1

To understand and get started with PeerTube, check out the new Joinpeertube.org

2022 is definitely the year of our websites’ redesign: after the evolution of our services homepages, degooglisons-internet.org website and recently framasoft.org, it is now time for joinpeertube.org to get a makeover.

« Collectivise Internet / Convivialise Internet 🩆🩆 » Our new 3-year roadmap is funded by your donations.

You will find a short presentation of this roadmap on our Support Framasoft website.

âžĄïž Read all blogposts of this campaign (oct. – dĂ©c. 2022, mostly in French)

This website was launched on 28 February 2018 and redesigned once at the end of 2019. Its aim is to help those who have heard of PeerTube discover more about it and understand what it is. Indeed, it is not always easy for Internet users used to the web giants centralised video platforms to understand PeerTube specifics. The 2019 version of this website made possible to understand what PeerTube is for people with a good digital literacy. But we felt that was not always the case for a larger majority of Internet users.

In order to confirm this impression, we worked with the web agency La Coopérative des Internets, which conducted an audit of the website via user tests and suggested ways of improving it. The JoinPeerTube you are accessing today is the result of this collaborative work.

Let see what changed…

Less information, easier to understand

User testing revealed the homepage was too long and contained too much information, and that some informations were too technical. To give you an example, the tagline « free software to take back control of your videos » was not well understood. By using it, we assumed that people arriving on the website were familiar with the fact that software can provide online service (Software as a service mode). This is obviously not true for a large number of Internet users.

We have therefore simplified the wording: you will no longer find a mention of « software », PeerTube is now a tool that allows the creation of a video platform (and not an « instance », a term that only those in the know understood).

We have also simplified the texts so that they contain fewer explanations. This has greatly reduced the length of the homepage! And for those who would like to know more, we have added a section at the bottom of each page inviting you to consult the F.A.Q. (frequently asked questions). Very thorough and easy to use, the F.A.Q. is now directly accessible from the menu.

old and new JoinPeerTube homepages
On the left, the old JoinPeerTube homepage, on the right the new one.

A new menu to differentiate use cases

On this updated JoinPeerTube, new pages have been created, others have been deleted or modified. The aim of this restructuring is to provide more support for users in their specific use cases (e.g. not offering information about publishing content to someone who just wants to watch videos).

Old and new JoinPeerTube Menu
On the left, the old JoinPeerTube menu, on the right the new one.

 

The new homepage is now called What is PeerTube? because we have limited the information on it to the essentials. Useful for everyone, this page presents, in a few lines (and hopefully!), what PeerTube is. The section What do we find on PeerTube? encourages you to discover our own selection of quality content. By offering two different selections (one recommending PeerTube platforms, the other videos hosted on different platforms), we hope to provide a better understanding of the tool.

screenshot of the new section presenting our content selections (platforms and videos)
The new section presenting our content selections (platforms and videos)

The new Browse Content page allows you to search through the 600,000 videos and 1,000 platforms in the PeerTube network.This integrated search engine uses SepiaSearch, the search engine we have been maintaining since September 2020. The results are now displayed according to their type (among videos, channels and playlists), which is really convenient.

The Publish videos page is intended for video makers. After explaining in a few lines the interest of distributing your videos via PeerTube when you are a content creator, we present the two ways to join PeerTube:

  • by creating an account on an existing PeerTube platform
  • by creating your own PeerTube platform

screenshot section I'm getting started on PeerTube

The first proposal takes you to the Find a PeerTube Platform page which displays a list of platforms based on several criteria: profile type (the videomaker profile only offers platforms open to registration), topic(s), sensitive videos mode and language.

The second proposal takes you to the PeerTube technical documentation site where those with technical skills will find everything they need to start hosting their own PeerTube platform.

The PeerTube news page is still accessible from the menu. If you want to know about the features of the latest versions, and suscribe to the PeerTube newsletter, it is just one click away!

Expanding Contribution

As you know, PeerTube is a free-libre tool to which you can contribute in many ways. The PeerTube community is already very active, whether it be suggesting new features or improvements, submitting bug reports, creating plugins and themes, translating interfaces, improving documentation, creating tutorials, or responding to those who have difficulty using the tool.

By clicking on the Contribute orange button in the menu, you can discover three easy ways to contribute to the project.

screenshot page Contribute on JoinPeerTube

First way: suggest an idea or improvement on Let’s Improve PeerTube!, launched last July. We want to know what content creators, video-lovers and non-tech-savvy people miss from PeerTube or what changes/new experiences they would like to have. If you are not necessarily inspired, you can always vote for one of the 90+ ideas already posted. We’d like to take this opportunity to thank all the people who made these proposals and all those who voted.

Second way: participate in the funding of PeerTube. As you probably already know, PeerTube is a project financed by Framasoft, so funded by donations from our (mostly French and French-speaking) supporters. Framasoft is in charge of the financial management and the development of the project, among other things. The growing success of PeerTube means that we have to do more and more work to maintain and respond to the people who use it. Do you think we are going in the right direction? Then, if you have the desire and the means, we invite you to make a donation.

Third way: participate in PeerTube development. Whether you have programming skills or not, there will always be something to contribute. We have listed on a dedicated page how you can help. Don’t hesitate!

Making PeerTube easier to use

JoinPeerTube first versions highlighted how PeerTube is a great technical tool and allowed us to promote it to people with technical skills. Now that there are over 1000 PeerTube platforms, our new focus is to reach a wider, less digitally savvy audience to make it easy for them to understand what PeerTube is all about. We hope that this new version of the site will be useful and make PeerTube easier to use.

For those of you who are wondering where we are with PeerTube development, we remind you that a version 4.3 was released last September. You should also know that an RC (Release Candidate) version of V5 is now available. If all goes well, we will release the new major version of PeerTube within two or three weeks (time to fix the bugs that the RC will bring up). We will announce all the new features here very soon…

Framasoft donation bar on 2022 11 29th, at 54808€ over 200000

At the time of publishing, we are still missing 145 100 € to finance our yearly budget and make everything we want to do in 2023 happen. If you can (especially in these hard times) and if you want to, thanks for supporting our non-profit and our actions.

 🩆 Support Framasoft

Helpful links




Pour comprendre et commencer avec PeerTube, découvrez le nouveau Joinpeertube.org

L’annĂ©e 2022 est dĂ©cidĂ©ment celle des refontes de nos sites web : aprĂšs l’Ă©volution des pages d’accueil de nos services, de notre site degooglisons-internet.org et derniĂšrement de framasoft.org, c’est au site joinpeertube.org de se refaire une beautĂ©.

« Collectivisons Internet / Convivialisons Internet 🩆🩆 »

Les actions de notre nouvelle feuille de route étant financées par vos dons (défiscalisables à 66 %), vous pouvez en trouver un résumé complet sur le site Soutenir Framasoft.

âžĄïž Lire la sĂ©rie d’articles de cette campagne (oct. – dĂ©c. 2022)

Ce site, lancĂ© le 28 fĂ©vrier 2018 et dĂ©jĂ  refondu une premiĂšre fois fin 2019, a pour objectif de faire dĂ©couvrir et comprendre ce qu’est PeerTube Ă  toute personne qui en aurait entendu parler. Il n’est en effet pas toujours simple pour les internautes habituĂ©â‹…es aux plateformes de vidĂ©o centralisĂ©es des gĂ©ants du web de comprendre les spĂ©cificitĂ©s de PeerTube. Si la version 2019 de ce site permettait Ă  des personnes ayant un bon niveau de culture numĂ©rique de comprendre ce qu’est PeerTube, ce n’Ă©tait pas toujours le cas pour une majoritĂ© d’internautes.

Afin de confirmer cette impression, nous avons travaillĂ© avec l’agence web La CoopĂ©rative des Internets qui a rĂ©alisĂ© un audit du site via des tests utilisateur⋅ices et nous a suggĂ©rĂ© des pistes d’amĂ©lioration. Le JoinPeerTube auquel vous accĂ©dez aujourd’hui est le rĂ©sultat de ce travail en collaboration.

On vous explique ce qui a changé.

Des informations moins nombreuses et plus faciles Ă  comprendre

Les tests utilisateur⋅ices ont mis en Ă©vidence que la page d’accueil Ă©tait trop longue et qu’on y trouvait trop d’informations, dont certaines Ă©taient trop techniques. Pour vous donner un exemple, la phrase d’accroche « un logiciel libre pour reprendre le contrĂŽle de vos vidĂ©os » n’Ă©tait pas bien comprise. En l’utilisant, nous supposions que les personnes arrivant sur le site Ă©taient familiĂšres avec le fait qu’un logiciel peut fournir un service en ligne (mode Software as a service). Ce qui n’est Ă©videmment pas le cas d’un nombre important d’internautes.

Nous avons donc simplifiĂ© le vocabulaire utilisĂ© : vous ne trouverez plus mention de « logiciel », PeerTube est dĂ©sormais un outil qui permet la crĂ©ation d’une plateforme vidĂ©o (et pas d’une « instance », terme que seul⋅es les connaisseurs comprenaient).

Nous avons aussi simplifiĂ© les textes pour qu’ils contiennent moins d’explications. La longueur de la page d’accueil s’en voit grandement rĂ©duite ! Et pour celles et ceux qui souhaiteraient en savoir plus, nous avons ajoutĂ© en bas de chaque page une section incitant Ă  consulter la F.A.Q. (foire aux questions). Celle-ci est trĂšs complĂšte et facile d’utilisation et est dĂ©sormais directement accessible depuis le menu.

 

screenshot de l'ancienne et de la nouvelle page de JoinPeerTube
A gauche, l’ancienne page d’accueil de JoinPeerTube, Ă  droite la nouvelle.

Un nouveau menu pour différencier les usages

Sur ce nouveau JoinPeerTube, de nouvelles pages sont apparues, d’autres ont Ă©tĂ© supprimĂ©es ou modifiĂ©es. L’objectif de cette restructuration est d’accompagner davantage les internautes dans leurs usages spĂ©cifiques (par exemple, ne pas proposer des informations sur la publication de contenus Ă  une personne qui veut simplement regarder des vidĂ©os).

Screenshot de l'ancien et du nouveau menu de JoinPeerTube
A gauche, l’ancien menu de JoinPeerTube, Ă  droite le nouveau.

 

La nouvelle page d’accueil s’intitule dĂ©sormais C’est quoi PeerTube ? car nous avons limitĂ© Ă  l’essentiel les informations y apparaissant. Utile Ă  tout le monde, cette page permet, en quelques lignes, de comprendre ce qu’est PeerTube (enfin on l’espĂšre !). La section Qu’est-ce qu’on trouve sur PeerTube ? permet de dĂ©couvrir des contenus de qualitĂ© sĂ©lectionnĂ©s par nos soins. En proposant deux sĂ©lections diffĂ©rentes (l’une vous recommande des plateformes PeerTube, l’autre des vidĂ©os hĂ©bergĂ©es sur diffĂ©rentes plateformes), nous espĂ©rons permettre une meilleure comprĂ©hension de l’outil.

screenshot de la nouvelel section présentant nos sélections
La nouvelle section présentant nos sélections de contenus (plateformes et vidéos)

 

La nouvelle page Parcourir les contenus propose de chercher parmi les 600 000 vidéos et 1 000 plateformes du réseau PeerTube. Ce moteur de recherche intégré utilise SepiaSearch, le moteur de recherche que nous proposons depuis septembre 2020. Les résultats y sont désormais affichés en fonction de leur type (parmi vidéos, chaßnes et listes de lecture), ce qui est vraiment pratique.

La page Publier des vidĂ©os s’adresse aux vidĂ©astes. AprĂšs avoir expliquĂ© en quelques lignes l’intĂ©rĂȘt de diffuser ses vidĂ©os via PeerTube lorsqu’on est vidĂ©aste, on y explicite les deux maniĂšres de rejoindre PeerTube :

  • en crĂ©ant un compte sur une plateforme PeerTube
  • en crĂ©ant sa propre plateforme PeerTube.

screenshot de la section "Je me lance sur PeerTube"

La premiĂšre mĂ©thode vous dirige sur la page Trouver une plateforme PeerTube qui vous affiche une liste de plateformes en fonction de plusieurs critĂšres : type de profil (le profil vidĂ©aste ne propose que des plateformes ouvertes Ă  l’inscription), thĂ©matique(s), mode de traitement des vidĂ©os sensibles et langue.

La seconde mĂ©thode vous dirige vers le site de documentation technique de PeerTube (principalement en anglais) oĂč les personnes ayant des compĂ©tences techniques trouveront tous les Ă©lĂ©ments pour se lancer dans l’hĂ©bergement de leur propre plateforme PeerTube.

La page dĂ©diĂ©e aux actualitĂ©s de PeerTube est, elle, toujours accessible dans le menu. Si vous souhaitez connaĂźtre les fonctionnalitĂ©s offertes par les derniĂšres versions, c’est lĂ  qu’il faut cliquer !

DĂ©velopper la contribution

On le rappelle, PeerTube est un outil libre auquel vous pouvez contribuer de nombreuses maniĂšres. La communautĂ© de contribution autour de PeerTube est dĂ©jĂ  bien active, que ce soit pour suggĂ©rer de nouvelles fonctionnalitĂ©s ou amĂ©liorations, nous transmettre des rapports de bugs, crĂ©er des plugins et des thĂšmes, traduire les interfaces, amĂ©liorer la documentation, rĂ©aliser des tutoriels d’utilisation ou rĂ©pondre Ă  celles et ceux qui rencontrent des difficultĂ©s Ă  l’utilisation de l’outil.

En cliquant sur le beau bouton orange Contribuer situé dans le menu, on vous propose de découvrir trois maniÚres de contribuer facilement au projet :

screenshot de la section "Contribuer Ă  PeerTube"

PremiĂšre proposition : suggĂ©rer une fonctionnalitĂ© ou une amĂ©lioration de l’outil sur le site Let’s improve PeerTube! (en anglais), lancĂ© en juillet dernier. Nous avons besoin de savoir ce qui manque aux crĂ©ateurs de contenu, aux amateurs de vidĂ©o et aux personnes non-tech. Selon vous, quelles fonctionnalitĂ©s pourrions-nous dĂ©velopper pour rendre l’usage de PeerTube encore plus simple et agrĂ©able ? Si vous n’ĂȘtes pas forcĂ©ment inspirĂ©â‹…es, vous pouvez toujours voter pour l’une des 90 propositions dĂ©jĂ  postĂ©es. On en profite pour remercier toutes les personnes Ă  l’origine de ces propositions et toutes celles qui sont allĂ©es voter.

DeuxiĂšme proposition : participer au financement de PeerTube. Vous le savez sĂ»rement dĂ©jĂ , PeerTube est un projet financĂ© par Framasoft, donc par les dons des personnes qui nous soutiennent. Framasoft assure, entre autres, la gestion budgĂ©taire et le dĂ©veloppement du projet. Le succĂšs croissant de PeerTube implique un travail toujours plus important de maintenance et de rĂ©ponses aux personnes qui l’utilisent. Vous pensez que nous allons dans le bon sens ? Alors, si vous en avez l’envie et les moyens, nous vous invitons Ă  faire un don.

TroisiĂšme proposition : participer au dĂ©veloppement de PeerTube. Que vous ayez des compĂ©tences en programmation ou non, il y aura toujours de quoi faire pour contribuer. Nous avons listĂ© sur une page dĂ©diĂ©e (en anglais) comment vous pouvez nous aider. N’hĂ©sitez pas !

Faciliter l’utilisation de PeerTube

Les premiĂšres versions de JoinPeerTube mettaient en Ă©vidence en quoi PeerTube est un chouette outil technique et nous a permis de le valoriser auprĂšs des personnes ayant des profils techniques. Maintenant qu’il existe plus de 1000 plateformes PeerTube, notre nouveau cap est de toucher un public plus vaste, moins Ă  l’aise avec le numĂ©rique, afin de lui permettre de comprendre aisĂ©ment ce qu’est PeerTube. On espĂšre donc que cette nouvelle version du site vous sera utile et facilitera l’utilisation de PeerTube.

Pour celles et ceux d’entre vous qui se demanderaient oĂč on en est du cĂŽtĂ© du dĂ©veloppement de PeerTube, on vous rappelle qu’une version 4.3 est sortie en septembre dernier. Sachez aussi qu’une version RC (Release Candidate) de la V5 est dĂ©sormais disponible. Si tout va bien, nous publierons la nouvelle version majeure de PeerTube d’ici deux ou trois semaines (le temps de corriger les bugs que la RC va faire remonter). Nous vous annoncerons par ici toutes ses nouveautĂ©s trĂšs prochainement…

Barre de dons de Framasoft au 29 novembre 2022 à 54 808 € sur 200000€.

À l’heure oĂč nous publions ces lignes, nous estimons qu’il nous manque 145 100 € pour boucler notre budget annuel et nous lancer sereinement dans nos actions en 2023.

Si vous le pouvez (eh oui, en ce moment c’est particuliĂšrement compliquĂ©), et si vous le voulez, merci de soutenir les actions de notre association.

 🩆 Soutenir Framasoft

Ressources Ă  consulter




Libres bulles pour que décollent les contributions

Comme beaucoup d’associations libristes, nous recevons frĂ©quemment ce genre de demandes « je vous suis depuis longtemps et je voudrais contribuer un peu au Libre, comment commencer ? »

Pour y rĂ©pondre, ce qui n’est pas toujours facile, une dynamique Ă©quipe s’est constituĂ©e avec le soutien de Framasoft et a fondĂ© le projet Contribulle qui propose dĂ©jĂ  d’aiguiller chacun⋅e vers des contributions Ă  sa mesure. Pour comprendre comment ça marche et quel intĂ©rĂȘt vous avez Ă  les rejoindre, nous leur avons posĂ© des questions


« Bulles de savon » par Daniel_Hache, licence CC BY-ND 2.0

Bonjour la team Contribulle ! On vous a rencontrĂ©â‹…e⋅s sur l’archipel de Contributopia, mais pouvez-vous vous prĂ©senter, nous dire de quels horizons vous venez ?

– Hello, je suis llaq (ou lelibreauquotidien), je suis dans le logiciel libre depuis quelques annĂ©es depuis qu’un ami m’a offert un PC sous Linux (bon, quand j’Ă©tais sous Windows, j’utilisais dĂ©jĂ  des logiciels libres mais c’Ă©tait pas un argument rĂ©dhibitoire).

— Yo ! Oui on se baladait dans le coin, l’horizon qui se prĂ©sentait Ă  nous paraissait bien prometteur ! Je suis MĂ©lanie mais vous pouvez m’appeler mĂ©li, j’ai bientĂŽt 25 ans  et je viens du monde du design UX et UI. En explorant le numĂ©rique, j’ai pas mal gravitĂ© autour du Libre et mon mĂ©moire de master de l’annĂ©e derniĂšre m’a bien fait plonger dans ce sujet super passionnant ! Fun fact : je me demandais comment rendre le logiciel libre plus ouvert (!), pour mieux accueillir une diversitĂ© de contributions et il faut dire que votre campagne Contributopia m’a pas mal guidĂ©e hĂ©hĂ©. Le projet Contribulle a en partie Ă©mergĂ© Ă  cette pĂ©riode-lĂ  et je suis contente de le poursuivre, toujours en tant que designeuse UX/UI !

– Hello ! Je suis Maiwann, membre de Framasoft
 une petite asso que vous connaissez peut-ĂȘtre ? Et je suis designer.

Laissez-moi deviner : Contribulle, c’est un dispositif pour enfermer les contributeurs et contributrices d’un projet dans une bulle et alors quand ça monte ça Ă©clate et le projet explose ? Non, c’est pas ça ?

llaq : C’est presque ça. Contribulle est une plateforme qui permet de mettre en relation des projets aux besoins assez spĂ©cifiques avec des contributeur·rice·s intĂ©ressé·e·s, qu’iels soient dans le domaine technique ou non. Un des buts du site est d’ailleurs de permettre aux non-techniques de contribuer Ă  des projets libres et surtout de dĂ©montrer que la contribution, c’est pas seulement pour les codeur·se·s.

mĂ©li : Haha, ce nom a Ă©tĂ© votĂ© par jugement majoritaire ! Perso, j’imagine une bulle qui est amenĂ©e Ă  grossir grĂące aux contributions des personnes et qui sera tellement gĂ©ante qu’il sera impossible de la rater. Et peut-ĂȘtre qu’elle pourrait attirer d’autres contributions !

Maiwann : 
 Et moi j’imagine plein de petites bulles comme un nuage de bulles de savon quand on souffle dans le petit cercle ! Et elles s’envolent
 loin
 loiiiiiin ! Jusqu’Ă  ce qu’on en fasse une nouvelle fournĂ©e 🙂

« Bubbles » by bogenfreund, licence CC BY-SA 2.0

Ah mais c’est tout neuf cette plateforme ? Comment est venue l’idĂ©e de proposer ça ? Et d’ailleurs ça paraĂźt tellement utile qu’on se demande pourquoi ça n’existait pas avant.

mĂ©li : Pendant mon mĂ©moire, j’avais retenu qu’il Ă©tait compliquĂ© de s’y retrouver parmi tous les projets libres crĂ©Ă©s et qu’il Ă©tait encore plus difficile de savoir oĂč et comment contribuer au Libre, surtout en tant que non-dĂ©veloppeur·se. J’avais donc rapidement imaginĂ© un site qui recenserait des projets libres Ă  la recherche de compĂ©tences et qui permettrait d’attirer des contributeur·rice·s de tous horizons. Je ne savais pas s’il existait dĂ©jĂ  une plateforme de ce type dans laquelle je pourrais m’inscrire.
Quelques dĂ©ambulations plus tard, je suis tombĂ©e sur la restitution du fameux Ă©vĂ©nement coorganisĂ© par Framasoft et la Quadrature du Net « Fabulous Contribution Camp » de novembre 2017. J’y ai trouvĂ© une idĂ©e similaire au site que j’imaginais et je contacte donc Maiwann pour avoir des nouvelles sur l’Ă©volution de ce projet. On s’appelle en janvier 2020 (merci BigBlueButton) et il s’avĂšre que rien n’avait Ă©tĂ© mis en place et qu’il manquait un tremplin pour lancer le projet. C’est donc Ă  partir de lĂ  que ça a dĂ©collĂ©. Si la suite intĂ©resse : J’ai ensuite rĂ©alisĂ© une maquette de la plateforme, qui avait pour nom de code « Meetic du Libre ». J’ai pu la prĂ©senter au cours d’un Confinatelier en juin 2020 avec Maiwann. On avait pour objectifs de valider la pertinence du projet et ensuite de mobiliser des personnes qui souhaiteraient bien y contribuer. Les retours nous ont rassurĂ©â‹…e⋅s et on a pu monter un groupe de travail rapidement.

Cependant, avec l’Ă©tĂ© qui se profilait, le site Ă©tait juste dĂ©butant jusqu’Ă  ce que Maiwann nous relance fin octobre. Depuis novembre, l’Ă©quipe est un peu plus rĂ©duite : on est 2 designeuses, 1 dĂ©veloppeur front et 1 dĂ©veloppeur back et on s’organise des rendez-vous hebdomadaires pour avancer. Des personnes nous ont aussi aidĂ©â‹…e⋅s ponctuellement, que ce soit aux niveaux code, graphisme et design, on leur en est super reconnaissant·e·s ! GrĂące aux efforts et la bonne humeur de tou·te·s les contributeur·rices, on a pu mettre en ligne Contribulle en fĂ©vrier 2021, une grande fiertĂ© !

Est-ce qu’il faut s’inscrire avec ses coordonnĂ©es et tout ?

llaq : Pour les personnes qui crĂ©ent une demande de contribution, il n’est pas nĂ©cessaire de crĂ©er de compte. Il faut simplement renseigner une adresse email valide et un pseudo pour que les contributeur·rice·s qui le souhaitent puissent contacter la personne qui a crĂ©Ă© l’annonce.

Maiwann : On a fait en sorte d’ĂȘtre le plus minimalistes possibles dans le nombre d’infos demandĂ©es. Du coup, exit la crĂ©ation de compte pour ne pas se farcir un Ă©niĂšme identifiant-mot-de-passe ! En revanche, on demande un moyen de contact aux personnes qui recherchent des contributeurices, pour ĂȘtre sĂ»res qu’elles vont pouvoir s’adresser Ă  un humain !

Combien ça coûte ?

llaq : Rien. Plus sĂ©rieusement, dans le projet, nous sommes tou·te·s bĂ©nĂ©voles et les ressources techniques servant Ă  l’hĂ©bergement de contribulle.org nous ont gracieusement Ă©tĂ© offertes par notre partenaire Framasoft, donc aucun frais pour nous, aucune raison de faire payer la plateforme donc 🙂

mĂ©li : Dans la perspective de mettre en avant des projets qui participent Ă  l’Ă©mancipation individuelle et collective des individus et qui sont bien Ă©videmment respectueux de nos libertĂ©s, on ne souhaite pas faire payer pour poster une annonce. On veut inviter le plus grand nombre Ă  mettre la main Ă  la pĂąte donc on prĂ©fĂšre Ă©viter de poser des contraintes financiĂšres dĂšs le dĂ©part !

Maiwann : Ça a coĂ»tĂ© du temps et de l’Ă©nergie Ă  des gens compĂ©tents de se retrouver, de dĂ©cider d’une direction pour le projet, de faire des choix, de les maquetter / coder, + les frais d’hĂ©bergement. Et ça va coĂ»ter de l’Ă©nergie dans le futur pour faire vivre Contribulle, donc si vous en parlez le plus possible autour de vous, ça nous aidera beaucoup et ça contribuera Ă  faire vivre Contribulle !

Si j’ai un projet gĂ©nial mais que je ne sais rien faire du tout, je peux juste vous donner mon idĂ©e gĂ©niale et vous allez vous en charger et tout faire pour moi ?

mĂ©li : Mmmh Contribulle n’est pas un service de travail gratuit
 mais c’est chouette si tu as une bonne idĂ©e de projet, si tu sens qu’elle a du potentiel et qu’elle est valide


  • À quel(s) besoin(s) rĂ©pond-elle ?
  • Quelle est sa valeur ajoutĂ©e pour les futur·e·s utilisateur·rices ?
  • 



tu peux lister prĂ©cisĂ©ment les compĂ©tences requises. Contribulle a vocation de faciliter la comprĂ©hension de contributions auprĂšs des personnes qui veulent aider. C’est pour ça qu’il nous semble nĂ©cessaire dans le formulaire de demande de contribution de bien prĂ©senter le projet et de donner plus d’indications sur la contribution souhaitĂ©e. Un projet se doit d’ĂȘtre sĂ©rieux et conscient du temps et de l’effort qu’un·e contributeur·rice y consacrera.

logo du projet Contribulle : poignée de main sur fond de rond rouge
logo du projet Contribulle

Un point qu’il est important de mentionner est l’accueil des contributeur·rice·s au sein d’un projet. Il ne faut pas prendre l’aide d’une personne externe comme acquise et surtout la surexploiter parce que (friendly reminder) : on a nos vies et nos prioritĂ©s Ă  gĂ©rer.

Un projet doit mettre en place un dispositif pour faciliter l’accĂšs Ă  la contribution, que ce soit une page dĂ©diĂ©e, une conversation Ă©pistolaire, le format est libre et Ă  adapter selon les parties prenantes !
Attention cependant aux renvois directs vers les forges logicielles comme GitHub ou GitLab qui ne sont pas si accessibles pour les non-techniques. Peut-ĂȘtre qu’un tutorat personnalisĂ© peut s’envisager ?

Bref, soyons plus Ă  l’Ă©coute des contributeur·rice·s ! Et pour les contributeur·rice·s : Ă©coutez-vous et n’hĂ©sitez pas Ă  dire quand un truc vous gĂȘne, la communication fait tout.

Comment je vais savoir que d’autres sont intĂ©ressĂ©e⋅es par mon projet ou que ma contribution intĂ©resse d’autres ?

llaq : On n’a pas de messagerie intĂ©grĂ©e, tout se fait par le mail que vous avez indiquĂ© dans votre annonce.
Maiwann : comme ça, pas besoin de revenir sur la plateforme, ouf ! Vous postez et c’est rĂ©glĂ© !

Attention c’est le moment trollifĂšre : les projets sur lesquels on peut contribuer c’est du libre ou open source ou bien osef ?

llaq : Nous comptons justement implĂ©menter un bandeau qui s’affichera si le projet est libre ou pas (c’est-Ă -dire bĂ©nĂ©ficiant d’une licence libre) ! Mais sa place sur Contribulle va dĂ©pendre de l’Ă©quipe de modĂ©ration composĂ©e de 4 personnes pour l’instant.

méli : La valeur (politique) des projets publiés sera prise en compte. Parmi les questions à se poser : pour qui est le projet ? Participe-t-il au bien collectif ? Comment permettrait-il à tou·te·s les utilisateur·rices de disposer de leurs appareils ainsi que de leurs données personnelles ?

Maiwann : On voudrait que tous les projets soient sous licence libre, mais on est aussi conscient·es que tout le monde n’est pas forcĂ©ment au clair sur l’intĂ©rĂȘt que ça peut avoir, l’importance
 donc on se dit qu’on poussera les personnes Ă  s’y intĂ©resser Ă  l’aide du bandeau, mais sans les disqualifier forcĂ©ment d’entrĂ©e (et on verra ça au cas par cas !)

C’est Ă©valuĂ© comment et par qui, le « sĂ©rieux » ou la pertinence des projets et contributions ? Chacun⋅e s’autonomise et hop ?

llaq : Nous avons dĂ©cidĂ© de faire de la modĂ©ration Ă  posteriori. Ton annonce est directement publiĂ©e et visible par tout le monde mais si l’Ă©quipe de modĂ©ration estime que le projet n’a pas sa place sur Contribulle, il sera supprimĂ© de la plateforme.
Maiwann : et si c’est trop relou, on passera Ă  de la modĂ©ration a priori ! Et pour faire des choix, ça sera sans doute au doigt mouillĂ©, au « comment chacune le sent » et puis on verra sur le tas comment se structure l’Ă©quipe de modĂ©ration ! Pour l’instant, RAS 🙂

« bubbles » par Mycatkins, licence CC BY 2.0

Et donc si je veux contribuller au projet, je peux faire quoi ?

mĂ©li : Pour l’instant, nous faire des retours sur vos usages de Contribulle et la promouvoir autour de vous seraient de belles contributions ! On souhaite l’amĂ©liorer au mieux selon les besoins ressentis de chacun·e.
La question de rĂ©tribution n’a pas encore Ă©tĂ© abordĂ©e mais selon l’Ă©volution de la plateforme et des ressources mobilisĂ©es, des formes sont Ă  rĂ©flĂ©chir je pense. Qu’il s’agisse de don financier, d’un retour d’utilisateur·rice, ou autre.

Maiwann : Je pense que ce qui va ĂȘtre primordial ça va ĂȘtre de faire vivre Contribulle. Quelqu’un dit qu’il voudrait aider le Libre ? glissez lui un mot sur Contribulle. Quelqu’un vient Ă  un contrib’atelier ? N’oubliez pas de parler de Contribulle. Comme ça le projet vivra grĂące aux visites des contributeurices !

Ah mais il y a dĂ©jĂ  un paquet de demandes, ça fait un peu peur, je vois bien que je ne vais servir Ă  rien pour tous ces trucs de techies ! Au secours ! (Pour l’instant dans l’Ă©quipe c’est orientĂ© web dĂ©veloppement non) ?

mĂ©li : c’est 50/50 moitiĂ© dev et moitiĂ© design/conception. Oui, on a dĂ©passĂ© les 20 annonces depuis sa mise en ligne il y a un mois, c’est trop bien ! Et on cherche vraiment Ă  mettre en avant des contributions non-techniques parce que tu es super utile justement ! Prochainement tu pourras filtrer les annonces selon tes propres savoir-faire, en espĂ©rant qu’il y aura des demandes Ă  ce niveau-lĂ . En attendant, on te propose des contributions faciles. Tu seras renvoyé·e vers des sites sĂ©lectionnĂ©s par nos soins et auxquelles tu peux directement contribuer. Bonne contribution !

Maiwann : C’est tout Ă  fait ça, grĂące aux filtres tu vas pouvoir plus facilement mettre de cĂŽtĂ© les choses qui font peur !
Et si je regarde, il y a déjà quelques projets qui sont chouettes et que tu peux aider sans compétences techniques, par exemple :

* si tu t’intĂ©resses aux rĂ©seaux sociaux alternatifs mais que ça te fait peur : https://contribulle.org/projects/2
* si tu sais réaliser un logo : https://contribulle.org/projects/8
* si tu aimes faire de la relecture / rédiger des contenus : https://contribulle.org/projects/9
* si tu aimes faire de la traduction : https://contribulle.org/projects/20
* si tu aimes les jeux de société : https://contribulle.org/projects/29

Pour la suite, c’est Ă  vous de jouer !

et voici les liens utiles :




Marie-CĂ©cile Godwin :
« les usages prĂ©valent sur tout Â»

Un internaute nous dit :
J’ai Ă©tĂ© particuliĂšrement intĂ©ressĂ© par les propos de Marie CĂ©cile Godwin sur ses interactions avec les utilisateurs de PeerTube et les vidĂ©astes qui utilisent dĂ©jĂ  YouTube, ainsi que sur ses retours sur la communautĂ© du libre
 Dis, Framablog, tu nous ferais un entretien avec elle pour en parler plus longuement ?

CHICHE !


Salut Marie-CĂ©cile.

On t’a vue dans le clip sur les coulisses de PeerTube, mais peux-tu te prĂ©senter tout de mĂȘme ?

Mais avec grand plaisir ! Marie-CĂ©cile, 39 ans, amatrice de Rice Krispies et de tricot, designer UX quand il faut payer les factures. DiplĂŽmĂ©e de communication visuelle en 2004 (oui, ça date !), j’ai peu Ă  peu naviguĂ© vers la stratĂ©gie de conception et l’Ă©tude des usages, Ă  l’Ă©poque oĂč on ne parlait pas encore d’UX. Aujourd’hui, je passe la plupart de mon temps Ă  coller des post-it partout, Ă©couter des personnes me parler de leurs usages numĂ©riques et faire de mon mieux pour dĂ©construire les clichĂ©s sur le numĂ©rique des Ă©tudiant·es durant les cours que je donne. D’ailleurs, je leur propose rĂ©guliĂšrement de prendre les logiciels libres comme sujets d’Ă©tude !

DĂ©tournement de la photo officielle de Marie-CĂ©cile

 

Qu’est-ce que tu savais du logiciel libre et de la culture geek avant de nous rencontrer ?

Pas grand chose. J’utilisais certains d’entre eux, mais je n’avais pas encore fourrĂ© le nez dans la culture libre et ses valeurs. En bonne designer graphique, je capitulais devant le poids des grandes firmes et de leurs logiciels propriĂ©taires pour respecter la chaĂźne de production tout autour de moi. Puis, avec l’arrivĂ©e des plateformes sociales et la dĂ©couverte des enjeux liĂ©s, entre autres, Ă  l’AnthropocĂšne, j’ai enfin pu dĂ©construire mes prĂ©conceptions au sujet des libertĂ©s individuelles, et de ce que nous pouvons faire pour nous prĂ©munir de leur destruction. Pour ce qui est des logiciels propriĂ©taires, j’ai rĂ©cemment dĂ©cidĂ© de passer Ă  la suite Affinity Serif  qui n’est pas libre, mais qui propose leurs logiciels Ă  prix fixe, une raretĂ© dans l’industrie oĂč il ne reste que des programmes « cloud » Ă  abonnement.

Est-ce que tu avais une vision réaliste des vidéastes qui publient sur le web, ou est-ce que tu as eu des surprises en bossant sur PeerTube ?

TrĂšs peu consommatrice de contenus vidĂ©os, je n’ai pas bien suivi le phĂ©nomĂšne de l’explosion des vidĂ©astes. Certainement dĂ» Ă  mon grand Ăąge, en tout cas sur l’Ă©chelle du Web 😀

Du coup, pas tellement de surprises en dĂ©couvrant l’univers gravitant autour de Peertube, mais de belles rencontres, notamment au fil des entretiens menĂ©s pour dĂ©couvrir les usages de chacune et chacun.

 

Tu dis que tu es designer, en quoi ça consiste ?

Ah ça, c’est LA question piĂšge Ă  chaque fois qu’on me demande ce que je fais. Il y a des clichĂ©s trĂšs persistants sur le design, qui est vu comme la discipline de l’apparence et du beau. Si je devais revenir aux fondements de ma pratique, je suis la personne chargĂ©e de (re)cadrer le besoin initial, d’analyser le contexte et le terrain, puis de prendre toute la complexitĂ© recueillie, l’ordonner et lui donner LA forme qui conviendra.

Que ce soit du travail de graphisme (UI) pour adapter une identitĂ© graphique Ă  un wireframe, ou du travail de conception dudit wireframe, ou encore la crĂ©ation d’un « service blueprint » (un plan technique d’un service ou d’une organisation destinĂ© Ă  faciliter l’identification des problĂšmes ou des frictions) d’aprĂšs des donnĂ©es de terrain ou d’entretiens, tout part des mĂȘmes mĂ©thodes : cadrer, analyser, ordonner puis choisir la forme de restitution qui conviendra.

Ce processus est Ă  la base de tout, c’est ce qui s’appelle la « pensĂ©e design », et qui fait les beaux jours des cabinets de consulting sous le trĂšs Ă  la mode « design thinking« . Mais qu’on appelle ça « design thinking« , « UX design » ou un quelconque nĂ©ologisme bullshit, cela m’importe peu. Je me dis souvent « UX designer » ou « UX researcher » parce que ce sont des termes qui sont maintenant entrĂ©s dans le langage commun et qui ont un vague sens pour les personnes Ă  qui je le dis. Mais au final, je suis bien « conceptrice » un peu comme je pourrais ĂȘtre « ingĂ©nieure ». C’est une façon de penser, rĂ©flĂ©chir et faire les choses, puis de leur donner la juste apparence en fonction de tous ces paramĂštres. J’assiste la conception de systĂšmes et de services.

Est-ce que tu as changé de façon de « faire du design » au cours de ta vie professionnelle ?

Ouh lĂ  lĂ  oui ! À l’Ă©poque oĂč j’ai fait mes Ă©tudes (le tout dĂ©but du siĂšcle !), le monde Ă©tait radicalement diffĂ©rent et les inĂ©galitĂ©s et oppressions systĂ©miques amplifiĂ©es par le numĂ©rique Ă©taient beaucoup moins saillantes qu’aujourd’hui. Mon propre privilĂšge m’Ă©tait Ă©galement invisible.

je me suis frottée au capitalisme de surveillance

Je me contentais de faire ce que l’on m’avait appris : obĂ©ir aux exigences d’un⋅e client·e et faire de mon mieux pour contribuer Ă  atteindre ses objectifs, la plupart du temps ceux-ci Ă©tant rĂ©sumables Ă  « vendre plus de trucs ». Depuis, je me suis frottĂ©e au capitalisme de surveillance, Ă  la surconsommation, au dĂ©rĂšglement climatique, aux oppressions systĂ©miques et j’ai dĂ©couvert que le design et les designers Ă©taient loin d’ĂȘtre innocentes dans tout ça. Il m’a fallu du temps, mais aujourd’hui j’essaie de faire de mon mieux pour parler de ces aspects et les appliquer au quotidien dans ma maniĂšre de travailler et les personnes avec qui je travaille.

Pourquoi as-tu acceptĂ© de contribuer Ă  Framasoft (On n’en revient toujours pas qu’une pointure comme toi accepte de nous aider) ?

Une « pointure » ? mais non enfin 😀

HĂ© bien justement, pour toutes les raisons susmentionnĂ©es. Il n’est pas possible de lutter individuellement contre des choses aussi complexes et insidieuses que le dĂ©rĂšglement climatique et le capitalisme de surveillance. Par contre, on peut faire plein de petits choix conscients qui feront avancer petit Ă  petit les choses. Collaborer avec Framasoft, que ce soit via des prestations rĂ©munĂ©rĂ©es ou du bĂ©nĂ©volat, me permet d’avoir la sensation de faire une petite part du travail Ă  accomplir pour que le monde soit un poil moins pourri chaque jour.

Aussi, parce que Framasoft est blindĂ©e de personnes formidables que j’aime beaucoup cĂŽtoyer (toujours Ă  2 mĂštres de distance et avec un masque :P) et que j’apprends Ă©normĂ©ment Ă  leurs cĂŽtĂ©s.

Quand tu as commencĂ© Ă  regarder ce qui n’allait pas en termes d’UX / UI chez Framasoft, qu’est-ce qui t’a choquĂ©e le plus ?

Le mot « choquĂ©e » est un peu fort. 😛

Ce qui me donne le plus de fil Ă  retordre, c’est tout le travail de « change management« , pour employer un terme trĂšs startup nation. Le modĂšle mental des designers est radicalement diffĂ©rent, dans la maniĂšre d’aborder la conception d’un outil, par exemple d’un logiciel. Nous n’allons pas nous appuyer sur nos propres perceptions pour prendre des dĂ©cisions, mais nous allons d’abord Ă©tudier le contexte, aller voir des personnes qui ont le mĂȘme besoin, et essayer de trouver un modĂšle de conception qui serve le plus de monde possible.

Ce travail, s’il n’est pas fait en amont, pose deux problĂšmes : l’outil une fois conçu ne va pas « parler » aux personnes qu’il est censĂ© aider. Par exemple, le vocabulaire verbal ou visuel de l’interface induira les personnes qui l’utilisent en erreur, soit parce qu’il est trop technique ou qu’il n’emploie pas les bonnes mĂ©taphores visuelles. Le deuxiĂšme problĂšme, plus structurel, se traduit dans la maniĂšre dont le projet est menĂ© et conçu. Si vous avez passĂ© votre vie Ă  concevoir des programmes, qu’ils vous conviennent bien, et qu’en plus personne n’a jamais vraiment rĂąlĂ©, vous n’allez pas avoir besoin de vous remettre en question. Comme je le raconte souvent quand je parle de conception / design dans le libre, en tant qu’UX designer j’arrive avec un constat inconfortable : « ton logiciel ne prend pas le problĂšme dans le bon sens… ». Si on s’arrĂȘte lĂ , c’est sĂ»r que ça donne l’impression qu’on va tout pĂ©ter Ă  coups de masse et que tout le boulot fait jusqu’Ă  prĂ©sent est Ă  jeter aux oubliettes. La suite du constat est plus cool : « …mais c’est pas grave, on va trouver ensemble des maniĂšres de le faire Ă©voluer pour qu’il parle Ă  davantage de gens ».

Comment s’est dĂ©roulĂ© ton travail sur PeerTube ?

À la diffĂ©rence de Mobilizon, oĂč le projet commençait Ă  peine et oĂč la team Frama m’a intĂ©grĂ©e tout de suite, PeerTube a dĂ©jĂ  tout un existant avec lequel j’ai dĂ» me familiariser : l’histoire du projet, de son concepteur, les Ă©volutions, les contributions, les dynamiques autour du projet. J’Ă©tais dans mes petits souliers au dĂ©but ! Ce n’est pas facile de dĂ©barquer comme une fleur avec un Ɠil de designer, souvent notre travail est perçu comme l’arrivĂ©e d’un chien dans un jeu de quilles, un peu Ă  la « c’est moche, on refait tout ». Il est important de prendre en compte l’histoire du projet et tout le bagage Ă©motionnel qui va avec. On a commencĂ© doucement avec une premiĂšre phase oĂč j’ai fait l’Ă©ponge en posant des questions Ă  l’Ă©quipe et Ă  Chocobozzz, puis oĂč j’ai menĂ© des entretiens pour nous faire une meilleure idĂ©e de ce que les utilisatrices et utilisateurs de PeerTube en faisaient et ce dont elles et ils avaient besoin. J’ai rĂ©alisĂ© en tout une quinzaine d’entretiens, desquels sont sortis non seulement plein d’idĂ©es d’amĂ©liorations Ă  trĂšs court terme, mais aussi de quoi nourrir des orientations stratĂ©giques sur le temps long.

Ce qui m’intĂ©resse beaucoup dans ce projet, c’est d’accompagner Chocobozzz dans les futures Ă©volutions du logiciel en lui apportant la facette « UX ». Outre des petites choses simples comme l’aider Ă  justifier des dĂ©cisions ergonomiques ou graphiques grĂące aux heuristiques de design graphique ou d’utilisabilitĂ©, on essaie de bien cadrer les problĂšmes identifiĂ©s, de se faire une bonne idĂ©e des usages qui vont autour et de prendre les dĂ©cisions qui y correspondent.

La grande satisfaction jusqu’Ă  prĂ©sent, c’est de sentir que je suis utile et que mon travail ne gĂ©nĂšre pas de dĂ©fiance dans l’Ă©quipe. Chocobozzz m’a dit que ça lui faisait du bien de bosser avec une designer, lui qui a Ă©tĂ© bien seul sur l’immense majoritĂ© de son projet et qui a dĂ» faire des choix ergonomiques sans rĂ©ellement savoir si c’Ă©tait la bonne voie ou pas.

 

les libristes, c’est comme un bol de M&M’s

 

Qu’est-ce que tu trouves de gĂ©nial et qu’est-ce que tu trouves de dĂ©testable dans la communautĂ© du Libre ?

Ce qui est absolument gĂ©nial, ce sont ces valeurs partagĂ©es et cette ouverture vers des alternatives. La radicalitĂ© politique de la communautĂ© est trĂšs apprĂ©ciable. Pour s’intĂ©resser au libre, il faut avoir fait un chemin individuel qui implique forcĂ©ment de la rĂ©flexion, une prise de recul sur l’existant, et l’audace de s’orienter vers quelque chose de diffĂ©rent de la norme.

Pour ce qui est « dĂ©testable », je ne sais pas si le mot est juste, mais j’ai eu Ă  me frotter Ă  un cactus bien piquant, celui qui dĂ©coule du modĂšle mental dominant dans le libre : celui du dĂ©veloppeur / ingĂ©nieur (homme cis hĂ©tĂ©rosexuel, Ă©duquĂ©, trĂšs souvent valide et entourĂ© de gens qui lui ressemblent bien trop (ce ne sont que des faits dĂ©mographiques, pas un jugement)) dans son armure de certitudes. ConcrĂštement, je me suis fait empailler un nombre incalculable de fois, notamment sur Mastodon que j’ai laissĂ© tomber pour cette raison, parce que j’avais eu l’audace d’utiliser une solution non-libre tout en osant travailler avec Frama. Il existe deux problĂšmes Ă  mon sens : le premier relĂšve de l’allĂ©geance au libre qui est souvent interprĂ©tĂ©e en dĂ©calage avec la rĂ©alitĂ© des choses (l’existence d’intercompatibilitĂ© entre des solutions ou pas, le monde du travail, les habitudes, les possibilitĂ©s financiĂšres, physiques, cognitives de chacun·e). RĂ©sultat, je suis une « vendue » si un jour j’ai osĂ© publier un lien vers un Google Doc. Sauf que la petite asso sans moyen Ă  qui je file un coup de main n’a pas vraiment eu d’autre choix que de se rabattre sur cette solution, pour des raisons qui sont les siennes et que je ne dois pas me permettre de critiquer (les usages prĂ©valent sur tout, c’est la rĂ©alitĂ©, mĂȘme si on aimerait parfois que ce soit diffĂ©rent).

Le deuxiĂšme problĂšme est fait d’un mĂ©lange de patriarcat bien ancrĂ© dans l’informatique mixĂ© au manque quasi-total d’occasions de se remettre en question dont souffrent nombre de personnages dans le libre. Je ne suis pas en train de critiquer des individus, ce serait trop simple et cela effacerait l’aspect systĂ©mique du problĂšme. En pratique, cela se traduit en discussions unilatĂ©rales oĂč mon interlocuteur est en incapacitĂ© d’imaginer que je puisse avoir une autre perception et une autre expĂ©rience de la vie que lui, encore moins de reconnaĂźtre ses torts. Une fois entrevue la possibilitĂ© que je puisse lui mettre le nez dans son Ă©tron, il va redoubler d’effort car mieux vaut se dĂ©fendre que d’avouer ses erreurs. Il y a aussi cette insupportable certitude qu’on est dans la vĂ©ritĂ© et que toute personne qui fait autrement a fonciĂšrement tort. Une des consĂ©quences c’est l’infini tsunami de conseils non sollicitĂ©s que moi et mes consƓurs nous prenons dans la courge quand on ose Ă©mettre la moindre critique de quoi que ce soit sur Internet. Je n’ai pas l’Ă©nergie de gĂ©rer les egos de ceux qui viennent m’apprendre la vie, alors qu’en faisant l’effort de lire ma bio ou de consacrer quelques secondes Ă  se renseigner sur ce que je publie, ils se seraient vite rendu compte que leur intervention Ă©tait au mieux inutile, au pire franchement toxique.

Du coup, les libristes, c’est comme un bol de M&M’s. On te dit qu’au milieu du bol, y’en a 2 ou 3 qui sont toxiques du genre mortel, mais qu’on ne sait pas lesquels. Je souhaite bon courage Ă  la personne qui osera en manger. Cela peut expliquer que je perde patience et qu’il m’arrive de bloquer allĂšgrement, ou d’envoyer de bons vieux mĂšmes fĂ©ministes pour clore une discussion non sollicitĂ©e.

 

Extrait d’une vidĂ©o. On est encore tombĂ© sur une hyperactive.

 

Es-tu une louve solitaire du design et de l’expĂ©rience utilisateur dans le monde du libre, ou bien y a-t-il une communautĂ© de UI/UX designers qui ont une affinitĂ© avec le libre ?

De plus en plus de consƓurs et confrĂšres s’intĂ©ressent au libre. Maiwann a commencĂ© bien avant moi ! Je suis loin d’avoir le monopole. Il y a encore un fossĂ© qui nous empĂȘche, nous designers, de vraiment contribuer au libre. On ne s’y sent pas forcĂ©ment Ă  notre place ou bien accueilli·es. Il faut dĂ©jĂ  passer la barriĂšre des outils et mĂ©thodes qu’utilisent les libristes pour travailler (GitHub, forums, etc.) et ensuite faire comprendre que nous ne sommes pas juste des peinteresses en bĂątiment qui vont pouvoir donner un petit coup de propre Ă  notre vieux Bootstrap UI.

J’essaie de motiver des personnes autour de moi dans l’industrie du design et de l’UX pour contribuer, j’espĂšre que ma prĂ©sence dans ce milieu va rassurer les gens du libre (non, les designers ne viennent pas tout casser !) et les designers (oui, les gens du libre peuvent Ă©couter !).

Question annexe : je participe Ă  un super projet libre (site Web ou applications pour le Web/ordiphone/ordinateur), mais je suis nul en UX/UI. Vers qui me tourner ? De maniĂšre gĂ©nĂ©rale, comment aborder cette problĂ©matique quand on n’est pas soi-mĂȘme designer ?

La toute premiĂšre Ă©tape pour aborder la problĂ©matique de la conception et de l’expĂ©rience d’usage, c’est dĂ©jĂ  de se rendre compte qu’on a besoin d’aide 🙂 Ensuite, je dirais qu’intĂ©grer un·e designer le plus tĂŽt possible dans le projet est trĂšs important. Comme tu l’as sĂ»rement compris, plus on peut absorber de contraintes, mieux on peut aider.

Il existe plein de ressources pour s’approprier les rĂšgles de base afin de crĂ©er une interface accessible, lisible, utilisable et logique. Ce n’est pas si dur que ça, promis ! Le tout c’est d’arriver avant la fin du projet oĂč il ne reste plus qu’Ă  « mettre un coup de peinture au Bootstrap« .

En travaillant avec des vidĂ©astes utilisant des plateformes privatrices, as-tu vu des problĂšmes impossibles Ă  rĂ©soudre pour eux (pour le moment) avec les logiciels libres et/ou PeerTube ? (Je pose cette question parce que j’ai rĂ©cemment lu un article de Robin Wong expliquant qu’il devait publier deux vidĂ©os sur YouTube chaque semaine sous peine de disparaĂźtre des Ă©crans, la faute Ă  un algorithme secret et fĂ©roce… et j’ai trouvĂ© ça particuliĂšrement triste et aimerais bien qu’il existe une solution libre pour Ă©viter cela)

Il existe nombre de problĂ©matiques d’usage pour lesquelles le logiciel libre ne pourra pas grand chose. Avec Mobilizon, par exemple, on s’est frotté·es au phĂ©nomĂšne du « no-show« , ou de ces personnes qui prennent une place pour un Ă©vĂ©nement, pour finalement ne pas y venir. C’est un grand classique pour toute personne qui organise des Ă©vĂ©nements, et ça peut ĂȘtre trĂšs difficile de gĂ©rer la logistique derriĂšre. Cela implique des questionnements sur le nombre de bouteilles de jus de fruit Ă  prĂ©voir jusqu’Ă  la taille mĂȘme de la salle Ă  louer. C’est un souci humain, et on aura beau se creuser la tĂȘte et ajouter tout un tas de petite fonctionnalitĂ©s pour inciter au maximum ces personnes Ă  cĂ©der leur place rĂ©servĂ©e si elles ne viennent pas, l’informatique a ses limites.

Pour la rémunération, ce ne sont pas les logiciels libres qui vont faire office de solution

 

Pour ce qui est de la vidĂ©o, il est clair que deux forces jouent en la dĂ©faveur des vidĂ©astes : le modĂšle financier imposĂ© par les plateformes, et les algorithmes qui changent en permanence la donne sur ce qui sera promu et pourquoi. Pour la rĂ©munĂ©ration, ce ne sont pas les logiciels libres qui vont faire office de solution. C’est Ă  nous de nous poser la question, de maniĂšre politique, en dĂ©cortiquant qui rĂ©munĂšre qui, en fonction de quoi, et en dĂ©cidant collectivement de nouvelles maniĂšres de faire en s’affranchissant des plateformes. Pour le coup des algorithmes de sĂ©lection de contenu, ils existent pour un seul objectif : forcer les crĂ©atrices et crĂ©ateurs de contenu Ă  payer pour ĂȘtre vues. Le dommage collatĂ©ral terrible, c’est qu’ils les forcent aussi Ă  standardiser ce qu’elles produisent, depuis la tronche de l’image de prĂ©visualisation jusqu’au rythme de publication. Ce diktat est trĂšs inconfortable pour elles, et je les comprends. Mais de lĂ  Ă  abandonner une audience en apparence captive et une plateforme qui te rĂ©munĂšre sans que tes fans n’aient Ă  dĂ©bourser un seul euro (ou en tout cas c’est ce dont on a l’impression), il y a un fossĂ© Ă  survoler avant d’y arriver.

La transition vers de nouveaux modĂšles de publication et de rĂ©munĂ©ration est loin d’ĂȘtre facile, ni rapide. C’est Ă  nous de promouvoir des modĂšles alternatifs et toute la pĂ©dagogie qui va autour, en ne perdant pas de vue que les logiciels en eux-mĂȘmes ne sont pas une fin.

Quel(s) conseil(s) donnerais-tu aux crĂ©ateurs de logiciels libres pour obtenir de bons retours qui leur permettent d’amĂ©liorer leurs logiciels et de les rendre plus accessibles (pas seulement en termes d’accessibilitĂ© comme on l’entend sur le Web, mais tout simplement pour qu’ils soit utiles au plus grand nombre).

Il y a deux niveaux sur lesquels agir :

  • la stratĂ©gie de conception du logiciel,
  • son apparence, son utilisabilitĂ© et son accessibilitĂ©.

Pour le deuxiĂšme niveau (le plus simple pour commencer), il existe de nombreuses ressources pour s’auto-former en bases du graphisme : la thĂ©orie des couleurs, les contrastes, les principes du design visuel, les heuristiques d’utilisabilitĂ© d’interface (en anglais), parmi tant d’autres. Rien qu’avec ces basiques, on peut Ă©viter Ă©normĂ©ment d’erreurs d’UI (apparence de l’interface) ou d’UX (comment l’interface fonctionne et s’enchaĂźne avec le reste d’un flow).

Il est Ă©galement possible de faire un peu de « guĂ©rilla UX » Ă  moindre frais. La mĂ©thode la plus simple consiste Ă  interroger des utilisatrices ou utilisateurs de votre logiciel, voire carrĂ©ment d’organiser une petite session de partage d’Ă©cran, de leur demander d’accomplir telle ou telle action, et de les observer en silence : frissons garantis ! Vous en apprendrez Ă©normĂ©ment sur la maniĂšre dont les personnes utilisent votre logiciel, sur les objectifs qu’elles cherchent Ă  remplir avec, et sur les modĂšles mentaux qu’elles utilisent et que vous n’aviez pas imaginĂ©s.

En ce qui concerne la stratĂ©gie de conception, c’est un peu plus compliquĂ©. La remettre en question demande une certaine maturitĂ© sur le projet, et l’acceptation qu’il est possible qu’on se soit trompĂ© Ă  la base… Jamais agrĂ©able. Ensuite, c’est un long travail Ă  faire que de revenir aux origines de l’usage de votre logiciel. Étudier le besoin original, explorer ce besoin pour voir quel pĂ©rimĂštre d’usage choisir, pour quels objectifs, pour promouvoir quelles valeurs, puis comment structurer la conception pour appliquer ces valeurs Ă  l’ensemble des dĂ©cisions prises. C’est ce qu’on appelle l’assistance Ă  maĂźtrise d’usage, et c’est ce Ă  quoi je passe la plupart de mon temps. LĂ , c’est un peu plus difficile de s’auto-former. J’essaie, dans la mesure du temps que je peux dĂ©gager, de donner des coups de main Ă  droite Ă  gauche pour dĂ©bloquer ce genre de situations. C’est ce qu’on avait fait avec Marien sur Lessy, par exemple.

Des recommandations de lectures ou de visionnages pour en découvrir plus sur ton métier et sur les bonnes pratiques de UI/UX en général ?

Le site de NNGroup est une mine d’or pour les anglophones. Je m’y rĂ©fĂšre beaucoup. Difficile Ă©galement de passer Ă  cĂŽtĂ© de l’ouvrage trĂšs riche de Carine Lallemand, « MĂ©thodes de design UX ». Le livre d’Andrew Travers, « Interviewing for Research », propose 60 pages hyper pragmatiques sur comment conduire des entretiens de recherche UX (en anglais) .Stef Walter publie une veille trĂšs riche sur Twitter et sur son blog. Akiani publie une veille axĂ©e « UX research » trĂšs intĂ©ressante. Enfin, je vous conseille la veille accessibilitĂ© d’Access42, car cet aspect est bien trop souvent oubliĂ© de pas mal de projets, alors qu’il devrait en ĂȘtre les fondations.

Voici aussi une petite sélection de conférences à regarder :




Retour sur le premier Confin’atelier

Le samedi 25 avril dernier s’est tenu le premier Confin’atelier, premier Contribatelier en ligne, et ça a Ă©tĂ© un succĂšs. Afin de valoriser cette belle initiative, nous republions ici le compte-rendu publiĂ© sur https://contribateliers.org/ et nous sommes ravi⋅es de vous annoncer qu’un second opus est en prĂ©paration ! La date est mĂȘme fixĂ©e : ce sera le samedi 6 juin 2020 de 14h Ă  17h.

Alors qu’est-ce qu’on a fait pendant ce Confin’atelier, premier Contribatelier en ligne, et qu’est-ce qu’on en retient ? Plein de choses ! Allez on y va, on commence par le global et on dĂ©taillera pĂŽle par pĂŽle ;-). Ready ? Go !

Globalement

DĂ©jĂ  les chiffres qui nous rĂ©chauffent le cƓur : plus 80 participant·es, 11 salons en simultanĂ© (10 salons pour les pĂŽles et 1 pour l’accueil), 13 animateur·rices, plus de 3 heures de Confin’atelier : Wouhou ! On ne s’Ă©tait pas fixĂ© d’objectifs Ă  atteindre mais mĂȘme si ç’avait Ă©tĂ© le cas, on est plus que largement satisfait·es !

Autre chose notable : aucun souci rencontrĂ© concernant la technique. C’Ă©tait un peu la crainte, qu’il y ait beaucoup de participant·es et que l’instance Big Blue Button de FAImaison soit surchargĂ©e. On avait mĂȘme prĂ©vu un plan B si besoin, dans lequel on Ă©tait prĂȘt Ă  migrer les salons de certains pĂŽles sur une autre instance Big Blue Button pour absorber la charge. Au final RAS comme on dit, aucun pĂŽle n’a subi de bugs, ralentissements ou autre : bref, on Ă©tait bien Ă  l’aise ! (bon on a aussi demandĂ© Ă  tou·tes les participant·es de ne pas utiliser leur webcam et de se contenter de l’audio : ça aide !)

PĂŽle par pĂŽle

Le retour de chaque pĂŽle a Ă©tĂ© rĂ©digĂ© par le ou les animateur·rices du pĂŽle concernĂ©, sauf pour le pĂŽle accueil oĂč c’est un participant qui a voulu nous faire part de son retour. Merci fabulousfabs !

PĂŽle Accueil

PÎle animé par MeTaL_PoU, Numahell & QuentinD

Du monde tout l’aprĂšs-midi, le pĂŽle accueil avait la lourde responsabilitĂ© d’accueillir sur le Confin’atelier, d’expliquer le fonctionnement de l’outil BBB, de guider les participant·e·s vers les diffĂ©rents pĂŽles, de rĂ©pondre aux questions. Ce pĂŽle « tampon » Ă©tait nĂ©cessaire et a Ă©tĂ© remarquablement bien orchestrĂ© par nos 3 ami·e·s ! Ambiance franchement sympathique, accueil chaleureux et patience dans leurs explications, MeTal_PoU & Numahell se sont donnĂ©es sans retenue sur le pĂŽle accueil ! QuentinD gĂ©rait la comm’ sur les rĂ©seaux sociaux (de ce que j’ai compris, pour la premiĂšre fois), et venait faire un coucou aux rares moments oĂč il avait 5 minutes. Pendant ce temps, MeTal_PoU & Numahell prenaient leur temps pour dire bonjour, expliquer inlassablement le systĂšme de salons multiples, comment basculer vers un autre pĂŽle, comment aider Ă  rĂ©gler / couper son micro sur BBB, tout cela sans jamais perdre le sourire (qui s’entendait) ou patience. Elles ont eu Ă  cƓur de laisser prĂ©senter les pĂŽles aux responsables de salons qui en avaient le temps, permettant Ă  nos 80 bonnes Ăąmes de choisir oĂč aller donner un coup de pattes. Bravo Ă  vous 3 !

PĂŽle Framalibre

PÎle animé par Gavy

Environ une dizaine de personnes pour ce pĂŽle autour de l’annuaire historique de Framasoft. On a commencĂ© par une petite prĂ©sentation de Framalibre – ce qu’est l’annuaire, ce qu’on peut y trouver et ce qu’on peut y faire – avant de voir comment y contribuer.

Au final, plusieurs comptes Framalibre ont été créés, des notices existantes ont été modifiées et de nouvelles sont apparues :

Notices crées :

Notices modifiées :

Si contribuer Ă  Framalibre vous donne envie, le meilleur moyen pour commencer, c’est de venir en parler sur Framacolibri (le forum de Framasoft), dans la section dĂ©diĂ©e Ă  l’annuaire !

PĂŽle Design & Libre

PÎle animé par Maiwann

Une dizaine de personnes qui Ă©taient prĂ©sentes pour cet atelier visant Ă  regrouper les designers ayant envie de faire bouger les choses cotĂ© logiciel libre ! Petite surprise : Il y avait aussi des personnes qui Ă©taient plutĂŽt dĂ©veloppeurs et qui Ă©taient en demande pour savoir comment trouver quelqu’un avec qui collaborer. AprĂšs plusieurs petites discussions sur « Pourquoi y a-t-il aussi peu de designers dans le monde du libre ? » nous avons dĂ©cidĂ© de faire un petit site afin de pouvoir renvoyer les diffĂ©rentes personnes intĂ©ressĂ©es par le sujet dessus \o/ Ni une, ni deux, entre celleux qui s’occupaient du contenu et celleux qui Ă©taient lancĂ©s sur la technique, nous avons dĂ©jĂ  une page Ă  vous prĂ©senter regroupant des façons de nous contacter et des ressources autour du design : Foire aux questions, articles, tĂ©moignages de collaboration
 C’est par lĂ  !! 🎉 => https://design-et-libre.frama.io/ Merci Ă  celles et ceux qui ont participĂ© Ă  cet atelier đŸ„ł

PĂŽle Communiquer pour des projets libres

PÎle animé par Pouhiou

La proposition Ă©tait de faire un tour de table des expĂ©riences et besoins dans la communication pour des projets libres, puis de prendre chaque besoin un par un et de partager nos retours d’expĂ©rience dessus. S’en est suivie une conversation de 3h avec plus de 10 personnes prĂ©sentes absolument passionnante. Une des problĂ©matiques rĂ©currentes fut de trouver comment communiquer sans reproduire les codes du capitalisme de surveillance.

Ces échanges ont été sketch-notés par Chloé :

Reproduction dans ce billet de blog avec l’autorisation de ChloĂ©. Merci !

Pendant les Ă©changes, David Revoy nous a Ă©coutĂ© (et est parfois intervenu) tout en dessinant en direct une nouvelle illustration de SĂ©pia, lae poulpe-mascotte de PeerTube, dont nous avons appris Ă  cette occasion qu’iel n’avait pas de genre (dĂ©couvrez-la plus bas !). Le seul regret de l’animateur (Pouhiou) c’est d’avoir du mal Ă  jongler entre son animation et ses envies de partager une grosse expĂ©rience accumulĂ©e au sein de Framasoft (et donc de monopoliser la parole). Merci Ă  toutes les personnes qui ont contribuĂ© !

PĂŽle PeerTube

PÎle animé par Angie

Une douzaine de personnes ont participĂ© Ă  cet atelier portant sur la sĂ©lection de contenus de qualitĂ© hĂ©bergĂ©s sur PeerTube. Angie a commencĂ© par expliquer qu’il Ă©tait important de valoriser ces contenus pour en montrer la diversitĂ©. Ce travail de curation permet d’alimenter le bloc « DĂ©couvrez notre sĂ©lection de contenus » de https://joinpeertube.org/ Plusieurs participant⋅es ayant des questions sur le fonctionnement du logiciel PeerTube, nous avons passĂ© un peu de temps Ă  y rĂ©pondre. Angie a ensuite rappelĂ© quelques critĂšres pour la sĂ©lection (contenus sous licence libre ou dont on a l’assurance qu’ils sont publiĂ©s par leur crĂ©ateur) et proposĂ© des outils permettant la recherche au sein des diffĂ©rentes instances de PeerTube et les participant⋅es se sont lancĂ©s dans la recherche de contenus. Au final, 14 nouveaux contenus (vidĂ©os, chaĂźnes et instances) ont Ă©tĂ© sĂ©lectionnĂ©s. Pour chacune de ces sĂ©lections, un texte de prĂ©sentation a Ă©tĂ© rĂ©digĂ©. Ces Ă©lĂ©ments seront prochainement visibles sur la page d’accueil de joinpeertube. Cet atelier Ă©tait vraiment chouette car il a permis Ă  l’ensemble des participant⋅es de dĂ©couvrir ces contenus mais aussi d’Ă©changer sur le fonctionnement du logiciel et sur les modalitĂ©s d’inscription sur une instance. A reproduire pour dĂ©couvrir de nouveaux contenus !

La nouvelle illustration de SĂ©pia, mascotte de PeerTube, realisĂ©e par David Revoy pendant le Confin’atelier (licence CC-BY)

PĂŽle OpenStreetMap

PÎle animé par gibro

Le pÎle OSM a débuté par une présentation rapide de la carte OpenStreetMap : son modÚle, ses principes de fonctionnement et les principaux outils de contributions. Il y a ensuite eu une démonstration du fonctionnement de la carte ça reste ouvert :

  • Utilisation de la carte => affichage des informations, codes couleur utilisĂ©s, choix des langues, mode daltonien
  • Explication de la fonctionnalitĂ© « Signaler un changement » => formulaire permettant d’ajouter directement les informations sur un lieu sans avoir besoin d’un compte OpenStreetMap
  • RĂ©solution des notes gĂ©nĂ©rĂ©es par le site => Ă  partir du site NoteReview avec le tag #caresteouvert permettant aux contributeurs de suivre les signalements « ça reste ouvert » et de renseigner les informations dans la base OpenStreetMap
  • Documentation avec les ressources mises Ă  la disposition sur le blog caresteouvert et le wiki OpenSteetMap.

Pendant et aprĂšs la dĂ©monstration, nous avons Ă©changĂ© en fonction des besoins et interrogations des personnes prĂ©sentes. Il y avait une douzaine de personnes en continu dans le salon et plusieurs contributeurs pour l’animer (merci Sebbaz et Eric B). Nous avons aussi discutĂ© de la possibilitĂ© de mettre en place un site web facilitant la saisie des informations sur les commerces sans passer par un compte OpenSteetMap, sur le modĂšle https://caresteouvert.fr ou https://wheelmap.org/ Pour conclure, j’ai trouvĂ© trĂšs agrĂ©able et efficace l’outil BigBlueButton pour les dĂ©monstrations et les interactions avec les participants. Il Ă©tait Ă©galement intĂ©ressant d’ĂȘtre Ă  plusieurs pour animer pour gĂ©rer les Ă©changes sur le chat et l’ajout d’informations dans les notes en parallĂšle des dĂ©monstrations en partage d’Ă©cran.

Retour d’un participant :

TrÚs bon accueil de Gibro :) Belle découverte de caresteouvert, ce qui m'a permis d'actualiser les informations autour de chez moi. Concret et pratique. J'avais aussi des questions plus générales de mises à jour de OSM, que j'ai pu mettre en pratique immédiatement grùce aux conseils avisés de Gibro et Fred, merci à eux. Pratique, concret, convivial, j'ai passé un trÚs bon moment et j'ai pu pratiquer immédiatement pour faire des mises à jour, merci <3

PĂŽle Wiktionnaire

PÎle animé par Noé

PremiĂšre session de contribution en ligne et une bonne expĂ©rience. L’exploration d’un dictionnaire n’Ă©tait probablement pas l’expĂ©rience la plus sĂ©duisante, d’oĂč l’affluence limitĂ©e, mais l’animateur a pu nĂ©anmoins contribuer et montrer l’intĂ©rĂȘt du Wiktionnaire avec de l’ajout d’illustrations et d’exemples, et mĂȘme crĂ©er de nouvelles pages. Un participant, motivĂ© par la prĂ©sentation a pu tĂ©lĂ©verser une de ses photographies pour illustrer la page du Wiktionnaire de la ville de Gafsa. L’envie d’en refaire et la hĂąte de reprendre les permanences mensuelles lyonnaises !

PÎle Wikipédia

PÎle animé par Lyokoi

Une session de 3h bien remplie et qui aurait pu durer si le prĂ©sentateur ne tombait pas de fatigue et ne perdait pas sa voix Ă  la fin. La session oscillait entre 4 et 6 personnes avec un pic de prĂ©sence Ă  8. La premiĂšre moitiĂ© (1h30) fut une prĂ©sentation globale de WikipĂ©dia, son fonctionnement, sa communautĂ©, ses rĂšgles et surtout une visite de l’interface de contribution. PonctuĂ©e par les questions des visiteurs et visiteuses, nous avons apportĂ© des sources Ă  des articles, nous avons dĂ©couvert plusieurs aspects de la contribution (images, structuration, wikification, etc.) et avons notĂ© dans le pad interne des liens importants. La deuxiĂšme partie Ă©tait surtout consacrĂ©e Ă  l’échange avec les participants et les participantes, via message ou via micro. Un contributeur de Lorient a pu se faire aider Ă  monter un groupe local et plusieurs nouveaux et nouvelles ont pu faire leurs premiĂšres modifications (ainsi qu’un ancien qui s’y est remis). L’expĂ©rience a Ă©tĂ© trĂšs enrichissante et a donnĂ© l’envie de recommencer.

PĂŽle Piaf

PÎle animé par Guillaume

Une super ambiance, avec une dizaine de curieux qui voulaient en savoir plus sur le projet. Nous avons discutĂ© des intĂ©rĂȘts de construire des ressources pour crĂ©er des intelligences artificielles francophones, et Ă©galement des façons de procĂ©der. Puis nous avons tous ensemble contribuĂ©, en Ă©crivant des questions rĂ©ponses sur des articles WikipĂ©dia. Avec quelques dizaines de questions rĂ©ponses produites, Piaf en est maintenant Ă  7000 depuis le dĂ©but du projet il y a quelques mois ! Bravo et merci Ă  tous ! Et continuons de contribuer quand nous en avons le temps 🙂

PĂŽle Culture libre / Khaganat

PÎle animé par Zatalyz et GPSqueeek

AprĂšs une demi-heure Ă  – nous ronger le clavier de peur de n’avoir personne – papoter, nous dĂ©cidons de revenir faire un tour Ă  l’accueil pour signaler qu’on Ă©tait lĂ  et que c’Ă©tait chouette de venir dans notre salon. Et ça a marchĂ© ! On a en effet eu la joie d’avoir le retour d’une contributrice qui nous a aidé·es Ă  voir comment serait fait le systĂšme solaire dans l’univers du Khanat, et c’est pas rien ! Le Khanat serait probablement une lune d’une gĂ©ante gazeuse, et ensuite il y a des histoires d’angle des plans orbitaux, de masse et de taille des diffĂ©rents astres. On espĂšre un jour avoir de quoi montrer ce ciel dans Godot pour l’intĂ©grer au futur jeu ! Ensuite on a eu plusieurs visites de curieuses dont certaines sont restĂ©es pour nous aider Ă  commencer un article au sujet d’une bestiole qui avait Ă©tĂ© dessinĂ©e sur papier en Contrib’atelier en prĂ©sentiel en fin d’annĂ©e derniĂšre. Ce n’est pas encore terminĂ© mais il y a une bonne base pour avoir quelque chose de publiable bientĂŽt sur notre wiki on espĂšre ! Merci aux visiteuses et autres contributrices qui ont Ă©tĂ© toutes plus oniriques les unes que les autres (et chez Khaganat, c’est signe d’un tas de guimauves, accompagnĂ©es d’un tas de cĂąlins si ça fait plaisir !).

PÎle Contribuer au libre pour les développeur·ses

PÎle animé par ervin

https://asso.framasoft.org/pic/xPP0qymR/jBZ96zfE.png

Nous avons eu 11 personnes prĂ©sentes. Globalement les nouveaux venus Ă©taient satisfaits et ont trouvĂ© des projets auxquels contribuer. La durĂ©e n’a pas forcĂ©ment permis de mettre des choses en production, mais le contact a Ă©tĂ© Ă©tabli et certains des participants comptent continuer Ă  contribuer. Beaucoup d’appĂ©tence pour une autre session. Les notes complĂštes dont le tour de table final : https://mypads.framapad.org/p/confinatelier-framadate-3m1pcq7p7

En conclusion

Pour nous ce n’est que du positif donc un immense merci Ă  tou·tes celleux qui ont pris part Ă  ce Confin’atelier :

  • Animateur·rices : merci pour la diversitĂ© des pĂŽles et leur nombre !)
  • Participant·es : merci d’avoir ĂȘtre Ă©tĂ© autant de monde Ă  rĂ©pondre prĂ©sent·es pour donner de votre temps pour le libre
  • BĂ©nĂ©voles de FAImaison : bah oui, pas de bĂ©nĂ©voles FAImaison, pas de Big Blue Button, donc pas de Confin’atelier. CQFD ;-).

À bientît pour le prochain ?  😉

 




3 questions Ă  Marie-CĂ©cile Godwin Paccard de la #TeamMobilizon

Marie-CĂ©cile Godwin Paccard est designer indĂ©pendante et chercheuse UX. Elle accompagne des personnes et des organisations dans la dĂ©finition de leurs fondamentaux et objectifs, en apportant un regard systĂ©mique. Elle s’occupe de comprendre les usages en profondeur et de concevoir des outils utilisables, Ă©thiques et inclusifs. Elle fait partie de l’Ă©quipe qui travaille sur le logiciel Mobilizon. Nous lui avons posĂ© 3 questions pour qu’elle nous explique son rĂŽle sur le projet.

Bonjour Marie-CĂ©cile ! Vous avez accompagnĂ© le projet Mobilizon, afin que celui-ci corresponde, dĂšs sa conception, aux besoins et usages des personnes qui sont vouĂ©es Ă  l’utiliser. Pouvez-vous nous expliquer en quoi il est particuliĂšrement important pour ce projet de prendre en compte les besoins et attentes des futur⋅es utilisateur⋅ices ?

Bonjour Ă  toute l’Ă©quipe ! Étudier les besoins et les usages, c’est essentiel si l’on veut concevoir un logiciel, un service ou mĂȘme un objet qui soit utilisable, et donc utilisĂ©. Mobilizon a pour ambition de permettre aux personnes de s’organiser et de se rassembler, et de leur donner le pouvoir de le faire librement et respectueusement. Rien de mieux pour commencer Ă  parler « usages » dĂšs le dĂ©but de la rĂ©flexion autour du projet ! Toute l’Ă©quipe qui travaille sur Mobilizon a le souhait que les communautĂ©s existantes s’en emparent et que de nouvelles communautĂ©s s’y crĂ©ent. On ne pourra pas atteindre cet objectif si on ne fait pas l’effort d’aller Ă  la rencontre des personnes pour comprendre ce dont elles ont besoin, quels problĂšmes elles rencontrent et comment elles ont fait pour y pallier jusqu’Ă  prĂ©sent.

Quand on conçoit des choses destinĂ©es Ă  ĂȘtre utilisĂ©es par d’autres personnes, il est trĂšs important de ne pas se contenter de nos propres suppositions, croyances ou idĂ©es fixes et d’ouvrir notre esprit Ă  la perception et Ă  l’expĂ©rience d’autres personnes. Une courte phase de recherche en usages peut donner des rĂ©sultats rapides et prĂ©cieux et permettre d’identifier trĂšs en amont des problĂ©matiques et des objectifs auxquels on n’avait pas forcĂ©ment pensĂ© et qui vont nous aider Ă  questionner nos prĂ©supposĂ©s de dĂ©part.

Quelle a Ă©tĂ© votre dĂ©marche pour recueillir la parole de ces utilisateur⋅ices (ou communautĂ©s) ?

D’abord, nous avons passĂ© un temps de rĂ©flexion ensemble Ă  bien cadrer le projet, ses ambitions, mais aussi ses implications politiques (car TOUT est politique, surtout dans le design et le logiciel, qui plus est libre !) et comment Mobilizon s’inscrivait dans la mission de Framasoft. Nous avons fait le point sur les plateformes d’organisation existantes et ce qu’elles engendraient comme problĂšmes qui empĂȘchaient les gens de s’organiser librement. J’ai ensuite proposĂ© un plan de recherche Ă  l’Ă©quipe, pour bien dĂ©finir ce vers quoi nous allions orienter la phase de recherche. Nous avons lancĂ© une premiĂšre enquĂȘte en ligne, qui a recueilli pas loin de 300 rĂ©ponses. Dans cette enquĂȘte, nous demandions aux personnes rĂ©pondantes comment elles s’organisaient en gĂ©nĂ©ral pour se rassembler Ă  l’aide des plateformes numĂ©riques, soit en tant qu’invitĂ©es, soit en tant qu’organisatrices elles-mĂȘmes. Nous avons recueilli des informations prĂ©cieuses sur les problĂšmes qu’elles pouvaient rencontrer, et pourquoi elles utilisaient ou pas tel ou tel outil numĂ©rique pour le faire.

Dans un deuxiĂšme temps, nous avons dĂ©fini des typologies de communautĂ©s Ă  qui nous souhaitions nous adresser. À nouveau, il fallait partir des usages : des communautĂ©s trĂšs grandes avec diffĂ©rents niveaux d’organisation qui crĂ©ent des rassemblements publics, des communautĂ©s spĂ©cialisĂ©es qui organisent des Ă©vĂ©nements thĂ©matiques, des organisations qui souhaitent assurer respect de la vie privĂ©e Ă  elles et aux personnes qui participent Ă  leurs Ă©vĂ©nements, etc. Je suis ensuite partie Ă  la recherche de personnes qui correspondaient Ă  ces cas d’usages pour leur poser des questions sur leur maniĂšre de s’organiser. On ne parle pas encore de logiciel, de code ou de graphisme Ă  ce point : on se focalise encore et toujours sur les usages, sur la rĂ©alitĂ© de l’organisation d’Ă©vĂ©nements et aux problĂšmes bien concrets qui se posent aux personnes qui les mettent en place.

Comment ces éléments alimentent-ils la réflexion sur les fonctionnalités de Mobilizon ?

Une fois que la phase de recherche est bouclée, il est temps de tirer des conclusions sur les données recueillies. Quelle est la réalité des usages des personnes et comment concevoir un logiciel qui ira dans leur sens ? On va ensuite arbitrer nos décisions avec ces données.

Certaines choses parlent tout de suite d’elles-mĂȘmes : si je me rends compte Ă  travers quasiment tous les entretiens qu’une problĂ©matique revient tout le temps, cela veut dire qu’il faut la garder en tĂȘte tout au long de la conception et du dĂ©veloppement et trouver la meilleure maniĂšre d’y rĂ©pondre. Certes, il y a des problĂšmes trĂšs humains que Mobilizon ne pourra pas rĂ©soudre, par exemple les « no-show », les personnes qui indiquent qu’elles participeront Ă  l’Ă©vĂ©nement mais finissent par ne pas venir. MĂȘme si l’on a pas de solution logicielle pour rĂ©soudre ce souci, comprendre pourquoi il embĂȘte les organisateurs et organisatrices permet de prendre de meilleures dĂ©cisions par la suite.

Mobilizon ne pourra pas ĂȘtre « one-size-fits-all » (taille unique). Seront couvertes en prioritĂ© les fonctionnalitĂ©s que nous pensons indispensables aux petites communautĂ©s qui n’ont pas les moyens techniques de se rassembler ailleurs. On ne remplacera pas un Mattermost ou un WhatsApp, et on n’aura jamais la mĂȘme force de frappe que Facebook. Mais Mobilizon proposera les fonctionnalitĂ©s essentielles pour que les communautĂ©s les plus exposĂ©es au capitalisme de surveillance puissent migrer hors de Facebook, mais ne pourra pas remplacer les centaines de pads imbriquĂ©s ou les conversations vocales de Discord Ă  plus de 30 personnes !

En ce moment, je suis en train de concevoir le « back office » de Mobilizon, et toute l’articulation de la « tuyauterie » qui va permettre de crĂ©er un Ă©vĂ©nement, un groupe, d’inviter des personnes dans ledit groupe pour s’organiser en amont de l’Ă©vĂ©nement, de dĂ©finir les diffĂ©rentes identitĂ©s avec lesquelles on pourra dire que l’on participe Ă  un Ă©vĂ©nement en cloisonnant son activitĂ©, de modĂ©rer les participations ou les questions et commentaires…

Avec le reste de l’Ă©quipe, nous nous posons Ă©galement plein de questions sur la maniĂšre dont Mobilizon va accompagner les personnes dans la comprĂ©hension des principes de la fĂ©dĂ©ration et des instances. Le but est de nous assurer que dans tous les cas, la personne qui souhaite utiliser une instance Mobilizon pour crĂ©er un Ă©vĂ©nement sur le web accĂšde simplement aux tenants et aboutissants de tel ou tel choix, pour prendre la dĂ©cision qui lui convient le mieux. Cela va se traduire dans plein d’aspects de la conception du logiciel : comment va se dĂ©rouler l’inscription (« on boarding »), quels Ă©lĂ©ments vont permettre de comprendre le principe des instances dans le texte et dans l’interface, etc.

Pour en savoir plus sur le logiciel Mobilizon, c’est sur https://joinmobilizon.org/.
Vous pouvez aussi vous inscrire Ă  la newsletter Mobilizon pour recevoir les informations sur l’Ă©volution du logiciel.




Demain, les nains


Et si les gĂ©ants de la technologie numĂ©rique Ă©taient concurrencĂ©s et peut-ĂȘtre remplacĂ©s par les nains des technologies modestes et respectueuses des ĂȘtres humains ?

Telle est l’utopie qu’expose Aral Balkan ci-dessous. Faut-il prĂ©ciser que chez Framasoft, nous avons l’impression d’ĂȘtre en phase avec cette dĂ©marche et de cocher dĂ©jĂ  des cases qui font de nous ce qu’Aral appelle une Small Tech (littĂ©ralement : les petites technologies) par opposition aux Big Tech, autrement dit les GAFAM et leurs successeurs dĂ©jĂ  en embuscade pour leur disputer les positions hĂ©gĂ©moniques.

Article original sur le blog d’Aral Balkan : Small technology

L’antidote aux Big tech : la Small Tech

une basket posĂ©e sur le rebord d’un carrelage, avec une minuscule plante qui pointe quelques feuilles et qui sort du joint entre deux tuiles.

Les gĂ©ants du numĂ©rique, avec leurs « licornes » Ă  plusieurs milliards de dollars, nous ont confisquĂ© le potentiel d’Internet. AlimentĂ©e par la trĂšs courte vue et la rapacitĂ© du capital-risque et des start-ups, la vision utopique d’une ressource commune dĂ©centralisĂ©e et dĂ©mocratique s’est transformĂ©e en l’autocratie dystopique des panopticons de la Silicon Valley que nous appelons le capitalisme de surveillance. Cette mutation menace non seulement nos dĂ©mocraties, mais aussi l’intĂ©gritĂ© mĂȘme de notre personne Ă  l’Ăšre du numĂ©rique et des rĂ©seaux1.

Alors que la conception Ă©thique dĂ©crit sans ambiguĂŻtĂ© les critĂšres et les caractĂ©ristiques des alternatives Ă©thiques au capitalisme de surveillance, c’est l’éthique elle-mĂȘme qui est annexĂ©e par les Big Tech dans des opĂ©rations de relations publiques qui dĂ©tournent l’attention des questions systĂ©miques centrales2 pour mettre sous les projecteurs des symptĂŽmes superficiels3.

Nous avons besoin d’un antidote au capitalisme de surveillance qui soit tellement contradictoire avec les intĂ©rĂȘts des Big Tech qu’il ne puisse ĂȘtre rĂ©cupĂ©rĂ© par eux. Il doit avoir des caractĂ©ristiques et des objectifs clairs et simples impossibles Ă  mal interprĂ©ter. Et il doit fournir une alternative viable et pratique Ă  la mainmise de la Silicon Valley sur les technologies et la sociĂ©tĂ© en gĂ©nĂ©ral.

Cet antidote, c’est la Small Tech.

Small Tech

  • elle est conçue par des humains pour des humains 4 ;
  • elle n’a pas de but lucratif 5 ;
  • elle est crĂ©Ă©e par des individus et des organisations sans capitaux propres6 ;
  • elle ne bĂ©nĂ©ficie d’aucun financement par le capitalisme de la surveillance des Big Tech7 ;
  • elle respecte la vie privĂ©e par dĂ©faut8 ;
  • elle fonctionne en pair Ă  pair9 ;
  • elle est copyleft10 ;
  • elle favorise les petits plutĂŽt que les grands, les simples plutĂŽt que les complexes et tout ce qui est modulaire plutĂŽt que monolithique11 ;
  • elle respecte les droits humains, leurs efforts et leur expĂ©rience12 ;
  • elle est Ă  l’échelle humaine13.

Ces critĂšres signifient que la Small Tech :

  • est la propriĂ©tĂ© des individus qui la contrĂŽlent, et non des entreprises ou des gouvernements ;
  • respecte, protĂšge et renforce l’intĂ©gritĂ© de la personne humaine, des droits humains, de la justice sociale et de la dĂ©mocratie Ă  l’ùre du numĂ©rique en rĂ©seau ;
  • encourage une organisation politique non-hiĂ©rarchisĂ©e et oĂč les dĂ©cisions sont prises Ă  l’échelle humaine ;
  • alimente un bien commun sain ;
  • est soutenable ;
  • sera un jour financĂ©e par les communs, pour le bien commun.
  • ne rapportera jamais des milliards Ă  quiconque.

  1. Lectures suggĂ©rĂ©es : La nature du « soi » Ă  l’ùre numĂ©rique, Encourager la maĂźtrise de chacun et la bonne santĂ© des biens communs, et Nous n’avons pas perdu le contrĂŽle du Web — on nous l’a volĂ©[retour]
  2. Nous avons un systÚme dans lequel 99.99999% des investissements financent les entreprises qui reposent sur la surveillance et se donnent pour mission de croßtre de façon exponentielle en violant la vie privée de la population en général [retour]
  3.  « Attention » et « addiction ». S’il est vrai que les capitalistes de la surveillance veulent attirer notre attention et nous rendre dĂ©pendants Ă  leurs produits, ils ne le font pas comme une fin en soi, mais parce que plus nous utilisons leurs produits, plus ils peuvent nous exploiter pour nos donnĂ©es. Des entreprises comme Google et Facebook sont des fermes industrielles pour les ĂȘtres humains. Leurs produits sont les machines agricoles. Ils doivent fournir une façade brillante pour garder notre attention et nous rendre dĂ©pendants afin que nous, le bĂ©tail, puissions volontairement nous autoriser Ă  ĂȘtre exploitĂ©s. Ces institutions ne peuvent ĂȘtre rĂ©formĂ©es. Les Big Tech ne peuvent ĂȘtre rĂ©glementĂ©es que de la mĂȘme maniĂšre que la Big Tobacco pour rĂ©duire ses mĂ©faits sur la sociĂ©tĂ©. Nous pouvons et devrions investir dans une alternative Ă©thique : la Small Tech. [retour]
  4. La petite technologie Ă©tablit une relation d’humain Ă  humain par nature. Plus prĂ©cisĂ©ment, elle n’est pas crĂ©Ă©e par des sociĂ©tĂ©s Ă  but lucratif pour exploiter les individus – ce qu’on appelle la technologie entreprise vers consommateur. Il ne s’agit pas non plus d’une technologie construite par des entreprises pour d’autres entreprises [retour]
  5. Nous construisons la Small Tech principalement pour le bien commun, pas pour faire du profit. Cela ne signifie pas pour autant que nous ne tenons pas compte du systĂšme Ă©conomique dans lequel nous nous trouvons actuellement enlisĂ©s ou du fait que les solutions de rechange que nous Ă©laborons doivent ĂȘtre durables. MĂȘme si nous espĂ©rons qu’un jour Small Tech sera financĂ© par les deniers publics, pour le bien commun, nous ne pouvons pas attendre que nos politiciens et nos dĂ©cideurs politiques se rĂ©veillent et mettent en Ɠuvre un tel changement social. Alors que nous devons survivre dans le capitalisme, nous pouvons vendre et faire des profits avec la Small Tech. Mais ce n’est pas notre but premier. Nos organisations se prĂ©occupent avant tout des mĂ©thodes durables pour crĂ©er des outils qui donnent du pouvoir aux gens sans les exploiter, et non de faire du profit. Small Tech n’est pas une organisation caritative, mais une organisation Ă  but non lucratif.[retour]
  6. Les organisations disposant de capitaux propres sont dĂ©tenues et peuvent donc ĂȘtre vendues. En revanche, les organisations sans capital social (par exemple, les sociĂ©tĂ©s Ă  responsabilitĂ© limitĂ©e par garantie en Irlande et au Royaume-Uni) ne peuvent ĂȘtre vendues. De plus, si une organisation a du capital-risque, on peut considĂ©rer qu’elle a dĂ©jĂ  Ă©tĂ© vendue au moment de l’investissement car, si elle n’Ă©choue pas, elle doit se retirer (ĂȘtre achetĂ©e par une grande sociĂ©tĂ© ou par le public en gĂ©nĂ©ral lors d’une introduction en bourse). Les investisseurs en capital-risque investissent l’argent de leurs clients dans la sortie. La sortie est la façon dont ces investisseurs font leur retour sur investissement. Nous Ă©vitons cette pilule toxique dans la Small Tech en crĂ©ant des organisations sans capitaux propres qui ne peuvent ĂȘtre vendues. La Silicon Valley a des entreprises de jetables qu’ils appellent des startups. Nous avons des organisations durables qui travaillent pour le bien commun que nous appelons Stayups (Note de Traduction : jeu de mots avec le verbe to stay signifie « demeurer »).[retour]
  7. La rĂ©volution ne sera pas parrainĂ©e par ceux contre qui nous nous rĂ©voltons. Small Tech rejette le parrainage par des capitalistes de la surveillance. Nous ne permettrons pas que nos efforts soient utilisĂ©s comme des relations publiques pour lĂ©gitimer et blanchir le modĂšle d’affaires toxique des Big Tech et les aider Ă  Ă©viter une rĂ©glementation efficace pour mettre un frein Ă  leurs abus et donner une chance aux alternatives Ă©thiques de prospĂ©rer.[retour]
  8. La vie privĂ©e, c’est avoir le droit de dĂ©cider de ce que vous gardez pour vous et de ce que vous partagez avec les autres. Par consĂ©quent, la seule dĂ©finition de la protection de la vie privĂ©e qui importe est celle de la vie privĂ©e par dĂ©faut. Cela signifie que nous concevons la Small Tech de sorte que les donnĂ©es des gens restent sur leurs appareils. S’il y a une raison lĂ©gitime pour laquelle cela n’est pas possible (par exemple, nous avons besoin d’un nƓud permanent dans un systĂšme de pair Ă  pair pour garantir l’accessibilitĂ© et la disponibilitĂ©), nous nous assurons que les donnĂ©es sont chiffrĂ©es de bout en bout et que l’individu qui possĂšde l’outil possĂšde les clĂ©s des informations privĂ©es et puisse contrĂŽler seul qui est Ă  chacun des « bouts » (pour Ă©viter le spectre du Ghosting).[retour]
  9. La configuration de base de notre technologie est le pair Ă  pair : un systĂšme a-centrĂ© dans lequel tous les nƓuds sont Ă©gaux. Les nƓuds sur lesquels les individus n’ont pas de contrĂŽle direct (p. ex., le nƓud toujours actif dans le systĂšme pair Ă  pair mentionnĂ© dans la note prĂ©cĂ©dente) sont des nƓuds de relais non fiables et non privilĂ©giĂ©s qui n’ont jamais d’accĂšs aux informations personnelles des personnes.[retour]
  10. Afin d’assurer un bien commun sain, nous devons protĂ©ger le bien commun contre l’exploitation et de l’enfermement. La Small Tech utilise des licences copyleft pour s’assurer que si vous bĂ©nĂ©ficiez des biens communs, vous devez redonner aux biens communs. Cela empĂȘche Ă©galement les Big Tech d’embrasser et d’Ă©tendre notre travail pour finalement nous en exclure en utilisant leur vaste concentration de richesse et de pouvoir.[retour]
  11. La Small Tech est influencĂ© en grande partie par la richesse du travail existant des concepteurs et dĂ©veloppeurs inspirants de la communautĂ© JavaScript qui ont donnĂ© naissance aux communautĂ©s DAT et Scuttlebutt. Leur philosophie, qui consiste Ă  crĂ©er des composants pragmatiques, modulaires, minimalistes et Ă  l’Ă©chelle humaine, aboutit Ă  une technologie qui est accessible aux individus, qui peut ĂȘtre maintenue par eux et qui leur profite. Leur approche, qui est aussi la nĂŽtre, repose sur la philosophie d’UNIX.[retour]
  12. La Small Tech adhÚre  au manifeste du Design éthique.[retour]
  13. La Small Tech est conçue par des humains, pour des humains ; c’est une approche rĂ©solument non-coloniale. Elle n’est pas crĂ©Ă©e par des humains plus intelligents pour des humains plus bĂȘtes (par exemple, par des dĂ©veloppeurs pour des utilisateurs – nous n’utilisons pas le terme utilisateur dans Small Tech. On appelle les personnes, des personnes.) Nous Ă©laborons nos outils aussi simplement que possible pour qu’ils puissent ĂȘtre compris, maintenus et amĂ©liorĂ©s par le plus grand nombre. Nous n’avons pas l’arrogance de supposer que les gens feront des efforts excessifs pour apprendre nos outils. Nous nous efforçons de les rendre intuitifs et faciles Ă  utiliser. Nous rĂ©alisons de belles fonctionnalitĂ©s par dĂ©faut et nous arrondissons les angles. N’oubliez pas : la complexitĂ© survient d’elle-mĂȘme, mais la simplicitĂ©, vous devez vous efforcer de l’atteindre. Dans la Small Tech, trop intelligent est une façon de dire stupide. Comme le dit Brian Kernighan : « Le dĂ©bogage est deux fois plus difficile que l’Ă©criture du premier jet de code. Par consĂ©quent, si vous Ă©crivez du code aussi intelligemment que possible, vous n’ĂȘtes, par dĂ©finition, pas assez intelligent pour le dĂ©boguer. » Nous nous inspirons de l’esprit de la citation de Brian et l’appliquons Ă  tous les niveaux : financement, structure organisationnelle, conception du produit, son dĂ©veloppement, son dĂ©ploiement et au-delĂ .[retour]

Crédit photo : Small Things, Big Things by Sherman Geronimo-Tan. Licence Creative Commons Attribution.

[retour]




Avancer ensemble vers la contribution


Contribuer, oui, mais comment ? Comment susciter des contributions, les accueillir, les dynamiser, lever les obstacles et les blocages de tous  ordres ?

Tel a Ă©tĂ© le questionnement Ă  l’origine du Fabulous Contribution Camp qui s’est dĂ©roulĂ© Ă  Lyon, du 24 au 26 novembre dernier, Ă  l’initiative de La Quadrature et de Framasoft. Toutes les personnes qui ont participĂ© ont eu Ă  cƓur d’identifier les difficultĂ©s honnĂȘtement mais aussi de proposer des pistes et des pratiques pour les surmonter


Pour en tĂ©moigner, nous donnons la parole aujourd’hui Ă  Maiwann qui est UX designer et que nous avions invitĂ©e. L’article ci-dessous est la simple republication de son compte-rendu sur son blog. Ses observations, ses rĂ©actions et ses chouettes sketchnotes font vĂ©ritablement plaisir (bientĂŽt peut-ĂȘtre d’autres billets des participants?) et nous indiquent des voies qui sont dĂ©jĂ  celles de Contributopia.. C’est un dĂ©but prometteur, parions que beaucoup d’associations pourront en tirer profit et continuer l’exploration de la contribution positive.


Fabulous Contribution Camp

Pour finir ce mois de novembre en beautĂ©, j’ai Ă©tĂ© invitĂ©e par Framasoft Ă  participer au Fabulous Contribution Camp qu’ils co-organisaient avec La Quadrature du Net. Je suis donc partie Ă  Lyon pour rencontrer des contributeur·ice·s de tous horizons (et pas seulement de la technique !) pour parler des outils et de comment aider celleux qui le souhaitent Ă  contribuer plus simplement.

Un petit Ă©tat des lieux

Pyg le disait lors du Capitole du Libre (dans la confĂ©rence Contributopia que vous pouvez retrouver ici), la majoritĂ© des projets de logiciel libre sont soutenus par trĂšs peu (voire pas) de contributeur·ice·s. L’exemple le plus marquant est celui des pads (une alternative Ă  GoogleDocs permettant d’écrire collaborativement en ligne): Sur l’annĂ©e derniĂšre, il n’y a pas une seule personne ayant rĂ©alisĂ© plus de 50 contributions, alors que le logiciel est trĂšs populaire !

C’est assez inquiĂ©tant, et en mĂȘme temps pour avoir dĂ©jĂ  Ă©chouĂ© personnellement, parfois On a l’envie de contribuer et on y arrive pas. Ce qui est quand mĂȘme assez comique lorsqu’on voit Ă  quel point le logiciel libre a besoin encore et toujours de personnes volontaires !

J’avais donc hĂąte de me joindre Ă  des groupes de rĂ©flexion sur le sujet afin d’identifier les problĂ©matiques et envisager des pistes de solution tout au long du FCC. Autant vous dire que tout le monde s’est transformé·e·s en designer pour concevoir une meilleure expĂ©rience contributeur·ice (Peut-on envisager de dire des CX Designer qui au lieu de signifier Customer eXperience sera notre Contributor eXperience Designer ? ^.^ )

FCC c’est parti !

Le FCC avait lieu Ă  Grrrnd Zero, un lieu au caractĂšre trĂšs affirmĂ©, oĂč les murs sont recouverts d’illustrations, prĂšs d’un immense chantier participatif destinĂ© Ă  devenir Ă  la fois salle de concert, d’enregistrement et atelier de bricolage/dessin
 Nous nous sommes fait accueillir avec un petit dĂ©jeuner fabuleux, cette premiĂšre journĂ©e dĂ©marrait vraiment bien !

AprĂšs un icebreaker rigolo nous demandant de nous regrouper d’abord par provenance gĂ©ographique (mais comment font les nomades ?), ensuite par coiffure, ensuite par systĂšme d’exploitation prĂ©fĂ©rĂ© (oui on Ă©tait un peu chez les geeks quand mĂȘme) et enfin par notre engagement associatif principal, nous nous sommes lancĂ©s sur des ateliers collaboratifs, animĂ©s par les enthousiastes Meli et lunar !

Failosophy : Identifier les problĂšmes

Pour dĂ©marrer, nous nous sommes regroupĂ©s par 4 et avons racontĂ© chacun une expĂ©rience marquante oĂč notre envie de contribuer s’est soldĂ©e par un fail. Nous notions les diffĂ©rentes problĂ©matiques rencontrĂ©es sur des post-its avant de toutes les regrouper sur un grand mur pour avoir une vue d’ensemble des cas les plus frĂ©quents. Ensuite, nous avons collaborativement triĂ© les post-it ce qui prend â€œĂ©trangement toujours 8 minutes peu importe le nombre de post-its ou de personne” d’aprĂšs Lunar
 Il faut dire qu’il avait raison 😉

De grandes catégories regroupent les post-its et font apparaßtre des motifs récurrents. Ceux que je retiens (car ils me font écho) :

  • La difficultĂ© d’identifier un interlocuteur rĂ©fĂ©rent pour s’intĂ©grer au projet
  • La peur de demander « Comment faire »
  • La peur de ne pas ĂȘtre assez doué·e / de dire des « choses bĂȘtes »
  • Ne pas savoir par oĂč commencer
  • La peur de ne pas s’intĂ©grer Ă  la communautĂ©
  • Le manque de temps
  • La difficultĂ© de dĂ©lĂ©guer Ă  d’autres un projet qu’on a toujours portĂ©
  • Le fait de ne pas avoir rĂ©ussi Ă  crĂ©er une communautĂ© autour d’un projet
  • Ne pas connaĂźtre la ligne de route d’un projet
  • Ne pas savoir comment exprimer les besoins de contribution pour que les intĂ©ressé·e·s les comprennent

J’ai la sensation qu’un grand nombre de ces problĂšmes peuvent ĂȘtre rĂ©solus en:

  • Listant clairement les besoins de contributions, avec les compĂ©tences nĂ©cessaires, via une interface plus facile d’accĂšs qu’un github (qui est rĂ©ellement anxiogĂšne pour les non-dĂ©veloppeur·euse·s)
  • DĂ©signant une personne accueillante comme point d’entrĂ©e pour les nouveaux·lles arrivant·e·s, Ă  laquelle il sera facile de s’adresser, et qui saura aiguiller chacun·e vers des tĂąches simples pour dĂ©couvrir le projet.

Cela se recoupe avec les discussions du Capitole du Libre, ce qui donne la sensation que nous sommes sur la bonne voie et que les hypothĂšses que j’ai entendues la semaine derniĂšre sont des solutions Ă  des problĂšmes rĂ©currents pour les contributeur·ice·s !

Étude de cas : 6 projets appelant à la contribution

Dans la phase suivante, pour s’imprĂ©gner un peu de ce qui se fait parmi les projets nĂ©cessitant contribution, nous avons eu le droit Ă  la prĂ©sentation de:

  • Exodus, une plateforme qui analyse les applications Android et liste les logiciels traquant notre activitĂ© qu’elle y trouve.
  • La Revue de Presse de la Quadrature du Net, permettant de soumettre des articles Ă  la revue de presse de façon collaborative.
  • Diaspora, un rĂ©seau social dĂ©centralisĂ© assez proche de la configuration initiale de facebook.
  • FAI Maison, un fournisseur d’accĂšs associatif et nantais, qui propose le prix libre (ou contribution consciente)
  • Le PiPhone, une plateforme de La Quadrature du Net permettant d’avoir accĂšs Ă  des numĂ©ros de dĂ©putĂ©s afin de les appeler pour les encourager Ă  soutenir (ou non) une loi, en proposant un set d’arguments et un retour d’expĂ©rience aprĂšs l’appel.
  • FramaForm, une des alternatives de DĂ©googlisons Internet lancĂ©e par Framasoft, que Pyg a dĂ©veloppĂ©e seul (!) en 15 jours (!!!). Avec le souci notamment que le logiciel permet plein de choses diffĂ©rentes mais que les options sont difficiles Ă  trouver.

Le tour d’horizon permet de voir que si chaque projet recherche Ă  fĂ©dĂ©rer une communautĂ© de contribution, ils sont tous trĂšs diffĂ©rents et n’intĂ©ressent sans doute pas du tout les mĂȘme personnes. Les prĂ©sentations Ă©taient elles aussi trĂšs variĂ©es selon la personne, de celui qui dĂ©marre par l’aspect technique Ă  celui qui met tout de suite en avant les problĂ©matiques d’ergonomie. Bien sur, la prĂ©sentation varie Ă©normĂ©ment selon les affinitĂ©s et les problĂ©matiques rencontrĂ©es par chacun·e. Peut-ĂȘtre qu’avoir une description homogĂšne (qui ne parte dans l’aspect technique que face Ă  des personnes orientĂ©es technique) puis des pistes selon les compĂ©tences / envies de la personne en face serait Ă  envisager ? (c’est un point que je laisse en suspens, mais il faut avouer qu’à force je suis rebutĂ©e par ceux qui m’expliquent immĂ©diatement en quelle technologie est leur application alors que je suis trĂšs interessĂ©e par celleux qui ont des problĂ©matiques de conception 😉 )

Icebreaker rigolo

Petite recette: Prenez une feuille et Ă©crivez en gros au marqueur ce dont vous avez envie de parler / un truc Ă  apprendre Ă  quelqu’un, montrez la feuille Ă  tout le monde et formez un binĂŽme avec une personne qui est intĂ©ressé·e par votre thĂšme et a un thĂšme qui vous intĂ©resse (ou pas) !

Grodébat I

AprÚs déjeuner (des lasagnes végétariennes à tomber <3) nous avons repris certaines catégories de problématiques listées le matin et nous sommes séparés en petits groupes pour déterminer:

  • C’est quoi le problĂšme ?
  • Dans l’idĂ©al, avec une baguette magique, qu’est-ce qu’on fait ?
  • Quelles solutions concrĂštes pour y arriver ?

Nous sommes arrivĂ©s Ă  tout un tas de solutions pour nous mettre le pied Ă  l’étrier:

Vision :

CrĂ©er un manifeste et crĂ©er des rencontres mĂȘlant communautĂ© de contributeur·ice·s et utilisateur·ice·s

AccĂšs au savoir & Appropriation :

Formuler des avantages concurrentiels pour les marchés publics et rendre transparents les logiciels utilisés dans le service public

Sortir de l’entre-soi :

Trouver des mĂ©taphores pour expliquer sans ĂȘtre technique, lister les communautĂ©s avec des objectifs similaires mais des besoins diffĂ©rents.

RĂ©partition des tĂąches :

Lister l’ensemble des tñches à faire et leur avancement.

Expression des besoins :

Lister & Publier les besoins de contribution en petites tĂąches, CrĂ©er un bouton “J’ai un problĂšme” qui s’adresse Ă  un humain (facilitateur ou UX designer)

Rapports de pouvoir :

Mettre et afficher un systÚme de résolution des conflits.

Gestion du temps (et de l’argent) :

Mesurer le temps mis pour une tùche pour le prioriser dans le futur et compléter le financement par le don.

Accueil :

Avoir un·e rĂ©fĂ©rent·e du projet, co-rĂ©diger une charte d’accueil “Comment accueillir les personnes”.

Toutes ces solutions qui sont autant de petits pas Ă  mettre en Ɠuvre m’ont beaucoup enthousiasmĂ©e : j’ai l’impression que le chemin est tout tracĂ© pour rĂ©aliser de belles choses ensemble ! Nous avons d’ailleurs enchaĂźnĂ© avec de petits groupes de travail concrets permettant de dĂ©buter la rĂ©daction d’une charte, designer un bouton “J’ai un problĂšme” ou encore rĂ©flĂ©chir Ă  une plateforme listant les besoins de contribution.

Tout ça en une seule journĂ©e autant vous dire que nous Ă©tions lessivé·e·s Ă  la fin, mais aprĂšs un bon repas (prĂ©parĂ© par les cuistots de Grrrnd Zero) il Ă©tait temps de se coucher pour ĂȘtre fraß·che·s le lendemain !

C’est reparti pour un tour !

C’est avec une fraĂźcheur toute relative que nous avons entamĂ© la seconde journĂ©e du FCC. La fatigue est lĂ , mais la bonne humeur et l’enthousiasme gĂ©nĂ©ral donnent vraiment envie de finir le week-end en beautĂ©. Nous entamons un tour de mĂ©tĂ©o avec pas mal de personnes dans le brouillard du matin, mais trĂšs vite nous faisons chauffer les mĂ©ninges collectivement.

Contributeur·ice·s, oĂč ĂȘtes-vous ?

Nous dĂ©marrons par une sĂ©ance de « boule de neige » oĂč nous sommes invité·e·s Ă  lister les endroits oĂč, demain, nous pourrions aller pour parler du logiciel libre et trouver de nouvelles personnes pour contribuer ! Sur un autre tas, nous Ă©crivons plutĂŽt ce qui nous empĂȘche de le faire actuellement.

Je liste personnellement mes prĂ©cĂ©dentes Ă©coles de design qui sont, Ă  mon avis, des nids Ă  designers motivé·e·s mais pour qui le monde du libre est inexistant (on a tendance Ă  nous parler principalement de droit d’auteur et nous n’entendons jamais parler de licences libres). Pour y aller cependant, il me faut plus de connaissances sur les licences et une liste de projet dont ils pourraient s’emparer afin de commencer Ă  contribuer rapidement.

À la fin nous collons tout nos post-it sur les murs et, comme a dit lunar: “Si chacun ramùne 3 personnes, la prochaine fois on est 300.”. Il n’y a plus qu’à !

Gros DĂ©bat II : Le retour

Nous enchaĂźnons sur des groupes de travail thĂ©matiques. Je rejoins celui qui aborde le sujet du financement, et y apprends sans surprise que les subventions demandent un investissement Ă©norme (environ 1/3 du temps total de travail passĂ© pour les demander) et que, si le fonctionnement grĂące aux dons permet beaucoup plus de libertĂ©, il est soumis Ă  des rĂšgles strictes, notamment au fait qu’on ne peut pas donner de contrepartie en Ă©change d’un don, qui doit ĂȘtre fait uniquement pour soutenir le travail passĂ© et Ă  venir de l’association (dans les grandes lignes).
Le monde des financements a l’air trĂšs nĂ©buleux, ce qui nous fait envisager de rechercher des contributeur·ice·s s’y connaissant en financement comme l’on en rechercherait en design ou en admin sys !

Les autres groupes ont pour leur part envisagé :

Accueil :

Montrer de l’intĂ©rĂȘt aux personnes qui arrivent, lister les besoins afin qu’iels puissent s’en emparer.

Discutons ensemble :

Diversifier les compétences en listant les besoins (les solutions se regroupent, chouette !), ne pas imposer des outils libres aux futurs utilisateur·ice·s mais partir de leurs problÚmes plutÎt (on dirait bien une démarche de conception centrée utilisateur·ice \o/ )

Rencontrer les utilisateur·ice·s :

Avoir des relais au sein de l’association ou se greffer Ă  une rencontre existante afin de faciliter les Ă©changes, demander Ă  des UX Designers de se joindre aux rencontres et motiver certains devs Ă  venir voir les tests utilisateurs.

Comment on garde le lien post-FCC :

Avoir une plateforme ou l’on puisse mettre des photos, un article de blog (collaboratif ?) rĂ©capitulant le week-end, et au-delĂ , une plateforme listant les besoins de contribution (oui, encore, chouette !)

La machine infernale !

AprĂšs le repas composĂ© de pizzas maison (c’est vraiment sympa Grrrnd Zero), nous nous lançons dans la machine infernale : une premiĂšre personne se place et commence Ă  enchaĂźner un son et un geste, de façon rĂ©pĂ©titive. Une seconde personne la rejoint et va elle aussi rĂ©aliser son geste, et chacun va Ă  son tour rejoindre la machine infernale, en rĂ©pĂ©tant indĂ©finiment son geste et son son jusqu’à ce que
 la machine s’emballe ! C’était un petit jeu trĂšs chouette et revigorant aprĂšs la phase digestive !

Gros DĂ©bat III

Pour ce troisiĂšme groupe de rĂ©flexion, je rejoins pyg qui a envie de rĂ©unir des associations afin de les informer sur le logiciel libre, qui leur plaĂźt pour des raisons Ă©videntes de prix, mais aussi de valeurs ! Cependant le numĂ©rique est un domaine assez vaste et pour des assos qui ne s’y connaissent pas, il y a besoin de faire de l’éducation aux usages et Ă  ce que cela engendre d’utiliser tel ou telle logiciel ou application.

Le groupe fourmille d’idĂ©es, je retiens pĂȘle-mĂȘle:

  • Il y a un besoin de sensibilisation, de dĂ©monstration des possibilitĂ©s des logiciels libres, et d’accompagnement Ă  la transition,
  • Les associations ont besoin d’indĂ©pendance, de communiquer et de collaborer
  • Les mettre en relation vis Ă  vis de leurs besoins peut permettre une mise en commun de financement pour dĂ©velopper des logiciels ouverts et adaptĂ©s
  • Il faut aller voir les assos pour savoir ce dont elles ont besoin et ce qu’elles recherchent
  • Selon les retours, dĂ©cider du format, plutĂŽt confĂ©rence organisĂ©e ou Summer Camp trĂšs ouvert ?

Moi qui recherche à participer à des choses qui ont du sens, me voilà pile au bon endroit et j’en suis trùs heureuse ^.^

Ça sent la fin !

Enfin, pour finaliser le FCC, nous avons 4 catégories de post-it, à remplir puis à afficher au mur:

  • ❀ Ce que nous avons fait ce week-end et qui nous a plu !
  • 🌟 Ce que j’ai envie de faire dĂšs demain pour contribuer.
  • ➡ Ce que je fais dans les prochains mois.
  • 😊 Ce que j’ai envie que quelqu’un d’autre ici fasse (et chacun pouvait rĂ©cupĂ©rer un post-it de ce type pour s’y engager)

Voici les miens :

Merci le FCC !

Ce Fabulous Contribution Camp a Ă©tĂ© une trĂšs bonne expĂ©rience : J’ai pu parler UX en long, en large et en travers, Ă  des personnes qui se sont montrĂ©es Ă  l’écoute de ce que j’avais Ă  leur raconter (et ça ça fait plaisir !). Les diffĂ©rentes solutions Ă©noncĂ©es, avec des pistes concrĂštes de rĂ©alisation pour se lancer rapidement me donnent des ailes, et j’espĂšre que cette motivation ne va pas retomber de sitĂŽt !

Je vous tiendrai au courant de mes avancĂ©es dans le monde du libre et de la contribution, en tout cas je remercie Framasoft de m’avoir permis de venir partager un week-end Ă  Lyon avec eux Ă  parler et rĂȘver du futur du numĂ©rique !

Pour finir, voici les sketchnotes de ce week-end collaboratif. Prenez soin de vous 🙂

novembre 2017

Licence Creative Commons