de portes, etc. En rendant ces objets personnalisables, en y injectant une pincée de puces informatiques et de matériaux intelligents, nous leur ouvrons le monde des paramètres par défaut. Imaginez le manche d’un marteau qui se moulerait automatiquement pour s’adapter à votre prise en main de gaucher, ou à la main d’une femme. On peut très bien envisager d’entrer son genre, son âge, son expertise ou son environnement de travail directement dans les petits neurones du marteau. Si un tel marteau existait, il serait livré avec des paramètres par défauts pré-programmés.

Mais les paramètres par défauts sont tenaces. De nombreuses études psychologiques ont montré que le petit effort supplémentaire demandé pour modifier les paramètres par défaut est souvent de trop et les utilisateurs s’en tiennent aux pré-réglages, malgré la liberté qui leur est offerte. Ils ne prennent pas la peine de régler l’heure sur leur appareil photo, le « 12:00 » entré par défaut continue de clignoter, ou encore ils ne s’embettent pas à changer le mot de passe temporaire qui leur est attribué. La dure vérité, n’importe quel ingénieur vous le confirmera, est que souvent les paramètres par défaut restent inchangés. Prenez n’importe quel objet, 98 options sur 100 seront celles préconfigurées en usine. Je reconnais que, moi-même, j’ai très rarement touché aux options qui m’étaient offertes, je m’en suis tenu aux paramètres par défaut. J’utilise un Macintosh depuis le début, voilà plus de 25 ans, et je découvre encore des paramètres par défaut et des préférences dont je n’avais jamais entendu parler. Du point de vue de l’ingénieur, cette inertie est un signe de réussite, cela signifie que les paramètres par défaut sont bien choisis. Leurs produits sont utilisés sans beaucoup de personnalisation et leurs systèmes ronronnent doucement.

Décider d’une valeur par défaut est synonyme de puissance et d’influence. Les paramètres par défaut ne sont pas qu’un outil pour aider les utilisateurs à apprivoiser leurs options, c’est aussi un levier puissant dont disposent les fabricants, ceux qui décident de ces valeurs, pour diriger le système. Les orientations profondes que traduisent ces valeurs par défaut façonnent l’usage que l’on fait du système. Même le degré de liberté qui vous est accordé, avec les choix occasionnels que l’on vous demande de faire, est primordial. Tout bon vendeur sait ça. Ils agencent magasins et sites Web pour canaliser vos décisions et ainsi augmenter leurs ventes. Disons que vous laissez des étudiants affamés choisir leur dessert en premier plutôt qu’en dernier, cet ordre par défaut a une influence énorme sur leur nutrition.

Chaque rouage d’une technologie complexe, du langage de programmation, à l’aspect de l’interface utilisateur, en passant par la sélection de périphériques, renferme d’innombrables paramètres par défaut. L’accès est-il anonyme ? Les intentions des utilisateurs sont-elles bonnes ou mauvaises ? Les paramètres par défaut encouragent-ils l’échange ou le secret ? Les règles devraient-elles expirer à une période donnée ou le renouvellement est-il tacite ? Avec quelle facilité peut-on revenir sur une décision ? Telle décision devrait-elle être activée par défaut ou l’utilisateur doit-il la valider lui-même ? Rien que la combinaison de quatre ou cinq choix par défaut engendre des centaines de possibilités.

Prenez deux infrastructures technologiques, disons deux réseaux d’ordinateurs basés sur le même matériel et sur les mêmes logiciels. L’expérience sur les deux réseaux peut être complètement différente selon les options par défaut imposées. Leur influence est telle qu’on peut presque parler d’effet papillon. En modifiant légèrement un paramètre par défaut, on peut transformer des réseaux gigantesques. Par exemple, la plupart des plans épargne retraite, comme le plan « Corporate 401k », demandent des mensualités très basses, en partie parce qu’ils proposent un choix phénoménal d’options. L’économiste/comportementaliste Richard Thaler rapporte des expériences où les épargnants amélioraient nettement leur épargne lorsque les options étaient sélectionnées par défaut (« choix guidé »). Chacun avait la possiblité de résilier leur programme quand il le désirait et ils étaient libres de modifier leur contrat quand bon leur semblait. Mais le simple fait de passer de « souscription » à « inscription automatique » changeait complètement l’intérêt du système. On peut prendre également l’exemple du don d’organe. Si on déclarait que chacun est donneur à moins qu’il n’émette le souhait contraire, le nombre d’organes donnés augmenterait largement.

Chaque paramètre par défaut est un levier pour façonner le déploiement d’une innovation. L’élaboration d’une infrastructure à l’échelle d’un continent, par exemple, comme le réseau électrique 110V aux États-Unis, peut s’imposer à mesure qu’elle reçoit le soutien d’autres infrastructures (comme les générateurs diesels ou les lignes d’assemblage dans les usines). Ainsi il peut obtenir le suffrage nécessaire pour s’imposer face à une technologie pré-existante, mais à chaque nœud du réseau électrique se cache un paramètre par défaut. Tous ces petits choix par défaut définissent la nature du réseau, ouvert et évolutif mais plus fragile ou fermé et plus sûr. Chaque paramètre par défaut est un levier permettant de façonner le réseau, s’il peut s’accroître facilement ou pas, s’il accepte les sources de puissance non-conventionnelle ou pas, s’il est centralisé ou décentralisé… La technologie définit les systèmes technologiques, mais c’est à nous d’en établir la nature.

Aucun système n’est neutre. Chacun a ses options naturels. On dompte les choix en cascade engendrés par l’accélération de la technologie par petites touches, en adoptant nos propres options afin de les faire tendre vers nos objectifs communs, ce qui a pour conséquence d’augmenter la diversité, la complexité, la spécialisation, la sensibilité et la beauté.

Le « par défaut » nous rappelle également une autre vérité. Par définition, le « par défaut » entre en jeu lorsque nous — utilisateur, consommateur ou citoyen — ne faisons rien. Mais ne rien faire n’est pas neutre, car cela entraîne une option par défaut. Ce qui signifie que « ne pas faire de choix » est un choix lui-même. Il n’y a rien de neutre, même, ou surtout, dans l’absence d’action. Malgré ce que certains veulent bien nous faire croire, la technologie n’est jamais neutre. Même quand vous ne choisissez pas ce que vous en faites, un choix est fait. Un système s’orientera dans une direction plutôt qu’une autre selon que l’on agit ou non sur lui. Le mieux que l’on puisse faire est de lui donner la direction qui va dans notre sens.

Notes

[1] Crédit photo : Manuel Cernuda (Creative Commons By-Sa)




De la contradiction d’avoir un iPhone

Mat Honan - CC byL’été dernier, me voici attablé à la terrasse d’un café, place de la Bastille, en compagnie de quelques membres influents de la blogosphère française. L’occasion d’évoquer Hadopi. Il allait de soit qu’ils étaient tous contre.

Un petit détail m’a frappé : ils étaient tous accompagnés de leur iPhone, qui d’ailleurs ne leur laissait que rarement plus de cinq minutes de répit. iPhone qui vers la fin de notre entretien est carrément devenu le sujet principal de conversation, lorsque le possesseur de je ne sais plus quelle toute nouvelle application issue de l’App Store a voulu en faire la démonstration aux autres[1].

Peut-on être un pourfendeur d’Hadopi et plus généralement un chaud défenseur des libertés numériques tout en possédant un iPhone ? Certes oui. Sauf que, comme vient nous le rappeler Bruno Kerouanton dans ce court et percutant article, nous sommes peut-être en situation de compromis, voire de compromission, avec quelques uns de nos idéaux, fussent-ils numériques[2].

Le paradoxe du citoyen consommateur

URL d’origine du document

Bruno Kerouanton – 14 septembre 2009 – Le Club des Vigilants
Licence Creative Commons By-Nc

Apple est loin d’être seule en cause mais le succès phénoménal de son iPhone illustre, à bien des égards, le paradoxe du citoyen consommateur contemporain.

D’un côté, il se dit écolo. De l’autre, il se jette sur un appareil dont la batterie est intégrée au téléphone, faisant de l’objet un produit jetable complexe à recycler.

D’un côté, il prône la liberté de téléchargement sur Internet, et le droit de dupliquer à l’infini films et œuvres musicales au grand dam des auteurs et de leurs ayants droit. De l’autre, il se précipite sur l’une des plateformes informatiques les plus verrouillées en termes de mesures anticopie.

D’un côté, il se méfie des monopoles. De l’autre, il utilise la plateforme de téléchargement AppStore qui centralise de manière obligatoire toute application disponible, préalablement soumise à la censure de l’éditeur californien.

D’un côté, il défend les logiciels libres et leur gratuité. De l’autre, il n’a jamais autant acheté de logiciels depuis la mise en place de l’AppStore.

D’un côté, il aime l’anonymat et le respect de la vie privée. De l’autre, il se rue sur l’iPhone qui est l’une des plateformes les plus intrusives, en termes de géolocalisation, mais également de suivi des habitudes d’utilisation et de consommation.

Le succès d’Apple tient à la technologie et à l’innovation. En offrant à ses clients un produit très en avance sur ses concurrents, en termes d’ergonomie et de fonctionnalités, ceux-ci sont prêts à en oublier les inconvénients, voire carrément à en occulter l’existence.

Ce comportement paradoxal doit être pris en compte dans le cadre de nouveaux enjeux sociétaux relatifs aux nouvelles technologies. Risques liés aux réseaux sociaux, difficulté de mise en application de réglementations de type Hadopi et bien d’autres thèmes d’actualité devraient être revus en tenant compte de cette surprenante tendance.

Notes

[1] Crédit photo : Mat Honan (Creative Commons By)

[2] Sur le même sujet on pourra aussi lire cet autre article du Framablog : iPhone 3G : tout ce qui brille n’est pas or.




Nous y sommes, par Fred Vargas

Joiseyshowaa - CC by-saJe suis un heureux lecteur de Fred Vargas (m’est avis d’ailleurs qu’il doit se cacher quelques Jean-Baptiste Adamsberg dans la communauté du logiciel libre).

Elle a soutenu la liste Europe Écologie aux élections européennes de juin dernier, en signant sur le site de campagne un article que vous n’avez peut-être pas lu et que je souhaitais vous faire partager (à la manière de ces autres publications « hors sujet » du Framablog).

Origine de l’auteur oblige, on est plus ici dans la littérature que dans le politique. Mais sentez-vous vous aussi l’imminence et la nécessité de cette « Troisième Révolution » ? Et si oui, le mouvement du logiciel libre a-t-il quelque chose à y apporter ?

Dans la mesure où le site de campagne tout entier est placé sous licence Creative Commons By-Sa, on peut en déduire que l’article l’est également[1].

Nous y sommes

URL d’origine du document

Fred Vargas – 7 novembre 2008 – EuropeEcologie.fr

Nous y voilà, nous y sommes.

Depuis cinquante ans que cette tourmente menace dans les hauts-fourneaux de l’incurie de l’humanité, nous y sommes. Dans le mur, au bord du gouffre, comme seul l’homme sait le faire avec brio, qui ne perçoit la réalité que lorsqu’elle lui fait mal.

Telle notre bonne vieille cigale à qui nous prêtons nos qualités d’insouciance. Nous avons chanté, dansé. Quand je dis « nous », entendons un quart de l’humanité tandis que le reste était à la peine.

Nous avons construit la vie meilleure, nous avons jeté nos pesticides à l’eau, nos fumées dans l’air, nous avons conduit trois voitures, nous avons vidé les mines, nous avons mangé des fraises du bout monde, nous avons voyagé en tous sens, nous avons éclairé les nuits, nous avons chaussé des tennis qui clignotent quand on marche, nous avons grossi, nous avons mouillé le désert, acidifié la pluie, créé des clones, franchement on peut dire qu’on s’est bien amusés.

On a réussi des trucs carrément épatants, très difficiles, comme faire fondre la banquise, glisser des bestioles génétiquement modifiées sous la terre, déplacer le Gulf Stream, détruire un tiers des espèces vivantes, faire péter l’atome, enfoncer des déchets radioactifs dans le sol, ni vu ni connu. Franchement on s’est marrés. Franchement on a bien profité. Et on aimerait bien continuer, tant il va de soi qu’il est plus rigolo de sauter dans un avion avec des tennis lumineuses que de biner des pommes de terre. Certes.

Mais nous y sommes.

A la Troisième Révolution. Qui a ceci de très différent des deux premières (la Révolution néolithique et la Révolution industrielle, pour mémoire) qu’on ne l’a pas choisie.

« On est obligés de la faire, la Troisième Révolution ? » demanderont quelques esprits réticents et chagrins.

Oui. On n’a pas le choix, elle a déjà commencé, elle ne nous a pas demandé notre avis. C’est la mère Nature qui l’a décidé, après nous avoir aimablement laissés jouer avec elle depuis des décennies. La mère Nature, épuisée, souillée, exsangue, nous ferme les robinets. De pétrole, de gaz, d’uranium, d’air, d’eau.

Son ultimatum est clair et sans pitié : Sauvez-moi, ou crevez avec moi (à l’exception des fourmis et des araignées qui nous survivront, car très résistantes, et d’ailleurs peu portées sur la danse).

Sauvez-moi, ou crevez avec moi. Evidemment, dit comme ça, on comprend qu’on n’a pas le choix, on s’exécute illico et, même, si on a le temps, on s’excuse, affolés et honteux. D’aucuns, un brin rêveurs, tentent d’obtenir un délai, de s’amuser encore avec la croissance.

Peine perdue. Il y a du boulot, plus que l’humanité n’en eut jamais. Nettoyer le ciel, laver l’eau, décrasser la terre, abandonner sa voiture, figer le nucléaire, ramasser les ours blancs, éteindre en partant, veiller à la paix, contenir l’avidité, trouver des fraises à côté de chez soi, ne pas sortir la nuit pour les cueillir toutes, en laisser au voisin, relancer la marine à voile, laisser le charbon là où il est –attention, ne nous laissons pas tenter, laissons ce charbon tranquille- récupérer le crottin, pisser dans les champs (pour le phosphore, on n’en a plus, on a tout pris dans les mines, on s’est quand même bien marrés).

S’efforcer. Réfléchir, même. Et, sans vouloir offenser avec un terme tombé en désuétude, être solidaire.

Avec le voisin, avec l’Europe, avec le monde.

Colossal programme que celui de la Troisième Révolution. Pas d’échappatoire, allons-y. Encore qu’il faut noter que récupérer du crottin, et tous ceux qui l’ont fait le savent, est une activité foncièrement satisfaisante. Qui n’empêche en rien de danser le soir venu, ce n’est pas incompatible. A condition que la paix soit là, à condition que nous contenions le retour de la barbarie, une autre des grandes spécialités de l’homme, sa plus aboutie peut-être.

A ce prix, nous réussirons la Troisième révolution. A ce prix nous danserons, autrement sans doute, mais nous danserons encore.

Notes

[1] Crédit photo : Joiseyshowaa (Creative Commons By-Sa)




SARD : première initiative marquante de l’ère post Hadopi ?

Delcio G.P. Filho - CC byLe 8 septembre prochain à Paris, au cours d’une rencontre ouverte à tous où seront présentes de nombreuses et éminentes personnalités (Richard Stallman, Bernard Stiegler, Martine Billard, Laurent Chemla…), va se créer officiellement la SARD, acronyme de Société d’Acceptation et de Répartition des Dons.

Vous en trouverez le Communiqué de Presse ci-dessous ainsi qu’une première Foire Aux Questions.

J’en suis signataire, tout comme Benjamin Jean qui outre ses fonctions à Veni Vidi Libri est également membre de Framasoft[1].

Je lui cède d’ailleurs la place pour nous présenter une initiative qu’il n’hésite pas à qualifier de « pavé dans la mare » qui pourrait changer, modifier notre vision de la propriété intellectuelle et la place qu’elle occupe dans notre société. Ces propos n’engagent que son auteur[2] mais je m’y associe bien volontiers.

Tout le monde connaît, même vaguement la Propriété Intellectuelle[3] et les utilisations qui peuvent en être faites (pour prendre les deux extrêmes : le contrôle absolu représenté par la SACEM ou les éditeurs de logiciels traditionnels, et le partage par les licences libres).

En bref, la propriété intellectuelle repose sur un équilibre entre l’intérêt du public (A) et l’intérêt des créateurs/auteurs/inventeurs/etc (B)[4]. Ses objectifs (qui justifie le monopole accordé aux ayants-droits (B)) sont : 1. de faciliter et favoriser l’innovation (au bénéfice de la société et donc du public (A)), 2. donner à l’auteur un contrôle sur son oeuvre en raison du lien qui les unit[5].

Ce système repose sur un postulat : « puisqu’il existe et qu‘il marche (des gens continuent à créer et innover), c’est bien que le système actuel favorise la création et sa diffusion. »

La SARD serait donc une remise en question de ce dernier postulat : un changement de paradigme, de mentalité, un système différent qui, s’il fonctionne, montrerait que le système actuel de Propriété Intellectuelle n’est pas la seule (et/ou la meilleure) façon de favoriser la création et l’innovation. Attention, il ne s’agit pas forcément d’une alternative, mais plus d’un système parallèle qui, s’il marche, délégitimerait celui que l’on connaît aujourd’hui.

Ainsi, ces artistes pourraient éventuellement toucher de l’argent/un financement sans user de leurs droits de propriété intellectuelle, à eux de voir ensuite s’ils désirent jouer dans les deux camps (qui sont néanmoins contradictoire puisqu’il me semble légitime de penser que celui qui compte diffuser gratuitement et massivement sa musique aura plus de facilité à recevoir des dons que celui qui ne vend que quelques exemplaires dans quelques boutiques spécialisées).

Voici donc une initiative des plus ambitieuses ! Difficile de prédire ce qu’il en adviendra.

Au pire nous aurons contribué à déplacer le « débat Hadopi » vers une réflexion moins répressive et plus constructive. Au mieux nous aurons effectivement participé à ce « changement de paradigme », sachant que, GNU/Linux ou Wikipédia peuvent en témoigner, l’époque semble favorable aux projets impossibles qui aboutissent.

Naissance de la SARD, Société d’acceptation et de répartition des dons, un nouveau mécanisme pour pour financer équitablement la créativité et la diversité numérique

URL d’origine du communiqué de presse

Paris, le 4 septembre 2009. Mardi 8 septembre à 16h sera fondée à Paris la Société d’acceptation et de répartition des dons (SARD), dans le cadre d’une journée consacrée aux alternatives au système des droits d’auteur, fragilisés à l’heure des réseaux d’information et de communication. En présence d’un des fondateurs du mouvement pour le logiciel libre, Richard Stallman, du philosophe Bernard Stiegler, d’artistes et de politiques (Pierre Aidenbaum, Martine Billard, Patrick Bloche), les fondateurs de la SARD présenteront ce système volontaire nouveau, inspiré par la proposition du Mécénat Global, basé sur le don du public aux œuvres qu’il souhaite soutenir.

Hadopi n’est pas encore adoptée par le Parlement en France que ce projet de loi liberticide se trouve déjà dépassé. Partout dans le monde, les lois qui régissent les rapports entre public et création sont en chantier, les industries culturelles crient au loup (le piratage), tandis que les auteurs n’ont toujours pas accès à un système de financement de leurs œuvres. Et les (longs) débats législatifs autour de la répression du public au nom de la protection des auteurs n’ont fait émerger aucun nouveau système de soutien à la création.

Pour sortir des discours caricaturaux et aborder les questions du financement de la création sur l’Internet et les réseaux, la reconnaissance des artistes et auteurs d’oeuvres numériques sur Internet, la SARD, ouverte au public, aux artistes, auteurs et créateurs, du monde entier et de toutes nationalités, se mobilise pour le libre accès à la culture, grâce à un système de financement par le don.

Trop utopiste, trop compliqué, trop alternatif, trop expérimental ? Ces critiques à l’encontre des tentatives de réfléchir à des alternatives viables à la notion hégémonique et confuse de « propriété intellectuelle » sont fréquentes. Pour répondre aux questions et appeler à un dialogue constructif entre public, auteurs et politiques,les membres fondateurs de la SARD (artistes, éditeurs, ingénieurs, journalistes, membres d’associations soutenant le libre, scientifiques) vous invitent à cette journée exceptionnelle.

Quand ?

  • Le 8 septembre, de 16h à 22h.

Où ?

  • Mairie du 3ème, 2 rue Eugène Spuller, 75003 Paris.

Quoi ?

  • De 16h à 19h: Assemblée constituante de la Société d’Acceptation et de Répartition des Dons (SARD).
  • De 19h à 20h: Conférence de presse.
  • De 20h à 22h: Conférence: quelle alternative concrète pour le financement des œuvres numériques ? Avec Richard Stallman (le fondateur de GNU/Linux présentera le Mécénat global), Bernard Stiegler (le président d’Ars Industrialis parlera d’« Amateur d’art ou consommateur » et Antoine Moreau, l’instigateur de la Licence Art Libre, posera la question du « tous artistes ? ». Modération Laurent Chemla.

Comment ?

  • Accès libre.

En savoir plus ?

SARD, la FAQ

URL d’origine du document

Qui ?

Benjamin Jean (Veni Vidi Libri), Valentin Lacambre (Altern), Dominique Lacroix, Philippe Langlois (Hacklab), Christian Lavigne (poete et cybersculpteur), Antoine Moreau (instigateur de la Licence Art Libre), Francis Muguet (Mécénat global), Jérémie Nestel (Attention Chantier), Mathieu Pasquini (InLibroVeritas), Louis Pouzin (un pere de l’internet), Annick Rivoire (Poptronics), Raphael Rousseau (un fils de l’internet, activiste du Libre), Michel Sitbon (ACJ, Association des cyber-journaliste), Pierre Troller (artiste), Alexis Kauffmann (Framasoft).

Quoi ?

La SARD ou Société d’acceptation et de répartition des dons est ouverte aux artistes, auteurs et créateurs de toutes nationalités. Elle a pour objet de favoriser le libre acces a la culture, grâce a un systeme de financement par le don.

Ce mode de financement concerne toute production de l’esprit, et notamment tous les types d’oeuvres numériques et numérisées, qu’elles soient textuelles (blogs, sites, articles…), audio, visuelles, logicielles, plastiques ou musicales.

Sont considérés comme auteurs, toutes les personnes ayant contribué a la création de l’oeuvre.

Où ?

Sur l’Internet, et, plus largement, sur tous les réseaux d’information et de communication et dans tous les pays.

Pourquoi ?

Aujourd’hui, la création sur Internet et les réseaux d’information ne peut se suffire de la seule gratuité. Elle doit etre financée d’une maniere juste et équitable pour répondre aux attentes des artistes, des auteurs et du public. Le succes d’Internet reposant sur des millions d’auteurs et de contributeurs, il est important que ceux-ci, dans leur pluralité, puissent se fédérer pour que se constitue un mode de financement de la création.

Comment ?

Il s’agit de mettre en place un mécanisme simple de répartition des dons, faits par les internautes pour les oeuvres de leur choix. Il ne s’agit pas d’une nouvelle taxe ou redevance, mais bien d’une nouvelle façon de concevoir le rapport entre les auteurs et le public.

Qui donne ? Les grands donateurs (prestataires Internet, opérateurs télécoms, etc.) et les internautes directement, selon leur appréciation.

Comment l’argent collecté est-il réparti ? La SARD, en tant que structure d’expérimentation, mettra en place plusieurs systemes de répartition :

  • l’internaute donne directement aux oeuvres de son choix.
  • l’internaute verse au pot commun a la SARD selon des clés de répartition transparentes et claires, établies a partir de l’appréciation des internautes.
  • les grands donateurs versent au pot commun de la SARD.

Un comité d’évaluation indépendant contrôlera régulierement le fonctionnement de l’association.

Combien ?

L’intégralité des dons destinés aux oeuvres est redistribuée aux oeuvres. Les frais de gestion de l’association sont financés par des donations spécifiques.

Pour Qui ?

Tous les artistes, auteurs et créateurs qui ont inscrit volontairement leurs oeuvres au service d’acceptation et et de répartition des dons.

Sont susceptibles d’inscrire leurs oeuvres :

  • les artistes, auteurs et créateurs inscrits aupres des sociétés de gestion collective traditionnelles, la SARD vient en parallele des dispositifs existants.
  • les artistes, auteurs et créateurs qui ne sont pas inscrits aupres des sociétés de gestion collective, l’inscription a la SARD n’engage en rien leurs droits sur leurs oeuvres.
  • les artistes, auteurs et créateurs sous licence libre qui ne sont pas membres d’une société de gestion collective, la SARD est favorable a l’usage des licences libres.

Pour en savoir plus ?

http://www.sard-info.org

Notes

[1] Crédit photo : Delcio G.P. Filho (Creative Commons By)

[2] Source : Blog de Veni Vidi Libri (sous licence Art Libre)

[3] Pour faire court, un ensemble de droits reconnus à une personne sur une création particulière et assimilable à ceux d’un propriétaire sur sa chose/son bien.

[4] De nombreuses thèses existent sur ce « droit du public à l’information » qui relative les droits des auteurs notamment.

[5] Néanmoins, durant de longues années, les USA assuraient une protection quasi-équivalente aux droits moraux sans user des droits de propriété intellectuelle.




George Clooney a une sale gueule ou la question des images dans Wikipédia

George Clooney - Bad Dog - Public DomainÀ moins d’être aussi bien le photographe que le sujet photographié (et encore il faut faire attention au décor environnant), impliquant alors soit d’avoir le don d’ubiquité soit d’avoir un pied ou le bras assez long, c’est en théorie un pur casse-tête que de mettre en ligne des photographies sur Internet.

Il y a donc pour commencer le droit de l’auteur, le photographe. Mais quand bien même il aurait fait le choix de l’ouverture pour ses images, avec par exemple une licence Creative Commons, il reste la question épineuse du droit du sujet photographié (qui peut être une personne, un monument architectural…). Et pour corser le tout, n’oublions pas le fait que la législation est différente selon les pays.

Et c’est ainsi que le Framablog se met quasi systématiquement dans l’illégalité lorsqu’il illustre ses billets par une photographie où apparaissent des gens certes photogéniques mais non identifiés. Parce que si il prend bien le soin d’aller puiser ses photos parmi le stock d’images sous Creative Commons d’un site comme Flickr, il ne respecte que le droit du photographe et non celui du ou des photographié(s), dont il n’a jamais eu la moindre autorisation.

C’est peut-être moins grave (avec un bon avocat) que ces millions de photos que l’écrasante majorité de la jeune génération partage et échange sans aucune précaution d’usage sur les blogs, MySpace ou Facebook, mais nous ne sommes clairement qu’à la moitié du chemin.

Le chemin complet du respect des licences et du droit à l’image, c’est ce que tente d’observer au quotidien l’encyclopédie libre Wikipédia. Et c’est un véritable… sacerdoce !

Vous voulez mettre en ligne une photo sur Wikipédia ? Bon courage ! L’avantage c’est que vous allez gagner rapidement et gratuitement une formation accélérée en droit à l’image 😉

Pour l’anecdote on cherche toujours à illustrer le paragraphe Framakey de notre article Framasoft de l’encyclopédie et on n’y arrive pas. Une fois c’est le logo de Firefox (apparaissant au microscope sur une copie d’écran de l’interface de la Framakey) qui ne convient pas, parce que la marque Firefox est propriété exclusive de Mozilla. Une fois c’est notre propre logo (la grenouille Framanouille réalisée par Ayo) qui est refusé parce qu’on ne peut justifier en bonne et due forme que sa licence est l’Art Libre.

Toujours est-il donc que si vous souhaitez déposer une image dans la médiathèque de Wikipédia (Wikimédia Commons) alors le parcours est semé d’embûches. L’enseignant que je suis est plutôt content parce que l’encyclopédie participe ainsi à éduquer et sensibiliser les utilisateurs à toutes ces questions de droit d’auteurs, de propriété intellectuelle… avec moultes explications sur l’intérêt d’opter (et de respecter) les licences libres. Mais il n’empêche que l’une des conséquences de ces drastiques conditions d’entrée, c’est que pour le moment Wikipédia manque globalement de photographies de qualité (comparativement à son contenu textuel).

C’est particulièrement criant lorsqu’il s’agit d’illustrer les articles sur des personnalités contemporaines[1] (les plus anciennes échappant a priori au problème avec le domaine public, sauf quand ces personnalités ont vécu avant… l’invention de la photographie !). Et c’est cette carence iconographique que le New York Times a récemment prise pour cible dans une chronique acide dont le traduction ci-dessous nous a servi de prétexte pour aborder cette problématique (chronique qui aborde au passage la question complexe du photographe professionnel qui, craignant pour son gagne-pain, peut hésiter à participer).

La situation est-elle réellement aussi noire que veut bien nous le dire le vénérable journal ?

Peut-être pas. Il y a ainsi de plus en plus de photographes de qualité, tel Luc Viatour, qui participent au projet . Il y a de plus en plus d’institutions qui, contrairement au National Portrait Gallery, collaborent avec Wikipédia en ouvrant leurs fonds et archives, comme en témoigne l‘exemple allemand. Même le Forum économique mondial de Davos s’y met (dépôt dans Flickr, utilisation dans Wikipédia). Sans oublier les promenades locales et festives où, appareil photo en bandoulière, on se donne pour objectif d’enrichir ensemble l’encyclopédie.

Du coup mon jugement péremptoire précédent, à propos de la prétendue absence globale de qualité des images de Wikipédia, est à nuancer. Il suffit pour s’en convaincre de parcourir les pages « images de qualité » ou l’« image du jour ».

L’encyclopédie est en constante évolution, pour ne pas dire en constante amélioration, et bien heureusement la photographie n’échappe pas à la règle. Même si il est vrai que le processus est plus lent parce qu’on lui demande de s’adapter à Wikipédia et non l’inverse.

Wikipédia, terre fertile pour les articles, mais désert aride pour les photos

Wikipedia May Be a Font of Facts, but It’s a Desert for Photos

Noam Cohen – 19 juillet 2009 – New York Times
(Traduction Framalang : Olivier et Goofy)

Une question de la plus haute importance : existe-t-il de mauvaises photos de Halle Berry ou de George Clooney ?

Halle Berry - Nancy Smelser - Public DomainFacile, allez sur Wikipédia ! Vous y trouverez une photo floue de Mlle Berry, datant du milieu des années quatre-vingt, lors de la tournée U.S.O. avec d’autres candidates au titre de miss USA. La mise au point est mauvaise, elle porte une casquette rouge et blanche, un short, c’est à peine si on la reconnait. L’article de Wikipédia sur M. Clooney est, quant à lui, illustré par une photo le montrant au Tchad, portant une veste kaki est une casquette des Nations Unies. Avec son grand sourire et ses traits anguleux il est toujours aussi beau, en compagnie de deux femmes travaillant pour les Nations Unies, mais on est loin d’un portait glamour.

Certains personnages éminemment célèbres, comme Howard Stern ou Julius Erving, n’ont même pas la chance d’avoir leur photo sur Wikipédia.

George Clooney - Nando65 - Public DomainAlors que de nos jours les célébrités s’offrent couramment les services d’une équipe de professionnels pour contrôler leur image, sur Wikipédia c’est la loi du chaos. Très peu de photographies de bonne qualité, particulièrement de célébrités, viennent enrichir ce site. Tout cela tient au fait que le site n’accepte que les images protégées par la plus permissive des licences Creative Commons, afin qu’elles puissent être ré-utilisées par n’importe qui, pour en tirer profit ou pas, tant que l’auteur de la photo est cité.

« Des représentants ou des agents publicitaires nous contactent, horrifiés par les photos qu’on trouve sur le site », confie Jay Walsh, porte-parole de la Wikimedia Foundation, l’organisme qui gère Wikipédia, l’encyclopédie en plus de 200 langues. « Ils nous disent : J’ai cette image, je voudrais l’utiliser. Mais ça n’est pas aussi simple que de mettre en ligne la photo qu’on nous envoie en pièce jointe. »

Il poursuit : « En général, nous leur faisons comprendre que de nous envoyer une photo prise par la photographe Annie Leibovitz ne servira à rien si nous n’avons pas son accord. »

Les photos sont l’un des défauts les plus flagrants de Wikipédia. À la différence des articles du site, qui, en théorie, sont vérifiés, détaillés à l’aide de notes, et qui se bonifient avec le temps, les photos sont l’œuvre d’une seule personne et elles sont figées. Si un mauvais article peut être amélioré, une mauvaise photo reste une mauvaise photo.

Les wikipédiens tentent de corriger ce défaut, ils organisent des événements ou des groupes de contributeurs vont prendre des clichés de bonne qualité de bâtiments ou d’objets. De même, Wikipédia s’efforce d’obtenir la permission d’utiliser d’importantes collections de photographies.

L’hiver dernier, les archives fédérales allemandes ont placé cent mille photos basse résolution sous une licence permettant leur usage dans Wikipédia. Récemment, un utilisateur de Wikipédia, Derrick Coetzee, a téléchargé plus de trois mille photos haute résolution d’œuvres de la National Portrait Gallery de Londres, pour qu’elles soient utilisées, essentiellement, pour illustrer les articles se rapportant à des personnes historiques célèbres comme Charlotte Brontë ou Charles Darwin.

La galerie a menacé de porter plainte contre M. Coetzee, affirmant que même si les portraits, de par leur ancienneté, ne tombent plus sous la protection du droit d’auteur, les photographies elles sont récentes et du coup protégées. La galerie exige une réponse de M. Coetzee pour lundi. Il est représenté par l’Electronic Frontier Foundation. S’exprimant par e-mail vendredi, une porte-parole de la galerie, Eleanor Macnair, écrit qu’un « contact a été établi » avec la Wikimedia Foundation et que « nous espérons toujours que le dialogue est possible ».

On reste pourtant bien loin du compte et le problème des photographies sur Wikipédia est tout sauf réglé. Dans la galerie des horreurs, l’ancienne star de la NBA, George Gervin, aurait une place de choix. Debout, droit comme un I dans son costard, sur une photo aux dimensions pour le moins étranges, même pour un joueur de basket-ball. La photo, recadrée et libre de droit, provient du bureau du sénateur du Texas, John Cornyn.

Barack Obama - Pete Souza - CC byL’exemple de M. Gervin illustre un fait établi : le gouvernement alimente le domaine public de nombreuses photographies. Celle illustrant l’article du président Obama, par exemple, est un portrait officiel tout ce qu’il y a de posé et sérieux.

Mais les collections de photographies du gouvernement servent aussi aux contributeurs de Wikipédia. Ils espèrent y dénicher des images de rencontres entre célébrités et personnages politiques, qu’ils massacrent ensuite pour illustrer un article.

L’ancien roi du baseball, Hank Aaron, a l’honneur d’être illustré par une photo prise hors contexte, bizarrement découpée, prise en 1978 à la Maison Blanche. De même, l’illustration principale de l’article sur Michael Jackson a été réalisée en 1984 à l’occasion de sa visite à Ronald et Nancy Reagan.

Natalie Dessay - Alixkovich - CC by-saLes photos récentes sur Wikipédia sont, pour une large majorité, l’œuvre d’amateurs qui partagent volontiers leur travail. Amateur étant même un terme flatteur puisque ce sont plutôt des photos prises par des fans qui par chance avaient un appareil photo sous la main. La page de la cantatrice Natalie Dessay la montre en train de signer un autographe, fuyant l’objectif, l’actrice Allison Janney est masquée par des lunettes de soleil au Toronto Film Festival. Les frères Coen, Joel et Ethan, sont pris à distance moyenne à Cannes en 2001 et Ethan se couvre la bouche, certainement parce qu’il était en train de tousser. Et il y a aussi les photos prises depuis les tribunes où on distingue à peine le sujet. D’après sa photo, on pourrait croire que la star du baseball Barry Bonds est un joueur de champ extérieur. David Beckham, quant à lui, apparait les deux mains sur les hanches lors d’un match de football en 1999.

Placido Domingo- Sheila Rock - Copyright (with permission)Certaines personnes célèbres, comme Plácido Domingo et Oliver Stone, ont cependant eu la bonne idée de fournir elles-mêmes une photographie placée sous licence libre. Quand on pense à tout l’argent que les stars dépensent pour protéger leur image, il est étonnant de voir que si peu d’entre elles ont investi dans des photos de haute qualité, sous licence libre, pour Wikipédia ou d’autres sites. Peut-être ne se rendent-elles pas compte de la popularité de Wikipédia ? Rien que pour le mois de juin, par exemple, la page de Mlle Berry a reçu plus de 180 000 visites.

D’après Jerry Avenaim, photographe spécialisé dans les portraits de célébrités, il faut encore réussir à persuader les photographes, car placer une photo sous licence libre pourrait faire de l’ombre à toutes les autres. Il se démarque par le fait qu’il a déjà enrichi Wikipédia d’une douzaine de clichés en basse résolution, parmi lesquels un superbe portrait de Mark Harmon pris à l’origine pour un magazine télé.

Dans un interview, M. Avenaim semblait toujours indécis quant à l’idée de partager son travail. Sa démarche poursuit un double but : « D’abord, je voulais vraiment aider les célébrités que j’apprécie à apparaitre sous leur meilleur jour », dit-il, « Ensuite, c’est une stratégie marketing intéressante pour moi ».

Mark Harmon - Jerry Avenaim - CC by-saSa visibilité en ligne a largement augmenté grâce à la publication de ses œuvres sur Wikipédia, comme le montrent les résultats des moteurs de recherche ou la fréquentation de son site Web. Mais c’est une publicité qui peut aussi lui coûter très cher. « C’est mon gagne-pain », dit-il, rappelant que les photographes sont parfois très peu payés par les magazines pour leurs images de célébrités. L’essentiel de leurs revenus provient de la revente des images. Même si les images qu’il a mises gratuitement à disposition, par exemple le portrait de Dr. Phil, sont en basse résolution, elles deviennent les photographies par défaut sur Internet. Pourquoi payer alors pour une autre de ses photos ?

Et c’est bien là que la bât blesse pour les photographes qui voudraient mettre leurs œuvres à disposition sur Wikipédia, et seulement sur Wikipédia, pas sur tout Internet. « Wikipédia force à libérer le contenu déposé sur le site, c’est là que réside le problème à mes yeux », explique M. Avenaim. « S’ils veulent vraiment que la qualité des photos sur le site s’améliore, ils devrait permettre aux photographes de conserver leurs droits d’auteur. »

Notes

[1] Crédits photos : 1. George Clooney, par Bad Dog (domaine public) / 2. Halle Berry, par Nancy Smelser (domaine public) / 3. George Clooney, par Nando65 (domaine public)/ 4. Barack Obama, par Pete Souza (creative commons by) / 5. Natalie Dessay, par Alixkovich (creative commons by-sa) / 6. Placido Domingo, par Sheila Rock (copyright avec permission) / 7. Mark Harmon, par Jerry Avenaim (creative commons by-sa)




Mésentente cordiale entre Stallman et le Parti Pirate suédois sur le logiciel libre

Mecredis - CC byPourquoi les propositions du Parti Pirate suédois sont paradoxalement susceptibles de se retourner contre le logiciel libre ?

C’est ce que nous relate Richard Stallman[1] dans un récent article traduit pas nos soins, où l’on s’apercevra que la réduction du copyright et la mise dans le domaine public ont peut-être plus d’inconvénients que d’avantages lorsqu’il s’agit du cas très particulier des logiciels libres.

Remarque : Cette traduction vous est proposée par Framalang dans le cadre d’une collaboration avec l’April (dont Cédric Corazza a assuré la relecture finale).

Pourquoi les propositions du Parti Pirate suédois se retournent contre le logiciel libre

How the Swedish Pirate Party Platform Backfires on Free Software
URL d’origine de la traduction

Richard Stallman – 24 juillet 2009 – GNU.org
(Traduction Framalang : Don Rico, Goofy et aKa)

La campagne de harcèlement à laquelle se livre l’industrie du copyright en Suède a conduit à la création du premier parti politique dont le programme vise à réduire les restrictions dues au copyright : le Parti Pirate. Parmi ses propositions, on trouve l’interdiction des DRM, la légalisation du partage à but non lucratif d’œuvres culturelles, et la réduction à une durée de cinq ans du copyright pour une utilisation commerciale. Cinq ans après sa publication, toute œuvre publiée passerait dans le domaine public.

Dans l’ensemble, je suis favorable à ces changements, mais l’ironie de la chose, c’est que ce choix particulier effectué par le Parti Pirate aurait un effet néfaste sur le logiciel libre. Je suis convaincu qu’ils n’avaient nulle intention de nuire au logiciel libre, mais c’est pourtant ce qui se produirait.

En effet, la GNU General Public License (NdT : ou licence GPL) et d’autres licences copyleft se servent du copyright pour défendre la liberté de tous les utilisateurs. La GPL permet à chacun de publier des programmes modifiés, mais à condition de garder la même licence. La redistribution d’un programme qui n’aurait pas été modifié doit elle aussi conserver la même licence. Et tous ceux qui redistribuent doivent donner aux utilisateurs l’accès au code source du logiciel.

Pourquoi les propositions du Parti Pirate suédois affecteraient-elles un logiciel libre placé sous copyleft ? Au bout de cinq ans, son code source passerait dans le domaine public, et les développeurs de logiciel privateur pourraient alors l’inclure dans leurs programmes. Mais qu’en est-il du cas inverse ?

Le logiciel privateur est soumis à des CLUF, pas seulement au copyright, et les utilisateurs n’en ont pas le code source. Même si le copyright permet le partage à but non commercial, il se peut que les CLUF, eux, l’interdisent. Qui plus est, les utilisateurs, n’ayant pas accès au code source, ne contrôlent pas les actions du programme lorsqu’ils l’exécutent. Exécuter un de ces programmes revient à abandonner votre liberté et à donner au développeur du pouvoir sur vous.

Que se passerait-il si le copyright de ce programme prenait fin au bout de cinq ans ? Cela n’obligerait en rien les développeurs à libérer le code source, et il y a fort à parier que la plupart ne le feront jamais. Les utilisateurs, que l’on privera toujours du code source, se verraient toujours dans l’impossibilité d’utiliser ce programme en toute liberté. Ce programme pourrait même contenir une « bombe à retardement » conçue pour empêcher son fonctionnement au bout de cinq ans, auquel cas les exemplaires passés dans le « domaine public » ne fonctionneraient tout simplement pas.

Ainsi, la proposition du Parti Pirate donnerait aux développeurs de logiciels privateurs la jouissance du code source protégé par la GPL, après cinq ans, mais elle ne permettrait pas aux développeurs de logiciel libre d’utiliser du code propriétaire, ni après cinq ans, ni même cinquante. Le monde du Libre ne récolterait donc que les inconvénients et aucun avantage. La différence entre code source et code objet, ainsi que la pratique des CLUF, permettraient bel et bien au logiciel privateur de déroger à la règle générale du copyright de cinq ans, ce dont ne pourrait profiter le logiciel libre.

Nous nous servons aussi du copyright pour atténuer en partie le danger que représentent les brevets logiciels. Nous ne pouvons en protéger complètement nos programmes, nul programme n’est à l’abri des brevets logiciels dans un pays où ils sont autorisés, mais au moins nous empêchons qu’on les utilise pour rendre le programme non-libre. Le Parti Pirate propose d’abolir les brevets logiciels, et si cela se produisait, ce problème ne se poserait plus. Mais en attendant, nous ne devons pas perdre notre seul moyen de protection contre les brevets.

Aussitôt après que le Parti Pirate a annoncé ses propositions, les développeurs de logiciel libre ont décelé cet effet secondaire et proposé qu’on établisse une règle à part pour le logiciel libre : on allongerait la durée du copyright pour le logiciel libre, de sorte que l’on puisse le garder sous licence copyleft. Cette exception explicite accordée au logiciel libre contrebalancerait l’exception de fait dont bénéficierait le logiciel privateur. Dix ans devraient suffire, à mon sens. Toutefois, cette proposition s’est heurtée à une forte résistance des dirigeants du Parti Pirate, qui refusent de faire un cas particulier en allongeant la durée du copyright.

Je pourrais approuver une loi par laquelle le code source d’un logiciel placé sous licence GPL passerait dans le domaine public au bout de cinq ans, à condition que cette loi ait le même effet sur le code source des logiciels privateurs. Car le copyleft n’est qu’un moyen pour atteindre une fin (la liberté de l’utilisateur), et pas une fin en soi. En outre, j’aimerais autant ne pas me faire le chantre d’un copyright plus fort.

J’ai donc proposé que le programme du Parti Pirate exige que le code source des logiciels privateurs soit déposé en main tierce dès la publication des binaires. Ce code source serait ensuite placé dans le domaine public au bout de cinq ans. Au lieu d’accorder au logiciel libre une exception officielle à la règle des cinq ans de copyright, ce système éliminerait l’exception officieuse dont bénéficierait le logiciel privateur. D’un côté comme de l’autre, le résultat est équitable.

Un partisan du Parti Pirate a proposé une variante plus large de ma première suggestion : une règle générale selon laquelle le copyright serait allongé à mesure que l’on accorde plus de liberté au public dans l’utilisation du programme. Cette solution présente l’avantage d’insérer le logiciel libre dans un mouvement collectif de copyright à durée variable au lieu de n’en faire qu’une exception isolée.

Je préfèrerais la solution de la main tierce, mais l’une ou l’autre de ces méthodes éviterait un retour de flamme, particulièrement nuisible au logiciel libre. Il existe sans doute d’autres solutions. Quoi qu’il en soit, le Parti Pirate suédois devrait éviter d’infliger un handicap à un mouvement spécifique lorsqu’il se propose de défendre la population contre les géants prédateurs.

Notes

[1] Crédit photo : Mecredis (Creative Commons By)




National Portrait Gallery vs Wikipédia ou la prise en étau et en otage de la Culture ?

Cliff1066 - CC byTous ceux qui ont eu un jour à jouer les touristes à Londres ont pu remarquer l’extrême qualité et la totale… gratuité des grands musées nationaux. Rien de tel pour présenter son patrimoine et diffuser la culture au plus grand nombre. Notons qu’à chaque fois vous êtes accueilli à l’entrée par de grandes urnes qui vous invitent à faire un don, signifiant par là-même qu’ils ne sont plus gratuits si jamais vous décidez d’y mettre votre contribution.

Parmi ces musées on trouve le National Portrait Gallery qui « abrite les portraits d’importants personnages historiques britanniques, sélectionnés non en fonction de leurs auteurs mais de la notoriété de la personne représentée. La collection comprend des peintures, mais aussi des photographies, des caricatures, des dessins et des sculptures. » (source Wikipédia).

Or la prestigieuse galerie vient tout récemment de s’illustrer en tentant de s’opposer à la mise en ligne sur Wikipédia de plus de trois mille reproductions photographiques d’œuvres de son catalogue tombées dans le domaine public. Le National Portrait Gallery (ou NPG) estime en effet que ces clichés haute-résolution lui appartiennent et ont été téléchargés sans autorisation sur Wikimedia Commons, la médiathèque des projets Wikimédia dont fait partie la fameuse encyclopédie. Et la vénérable institution va même jusqu’à menacer d’une action en justice !

Il est donc question, une fois de plus, de propriété intellectuelle mais aussi et surtout en filigrane de gros sous. Personne ne conteste que le National Portrait Gallery ait engagé des dépenses pour numériser son fond et qu’elle ait besoin d’argent pour fonctionner. Mais n’est-il pas pour le moins choquant de voir un telle institution culturelle, largement financée par l’État, refuser ainsi un accès public à son contenu, sachant qu’elle et Wikipédia ne sont pas loin de poursuivre au final les même nobles objectifs ?

C’est ce que nous rappelle l’un des administrateurs de Wikipédia dans un billet, traduit ci-dessous par nos soins, issu du blog de la Wikimedia Foundation. Billet qui se termine ainsi : « Quoi qu’il en soit, il est difficile de prouver que l’exclusion de contenus tombés dans le domaine public d’une encyclopédie libre à but non lucratif, serve l’intérêt général. »

Remarque : L’illustration[1] choisie pour cet article représente le moment, en janvier dernier, où le célèbre portrait d’Obama réalisé par l’artiste Shepard Fairey entre au National Portrait Gallery, non pas de Londres mais de Washington. Ce portrait a lui aussi fait l’objet d’une forte polémique puisqu’il s’est directement inspiré d’une image d’un photographe travaillant pour l’Association Press qui a elle aussi tenté de faire valoir ses droits (pour en savoir plus… Wikipédia bien sûr). Décidément on ne s’en sort pas ! Heureusement que le portrait s’appelle « Hope »…

Protection du domaine public et partage de notre héritage culturel

Protecting the public domain and sharing our cultural heritage

Erik Moeller – 16 juillet 2009 – Wikimedia Blog
(Traduction Framalang : Claude le Paih)

La semaine dernière, le National Portrait Gallery de Londres, Royaume Uni, a envoyé une lettre menaçante à un bénévole de Wikimédia concernant la mise en ligne de peintures du domaine public vers le dépôt de Wikimédia : Wikimédia Commons.

Le fait qu’une institution financée publiquement envoie une lettre de menace à un bénévole travaillant à l’amélioration d’une encyclopédie sans but lucratif, peut vous paraitre étrange. Après tout, la National Portrait Gallery fut fondée en 1856, avec l’intention déclarée d’utiliser des portraits « afin de promouvoir l’appréciation et la compréhension des hommes et femmes ayant fait, ou faisant, l’histoire et la culture britannique » (source) Il parait évident qu’un organisme public et une communauté de volontaires promouvant l’accès libre à l’éducation et la culture devraient être alliés plutôt qu’adversaires.

Cela parait particulièrement étrange dans le contexte des nombreux partenariats réussis entre la communauté Wikimédia et d’autres galeries, bibliothèques, archives et musées. Par exemple, deux archives allemandes, la Bundesarchiv et la Deutsche Fotothek, ont offert ensemble 350 000 images protégées par copyright sous une licence libre à Wikimédia Commons, le dépôt multimédia de la Fondation Wikimédia.

Ces donations photographiques furent le résultat heureux de négociations intelligentes entre Mathias Schindler, un bénévole de Wikimédia, et les représentants des archives. (Information sur la donation de la Bundearchiv ; Information sur la donation de la Fotothek).

Tout le monde est alors gagnant. Wikimédia aida les archives en travaillant à identifier les erreurs dans les descriptions des images offertes et en associant les sujets des photographies aux standards des métadatas. Wikipédia a contribué à faire mieux connaître ces archives. De même, les quelques trois cent millions de visiteurs mensuels de Wikipédia se sont vus offrir un accès libre à d’extraordinaires photographies de valeur historique, qu’ils n’auraient jamais pu voir autrement.

Autres exemples :

  • Au cours des derniers mois, des bénévoles de Wikimédia ont travaillé avec des institutions culturelles des États-Unis, du Royaume-Uni et des Pays-Bas afin de prendre des milliers de photographies de peintures et d’objets pour Wikimédia Commons. Ce projet est appelé « Wikipédia aime les arts ». Une nouvelle fois, tout le monde y gagne : les musées et galeries s’assurent une meilleure exposition de leur catalogue, Wikipédia améliore son service, et les gens du monde entier peuvent voir des trésors culturels auxquels ils n’auraient pas eu accès sinon. (voir la page anglaise de Wikipédia du projet et le portail néerlandais du projet).
  • Des bénévoles de Wikimédia travaillent individuellement, avec des musées et des archives, à la restauration numérique de vieilles images en enlevant des marques telles que taches ou rayures. Ce travail est minutieux et difficile mais le résultat est formidable : l’œuvre retrouve son éclat originel et une valeur informative pleinement restaurée. Le public peut de nouveau l’apprécier (le travail de restauration est coordonné grâce à la page « Potential restorations » et plusieurs exemples de restaurations peuvent être trouvés parmi les images de qualité de Wikimédia).

Trois bénévoles de Wikimédia ont résumé ces possibilités dans une lettre ouverte : Travailler avec, et non pas contre, les institutions culturelles. Les 6 et 7 Août, Wikimédia Australie organise une manifestation afin d’explorer les différents modèles de partenariats avec les galeries, bibliothèques, archives et musées (GLAM : Galleries, Libraries, Archives and Museums).

Pourquoi des bénévoles donnent-ils de leur temps à la photographie d’art, à la négociation de partenariat avec des institutions culturelles, à ce travail minutieux de restauration ? Parce que les volontaires de Wikipédia veulent rendre l’information (y compris des images d’importance informative et historique) librement disponible au monde entier. Les institutions culturelles ne devraient pas condamner les bénévoles de Wikimédia : elles devraient joindre leurs forces et participer à cette une mission.

Nous pensons qu’il existe pour Wikipédia de nombreuses et merveilleuses possibilités de collaborations avec les institutions culturelles afin d’éduquer, informer, éclairer et partager notre héritage culturel. Si vous souhaitez vous impliquer dans la discussion, nous vous invitons à rejoindre la liste de diffusion de Wikimédia Commons : la liste est lue par de nombreux bénévoles de Wikimédia, quelques volontaires liés aux comités de Wikimédias ainsi que des membres de la Fondation. Sinon, s’il existe un comité dans votre pays, vous pourriez vous mettre en contact directement avec eux. Vous pouvez également contacter directement la Wikimedia Foundation. N’hésitez pas à m’envoyer vos premières réflexions à erik(at)wikimedia(dot)org, je vous connecterai d’une manière appropriée.

La NPG (National Portrait Galery) est furieuse qu’un volontaire de Wikimédia ait mis en ligne sur Wikimédia Commons des photographies de peintures du domaine public lui appartenant. Au départ, la NPG a envoyé des lettres menaçantes à la Wikimedia Foundation, nous demandant de « détruire toutes les images » (contrairement aux déclarations publiques, ces lettres n’évoquaient pas un possible compromis. La NPG confond peut être sa correspondance et un échange de lettre en 2006 avec un bénévole de Wikimédia, (que l’utilisateur publie ici). La position de la NPG semble être que l’utilisateur a violé les lois sur le droit d’auteur en publiant ces images.

La NPG et Wikimédia s’accordent toutes deux sur le fait que les peintures représentées sur ces images sont dans le domaine public : beaucoup de ces portraits sont vieux de plusieurs centaines d’années, tous hors du droit d’auteur. Quoiqu’il en soit, la NPG prétend détenir un droit sur la reproduction de ces images (tout en contrôlant l’accès aux objets physiques). Autrement dit, la NPG pense que la reproduction fidèle d’une peinture appartenant au domaine public, sans ajout particulier, lui donne un nouveau droit complet sur la copie numérique, créant l’opportunité d’une valorisation monétaire de cette copie numérique pour plusieurs décennies. Pour ainsi dire, La NPG s’assure dans les faits le contrôle total de ces peintures du domaine public.

La Wikimedia Foundation n’a aucune raison de croire que l’utilisateur en question ait transgressé une loi applicable, et nous étudions les manières de l’aider au cas ou la NPG persisterait dans ses injonctions. Nous sommes ouvert à un compromis au sujet de ces images précises, mais il est peu probable que notre position sur le statut légal de ces images change. Notre position est partagée par des experts juridiques et par de nombreux membres de la communauté des galeries, bibliothèques, archives et musées. En 2003, Peter Hirtle, cinquante-huitième président de la Society of American Archivists (NdT : Société des Archivistes Américains), écrivit :

« La conclusion que nous devons en tirer est inéluctable. Les tentatives de monopolisation de notre patrimoine et d’exploitation commerciale de nos biens physiques appartenant au domaine public ne devraient pas réussir. De tels essais se moquent de l’équilibre des droits d’auteur entre les intérêts du créateur et du public. » (source)

Dans la communauté GLAM internationale, certains ont choisi l’approche opposée, et sont même allés plus loin en proposant que les institutions GLAM utilisent le marquage numérique et autres technologies de DRM (Digital Restrictions Management) afin de protéger leurs supposés droits sur des objets du domaine public et ainsi renforcer ces droits d’une manière agressive.

La Wikimedia Foundation comprend les contraintes budgétaires des institutions culturelles ayant pour but de préserver et maintenir leurs services au public. Mais si ces contraintes aboutissent à cadenasser et limiter sévèrement l’accès à leur contenu au lieu d’en favoriser la mise à disposition au plus grand nombre, cela nous amène à contester la mission de ces institutions éducatives. Quoi qu’il en soit, il est difficile de prouver que l’exclusion de contenus tombés dans le domaine public d’une encyclopédie libre à but non lucratif, serve l’intérêt général.

Erik Moeller
Deputy Director, Wikimedia Foundation

Notes

[1] Crédit photo : Cliff1066 (Creative Commons By)




Quand Google Adsense et logiciel libre ne font pas bon ménage

Google Adsense - OpenOffice.orgDifficile de dénoncer une situation dont nous sommes nous-mêmes complices. C’est pourtant ce que nous vous proposons de faire aujourd’hui avec cette petite enquête empirique abordant la question de la publicité contextuelle et du logiciel libre.

De quoi s’agit-il exactement ? Un bon exemple sera plus parlant (d’autant que c’est justement cet exemple qui a motivé la rédaction de ce billet).

L’exemple « OpenOffice.org »

Désactivons l’extension Firefox Adblock Plus et entrons « OpenOffice.org » dans Google.fr. Le résultat sera variable mais il risque fort de ressembler à ce qui m’est apparu sous les yeux ce 22 juillet 2009 (cf copie d’écran ci-dessus).

On retrouve bien ce qui était attendu : site officiel en tout premier lieu, sites de téléchargement connus (01net, Clubic), Wikipédia et… Framasoft 😉

Sauf que ces résultats attendus sont complètement encerclés par des résultats qu’on attendait moins !

Google Adsense - OpenOffice.org

Deux liens commerciaux en haut et quatre liens commerciaux à droite sont donc également proposés (dont les titres, présentations et noms de domaine sont évocateurs). Je me souviens du temps où ces liens renvoyaient plutôt vers le « concurrent » Microsoft Office mais là c’est une toute autre histoire.

J’en ai pris un au hasard, en l’occurrence « Open Office Gratuit ». Je clique une fois et je me trouve sur une page décrivant le logiciel. Pas de « qui sommes-nous », « contact » ou « mentions légales », il n’y aucun autre lien cliquable que celui du téléchargement. Je clique donc dessus et me voici devant cette invitation :

Google Adsense - OpenOffice.org

Je pense que vous avez saisi le problème. Des « petits malins » viennent se placer entre le logiciel et l’utilisateur pour taxer purement et simplement le téléchargement d’OpenOffice.org.

On remarquera à gauche, en petit et en gris peu visible, cette mention : « SMS 3€ – Appel 1,34€ + 0,34€ /min ». On remarquera également le mot « France », signifiant que le « service » est certainement également présent dans d’autres pays.

Je ne suis pas allé plus loin. Peut-être qu’un seul appel ne suffit pas. Peut-être aussi que la version d’OpenOffice.org qu’on me refourgue alors est une version altérée (pour ne pas dire vérolée) du logiciel. Je ne le saurais pas.

Je fais la moue. Mais peut-être n’ai-je pas eu de chance avec ce lien. J’en tente alors un autre (« Nouvel OpenOffice Gratuit »).

Et c’est exactement le même topo (code SMS, etc.). Sauf que cette fois-ci il y a une page « Informations légales » où l’on peut lire ceci :

Super Logiciel éditeur du site super-logiciel.com propose à ces clients via l’accès par SMS ou audiotel, de faciliter l’accès aux téléchargements libre de virus et spywares des logiciels libres, gratuits ou de démonstration proposés via une redirection sur les sites officiels après vérification par l’équipe de Super Logiciel.

Et c’est à peu près tout. Si ce qu’ils nous racontent est vrai, le téléchargement est bien issu du site officiel d’OpenOffice.org mais comme il est bien connu que les développeurs de logiciel libre s’amusent à cacher dans le code source de leurs programmes tout plein de virus et spywares, il est bon de vérifier que tel n’est pas le cas, ce qui vous coûtera (au moins) 3€. Difficile de faire plus hypocrite.

Je fais toujours la moue. Est-ce que tous ces liens utilisent la même technique du SMS à 3€ ? Et c’est parti pour un troisième lien (« Nouveau OpenOffice »).

Là encore un gros bouton « Téléchargement » m’accueille, et quand je clique dessus je ne suis plus redirigé mais, nouveauté, c’est directement un exécutable Windows (.exe) que l’on me propose de télécharger. La page offre une description du logiciel mais, comment dire, elle laisse un peu à désirer :

OpenOffice.org c’est une complète suite bureautique développée en bas de la logique collaboratrice du code ouvert, qui attend les besoins les plus importants du travail dans bureau.
Cet excellent logiciel est composé par un système de traitement de texte, un formulaire de calculs et un gérant des présentations par diapositives, un paquet de logiciels avec lequel OpenOffice.org est très compatible.

Le traduction automatique c’est bien mais ça n’est pas la perfection ! Tiens, il y a là aussi une page « Termes Juridiques ». Et très curieusement la qualité du français est alors plus que correcte cette fois-ci.

C’est long mais on y apprend des choses intéressantes. D’abord que le site appartient à VARULKO TRADING S.A. (évidemment inconnu au bataillon). Et puis aussi que « la demande ou le téléchargement de logiciels impliquent l’acceptation de ces Conditions d’utilisation ». Là aussi il y a du SMS à 3€ et comme il faut doubler l’opération, on doit donc a priori dépenser 6€ pour pouvoir installer OpenOffice.org.

Et puis plus loin :

Ainsi, l’utilisateur consent expressément à transmettre ses données. Celles-ci seront utilisées dans le but de lui envoyer des informations commerciales par tout moyen de communication, y compris par voie électronique ou télématique, concernant les produits et Services transmis par L’entreprise ou des entreprises de son Groupe.

L’utilisateur pourra exercer les droits d’accès, de rectification, d’annulation et d’opposition concernant ses données personnelles par le biais de l’envoi d’une communication écrite au siège social de L’entreprise sis à ADR Tower, 8th floor, Samuel Lewis Avenue and 58th Street, Obarrio Urbanization. Panama City Republic of Panama.

(…) L’entreprise ne garantit pas que les informations transmises à travers le Site Internet soient complètes et exactes.

(…) L’utilisateur s’engage à lire les Conditions d’utilisation à chaque fois qu’il accède au Site Internet ou au Service. De ce fait, l’accès au site et l’utilisation des Services par l’utilisateur impliqueront l’acceptation des modifications qui auraient été réalisées dans les Conditions d’utilisation ou le Site Internet.

Le coup de « l’entreprise qui ne garantit pas que les informations transmises à travers le site soient exactes », ça signifie qu’on peut vous raconter strictement n’importe quoi sans que vous ayez à vous en offusquer !

En tout cas, si je comprends bien l’exécutable de tout à l’heure doit se bloquer en phase d’installation pour vous demander là aussi un code SMS (sachant que vous venez de passer plusieurs bonnes minutes à télécharger puis à commencer l’installation). Et si vous n’êtes content vous n’avez plus qu’à prendre vos valises, direction le bureau des réclamations au… Panama !

La moue de tout à l’heure a laissé place à de la mauvaise humeur. Je dois en avoir le cœur net, allez un dernier lien pour la route (« OpenOffice » de eoRezo.com).

Tiens, encore une nouveauté, une déclaration à la CNIL en bas de page :

CNIL INFORMATIQUE ET LIBERTE : Les informations qui vous sont demandées sont indispensables pour la prise en compte de votre demande de fourniture des services EOREZO. En application de la loi n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée par la loi n°2004-801 du 6 août 2004, relative à l’informatique et aux libertés vous disposez du droit individuel d’accès et de rectification des informations qui vous concernent. En outre, en acceptant les Conditions générales et notamment son article 5 vous consentez à ce que ces informations puissent faire l’objet d’une exploitation commerciale, d’une communication à des tiers ou d’une cession, conformément à la réglementation applicable, sauf à ce que vous vous y opposiez formellement en écrivant à EOREZO, 14 rue de Lincoln 75008 PARIS.

De l’art de nous rassurer pour mieux nous arnaquer !

Comme pour les trois autres liens, il y a un omniprésent bouton « Télécharger Gratuitement ! ». Et au clic suivant vous vous trouvez devant ceci :

Google Adsense - OpenOffice.org

En plus de la demande de votre numéro de téléphone portable, il y a un cadre minuscule pour y lire les conditions d’utilisation. Or si vous copiez/collez ces conditions, vous allez vous rendre compte qu’elle peuvent remplir quatre pages entières aux caractères bien serrés ! (je n’ai pas résisté à vous la proposer en pièce-jointe ci-dessous). Amusez-vous donc à les lire convenablement dans ce cadre lilliputien !

Et comme pour le site précédent c’est du pur délire juridique se résumant à : vous êtes responsable de tout, nous ne sommes responsables de rien et nous pouvons tout faire de vos données tant que vous ne nous dites pas expressément par voie postale que vous ne nous autorisez pas à le faire.

Extraits (qui font peur) :

Les logiciels eoRezo et/ou tout logiciel de sociétés accessibles par l’intermédiaire d’eoRezo, sont fournis avec les composants EoEngine et Software Update. Ces modules sont nécessaires pour aboutir à l’installation des logiciels eoRezo et/ou de tout logiciel de sociétés tierces accessibles par l’intermédiaire d’eoRezo.

Les dits composants peuvent faire apparaître sur l’écran de l’utilisateur des messages publicitaires ou autre information de la part d’eoRezo ou de tiers (avec qui eoRezo a conclu les accords correspondants) dans le but d’expliquer les services proposés par eoRezo ainsi que le bon mode d’utilisation, ou tout autre service, promotions, offres commerciales susceptibles d’intéresser l’Utilisateur. Les composants restent actifs à tout moment afin de contrôler et d’assurer la fourniture du service eoRezo, et d’autres fonctions telles que celles décrites dans le présent paragraphe. L’utilisateur autorise l’accomplissement des actions des composants ainsi que l’affichage de messages publicitaires. (…) L’Utilisateur autorise les mises à jour et/ou les installations automatiques des logiciels eoRezo et de tout logiciel de sociétés tierces accessibles par l’intermédiaire d’eoRezo.

Les services proposés par eoRezo associés aux logiciels téléchargés, peuvent modifier les paramètres de votre navigateur WEB (bookmark, page d’accueil, onglet). Certains logiciels proposés par eoRezo peuvent modifier les paramètres de votre navigateur pour faciliter l’accès aux services de contenu et de recherche. Dans le menu du site www.eorezo.com, vous pouvez trouver la procédure permettant de désinstaller le service eoRezo.

La société EOREZO tranchera souverainement tout litige relatif à l’interprétation du présent règlement. Il ne sera répondu à aucune demande téléphonique concernant l’interprétation ou application du présent règlement.

Ici donc en plus d’installer leur version d’OpenOffice.org, vous allez vous retrouver avec une surcouche logicielle d’eoRezo qui ne fait pas dans la dentelle !

Il me reste encore deux liens à parcourir. Mais n’en jetez plus, j’abandonne. Je ne voudrais pas que ma mauvaise humeur se transforme en colère ou en déprime (ou les deux).

Il faut croire que cela marche en tout cas puisque au moins six de ces sites ont acheté le mot clé « OpenOffice.org » dans Google Adsense (la régie publicitaire de Google), pour justement le faire apparaitre quand un internaute tape cette occurrence dans le moteur de recherche.

Notons au passage que Google n’est pas seul en cause parce que Bing, le nouveau moteur de rechercher de Microsoft, propose également ces annonces lorsque l’on entre « OpenOffice.org ». Si nous insistons sur Google c’est parce qu’il domine et de loin le marché.

Google Adsense - OpenOffice.org

Des dommages collatéraux qui font potentiellement très mal

Mais résumons-nous.

Est-ce que tout ceci est bien moral ? Non, et plutôt deux fois qu’une !

Est-ce que tout ceci est bien légal ? En théorie oui, du moment que vous respectez la licence (les magazines vendent bien leur CD avec OpenOffice.org dessus après tout).

Ainsi le lien cité plus haut qui, d’après ses dires, ne faisait que rediriger vers les packs du site officiel du logiciel, ne semble pas hors-la-loi (quand bien même il se sucre au passage avec ses appel surtaxés pour ouvrir la vanne du téléchargement). Pour les autres j’en suis carrément moins persuadé mais il faudrait aller au bout du processus pour pouvoir l’affirmer à 100%.

Ce qui est certain ce qu’on en profite au passage pour capter vos données personnelles (à commencer pas votre numéro de téléphone). Mais cela peut être pire encore si un logiciel non désiré vient s’installer à votre insu ou, ce que je n’ai pu constater ici mais qui doit bien exister, si c’est la carte bancaire que l’on doit utiliser pour lever le blocage.

Admettons cependant (bien que j’en doute fortement) que tous ces liens restent dans le cadre de la légalité, sachant que les conditions d’utilisation ont été rédigées justement pour les absoudre de tout. Le problème est également ailleurs. Il est du côté de l’utilisateur et surtout du côté de l’image (de marque) du logiciel libre qui est susceptible d’en prendre alors un sacré coup.

Imaginez qu’un internaute « peu aguerri » ait entendu parler d’OpenOffice.org. « Installe-le et utilise-le en lieu et place de MS Office, c’est un logiciel libre, c’est différent du logiciel propriétaire, il a un petit supplément d’âme, etc. en plus il est d’excellente qualité et en plus il est téléchargeable gratuitement sur Internet », lui avait-on dit avec confiance et enthousiasme.

Que fait alors notre internaute peu aguerri une fois rentré chez lui ? Il s’en va taper « OpenOffice.org » dans Google bien sûr. Certains me diront qu’il faut être un peu « neuneu » sur les bords pour cliquer sans précautions sur les liens commerciaux de Google. Certes mais on peut faire remarquer que Google prend un malin plaisir à brouiller les cartes en proposant des liens commerciaux graphiquement assez proches des liens non commerciaux (même si effectivement ils sont bien indiqués comme tels). Et puis surtout c’est oublier qu’en matière d’Internet on a tous été un peu neuneu à nos débuts.

Donc notre internaute ne se méfie pas, clique… et se retrouve embarqué sur l’un des sites décrits précédemment, où il risque de se faire arnaquer dans les petites (quelques euros) ou les plus grandes largeurs (usage de ses données personnelles, surcouche désormais tapie dans les bas-fonds de l’ordinateur, etc.).

Quels que soient les conséquences de sa mésaventure, il risque fort de l’associer au logiciel libre quand bien même il finisse par comprendre de quoi il a été victime. Et c’est alors un bilan désastreux pour ceux, comme Framasoft, qui font la promotion du logiciel libre auprès d’un large public, puisqu’on avait au départ une personne assez curieuse et motivée pour faire une recherche Google sur un logiciel libre dont on lui avait loué pour la première fois l’existence.

Un Framasoft au bord de la crise de nerfs

Le problème c’est que Framasoft est mal placé pour jouer les donneurs de leçon puisque nous participons indirectement à ces arnaques ! Pire encore, nous gagnons de l’argent dessus !!!

En effet, nous utilisons le service Google Adsense sur le site phare qui abrite notre service phare, à savoir l’annuaire de logiciels libres, depuis le jour où nous nous sommes rendus compte que sans salarié(s) on ne s’en sortait plus (pour de plus amples explications). Or que se passe-t-il lorsque nous arrivons sur notre notice d’OpenOffice.org, je vous le donne en mille, on retrouve ces liens « frauduleux » :

Google Adsense - OpenOffice.org

Un affilié ne peut pas contrôler les publicités que va afficher Google sur son site. La seule chose qu’il nous est autorisé de faire est de dresser une liste noire de noms de domaine interdits. C’est ce que nous faisons (et la liste commence à être longue) mais il nous est impossible de suivre en temps réel la chose tant ces sites sont nombreux (témoignant de la vitalité de ce types d’arnaque).

Or si l’affichage des annonces rapportent des sous, le clic vers ces annonces rapportent beaucoup plus. Nous sommes donc en pleine schizophrénie : nous souhaitons sensibiliser au logiciel libre mais nous nous finançons pour partie « grâce » à ceux qui tombent dans le piège de ces arnaques via notre site, alors même que c’est ce public, très « grand public », que nous souhaitons toucher en priorité !!!

C’est une position intenable (et indéfendable) sur la durée.

Que peut-on faire ?

Pour ce qui concerne Framasoft en particulier, dans la mesure où le travail de notre salarié nous est indispensable, il nous faut trouver au plus vite d’autres sources de financement. C’est d’ailleurs aussi pour cela que nous avons lancé notre campagne de soutien. Et la somme atteinte aujourd’hui, bien qu’insuffisante, nous laisse assez optimiste car elle témoigne de l’attachement à ce que nous sommes et ce que nous faisons.

Pour ce qui concerne le logiciel libre en général, il convient d’informer (d’où la présence de ce billet), de rappeler l’existence d’outils masquant ces annonces (comme l’extension Firefox Adblock plus) ou appelant à s’en méfier (comme l’extension Firefox Web Of Trust), d’être toujours plus nombreux à migrer vers des OS libres, de tout faire pour que des solutions de types Ad Bard s’imposent, mais aussi peut-être de dénoncer ces sites à un quelconque organisme (à commencer par Google himself ?) si tant est qu’on puisse réellement y faire quelques chose et réussir à les interdire (sans oublier qu’en cette période Hadopi Loppsi, il convient de marcher sur des œufs avec la notion d’interdiction sur Internet).

Si la publicité affichée était réellement pertinente comme par exemple l’annonce d’une formation OpenOffice.org distillée par une SSLL, il n’y aurait pas de problème puisque l’on continuerait à promouvoir le logiciel libre en question. Mais ce jour est encore loin notamment parce que ces sociétés émergentes n’ont pas forcément le budget à mettre dans ces régies publicitaires.

N’oublions pas cependant qu’il ne s’agit que d’un seul exemple, celui d’un unique mot clé concernant l’un des plus célèbres logiciels libres en circulation. Retrouve-t-on les mêmes liens commerciaux à l’affut d’autres logiciels, non libres cette fois-ci, comme certains freewares ? Il semblerait bien que oui, mais même si l’arnaque est rigoureusement identique, l’effet est peut-être atténué parce que jamais ces logiciels gratuits n’ont osé parler d’éthique. Retrouve-t-on la même situation avec d’autres logiciels libres ? J’ai fait quelques tests rapides et a priori la réponse est provisoirement négative (sauf pour Gimp, cf ci-dessous).

Google Adsense - OpenOffice.org

Il n’empêche que « la menace plane » et que tout site de promotion du logiciel libre devrait aujourd’hui peser très attentivement le pour et le contre si jamais il envisage « la tentation Google », sachant donc que les conséquences peuvent aller à l’encontre même de ce que l’on souhaite défendre et diffuser.

Qui se sent morveux se mouche, et Framasoft a un gros rhume en ce moment.

Et place aux commentaires, où, masochistes que nous sommes, on vous aura vraiment donné le bâton pour se faire battre ! Mais ne tapez pas trop fort, si les manifestations de soutien se poursuivent, on devrait pouvoir annoncer la suppression de la pub Google en guise de prochain cadeau de Noël.