Impôts et dons à Framasoft : le prélèvement à la source en 2019

De nombreux donateurs s’inquiètent de savoir comment cela va se passer l’année prochaine pour les dons effectués à Framasoft en 2018 et le prélèvement à la source à partir de 2019. Pour une fois les choses sont très simples : rien ne change pour votre réduction d’impôt.

En 2019, les impôts seront prélevés à la source. Pour autant, la réduction fiscale demeure inchangée si vous faites un don à Framasoft : un don de 100 € en 2018 peut vous donner droit à 66 € de réduction fiscale, qui vous seront remboursés en août 2019.

Illustration du processus de don

Le déroulement en détail

Jusqu’à présent, vous faisiez votre déclaration au printemps en indiquant votre don ouvrant droit à une réduction d’impôt de 66%, dans la limite de 20 % du revenu imposable. En fin d’année, les services fiscaux vous indiquaient le montant à régler en tenant compte d’une éventuelle mensualisation demandée de votre part.

À partir de 2019, vous allez faire des règlements mensuels dès le mois de janvier en fonction d’un taux déterminé par l’administration fiscale et des paramètres que vous leur aurez fournis. Ceux qui ont fait un don en 2017 recevront, dès le 15 janvier 2019, un acompte de 60% de la réduction d’impôt dont ils ont bénéficié en 2018 au titre des dons effectués en 2017.

Vous ferez, comme chaque année, votre déclaration au printemps, vers mai-juin. Vous indiquerez alors le montant des dons faits à Framasoft en 2018 et pourrez, si demandé, joindre le justificatif que nous vous aurons fait parvenir vers mars-avril. C’est vers la fin de l’été que les impôts vous enverront votre avis, en tenant compte de ce don et d’un éventuel acompte versé de leur part en janvier. C’est alors que l’administration procédera à un recalcul de vos mensualités ou un remboursement, selon le cas et les montants. Les prélèvements mensuels se poursuivront ensuite pour ajuster vos paiements au montant de l’impôt dont vous devrez vous acquitter.

Et c’est tout. En gros, rien ne change pour votre réduction d’impôt pour les dons faits à Framasoft.

Exemple concret

Avant

Maintenant

Camille a donné 100 € par carte bleue à Framasoft en octobre 2017 en passant par https://soutenir.framasoft.org.

En mars 2018, Framasoft lui a envoyé un reçu fiscal pour ce don de 100€.

En mai 2018, Camille a déclaré ses revenus 2017, en précisant qu’elle avait fait un don de 100€ à Framasoft dans la case 7UF «Dons versés à d’autres organismes d’intérêt général».

En août 2018, Camille a reçu son avis d’imposition, qui indiquait prendre en compte une déduction de 66€ (100€ x 66%).

Fin décembre 2018, Camille donne 100€ à Framasoft. Elle le fait sur https://soutenir.framasoft.org comme l’an passé.

En mars 2019, Framasoft lui envoie son reçu fiscal pour un don de 100€.

En mai 2019, Camille reçoit des impôts sa déclaration de revenus 2018. Elle déclare alors (sur papier ou en ligne) ses revenus 2018, et indique (toujours dans la case « Dons versés à d’autres organismes d’intérêt général ») un montant de 100€.

En août/septembre 2019 (environ), les impôts envoient à Camille son avis d’imposition indiquant prendre en compte sa déduction de 66€ (100 € x 66%).

Son don de 100€ à Framasoft, après déduction, ne lui aura coûté que 34€ (100€ de don – 66€ de déduction). Son don de 100€ à Framasoft, après déduction, ne lui aura coûté que 34€ (100€ de don – 66€ de déduction).

 

 

Maintenant que vous voilà rassurés, nous ne pouvons que vous encourager à faire un don pour soutenir nos actions 🙂

Faire un don à Framasoft

 

 

Pour en savoir plus




Des routes et des ponts (14) – synthèse sur les difficultés de financement

Au cours des deux derniers chapitres (si vous avez manqué des chapitres, c’est par ici) Nadia Eghbal nous a décrit les solutions existantes pour financer les projets open source et leurs contributeurs : mécénat, crowdfunding, utilisation payante d’un logiciel ou d’un service ; elle a également montré les difficultés et les limites de chaque mode de financement.

Dans ce bref chapitre, l’autrice poursuit sa recherche sur les financements en faisant un point synthétique sur les causes systémiques des difficultés de financement des projets open source.

Traduction Framalang : Sphinx, Penguin, Opsylac, Luc, dominix, lyn., goofy

Pourquoi ces projets sont-ils si difficiles à financer ?

Aujourd’hui, le travail sur les infrastructures numériques est effectué par des développeurs freelance ou ayant un « job alimentaire », leur temps libre est consacré aux projets open source mais le reste du temps ils font un travail rémunéré sans rapport avec ces projets. Même si c’est un moyen réaliste pour financer son quotidien, cela ne permet pas d’apprécier à sa juste valeur l’apport social de ces projets.

Étonnamment, bien que tout le monde soit d’accord pour reconnaître qu’il y a un problème (qu’on le qualifie de « burnout du bénévole », de mauvaise gestion de la communauté ou de manque de financement suffisant), la discussion ne dépasse pas le stade de maigres solutions à court-terme comme les « pourboires » ou le crowdfunding.

Discutez avec des développeurs qui ont trouvé un moyen de gagner leur vie, et vous entendrez le mot « chanceux » à tout bout de champ : chanceux d’avoir été embauché par une entreprise, chanceux d’avoir eu de la notoriété et des dons, chanceux d’être tombé sur un modèle économique viable, chanceux de ne pas avoir une famille ou un prêt dont s’inquiéter. Tout le monde peut être chanceux. Mais la chance dure quelques mois, peut-être un an ou deux, et puis elle s’épuise.

Pourquoi est-il si difficile de financer les infrastructures numériques ?

Fondamentalement, l’infrastructure numérique a un problème de passagers clandestins. Les ressources sont disponibles gratuitement, et tout le monde les utilise (qu’il s’agisse de développeurs individuels ou de grandes entreprises de logiciels), mais personne n’est encouragé à contribuer en retour, chacun s’imaginant qu’un autre finira par le faire. S’il est laissé à l’abandon, ce problème mènera à une tragédie des communs.
En plus de l’enjeu macroéconomique des communs, il y a plusieurs raisons pour lesquelles le financement des infrastructures numériques est particulièrement compliqué. Ces raisons ont déjà été abordées au cours de cette étude, mais sont toutes résumées ici.

On croit à tort qu’il s’agit d’un « problème résolu ».

Même parmi les acteurs du secteur comme les entreprises de logiciels, la croyance est très répandue que l’open source est déjà correctement financée, ce qui rend d’autant plus difficile la levée de fonds. Certains projets d’infrastructure fonctionnent durablement, soit parce qu’ils disposent d’un modèle économique viable ou de mécènes, soit parce que les coûts de maintenance sont limités. Un public novice pourra également faire le lien entre l’open source et des entreprises telles que Red Hat ou Docker et penser que le problème a été résolu. Mais il faut garder à l’esprit que ces cas sont l’exception et non la règle.

Il manque une prise de conscience et une compréhension culturelle de ce problème.

En dehors de la communauté open source, tout le monde, ou presque, ignore les problèmes de financement de ces projets d’infrastructure, et le sujet est perçu comme plutôt aride et technique. Les développeurs qui ont besoin de soutien ont tendance à se concentrer principalement sur la technique et sont mal à l’aise lorsqu’il s’agit de défendre l’aspect financier de leur travail. Au bout du compte, on ne parvient pas à trouver l’élan qui pourrait modifier cette situation en panne.

Les infrastructures numériques sont enracinées dans l’open source, dont la culture du bénévolat n’encourage pas à parler d’argent.

Même si cette attitude a fait de l’open source ce qu’elle est aujourd’hui, elle crée également un tabou qui rend difficile pour les développeurs l’évocation de leurs besoins, car ils se sentent coupables ou ont peur de passer pour des personnes qui n’auraient pas l’esprit d’équipe. La nature hautement décentralisée et démocratique de l’Open source rend également difficile la coordination et le financement d’acteurs institutionnels qui pourraient défendre leurs intérêts.

5682524083_faeb5c2927_z
I want you to open source! photo par J. Albert Bowden II (CC BY 2.0)

 

Les infrastructures numériques sont hautement décentralisées, contrairement aux infrastructures physiques.

Contrairement à un projet de construction de pont, il n’est pas toujours évident de savoir quels projets seront utiles avant qu’ils n’aient déjà décollé. Ils ne peuvent pas être planifiés à l’avance par un organisme centralisé. Et à l’autre bout du cycle de vie, certains projets sont destinés à tomber en désuétude à mesure que d’autres solutions, meilleures, prendront leur place. L’infrastructure numérique est constituée de centaines de projets, grands ou petits, réalisés par des individus, des groupes ou des entreprises ; en faire l’inventaire serait un travail de titan.

 

« Il est difficile de trouver des financements… pour le développeur moyen (comme moi), certains sont totalement hors de portée. [Kickstarter] ne marche que si tu deviens viral, ou si tu embauches quelqu’un pour faire tout ce qui est marketing/design/promotion… Transformer un projet en entreprise c’est génial aussi mais… ce sont des choses qui t’éloignent du développement (qui est la partie qui m’intéresse). Si je voulais obtenir une subvention, je ne saurais même pas par où commencer. »

– Kyle Kemp, développeur freelance et contributeur open source.

 




Des routes et des ponts (9) – l’argent et l’open source

Nadia Eghbal a déjà évoqué plusieurs fois les liens entre l’argent et l’open source (si vous avez manqué des épisodes). Elle y revient dans ce chapitre, en insistant sur les questions fondamentales que pose l’argent aux communautés open source ainsi qu’à leurs membres.

Question de nature quasi-philosophique : l’open source peut-il perdre son âme à cause de l’argent ? Question de gouvernance : qui va décider de l’utilisation des fonds ? Et pour finir question éthique et politique : jusqu’à où peut-on, doit-on accepter les requêtes des financeurs ?

La relation compliquée de l’open source avec l’argent

Traduction Framalang : goudron, Penguin, serici, goofy, Rozmador, xi, Lumibd, teromene, xi, Diane, et 3 anonymes

eye-banknote

L’argent est un sujet tabou dans les projets open source, et ce depuis les premiers jours du mouvement du logiciel libre qui émergea en réponse directe aux pratiques commerciales des logiciels propriétaires. Dans le contexte du mouvement du logiciel libre, l’aversion pour l’argent est tout à fait compréhensible. L’argent est ce qui permettait de commercialiser les logiciels dans les années 1980 et il a fallu des décennies pour revenir sur cet état d’esprit et promouvoir les avantages liés à l’élaboration de logiciels qui soient libres d’utilisation, de distribution et de modification. Même si de nos jours, nous prenons les logiciels libres pour acquis, dans les années 1980, c’était une véritable contre-culture, un état d’esprit révolutionnaire.

Au sein même des communautés open source, il existe une croyance répandue selon laquelle l’argent est de nature à corrompre l’open source. Et en effet, le nombre de projets nés d’un « travail-passion » est assez incroyable. Aujourd’hui, le développement de logiciel est considéré comme un domaine lucratif, dont les écoles de programmation appâtent leurs futurs étudiants avec des promesses de premiers salaires en dollars à six chiffres. Par contraste, il y a quelque chose de pur et d’admirable dans le fait de créer un logiciel simplement pour le plaisir.

D’un point de vue plus pratique, les projets open source se créent traditionnellement autour d’un besoin réel et identifiable. Quelqu’un estime qu’un projet pourrait être mieux fait, décide de le forker, effectue des améliorations, puis les diffuse pour qu’on en fasse usage. Le pragmatisme est au cœur de la culture open source, comme le prouve sa scission stratégique avec le mouvement du logiciel libre à la fin des années 1990. Certains contributeurs open source craignent, peut-être avec raison, que l’argent n’introduise un développement « artificiel » du système, avec des développeurs qui lancent de nouveaux projets simplement pour acquérir des financements, plutôt que pour répondre à un besoin réel.

David Heinemeier Hansson (aussi connu sous le pseudo de DHH), qui a créé le framework populaire Ruby on Rails, mettait en garde en 2013 contre les mélanges entre open source et argent :

Si l’open source est une incroyable force pour la qualité et pour la communauté, c’est précisément parce qu’elle n’a pas été définie en termes de marché. Dans le cadre du marché, la plupart des projets open source n’auraient jamais eu leur chance.

Prenez Ruby on Rails. […] C’est une réalisation colossale pour l’humanité ! Des milliers de gens, collaborant pendant une décennie entière pour produire une structure et un écosystème incroyablement aboutis, disponibles pour tous gratuitement. Prenez une seconde pour méditer sur l’ampleur de cette réussite. Pas seulement pour Rails, évidemment, mais pour de nombreux autres projets open source, encore plus grands, avec une filiation plus longue et encore plus de succès.

C’est en considérant ce fantastique succès, dû aux règles de vie d’une communauté, que nous devrions être extraordinairement prudents avant de laisser les lois du marché corrompre l’écosystème.

Structurellement, le meilleur atout de l’open source : son penchant pour la démocratie, est aussi sa faiblesse. Beaucoup de projets open source ne sont rien de plus qu’un dépôt numérique public où est stocké du code auquel un groupe de gens contribue régulièrement : l’équivalent d’une association officieuse sur un campus universitaire. Il n’y a pas de structure légale et il n’y a pas de propriétaire ou de chef clairement défini. Les  « mainteneurs » ou les contributeurs principaux émergent souvent de facto, en fonction de qui a créé le projet, ou de qui y a investi beaucoup de temps ou d’efforts. Cependant, même dans ces cas-là, dans certains projets on répugne à introduire une hiérarchie favorisant clairement un contributeur par rapport à un autre.

En avril 2008, Jeff Atwood, un développeur .NET bien connu et dont nous avons déjà parlé, a annoncé qu’il donnait 5 000 $ au projet open source : ScrewTurn Wiki. ScrewTurn Wiki est un projet de wiki développé par Dario Solara, un autre développeur .NET, et maintenu par des volontaires. Atwood a dit à Dario que le don était « sans condition » : Solara pouvait utiliser l’argent de la manière qu’il jugerait la plus utile au projet.
Plusieurs mois plus tard, Atwood demanda à Solara comment il avait décidé de dépenser l’argent. Solara lui répondit que l’argent de la donation était « encore intact. Ce n’est pas facile de l’utiliser… Que suggères-tu ? » Atwood a écrit que cette réponse l’avait « terriblement déçu ».

La nature décentralisée du monde open source en a fait ce qu’il est : des logiciels produits de façon participative, que n’importe qui peut élaborer, partager, et améliorer. Mais quand vient le moment de discuter des besoins organisationnels, ou de la viabilité, il peut être difficile de prendre des décisions faisant autorité.

Ces transitions vers une viabilité à long terme peuvent êtres interminables et douloureuses. Un des exemples les plus connus est le noyau Linux, un projet open source utilisé dans de nombreux systèmes d’exploitation à travers le monde, parmi lesquels Android et Chrome OS. Il a été créé en 1991 par Linus Torvalds, un étudiant en informatique .
Au fur et à mesure que le noyau Linux gagnait en popularité, Linus rechignait à discuter de l’organisation du développement du projet, préférant tout gérer tout seul.  L’inquiétude et aussi la colère à l’égard de Torvalds grandirent chez les développeurs du projet, déclenchant de « vraies grosses disputes » selon Torvalds. Le conflit a atteint son apogée en 2002, on évoqua même un possible schisme.

Torvalds attribua ces conflits internes à un manque d’organisation, plutôt qu’à un quelconque problème technique :

Nous avons eu de vraies grosses disputes aux alentours de 2002, quand j’appliquais des correctifs à droite à gauche, et que les choses ne fonctionnaient vraiment pas. C’était très douloureux pour tout le monde, et également beaucoup pour moi. Personne n’aime vraiment les critiques, et il y avait beaucoup de critiques virulentes, et comme ce n’était pas un problème strictement technique, on ne pouvait pas juste montrer un correctif et dire :  « Hé, regardez, ce patch améliore les performances de 15% » ou quoique ce soit de ce genre. Il n’y avait pas de solution technique. La solution a été d’utiliser de meilleurs outils, et d’avoir une organisation du travail qui nous permette de mieux distribuer les tâches.

La Fondation Linux a été créée en 2007 pour aider à protéger et à maintenir Linux et ses projets associés. Torvalds ne pilote pas la Fondation Linux lui-même, il a préféré recevoir un salaire régulier en tant que « Compagnon Linux », et travailler sur ses projets en tant qu’ingénieur.

Malgré le fait que le logiciel open source soit admirablement ancré dans une culture du volontariat et de la collaboration relativement peu touchée par des motivations extérieures, la réalité est que notre économie et notre société, depuis les sociétés multimillionnaires jusqu’aux sites web gouvernementaux, dépendent de l’open source.

Dans l’ensemble, c’est probablement une évolution positive pour la société. Cela signifie que les logiciels ne sont plus limités à un développement privé et propriétaire, comme cela a été le cas pendant des dizaines d’années. Le fait que le gouvernement des États-Unis, ou un réseau social possédant des milliards d’utilisateurs, intègrent des logiciels construits par une communauté, annonce un futur optimiste pour la démocratie.

De plus, de nombreux projets fonctionnent très bien de manière communautaire lorsqu’ils sont d’une des deux tailles extrêmes possibles, c’est-à-dire soit des petits projets qui ne demandent pas de maintenance significative (comme dans l’exemple de Arash Payan et Appirater), soit de très gros projets qui reçoivent un soutien important de la part d’entreprises (comme Linux).

Cependant, beaucoup de projets sont coincés quelque part entre les deux : assez grands pour avoir besoin d’une maintenance significative, mais pas d’une taille suffisante pour que des entreprises déclarent leur offrir un soutien. Ces projets sont ceux dont l’histoire passe inaperçue, ceux dont on ne parle pas. Des deux côtés, on dit aux développeurs de ces projets « moyens » qu’ils sont le problème : du côté des « petits projets », on pense qu’ils devraient simplement mieux s’organiser et du côté des « gros projets », on pense que si leur projet était « assez bon », il aurait déjà reçu l’attention des soutiens institutionnels.

Il existe aussi des intérêts politiques autour de la question du soutien financier qui rendent encore plus difficile la prospection d’une source de financement fiable. On peut imaginer qu’une entreprise seule ne souhaite pas sponsoriser le développement d’un travail qui pourrait également bénéficier à son concurrent, qui lui n’aurait rien payé. Un mécène privé peut exiger des privilèges spécifiques qui menacent la neutralité d’un projet. Par exemple, dans les projets en lien avec la sécurité, le fait d’exiger d’être le seul à qui sont révélées les potentielles failles (c’est-à-dire payer pour être le seul à connaître les failles de sécurité plutôt que de les rendre publiques) est un type de requête controversé. Des gouvernements peuvent également avoir des raisons politiques pour financer le développement d’un projet en particulier, ou pour demander des faveurs spéciales comme une « backdoor » (une porte dérobée, c’est-à-dire un accès secret qui permet d’outrepasser les authentifications de sécurité), même si le projet est utilisé dans le monde entier.

Les récents démêlés légaux entre le FBI et Apple sont un bon révélateur des tensions qui existent entre technologie et gouvernement, au-delà même des projets open source.
Le FBI a, de manière répétée, et à l’aide d’assignations en justice, demandé l’aide d’Apple pour déverrouiller des téléphones afin d’aider à résoudre des enquêtes criminelles. Apple a toujours refusé ces requêtes. En février 2016, le FBI a demandé l’aide d’Apple pour déverrouiller le téléphone d’un des tireurs d’une attaque terroriste récente à San Bernardino, en Californie. Apple a également refusé de les aider, et a publié une lettre sur son site, déclarant :

Tout en croyant que les intentions du FBI sont bonnes, nous pensons qu’il serait mauvais pour le gouvernement de nous forcer à ajouter une « backdoor » dans nos produits. Et finalement, nous avons peur que cette demande mette en danger les libertés que notre gouvernement est censé protéger.

 

En mars 2016, le FBI a trouvé une tierce partie pour l’aider à déverrouiller l’iPhone et a laissé tomber l’affaire.

Une des plus grandes forces de l’open source est que le code est considéré comme un bien public, et beaucoup de projets prennent la gestion de ces projets au sérieux.  Il est important à titre personnel, pour beaucoup de développeurs de projets, que personne ne puisse prendre seul le contrôle d’une chose que le public utilise et dont il bénéficie. Toutefois, cet engagement à rester neutre a un prix, puisque beaucoup de ressources disponibles pour les développeurs de nos jours (comme les capitaux-risques ou les donations d’entreprises) attendent en contrepartie d’influer sur le projet ou des retours sur investissement.

Le logiciel open source est créé et utilisé de nos jours à une vitesse jamais vue auparavant. Beaucoup de projets open source sont en train d’expérimenter la difficile transition d’une création désintéressée à une infrastructure publique essentielle.
Ces dépendances toujours plus nombreuses signifient que nous avons pour responsabilité partagée de garantir à ces projets le soutien dont ils ont besoin.

eye-larger-banknote
Crédits pour les 2 images Eelke (CC BY 2.0)




Libre comme le loup, et comme ces élèves de 1ère Bac Pro qui sollicitent votre soutien

« Plutôt que je crée, je vends, nous avons choisi je crée et je partage… »

Regroupés au sein de la mini entreprise « TimberWolf Créativ’ », des élèves en 1ère Bac Pro du lycée professionnel Camille Schneider de Molsheim nous proposent un projet tout à fait intéressant autour de la création d’un livre numérique sur le loup en Alsace.

Il s’intitule « Libre comme le loup » (cf cette vidéo). Comme vous pourrez le constater en lisant l’entretien ci-dessous, il n’y a pas que le loup qui est libre ici. Et quand on demande aux élèves ce qu’ils ont déjà retenu de leur expérience à ce stade du projet, le HTML5+CSS3, les logiciels libres et les licences libres font partie des réponses.

Un projet à soutenir, d’autant qu’ils sont en campagne de financement sur Ulule pour couvrir les frais.

Remarque : Framasoft est impliqué dans le projet en accompagnant les élèves dans la création de leur ePub sur des outils et des formats libres. Nous les avons également invités à l’événement Vosges Opération Libre à Gérardmer en mai prochain, que vous pouvez d’ores et déjà noter sur vos tablettes si vous êtes de la région.

Libre comme le loup - Ulule

Interview des élèves porteurs du projet

Bonjour, pouvez-vous présentez succinctement en indiquant quelle fonction vous occupez au sein du projet ?


Je m’appelle Elisabeth, j’ai 16 ans, je suis en 1er Bac Pro Gestion-Administration au LP Camille Schneider de Molsheim et PDG de la mini-entreprise TimberWolf Créativ’. Et voici les responsables des différents services qui sont tous avec moi au lycée :

  • Auriane, DG
  • Arzu, Responsable Technique.
  • Sylvie, Responsable Artistique.
  • Pauline, Responsable Administrative.
  • Mélanie, Responsable Financière.
  • Mélissa, Responsable Marketing au sein de TimberWolf Créativ’

Alors le projet « Libre comme le loup », c’est quoi exactement ?

1620569_1418157165090157_2018577556_n.jpgC’est mettre en place un E-pub sur les légendes alsaciennes en rapport avec le loup afin de faciliter son retour dans nos contrées. Pour faire parler du loup dans nos contrées alsaciennes, nous avons pour projet de réaliser un E-Pub libre écrit sous licence Creative Commons by-SA.

Dans notre E-Pub vous trouverez des légendes alsaciennes oubliées et inconnues sur le loup ainsi que des musiques composées spécialement par notre partenaire La Poupée du Loup, nos dessins et nos énigmes. Une magnifique image de couverture réalisée par l’artiste Jean Linnhoff.

Quelle est la situation actuelle du loup en Alsace ?

Après avoir été éradiqué au début du XXe siècle, il revient chez nous tout doucement. On l’a aperçu à Still et au col du Donon très récemment. Les réactions sont diverses entre les pros-loup et les anti-loup.

Qu’est-ce qu’une « mini entreprise » ? Est-ce ouvert à tous les lycéens ?


C’est une entreprise comme une autre, sauf qu’elle est sous couvert de l’Education nationale, via Entreprendre Pour Apprendre. D’une durée d’un an elle est dirigée par des élèves. Ce type de formation est ouvert à tous mais ne fonctionne vraiment qu’avec une classe solidaire, motivée et qui n’a pas peur de faire des heures sup !

Pourquoi uniquement un ePub et pas également une impression papier ? Est-ce parce que l’ePub propose une autre expérience au lecteur avec de l’interactivité, de la musique, etc. ? Parce que le papier, c’est trop cher ?


Notre E-pub est basé sur un livre papier déjà existant, lui-même créé par la mini-entreprise de l’an passé. L’E-pub apporte une dimension interactive, musicale et visuelle et touche un autre public. Ici le coût n’entre pas en compte, c’est plutôt un choix en rapport avec l’air du temps, l’enseignement des nouvelles technologies en classe de Gestion Administration.

Votre projet s’inscrit sous le signe de la liberté. D’abord pour le loup mais également dans le choix des technologies utilisées (HTML5, CSS3…) et des licences adoptées (CC By-SA). En quoi le « choix du Libre » est-il ici important pour vous ?


La liberté est le maître mot de notre projet : un loup libre, une culture libre pour que chacun puisse apporter sa pierre à l’édifice. Nous souhaitions développer un autre aspect économique, plutôt que je crée, je vends, nous avons choisi je crée et je partage !

La musique, du groupe La Poupée du Loup, est aussi sous licence libre CC By-SA. Ont-ils été faciles à convaincre ?


Nous n’avons eu aucun besoin de les convaincre, ils étaient partants dès le départ et se sont beaucoup investis dans notre E-pub mais également dans l’événementiel au Molodoï.

Vous organisez un week-end à Strasbourg et vous participez à Vosges Opération Libre à Gérardmer. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Nous organisons un concert avec La Poupée du Loup, Dirty Deep, Les Poches Vides, le samedi 19 avril à partir de 21h avec une entrée à 5€ et un débat le dimanche 20 avril à partir de 14h avec entrée libre sur le thème du retour du loup en Alsace et l’artiste Jean Linnhoff pour un graff.

5293df530b3e2c65432881fecd93babc.png

941d9d550d325db1da49398a24c50c55.png

Mais nous n’en restons pas là. Nous serons également présents à Vosges Opération Libre avec notre partenaire Framasoft, qui se déroulera le 17 et 18 mai à Gérardmer, pour présenter notre travail. Effectivement ce dernier nous a invité à participer à cet événement pour nous permettre de mettre en avant notre projet et en même temps pouvoir mieux connaître et naviguer dans « le Libre ». Jusqu’à ce jour, nous avions uniquement travaillé avec des logiciels bureautiques sous licence propriétaire et ce projet nous a permis de découvrir une autre facette informatique.

En quoi ce projet s’inscrit bien dans le programme pédagogique de votre classe de 1ère BAC Pro Gestion Administration ?


1026061_1427180937521113_272946299_o.jpgNous quittons le virtuel et le théorique pour entrer dans la réalité avec des actions concrètes. Nous devons tout maîtriser aussi bien l’outil informatique avec HTML5 et CSS3, qui ne font pas partis de notre programme mais que nous avons dû apprendre à maîtriser en toute autonomie. Il a aussi toute la partie économique et de gestion d’une entreprise, à savoir : le management, le marketing, la comptabilité, les tâches administratives et, petit plus, le côté artistique avec Sylvie qui a fait tous les dessins.

Qu’est-ce que vous avez déjà appris à ce stade du projet ?


Le HTML + CSS3, les logiciels libres, les droits d’auteurs… En plus des spécificités de chaque service, nous avons appris que pour être performant, il faut travailler ensemble.


Vous proposez une campagne de financement participatif sur la plateforme Ulule. Quels sont vos besoins ? Et que se passera-t-il si la somme n’est pas atteinte ?


Nous avons besoin de 2 500 € pour financer :

  • Notre week-end loup au Molodoï de Strasbourg
    • Cachet des artistes
    • Défraiement
    • Communication sur l’événement (flyer, affiche, carte postale…)
    • La location du Molodoï
    • La gestion du week-end
    • Les repas pour les intervenants
  • La conception de l’E-Pub qui sera téléchargeable gratuitement mais également vendu sous forme de clé USB :
    • L’achat du support soit la clé USB de 4 Go sur laquelle figurera notre E-Pub + les 3 musiques de la Poupée du Loup + des logiciels Libres de Droit
  • L’enregistrement en studio des musiques (3 jours)
  • Les produits dérivés (Tee-Shirts, Casquettes)
  • Frais de déplacement et d’hébergement :
    • Week-end Vosges Opération Libre, à Gérardmer
    • Déplacements sur Strasbourg (24 élèves)

Et si en fin d’année nous avons réussi à avoir un solde positif, nous reverserons une part de nos bénéfices à une association de défense du loup. Si nous ne les atteignons pas,… nous ne voulons pas y penser… gloups !

Un dernier mot ? Un message à faire passer ?


Soyez libre comme le loup ! Et… aidez-nous 😉

10007002_1431238873781986_485693197_n.jpg




Trouver des sous ! (Libres conseils 37/42)

Chaque jeudi à 21h, rendez-vous sur le framapad de traduction, le travail collaboratif sera ensuite publié ici même.

Traduction Framalang : Ouve, Julius22, Sphinx, Garburst, goofy, peupleLà, audionuma, lamessen

Comment demander de l’argent

Selena Deckelmann

Selena Deckelmann est une importante contributrice de PostgreSQL. Elle donne des conférences dans le monde entier sur les logiciels libres, les communautés de développeurs et du trollage. Elle s’intéresse à l’ouverture des données publiques de la ville de Portland, aux poulets d’appartement et à la recherche de solutions pour permettre aux bases de données de fonctionner plus vite.

Elle a fondé Postgres Open, une conférence dédiée aux activités économiques autour de PostgreSQL et au bouleversement du secteur des bases de données. Elle a fondé et co-présidé Open Source Bridge, une conférence de développeurs pour les citoyens open source. Elle a fondé la Conférence PostgreSQL, une brillante série de conférences sur la côte Est et la côte Ouest des États-Unis pour PostgreSQL. Elle fait actuellement partie du comité de programme de PgCon, de la conférence des utilisateurs MySQL et de OSCON Data. Elle est l’une des contributrices au manuel du mentor des Google Summer of Code, et du Guide des Étudiants. Elle est conseillère pour l’initiative Ada et membre du conseil de la société Technocation.

Si je retrace mon parcours depuis la première fois où j’ai démarré un PC sous Linux en 1994, une chose ressort clairement de mon expérience avec l’open source : j’aurais aimé savoir comment demander de l’argent. Demander de l’argent est difficile. J’ai écrit des demandes de subventions, demandé des augmentations, négocié des salaires et des tarifs horaires de consultante et levé des fonds pour des conférences à but non lucratif. Après de nombreuses tentatives et échecs, j’ai développé une méthode qui fonctionne ! Ce qui suit est un condensé des trucs et astuces que j’ai utilisés durant ces cinq dernières années pour augmenter les fonds pour des non-conférences, des sprints de code d’une journée et des conférences de plusieurs jours à propos de la culture et des logiciels open source.

La méthode pour obtenir des fonds pour une conférence comporte six étapes :

  1. identifier un besoin ;
  2. en parler à quelqu’un ;
  3. demander de l’argent ;
  4. récupérer l’argent ;
  5. dépenser l’argent ;
  6. Remercier.

Identifiez un besoin

Votre première mission en tant qu’organisateur de conférences consiste à expliquer pourquoi vous mettez en place une conférence de plus, en quoi elle sera utile à ceux qui y assisteront et quel intérêt un sponsor aurait à vous financer. On appelle ça « écrire un dossier de présentation ». Les éléments principaux d’un tel dossier sont les suivants :

  • l’objectif : en un paragraphe, expliquez pourquoi vous faites la conférence. Qu’est-ce qui vous a poussé à rassembler des gens ? Et qui seront les participants ? De quoi parleront-ils une fois là-bas ? Si vous avez un sujet ou un but particulier en tête, mentionnez-le. Expliquez également pourquoi vous avez choisi tel endroit pour l’événement. Y a-t-il un lien avec le sujet de la conférence ? Est-ce que les personnes intéressantes s’y trouvent ? Est-ce qu’il y a un sponsor ? Enfin, mettez à disposition les chiffres intéressants à propos des événements précédents, comme le nombre de participants et des informations pertinentes sur les intervenants ou des détails sur le lieux choisi ;
  • les possibilités de mécénat et les bénéfices escomptés : cette partie du dossier va mettre en relief ce que les sponsors peuvent attendre de votre conférence. En règle générale, on y expose les retours sont évalués en termes financiers, mais on peut également y décrire des avantages comme des travaux en nature ou du bénévolat. Commencez simplement. Traditionnellement, les parrainages financiers des événements sont assurés par des services des ressources humaines qui cherchent à embaucher ou par des départements commercial-marketing qui cherchent à faire connaître leurs produits ou services. Voici, entre autres, le genre d’avantages que les sponsors en attendent : la mention du sponsor sur un site Web, dans les messages ou tweets pour les participants, l’accès à la liste des adresses électroniques ou aux informations sur les profils des participants, la présence des logos et des étiquettes sur les pochettes, tours de cou et autres gadgets distribués lors de la conférence, de même au moment des pauses cafés, des repas et casse-croûtes. Il leur faut aussi un stand sur la zone de la conférence et de l’espace publicitaire sur le programme de la conférence. Pensez aussi aux choses originales qui permettront de vous démarquer, à travers le déroulement et le lieu de la conférence. Par exemple, à Portland, il y a une boutique de beignets très populaire, avec un service de livraison. Nous avons trouvé un sponsor, et nous avons obtenu la permission d’amener le camion de livraison juste à l’endroit où nous étions et nous avons servi des beignets gratuitement pour le petit-déjeuner. Vous trouverez ci-dessous des liens pour des exemples de dossiers. Ils correspondent tous à de grosses conférences, donc vous n’obtiendrez peut-être pas le même résultat. J’ai déjà fait un dossier, avec une seule possibilité de parrainage, et l’accord était qu’en échange de la présence d’un de ses employés à la conférence, les organisateurs mentionnaient clairement l’entreprise et la remerciaient pour son soutien. Quelques entreprises : OSCON, Open Source Bridge, MeeGo San Francisco

  • le contrat : toujours inclure un contrat avec votre dossier. Cela établit les attentes et les engagements ainsi que le calendrier et peut éviter beaucoup de problèmes en chemin. Je ne suis pas un avocat, donc ce qui suit relève plus de mon expérience que des conseils juridiques. Pour les événements plus mineurs, j’écris un contrat très simple qui expose mes attentes : les sponsors promettent de payer à une certaine date et je promets de tenir l’événement à une certaine date. Copier un contrat existant est quelque chose de délicat car les lois changent suivant les différents états et pays. J’ai consulté un avocat qu’un gestionnaire chevronné d’une communauté de l’open source m’avait recommandé. Le cabinet d’avocats a été assez agréable pour gracieusement créer des contrats et réviser des contrats entre nous et les hôtels. Le Software Freedom Law Center peut vous indiquer un avocat approprié si vous n’en avez pas.

Maintenant que vous avez créé le dossier de présentation, vous avez besoin de parler à quelques personnes.

Parlez-en

L’étape la plus difficile pour moi, c’est de faire passer le mot au sujet de mes événements ! Entraînez-vous à présenter votre événement en une ou deux phrases. Transmettez ce qui vous emballe et ce qui devrait emballer les autres.

Au fil des ans, j’ai appris qu’il fallait que je commence à parler SANS DÉLAI à mes connaissances plutôt que de m’inquiéter de savoir exactement quelles étaient les bonnes personnes à qui parler. Faites une liste des personnes à qui parler et que vous connaissez déjà et commencez à cocher cette liste.

La meilleure manière parler de votre projet est de le faire en personne ou au téléphone. Ainsi, vous ne spammez pas les les gens, vous captez leur attention et vous pouvez avoir un retour immédiat sur votre argumentaire. Les gens sont-ils enthousiastes ? Posent-ils des questions ? Ou bien trouvent-ils que c’est rasoir ? À qui d’autre pensent-ils que vous devriez en parler ? Demandez-leur ce qu’ils en pensent et comment vous pourriez rendre votre argumentaire plus attractif, plus intéressant, de sorte qu’ils en aient pour leur argent !

Une fois que vous aurez trouvé les mots-clés de votre argumentaire, écrivez-le et envoyez quelques courriels. Demandez des retours sur votre courriel et terminez toujours par un appel à agir avec une échéance pour la réponse. Gardez la trace des personnes qui répondent, de leurs réponses, et du moment favorable pour une relance de chacune d’elles.

Demandez de l’argent

Armé de votre dossier et de votre argumentaire réglé aux petits oignons, commencez à approcher des sociétés pour financer votre événement. À chaque fois que je lance une nouvelle conférence, je fais une liste de questions à son propos et je réponds à chacune avec une liste de personnes et de sociétés :

  • Parmi les personnes que je connais, qui va trouver que c’est une idée géniale et faire la promo de mon événement  (supporters) ;
  • Quelles sont les personnes dont la présence à la conférence serait vraiment sympa  (experts reconnus) ;
  • Quelles sociétés ont des produits qu’elles voudraient promouvoir à mon événement  (marketing) ;
  • Qui voudrait embaucher les personnes qui participent  (recruteurs) ;
  • Quels projets libres et open source voudraient recruter des développeurs  (recruteurs open source)

En utilisant ces listes, envoyez votre brochure à travers le monde ! Voici un aperçu de la façon dont j’organise le processus de demande : je commence par envoyer les dossiers de présentation à mes supporters. J’en glisse aussi une copie aux experts, et je les invite à assister à la conférence ou à y intervenir. Je contacte ensuite les agences de publicité, les recruteurs et les recruteurs open source (parfois ça se recoupe !). En parallèle, j’ai généralement ouvert les inscriptions à la conférence et annoncé quelques allocutions ou événements spéciaux. Je croise les doigts pour que ça pousse à quelques inscriptions, que ça aide les sponsors à sentir que cette conférence va certainement avoir lieu et que tout va bien se passer.

Récupérez l’argent

Si tout se passe comme prévu, des sociétés et des individus vont commencer à vous proposer de l’argent. Lorsque cela se produit, vous aurez besoin de deux choses très importantes :

  • un modèle de factures ou de devis ;
  • un compte en banque pour recueillir les fonds.

Les modèles de factures sont simples à réaliser. J’utilise une feuille de calcul Google que j’actualise pour chaque facture. Vous pourriez facilement utiliser OpenOffice.org ou même TeX (si quelqu’un peut m’envoyer un modèle de facture LaTeX, merci d’avance !). On peut trouver des exemples de factures à l’adresse http://www.freetemplatesdepot.com.

Les éléments les plus importants d’une facture sont : le mot FACTURE, un numéro unique de facture, le nom et les informations de contact du sponsor, le montant que le sponsor est censé verser, les termes de l’accord (à quelle date le sponsor est censé payer, quelles sont les pénalités en cas de non-paiement) et le montant total dû. Il faut ensuite envoyer une copie de la facture à la société. Gardez une copie pour vous !

Certaines sociétés peuvent exiger que vous remplissiez des formulaires plus ou moins complexes pour vous reconnaître, vous ou votre organisation, comme un fournisseur. De la paperasserie. Beurk ! Les délais de paiement pour de grandes entreprises peuvent atteindre deux mois. Les exercices budgétaires des sociétés sont en général annuels. Regardez si une société a un budget disponible pour votre événement et si vous pouvez être inclus dans les prévisions budgétaires de l’année suivante, si vous avez manqué l’occasion pour l’année en cours.

Le compte en banque peut être votre compte personnel, mais c’est risqué pour vous. Pour un événement à plusieurs milliers d’euros, vous préférerez peut-être trouver une ONG ou une association loi de 1901 qui peut détenir et dépenser les fonds en votre nom. Si votre conférence est à but lucratif, vous devriez consulter un comptable sur la meilleure manière de gérer ces fonds. Trouver une organisation sans but lucratif avec laquelle travailler peut se résumer à contacter une fondation qui gère un projet de logiciel libre.

Maintenant, passons à ce qui justifie tout ce processus : dépenser les dons durement acquis !

Dépensez l’argent

Maintenant que vos sponsors ont payé, vous pouvez dépenser l’argent.

Créez un budget qui détaille vos postes de dépenses et quand vous aurez besoin de les dépenser. Je conseille d’obtenir trois devis pour les produits et services qui ne vous sont pas familiers, simplement afin de vous faire une idée sur ce qu’est un prix correct. Faites comprendre aux fournisseurs que vous contactez que vous faites jouer la concurrence.

Une fois que j’ai établi une relation avec une entreprise, j’ai tendance à faire des affaires avec eux d’un an sur l’autre. J’aime avoir de bonnes relations avec les fournisseurs et je trouve que même si je paie un peu plus que si je faisais jouer la concurrence chaque année, je finis par gagner du temps et par obtenir un meilleur service de la part d’un vendeur qui me connaît bien.

Pour les petits événements, vous pouvez garder une trace de vos dépenses dans un tableur assez simple. Pour les projets plus grands, demander à un comptable ou utiliser des logiciels de comptabilité peut être utile. Voici une liste des alternatives libres à Quicken (à différents niveaux et avec différents aspects !).

Le plus important est de garder une trace de toutes vos dépenses et de ne pas dépenser de l’argent que vous n’avez pas ! Si vous travaillez avec une organisation à but non lucratif pour gérer le budget de l’événement, demandez-lui de l’aide et des conseils avant de commencer.

Remerciez

Il existe de nombreuses manières de remercier les gens et les entreprises qui ont apporté leur soutien à votre manifestation. Encore plus important, suivez toutes les promesses que vous avez faites dans le dossier. Communiquez à chaque fois qu’un engagement est tenu !

Durant la manifestation, trouvez des moyens d’entrer en contact avec les sponsors, en désignant un bénévole pour les inscrire et de les inscrire eux-mêmes auprès de vous.

Après la manifestation, assurez-vous de remercier individuellement chaque sponsor et chaque bénévole pour sa contribution. Une association avec laquelle je travaille envoie des remerciements écrits à chaque sponsor en début d’année.

D’une manière générale, la communication est le terreau fertile de la levée de fonds. Porter attention aux sponsors et construire des relations authentiques avec eux aide à trouver plus de sponsors, et à construire votre réputation de bon organisateur de manifestations.

Leçons apprises

Après avoir créé et animé des dizaines de manifestations, les deux aspects les plus importants que j’en tire ont été de trouver des mentors et d’apprendre à bien communiquer.

Les mentors m’ont aidée à transformer des coups de gueule en essais littéraires, du fouillis en dossiers et des conversations difficiles en perspectives. J’ai trouvé des mentors dans des entreprises qui parrainaient mes conférences, et me faisaient des retours détaillés, parfois pénibles. Et j’ai trouvé des mentors parmi les bénévoles qui passaient des centaines d’heures à écrire du logiciel pour mes manifestations, à recruter des orateurs, à documenter ce que nous étions en train de faire, et à poursuivre la conférence après moi.

Apprendre à bien communiquer prend du temps, et c’est l’occasion de faire de nombreuses erreurs. J’ai appris à mes dépens que ne pas développer de relations avec les meilleurs sponsors signifie ne pas être financé l’année suivante ! J’ai aussi appris que les gens sont capables d’une formidable indulgence envers les erreurs, dès lors que vous communiquez tôt et souvent.

Bonne chance dans votre recherche de fonds, et merci de me dire si ce qui précède vous a aidé.