Un jeune libriste part à l’asso des mauvaises habitudes

Neil vient de finir un stage d’étudiant au terme duquel il a réussi à faire adopter des outils libres à une association. Il livre ici le récit de ses tribulations, c’est amusant et édifiant…

On aimerait bien qu’il y en ait beaucoup comme lui pour s’engager de façon aussi déterminée et efficace. Nous espérons entamer une série d’interviews de libristes qui comme lui sont particulièrement impliqué⋅e⋅s dans la diffusion des valeurs et des pratiques libristes.

avatar de Neil, un pigeon sur la tête
Avatar de Neil, image d’après Tunaniverse

Bonjour à tous,

N’ayant encore qu’assez peu d’expérience dans le domaine du libre et s’agissant de mon premier article sur Internet, je sollicite votre bienveillance et vous invite à me signaler toute éventuelle erreur ou mauvais usage des termes dans cet article.

Contexte

Les études

Avant de commencer, un peu de background. J’ai 20 ans et je suis en première année de BTS SIO (branche SLAM), formation post-bac orientée sur l’informatique de gestion et le développement d’applications.

Au bout d’un mois dans cette filière, j’ai senti qu’elle n’était pas pour moi en constatant notamment un retard assez grave dans les notions du référentiel. Mais pour des raisons financières (bourses, appartement, etc.) j’ai dû finir mon année, ce qui implique l’obligation de trouver un stage d’un mois en juin.

Le choix de l’association

J’ai donc choisi une association que je vais appeler Ciné-Asso, qui propose des tarifs réduits pour des séances au cinéma pour les établissements scolaires et ses adhérents. Ses responsables disaient avoir besoin de retravailler leur système d’information.

C’était pour moi une chance que de pouvoir mettre mes connaissances à disposition d’une association, ce qui m’attirait bien plus que les stages choisis par mes camarades de classe (stage en banque, en dépannage/réparation informatique, au supermarché, en startup French Tech qui développe sous WinDev1. Choix judicieux que de choisir un stage WinDev en BTS SIO : WinDev fait partie des logiciels étudiés et utilisés tout comme WordPress, Microsoft Visio, Win’Design, PC Wizard 2015 et plein d’autres. (Vous comprenez pourquoi je n’aime pas cette filière ?)

Et je préférais travailler pour une asso en rapport avec l’art et la culture. Le choix était donc déjà fait.

Un peu de technique

En ce qui concerne les outils utilisés, mon ordinateur tourne sous Debian Buster (prerelease) depuis Janvier 2018. Je code exclusivement sous Vim, mon éditeur préféré. Pour le développement web, j’utilise Apache et MariaDB côté serveur (en local, donc sur mon propre poste). J’utilise souvent MySQL Workbench (la version sous licence GPL par Oracle) pour éditer la BDD, sinon en CLI. Je travaille tout le temps avec draw.io (licence Apache), un logiciel vraiment pratique pour réaliser des schémas en tous genres, des cartes mentales aux modèles relationnels. Je m’estime par ailleurs libriste et refuse, lorsque la situation le permet, de travailler avec des logiciels propriétaires. Vous allez voir que défendre ses valeurs n’est pas facile…

Tâches assignées

Principalement deux tâches me seront confiées durant ce stage d’un mois :

  • Retravailler le site web de Ciné-Asso Leur site web tournait sous une très ancienne version de Joomla ! et franchement, ce n’était pas beau à voir. Bref, un site des années 2006. Ma mission sera de développer un site vitrine pour le remplacer, avec une gestion d’évènements planifiés (de séances de films, en l’occurrence) pour l’association. Cela inclut évidemment la formation des bénévoles à l’outil ;
  • Retravailler la base de données, reconstruire la base de données utilisée pour enregistrer les adhérents et les donateurs de l’asso. La base de données actuelle a été créée il y a 10 ans sous Access 2003 (si ce n’est 98…) et elle est encore utilisée jusqu’à présent. La base n’est pas relationnelle alors qu’elle devrait l’être. Résultat : 35 champs dans une table avec les adhérents et donateurs mélangés, des doublons, des couples sur un seul enregistrement et de sérieuses limites. Je vais donc devoir créer une nouvelle base, migrer toutes les données et former les bénévoles.

Le tout, donc, en un mois, avec la contrainte personnelle de n’utiliser que des logiciels libres.

capture de la liste des entrées de la base de données ancienne
La base d’adhérents au départ…

Présentation de Ciné-Asso

Je vais donc vous présenter brièvement l’équipe de Ciné-Asso. De faux noms leur seront attribués afin de préserver leur anonymat.

M. Touron est le président de l’association. Un esprit juste et logique.

Mme Nougat est la trésorière et celle que je dois convaincre. Elle est très réticente à l’intégration de mon travail au sein de l’asso. Elle sera aussi l’une des principales utilisatrices du logiciel de gestion de base de données. J’ai donc intérêt à faire du bon travail afin de satisfaire ses attentes.

M. Réglisse s’occupe de la communication auprès des adhérents. Il utilise tout le temps l’outil informatique dans son travail, pas toujours comme il le faudrait.

Mme Caramel est une jeune bénévole qui soutient mes idées. Elle s’occupe principalement du site web.

M. Calisson est un bénévole octogénaire et maintient la base de données Access. C’est un autodidacte de l’informatique. Il racontait fièrement qu’il avait programmé en COBOL pour le gouvernement à une époque désormais révolue.

M. Prunelle est un prestataire de services extérieur à l’association et jouera un rôle crucial.

Une réunion est organisée entre deux ou trois bénévoles et moi deux fois par semaine afin de présenter l’avancée de mon travail et de m’ajuster à la demande. En dehors des réunions, je travaille en autonomie.

Un détail important à relever : aucun membre de Ciné-Asso n’est assez compétent en informatique pour s’occuper du côté technique du site après mon départ.

Le site web

J’ai consacré les 15 premiers jours à la réalisation du site web. Et parmi tous les CMS possibles, j’ai choisi… Allez, devinez… WordPress.
Vous avez le droit de jeter vos tomates pourries ; mais je n’avais aucune expérience, ni avec Drupal, ni avec Joomla! et je n’avais clairement pas le temps de tester les solutions (rappelons que j’ai seulement 15 jours pour finaliser le site, formations incluses). De plus, je connaissais déjà bien WordPress pour l’avoir utilisé par le passé. Et croyez-moi, j’ai regretté de ne pas avoir été assez curieux, car ces 15 jours mêlèrent ennuis et souffrance.

Le décor

On commence par le design. J’ai choisi la version gratuite d’un thème qui leur plaisait bien. Je leur conçois une jolie bannière d’en-tête (avec GIMP, bien évidemment). Au final, j’ai dû la refaire 16 fois dans une réunion de 4 heures pour satisfaire aux demandes de M. Touron, président. Mais passons. J’ai dû bidouiller le CSS afin de convenir à leurs attentes, au risque de tout casser à la prochaine mise à jour. En guise de solution, je leur ai demandé de tout mettre à jour, sauf le thème.
C’est sale, ça contourne le problème, mais je ne vois pas d’autre option dans le temps imparti ; de plus, les thèmes souffrent rarement d’une faille de sécurité. J’ai donc jugé le pari suffisamment sûr.
Travailler sur WordPress n’est pas jouissif. Ça me servira de leçon pour mes stages futurs.

Les plugins

Je choisis le plugin WP Theater pour programmer les séances de cinéma.
Évidemment, les fonctions les plus intéressantes sont payantes. Je me contente des fonctions de base et réussis à convenir à leurs demandes. M. Touron m’a proposé d’acheter la version payante du plugin, mais j’ai insisté en disant que n’était pas nécessaire et que pour le prix de la fonctionnalité, ça relevait plutôt de l’escroquerie.

Les deux semaines s’écoulèrent (trop) paisiblement avec quelques ajustements par-ci par-là. La formation fut terminée en une après-midi. L’intéressée, Mme Caramel, appréciait l’interface conviviale du logiciel.

Choses vues

En un mois, j’ai appris à connaître les membres de l’association : leur personnalité, leur empathie et surtout, leur usage de l’outil informatique. J’ai tout de même quelques anecdotes qui font peur.

M. Réglisse et Micro$oft Office

J’apprends que l’un des membres de l’association, M. Réglisse, utilise MS Office 2003 pour travailler sur les documents de l’asso. Malheureusement, ce logiciel de Micro$oft n’arrive plus à exporter en PDF sur son poste, pour une raison inconnue (tout autant à lui qu’à moi). Sans compter que Office 2003 ne lit pas les nouveaux formats MS Office (depuis 2007 : xlsx, docx, etc.) ni les formats libres (odt…). Et ainsi, à chaque fois que M. Réglisse souhaite lire ou éditer un fichier incompatible, il envoie ce fichier par mail à sa collègue qui le convertit en PDF (à l’aide d’Apache OpenOffice) et qui lui renvoie par mail, et ce depuis longtemps.
Il fallait quand même que je me retienne de sourire en écoutant ça.
On me demande conseil.
En bon libriste, j’explique que le logiciel est trop vieux et qu’il faut passer à LibreOffice gratuitement ou acheter le pack Office tous les 3 ans, en insistant bien sur la première option.
« Oui, mais j’ai déjà essayé, ça marche pas, y’a des bugs et c’est pas toujours compatible… » Finalement, j’ai réussi à le convaincre. Ça a changé un peu la mise en forme de ses fichiers et il ne s’est pas gêné de me faire remarquer qu’un pixel dépassait par-ci par-là, mais il devrait s’en satisfaire pour le moment.

Vive le libre !

M. Réglisse et le mailing

Dans les aventures de M. Réglisse, j’ai aussi celle où il souhaite envoyer une newsletter à tous les adhérents de l’association. Il ouvre sa base Access 2003, et demande au logiciel de lui donner tous les mails des membres de l’asso. Il ouvre Thunderbird en parallèle, crée un nouveau groupe… et ajoute tous les mails en les réécrivant un par un à la main ! On m’explique que c’était parce que certains mails peuvent avoir été entrés dans la base de données avec des erreurs (une virgule au lieu d’un point, par exemple…) et que copier coller pose alors des problèmes… Car la base de données ne détecte pas les erreurs de saisie…

Je promets à M. Réglisse que le mailing sera beaucoup plus facile avec ma solution.

La réunion à mi-chemin

Les réunions furent assez régulières avec moi au sein de l’asso, mais celle-ci fut de très loin la plus importante. Je rencontre M. Prunelle, expert en informatique, retraité. Il s’agit d’un prestataire de services extérieur à l’association, contacté par Mme Nougat dans l’idée de contrôler mon travail et de m’aiguiller. Pour la première fois, M. Calisson, mainteneur de la base de données, est présent. M. Prunelle commence donc par parler de son parcours ; il a fondé une entreprise d’informatique pendant sa jeunesse et a déjà programmé en COBOL et en assembleur, raconte-t-il avec nostalgie.

M. Prunelle joue un rôle crucial : il s’engage à maintenir mon travail à mon départ en tant que bénévole si le projet correspond à ses attentes. Il s’agit donc d’une personne avec laquelle je devrais collaborer.

Les deux premières heures

On parle beaucoup du site web. Je l’ai présenté, il était déjà globalement fini, prêt à être basculé en production. M. Prunelle approuve mon choix du CMS WordPress et raconte qu’il a de l’expérience avec. On discute des quelques bidouillages sur le CSS (peu nombreux mais hélas impératifs conformément aux demandes).
Mon code étant commenté et mes modifications légères et peu nombreuses, il les approuve et se propose même de les maintenir si ça casse après une mise à jour. Super, ça m’arrache une épine du pied !

Les deux dernières heures

J’aborde le sujet de la base de données. Il faut savoir que la trésorière, Mme Nougat, s’oppose assez fortement au fait que je travaille sur la BDD. Elle souhaite que je me consacre pleinement au site et veut plutôt confier la base à un intervenant extérieur aux frais de l’association. C’est d’ailleurs pour cela qu’elle a fait appel à M. Prunelle…

J’explique mon projet. Un intranet maison, développé from scratch, une BDD relationnelle. Le tout fait à la main. J’avais déjà préparé un schéma relationnel que je lui montre.

« Ta base m’a l’air bien, relationnelle, tout bien comme il faut, c’est du bon travail. Par contre, je ne suis pas trop d’accord avec ta solution pour l’hébergement de la base de données, Maria DB… Je connais de nom mais ce n’est pas très utilisé dans le domaine professionnel… »

Il sort son cahier. Puis son stylo. Je le remarque alors… Un stylo rose fluo, avec le fameux logo de WINDEV dessus. Gulp. Je sais ce qui m’attend.

M. Prunelle me demande alors d’aller voir sur une page cachée d’un site web sur lequel il avait récemment travaillé. Il m’épelle l’adresse, quelque chose du genre « xalex-xpert.com/xalex_expert ».
S’affiche alors une vieille interface de connexion sans TLS, et je reconnais rapidement WEBDEV, de la même boîte. Je fais la moue. J’explique alors que je ne souhaite travailler qu’avec des logiciels libres, par éthique. Un sourire en coin s’affiche sur le visage de M. Prunelle :

« Ha ha ha, moi aussi, quand j’avais ton âge, j’étais un rebelle et je votais à gauche ! Mais aujourd’hui sur le marché du travail, dans un contexte professionnel de l’industrie informatique, jamais je ne me permettrais de présenter une verrue de Linux chez un client ! »

Hein ? L’industrie professionnelle de l’informatique ? Le marché du travail ? Qui a parlé de Linux ? Une verrue ?
La rébellion gauchiste ? Ce n’est pas un #MercrediFiction ni une exagération. C’est mot pour mot ce qu’il m’a dit. Je suis resté bouche bée pendant quelques secondes avant de passer à l’offensive en défendant mes arguments.

Et là, tout de suite, la grosse condescendance. En puissance. Limite, s’il m’avait versé un coulis de caca sur la tête, ça aurait été plus respectueux.

« Non mais de toute façon voilà, c’est comme ça qu’on débute, on fait tous des erreurs, on progresse ensuite, moi j’en ai vu, c’est pas le premier, je sais comment ça se passe »

Et alors évidemment Mme Nougat s’incruste et en rajoute une couche…

« Moi je pense qu’on a la chance d’avoir un professionnel parmi nous, M. Prunelle sait ce qu’il faut faire. Quand on est jeune, on ne connaît pas le marché du travail, on ne sait pas comment bien faire les choses pour répondre aux demandes du client, c’est normal »

(Allez-y, pissez-moi dessus encore, j’aime ça.) Mais avant que je ne me fasse totalement recaler, M. Touron et Mme Caramel interviennent au moment opportun et insistent pour me laisser une chance. Ouf, c’est sauvé. Par contre, du coup, inutile de compter sur lui pour maintenir ma « verrue de Linux ». Plus qu’à me débrouiller tout seul.

Résultat, les deux solutions seront proposées au conseil d’administration et c’est le conseil qui tranchera. J’ai intérêt à bien faire le boulot.

La veille technologique, ou comment j’ai changé d’avis

Ok, j’ai donc 15 jours pour réaliser une solution convaincante à partir de rien, migrer la solution actuelle vers la mienne et enfin former les nouveaux utilisateurs… Bon, j’ai des bouts de code de prêts pour ça, je suis assez expérimenté en PHP pour me débrouiller comme un grand. Mais 15 jours…

État des lieux

Tout d’abord, le lendemain de la réunion, M. Calisson (mainteneur octogénaire de la BDD) s’est présenté à moi. Il a fait l’effort de se déplacer dans les locaux pour me proposer personnellement son aide.
Face à une telle bienveillance, je ne pouvais refuser. Il m’a donné une documentation utilisateur d’une vingtaine de pages (datant de quelques années), très détaillée, qui m’a beaucoup appris. Il a ensuite pris le temps de m’expliquer chaque détail flou de la base actuelle et décrit les attentes particulières de Mme Nougat, qui attend d’être convaincue par ma solution.

Il n’était pas obligé de faire tout ça et je lui en suis grandement reconnaissant. Avant de le rencontrer, je pensais que ça allait être un esprit conservateur qui considère que sa solution (une table, 35 champs, rappelons-le) est la meilleure de toutes… et je me suis bien trompé. Comme quoi, le code ne fait pas le développeur…

À l’aide, Mastodon !

Dans le doute, je fais appel au réseau des réseaux. Et dans la panade, je fais appel au Fediverse.

Appel à l’aide sur Mastodon…Voyez tous les conseils reçus suite à ma demande !

 

Amis, camarades, connaissances, merci à vous. Vous avez été d’un précieux soutien dans cette situation difficile, vous m’avez aiguillé quand M. Prunelle m’avait lâché. Je savais que je pouvais compter sur vous ! Et j’ai attentivement écouté vos conseils.

Alors que choisir ?

Je peux dire beaucoup de mal (à tort et à raison) de mes professeurs de BTS SIO, mais c’est l’un d’eux qui m’a conseillé Galette en premier (en l’occurrence, ce professeur revendique des valeurs libristes mais enseigne WinDev et Win’Design aux élèves, ironiquement. Il enseigne Merise aussi, en 2018. Mais passons !)

Galette est un CMS libre de gestion d’adhérents pour les associations, inscrit sur Framalibre, l’annuaire contributif où j’aurais dû chercher en premier. Le logiciel a été créé en 2004 et est toujours maintenu à l’heure actuelle via des mises à jour régulières. Il est utilisé par des dizaines d’associations et reste un choix à considérer pour un déploiement rapide et efficace.

La Fediverse m’ayant conseillé (entre autres) Galette, j’ai décidé de m’y intéresser de plus près. Je connaissais déjà Galette (de nom seulement) avant que mon professeur m’en parle, mais tout écrire de soi-même avait l’air tellement plus amusant…

Et la solution avait l’air vraiment sympa. Il m’a fallu quelques jours pour m’assurer qu’elle collait bien au cahier des charges de Mme Nougat, mais tout avait l’air d’aller comme il faut. Et comme je n’ai plus le temps, il vaut mieux choisir cette option plutôt que de partir de zéro et rendre un travail insatisfaisant ou incomplet.

Partons donc pour Galette !

Galette

Abordons un peu l’aspect technique. La formation WordPress et quelques autres tâches ayant un peu débordé sur le planning, il me reste 10 jours pour déployer la solution et former les utilisateurs.

Le cahier des charges

Je rencontre un problème. Le cahier des charges n’est pas respecté sur un point : les statistiques. L’asso a besoin de stats assez précises pour la comptabilité et Galette ne fournit que deux ou trois pauvres camemberts. Galette tournant sous PHP, je prends la décision d’écrire un plugin.

Le plugin

C’est ce qui va prendre le plus de temps. Je travaille dans un environnement avec lequel je ne suis pas familier du tout, même si c’est du PHP, car je n’ai jamais touché à des frameworks PHP ni utilisé une API conçue pour des plugins. Ma première rencontre avec Zend Framework se passe… mal. Très mal, au point où j’interroge directement la base de données avec des requêtes en dur pour faire le boulot.
J’aurais aimé apprendre comment m’en servir, mais « je n’ai pas le temps ». Bon, j’ai moins d’excuses pour le switch à 90 cases avec des requêtes SQL et les 80 lignes de HTML dans un string… Mais chut…

Blague à part, je commence à être vraiment à la bourre. Plus que quelques jours de stage déjà, et c’est fini. Je me débrouille comme je peux pour coder quelque chose qui fonctionne. Qui a parlé de maintenabilité ?
Le prochain qui passera derrière moi sera probablement un stagiaire de BTS SIO, ça lui fera les pieds 🙂 (Il va me retrouver et me tuer pour avoir écrit ça, et je ferai moins le malin quand je tomberai sur un cas similaire. Bon au moins, j’ai mis plein de commentaires)

La demande de dernière minute

J’ai présenté le plugin de stats à Mme Nougat et il a fallu s’adapter à une demande de dernière minute. Totalement justifiée cela dit, ça faciliterait grandement la comptabilité. Il s’agit encore de stats.
J’applique des quickfixes sur le code dégueulasse que j’ai pondu juste avant. Il me reste trois jours. (Comment ça, ce n’est pas une excuse ? Au moins ça fonctionne !)

Bon allez, on plie ça vite fait et on passe à l’importation, qui n’est même pas commencée !

Préparation pour la migration

Un peu plus de technique.
La base de données est sous forme de fichier. MDB (Access), format propriétaire. Elle pèse 8.5 Mo. J’ai des frissons dans le dos. J’utilise le paquet mdb-tools pour convertir la structure et les données en requêtes SQL et je crée une nouvelle DB en local (MariaDB) et j’importe le tout.
Vive le libre.

Voilà la table à 35 champs… Ma première tâche va être de séparer les entrées des couples (M. et Mme) qui ont été enregistrés en une seule entrée.
Sur le coup, LibreOffice Calc est mon ami. J’importe tous les enregistrements où Sexe=« M. et Mme » et je les sépare à coups de Chercher/Remplacer. Une fois le boulot fini, j’importe tous les autres adhérents enregistrés dans la base jusque là sur le tableur, c’est plus facile que sur Workbench. Et nous y voilà, un total de 1275 lignes.

La grande migration

Allez, c’est parti. Je saisis 1275 adhérents à la main, depuis l’interface de Galette.

Bien sûr que non. Vous croyez vraiment que j’allais faire ça manuellement ?
Je me remémore ce que disait l’un de mes professeurs de BTS SIO :

« Un développeur, c’est un branleur. Une quiche molle. Alors à un m’eng donné, il faut savoir optimiser son traitemeng ou on va se retrouver avec une KYRIELLE de travail à faire. »

Il reste 2 jours. Comptant un jour de formation et d’installation du logiciel, j’ai 24 heures pour réaliser la migration. Admettons que je prenne trois minutes par entrée (adhérent + contribution). (1275 x 3) / 60= 63h45 de travail. C’est hors limites !

La seule solution est donc d’automatiser le tout. Mais il ne s’agit pas d’un simple INSERT INTO dans une table, hélas. Galette utilise un système de champs dynamiques qui permet d’avoir des champs personnalisés par l’association. Il les gère d’ailleurs assez mal : lorsqu’on supprime un adhérent ou une contribution, les champs dynamiques associés ne se suppriment pas avec. Encore un bug à signaler, tiens. Mais passons.

Formatage des données

Je commence par ajouter un adhérent et une cotisation annuelle pour ce dernier et j’identifie dans la BDD les tables mises à jour. Il y en a trois : galette_adherents, galette_cotisations et galette_dynamic_fields.

Ensuite, ça reste quand même assez trivial. J’identifie à quoi correspondent les champs dans les tables et je prépare mes inputs selon mes besoins. Je n’oublie pas de m’adapter au logiciel. Exemple, Galette interdit les adresses mail dupliquées dans la BDD. Je supprime tous les duplicatas depuis LibreOffice avant de commencer quoi que ce soit. Puis vient le plus
pénible. Le formatage des inputs. LibreOffice est pratique pour ça, mais je préfère tellement Vim qui s’avère bien plus efficace quand on a l’habitude du logiciel.

Vérification des données

Je vérifie encore mes inputs. Les erreurs les plus courantes :
– Doubles espaces (un coup de regex et c’est fini)
– Accents dans les adresses mail
– Virgules à la place de points un peu partout
– Formatage pas toujours standardisé du numéro de téléphone… J’étale le champ adresse, unique jusque là, sur deux lignes. C’est long et pénible, un bon travail de stagiaire. Par superstition, j’enlève les guillemets placés inutilement dans les adresses physiques.
– Au passage, je découvre des adresses Yahoo, AOL, Cegetel, Alice, Wanadoo, Neuf et même quelques .gouv.*.
Ça fait un peu peur.

– Le champ galette_adherents.login_adh contient des caractères aléatoires servant d’identifiant pour l’adhérent. L’asso n’utilise pas cette fonctionnalité, mais pour ne pas contrarier Galette, je vais insérer des caractères aléatoires dedans : SUBSTRING(MD5(RAND()) FROM 1 FOR 15)
Ce n’est pas censé être un identifiant hexadécimal, mais ce n’est pas grave.

Enfin, je prends soin de distinguer les champs vides des champs NULL. On peut maudire SQL pour ça, je suppose.

Je termine la migration le 28 juin au soir, soit 24 heures avant la fin du stage. La journée de demain commencera à 09h00.

Déploiement de la solution

Ah oui, à ne pas oublier. Avant de former les utilisateurs, il faut d’abord déployer Galette sur leur réseau (en intranet). Je choisis l’utilisation de XAMPP sur l’un de leurs postes Windows.
Je configure le serveur DHCP de leur box pour que l’IP du poste en question soit fixe. Ma méthode est probablement discutable mais je ne vois pas d’autre option possible, surtout qu’héberger Galette sur le “cloud” ne leur aurait pas servi car ils ne travaillent sur la BDD qu’en local. Enfin, je déploie Galette, j’exporte la BDD depuis mon poste et je l’importe sur le leur. Je transfère aussi les fichiers de mon plugin. Évidemment, l’opération ne s’est pas déroulée sans accroc – surtout sur des postes Windows. J’ai perdu une à deux heures dans la migration.

L’imprévu fatidique

En formant l’une des deux bénévoles, on s’aperçoit ensemble que de nombreuses données de l’ancienne base sont erronées depuis quelques mois (suite à une maintenance de M. Calisson) et que ces erreurs ont été (évidemment) reportées sur la nouvelle base. Nous arrivons à une conclusion terrifiante : il faut repasser manuellement derrière chacune des 1275 adhésions à partir des bordereaux d’adhésion, conservés par précaution. Cette opération nous a coûté 4 à 5 heures. La bénévole a eu la gentillesse de m’apporter une pizza pour que je puisse finir mon travail d’esclave le plus vite possible sans sortir du bureau.

fig.1 Travailler en équipe pour résoudre un problème. La théorie.

fig.2 Travailler en équipe pour résoudre un problème. La réalité.

La formation

Vous imaginez qu’il ne me reste plus beaucoup de temps pour former les utilisateurs. La première bénévole était assez familière avec l’informatique, mais la deuxième ne l’était pas du tout – au contraire, elle détestait l’informatique. J’ai dû abréger beaucoup de points que je préciserai dans une documentation utilisateur à rédiger après mon départ. Ce fut très laborieux, mais l’essentiel a été vu. Il est 18h00, mon stage se termine et ma mission avec. Je remercie M. Touron qui m’offre une gratification de stage de 150 euros.

Le suivi

Le libre, c’est bien, mais quand il est encadré et suivi, c’est mieux. Le site web de l’association est hébergé par la Ligue de l’Enseignement, ce qui leur permet de profiter de tarifs très préférentiels. J’ai pu rencontrer l’un de leurs membres avec M. Touron dans le cadre de la migration du site de Joomla ! vers WordPress.
Ce monsieur, aux antipodes de M. Prunelle, était clairement fâché de mon choix de WordPress, en disant que les webmasters oublient souvent de mettre à jour le CMS et qu’il est généralement considéré comme une usine à gaz trouée par des failles de sécurité. Je ne peux qu’être d’accord avec lui sur ces points-là, malheureusement.
M. Touron aborde finalement la question de la gestion de la base de données (Galette, donc) et ce monsieur semble non seulement connaître le CMS, mais exprime sa satisfaction quant au choix d’un logiciel libre. Quand je lui ai dit que ce choix était par éthique, nous sommes rapidement partis dans une discussion libriste mentionnant La Quadrature du Net, l’April, Framasoft, les RMLL 2018 qui approchent à grands pas…

C’était ma première discussion avec un libriste dans la vraie vie et elle ne pouvait pas tomber à un meilleur timing. La personne idéale pour reprendre le projet était déjà trouvée, je peux dormir sur mes deux oreilles !

Ressenti personnel

Cet article est déjà beaucoup trop long, mais je tiens à exprimer mon ressenti sur ce stage. La rencontre avec M. Prunelle fut très parlante pour moi : j’ai réalisé à quel point les esprits peuvent être conservateurs dans le domaine de l’informatique.

Être libriste, c’est avant tout avoir des convictions que l’on défend au quotidien. Je ne m’attendais pas à entrer en conflit d’éthique avec qui que ce soit pendant ce stage, tout comme je ne m’attendais pas à rencontrer des personnes défendant les mêmes valeurs que moi. C’est aussi inciter les utilisateurs moins familiers vis-à-vis de l’outil informatique à découvrir les outils libres, faire face à leurs réticences dues à la peur de l’inconnu, à leur habitude d’utiliser des outils propriétaires et parfois, à leur manque de confiance en votre personne au prétexte de votre jeune âge et de votre supposé manque d’expérience.

Ce stage fut un véritable combat au nom de l’éthique et de mes propres convictions, mais il fut aussi porteur d’espoir : les libristes sont plus nombreux que je ne le pensais, et mon déplacement à mon tout premier meeting (les RMLL 2018) va probablement m’aider à mieux connaître (et sympathiser !) avec les différentes communautés et me permettre de définir plus précisément mon parcours professionnel en vue, dans l’idéal, d’un métier dans ce domaine.

Vive le libre !

@Neil@shelter.moe




Il a choisi Linux et s’en félicite

Dan Gillmor, qui avait l’an dernier expliqué pourquoi il disait au revoir à google, Microsoft et Apple dans un article que nous avons publié, fait aujourd’hui le point sur ses choix et constate qu’il ne regrette rien. D’autres bonnes raisons de migrer sont apparues, comme l’accélération de la re-centralisation du Web, l’hégémonie croissante des grands acteurs et bien sûr la surveillance généralisée.

Dan Gillmor évoque avec précision les matériels et logiciels qu’il a adoptés progressivement, fait état également sans à priori des avancées et des faiblesses des produits open source. Il reconnaît la difficulté relative du passage au Libre intégral (il peine encore à se dégoogliser 😉 ) mais les valeurs qu’il défend sont celles de l’indépendance, du choix libre pour l’utilisateur de ses usages et de ses produits…

Je suis passé à Linux et c’est encore mieux que ce que j’espérais

Dire adieu à Microsoft et Apple n’a jamais été aussi facile, ni aussi satisfaisant

par Dan Gillmor

Article original sur Medium : I Moved to Linux and It’s Even Better Than I Expected
Traduction Framalang : line, goofy, Sphinx, r0u, david_m, Manegiste, sebastien, teromene, galadas, roptat, Omegax, didimo

danGillmorUn beau jour du printemps 2012, j’ai refermé mon MacBookAir pour la dernière fois. À partir de ce moment, mon environnement informatique (en tout cas, en ce qui concerne mon portable) était GNU/Linux. J’ai abandonné, autant que possible, les environnements propriétaires et obsédés du contrôle qu’Apple et Microsoft ont de plus en plus imposés aux utilisateurs d’ordinateurs personnels.

Presque quatre ans plus tard, me voici, et j’écris cet article sur un portable qui tourne sous le système d’exploitation Linux, avec LibreOffice Writer, et non sur une machine Mac ou Windows avec Microsoft Word. Tout va bien.

Non, c’est même mieux que ça, tout est sensationnel.

Je recommanderais ce changement à beaucoup de personnes (pas à tout le monde, ni à n’importe quel prix, mais à quiconque n’est pas effrayé à l’idée de poser une question à l’occasion, et plus particulièrement quiconque réfléchit à la trajectoire prise par la technologie et la communication au 21ème siècle). Plus que tout, aux gens qui se soucient de leur liberté.

Ils nous ont donné plus de confort, et nous avons dit collectivement : « Génial ! »

L’informatique personnelle remonte à la fin des années 1970. Elle a défini une ère de la technologie où les utilisateurs pouvaient adapter ce qu’ils achetaient de toutes sortes de manières. Lorsque l’informatique mobile est arrivée sous la forme de smartphones, la tendance s’est inversée. Les constructeurs, en particulier Apple, ont gardé bien plus de contrôle. Ils nous ont donné plus de confort, et nous avons dit collectivement : « Génial ! ».

Il y a quelques mois, lorsque Apple a annoncé son iPad Pro, une grande tablette avec un clavier, son président Tim Cook l’a appelée « la plus claire expression de notre vision pour le futur de l’informatique personnelle ». « Ouh là, ça craint » me suis-je dit à ce moment-là. Entre autres, dans l’écosystème iOS, les utilisateurs ne peuvent obtenir leurs logiciels que sur l’Apple store, et les développeurs sont obligés de les vendre au même endroit seulement. C’est peut-être la définition de l’informatique personnelle pour Apple, mais pas pour moi.

Pendant ce temps-là, Windows 10 de Microsoft (sur presque tous les points, une grande avancée en termes de facilité d’utilisation par rapport à Windows 8) ressemble de plus en plus à un logiciel espion déguisé en système d’exploitation (une appellation qui pourrait être injuste, mais pas de beaucoup). Oui, la mise à jour depuis les versions précédentes, extrêmement répandues, est gratuite, mais elle prend des libertés extraordinaires avec les données des utilisateurs et le contrôle de ceux-ci, d’après ceux qui en ont analysé le fonctionnement interne.

Ce n’est pas exactement un duopole commercial. Le système d’exploitation Chrome OS de Google fait tourner un nouvel arrivant : le Chromebook, vendu par différents constructeurs. Mais il comporte plus de limites et oblige ses utilisateurs à être totalement à l’aise (je ne le suis pas) sous l’emprise d’une entreprise qui repose sur la surveillance pour soutenir son modèle économique basé sur la publicité.

Ainsi, pour ceux qui ont le moindre intérêt à garder une indépendance substantielle dans l’informatique mobile ou de bureau, Linux semble être le dernier refuge. Sur toute une gamme de machines, des super-ordinateurs aux serveurs, en passant par les téléphones portables et les systèmes embarqués, Linux est déjà incontournable. Je suis content d’avoir franchi le pas.

Avant d’expliquer le comment, il est vital de comprendre le contexte de ma petite rébellion. La re-centralisation est la nouvelle norme dans les technologies et les communications, une tendance qui m’a préoccupé il y a quelque temps sur ce site, quand je décrivais de manière plus générale mes efforts pour me sevrer des produits et services d’entreprises fournis par Apple (c’est fait), Microsoft (fait en grande partie) et Google (encore difficile). Le gain en confort, comme je le disais à l’époque, ne vaut pas les compromis que nous concédons.

Un duopole mobile ?

Comme j’en discuterai plus bas, je dois me demander à quel point il est pertinent de déclarer son indépendance sur son ordinateur personnel, puisque l’informatique évolue de plus en plus vers les appareils mobiles. Qu’on le veuille ou non, Apple et Google en ont plus ou moins pris le contrôle avec iOS et Android. Apple, comme je l’ai dit, est un maniaque obsédé du contrôle. Même si Google distribue gratuitement une version ouverte d’Android, de plus en plus de pièces essentielles de ce système d’exploitation sont intégrées en un amas logiciel terriblement verrouillé qui emprisonne les utilisateurs dans le monde de Google contrôlé par la publicité. Peut-on parler de « duopole » mobile ?

La re-centralisation est particulièrement terrifiante au vu du pouvoir croissant de l’industrie des télécommunications, qui se bat bec et ongles pour contrôler ce que vous et moi faisons des connexions que nous payons, malgré le jugement bienvenu de la FCC (commission fédérale des communications aux États-Unis) en faveur de la « neutralité du net » en 2015. Comcast détient le monopole du véritable haut débit sur la vaste majorité de son territoire, même si l’on distingue quelques concurrents ici et là. Les fournisseurs d’accès par câble avancent rapidement pour imposer des limites d’utilisation qui n’ont rien à voir avec la capacité disponible et tout à voir avec l’extension de leur pouvoir et de leurs profits, comme l’expliquait en détail Susan Crawford. Et les fournisseurs de téléphonie mobile piétinent allègrement la neutralité du net avec leurs services « zero-rated » (où l’accès à certains services spécifiques n’est pas décompté du volume de données du forfait), que la FCC considère de manière incompréhensible comme innovants.

Pendant ce temps, pour la simple et bonne raison que les utilisateurs préfèrent souvent le confort et la simplicité apparente d’un outil à la garantie de leurs libertés, des acteurs centralisés comme Facebook se constituent des monopoles sans précédents. Comme pour Google et son outil de recherche, ils recueillent les bénéfices grandissants des effets du réseau, que des concurrents vont trouver difficile sinon impossible à défier.

Goulets d’étranglement

N’oublions pas le gouvernement, qui a horreur de la décentralisation. Les services centralisés créent des goulots d’étranglement et rendent le travail facile aux services de police, espions, contrôleurs et service des impôts. L’état de surveillance raffole de la collecte de données sur ces goulots d’étranglement, ce qui met finalement en danger les communications et libertés de tous.

Les goulots d’étranglement permettent aussi de soutenir des modèles économiques qui génèrent beaucoup d’argent pour les campagnes politiques. Hollywood en est un excellent exemple ; la quasi prise de contrôle du Congrès par les lobbies du copyright a conduit à l’adoption de lois profondément restrictives comme dans le système du copyright en vigueur.

Les droits d’auteur sont la clé de ce que mon ami Cory Doctorow appelle « la prochaine guerre civile dans l’informatique générique », une campagne, parfois agressive, pour empêcher les gens qui achètent du matériel (vous et moi, de manière individuelle et dans nos écoles, entreprises et autres organisations) de réellement en être propriétaires. Les lois sur le droit d’auteur sont l’arme des maniaques du contrôle, puisqu’elles les autorisent à nous empêcher par des moyens légaux de bricoler (ils diraient trafiquer) les produits qu’ils vendent.

Les perspectives ne sont pas toutes aussi sombres. Le mouvement des makers ces dernières années est l’un des antidotes à cette maladie du contrôle total. Il en est de même avec les composantes-clés de la plupart des projets de makers : les projets de logiciel libre et open source dont les utilisateurs sont explicitement encouragés à modifier et copier le code.

linuxpenguinFighter

Image par Ian Burt via Flickr | CC BY 2.0

C’est là que Linux entre en scène. Même si nous nous servons davantage de nos appareils mobiles, des centaines de millions d’entre nous travaillent encore beaucoup avec leurs ordinateurs mobiles et de bureau. Linux et les autres logiciels développés par la communauté ne représentent peut-être qu’une solution partielle, mais clairement utile. Il vaut mieux commencer avec quelque chose et l’améliorer, que d’abandonner directement.

J’ai installé Linux un bon nombre de fois au cours des dernières années, depuis qu’il est devenu un véritable système d’exploitation. Mais je suis toujours retourné sous Windows ou Mac, en fonction de mon système principal de l’époque. Pourquoi ? Il restait encore trop d’aspérités et, pendant longtemps, Linux n’avait pas assez d’applications pour réaliser ce dont j’avais besoin. Les inconvénients étaient trop importants pour ma patience limitée, en utilisation quotidienne.

Mais cela s’est progressivement amélioré et, en 2012, j’ai décidé qu’il était temps. J’ai demandé à Cory Doctorow quelle version de Linux il utilisait. C’était une question fondamentale, car Linux se décline en de nombreuses variantes. Les développeurs ont pris le noyau essentiel du code et ont créé différentes versions, adaptées aux divers besoins, goûts et genres d’informatique. Bien que tous utilisent les composants essentiels, sur le modèle du logiciel libre, certains ajoutent du code propriétaire, comme Flash, pour mieux s’adapter aux pratiques informatiques des utilisateurs. Le matériel représentait également une question cruciale, car les ordinateurs ne sont pas tous gérés de manière fiable par Linux, à cause des incompatibilités matérielles.

Cory m’a dit qu’il utilisait Ubuntu sur un Lenovo ThinkPad. J’étais déjà convaincu par les ThinkPads, grâce à la fiabilité du matériel et le bon service après-vente du constructeur, sans oublier la possibilité de mettre à jour les composants matériels internes. Comme j’ai tendance à acheter des modèles récents, je rencontre parfois des problèmes de compatibilité avec le matériel Lenovo le plus récent. J’ai bricolé mon modèle actuel, un T450s, par tous les moyens, en remplaçant le disque dur mécanique par un disque SSD rapide et en ajoutant autant de mémoire vive (RAM) que j’ai pu.

Je penchais également pour Ubuntu, une version de Linux créée par une entreprise appelée Canonical, avec à sa tête un ancien entrepreneur informatique du nom de Mark Shuttleworth, que je connais aussi depuis longtemps. Ubuntu est connu pour son excellente gestion des ThinkPads, surtout s’ils ne sont pas flambants neufs. J’ai utilisé Ubuntu sur quatre ThinkPads différents depuis ma conversion. On apprécie Ubuntu à l’usage parce que Canonical a une vision bien définie de la façon dont les choses doivent fonctionner.

Libre à vous de tester une autre « distribution » Linux, comme on appelle les différentes versions. Il y en a trop pour les nommer toutes, ce qui est à la fois le meilleur et le pire atout de l’écosystème Linux. Les nouveaux utilisateurs devraient presque toujours essayer une des distributions les plus populaires, qui aura été testée de manière plus poussée et offrira la meilleure assistance de la part de la communauté ou de l’entreprise qui l’a créée.

linuxMint

L’une de ces distributions est Linux Mint. Elle est basée sur Ubuntu (qui est elle-même basée sur Debian, une version encore plus proche de la version de base de Linux). Mint m’est apparue comme à beaucoup d’autres personnes comme probablement la meilleure distribution Linux pour ceux qui ont utilisé des systèmes propriétaires et souhaitent la transition la plus simple possible. Je suis parfois tenté de changer moi-même, mais je vais garder Ubuntu, à moins que Canonical ne le foire complètement, ce que je n’espère pas.

Avant de faire le grand saut, j’ai demandé à bon nombre de personnes des conseils sur la façon migrer au mieux mes usages informatiques depuis des programmes propriétaires vers des programmes open source. Plusieurs m’ont suggéré ce qui s’est avéré être un bon conseil : j’ai cessé d’utiliser l’application Mail d’Apple et j’ai installé Thunderbird de Mozilla sur mon Mac, et après un mois, je me suis tellement habitué à cette manière différente (pas si différente non plus) de gérer mon courrier électronique (non, je n’utilise pas Gmail, sauf pour un compte de secours). J’ai aussi installé LibreOffice, une sorte de clone open source de Microsoft Office, qui est moins courant mais adéquat pour arriver à ses fins dans la plupart des cas.

Comme la plupart des gens qui utilisent un ordinateur personnel, je passe mon temps presque exclusivement sur tout petit nombre d’applications : navigateur internet, client courriel, traitement de texte. Sous Linux, j’ai installé Firefox et Chromium, une variante open source du Chrome de Google. Comme déjà mentionné, Thunderbird faisait bien son job pour gérer mes courriels, et LibreOffice était satisfaisant en tant que logiciel de traitement de texte.

Mais j’avais encore besoin d’utiliser Windows pour certaines choses. En particulier, le logiciel de cours en ligne que j’utilisais à mon université refusait de fonctionner sous Linux, quel que soit le navigateur utilisé. J’ai donc installé Windows dans une machine virtuelle, afin de faire tourner Windows et ses programmes à l’intérieur de Linux. J’ai aussi installé Windows sur une partition séparée de mon disque dur pour les occasions encore plus rares où j’aurais besoin d’utiliser un Windows natif, contrairement à un Windows virtuel ce qui réduit les performances.

Aujourd’hui je n’ai presque plus jamais besoin de Windows. LibreOffice s’est énormément amélioré. Pour l’édition collaborative, Google Docs (hum… j’ai déjà dit que se passer de Google est difficile, hein ?) est difficile à battre, mais LibreOffice progresse. Le logiciel utilisé dans mon université pour les cours en ligne fonctionne maintenant avec Linux. Le seul programme pour lequel j’ai encore besoin de Windows est Camtasia, pour le « screencasting » – enregistrer (et diffuser) ce qu’affiche l’écran, ainsi que le son. Plusieurs programmes de screencasting existent sous Linux, mais ils sont limités. Et parfois, je suis obligé d’utiliser MS PowerPoint pour lire les rares diaporamas qui hoquètent avec le logiciel de présentations de LibreOffice (Impress).

Étrangement, le plus compliqué, dans cette transition, fut de m’adapter aux différentes conventions utilisées pour les claviers : désapprendre le style Apple et réapprendre les combinaisons Windows, équivalentes pour la plupart à celles utilisées par Linux. Au bout de quelques mois, tout était rentré dans l’ordre.

La fréquence de mise à jour des logiciels est un des aspects que je préfère avec Linux. Ubuntu et de nombreuses autres versions proposent régulièrement des mises à jour même si je préfère choisir les versions qui disposent d’un support étendu (aussi appelées versions « LTS » soit Long Term Support en anglais). Ils corrigent rapidement les failles de sécurité qui sont trouvées et il se passe souvent moins d’une semaine entre deux mises à jour, un rythme beaucoup plus élevé que celui auquel j’étais habitué avec Apple.

migrationSimple

Ce que j’aime le moins avec Linux, c’est qu’il faut parfois faire quelque chose qui pourrait paraître intimidant pour un nouvel utilisateur. Personne ne devrait avoir à ouvrir une interface en ligne de commande pour saisir sudo apt-get update ou autre. Personne ne devrait avoir à faire face à un avertissement indiquant que l’espace disque est insuffisant pour que la mise à jour du système puisse être appliquée (ce qui nécessitera alors de retirer les composants obsolètes du système d’exploitation, une opération qui n’est pas à la portée de tout le monde). Personne ne devrait découvrir, après une mise à jour, qu’un composant matériel a cessé de fonctionner, ce qui m’est arrivé avec mon trackpad, inutilisable jusqu’à ce que je trouve une solution grâce à un forum (oui, cela peut arriver avec Windows mais les fabricants testent beaucoup plus le fonctionnement de leur matériel avec les logiciels Microsoft. Quant à Apple, ça arrive également, mais il a l’avantage de produire du matériel et des logiciels qui sont associés de façon harmonieuse).

gillmordesktop

Le bureau de Dan Gillmor sous Ubuntu

Lorsqu’il y a un problème, les communautés apparues autour du logiciel libre et open source s’avèrent incroyablement utiles. Poussant toujours un peu les limites pour adopter ce système, je demande souvent de l’aide. Je reçois toujours des réponses. Certains experts super pointus de ces forums peuvent être condescendants voire irrespectueux si on ose poser une question qui leur semblera simplissime ou qui a déjà reçu une réponse par ailleurs. On trouve également cette aide précieuse (et cette éventuelle intempérance) pour Windows, Mac et les autres systèmes mobiles (certains fanatiques d’Apple sont parfois étonnamment violents avec les hérétiques) mais il existe une atmosphère unique lorsqu’il s’agit de personnes œuvrant sur des technologies ouvertes, pour tous.

Si vous souhaitez essayer Linux sur votre ordinateur, c’est plutôt simple. Ubuntu, ainsi que d’autres distributions, vous permettent de créer un DVD ou une clé USB contenant le système d’exploitation et de nombreuses applications et vous pouvez démarrer votre ordinateur en utilisant ce support de test. C’est une bonne technique pour savoir si le matériel que vous avez à votre disposition fonctionnera avec. Ce sera vraisemblablement le cas si vous n’utilisez pas un ordinateur flambant neuf. Linux brille particulièrement par son support des ordinateurs déjà anciens.

Pour éviter les soucis d’installation de Linux, on peut acheter un ordinateur avec le système d’exploitation pré-installé et obtenir des mises à jour régulières, adaptées au matériel. J’ai réfléchi à différents modèles fabriqués par des entreprises comme Dell, System76, ZaReason entre autres. Je viens de visiter une entreprise appelée Purism, qui vend des ordinateurs portables construits uniquement avec du matériel et du logiciel non-propriétaire, du moins autant qu’il est possible à l’heure actuelle. Le modèle Librem 13 est impressionnant, Purism a adapté Linux pour ce matériel ergonomique et j’ai hâte de l’essayer.

Je voyage beaucoup et penche plutôt en faveur d’une entreprise qui dispose de point de dépôt dans différents pays et qui (avec le coût que ça implique) pourra dépêcher un technicien chez moi, à mon bureau ou à mon hôtel si ma machine tombe en panne. Si je dois abandonner Lenovo (et les dernières affaires à leur sujet me font douter), je me dirigerai probablement vers les machines Dell fournies avec Linux.

Vous avez pu remarquer que je n’ai presque pas abordé la question du coût. Pour le système d’exploitation, ce n’est plus nécessaire car Microsoft et Apple ont fait fondre le prix apparent de leur système d’exploitation et il apparaît comme nul. Bien entendu, vous le payez toujours quand vous achetez un ordinateur. Cela dit, même les mises à jour importantes sont devenues gratuites, un changement fondamental si on regarde en arrière. Cependant, en ce qui concerne Microsoft, la « gratuité » semble exister au détriment de la collecte intrusive des données.

En revanche, pour les applications, c’est une autre histoire. Vous pouvez économiser beaucoup d’argent en utilisant des logiciels libres et open source. Comparé à LibreOffice, Microsoft Office reste cher même si les versions de base « Famille et Étudiant » sont abordables et que beaucoup de personnes utilisent MS Office grâce à la version fournie par leur école ou leur entreprise.

Mais voilà, j’apprécie de payer pour certains logiciels, car je veux être sûr, autant que possible, que j’aurai de l’aide si besoin et que les développeurs auront une source de motivation pour continuer à corriger et à améliorer le logiciel. Je serais heureux de pouvoir payer pour des versions de Camtasia et Scrivener sur Linux (ce dernier possède une version communautaire pour Linux). En attendant, je fais des dons à différents projets dont j’utilise les logiciels régulièrement, qu’ils soient créés par des entreprises ou intégralement développés par des bénévoles. Ubuntu a beau être une entreprise qui gagne de l’argent en fournissant des services (une approche populaire et éprouvée dans le monde du logiciel libre et open source), je continue d’y donner. Avec moi, LibreOffice a gagné un utilisateur, mais aussi un donateur. Il en va de même pour d’autres projets.

Linux reste en arrière, enfin « officiellement », quand il s’agit de lire des DVD. Il faut installer certains logiciels jugés illégaux par le cartel du divertissement afin de pouvoir lire les disques que vous avez achetés (Apple a l’air d’un parangon de liberté par rapport à Hollywood). L’utilisation de services de streaming comme Netflix ou Amazon peut également être source d’ennuis. Enfin ça devient plus simple grâce à… humpf l’ajout de verrous numériques (NdT : DRM ou Digital Rights Management) dans certains navigateurs.

Est-ce que tous ces ajustements en valent la peine ? Je dirais que oui. Tout ce qui améliore ou préserve notre capacité à utiliser les technologies comme nous l’entendons en vaut la chandelle par rapport aux voies imposées par des pouvoirs centralisés. Et si nous ne sommes pas plus nombreux à essayer, ces monstres du contrôle verront leur victoire assurée.

Il est probablement presque trop tard pour que Linux devienne un système d’exploitation extrêmement populaire, dans les pays développés tout au moins. Mais il n’est pas trop tard pour que suffisamment d’entre nous l’utilisent afin de garantir des libertés informatiques pour ceux qui les veulent.

Que pouvons-nous faire à propos des écosystèmes mobiles, si nous ne voulons pas leur laisser l’hégémonie sur toute l’informatique personnelle, voilà bien le problème. Des versions tierces d’Android ont émergé au travers de communautés dynamiques telles que XDA Developers, qui veulent plus de liberté. Ubuntu travaille sur un système d’exploitation mobile parmi d’autres nombreux acteurs de la communauté open source ; des années ont été dédiées à tendre vers un système d’exploitation qui puisse fonctionner sur tous les appareils. Mais la domination d’Apple et Google sur le monde mobile en intimide plus d’un.

nous avons vraiment le choix

J’essaie en ce moment beaucoup d’options parmi les appareils possibles dans l’espoir que j’en trouverai un qui soit suffisamment bon pour une utilisation au quotidien, même s’il devait ne pas être aussi pratique que les propriétés privées bien gardées des géants de l’internet (un de mes téléphones est actuellement sous un système d’exploitation appelé Cyanogenmod). Bientôt, je vous en dirai plus sur la façon dont ça se passe.

En attendant, souvenez-vous : nous avons vraiment le choix – nous pouvons faire des choix qui repoussent les limites des libertés technologiques. Récemment, mon choix a consisté à me détacher libérer de l’emprise de ceux qui veulent tout contrôler. J’espère vous donner à réfléchir pour faire de même. En fonction de ce que nous choisissons, nous avons beaucoup à gagner, et à perdre.

(1) Même si cela va vexer certaines personnes, j’ai fait référence à GNU/Linux par son nom de loin le plus couramment utilisé – Linux, tout simplement – après la première occurrence. Pour en savoir plus à ce propos, les Wikipédiens ont rassemblé tout un tas de sources pertinentes.

Merci à Evan Hansen et Steven Levy.

Biographie et plus d’informations : http://dangillmor.com/about (Photo par Joi Ito)




Plus d’erreurs de grammaire ni de typographie avec Grammalecte

Si vous utilisez un traitement de texte avec des élèves, vous avez sûrement déjà entendu cette phrase « Il n’y a pas d’erreurs car ce n’est pas souligné. » En effet, trop souvent, seul le correcteur orthographique est utilisé. Et comme son nom l’indique, il ne corrige que l’orthographe. Si vous voulez que vos élèves (et même les plus grands) questionnent leurs productions, une petite, que dis-je, une grande extension deviendra vite indispensable : Grammalecte. Laissons Olivier nous en dire un peu plus.

Logo de Grammalecte

Bonjour Olivier, j’ai l’habitude de dire que Grammalecte est une extension qui permet d’apprendre de ses erreurs. Peux-tu nous la présenter ?

Grammalecte est un correcteur grammatical dédié à la langue française. Pour l’instant, il n’existe que pour LibreOffice et OpenOffice, mais j’ai lancé une campagne de financement pour porter l’application dans Firefox et Thunderbird.

Le but du programme, c’est bien sûr de signaler les erreurs grammaticales, mais selon le principe suivant : le moins de fausses alertes possible, car les faux positifs irritent et distraient inutilement les utilisateurs. Ce n’est pas facile à faire, car dans la langue française il y a beaucoup d’incertitudes et les confusions possibles sont innombrables. Songez par exemple que l’adjectif « évident » est aussi une forme verbale du verbe « évider » et vous aurez une idée du genre de difficultés auxquelles il faut faire face. J’en ai parlé dans un long billet sur LinuxFR, alors je préfère ne pas me répéter ici.

Entendre que Grammalecte permet d’apprendre de ses erreurs me fait plaisir, car il n’est pas toujours facile de faire en sorte que le message d’erreur soit instructif. La place est limitée, et parfois l’imagination fait défaut pour écrire un message à la fois simple et instructif. Par ailleurs, les explications ne sont pas toujours comprises (tout le monde ne sait pas ce qu’est un COD ou un participe passé). Les exemples, ce n’est pas toujours clair. Les messages trop longs ne sont probablement pas toujours lus. Et, pour des raisons techniques, il n’est pas toujours possible d’être explicite. Il y a encore du progrès à faire sur ce point. Si je le peux, je place un hyperlien vers une page web plus complète, mais les pages web sont parfois longues et les explications ne concernent pas toujours spécifiquement l’erreur concernée. Mais il est vrai que, contrairement à Word (qui ne fournit qu’une correction sans indication), Grammalecte tente souvent d’expliquer. Car le meilleur moyen d’éviter les erreurs grammaticales, c’est d’enseigner petit à petit à l’utilisateur à ne plus en faire. Le meilleur service que puisse rendre un correcteur grammatical, c’est de devenir de moins en moins utile. Mais il le sera toujours à cause des erreurs d’inattention que même les plus doués font.

Pour aider l’utilisateur à s’y retrouver dans la langue française, il y a deux outils :
— le « lexicographe », qui, avec un clic droit sur n’importe quel mot, renseigne sur sa nature grammaticale : un nom, un adjectif, participe passé, un verbe, un article, etc.
— le conjugueur, qui est, lui aussi, accessible avec un simple clic droit sur n’importe quel verbe.

Le conjugueur de Grammalecte

Ce n’est pas beaucoup par rapport à ce que font des logiciels comme Cordial et Antidote, mais c’est bien mieux que ce que fait Word.

Les correcteurs du Framablog et de Framabook me soufflent également que c’est un allié particulièrement efficace pour les « typo nazis »…

Oui, j’espère qu’il l’est, attendu que c’est avant tout pour des questions de typographie que j’ai commencé ce logiciel. Grammalecte est en effet assez strict sur ce chapitre. Au tout début, la décision de signaler les apostrophes droites avait beaucoup surpris certaines personnes, mais ça me semblait parfaitement normal. J’ai finalement mis cette règle en option pour ceux que ça gênait le plus. Grammalecte peut paraître pointilleux pour beaucoup de gens.
Mais pour soulager l’utilisateur des fastidieuses corrections typographiques, le logiciel possède un outil, appelé « formateur de texte », capable d’automatiser en quelques clics la correction des multitudes d’erreurs typographiques. Il peut par exemple :
— supprimer les espaces surnuméraires en fin de ligne, entre les mots, avant les virgules, etc.
— ajouter les espaces insécables là où elles sont requises,
— transformer les apostrophes droites en apostrophes typographiques,
— placer des tirets cadratins pour les dialogues,
et toutes sortes d’autres choses pénibles à faire manuellement, une par une.
C’est très utile quand on récupère des textes mal formatés sur le Net, car ça fait économiser un temps considérable de mise en forme.

Le formateur de texte de Grammalecte
Le formateur de texte de Grammalecte

Cela dit, Grammalecte n’intégrera pas tout à fait les mêmes règles de contrôle typographique dans Firefox, attendu que, dans ce contexte, certaines seront plus une gêne qu’une aide. Ce qui sera supprimé ou modifié reste encore à déterminer. Par exemple, il est possible que je change ou supprime certaines règles sur les espaces.

De manière générale, peux-tu nous présenter les personnes derrière Grammalecte ? Tu travailles seul ?

Alors, oui, je travaille seul sur le moteur interne de Grammalecte. Mais ça ne signifie pas que je sois le seul à avoir travaillé dessus, indirectement ou directement. Le logiciel est un dérivé de Lightproof, un correcteur grammatical minimaliste (d’où son nom, qu’on pourrait traduire par « vérificateur léger ») écrit pour LibreOffice par un Hongrois, mais qui est peu utilisé en raison du manque de ressources lexicales. Ce correcteur fait appel à Hunspell, le correcteur orthographique, mais la plupart des dictionnaires orthographiques n’étant pas grammaticalement étiquetés, son potentiel est limité et il sert surtout pour des corrections basiques ou typographiques. D’ailleurs, tel quel, il ne pouvait être d’une grande utilité pour le français, même avec un dictionnaire étiqueté, c’est pourquoi il a fallu que je triture le code pour pouvoir en faire un correcteur plus puissant (et moins léger). Mais je ne blâme pas Lightproof d’être léger et rudimentaire. Au contraire, ça m’a permis de mettre le pied à l’étrier et de constater que beaucoup de choses n’étaient pas si compliquées à faire. Ensuite, peu à peu, j’ai commencé à réfléchir à des choses plus complexes et à avoir des idées plus vastes que ce que j’avais imaginé faire en premier lieu.

Cependant il y a pas mal d’autres personnes qui ont travaillé et travaillent sur la base indispensable de Grammalecte : le dictionnaire orthographique grammaticalement étiqueté. Ça peut paraître anecdotique, mais gérer un dictionnaire c’est une tâche qui requiert un temps considérable et certains contributeurs y ont consacré une énergie qui méritent toute votre estime. Il y a quelques années, j’avais confié l’administration du dictionnaire à d’autres personnes, ce qui m’a permis d’avoir du temps pour améliorer le site web dédié à l’amélioration du dictionnaire et surtout pour concevoir les premières versions du correcteur grammatical. Gérer une base lexicale, c’est très loin d’être négligeable, c’est pourquoi Grammalecte et LanguageTool utilisent la même ressource. L’un des plus gros contributeurs au dictionnaire, c’est d’ailleurs le mainteneur de la partie française de LanguageTool. Quant aux autres, c’est une petite poignée de passionnés très investis ou de simples passants qui avaient besoin qu’on ajoute certains mots au dico. Mais je n’ai jamais demandé de comptes à quiconque, je ne sais pas qui ils sont. Un pseudo, une adresse e-mail, parfois un nom, c’est tout ce que je sais d’eux. À présent, il y a beaucoup moins de contributeurs, ce projet connaît un certain ralentissement. Il faut dire que le dictionnaire est bien plus fourni qu’autrefois, même s’il y a sans doute encore beaucoup à faire pour les domaines spécialisés comme la médecine, la biologie ou la chimie. Les nouveaux mots qu’on ajoute maintenant concernent surtout les sciences, ou bien des vieilleries peu utilisées.

4 dictionnaires orthographiques proposés
4 dictionnaires orthographiques proposés

Quant à moi, on pourrait croire que je suis un passionné d’orthographe et de grammaire, et que je m’amuse à faire des concours de dictée. Pas du tout. Pour tout dire, la grammaire ne m’intéresse que parce que je conçois un correcteur grammatical, c’est tout. Ce que j’aime avant tout, ce sont les livres, la littérature et l’informatique. Il y a une douzaine d’années, je récupérais sur le Web pas mal de textes anciens introuvables en librairie, et je les mettais en forme pour mon usage.

En 2005, quand j’ai découvert l’existence d’OpenOffice.org, j’ai immédiatement été impressionné par Writer, qui permettait de concevoir des textes de manière bien plus cohérente et propre que Word. Par ailleurs, Word me fâchait par son incapacité à relire correctement les anciens documents conçus avec lui (j’ai commencé avec Word 6). Il fallait souvent refaire certaines mises en page. Et le format binaire ne permettait guère de retrouver ses petits si le document était corrompu. La qualité de Writer et le format ouvert de documents sont les raisons pour lesquelles j’ai migré vers OOo.

Mais il y avait quand même un aspect de Writer qui était en deçà de son concurrent : le correcteur orthographique. Il était très lacunaire. C’est la raison pour laquelle j’ai commencé à m’intéresser à la question. Finalement, j’ai d’abord cherché à remplir mes besoins d’utilisateur. En 2006-2007, j’ai retroussé mes manches et j’ai d’abord amélioré le dictionnaire, j’ai repris les différentes versions disponibles sur le Net, et j’ai conçu un site web pour recevoir les propositions des utilisateurs. En 2008, j’ai fini par réécrire toutes les règles du dictionnaire pour normaliser les données (avant ça, c’était vraiment le bordel), et j’ai posé des étiquettes grammaticales dessus, avec l’idée que ça servirait un jour à celui ou celle qui aurait l’idée saugrenue de faire un correcteur grammatical, puis j’ai recréé le site web (parce que le premier était mal foutu). À l’époque, je n’avais pas du tout l’intention de concevoir un correcteur grammatical. Je ne me sentais pas assez fou pour me lancer là-dedans.

J’avais bien sûr essayé LanguageTool, mais il ne me convenait pas du tout, car il y avait vraiment trop de faux positifs. En 2010, j’ai tenté d’améliorer LanguageTool pour le français, mais j’y ai finalement renoncé à cause d’une histoire de typographie et de mon désamour pour Java et le XML. C’est alors que j’ai découvert Lightproof, capable d’interroger les dictionnaires dans Writer. Tiens, tiens, intéressant, me suis-je dit, et si je faisais un petit test ? Au commencement, j’ai pas mal galéré pour diverses raisons plus ou moins complexes, mais j’ai eu assez vite un correcteur typographique auquel j’ai ajouté quelques règles simples concernant la grammaire. Encore une fois, je ne faisais que satisfaire mes propres exigences d’utilisateur. Puis, comme ça a plu, j’ai continué à améliorer le moteur interne du correcteur, peu à peu, en ajoutant des mécanismes plus complexes et en polissant peu à peu les rugosités du logiciel.

Cela dit, cela va vous paraître bizarre, mais j’éprouve un doute de nature philosophique sur la pertinence de concevoir un correcteur grammatical. Je ne juge pas qu’un correcteur grammatical soit inutile, mais à force de plancher sur la question, la grammaire française a commencé à me paraître inutilement compliquée et incohérente. On écrit par exemple : Je commence, tu commences, il commence. Mais on écrit : Je finis, tu finis, il finit. Il est étonnant qu’on juge utile de distinguer la deuxième personne du singulier au premier groupe, mais au deuxième groupe on préfère distinguer la troisième personne du singulier. À l’impératif, dans le deuxième groupe, la graphie de la deuxième personne du singulier est la même que celle à l’indicatif (« finis »), mais au premier groupe la graphie de la deuxième personne du singulier est différente à l’indicatif (« commences ») et à l’impératif (« commence »), ce qui trompe d’ailleurs beaucoup de monde. Pire : au deuxième groupe, la première et la deuxième personnes du singulier (« finis ») ont la même graphie qu’un participe passé. Encore une belle occasion de semer la confusion.

On va me rétorquer que c’est notre « héritage », que ça vient des origines de la langue, que l’étymologie, c’est important. Oui, mais c’est un argument creux. D’abord, qui connaît l’origine de la variation des graphies des conjugaisons ? Pas grand-monde, je parie. Un coup d’œil sur la question sur Wikisource. Les anciens étaient-ils parfaitement logiques et cohérents ? C’est très discutable. La langue n’a pas évolué de manière uniforme. Un autre exemple : habiter vient du latin habitare, c’est pour ça qu’il y a un h au début du mot. Habitare dérive lui-même du mot habere, qui signifie avoir. Ah, tiens, le h a disparu sur avoir. Autrement dit, l’histoire préserve et altère les graphies très diversement. Pourtant, préserver le h sur avoir aurait été bien utile, car ça éviterait que certaines formes verbales de avoir soient identiques ou semblables à d’autres mots sans rapport avec ce verbe, comme a, as, avions, aura, ais (qui n’est pas une forme conjuguée de avoir). Absurde de rajouter h à avoir, pensez-vous ? Pourtant, on a autrefois ajouté des lettres aux graphies des mots pour mieux les distinguer. On a ajouté un d à pied (parce que ça vient de pedis), un g à doigt (parce que ça vient de digitus), etc. Personnellement, j’aimerais bien que avoir retrouve son h…

Le français est plein de confusions, d’ambiguïtés et de bizarreries. Il y a tellement de choses à retenir. Savez-vous à quoi ressemble la somme de la connaissance sur la grammaire française ? À un pavé de 1600 pages écrit en petites lettres qui s’appelle Le Bon Usage de Grevisse (au format poche, ça ferait plus de 3500 pages, je pense). Et encore, on n’y trouve pas tout.

Couverture de la 15ᵉ édition du Bon usage
Couverture de la 15ᵉ édition du Bon usage

Récemment, une de mes amies s’indignait que ses enfants dussent apprendre par cœur les pluriels irréguliers de caillou, genou, hibou, etc. Pourtant ces mots ne dérivent pas de mots plus anciens contenant des x. Ce x n’est dû qu’à une écriture abrégée employée il y a longtemps, où un X remplaçait “us”. Au lieu d’écrire chous, certains écrivaient choX. (référence sur Wikipédia). Personnellement, il me paraît bien plus grave de confondre “on” et “ont”, “à” et “a”, “se” et “ce”, que de se tromper sur le pluriel de caillou ou d’écrire “tu commence”. Mais le français est si plein de choses à retenir qu’on voit régulièrement des gens ne pas se tromper sur des questions accessoires et écrire des phrases dont la syntaxe fait mal aux yeux.

Voilà pourquoi j’éprouve un doute sur la pertinence de concevoir un correcteur grammatical en l’état des choses. Je crains d’aider à figer une langue dans toutes ses incohérences et ambiguïtés. (Mais ceux qui vendent des correcteurs y trouvent probablement leur compte.) Il me semblerait plus utile que les experts se réunissent pour concevoir un français avec le moins possible d’incohérences, d’ambiguïtés et d’irrégularités. Je comprends que c’est pour certains un scandale de toucher à la langue. C’est pourtant ce que font souvent ceux qui créent des langages de programmation, quand ils veulent les améliorer. Ils modifient la syntaxe, ils ajoutent du vocabulaire, font les modifications qu’ils jugent utiles. Résultat : un langage plus lisible, moins ambigu et plus cohérent.
De toute façon, si l’on ne fait rien, le français évoluera. De manière incohérente probablement, comme jusqu’à présent. Et on appellera ça notre culture.

Mais rassurez-vous, je n’ai aucunement l’intention d’imposer mes idées, et le correcteur grammatical essayera de faire respecter les règles actuelles. 🙂
Actuellement, Grammalecte est disponible pour les suites bureautiques libres (LibreOffice, Apache OpenOffice, OOo4kids et OOoLight), j’ai cru comprendre que la prochaine étape était de couper le cordon et de l’adapter pour d’autres logiciels.

Avant de répondre à cette question, une remarque sur les suites bureautiques : je ne sais pas du tout ce qui se passe du côté d’OOo4Kids et OOoLight. Je pensais que le développement de ces logiciels avait cessé. Je crois savoir qu’ils utilisent Python 2.6, et je ne fournis plus de nouvelles extensions pour cette version de Python depuis assez longtemps. C’est déjà assez contrariant de fournir une version utilisable par OpenOffice (qui n’intègre que la version 2.7 de Python). Le problème, ce n’est pas OpenOffice, c’est cette version de Python dont le module d’expressions régulières est un peu bogué, ce qui rend Grammalecte moins efficace et génère parfois des faux positifs indépendants de mon contrôle. En fait, je teste tout avec LibreOffice, puis l’extension est convertie pour OpenOffice.

Mais, oui, la prochaine étape, c’est de désimbriquer Grammalecte de l’écosystème LibreOffice/OpenOffice, notamment pour pouvoir greffer le correcteur grammatical sur Firefox et Thunderbird. Ça fait longtemps que j’y songe, mais il y a pas mal de prérequis à cela. Il faut refondre et réorganiser une très grosse partie du code, transformer toutes les données, optimiser pas mal de choses, écrire les fonctionnalités qui manqueront après s’être détaché de LibreOffice/OpenOffice, améliorer certains points de la correction grammaticale, convertir en JavaScript (le langage de programmation des navigateurs), concevoir une interface adaptée, et j’en oublie certainement. En bref, il y a des eaux tumultueuses à traverser avant de pouvoir reprendre une navigation sereine. C’est pourquoi j’ai monté une campagne de financement participatif pour pouvoir m’y consacrer sereinement.

Campagne de dons sur le site Ulule

Et tu ne comptes pas t’arrêter aux logiciels mozilliens. Quel est ton objectif ultime ?

Produire une extension pour Firefox et Thunderbird fait déjà partie de mon but « ultime », c’est déjà à mes yeux une très importante finalité en elle-même, mais en effet ce n’est pas tout.

Séparer Grammalecte de Writer a aussi pour dessein de bâtir une application autonome, un serveur capable de renvoyer les erreurs à toute autre application qui lui transmettrait du texte, ce qui permettrait à ces applications de proposer des corrections grammaticales. Charge à elles de concevoir l’interface. Après, idéalement, j’aurais aimé revoir complètement la gestion des ressources lexicales, refaire le site web du dictionnaire de fond en comble, mais ce n’est pas indispensable et ça demanderait beaucoup de travail. Alors j’ai préféré être plus raisonnable en proposant de concevoir divers outils annexes.

Parmi ceux-ci, il y a notamment un assistant pour proposer de nouveaux mots à la base de données en ligne, pour simplifier toute la procédure. Il y a aussi un outil pour détecter les répétitions et compter les mots en les regroupant par lemme. Je prévois aussi d’améliorer le « lexicographe » afin de fournir sur les mots toutes les données dans la base, comme le champ sémantique auxquels ils appartiennent, leur indice de fréquence, leur origine étymologique et toute information potentiellement utile.

En fait, toutes ces choses (les extensions, le serveur et les outils annexes) sont plus liées qu’il n’y paraît. Elles ne sont séparées dans la campagne de financement que pour que celle-ci ait plus de chances d’aboutir. La véritable finalité, c’est de bâtir un écosystème grammatical libre.

Nous pouvons donc soutenir le développement financièrement. Si certains de nos lecteurs souhaitent t’aider d’une autre manière, comment peuvent-ils faire ?

Le point sur lequel il est possible d’aider, c’est la gestion du dictionnaire qui sert de base lexicale au correcteur. Ce n’est malheureusement pas une tâche très enthousiasmante, car c’est répétitif. Mais ajouter les mots qui manquent, les étiqueter, c’est pourtant indispensable. Quand un mot n’est pas identifié, le correcteur est aveugle. Plusieurs fois, j’ai laissé le rôle d’administrateur à des personnes motivées qui ont fait du très bon boulot. Tout le monde peut participer, et si quelqu’un se sent motivé pour administrer, il suffit d’apprendre comment ça fonctionne, se faire la main sur le système et de savoir grosso modo quelle est la politique suivie.

Quant au code, je préfère travailler seul, question de tempérament, mais quand j’aurai fini la réorganisation du projet et que les tests seront mis en place pour éviter les régressions, je serai plus ouvert à la collaboration.

Traditionnellement, nous laissons le mot de la fin à l’interviewé. Y a-t-il une question que tu aurais souhaité qu’on te pose ?

On ne m’a pas encore posé de questions sur le potentiel futur du correcteur, s’il peut encore beaucoup progresser dans la détection des erreurs.

La réponse est oui, il peut encore progresser de manière significative. Il est difficile de faire des prédictions avec une grande fiabilité, mais je suis optimiste sur la distance que celui-ci peut parcourir avant d’arriver au point où il sera difficile d’améliorer les choses sans revoir de fond en comble son fonctionnement.

Pour l’instant, il existe 929 règles de contrôle (qui recherchent les erreurs) et 535 règles de transformation (qui aident les premières à s’y retrouver dans le texte). Ces règles font énormément de choses, mais je n’ai pas encore implémenté nombre de vérifications, parce que c’est parfois compliqué à faire (il faut tester, refaire, vérifier, refaire, revérifier), mais aussi parce qu’il existe nombre d’erreurs auxquelles je n’ai pas pensé. Concevoir les règles de détection, c’est parfois simple, mais ça requiert parfois aussi de l’inventivité.

Pour l’instant, j’ai assez peu travaillé sur certaines erreurs grossières, comme les confusions entre “sa” et “ça”, “on” et “ont”, “a” et “à”, etc. parce que j’en vois peu dans les textes sur LibreOffice. Ce n’est pas le genre d’erreurs qui me vient automatiquement à l’esprit. En revanche, sur le web, ces erreurs sont bien plus fréquentes, et il faudra que je veille à renforcer les contrôles sur ces confusions qui trahissent une méconnaissance assez grave de la grammaire française. Il existe bien sûr déjà des règles pour signaler ces confusions, mais c’est encore à améliorer.

Sans rien changer aux mécanismes internes, il y a encore beaucoup de choses faisables. Mais j’avance prudemment, car la difficulté ce n’est pas de trouver de nouvelles erreurs à signaler, c’est d’en détecter sans se tromper trop souvent. Comme la « devise » de Grammalecte, c’est d’éviter autant que possible les faux positifs, la montée en puissance se fait à un rythme raisonnable, afin de corriger ce qui peut l’être au fur et à mesure et d’éviter d’être submergé par des signalements intempestifs.

Par ailleurs, à l’avenir, va être mis en place un système de désambiguïsation (cf. l’article sur LinuxFR) qui va rendre l’analyse du texte plus sûre et mécaniquement augmenter le taux de détection.

Ensuite, il n’est pas exclu de créer des mécanismes plus complexes, mais c’est une autre affaire. Grammalecte n’en est pas encore arrivé à ce stade.




Pourquoi Microsoft Word doit-il mourir ?

Cet article est le fruit d’une traduction collaborative menée via la liste linuxedu sur un framapad.

Le titre original est : « Why Microsoft Word must Die? ». Son auteur Charles Stross est un écrivain britannique de science fiction. Très connu dans le milieu de la science fiction et du fantasy, il a obtenu plusieurs prix dont le prix Hugo.

Avant de pouvoir traduire son texte, nous lui avons demandé son autorisation ainsi que la licence qu’il souhaitait poser. Le texte suivant est donc en CC-By-Nc-Sa. Un grand merci à lui pour sa réactivité et surtout cet article très intéressant.

En tant qu’enseignants, nous ne pouvons que recommander cette lecture. On entend parfois comme argument que le système éducatif doit former à Word car c’est ce qui est présent dans le monde professionnel. Ceci est une véritable insulte à nos missions. Cela signifie que la qualité de notre enseignement est pauvre au point que nos élèves soient incapables de s’adapter à divers contextes logiciels ! Notre rôle est de les former à une classe de logiciel pas à un « outil » particulier aussi bon ou aussi mauvais soit-il. Vu les programmes actuels, peu d’élèves sortent en sachant utiliser correctement un traitement de texte. Le paradigme de la machine à écrire améliorée perdure.

Microsoft Word

Pourquoi Microsoft Word doit mourir ?

Je hais Microsoft Word. Je veux la mort de Microsoft Word. Je hais Microsoft Word avec une passion ardente et enflammée. Je hais Microsoft Word à la manière dont Winston Smith haïssait Big Brother. Et, de manière alarmante, nos raisons ne sont pas si différentes…

Microsoft Word est un tyran pour l’imagination, un dictateur mesquin, sans imagination et inconséquent qui est mal adapté à une quelconque utilisation créative par un écrivain. Pire : Il est en situation de quasi-monopole, dominant l’univers des traitements de texte. Son statut quasi monopolistique envahissant a fait un lavage de cerveaux aux développeurs de logiciels, à un point tel que peu d’entre eux peuvent imaginer un traitement de texte comme autre chose qu’une pâle copie du Monstre de Redmond. Mais qu’est-ce qui ne va pas exactement ?

J’utilise des traitements de texte et des éditeurs de texte depuis environ 30 ans. Il y eut une époque, avant la domination de Microsoft Word, où plusieurs paradigmes radicalement différents pour la préparation et le formatage de texte étaient en compétition dans un marché ouvert des idées. L’une des premières combinaisons, particulièrement efficace, était l’idée d’avoir un fichier texte, contenant des commandes imbriquées ou des macros, qui pouvait être édité avec un éditeur de texte pour les programmeurs (comme ed ou teco, ou plus tard vi ou emacs) puis alimenter divers outils : vérificateurs d’orthographe, correcteurs de grammaire, et des outils de mise en page tels que scribe, troff ou latex qui produisaient une image binaire de la page pouvant être envoyée à une imprimante.

Ces outils étaient rapides, puissants, élégants et extrêmement exigeants vis-à-vis de l’utilisateur. Quand les premiers ordinateurs personnels 8 bits apparurent (pour l’essentiel, l’Apple II et l’écosystème concurrent CP/M), les programmeurs tentèrent de développer un outil hybride, appelé traitement de texte : l’édition se faisait à l’écran et masquait à l’auteur les commandes compliquées et rébarbatives destinées à l’imprimante, en les remplaçant par une mise en surbrillance et en ne les affichant que lorsque que l’auteur demandait au logiciel de « montrer le code ».

Des logiciels comme WordStar ont ouvert la voie, jusqu’à ce que WordPerfect prenne le marché au début des années 1980 en introduisant la possibilité d’éditer simultanément deux fichiers ou plus, en scindant l’affichage à l’écran.

Puis, vers la fin des années soixante-dix et le début des années quatre-vingts, des groupes de recherche au MIT (l’Institut Universitaire de Technologie du Massachusetts à Boston) et au centre de recherche de Xerox à Palo Alto en Californie ont commencé à développer des outils qui ont étoffé l’interface graphique de l’utilisateur des stations de travail comme le Xerox Star et, plus tard, l’ordinateur Lisa et Macintosh – et finalement l’imitateur nouveau venu Microsoft Windows. Une guerre éclata puis fit rage entre deux factions.

Une faction voulait prendre le modèle classique des codes imbriqués dans un ficher, et l’améliorer pour un affichage graphique : l’utilisateur sélectionnait une section de texte, le marquait « italique » ou « gras », et le traitement de texte injectait le code associé dans le fichier puis, au moment d’imprimer, modifiait le rendu graphique envoyé à l’imprimante à cette phase-là du processus.

Mais un autre groupe voulait utiliser un modèle beaucoup plus puissant : les feuilles de style hiérarchiques. Dans un système à feuilles de style, les unités de texte — mots ou paragraphes — sont étiquetées avec un nom de style regroupant un ensemble d’attributs qui sont appliqués à ce morceau de texte lors de l’impression.

Microsoft était au début des années 80 une entreprise de développement logiciel, surtout connue pour son interpréteur BASIC et le système d’exploitation MS-DOS. Steve Jobs approcha Bill Gates en 1984 pour écrire des applications pour le nouveau système Macintosh, et il accepta.

L’un de ses premiers travaux fut d’organiser le premier véritable traitement de texte WYSIWYG pour un ordinateur personnel – Microsoft Word pour Macintosh. La controverse faisait rage en interne : devait-on utiliser les codes de contrôle ou bien les feuilles de style hiérarchiques ?

Finalement, le verdict tomba : Word devrait mettre en œuvre les deux paradigmes de formatage. Bien qu’ils soient fondamentalement incompatibles et qu’on puisse tomber dans une confusion horrible en appliquant un simple formatage de caractères à un document à base de feuille de style, ou vice versa. Word souffrait en réalité d’un vice de conception, dès le début – et cela n’a fait qu’empirer depuis.

Entre la fin des années 80 et le début des années 90, Microsoft est devenu un mastodonte en situation de quasi-monopole dans le monde du logiciel. L’une de ses tactiques est devenue bien connue (et redoutée) dans l’industrie : adopter et étendre (NdT: il y a l’idée du « baiser de la mort » : étreindre pour mieux étouffer).

Confronté à un nouveau type de logiciel à succès, Microsoft rachètait l’une des entreprises à la pointe du secteur et déversait alors des moyens pour intégrer le produit à son propre écosystème Microsoft, si nécessaire en abaissant ses prix pour éjecter ses concurrents du marché. La croissance de Microsoft Word s’est faite par l’acquisition de nouveaux modules : publipostage, correcteurs orthographiques et grammaticaux, outils de chapitrage et d’index.

Toutes ces entreprises étaient des sociétés artisanales dynamiques, formant une communauté prospère d’éditeurs de produits concurrents qui tous luttaient pour produire de meilleurs logiciels qui leur permettaient de cibler leurs parts de marché. Mais Microsoft s’est infiltré dans chaque secteur et a intégré un par un les concurrents à Word, tuant de fait la concurrence et étouffant l’innovation. Microsoft a tué les outils d’index et de chapitrage sur Windows, a stoppé net le développement du correcteur grammatical, a étouffé celui des correcteurs orthographiques. Il existe un cimetière entier d’écosystèmes jadis prometteurs, et il s’appelle Microsoft Word.

Alors que le logiciel se développait, Microsoft déploya sa tactique « Adopte étend et étouffe » en vue de rendre les mises à jours incontournables, rendant ainsi les utilisateurs de Word captifs, par le biais de mutations constantes du format de fichier utilisé. Les premières versions de Word étaient interopérables avec ses rivaux comme Word Perfect, elles pouvaient importer et exporter dans les formats de fichier des autres logiciels. Mais au fur et à mesure que la domination de Word devenait établie, Microsoft a à plusieurs reprises modifié son format de fichier – avec Word 95, Word 97, en 2000, encore en 2003 et plus récemment encore.

Chaque nouvelle version de Word utilisait par défaut un nouveau format de fichier qui n’était plus reconnu par les versions précédentes. Pour échanger des documents avec quelqu’un d’autre, vous pouviez tenter d’utiliser le format RTF — mais la plupart des utilisateurs professionnels occasionnels ne prenaient pas la peine de regarder les différents formats du menu « Enregistrer sous… », et donc si vous deviez travailler avec d’autres, vous vous trouviez dans l’obligation de payer régulièrement la dime Microsoft même si aucune nouvelle fonctionnalité ne vous était utile.

Le format de fichier .doc a lui aussi été délibérément rendu opaque : au lieu d’un document interprétable contenant des métadonnées de formatage ou de macros, c’est en fait l’image mémoire des structures de données logicielles qu’utilise Word, avec les adresses pointant sur les sous-routines qui fournissent les données de formatage ou celles des macros. Et la « sauvegarde rapide » aggrava encore la situation en ajoutant un journal des différents changements à l’image mémoire du programme.

Pour analyser un fichier .doc vous devez virtuellement réécrire un mini Microsoft Word. Ce n’est pas un format de fichier contenant des données : c’est un cauchemar ! Au 21e siècle, ils ont essayé d’améliorer le tableau en le remplaçant par un schéma XML… mais ils n’ont réussi qu’à ajouter à la confusion en utilisant des balises XML qui se réfèrent à des points d’entrée de fonctions dans le code de Word, au lieu de décrire la structure sémantique réelle du document. Difficile d’imaginer qu’une multinationale telle que Microsoft, aussi importante et (habituellement) gérée avec compétence puisse commettre accidentellement une telle erreur…

Cette obsolescence programmée n’a pas d’importance pour la plupart des entreprises, dans lesquelles la durée moyenne de vie d’un document est inférieure à six mois. Mais d’autres domaines réclament la conservation des documents. En droit, en médecine ou encore en littérature, la durée de vie d’un fichier se compte en décennies si ce n’est en siècles. Les pratiques commerciales de Microsoft vont à l’encontre des intérêts de ces utilisateurs.

D’ailleurs Microsoft Word n’est même pas facile à utiliser. Son interface alambiquée, baroque, rend difficile ce qui est simple et quasi impossible ce qui est difficile. Ceci garantit la sécurité de l’emploi pour le gourou, mais pas la transparence pour l’utilisateur éclairé et intuitif qui souhaiterait simplement se concentrer sur son travail et pas sur l’outil avec lequel la tâche doit être accomplie. Word impose à l’auteur sa propre conception de la façon dont un document doit être structuré, une structure bien plus adaptée aux lettres commerciales et aux bilans (tâches pour lesquelles il est utilisé par la majorité de ses utilisateurs).

Ses outils de vérification et de suivi des modifications sont baroques, truffés d’erreurs et ne conviennent pas à un vrai travail collaboratif de conception d’un document ; ses possibilités de chapitrage et de notes sont piteusement primitives face aux besoins d’un écrivain ou d’un thésard. Quant aux recommandations à l’emporte-pièce de son correcteur grammatical, elles pourraient n’être qu’amusantes si les tournures commerciales qu’il impose, dignes d’un potache besogneux, n’étaient désormais si largement répandues.

Mais ce n’est pas pour cela que je veux la mort de Microsoft Office.

La raison pour laquelle je veux sa mort est que, tant que celle-ci ne sera pas arrivée, on ne pourra éviter Word. Je n’écris pas mes romans avec Microsoft Word. J’utilise toute une palette d’autres outils, depuis Scrivener (un logiciel conçu pour la structuration et l’édition de documents composites qui est à Word ce qu’un environnement de développement intégré est à un éditeur de texte rudimentaire) jusqu’à des éditeurs de texte classiques comme Vim. Mais d’une façon ou d’une autre, les principales maisons d’édition se sont laissé intimider et persuader que Word était l’incontournable clef-de-voûte des systèmes de production de documents.

Pire, cette prédominance nous rend aveugles aux possibilités d’amélioration de nos outils de création de documents. On nous a imposé presque 25 ans d’immobilisme, j’espère que nous trouverons bientôt quelque chose de mieux pour le remplacer.




Oublions Powerpoint avec Reveal.js

Pour se passer de Powerpoint, il y a Impress de LibreOffice bien sûr.

Mais il existe aussi de nombreuses solutions web issues du trio gagnant : JavaScript, HTML5 et CSS3).

Nous avons choisi avec cette traduction de mettre en valeur Reveal.js, avec une méthode de geek pour assurer l’archivage et retrouver facilement les différentes versions de vos présentations.

reveal.js

Enseigner avec l’application de présentation libre Reveal.js

Teaching with open source presentation service Reveal.js

Luis Ibanez – 30 octobre 2013 – OpenSource.com
(Traduction : Penguin, Genma, audionuma, cyrille, Omegax, Garburst)

OpenSource.com a un programme pour les modérateurs de communautés, et je suis fier d’en faire partie. Nous nous sommes récemment réunis dans le centre ville de Raleigh (en Caroline du Nord). L’une de nos discussions portait sur les logiciels open source pour l’éducation, et Ruth Suehle, qui dirige l’équipe marketing de Fedora tout en conseillant et en écrivant pour Opensource.com, a attiré notre attention sur les merveilles de Reveal.js, un nouvel outil de préparation de diapositives pour les présentations.

« C’est ce que les gens cool utilisent »dit-elle. Et dieu sait qu’elle avait raison !

Un rapide détour par la page d’exemples et de présentations permet de convaincre les plus sceptiques.

Les principales caractéristiques qui sortent du lot sont :

  • Les diapositives sont créées en écrivant du simple code HTML
  • Les présentations…
    • sont des pages HTML + Javascript
    • peuvent être vues sur n’importe quel appareil : téléphones, tablettes, ordinateurs.
  • Le contenu peut être mis dans un système de contrôle de version (par exemple Git/Github).
    • Ne vous est-il jamais arrivé de regarder une présentation d’une année passée et de vous demander s’il s’agit bien de la version que vous souhaitez utiliser ? Vous êtes vous jamais demandé quelles étaient les dernières modifications ?
  • L’hébergement Git permet la collaboration de plusieurs auteurs.
    • Tout comme avec n’importe quel projet collaboratif, différents auteurs peuvent ajouter du contenu, faire des commentaires, corriger les erreurs.
    • Et en cas de désaccord, ils peuvent toujours faire une branche dérivée, un fork, de ces présentations.

Voici quelques-unes des présentations qui ont été faites lors de notre cours « Pratiques des logiciels open-source » à l’École polytechnique Rensselaer et à l’université de l’État de New-York à Albany :

Pour ceux qui ne sont pas à l’aise avec l’écriture de code HTML, il y a un éditeur interactif : Slid.es, au sein duquel vous pouvez créer vos diapositives en utilisant une interface simple. Les présentations sont également hébergées, ainsi vous n’avez pas besoin de vous préoccuper de trouver un serveur web.

Pour ceux à qui écrire du code HTML plaît, la façon la plus facile de commencer est la suivante :

  • Consultez les nombreux exemples
    • Copiez ou forkez vos (exemples) favoris
    • Modifiez et créez le votre

La façon de faire pour du long terme est la suivante :

Enfin, le partager en retour !

Vous pouvez ajouter vos présentations en guise d’exemple pour les autres, en modifiant simplement les exemples de la page de présentation.

Remarquez que l’usage de Git (ou GitHub) n’est pas une nécessité, vous pouvez profitez de la joie d’utiliser Reveal.js comme un simple framework web. C’est juste qu’ajouter les fonctionnalités de Github tel que le contrôle de version, l’hébergement, le partage, donne une nouvelle dimension à la facilité d’usage de ce merveilleux outil.

Remarquez qu’il n’est pas nécessaire d’héberger vos présentations sur un serveur web. Vous pouvez toujours faire la présentation depuis votre pc portable en indiquant à votre navigateur web où se trouvent les fichiers HTML sur votre disque dur. Ce qui peut s’avérer très pratique quand on arrive en retard en classe, ou lorsque l’on a des changements à faire en dernière minute sur la présentation (ce qui bien sûr n’arrive jamais…:)).




Comment créer un livre électronique au format ePub avec LibreOffice

Nous sommes de plus en plus nombreux à lire des e-books au format ePub sur nos tablettes, smartphones et liseuses.

L’article ci-dessous propose une méthode simple et linéaire pour créer des fichiers au format ePub à partir du traitement de texte de LibreOffice et d’une extension dédiée.

Garantie 100 % pur libre !

Remarque : Si vous avez une autre méthode, toujours libre bien entendu, ne pas hésiter à nous la faire partager dans les commentaires.

ActuaLitté - CC by-sa

Comment créer un eBook à la sauce libre

How to create an eBook the open source way

Bryan Behrenshausen – 6 août 2013 – OpenSource.com

(Traduction : Asta, Paul, Penguin, Manolo, Garburst, P3ter, Floxy, Achille, Cyb, Moosh, brandelune, GregR, Scailyna, Pxl_Ctzn, M0tty)

Les lecteurs attentifs auront remarqué que nous avons commencé à publier nos e-books « Open Voices » au format ePub. Désormais, quelques-uns de nos meilleurs essais et interviews sont disponibles sous la forme de fichiers légers et portables, et peuvent être lus sur n’importe quel appareil de lecture électronique supportant ce format ouvert.

Et qui de mieux pour se charger de la tâche de convertir notre bibliothèque que votre amical stagiaire d’OpenSource.com ? L’été dernier, j’ai amélioré ce que je considère comme une méthode simple et fiable pour créer des e-books à la manière open source. J’aimerais aujourd’hui la partager.

Notre tâche

Ce guide détaille une méthode de création de livres numériques (« e-books ») dans le format ePub, en utilisant des outils libres disponibles sur la plupart des systèmes d’exploitation. Ce format international de publication numérique est devenu un standard et est supporté par la plupart des liseuses (hormis le Kindle – désolé pour les fans d’Amazon). Mais, plus important encore, proposer un livre numérique au format ePub garantit que de nombreuses boutiques et plate-formes de publication d’eBook pourront l’héberger et le distribuer.

La méthode que j’expose ici est le reflet de deux désirs : créer des e-books libres dans des formats ouverts en utilisant des outils libres, et éviter toute complication inutile en utilisant le moins d’outils possible. Au final, ce guide décrit une procédure assez spécifique permettant de recueillir et de mettre en forme un contenu au format ouvert OpenDocument et le transformer ensuite en un livre numérique au format ePub.

Vous aurez besoin

Juste un mot avant de commencer. Je n’aurais pas pu accomplir ce travail si rapidement et si facilement sans l’aide de Scott Nesbitt, l’éditeur et écrivain d’Auckland qui est un des piliers d’OpenSource.com. Lorsque j’ai commencé à imaginer la manière de réaliser ce projet, j’ai lu (plusieurs fois), de nombreux tutoriels remarquables de Scott sur les e-books qui se sont avérés d’une immense aide. Tout projet libre digne de ce nom se doit de reconnaître ses dettes. J’exprime ici à Scott toute ma gratitude.

Très bien. Allons-y.

Préparez le contenu

Tout d’abord, votre e-book a besoin d’un contenu.

Vous devez créer un contenu nouveau pour votre projet d’e-book. Ou bien reprendre un contenu que vous avez déjà publié sur un blog. Dans les deux cas, LibreOffice est l’outil idéal.

La manière dont vous importez votre contenu importe peu, mais vous ne devez pas oublier un point crucial : vous devez utiliser des styles pour mettre en forme votre document. Ces « styles » sont bien plus qu’un choix de police ou d’interligne : il s’agit de déclarations définissant la structure logique et significative de votre document (pour plus d’information sur ce sujet, renseignez-vous sur ce qu’est le « marquage sémantique »).

Certains pourraient penser qu’utiliser un traitement de texte pour créer un livre électronique est un peu fantaisiste, mais ils oublient une chose : les traitements de texte sont faits pour réaliser des mises en forme rapides et efficaces. Malheureusement, la plupart des utilisateurs n’apprennent jamais à utiliser correctement un logiciel de traitement de texte, et appliquent au petit bonheur un formatage de texte à des éléments individuels (comme la police de caractère ou la couleur du texte). Si vous êtes l’un d’eux (j’en étais), alors vous devriez vous rendre un merveilleux service en étudiant les tutoriels pour LibreOffce d’Ahuka disponibles sur le site Hacker Public Radio.

Appliquez les styles

Dans LibreOffice, appuyez sur F11 pour faire apparaître la fenêtre « Styles et formatage ». Quand cette fenêtre sera visible, elle exposera les différents styles utilisés dans votre document. Pour faire un fichier ePub, vous devez attribuer au minimum les éléments suivants :

  • Titres. Le titre du livre et ceux de ses principaux chapitres doivent se voir appliquer le style « Titre 1 ». Toutes les sections de chapitre doivent utiliser le style « Titre 2 ». Pour les sous-sections, choisissez « Titre 3 ». Bien que LibreOffice autorise plus de neuf niveaux de styles de titre, vous devriez éviter d’en utiliser plus de trois. La majorité des logiciels de conception d’ePub ne savent reconnaître que ces trois niveaux.
  • Corps du texte. Le texte de votre livre doit se voir appliquer le style « Corps de texte » dans LibreOffice.
  • Texte à indentation fixe. Certaines parties du texte — par exemple du code informatique — doivent être formatées pour conserver les espaces. Ces parties doivent utiliser « Texte préformaté ».
  • Citations étendues. Certains blocs de texte sont des citations. Ils doivent utiliser le style « Citation ».

Aucun élément de votre fichier OpenDocument ne doit être laissé non structuré. Vérifiez que chaque titre, citation et paragraphe est clairement identifié comme tel. En bonus : si vous copiez depuis une source dont l’édition a déjà été réalisée — telle une page web — LibreOffice devrait reconnaître les styles depuis le document source et les appliquer dans votre document cible.

Oubliez les polices de caractères.

Ne vous souciez pas de l’aspect des éléments de votre document. Passer tout votre après-midi à trouver la police de caractère parfaite pour les titres de chapitres, c’est gaspiller votre temps. Les fichiers ePub contiennent des règles de style écrites en langage CSS ; ces règles sont conçues pour permettre aux liseuses électroniques d’appliquer leurs propres préférences aux livres et aux lecteurs de spécifier les tailles et styles de police de leur choix.

En bref, l’aspect de votre document ne sera pas aussi important que la manière dont il a été structuré. Assurez-vous que chaque élément dans votre OpenDocument a été étiqueté, mais ne vous inquiétez pas des choses comme les marges.

Quand vous avez fini de mettre tout votre contenu dans LibreOffice, enregistrez votre travail (cela va sans dire mais ça va mieux en le disant).

Éditez le contenu

Avant de générer votre livre numérique, il n’est jamais inutile de le passer en revue. Vos lecteurs apprécieront bien sûr une relecture attentive, mais c’est aussi votre logiciel qui vous récompensera pour le temps consacré à mettre bon ordre dans les balises.

Méfiez-vous de l’invisible

Dans LibreOffice, la combinaison Ctrl+F10 permet d’afficher les « caractères invisibles » (caractères non imprimables). Ces caractères sont simplement les indicateurs invisibles utilisés par le traitement de texte pour mettre en forme le texte. En activant cette fonctionnalité, vous devenez capable de traquer le moindre espace, coupure ou retour à la ligne qui pourrait s’être glissé dans votre document.

Supprimez tous ceux qui ne sont pas nécessaires comme une espace à la fin de la dernière phrase d’un paragraphe ou un paragraphe vide au milieu de deux « morceaux » de texte. Votre fichier ePub doit être le plus propre possible, non seulement pour être beau, mais aussi pour que la conversion OpenDocument vers ePub se déroule correctement.

À cette étape, soyez sûr d’enregistrer votre travail (oui, je sais, je me répète).

Générez votre ePub

Nous sommes maintenant prêts à générer un fichier ePub depuis la source OpenDocument. Grâce à la très pratique extension Writer2ePub pour LibreOffice, c’est un jeu d’enfant.

Téléchargez et installez Writer2ePub en cliquant sur le lien de téléchargement approprié disponible sur la page du projet. Si l’extension s’enregistre sur votre ordinateur, double-cliquez sur le paquet téléchargé et Writer devrait faire pour vous le travail de configuration du plugin.

Si Writer2ePub a été correctement installé, LibreOffice affiche la barre d’outils ePub. Comme elle ne compte que trois boutons, la repérer n’est pas facile : ouvrez l’œil !

Tout d’abord, cliquez sur le bouton bleu pour saisir les métadonnées de votre e-book. Le faire est plus qu’important : c’est indispensable ! À tel point que Writer2ePub ne vous permettra pas d’y échapper. Vous devez fournir au minimum :

  • Un nom d’auteur ;
  • Le titre du livre ;
  • La langue du livre.

Vous pouvez aussi ajouter une couverture à votre livre. Par défaut, Writer2ePub recherche des images dans votre document et crée une couverture à partir de la première qu’il trouve. L’extension n’apprécie pas vraiment que vous lui demandiez de faire cela alors que votre livre ne contient aucune image. Veillez par conséquent à sélectionner « No Cover » (Pas de couverture) pour éviter des erreurs de ce type.

Quand vous êtes satisfait de vos réglages, cliquez sur OK, puis enregistrez votre OpenDocument.

Pour finir, appuyez sur le bouton vert dans la barre d’outils Writer2ePub et regardez ce magnifique plugin faire ce qu’il a à faire, c’est-à-dire la conversion.

Inspectez votre ePub

Writer2ePub va prendre le contrôle de LibreOffice et va commencer à convertir votre OpenDocument en fichier ePub. Naturellement, le temps nécessaire pour le faire dépend de la longueur de votre livre et du nombre d’images qu’il contient.

Lorsque cela est terminé, recherchez le dossier qui contient votre fichier source OpenDocument. À côté de lui devrait se trouver un nouvel ePub avec le même nom de fichier.

Ouvrez ce fichier avec le lecteur d’ePub de votre choix. La plupart des gens apprécient FBReader, qui est disponible sous Windows, OS X, Linux et Android. Vous pourriez aussi envisager d’installer votre lecteur d’ePub comme une extension de navigateur Web (à l’aide, par exemple, du bien nommé EPUBReader dans Firefox). Cela vous permet d’ouvrir sur Internet des liens vers des fichiers ePub sans changer d’application.

Vous allez maintenant inspecter soigneusement votre e-book. Assurez-vous de vérifier :

  • Sa table des matières (est-elle complète ? tous les titres sont-ils correctement ordonnés ?)
  • Ses chapitres et intitulés (leur hiérarchie est-elle correctement conservée ? l’usage des majuscules est-il cohérent ?)
  • Ses hyperliens (amènent-ils à l’endroit attendu et fonctionnent-ils correctement ?)

J’ai remarqué que l’extension Writer2ePub provoque parfois des erreurs lorsqu’elle a affaire à des liens hypertextes anormalement longs ou à des liens vers des fichiers autres que HTML (comme des PDF). J’ai aussi observé que l’extension éprouve des difficultés à gérer les chapitres ou sections se terminant par une liste numérotée ou à puces. Dans ce cas, insérez un paragraphe à la fin de la liste pour éviter tout souci ultérieur.

Dernière étape

Vous avez désormais entre les mains un livre numérique produit à la façon de l’open source, c’est-à-dire avec des outils libres dans un format ouvert. Désormais, vous pouvez par exemple :

Crédit photo : ActuaLitté (Creative Commons By-Sa)




L’appel GNU/Linux d’un fanboy Microsoft dégoûté par la licence Office 2013

Comme le soulignait PCInpact récemment Microsoft interdit le transfert de la licence Office 2013 vers un autre PC.

L’arrivée de la nouvelle version de la célèbre suite bureautique s’accompagne en effet d’un contrat de licence encore plus restrictif qu’auparavant, ce qui revient bien moins à acheter un logiciel qu’à le louer sur un seul et unique ordinateur en priant pour que ce dernier n’expire pas tout de suite (malgré son obsolescence programmée, ce qui est un autre sujet).

Du coup, certains utilisateurs, même parmi les plus fidèles, réalisent (enfin) qu’on les prend vraiment pour des vaches à lait et lorgnent (enfin) du côté de GNU/Linux et LibreOffice.

Pcs007 - CC by-sa

Microsoft perd un fanboy de plus

Microsoft loses yet another fanboy

Jack Wallen – 19 février 2013 – TechRepublic.com
(Traduction : jay91, lukkas35, Goodbox, aKa, nepski, VIGNERON, RavageJo, goguette, Texmix, Kyriog, Penguin, QC, chdorb, Norore, maxlath + anonymes)

Un autre mord la poussière pendant que Microsoft (et son utilisation déplaisante des licences) fait fuir un fan de longue date. Jack Wallen jette un œil à ce qui attend Microsoft.

Non, ce n’est pas quelqu’un de connu. Ce n’est même pas quelqu’un qui soit déjà apparu dans les médias, dans un mème, ou qui aurait participé à un hashtag ou une flashmob. Microsoft a perdu un des fanboys avec lesquels je travaille. Cette personne est un de ces types qui comprennent les choses à plusieurs niveaux. Non seulement il est incroyablement intelligent, mais c’est aussi un brillant électronicien.

Mais lorsque Microsoft a commencé à annoncer leurs termes de licence pour Office 2013 — il a commencé à me poser des questions. Elles commençaient toutes par « Au fait Jack, parle moi de Linux ». Et c’est ce que j’ai fait. Il n’a pas fallu longtemps pour qu’il installe Ubuntu 12.10 à la place de Windows 7 et qu’il soit heureux de travailler, sans Microsoft, et ce sans perdre le rythme.

Vous devez vous demander en quoi exactement les nouveaux termes du contrat de licence d’Office 2013 peuvent faire changer d’avis un fan Microsoft de longue date ? Laissez-moi vous lister les points les plus importants :

  • Chaque licence est liée à un compte Microsoft Live (qu’il vous faut posséder) ;
  • Seules cinq licences peuvent être liées à un même compte (nous avons des clients qui en passent par une dizaine de versions d’Office par semaine — ça pourrait causer quelques problèmes) ;
  • Chaque licence sera définitivement assignée à une seule machine.

Ces points sont seulement les plus néfastes, des points qui vont faire mal aux utilisateurs à différents niveaux. Ces conditions de licence partent du principe que les machines ne tombent jamais en panne – et que si elles le font, les utilisateurs ne verront pas d’inconvénient à sortir à nouveau la liasse de billets pour racheter la licence.

Faux et archi faux.

Les ordinateurs tombent en panne, certains sont parfois d’emblée défectueux avec des défauts qui ne seront parfois visibles qu’après plusieurs jours (ou semaines) d’utilisation. Que vont faire ces utilisateurs là ? Acheter Office 2013 deux fois en l’espace de quelques semaines ?

À cela, Microsoft va répondre, « Vous pouvez souscrire à Office 365 ». À ça, je répondrai d’utiliser gratuitement Google Docs pour n’avoir plus aucun problème.

Au cours de l’année dernière, Microsoft en a fait plus pour pousser les gens vers des solutions alternatives qu’il ne l’avait fait pendant très longtemps. D’abord, il a mis sur le marché l’une des interfaces graphiques les moins intuitives qui soit. Aujourd’hui, c’est la licence de Microsoft Office qui change. En bref, Microsoft est en train de perdre des fans et des utilisateurs. Vers quoi se tournent-t-il ? Linux. De plus en plus de gens se rendent finalement compte qu’il y a une alternative et que cette alternative est en fait MEILLEURE !

« Toutes ces années gâchées. » disais-je, secouant ma tête, tentant de cacher ma joie.

Les entreprises et les consommateurs ont beaucoup dépensé dans les produits Microsoft. Comment sont-ils remerciés de leur fidélité ? Une baffe en plein visage, et un trou dans le porte-monnaie ! Cette pagaille ne va pas bien se finir pour Microsoft. En revanche, cela va dans le bon sens pour les systèmes d’exploitation et logiciels comme Ubuntu et LibreOffice.

Beaucoup d’entre nous ont dit qu’il serait inévitable d’en arriver là. À un moment, on a vu venir le côté binaire — Microsoft allait brûler le seul pont qu’il ne pouvait se permettre de brûler — celui qui se trouvait entre Redmond et ses légions de fanboys. Cela ne se fera sans doute pas en une nuit, mais les aficionados d’une des plus grosses entreprises à avoir jamais honoré les bits et les octets vont lui tourner le dos et chercher de plus (ou)vertes pâtures. Quand cela va se produire, Linux aura enfin ce qui lui est dû. L’effet cascade forcera Microsoft à re-calibrer ses pratiques commerciales dans l’urgence.

Bien sûr, on a déjà entendu cet air-là avant. Microsoft va probablement tenter de mener le combat devant les tribunaux, mais pas là où il devrait : dans les cœurs et les esprits de ses consommateurs.

Crédit photo : Pcs007 (Creative Commons By-Sa)




Geektionnerd : LibreOffice 4.0

Bienvenue LibreOffice 4.0 !

-> Nouveautés et correctifs de la version 4.0

Geektionnerd - Simon Gee Giraudot - CC by-sa

Geektionnerd - Simon Gee Giraudot - CC by-sa

Crédit : Simon Gee Giraudot (Creative Commons By-Sa)