Khrys’presso du lundi 21 janvier 2019

Comme chaque lundi, un coup d’œil dans le rétroviseur pour découvrir les informations que vous avez peut-être ratées la semaine dernière.

Brave New World

Spécial France

Spécial Gilets Jaunes

Spécial GAFAM

Les gros leaks de la semaine

Le gros dossier de la semaine

Les autres lectures de la semaine

Les BDs/graphiques/photos de la semaine

Les vidéos/podcasts de la semaine

Les autres trucs chouettes de la semaine

Deux personnages prennent le café. Le personnage de gauche dit : Ah c'est bien, tu en as mis un peu moins, cette fois ! - la personne de droite répond : M'en parle pas, c'est toujours difficile pour moi de choisir !!! Mébon, ce que j'enlève ici reste sur mon blog, donc... pour les personnes qui en veulent plus, il suffit de cliquer sur ma tasse !

Retrouvez les revues de web précédentes dans la catégorie Libre Veille du Framablog.

Les articles, commentaires et autres images qui composent ces « Khrys’presso » n’engagent que moi (Khrys).

Et un grand merci à Goofy, toujours là pour donner un coup de patte en cas de besoin !!!




Mauvaise nouvelle : Twitter va fermer ses portes

Nous avons souhaité partager avec vous ce texte, mi-fiction mi réflexion, de Neil Jomunsi. Et nous l’avons même invité à en publier d’autres ici s’il le souhaite. Bonne lecture.

Twitter injoignable !

C’était inéluctable, nous le savions, parce que rien en ce monde n’est éternel, mais nous ne pouvions pas nous empêcher d’espérer. On a beaucoup parlé, évoqué un temps un possible rachat collectif par tous les utilisateurs, mais le monde étant devenu complexe, il ne se satisfait plus de réponses simpl(ist)es. Ce jour du 29 avril 2026 est donc à marquer d’une pierre blanche : deux ans après Facebook, dont la fermeture de la branche « réseau social » avait provoqué le tollé que l’on sait, Twitter a officiellement annoncé qu’il fermait à son tour les portes de son service. Le bureau d’administration a tranché : plus assez rentable. Twitter venait tout juste de fêter son vingtième anniversaire.

Twitter avait pourtant connu une embellie dans le courant 2020, profitant de la démocratisation des technologies de contrôle vocal et d’intelligence artificielle, et offrant à ses utilisateurs des interfaces toujours plus personnalisées, à mi-chemin entre salon de discussion public et messagerie privée. Les critiques n’avaient pas été tendres lorsque le service de micro-blogging avait décidé de renforcer la part algorithmique des messages affichés aux utilisateurs, mais la tempête avait fini par passer ; car les utilisateurs ont fini, on le sait, par adhérer au concept de bulle de filtres, la vague du « webcare » étant passée par-là, popularisée par des livres de développement personnel tels que Le miroir du réseau ou Modelez le web à votre image.

Bien sûr, les défenseurs d’un web libre et décentralisé avaient prévenu : avec la concentration des données sur une poignée de grosses plateformes, c’était tout un pan de la réflexion et de la création du XXIe qui courait le risque de disparaître purement et simplement de l’histoire. Ils n’ont pas été démentis : avec Twitter qui ferme, ce sont 20 années d’échanges, de contradictions, de propos calomnieux, injurieux ou mensongers aussi, qui sombrent dans le néant. Twitter assure que les usagers pourront télécharger leur archive personnelle pendant encore un an à compter de la date de fermeture officielle, qui devrait être annoncée sous peu. Mais sans la connexion entre les différents comptes qui rendait lesdites archives dynamiques, et donc pertinentes, ces sauvegardes risquent fort de perdre tout intérêt documentaire pour les historiens. D’autant que peu d’internautes décideront d’en faire quelque chose, et la plupart finiront par pourrir dans un coin de cloud oublié.

Soixante-seize chercheurs et historiens ont publié lundi dans Le Monde une tribune invitant les états à se saisir du dossier et à négocier avec Twitter une pérennisation de la disponibilité en ligne du service, dans un souci de conservation. Il ne s’agirait pas de permettre aux utilisateurs de continuer à utiliser le service, mais de le garder en ligne en l’état, consultable librement par tous. On le sait, Twitter a été le lieu de toutes les discussions politiques des dix dernières années. Avec sa disparition, craignent les signataires, on risque de voir se créer « le plus grand trou noir de l’histoire moderne », comparable avec celui de la disparition des œuvres hors domaine public en déficit d’exploitation.

Alors bien sûr, tout ceci est une fiction.

Mais Twitter fermera ses portes un jour, vous pouvez en être assurés. Et il y a de bonnes chances pour que les choses se déroulent de cette façon. On l’aura encore vu avec Tumblr récemment : faire confiance à de grandes entreprises multinationales pour conserver notre patrimoine artistique, historique et politique est une grave erreur. Nous devons reprendre le contrôle sur nos publications, et a minima les héberger nous-mêmes, sur un blog sur lequel nous avons tout contrôle.

Sans quoi les mites troueront bientôt – et plus vite qu’on ne l’imagine – le tissu de notre mémoire collective.


Lire sur le site originel : https://page42.org/mauvaise-nouvelle-twitter-va-fermer/




Khrys’presso du lundi 14 janvier 2019

Comme chaque lundi, un coup d’œil dans le rétroviseur pour découvrir les informations que vous avez peut-être ratées la semaine dernière.

Brave New World

Spécial France

Spécial Gilets Jaunes

  • Les Forcenés (Frédéric Lordon sur blog.mondediplo.net)
  • Gilets jaunes – Entretien avec David Dufresne – Violences policières contre les Gilets jaunes : « Cette répression laissera des traces » (cqfd-journal.org) – voir aussi : David Dufresne : « La police s’est enfermée dans une logique d’escalade et d’affrontement » (nouvelobs.com) et la vidéo PeerTube plus bas

    « Quand j’ai débuté le recensement des violences policières sur Twitter, je souhaitais simplement comprendre ce qui se passait. […]
    Jamais je n’aurais pu imaginer une telle masse de blessés, de non-respect des règles les plus basiques du maintien de l’ordre, de provocations. Ce qui se passe est absolument ahurissant pour quelqu’un qui a travaillé sur le maintien de l’ordre français et connaît son histoire. Des manquements graves à une telle échelle, c’est inouï. Même si la police des polices menait de véritables enquêtes, ce ne serait pas suffisant : il y a un véritable mouvement de fond.
    Avant tout, je veux savoir pourquoi il y a eu tous ces blessés et mutilés. Pourquoi on traîne une dame par les cheveux sur quarante mètres. Pourquoi on tire au flash-ball en pleine figure. Pourquoi on éborgne des gens qui ne faisaient que manifester. Pourquoi ces terribles images de gamins matés à Mantes-la-Jolie, sans que cela n’émeuve véritablement au-delà d’un tweet indigné. Je suis tout bonnement sidéré par ces images et ces témoignages. Sachant qu’il n’y a jamais aucune innocence en matière de maintien de l’ordre : c’est un domaine éminemment politique, assujetti au pouvoir. »

Un personnage voyant arriver un autre en béquilles et bandages, s'exclame : mais qu'est-ce qu'il t'est arrivé ? Tu ne m'as pas dit que tu allais faire les Soldes ? L'autre répond : ben justement. J'ai trouvé une super veste jaune, du coup je l'ai mise en sortant du magasin... Après, je ne me rappelle plus très bien.

Spécial GAFAM

Les autres lectures de la semaine

Les BDs/graphiques/photos de la semaine

Les vidéos/podcasts de la semaine

Les autres trucs chouettes de la semaine

Deux personnages prennent le café. Le personnage de gauche dit : Eh ben, on sent que les fêtes sont terminées ! - la personne de droite répond : Yep, et encore, j'ai dû sabrer énormément d'articles ! Ils sont dans ma revue perso, si ça t'intéresse, clique sur ma tasse !

Retrouvez les revues de web précédentes dans la catégorie Libre Veille du Framablog.

Les articles, commentaires et autres images qui composent ces « Khrys’presso » n’engagent que moi (Khrys).




Khrys’presso du lundi 7 janvier 2019

Comme chaque lundi, un coup d’œil dans le rétroviseur pour découvrir les informations que vous avez peut-être ratées la semaine dernière.

Brave New World

Spécial France

  • Orange bride un peu plus les débits de Free Mobile quand il est en itinérance (numerama.com)
  • Bercy mise sur les nouvelles technologies pour traquer les fraudeurs au fisc (lemonde.fr)

    « la difficulté, c’est de pouvoir traiter les données alors qu’on [leur] supprime des emplois à tour de bras […] Car il n’existe pas de “contrôle fiscal-presse bouton”, comme on pourrait le penser. L’argument selon lequel le tout-numérique rend le contrôle fiscal moins onéreux et plus efficace est faux ».

  • TRIBUNE. Comment la France s’est vendue aux Gafam (lepoint.fr)

    L’histoire du déclin du numérique français est une tragédie en trois actes. Il y eut d’abord les «  30 honteuses du numérique  », où une petite élite arrogante et dénuée de vision stratégique a démantelé notre industrie informatique et électronique grand public. […] Vient ensuite la capitulation vis-à-vis des grands acteurs américains. Ainsi, de nombreux politiques et hauts fonctionnaires français leur ont permis d’intégrer leurs technologies au cœur des prérogatives régaliennes de l’État : défense, renseignement, éducation, sécurité, mais aussi culture. Plusieurs d’entre eux quitteront leurs fonctions pour aller rejoindre ces sociétés. Le troisième acte se joue en ce moment. […] Nous aurions pu avoir un autre destin, car si les États-Unis avaient la vision et l’argent, c’est en Europe qu’ont été inventées deux des briques fondamentales de l’Internet : Linux et le Web. Mais à la différence du standard GSM, ces dernières ont eu le malheur d’être conçues par des individus talentueux hors des grandes institutions. Snobés chez nous, ces deux projets deviendront le moteur des plateformes numériques américaines et chinoises et l’instrument de leur domination mondiale.

  • Appli « Pile de CV » : Quand Pôle Emploi fait de la discrimination par l’argent (blogs.mediapart.fr)

    Une nouvelle étape est franchie dans la folie capitaliste de la « Start-Up nation » : Pôle emploi propose aux chômeurs de télécharger une application qui fait payer les utilisateurs pour être repérés par des recruteurs.

  • Le délitement sans fin de la médecine scolaire (liberation.fr)

    Le nombre de médecins scolaires vient de tomber sous la barre des 1 000 : ils sont 976 professionnels en activité pour… 12,5 millions d’élèves. […] En octobre 2017, l’Académie de médecine avait rendu un rapport «sur la situation alarmante de la médecine scolaire en France», faisant état par endroits d’un seul médecin censé prendre en charge 46 000 élèves… Les conséquences de cette pénurie, très concrètes, touchent en premier lieu les enfants de familles défavorisées. Ceux-là mêmes dont les parents connaissent déjà de telles difficultés pour payer la nourriture et un logement qu’ils n’ont ni le temps ni les moyens de faire les démarches pour aller voir un médecin de ville.

  • Avec les « classes éloignées en réseau », les écoles rurales jouent collectif (theconversation.com)
  • Les profs dégainent leurs «Stylos rouges» (liberation.fr)
  • «Susvisé», «infra petita»… Les mots trop compliqués bannis des tribunaux administratifs (leparisien.fr)
  • France : prisons, surpopulations et données disponibles (blog.alphoenix.net)

    Il faudrait un mot pour qualifier un sentiment de joie mêlée de ressentiment quand on passe une journée à bidouiller sur son ordinateur pour arriver à organiser une information qui aurait été si simple à distribuer par l’administration. Joie de parvenir à récupérer une partie importante des données, disséminées dans des fichiers Excel et PDF, à en tirer du sens et à les partager ensuite.

Spécial Gilets Jaunes

Spécial GAFAM

Les lectures de la semaine

Les BDs/graphiques/photos de la semaine

Les vidéos/podcasts de la semaine

Les autres trucs chouettes de la semaine

Deux personnages prennent le café. Le personnage de gauche dit : Ça y est, c'est fini, les bonnets de Noël ? Celui de droite répond : Yep, et ça démarre fort pour 2019 ^_^ Bonne année à tou·te·s, et bonne lecture !!! (cliquez sur ma tasse si vous en voulez encore plus !)

Retrouvez les revues de web précédentes dans la catégorie Libre Veille du Framablog.

Les articles, commentaires et autres images qui composent ces « Khrys’presso » n’engagent que moi (Khrys).




Khrys’presso du lundi 31 décembre

Comme chaque lundi, un coup d’œil dans le rétroviseur pour découvrir les informations que vous avez peut-être ratées la semaine dernière.

Brave New World

Spécial France

Spécial Gilets Jaunes

Spécial GAFAM

Et cette semaine on soutient…

  • LILA et ZeMarmot

    Imaginez un studio de film, avec des artistes et techniciens qualifiés, qui travaillent sur des films ou des séries intéressantes… et qui les partagent sous une Licence Libre, pour être visibles par tous, partout (télé, cinéma, web…), partageables et réutilisables.
    Imaginez maintenant que ce studio utilise essentiellement du Logiciel Libre (et de l’Open Hardware si disponible), qu’ils le corrigent, voire modifient et l’améliorent au besoin, aussi bien pour des logiciels finaux (tels que GIMP, Blender, Inkscape…), de bureau (tel GNOME), voire jusqu’au système d’exploitation (GNU/Linux) et tout le reste !

  • Encore et toujours Framasoft, parce qu’ils ont récolté moins que l’an dernier alors qu’ils ont sorti un truc génial comme PeerTube, préparent Mobilizon, et qu’ils ont besoin de continuer à financer tous ces projets ! Et en plus, c’est déductible des impôts !
    Un groupe de musique chante : donnez, donnez nous, en plus c'est déductible des impôts - deux personnages commentent : tu n'y vas pas un peu fort, là ? Ptêt ben, mais c'est pour la bonne cause

Les gros docs à lire de la semaine

Les lectures de la semaine

  • Les données que récolte Google – Ch.7 et conclusion (framablog.org)
  • Nos téléphones portables ne sont pas sûrs (nytimes.com – en anglais)

    Le réseau cellulaire est aussi vital pour la société américaine que le réseau routier et les réseaux électriques. Les vulnérabilités de l’infrastructure de téléphonie mobile menacent non seulement la vie privée et la sécurité des personnes, mais aussi celles du pays. Selon les services de renseignements, des espions écoutent les conversations téléphoniques du président Trump et utilisent de fausses tours de téléphonie cellulaire à Washington pour intercepter les appels téléphoniques. L’infrastructure de communication cellulaire, ce système au cœur de la communication moderne, du commerce et de la gouvernance, est terriblement peu sûr. Et nous ne faisons rien pour y remédier.

  • Réservations de vols : Nos données volent avec nous (ourdataourselves.tacticaltech.org – en anglais)
  • Spéculation faciale : panique dans le panoptique (affordance.info)
  • 2018 est l’année où l’IA a reçu ses yeux (engadget.com – en anglais)
  • L’intelligence artificielle a besoin d’éthique (alternatives-economiques.fr)
  • Ce que l’Histoire pourrait dire à Mark Zuckerberg (techcrunch.com – en anglais)

    De la même manière que les médias sociaux ont radicalement réduit la barrière de la distribution des discours en ligne, en donnant la chance à quiconque publie en ligne de toucher un large public, le long régime anglais de censure monarchique s’est effondré en 1641, entraînant une forte explosion des discours et idées comme des pamphlets qui se sont soudain librement déversés des presses. Il y a eu notamment un déferlement d’opinions politiques radicales de la part de groupes militant pour des réformes religieuses, la souveraineté populaire, l’extension du suffrage, la propriété commune et même de proto-droits des femmes – exposant des concepts démocratiques et des idées libérales des siècles avant que la nation elle-même devienne une démocratie libérale.
    Mais, en même temps, les brochures ont également été utilisées comme un outil de propagande politique cynique pour attiser la haine raciale et sectaire, surtout dans la lutte du Parlement contre le roi. Les Irlandais ont fait l’objet d’un discours de haine particulièrement vicieux. Et les historiens suggèrent que la propagande anti-irlandaise a contribué à alimenter le déchaînement des soldats de Cromwell en Irlande pour écraser la rébellion, après avoir été alimentés d’un régime de revendications violentes dans des brochures non censurées – comme le fait que les Irlandais tuaient et mangeaient les bébés. […] Les brochures imprimées pendant la guerre civile anglaise ont également ravivé les croyances superstitieuses en matière de sorcellerie, ce qui a entraîné une recrudescence des poursuites et des meurtres pour sorcellerie, qui avaient chuté au cours des années précédentes suite à un contrôle étatique plus strict sur les comptes rendus imprimés populaires des procès en sorcellerie.

  • Ce qu’il en coûte de vivre dans l’Empire Internet de Mark Zuckerberg (theringer.com – en anglais)
  • Le réseau antisocial (logicmag.io – en anglais)
  • Quelques réflexions sur le réseautage social et Usenet (jfm.carcosa.net – en anglais)

Les BDs/graphiques/photos de la semaine

Les vidéos/podcasts de la semaine

Les autres trucs chouettes de la semaine

Deux personnages prennent le café avec des bonnets de Noël sur la tête. Le personnage de gauche dit : Eh ben, on va avoir de quoi s'occuper, pour le Réveillon !- la personne de droite répond : Yep, et si tu en veux encore plus, clique sur ma tasse ! ; des personnages animaux (gnou, pingouin...) disent Bonnes fêtes à tout·te·s en arrière-plan

Retrouvez les revues de web précédentes dans la catégorie Libre Veille du Framablog.

Les articles, commentaires et autres images qui composent ces « Khrys’presso » n’engagent que moi (Khrys).




Khrys’presso du lundi 24 décembre

Comme chaque lundi, un coup d’œil dans le rétroviseur pour découvrir les informations que vous avez peut-être ratées la semaine dernière.

Brave New World

Spécial France

Spécial Gilets Jaunes

Spécial GAFAM

Spécial Noël

Et cette semaine, on agit…

Et cette semaine, on soutient…

Les lectures de la semaine

Les BDs/graphiques/photos de la semaine

Les vidéos/podcasts de la semaine

Les autres trucs chouettes de la semaine

Deux personnages prennent le café, des bonnets de Noël sur la tête. Le personnage de gauche dit : Hum, le bonnet de Noël, c'était indispensable ? - la personne de droite répond : ben pour un Khrys'presso qui tombe le 24 décembre, c'était bien le minimum, non ? Et comme d'ahb, j'ai dû sabrer tout plein de trucs, donc n'hésite pas à cliquer sur ma tasse si tu en reveux un peu !!!

Retrouvez les revues de web précédentes dans la catégorie Libre Veille du Framablog.

Les articles, commentaires et autres images qui composent ces « Khrys’presso » n’engagent que moi (Khrys).




Framasoft en 2019 pour les gens pressés

Vous avez aimé Dégooglisons Internet et pensez le plus grand bien de Contributopia ? Vous aimeriez savoir en quelques mots où notre feuille de route nous mènera en 2019 ? Cet article est fait pour vous, les décideurs pressés 🙂

Cet article présente de façon synthétique et ramassée ce que nous avons développé dans l’article de lancement de la campagne 2018-2019 : «Changer le monde, un octet à la fois».

Un octet à la fois, oui, parce qu’avec nos pattounes, ça prend du temps.

Passé

Depuis 14 ans, Framasoft a créé un annuaire du logiciel libre, écrit et traduit des milliers d’articles, diffusé le logiciel libre sur de nombreux supports.

Depuis 4 ans, Framasoft montre qu’il est possible de décentraliser Internet avec l’opération « Dégooglisons Internet ». Le propos n’est ni de critiquer ni de culpabiliser, mais d’informer et de mettre en avant des alternatives qui existaient déjà, mais demeuraient difficiles d’accès ou d’usage.

De façon à ne pas devenir un nouveau nœud de centralisation, l’initiative CHATONS a été lancée, proposant de relier les hébergeurs de services en ligne qui partagent nos valeurs.

Dégooglisons Internet, vu par Péhä (CC-By)

Présent

Depuis l’année dernière, avec sa feuille de route Contributopia, Framasoft a décidé d’affirmer clairement qu’il fallait aller au-delà du logiciel libre, qui n’était pas une fin en soi, mais un moyen de faire advenir un monde que nous appelons de nos vœux.

Il faut donc encourager la société de contribution et dépasser celle de la consommation, y compris en promouvant des projets qui ne soient plus seulement des alternatives aux GAFAM, mais qui soient porteurs d’une nouvelle façon de faire. Cela se fera aussi en se rapprochant de structures (y compris en dehors du mouvement traditionnel du libre) avec lesquelles nous partageons certaines valeurs, de façon à apprendre et diffuser nos savoirs.

Cette année a vu naître la version 1.0 de PeerTube, logiciel phare qui annonce une nouvelle façon de diffuser des médias vidéos, en conservant le contrôle de ses données sans se couper du monde, qu’on soit vidéaste ou spectateur.

Le monde des services de Contributopia.
Illustration de David Revoy – Licence : CC-By 4.0

Avenir

La campagne de don actuelle est aussi l’occasion de de rappeler des éléments d’importance pour Framasoft : nous ne sommes pas une grosse multinationale, mais un petit groupe d’amis épaulé par quelques salarié·e·s, et une belle communauté de contributeurs et contributrices.

Cette petite taille et notre financement basé sur vos dons nous offrent souplesse et indépendance. Ils nous permettront de mettre en place de nouveaux projets comme MobilZon (mobilisation par le numérique), un Mooc CHATONS (tout savoir et comprendre sur pourquoi et comment devenir un chaton) ou encore Framapétitions (plateforme de pétitions n’exploitant pas les données des signataires).

Nous voulons aussi tenter d’en appeler à votre générosité sans techniques manipulatoires, en vous exposant simplement d’où nous venons et où nous allons. Nous espérons que cela vous motivera à nous faire un don.

Faire un don pour soutenir les actions de Framasoft

 

Pour en savoir plus




Khrys’presso du lundi 17 décembre

Comme chaque lundi, un coup d’œil dans le rétroviseur pour découvrir les informations que vous avez peut-être ratées la semaine dernière.

Brave New World

Spécial France

Spécial Gilets Jaunes

Spécial GAFAM

Un personnage en lunettes noires dollars et fumant le cigare dit : aimez-nous. Nous sommes des gentils

Et cette semaine, on soutient…

Les lectures de la semaine

Les BDs/graphiques/photos de la semaine

Les vidéos/podcasts de la semaine

Quelques instances PeerTube sympas

Les autres trucs chouettes de la semaine

Deux personnages prennent le café. Le personnage de gauche dit : Encore sacrément dense, ton espresso...- la personne de droite répond : Ouaip, et encore, j'ai fait des efforts : Si tu veux voir tout ce que j'ai coupé, clique sur ma tasse !

Retrouvez les revues de web précédentes dans la catégorie Libre Veille du Framablog.

Les articles, commentaires et autres images qui composent ces « Khrys’presso » n’engagent que moi (Khrys).




MobiliZon : reprendre le pouvoir sur ce qui nous rassemble

Nous voulons façonner les outils que les géants du Web ne peuvent ni ne veulent créer. Pour y parvenir, nous avons besoin de votre soutien.

Penser hors des sentiers battus par les actionnaires

Pauvre MeetUp ! Pauvre Facebook avec ses événements et ses groupes ! Vous imaginez combien c’est dur, d’être une des plus grandes capitalisations boursières au monde ? Non mais c’est que les actionnaires ils sont jamais contents, alors il faut les arracher avec les dents, ces dividendes !

Nos pauvres petits géants du Web sont o-bli-gés de coder des outils qui ne vous donnent que très peu de contrôle sur vos communautés (familiales, professionnelles, militantes, etc.). Parce qu’au fond, les centres d’intérêt que vous partagez avec d’autres, c’est leur fonds de commerce ! Nos pauvres vendeurs de temps de cerveau disponible sont trop-for-cés de vous enfermer dans leurs plateformes où tout ce que vous ferez sera retenu envers et contre vous. Parce qu’un profil publicitaire complet, ça se vend plus cher, et ça, ça compte, dans leurs actions…

Cliquez sur l’image pour aller voir la conférence « Comment internet a facilité l’organisation des révolutions sociales mais en a compromis la victoire » de Zeynep Tufekci sur TED Talk

Et nous, internautes prétentieuses, on voudrait qu’ils nous fassent en plus un outil complet, éthique et pratique pour nous rassembler…? Mais on leur en demande trop, à ces milliardaires du marketing digital !

Comme on est choubidou chez Framasoft, on s’est dit qu’on allait leur enlever une épine du pied. Oui, il faut un outil pour organiser ces moments où on se regroupe, que ce soit pour le plaisir ou pour changer le monde. Alors on accepte le défi et on se relève les manches.

On ne changera pas le monde depuis Facebook

Lors du lancement de la feuille de route Contributopia, nous avions annoncé une alternative à Meetup, nom de code Framameet. Au départ, nous imaginions vraiment un outil qui puisse servir à se rassembler autour de l’anniversaire du petit dernier, de l’AG de son asso ou de la compète de son club d’Aïkido… Un outil singeant les groupes et événements Facebook, mais la version libre, qui respecte nos sphères d’intimité.

Puis, nous avons vu comment les « Marches pour le climat » se sont organisées sur Facebook, et comment cet outil a limité les personnes qui voulaient s’organiser pour participer à ces manifestations. Cliquera-t-on vraiment sur «ça m’intéresse» si on sait que nos collègues, nos ami·e·s d’enfance et notre famille éloignée peuvent voir et critiquer notre démarche ? Quelle capacité pour les orgas d’envoyer une info aux participant·e·s quand tout le monde est enfermé dans des murs Facebook où c’est l’Algorithme qui décide de ce que vous verrez, de ce que vous ne verrez pas ?

L’outil dont nous rêvons, les entreprises du capitalisme de surveillance sont incapables de le produire, car elles ne sauraient pas en tirer profit. C’est l’occasion de faire mieux qu’elles, en faisant autrement.

Nous avons été contacté·e·s par des personnes des manifestations #OnVautMieuxQueÇa et contre la loi travail, des Nuits Debout, des Marches pour le climat, et des Gilets Jaunes… Et nous travaillons régulièrement avec les Alternatiba, l’association Résistance à l’Agression Publicitaire, le mouvement Colibris ou les CEMÉA (entre autres) : la plupart de ces personnes peinent à trouver des outils permettant de structurer leurs actions de mobilisation, sans perdre le contrôle de leur communauté, du lien qui est créé.

Groupe gilets jaunes sur Facebook : «Quelle que soit l'issue du mouvement, la base de donnée "opinion" qui restera aux mains de Facebook est une bombe démocratique à retardement ... Et nous n'avons à ce jour absolument aucune garantie qu'elle ne soit pas vendue à la découpe au(x) plus offrant(s). »
Cliquez sur cette image pour lire « Après avoir liké, les Gilets Jaunes iront-ils voter ? » d’Olivier Ertzschied.

Or « qui peut le plus peut le moins » : si on conçoit un outil qui peut aider un mouvement citoyen à s’organiser, à s’émanciper… cet outil peut servir, en plus, pour gérer l’anniversaire surprise de Tonton Roger !

Ce que MeetUp nous refuse, MobiliZon l’intègrera

Concevoir le logiciel MobiliZon (car ce sera son nom), c’est reprendre le pouvoir qui a été capté par les plateformes centralisatrices des géants du Web. Prendre le pouvoir aux GAFAM pour le remettre entre les mains de… de nous, des gens, des humains, quoi. Nous allons nous inspirer de l’aventure PeerTube, et penser un logiciel réellement émancipateur :

  • Ce sera un logiciel Libre : la direction que Framasoft lui donne ne vous convient pas ? Vous aurez le pouvoir de l’emmener sur une autre voie.
  • Comme Mastodon ou PeerTube, ce sera une plateforme fédérée (via ActivityPub). Vous aurez le pouvoir de choisir qui héberge vos données sans vous isoler du reste de la fédération, du « fediverse ».
  • L’effet « double rainbow » de la fédération, c’est qu’avec MobiliZon vous donnerez à vos événements le pouvoir d’interagir avec les pouets de Mastodon, les vidéos PeerTube, les musiques de FunkWhale
  • Vous voulez cloisonner vos rassemblements familiaux de vos activités associatives ou de vos mobilisations militantes ? Vous aurez le pouvoir de créer plusieurs identités depuis le même compte, comme autant de masques sociaux.
  • Vous voulez créer des événements réellement publics ? Vous donnerez le pouvoir de cliquer sur « je participe » sans avoir à se créer de compte.
  • Il faut lier votre événement à des outils externes, par exemple (au hasard) à un Framapad ? Vous aurez le pouvoir d’intégrer des outils externes à votre communauté MobiliZon.

dessin de MobiliZon par Devid Revoy
MobiliZon, illustré par David Revoy – Licence : CC-By 4.0

La route est longue, mais MobiliZon-nous pour que la voie soit libre !

Nous avons travaillé en amont pour poser des bases au projet, que nous vous présentons aujourd’hui sur JoinMobilizon.org. Au delà des briques logicielles et techniques, nous avons envie de penser à l’expérience utilisateur de l’application que les gens auront en main au final. Et qui, en plus, se doit d’être accessible et compréhensible par des néophytes.

Nous souhaitons éprouver ainsi une nouvelle façon de faire, en contribuant avec des personnes dont c’est le métier (designeurs et designeuses, on parlera très vite de Marie-Cécile et de Geoffrey !) pour œuvrer ensemble au service de causes qui veulent du bien à la société.

Le développement se fera par étapes et itérations, comme cela avait été le cas pour PeerTube, de façon à livrer rapidement (fin 2019) une version fonctionnelle qui soit aussi proche que possible des aspirations de celles et ceux qui ont besoin d’un tel outil pour se mobiliser.

Voilà notre déclaration d’intention. La question est : allez-vous nous soutenir ?

Car pour avancer vers la concrétisation de MobiliZon, et prolonger l’ensemble de nos projets, il n’y a pas de secrets : nous avons besoin de dons. Des dons qui, on le rappelle, restent déductibles des impôts (pour les contribuables français·es).

Pour notre campagne de dons de cette année, nous avons fait le choix de ne pas utiliser des outils invasifs qui jouent à vous motiver (genre la barre de dons qu’on a envie de voir se remplir). On a voulu rester sobre, et du coup c’est pas super la fête : on risque d’avoir du mal à ajouter MobiliZon dans notre budget 2019…

Alors si MobiliZon vous fait rêver autant que nous, et si vous le pouvez, pensez à soutenir Framasoft.

Faire un don pour soutenir les actions de Framasoft

 




Khrys’presso du lundi 10 décembre

Comme chaque lundi, un coup d’œil dans le rétroviseur pour découvrir les informations que vous avez peut-être ratées la semaine dernière.

Brave New World

Spécial France

Spécial Gilets Jaunes

  • Face aux gilets jaunes, la tentation de l’état d’urgence menacerait la démocratie (liberation.fr)

    Le risque d’une dérive sécuritaire qui avait été alors largement dénoncée par de nombreuses associations comme la Ligue des droits de l’Homme n’aura pas attendu longtemps pour trouver un nouveau terreau. On en veut pour preuve le fait qu’aucun des responsables politiques interrogés cette semaine n’ait jamais cherché à exclure le recours à cette situation d’exception pour maîtriser la crise des gilets jaunes. Le bras de fer démocratique est engagé.
    Si dans les jours qui viennent la situation s’envenime encore et que les services de police réussissent à obtenir les nouveaux pouvoirs qu’ils réclament, de nombreux Français risquent de comprendre, bien malgré eux, que le combat pour les libertés fondamentales ne doit pas se livrer seulement quand on se sent personnellement menacé. La conservation de l’Etat de droit est à ce prix.

  • Fin de monde ? — Frédéric Lordon (blog.mondediplo.net)

    Le déni de la violence sociale est cette forme suprême de violence à laquelle Bourdieu donnait le nom de violence symbolique, bien faite pour que ses victimes soient réduites à merci : car violentées socialement, et méthodiquement dépouillées de tout moyen d’y résister « dans les formes » puisque tous les médiateurs institutionnels les ont abandonnées, elles n’ont plus le choix que de la soumission intégrale ou de la révolte, mais alors physique, et déclarée d’emblée odieuse, illégitime et anti-démocratique — normalement le piège parfait. Vient cependant un moment où la terreur symbolique ne prend plus, où les verdicts de légitimité ou d’illégitimité volent à leur tour, et où la souffrance se transforme chimiquement en rage, à proportion de ce qu’elle a été niée.
    […]
    Croyant que ce dont ils ne parlent pas n’existe pas, les médias ne les avaient pas vu venir ces enragés-là. Mais voilà, ils sont là, produits d’une longue et silencieuse accumulation de colère, qui vient de rompre sa digue. Ceux-là on ne les fera pas rentrer facilement à la maison. Et ceci d’autant moins qu’avec la naïveté des « braves gens », ils ont expérimenté, à l’occasion de leur première manifestation pour beaucoup d’entre eux, ce que c’est que la violence policière.
    […]
    Gageons d’ailleurs que des révisions de grande ampleur doivent être en train de s’opérer dans leurs esprits. Car tous ces gens qui depuis 2016 et la loi El Khomri, jusqu’à 2018 avec Notre-Dame-des-Landes et les ordonnances SNCF, avaient été abreuvés de BFM et de France Info, invités à pleurer les vitres de Necker, se retrouvent aujourd’hui dans la position structurale des casseurs, en vivent la condition de violence policière et médiatique, et savent un peu mieux à quoi s’en tenir quant à ce que ces deux institutions diront désormais des « ultras violents radicalisés ». En tout cas c’est très embêtant pour les chaînes d’information en continu cette affaire : car si le devenir-casseur prend cette extension, que pourra donc encore vouloir dire « casseur » ?

  • Gilets jaunes et violences à Paris : c’est Napoléon qu’on assassine (telerama.fr)
  • Gilets jaunes : la classe moyenne peut-elle être révolutionnaire ? (lundi.am)
  • «Gilets jaunes»: La mobilisation aurait-elle pu voir le jour sans Facebook? (20minutes.fr)
  • Gilets jaunes, Facebook et le populisme (standblog.org)
  • Après avoir Liké, les gilets jaunes vont-ils voter ? (affordance.info)
  • La France pourrait être en train de perdre sa première grande guerre de l’information (blog.0day.rocks – en anglais)
  • Les « gilets jaunes », enfants terribles d’Internet ? (usbeketrica.com)
  • Deux ou trois choses dont je suis presque certain à propos des « gilets jaunes » (theconversation.com)
  • Gilets jaunes : « La première violence n’est pas celle des “casseurs” » (usbeketrica.com)
  • Police. « Il y a la volonté que les collègues se lâchent » (humanite.fr)
  • Mantes-la-Jolie : la puissance de l’Etat s’affirme par sa maîtrise et non par l’humiliation – Communiqué LDH (ldh-france.org)

    Quelles que soient les tentatives de justification du parquet de Versailles et du gouvernement, la LDH rappelle qu’aucun principe de sécurité ou d’ordre public ne saurait primer sur les droits de l’enfant ni autoriser des humiliations d’Etat. Ces valeurs fondamentales sont protégées par de nombreux outils internationaux. C’est pourquoi la LDH entend alerter le rapporteur spécial sur la torture de l’ONU, afin qu’il se saisisse de cette situation dans un contexte de multiplication des blessés par les forces de l’ordre lors d’opérations de sécurité autour des mouvements sociaux.

Spécial GAFAM

Et cette semaine, on soutient…

Les lectures de la semaine (hors gilets jaunes 😉

Les BDs/graphiques/photos de la semaine

Les vidéos/podcasts de la semaine

Les autres trucs chouettes de la semaine

Deux personnages prennent le café. Le personnage de gauche dit : Ça va, pas trop dur, cette semaine ? - la personne de droite répond : men parle pas : déferlement d'articles sur les gilets jaunes, il a vraiment fallu couper dans le tas ! Si tu veux voir tout ce que j'ai enlevé, ou découvrir les rubriques et articles plus spécialisés que je n'ai pas eu la place de mettre, il suffit d'aller faire un tour sur mon blog perso en cliquant sur ma tasse !

Retrouvez les revues de web précédentes dans la catégorie Libre Veille du Framablog.

Les articles, commentaires et autres images qui composent ces « Khrys’presso » n’engagent que moi (Khrys).