À la rencontre des géographes libres

Le logiciel libre a un important rôle à jouer dans la manipulation de données géographiques, qui doivent impérativement rester un bien commun. À l’occasion d’un rassemblement des acteurs de ce milieu, nous avons demandé à en savoir plus.

Avertissement : c’est pointu
Avertissement : c’est pointu

 

Salut Étienne. Tu es le président de l’association OSGeo-fr qui selon son site « est la représentation Francophone de la fondation Open Source Geospatial dont la mission est d’aider et de promouvoir le développement collaboratif des données et des technologies géospatiales ouvertes. »

J’ai rien compris. C’est quoi, le géospatial ?

Alors le Géospatial, ça ressemble un peu à un pléonasme, Géo pour géographique et spatiale pour l’espace. Bon en ce qui nous concerne, le géospatial renvoie au Système d’information géographique (SIG ou encore GIS en anglais). Les SIG sont à considérer comme une architecture, un système, informatique pour stocker et traiter des données géographiques.

L’OSGeo-fr est une association française qui est née il y a 10 ans pour donner de la visibilité aux logiciels libres en géographie (géomatique). Le fr c’est parce que nous sommes le « chapitre » (comme les loges maçonniques :-)) français d’une fondation internationale : http://www.osgeo.org/.

Logo OSgeo fr
Logo OSgeo fr

Parmi nos actions, nous organisons le FOSS4G-fr tous les deux ans à Paris en partenariat avec l’ENSG, des rencontres utilisateurs Qgis tout les ans à Montpellier avec les étudiants du Master AgroTIC, des semaines de traduction des interfaces et de la documentation pour les logiciels incubés par l’OSGeo. Cette année nous avons également soutenu un CodeSprint de l’OSGeo à Paris en début d’année.

Notre objectif vise à rassembler et dynamiser la communauté des développeurs et des utilisateurs francophone. La première édition du FOSS4G-fr a eu lieu en 2014 sur 3 jours à l’ENSG de Marne-la-Vallée, et a rassemblé 250 personnes.

FOSSAG 2014
FOSSAG 2014

 

Nous relancerons la machine pour 2016.

C’est toujours pas super clair.

Nous, à l’OSGeo, ce qui nous occupe, nous intéresse et nous passionne, ce sont tous les outils qui permettent de construire des cartes. Les contributeurs d’OpenStreetMap le savent, avant d’aboutir à une carte comme la Top25 de l’IGN ou à la carte OSM, un travail de sélection et de mise en forme de l’information doit être fait. On peut identifier plusieurs phases dans le processus et pour chaque phase, il existe une constellation de logiciels libres pour aider l’Homme dans cette tâche.

La création de données : comme dans OSM, on part bien souvent de photos aériennes, et on peut numériser à la main les différentes formes qu’on observe. Eh bien il existe d’autres méthodes qui consistent à faire construire ces formes par l’ordinateur. On pourra par exemple parler de GRASS-GIS, orfeo-toolbox ou encore R avec certains packages. L’évolution des capteurs d’acquisition de données (photos multi-band, infrarouge, LIDAR, etc.) ouvre régulièrement de nouvelles applications et de nouvelles possibilités dans le traitement de la donnée spatiale.

Donc pour revenir à la question, les technologies géospatiales manipulent des données dont l’objet est l’espace, sa représentation et sa modélisation.

Pourquoi le fait de travailler avec des logiciels libres est-il si important ? Que se passerait-il si la discipline était noyautée par les GAFAM ? Par l’Oncle Sam ?

Quand on parle de logiciel libre personnellement je pense immédiatement à des questions de justice sociale et justice spatiale (ben oui :-p). La cartographie est initialement un outil mobilisé pour la conquête. Qu’on pense au militaire ou au navigateur, leurs objectifs étaient de prendre possession de l’espace. Quand j’ai commencé à travailler avec des outils géomatiques, le libre existait bien sûr, mais il n’avait pas le droit de cité dans ma formation. Et je me suis retrouvé en stage dans une structure qui n’avait pas les moyens de se doter de logiciels « métier ».

Le logiciel libre a été un moyen de s’émanciper de cette contrainte et de permettre à la structure en question de pouvoir continuer à utiliser mon travail. Aujourd’hui les choses ont beaucoup changé, en grande partie grâce à Qgis qui a complètement redistribué les cartes (haha). De plus en plus de formations proposent des cours sur Qgis en plus des outils plus « traditionnels », et le dynamisme de la communauté des utilisateurs et des développeurs y est pour beaucoup !

Le web n’est pas à la traîne, openLayer est une librairie JavaScript incontournable, postgreSQL et PostGIS pour le stockage en base de données se sont largement imposés, etc . Donc pour moi les logiciels libres de l’OSGeo répondent bien aux questions de justice sociale en permettant à tous d’avoir accès à des logiciels et des algorithmes de qualité, ce qui nous conduit à la justice spatiale… il n’y a plus de contraintes à ce que la terre soit cartographiée par les gens qui la vivent !

Pour ce qui en est de l’oncle Sam… eh bien GRASS-GIS par exemple à été développé au départ par l’armée américaine et donné à la communauté.  Pour les GAFAM, ils restent ambigus non ? Google pour ne citer que lui a largement contribué à diffuser la cartographie sur Internet. Mais bien sûr la licence d’utilisation n’est pas acceptable ! On ne pourra pas non plus identifier combien de développements ont été permis grâce au Google Summer Of Code… Bon je parle beaucoup de Google… Peut-être que les autres sont moins ambigus ! :-p

Les données sont donc libres aussi (opendata) ?

Bien sûr, on parle aussi d’OpenData en géomatique ! La première source à laquelle on pense est bien sûr Openstreetmap et sa communauté qui font un travail formidable, aussi bien en ce qui concerne la numérisation de données que l’alignement avec d’autres référentiels. En France, par exemple, je ne sais pas si vous avez suivi, mais le projet Bano est assez exemplaire. L’idée repose sur une convention entre  l’IGN, le Groupe La Poste, l’État et OpenStreetMap France pour proposer la BAN (Base Adresse Nationale), qui sera la base de données adresse de référence en France.

Mais pour les gens qui veulent traiter d’autres données on trouve beaucoup d’autres sources sur internet : STRM, ASTER

Vous avez l’air très dynamiques : deux réunions en France en mai, une autre à Bonn en août. Vous avez beaucoup de choses à vous dire ou c’est pour manger des petits fours entre copains ?

Du dynamisme ! Oui oui on fait ce qu’on peut. 🙂

La communauté Osgeo-fr est nationale il faut donc arriver à créer des événements conviviaux pour que l’investissement en temps soit agréable ! Pour les francophones il y a donc cette année trois rendez-vous. Le premier est déjà passé et s’est déroulé à Montpellier en partenariat avec le Master AgroTIC de SupAgro. Ce rassemblement était dédié à Qgis et plutôt orienté utilisateurs et retour d’expérience.

Le second aussi est passé, il s’adressait plutôt aux développeurs : il s’agissait d’un code Sprint organisé à Paris en début d’année. L’objectif est de rassembler pendant un certain temps des développeurs pour avancer de concert au développement de nouvelles fonctionnalités et à la correction de bugs.

Enfin l’événement à venir, j’en ai déjà touché deux mots en introduction, est une rencontre plus large orientée tout à la fois développeurs et utilisateurs avec deux sessions parallèles. Le programme est sorti et il est incroyablement intéressant avec 10 workshops et 41 conférences en 3 jours. De quoi mettre le pied à l’étrier si vous êtes intéressés par les technologies géospatiales !

Nous organisons également des événements en ligne comme une semaine de traduction. À ce moment là, les personnes motivées se retrouvent dans des salons IRC pour avancer là aussi de manière concertée sur la traduction des interfaces et de la documentation pour permettre au plus grand nombre d’utiliser les logiciels.

Quel est l’avenir de la discipline ?

La prospective est toujours un exercice difficile parce qu’on passe toujours à côté de quelque chose ! Aujourd’hui si je réfléchis un peu aux évolutions depuis notre dernière édition du FOSS4G-fr : les technologies webSIG semblent se stabiliser après la sortie d’OpenLayers 3, on gère bien les données grâce des SGBD toujours plus performants, les web-services WMS, WFS, WPS, s’ils sont toujours en ébullition, sont déjà utilisables par la communauté.

La gestion de données 3D en base de données avait fait l’objet de plusieurs ateliers et présentations l’année dernière. Il semble que cette année le logiciel libre en géomatique et le géospatial s’investissent largement dans le traitement de données issues de drones, ce qui bien sûr remettra sous les spotlights le stockage.

Dans un autre domaine, la gestion des métadonnées géographiques reste également une question brûlante surtout avec l’émergence des organismes de diffusion de données de géographie produites par les territoires.

Pour conclure, le spatial prend de plus en plus d’espace dans les préoccupations, ce qui conduira de plus en plus de gens à migrer vers des outils open source ou libres pour reprendre la main sur ces données. Pour preuve un certain nombre de présentations au FOSS4G-fr de cette année sont des retours d’expérience de migration, de financement, par des entreprises, des associations ou des services de l’État vers le logiciel libre en géographie.

Est-ce que le grand public peut vous aider ? Ça a l’air d’un nid d’universitaires super-pointus, votre bidule…

Des universitaires ? Pas tant que ça 🙂 ! Pour le grand public, il me semble que si la question ne se pose pas encore pour tout le monde, nous allons vers une généralisation de l’utilisation des données géographiques. Quand le besoin se fait sentir, les solutions émergent. Aujourd’hui s’il est vrai que certaines solutions nécessitent quelques compétences, d’autres comme Qgis, gvSIG ou OpenJump pour n’en citer que trois sont à la portée du plus grand nombre.

Par ailleurs si vous voulez essayer toutes les saveurs des outils Osgeo, vous pouvez télécharger le live DVD traduit par la communauté.

OSgeo live
OSgeo live

C’est sans doute un bon moyen d’explorer les solutions simples comme les architectures plus compliquées sans complexe ni découragement. Si cela pique votre curiosité n’hésitez pas à venir rencontrer d’autres utilisateurs et développeurs au FOSS4G-fr, aux rencontres Qgis, ou au GeoCamp organisés dans différentes villes de France. Des moments de partage et de convivialité après lesquels tous les participants ressortent plus riches.

Pour en voir plus, une vidéo sur l’impressionnant plugin Cadastre

 

http://www.osgeo.asso.fr/




Comment modifier et personnaliser sa Framacarte ? (Tutos uMap 4/4)

Juste avant Noël, nous vous présentions Framacartes, un service de création de cartes personnalisées pour vos sites web, communautés, randos, chasses au trésor… Framacartes est basé sur le logiciel Umap, qui permet d’ajouter des points, tracés et polygones sur les fonds de cartes d’OpenStreetMap.

C’est alors qu’Antoine Riche, ingénieur informatique, Contributeur et Formateur OpenStreetmap, nous a contactés pour nous présenter sa série de tutoriels (libres, eux aussi) pour apprendre à maîtriser uMap (et donc Framacartes) à toute la famille Dupuis-Morizeau.

C’est avec son autorisation (et de chaleureux remerciements) que nous reproduirons sur le framablog les quatre premiers tutos (le niveau « débutant ») afin d’en faire profiter le plus grand nombre.

Nous avons commencé par nous familiariser avec uMap pour profiter pleinement d’une Framacarte

Puis, nous avons vu comment créer sa première Framacarte

Ensuite, nous avons créé un compte afin de faire de bien jolies cartes et de ne pas les perdre !

Cette semaine et pour finir cette série de tutoriels, apprenons comment personnaliser ses Framacartes.

Je modifie et personnalise ma carte

Ce que nous allons apprendre

  • Gérer son catalogue de cartes
  • Choisir un fond de carte
  • Sélectionner les options d’interface

Procédons par étapes

1. Retrouver une carte

Vous souhaitez modifier une carte pour l’améliorer ou la mettre à jour. Si vous avez redémarré votre navigateur et à fortiori votre ordinateur, la première chose à faire est de retrouver la carte ! Si vous avez créé cette carte avec votre compte comme nous l’avons vu dans le tutoriel J’utilise un compte et crée une belle carte), afficher une de vos cartes se fait en trois opérations simples :

  1. connectez-vous à votre compte umap
  2. affichez votre catalogue de cartes
  3. cliquez sur le nom de la carte, affiché sous l’aperçu de la carte

umap_edit2La carte s’affiche alors en mode consultation. Cliquez sur le crayon en haut à droite de la carte pour passer en mode édition : vous pouvez dès lors modifier la carte. N’oubliez pas de sauvegarder la carte une fois les modifications terminées.

Il peut être fastidieux de passer du mode édition au mode consultation et vice-versa de façon répétée. Une astuce consiste à utiliser pour la même carte deux onglets ou deux navigateurs, l’un en mode édition l’autre en mode consultation. Vous devez tout de même enregistrer la carte dans l’onglet en mode édition avant de l’actualiser (par exemple avec la touche F5) dans l’onglet en mode consultation.

umap_homeVous pouvez retourner à votre catalogue de cartes à tout moment en cliquant sur le pictogramme Retourner à l'accueil dans le menu du bouton Plus à gauche de la carte.

2. Changer le fond de carte

Nous avons vu dans le tutoriel Je consulte une carte uMap que plusieurs fonds de carte sont disponibles dans umap. Lorsque vous éditez une carte vous pouvez choisir le fond de carte qui sera utilisé à l’affichage de la carte.

umap_layersCliquez sur le pictogramme Changer le fond de carte : un panneau à droite montre une vingtaine de fonds de cartes. Il vous suffit de cliquer sur l’un d’eux : faites votre choix et n’oubliez pas d’enregistrer la modification.

Le choix du fond de carte est une affaire de goût. Le contexte de la carte peut vous aider à en choisir un plutôt qu’un autre, par exemple :

  • les fonds Outdoors, Landscape ou OpenTopoMap montrent le relief : judicieux pour une carte de randonnée
  • OpenCycleMap montre les grands itinéraires cyclistes, comme les EuroVélo (Côte Atlantique, Loire à Vélo…)
  • Positron, Toner et OSM-Monochrome sont en noir et blanc : vos marqueurs, lignes et polygones seront plus visibles
  • le style HOTOSM, créé par le groupe humanitaire d’OpenStreetMap, permet d’aller jusqu’à un niveau de zoom élevé (niveau 20) : intéressant si l’étendue de votre carte couvre un quartier ou votre jardin

Tous les fonds de carte utilisés par umap, à l’exception des images aériennes de l’IGN, sont réalisées à partir des données OpenStreetMap. Ils sont produits par des associations, des entreprises ou des bénévoles qui les mettent gracieusement à disposition.

Remarquez le texte affiché en bas à droite de la carte : il crédite les auteurs du fond de carte, par exemple Map tiles by Stamen Design - Map Data © OpenStreetMap contributors.

3. Choisir les options d’interface

Vous pouvez configurer les éléments de la carte mis à disposition des utilisateurs qui consulteront votre carte. Vous pouvez par exemple ajouter une mini-carte de situation ou une barre de légende.

umap_parametersPour cela, ouvrez dans le menu Éditer les paramètres l’onglet Options d’interfaces. Vous pouvez activer ou désactiver une dizaine d’options dont voici la signification.

options_interface

Quelques remarques :

  • si vous cachez le bouton Plus, les utilisateurs de la carte ne pourrant ni la partager ni changer le fond de carte
  • si vous cachez les boutons de zoom et désactivez le zoom avec la molette de la souris, les utilisateurs ne pourront ni zoomer ni dézoomer … sauf à découvrir le menu accessible avec un clic droit sur la carte.
  • les boutons de navigation en bas des popups permettent de faire défiler les éléments de la carte

Lorsque la mini-carte de situation est affichée, l’opération Changer le fond de carte modifie le fond de celle-ci. Vous devez désactiver la mini-carte pour changer le fond de la carte principale.

umap_shareNotez que ces options – et quelques autres – sont également disponibles en Options d’export de l’iframe du menu Exporter et partager carte, où elles permettent de contrôler les mêmes options d’interface lorsque la carte est intégrée dans une page Web.

4. Copier ou supprimer une carte

Tout en bas des Propriétés de la cartes, l’onglet Options avancées propose deux opérations peu utilisées mais qu’il est bon de connaître :

  • Supprimer supprime la carte du serveur umap, ainsi que les données qui y sont associées !
  • Cloner cette carte effectue une copie de la carte et de ses données. La nouvelle carte est ajoutée à votre catalogue.

Dans les deux cas un message vous demande de confirmer l’opération.

Faisons le point

Ce tutoriel nous mène à la fin du niveau débutant. Vous savez créer, modifier et personnaliser une carte. Vous savez styliser vos marqueurs, lignes et polygones. Enfin vous savez gérer votre catalogue de cartes.

Une fois ces opérations maîtrisées, les tutoriels de niveau intermédiaire vous apprendront à structurer vos cartes avec des calques et enrichir le contenu de vos popups. Vous découvrirez également comment coproduire une carte et créer un diaporama géolocalisé.

Ces tutoriels, en cours de rédaction par Antoine Riche, ne seront pas reproduits sur le Framablog, mais il seront disponibles sur le wiki de Cartocité.

L’équipe du Framablog tient encore à chaleureusement remercier Antoine pour son travail sur ces tutos et sa sympathie 😉

Liens utiles :




Comment créer une belle Framacarte avec un compte ? (Tutos uMap 3/4)

Juste avant Noël, nous vous présentions Framacartes, un service de création de cartes personnalisées pour vos sites web, communautés, randos, chasses au trésor… Framacartes est basé sur le logiciel Umap, qui permet d’ajouter des points, tracés et polygones sur les fonds de cartes d’OpenStreetMap.

C’est alors qu’Antoine Riche, ingénieur informatique, Contributeur et Formateur OpenStreetmap, nous a contactés pour nous présenter sa série de tutoriels (libres, eux aussi) pour apprendre à maîtriser uMap (et donc Framacartes) à toute la famille Dupuis-Morizeau.

C’est avec son autorisation (et de chaleureux remerciements) que nous reproduirons sur le framablog les quatre premiers tutos (le niveau « débutant ») afin d’en faire profiter le plus grand nombre.

Nous avons commencé par nous familiariser avec uMap pour profiter pleinement d’une Framacarte

Puis, nous avons vu comment créer sa première Framacarte

Cette semaine, créons un compte afin de faire de bien jolies cartes et de ne pas les perdre !

J’utilise un compte et crée une belle carte

Ce que nous allons apprendre

  • Utiliser un compte pour retrouver ses cartes
  • Changer la forme, la couleur et le pictogramme d’un marqueur
  • Créer et modifier une ligne ou un polygone

Procédons par étapes

Nous avons appris dans le tutoriel précédent comment créer une carte anonyme contenant un marqueur. Nous allons à présent créer une carte plus complète : la carte de nos vacances au Camping de la plage Goulien sur la Presqu’île de Crozon en Bretagne.

Au lieu de créer une carte anonyme, nous allons utiliser un compte pour créer cette carte.

1. Utiliser un compte

uMap permet d’associer ses cartes à un compte. Cela présente deux avantages importants par rapport à la création de cartes anonymes :

  • les cartes créées avec un compte constituent un catalogue permettant d’accéder facilement à ses cartes
  • on peut modifier chaque carte du catalogue sans avoir besoin de conserver un lien d’édition

Le logiciel umap ne gère pas directement de comptes utilisateurs : la gestion des comptes dépend de la configuration du logiciel. Sur https://framacarte.org, nous vous proposons d’utiliser un compte OpenStreetMap. Si vous n’avez pas de compte, c’est le moment de vous inscrire sur le site www.openstreetmap.org : cliquez Créer un compte dans le coin supérieur droit et suivez les instructions – une adresse mail vous sera demandée (plus d’infos).

framacarte connexion

Cliquez sur Connexion / Créer un compte puis sur le pictogramme correspondant au compte que vous souhaitez utiliser. Apparaît alors la page de connexion du site : saisissez le nom d’utilisateur et le mot de passe. La page suivante vous demande d’autoriser l’application uMap à utiliser ce compte : accordez cet accès. Vous retrouvez alors la page d’accueil de uMap, sur laquelle le lien de connexion a laissé la place à un lien Mes cartes vous permettant d’accéder à l’ensemble des cartes créées avec ce compte.

framacarte compte 3

Notez l’URL de la barre d’adresse quand vous consultez votre catalogue de cartes : celle-ci contient le nom de votre compte – par exemple https://framacarte.org/fr/user/PouhiouNoenaute/. Vous pouvez l’utiliser pour accéder à votre catalogue de cartes, même sans être connecté à votre compte : vous pouvez diffuser cette URL, les récipiendaires ne pourront pas modifier vos cartes.

Toutes les cartes que vous créez en étant connecté à votre compte sont ajoutées à votre catalogue.

2. Créer un joli marqueur

Commençons par créer une carte : donnons-lui un nom, définissons une emprise et ajoutons un marqueur à l’emplacement du camping. Nous avons vu dans le tutoriel précédent comment effectuer ces opérations.

umap_marqueur_props

Ce gros marqueur bleu n’est pas très explicite pour figurer un camping. Remédions à cela. Dans le panneau latéral visible lorsqu’un marqueur est sélectionné, le menu Propriétés avancées permet de modifier l’apparence du marqueur :

  • Couleur : cliquer sur Hériter permet de choisir une couleur.
  • Forme de l’icône : le choix Par défaut correspond au marqueur actuel, les autres choix sont Cercle, Goutte et Épingle.
  • Symbole pour le marqueur : cliquer sur Ajouter un symbole pour choisir parmi une centaine de pictogrammes. Notez que le symbole n’est affiché que pour les formes d’icônes Par défaut et Goutte.
  • Étiquette : choisir Oui permet d’afficher en permanence le nom associé au marqueur

Voici le marqueur obtenu avec les propriétés ci-contre :

umap_camping

Modifier un marqueur

Pour modifier un marqueur de la carte, deux possibilités s’offrent à vous :

  • un clic sur le marqueur affiche le panneau qui vous permet de modifier son nom et sa description
  • un glisser-déposer vous permet de déplacer le marqueur sur la carte

3. Créer une ligne

Le premier jour de vacances nous allons en kayak de mer jusqu’à la Pointe de Dinan à l’ouest de la plage de Goulien. Traçons l’itinéraire suivi.

umap_lineLe bouton Dessiner une ligne permet de tracer, point par point, une ligne constiutée de plusieurs segments. Cliquez à nouveau sur le dernier point tracé pour terminer la ligne : apparaît alors à droite un panneau permettant de donner un nom et une description à la ligne, comme pour les marqueurs.

Modifier une ligne

A tout moment vous pouvez sélectionner une ligne en double-cliquant dessus. Vous pouvez alors éditer ses propriétés dans le panneau latéral, ou modifier son tracé sur la carte :

  • supprimer un point de la ligne, matérialisé par un carré blanc, en cliquant dessus
  • déplacer un point par un glisser-déposer
  • insérer un point en cliquant sur un carré gris se trouvant au milieu de chaque segment
  • allonger la ligne avec un Ctrl-Clic lorsque le curseur est placé sur le premier ou dernier point
  • couper la ligne en deux : Clic droit sur un point puis choisir l’option Scinder la ligne

umap_ligne

Propriétés d’une ligne

umap_ligne_props
Les propriétés avancées d’une ligne permettent de définir sa couleur et d’autres paramètres définissant son style :

  • l’épaisseur est définie en nombre de pixels, sa valeur par défaut est 3 : saisir une valeur plus grande pour un trait plus large (qui sera plus facile à sélectionner).
  • l’opacité est un nombre entre 0 (transparent) et 1 (opaque), sa valeur par défaut est 0.5. Plus le trait est épais plus il peut être transparent.
  • la simplification du tracé définit la précision du tracé en nombre de pixels : le tracé s’adaptera au niveau de zoom. Il est en général inutile de modifier cette valeur pour un tracé réalisé à la main.
  • les pointillés sont définis par une série de chiffres séparés par des virgules : nombre de pixels affichés, nombre de pixels cachés, etc. L’épaisseur du trait doit être prise en compte : plus les traits sont épais plus les intervalles doivent être grands.

Voici le style de trait obtenu avec les propriétés ci-contre :

umap_ligne_tirets

4. Créer un polygone

Le second jour de vacances nous louons un dériveur et naviguons dans la zone définie par le club nautique. Ajoutons cette zone à la carte.

umap_polygonLe bouton Dessiner un polygone permet de tracer le périmètre d’un polygone point par point, et de le terminer en cliquant à nouveau sur le dernier point comme pour le tracé d’une ligne. Une différence toutefois : dès le troisième point l’intérieur du polygone est coloré.

Propriétés d’un polygone

La liste des propriétés d’un polygone est assez longue. On y retrouve les mêmes propriétés que pour les lignes (couleur, opacité, etc.) : celles-ci s’appliquent au périmètre du polygone. Plus bas nous trouvons des propriétés spécifiques aux polygones :

  • les options trait et remplissage permettent de ne pas afficher le périmètre ou l’intérieur du polygone : si aucun de ces deux éléments est affiché le polygone est invisible.
  • la couleur du remplissage est par défaut celle du trait, mais peut être modifiée.
  • l’opacité du remplissage varie de 0 à 1, elle peut être très légère pour un polygone.

Deux autres options propres aux polygones sont disponibles :

  • lien externe : spécifier une URL aura pour effet d’ouvrir le page Web correspondante lorsque l’utilisateur clique sur le polygone.
  • Cliquable : choisir la valeur non ne permettra pas à l’utilisateur de sélectionner le polygone, donc de voir son nom et sa description dans une popup. Cela peut être utile pour définir la zone d’intérêt de la carte, qui ne porte pas elle-même d’information utile.

Un polygone non-cliquable ne peut plus être sélectionné sur la carte même en mode édition. Il faut pour cela passer par l’opération Visualiser les données disponible dans le sélecteur de calque, puis éditer l’élément correspondant dans la liste des données.

Faisons le point

Notre deuxième carte est déjà plus intéressante que la première, et en plus nous savons comment la retrouver facilement. Nous verrons dans le prochain et dernier tuto comment personnaliser notre carte.

Liens utiles :




Comment créer sa première Framacarte ? (Tutos uMap 2/4)

Juste avant Noël, nous vous présentions Framacartes, un service de création de cartes personnalisées pour vos sites web, communautés, randos, chasses au trésor… Framacartes est basé sur le logiciel Umap, qui permet d’ajouter des points, tracés et polygones sur les fonds de cartes d’OpenStreetMap.

C’est alors qu’Antoine Riche, ingénieur informatique, Contributeur et Formateur OpenStreetmap, nous a contactés pour nous présenter sa série de tutoriels (libres, eux aussi) pour apprendre à maîtriser uMap (et donc Framacartes) à toute la famille Dupuis-Morizeau.

C’est avec son autorisation (et de chaleureux remerciements) que nous reproduirons sur le framablog les quatre premiers tutos (le niveau « débutant ») afin d’en faire profiter le plus grand nombre.

La semaine dernière nous nous sommes familiarisés avec uMap pour profiter pleinement d’une Framacarte

Cette semaine, voyons comment créer sa première Framacarte 😉

Je crée ma première carte uMap

Ce que nous allons apprendre

  • distinguer le mode édition du mode consultation
  • identifier les étapes nécessaires pour créer une carte
  • produire une première carte et la diffuser !

Procédons par étapes

L’objet de notre première carte est simple : positionner un ou plusieurs lieux (domicile, vacances, travail, etc.). Procédons par étapes.

1. Le mode édition

Rendez-vous sur le site https://framacarte.org et cliquez sur le bouton Créer une carte. Apparaît alors sur votre navigateur une carte qui se présente ainsi :

umap_edition

 

Nous retrouvons à gauche les boutons disponibles lors de la consultation d’une carte. Plusieurs éléments visibles au-dessus et à droite de la carte sont visibles uniquement lorsque l’on crée ou modifie une carte, c’est-à-dire dans le mode édition :

  • le nom de la carte en haut à gauche
  • les boutons Annuler et Enregistrer en haut à droite
  • à droite une série de 3 boutons permettant d’ajouter des éléments à la carte : marqueurs, lignes et polygones
  • en-dessous une série de 5 boutons permettant de configurer la carte

2. Nommer la carte

umap_parameters

umap_set_nameUne carte doit porter un nom qui renseigne sur ce que représente la carte. Pour définir le nom de la carte, cliquez sur le bouton Éditer les paramètres.

Un panneau apparaît sur la droite de la carte, il contient en haut un champ de saisie pour le nom de la carte, qui contient le texte Carte sans nom : placez le curseur dans ce champ, supprimez le texte existant et saisissez le nom de votre carte, par exemple Mon domicile.

Notez que le nom en haut à gauche de la carte est immédiatement modifié. Vous pouvez également saisir un texte plus long dans le champ description, qui apparaîtra dans le panneau de légende – nous y reviendrons.

Maintenant sauvegardez la carte avec le bouton Enregistrer : un texte en anglais est affiché en haut de la carte, comme celui ci-dessous.

umap_create_anonymous

Ce texte explique que vous venez de créer une carte anonyme et vous donne un lien (une URL) pour pouvoir modifier la carte. En effet la carte que vous avez créée n’est associée à aucun compte, et uMap considère que seules les personnes ayant ce lien secret peuvent la modifier. Vous devez donc conserver ce lien si vous souhaitez pouvoir modifier la carte. Nous verrons dans le prochain tutoriel comment créer son catalogue de cartes en utilisant un compte, il n’est alors pas nécessaire de conserver de lien secret.

3. Ajouter un marqueur

Commencez par déplacer et zoomer la carte pour visualiser l’endroit précis de votre domicile, lieu de vacances ou de travail.

umap_point Cliquez ensuite sur le bouton Ajouter un marqueur. Le curseur prend la forme d’un signe + et est accompagné d’un marqueur de couleur bleue. Déplacez le curseur sur le lieu que vous voulez marquer et cliquez avec le bouton gauche de la souris : le marqueur est déposé à cet endroit et un panneau apparaît à droite.

umap_marqueurCe panneau vous permet d’associer un nom et une description au marqueur :

  • le nom sera affiché au survol du marqueur par la souris
  • le nom et la description seront visibles dans une fenêtre dite popup qui apparaîtra lors d’un clic sur le marqueur.

Nous verrons plus loin l’utilité des calques, et comment modifier les propriétés du marqueur : forme, couleur, pictogramme, etc.

Répétez l’opération pour ajouter les marqueurs que vous jugez utiles à votre carte.

4. Définir l’emprise de la carte

Il est important de définir l’emprise initiale de la carte, c’est-à-dire la partie du planisphère qui sera affichée lors de la consultation de la carte.

Cette emprise doit inclure votre marqueur et permettre de situer la carte. Il convient de trouver un compromis entre un zoom trop éloigné et un zoom trop rapproché. Le bon compromis dépend essentiellement du contenu de la carte : la majorité des marqueurs, lignes et polygones doivent être visibles et utiliser au mieux l’étendue de la carte.

Vous pouvez aussi considérer le public de la carte : une carte expédiée à votre voisin peut être très zoomée, une carte envoyée un correspondant étranger doit permettre de reconnaître le pays où se trouve votre carte.

umap_extentPour définir l’emprise, déplacez et zoomez la carte afin d’afficher l’emprise souhaitée puis cliquez sur le bouton Enregistrer le zoom et le centre actuels.

uMap enregistre en réalité le centre et le niveau de zoom. Selon la taille de la fenêtre où est affichée la carte, la partie visible pourra varier. Il est utile de prévoir une marge autour du contenu de la carte.

5. Enregistrer la carte

Toute modification de la carte doit être sauvegardée sur le serveur uMap en cliquant sur le bouton Enregistrer en haut à droite. Cette opération enregistre toutes les modifications depuis la dernière sauvegarde : vous pouvez donc réaliser plusieurs modifications à la suite puis les enregistrer. A l’inverse le bouton Annuler permet de supprimer toutes les modifications depuis la dernière sauvegarde.

Après avoir enregistré les modifications, le bouton Annuler est remplacé par Désactiver l’édition. Cela vous permet de quitter le mode édition pour voir la carte en mode consultation. Vous pouvez alors tester votre carte : cliquez sur le marqueur pour afficher la popup et vérifier son nom et sa description.

Félicitations ! Vous avez créé votre première carte uMap. Vous pouvez la diffuser à votre entourage en copiant son URL dans la barre d’adresse du navigateur, ou en copiant son URL courte disponible dans le menu Partager vu dans le tutoriel Je consulte une carte uMap.

Faisons le point

Votre première carte est créée, en quelques étapes. L’opération est assez simple, mais le résultat est somme toute assez sommaire. Le tutoriel de la semaine prochaine nous permettra de créer une jolie carte.

Liens utiles :




Comment consulter une Framacarte ? (Tutos uMap 1/4)

Juste avant Noël, nous vous présentions Framacartes, un service de création de cartes personnalisées pour vos sites web, communautés, randos, chasses au trésor… Framacartes est basé sur le logiciel Umap, qui permet d’ajouter des points, tracés et polygones sur les fonds de cartes d’OpenStreetMap.

C’est alors qu’Antoine Riche, ingénieur informatique, Contributeur et Formateur OpenStreetmap, nous a contactés pour nous présenter sa série de tutoriels (libres, eux aussi) pour apprendre à maîtriser uMap (et donc Framacartes) à toute la famille Dupuis-Morizeau.

C’est avec son autorisation (et de chaleureux remerciements) que nous reproduirons sur le framablog les quatre premiers tutos (le niveau « débutant ») afin d’en faire profiter le plus grand nombre.

Cette semaine, on apprend tout simplement à se familiariser avec uMap et à profiter pleinement d’une Framacarte !

Je consulte une carte uMap

Ce que nous allons apprendre

  • Manipuler une carte uMap
  • Partager une carte uMap
  • Connaître les principales fonctionnalités de uMap

Procédons par étapes

1. Manipuler la carte

Vous avez reçu par mail un lien vers une carte umap. Voici les principaux éléments de la carte, et les opérations disponibles pour la manipuler. La carte umap représentée ci-dessous est disponible ici.

utiliser_une_framacarte

À droite de la carte et selon le choix de son auteur peut être affiché un des deux panneaux suivants :

  • Légende : le titre de la carte, une description éventuelle, et la liste des calques
  • Visualiser les données : l’ensemble des éléments de la carte, répartis par calques (voir plus bas)

Le panneau Légende peut être affiché en cliquant sur le mot “Légende”, toujours visible en bas à droite de la carte.

Comme pour la plupart des cartes interactives vous pouvez :

  • déplacer la carte par un glisser-déposer
  • effectuer zooms avant et arrière avec les boutons + et -, ou avec la molette de la souris
  • sélectionner un élément de la carte par un clic de la souris : apparaît alors une fenêtre popup affichant une description de l’élément. Celle-ci peut inclure du texte, une image, un lien vers un site Web. Dans notre exemple la description de chaque cinéma contient une image qui est un lien sur le site Web du cinéma.

Remarque : les boutons en haut à gauche de la carte, ainsi que la barre de légende, peuvent ne pas être disponibles si l’auteur de la carte a choisi de les cacher.

Voyons maintenant quelques fonctionnalités propres à umap.

2. Le sélecteur de calques

Les éléments d’une carte umap peuvent être répartis dans plusieurs calques, ou couches. Cela permet de structurer une carte, pour qu’elle soit plus claire et plus facile à maintenir. L’utilisateur peut choisir d’afficher ou cacher chaque calque individuellement.

umap_calquesLe sélecteur de calques est l’icône visible en haut à gauche de la carte sous les boutons de zoom. Lorsque vous positionnez la souris sur ce bouton, la liste des calques apparaît, vous pouvez alors afficher ou cacher chaque calque, ou encore centrer la carte sur le contenu d’un calque.
umap_selecteur_calquesDans cet exemple le calque “Stations Bicloo” est caché : cliquer sur l’oeil de ce calque permet de l’afficher.

La liste des calques, avec éventuellement un descriptif de chaque calque, est aussi visible dans la légende de la carte.

3. Le bouton Plus

umap_plusSous le sélecteur de carte est visible un bouton portant le texte “Plus”. Un clic sur ce bouton fait apparaître une série de boutons.

 

umap_home permet de retourner à la page d’accueil de umap.
umap_geoloc permet de vous géolocaliser1), c’est-à-dire centrer la carte sur votre position actuelle.
umap_search permet de chercher une localité et de centrer la carte dessus : saisissez le nom d’une commune et tapez sur Entrée.
umap_share permet de partager la carte ou d’en exporter les données. Un panneau à droite de la carte est affiché, il est expliqué ci-dessous.
umap_layers affiche à droite plusieurs fonds de carte : cliquer sur l’un d’eux change le fond de la carte.
 umap_edit est utile pour améliorer la carte OpenStreetMap – ce qui sort de l’objet de ce tutoriel.
 umap_measure est un outil de mesure. Activer cet outil a deux effets : d’une part il affiche la longueur des éléments linéaires de la carte et l’aire des éléments surfaciques ; d’autre part il vous permet de tracer sur la carte une ligne dont la longueur est affichée. Cliquez à nouveau sur le bouton pour désactiver cet outil.

Partager la carte

Le panneau de partage de la carte offre trois possibilités. Votre choix dépend de la manière dont vous souhaitez partager la carte :

  • URL courte permet de copier une URL abrégée – équivalente à l’URL de la carte – que vous pouvez par exemple envoyer dans un mail.
  • Embarquer la carte en iframe permet d’inclure la carte dans une page Web : il suffit de copier le code HTML et de l’insérer dans celui de votre page Web. Plusieurs options sont disponibles dans le menu Options d’export de l’iframe : taille de la carte, choix des boutons inclus dans la carte, etc. Activez ou désactivez ces options avant de copier le code HTML.
  • Télécharger les données permet d’obtenir les données visibles sur la carte, dans différents formats. Cela peut vous permettre d’utiliser ces données avec un autre outil.

 

umap_donnees4. Visualiser les données

La liste des éléments de la carte peut être affichée avec un clic sur Visualiser les données, accessible depuis le sélecteur de calques, la barre de légende, ou encore en haut du panneau Légende.

Le panneau alors visible à droite montre l’ensemble des éléments de la carte, organisés par calques. La loupe à gauche de chaque élément permet d’afficher sur la carte la popup décrivant cet élément. Le texte de saisie au-dessus de la liste permet de rechercher un élément, en ne montrant que ceux dont le nom contient le texte saisi.


Faisons le point

Ce premier tutoriel nous a permis de découvrir les principales fonctionnalités d’une carte uMap. La semaine prochaine nous apprendrons à créer une telle carte.

 

Notes :

1) La géolocalisation exige de demander l’autorisation de l’utilisateur, votre navigateur Web peut donc vous demander d’accepter ou activer la géolocalisation

Liens utiles :




Framacarte, pour libérer vos maps de Google !

Les barbu-e-s de la communauté le savent déjà : l’alternative Libre à GoogleMaps, c’est OpenStreetMaps (OSM pour les intimes). En un peu plus de dix ans, plus d’un million de personnes ont participé à ce projet de cartographie du monde librement utilisable et accessible

Mais comment faire pour que la famille Dupuis-Morizeau s’empare de ce magnifique outil offert par la communauté et se dégooglise un grand coup ? Notre réponse : Framacarte.

Vous offrir le monde au pied du sapin.

Avoir une carte en ligne, c’est très pratique pour tracer sa route d’un point A à un point B. C’est très exactement ce que vous propose Framacarte : placez votre point A, votre point B, votre tracé… et le tour est joué ! Vous n’avez qu’à cliquer sur « plus » puis sur l’icône « partager » pour avoir l’adresse web à partager à vos ami-e-s ou le code d’intégration afin de placer cette carte sur votre site web.

Balade du Jardin Japonais de Toulouse au fief du GUL Toulibre ;)
Balade du jardin japonais de Toulouse au fief du GUL Toulibre ;)

Framacarte ne s’arrête pas là. Vous pouvez bien entendu placer des étapes entre votre point A et votre point B… jusqu’à dessiner tout l’alphabet si cela vous chante (n’en déplaise à google, ce mot ne leur appartient pas :p).

Framacarte vous permet aussi de colorier des zones, changer les pictogrammes de vos épingles, utiliser plusieurs calques, changer les fonds de cartes (plutôt ville ou plutôt nature ?) importer ou exporter vos données… Bref, de créer des cartes vraiment personnalisées.

Ne réinventons pas la Frama-roue

Framacarte s’appuie sur deux projets Libres : les fonds de cartes sont ceux d’OpenStreetMap, tandis que l’outil d’édition et de partage des cartes n’est autre que le projet Umap. Oui, nous hébergeons tout simplement un clone de ce projet Libre déjà connu des barbu-e-s. Il faut dire que Framacarte n’était pas, à l’origine, dans nos projets de Dégooglisations.

C’est Yohan Boniface, contributeur de OpenStreetMap France et développeur de Umap, qui nous a contacté pour mettre en place cette Frama-version de Umap. L’occasion pour nous de lui poser 3 questions :

Question 1 : Bonjour Yohan, tout d’abord, est-ce que tu peux nous présenter Umap, ses origines, et comment il est développé ?

Je bossais dans un journal à l’époque, et j’étais attristé de voir qu’il n’existait aucun outil libre permettant à un journaliste de faire une simple carte pour afficher des données. Il fallait ou bien l’aide d’un développeur ou bien utiliser des services privatisateurs comme GoogleMap©.

uMap est bâti sur Django (un framework python), et j’ai cherché à le rendre modulaire : le frontend et le backend sont deux projets séparés, ce qui a permis à d’autres développeurs d’utiliser la même interface que uMap mais sur leur propre back-end.

À l’exception d’une demande financée par Ixxi (filiale tech de la RATP), je développe uMap sur mon temps libre, et j’y tiens!

Question 42 : Umap existe déjà et marche très bien… pourquoi cette envie de le doubler d’un Framachin ? C’est pas mieux de tout garder en un seul endroit ?

La centralisation coûte très cher, et ce coût induit une dépendance aux entrées financières. Dans le libre, on essaie autant que possible d’éviter le scénario alla Wikipedia, c’est-à-dire où le service à l’utilisateur est centralisé. On finit par passer son temps à chercher de l’argent pour financer le projet. Côté OpenStreetMap, on tâche autant que possible de laisser la communauté prendre en charge les services à l’utilisateur final.

Donc plus y a d’instances différentes, plus les coûts sont partagés, et plus le modèle est durable.

Il faut un peu connaître python pour installer uMap chez soi, mais quand c’est le cas on le fait tourner en 15 minutes, donc j’invite les motivés à installer d’autres instances! J’en connais déjà une bonne dizaine, notamment en Suisse, en Colombie, en Argentine, en Éthiopie, et aussi dans des intranets.

cliquez sur l'image pour aller sur Framacarte
cliquez sur l’image pour aller sur Framacarte

Question 1337 : À Framasoft, on espère que ce projet apportera du monde aux communautés Umap et OpenStreetMap… Mais du coup, comment y entrer et faut-il obligatoirement coder pour contribuer ?

Utiliser uMap, c’est déjà contribuer.

Parce que ça aide à le faire connaître, et donc à étendre ses utilisateurs, et donc à augmenter les instances disponibles, et donc à « dégoogliser » Internet.

Pour aller un peu plus loin dans la contribution, il y a plusieurs options. Faire des rapports de bugs ou des demandes d’amélioration est une façon d’aider à prioriser les développements. Il y a aussi un gros besoin de documentation et tutoriels.

On peut aussi participer à la traduction (on a récemment ajouté une traduction en amharique !). Enfin, y a de l’espace pour améliorer le graphisme et l’ergonomie.

Et bien sûr, quand on code en python (backend) ou en javascript (frontend), il y a de quoi faire ! La page du projet pour en savoir plus : http://wiki.openstreetmap.org/wiki/UMap

Libre à vous de dessiner sur le monde

Révolu, le temps des atlas coûteux (et autres cartes IGN) qu’il était illégal de photocopier et que l’on stabilotait à grands frissons. Désormais, avec Framacartes, vous pouvez laisser libre cours à votre imagination et partager en quelques clics ce parcours de trail avec l’ensemble de votre club…

carte-trail
oh le joli dénivelé !

… ou mettre en ligne sur le site de votre office de tourisme l’ensemble des restos, hébergements et lieux à visiter de votre ville…

carte-ville
ça ressemble furieusement à une chasse aux trésors… nous on dit ça, on dit rien, hein…

…ou encore détourner Framacarte pour dessiner un Tux, un Chaton ou un GNU sur le pays de votre choix (la première personne qui réalisera ce défi gagnera notre éternelle admiration déclarée officiellement sur nos réseaux sociaux !)

Car, encore une fois, le succès de cet outil ne dépendra que de vous. À vous donc de vous en emparer, de le partager et de nous soutenir par vos dons afin que nous préparions de nouvelles alternatives à GAFAM tout au long de 2016.




ABC-Map : réalisez des cartes et des tracés facilement

Soyons francs : quand un développeur se présente à nous en expliquant qu’il a pensé son premier projet pour le grand public, pour la famille Dupuis-Morizeau (notre sympathique famille-témoin de Normandie qui, doit-on le rappeler, a pris le relais de la famille Michu), et qu’en plus il a placé ce projet sous licence libre… on a envie de frapper des mains et sauter partout en débouchant le champomy… Ce qui est dangereux pour les ordinateurs qui nous entourent, alors on le fait pas.

Par contre, on a aussi envie d’en savoir plus sur ce projet, et de le partager sur le Framablog.

Rémi Pace a bien vu que, chez les Dupuis-Morizeau, créer une carte se résumait à une mauvaise capture d’écran de Google Maps et un coup de paint (avec traçage aléatoire à la souris) ou de toshopage mal cracké (mais là faut demander à la petite, parce que les autres ne maîtrisent pas).

Or, on a souvent besoin de cartes à imprimer, mettre sur un site web ou un flyer… Et ce géographe de Rennes a développé une solution simple, libre et documentée (avec de zolis tuto vidéos) pour aider les Dupuis-Morizeau à réaliser simplement et en toute liberté leurs itinéraires, tracés et autres chemins de rando…

Découvrons donc ABC-Map avec son créateur, Rémi Pace.

Carte Réalisée en 20 minutes avec Abc-Map (merci à la communauté d'OSM pour le fond de carte)
Carte Réalisée en 20 minutes avec Abc-Map (merci à la communauté d’OSM pour le fond de carte)

Bonjour Rémi, peux-tu te présenter aux membres du framablog ? Car sans vouloir spoiler ta réponse, tu n’as pas un profil de développeur, à l’origine… je me trompe ?

Bonjour Pouhiou, merci de m’accueillir sur le magnifique Framablog ! En effet je n’ai pas le profil type d’un développeur. Je suis actuellement étudiant en 3e année de Licence de Géographie-Aménagement à Rennes, une licence de sciences sociales où les cours ne concernent pas du tout le développement informatique.

En fait je me suis formé en autodidacte à l’informatique et à la programmation toujours en fonction de besoins : créations graphiques, sites internet, traitement de données, etc. Et comme le Web est très bien fourni en matériels et en tutoriels j’ai pu vite acquérir une bonne aisance. Petit à petit, je me suis mis à aimer ce que je faisais et désormais je m’oriente vers une formation de développement.

Parallèlement et depuis longtemps je bidouille les cartes qui me tombent à portée de main. On y découvre un tas de choses intéressantes aussi bien sur notre environnement direct que sur le monde et ses mécaniques. Mais malgré les utilisations possibles très concrètes j’ai toujours trouvé qu’il était assez difficile de créer des cartes simples. D’où mon idée de créer Abc-Map.

Chez Framasoft, on parle beaucoup de la famille Dupuis-Morizeau… Entre l’oncle agent d’accueil en office de tourisme, la cousine qui fait du trekking et le jeune couple de papas qui organise une chasse au trésors pour l’anniversaire du petit… Ils ont besoin de cartes mais ne sont pas hyper branchés informatique… Concrètement, ils doivent faire quoi ?

Les Dupuis-Morizeau peuvent très bien apprendre à se servir de QGis ou de GvSIG et lorsqu’ils manieront les connexions WMS et WFS sur le bout des doigts et lorsqu’ils sauront tout des systèmes de coordonnées et des requête SQL ils pourront créer leurs cartes au trésor et leurs itinéraires de trekking… après 3 où 4 semaines de formation (et je ne donne pas cher de la moumoute de Monsieur)

Je plaisante bien sur 🙂 En fait il existe pas mal de solutions libres très efficaces et qui répondent parfaitement à l’utilisation d’usagers confirmés. Quantum GIS notamment est un logiciel libre tout simplement impressionnant. Son ergonomie et ses possibilités sont énormes mais il demande une formation longue et complexe et une grande aisance en informatique.

En comparaison Abc-Map à des fonctionnalités bien plus limitées mais permet de créer une carte pratique (c’est à dire d’utilisation concrète) rapidement et avec peu de formation. Attention, il faut tout de même se pencher sur le concept et manipuler un peu avant d’obtenir un résultat convenable, mais en autodidacte on parle de suivre un ou deux tutoriels d’une trentaine de minutes chacun. Ensuite il est parfaitement possible de créer des croquis ou des cartes de très bonne qualité.

Le principe du logiciel est assez simple: Tonton Dupuis peut importer une carte à partir d’images ou d’un site de cartographie en ligne, éventuellement la géo-référencer pour utiliser des coordonnées, dessiner des formes, ajouter du texte et des photos puis mettre en page sa carte. Une méthode classique en géographie mais accessible ici dans un seul logiciel, et rappelée à l’aide d’un assistant de création.

De cette manière on peut facilement créer des itinéraires sportifs, des circuits de balade, des cartes de chasse au trésor ou des plans… sans passer plusieurs jours à se former et en se focalisant sur le sujet plutôt que sur le maniement du logiciel.

Quelles sont les fonctionnalités d’Abc-Map qui sont le plus utilisées ? Est-ce que tu as eu des retours d’utilisations que tu n’aurais pas soupçonnées ?

Les utilisateurs me communiquent leurs utilisations et leurs besoins via plusieurs formulaires disponibles sur le site et ce qui ressort tout de suite c’est que les usages sont très variés et souvent pratiques: sports, transports, tourisme, enseignement, activités écologiques…

Mais ce qui m’a fait plaisir c’est quand des utilisations plus atypiques sont apparues : apiculture, pêche, botanique, généalogie, création de jeux… C’est exactement pour ça que j’ai créé ce logiciel, pour les utilisateurs qui ont besoin de cartes pour des activités concrètes et qui n’ont pas la possibilité ou pas l’envie de devenir experts en système d’information géographique.

Et j’ai été particulièrement heureux d’apprendre qu’Abc-Map participe à l’organisation de maraudes sociales et au travail d’associations et d’initiatives citoyennes. Les cartes nous permettent de penser et de nous organiser, et chaque possibilité d’y arriver plus clairement et plus simplement laisse un peu plus de place à la décision et à l’action.

Quant aux fonctionnalités les plus utilisées, je pense que le logiciel est utilisé généralement dans son ensemble, puisqu’il propose une méthode de création. Cependant certains utilisateurs confirmés de logiciels de CAO qui préfèrent l’ergonomie de leur logiciel fétiche utilisent Abc-Map pour assembler un fond de carte automatiquement ou pour placer des objets en fonction de coordonnées spatiales.

Sur combien de temps s’est développé ABC-Map ? Quel langage as-tu choisi et pourquoi ?

Le développement du logiciel a duré un an ce qui est assez long je pense (en alternance avec un emploi et mes études). Mais étant donné que c’est mon premier projet et que je ne connaissais même pas les principaux patrons de conception en me lançant je suis déjà bien content qu’il soit viable et diffusé :).

J’ai choisi de le développer en Java. C’est un langage bien documenté qui permet de coder moins et de coder pour de nombreux systèmes d’exploitation. Dès le début du projet je me suis tout de suite imposé de proposer une solution pour un maximum de systèmes, sans laisser de coté tous les non-$Krosoft.

Ce qui m’a décidé aussi c’est que de bons environnements de développement et de bonnes bibliothèques sont disponibles pour Java grâce au travail de nombreux développeurs. Pour bien se rendre compte de ce que je dis il faut avoir déjà utilisé Eclipse et Maven, ce sont des programmes sensationnels qui permettent de se dépasser en termes de conception et d’organisation.

On voit bien dans les coûts de production de ton logiciel la part importante que prennent les postes chips, olives, bières et Pic Saint Loup AOC… As-tu mis Abc-Map sous licence Beerware ou tu as préféré une autre licence libre ? Et comment ça t’es venu, du coup, de proposer ton logiciel sous licence Libre ?

Abc-Map est distribué sous GNU Public Licence 3, ce qui laisse de bonnes possibilités en termes d’utilisation et de modification. Ce qui m’a décidé à publier sous licence libre c’est l’opinion que j’ai des développeurs/développeuses qui prennent du temps pour créer et partager des logiciels utiles comme LibreOffice, VLC, QGis, Inkscape, The Gimp, Notepad ++, Eclipse,…

J’ai toujours été très impressionné de voir comme ces logiciels sont de bonne qualité et comme ils servent tous les jours les intérêts des utilisateurs. Je pense que j’ai voulu apporter ma petite pierre au cairn. Je trouve dommage par contre que l’on insiste trop peu sur l’aventure humaine que représente le travail bénévole des personnes qui rendent l’information plus accessible et plus pertinente. Il y a encore des gens qui pensent que si un logiciel est gratuit, c’est qu’il est mal bricolé et de mauvaise qualité !

Et contre ce genre de fausses idées, et pour promouvoir l’usage du libre les organisations comme Framasoft et les annuaires de logiciels libres jouent un rôle très important. Il faut mettre en avant la qualité des logiciels et des projets, leur disponibilité, leurs usages et leurs histoires plutôt que de présenter le libre comme une licence contraignante qui produit des logiciels austères, complexes et peu fiables.

Un logiciel aux frais de développement honnêtes ;)
Un logiciel aux frais de développement honnêtes ;)

As-tu songé à déposer ton code sur un Git ? Comment envisages-tu les apports de code que la communauté pourrait te donner ?

Pour l’instant la question ne s’est pas vraiment posée, personne ne m’a proposé d’aide pour le développement. Je ne serai pas contre mais je veux d’abord proposer une version qui me convienne, c’est çà dire que je jugerai minimale, toujours dans l’objectif de me former à la programmation et de réussir un projet de bout en bout.

Dans le courant de l’année lorsque j’aurai terminé les dernières améliorations qui me semblent indispensables je compte créer un Git pour permettre des contributions d’utilisateurs et j’espère que ça pourra se faire dans de bonnes conditions.

Quelles sont les prochaines fonctionnalités que tu souhaites développer ? Et comment peut-on aider le logiciel Abc-Map : avec du code, des sous, de l’aide, du partage…?

Tout d’abord je souhaite améliorer un peu l’interface. J’ai eu quelques retours intéressants et je vais adapter le logiciel pour qu’il soit plus intuitif. Ensuite je souhaite le traduire au moins en Anglais et en Espagnol, toujours dans un esprit de partage.

Une des grosses améliorations aussi sera de proposer des solutions d’import / export pour GPS et pour d’autres logiciels à dimension géographique. Et pour améliorer la prise en main je souhaite dès que possible créer plus de tutoriels et plus de vidéos pour démocratiser encore le fonctionnement du logiciel.

Pour aider pour l’instant je souhaite surtout diffuser l’information pour que le logiciel soit utilisé et pour avoir des retours d’expériences d’utilisateurs. J’aimerai beaucoup aussi recevoir des cartes créés avec Abc-Map. Pour l’instant j’en ai peu et je souhaiterais en publier bientôt sur le site sous la forme d’un album pour encourager la création et pour donner des idées. Bien entendu j’accepte également les dons, il reste encore plein de place dans mes placards pour des olives et du Pic Saint Loup !

Et comme souvent sur le Framablog, on te laisse le mot de la fin…

Pour finir je dirai que je conseille à tout le monde de se lancer, de profiter des outils et de la documentation à disposition sur le net pour créer de nouveaux projets ou participer à ceux qui sont en cours : c’est une expérience géniale, ça peut être long et difficile mais quand le résultat est là ça vaut largement les heures de galères 🙂

Et un grand merci à tous ceux qui développent des outils libres et utiles, à ceux qui créent de l’information libre et accessible sur le net, et à ceux qui font la promotion de ces pratiques constructives !




OpenStreetMap : le prochain projet libre vraiment indispensable, par Glyn Moody

OpenStreetMap vient de fêter sa dixième bougie (et la communauté française vous invite à célébrer cela le lundi 8 septembre à Numa Paris).

Et comme le souligne Glyn Moody dans l’article traduit ci-dessous, on est bien content qu’il soit là parce qu’on ne peut pas compter sur Google pour aborder la cartographie sous l’angle des biens communs…

OpenStreetMap 10 ans

OpenStreetMap : le prochain projet libre vraiment indispensable

OpenStreetMap: the Next Truly Indispensable Open Project

Glyn Moody – 28 août 2014 – ComputerWorld
(Traduction : Narcisse, rocherd, aKa, PxlCtzn, Asta, fal7i, Piup, yoLotus, Mooshka, tetrakos, Mooshka, Jeff_, Omegax, Goofy, yaap, GregR + 4 anonymes)

L’année dernière, je décrivais OpenStreetMap (OSM) comme « la cartographie open source » » À l’occasion des dix ans du projet, j’aimerais me pencher plus avant sur cet exemple important de collaboration ouverte et expliquer en quoi il est selon moi destiné à devenir le prochain projet ouvert absolument incontournable.

Tout d’abord, un peu d’histoire ; pour fêter l’anniversaire d’OSM, TechCrunch a réalisé une excellente interview de Steve Coast, le fondateur du projet. Voici comment tout a commencé :

L’idée de départ était très très simple. J’avais un GPS sur mon portable mais l’on ne pouvait pas en faire grand-chose car il ne contenait aucune donnée. On pouvait télécharger l’image d’une carte, mais si l’on voulait faire quoi que ce soit d’un peu utile comme demander à l’ordinateur d’identifier la route sur laquelle on se trouvait ou de nous guider à chaque intersection, c’était impossible car il n’y avait pas de données cartographiques. Je me suis donc dit : pourquoi ne pas créer des données cartographiques ? Avec un GPS, il suffit de passer en voiture, en vélo ou à pied sur toutes les routes, tous les chemins et utiliser ces informations pour créer une carte. J’établis un petit bout de carte là où j’habite et tu établis un petit bout de carte là où tu habites et nous construisons tout cela comme un puzzle géant — et accessoirement, on le met à disposition gratuitement. Tout comme Wikipédia qui développait une encyclopédie de façon très similaire ; j’ai copié beaucoup d’éléments utilisés par Wikipédia — comme la licence libre, la possibilité que tout le monde puisse contribuer, etc.

Bien que Coast évoque ici Wikipédia, GNU/Linux a également joué un rôle déterminant dans le développement du projet :

J’ai fait beaucoup d’interventions. Les groupes d’utilisateurs de Linux étaient très à la mode — les gens se retrouvaient le samedi après-midi pour discuter de Linux. Ils connaissaient déjà une bonne partie de l’histoire puisqu’ils connaissaient l’open source et avaient des connaissances informatiques. Il n’était donc pas très difficile de leur expliquer ce que faisait OpenStreetMap. À partir de là, je suis intervenu dans des conférences sur la cartographie. J’ai arrêté de compter après environ 500 interventions. J’avais l’habitude de mettre le chiffre sur ma première diapo.

L’existence préalable des communautés Linux a permis à Coast d’avancer dans leur sillage. Comme il le souligne, les idées fondatrices comme la collaboration et le fait que le produit fini soit libre étaient les mêmes, il n’a donc pas bataillé pour convaincre. C’est un autre bon exemple de l’aspect déterminant du succès de GNU/Linux sur celui des autres choses « ouvertes » — le contenu ouvert, les données ouvertes, l’accès ouvert et OpenStreetMap.

L’autre parallèle intéressant avec la montée de GNU/Linux est que Coast travaille maintenant pour Telenav, une entreprise développant un logiciel de navigation (il a aussi travaillé pour Microsoft pendant un temps, curieux…). Telenav a apparemment embauché plusieurs acteurs clés d’OSM, tout comme des entreprises comme Red Hat ont employé des bidouilleurs du noyau de Linux à ses débuts. Dans l’interview TechCrunch, Coast explique les principaux défis actuels :

Il manque plusieurs choses à OpenStreetMap. Des informations de navigation comme les rues à sens unique, les restrictions horaires ou les limites de vitesse. Il manque aussi des adresses. Telenav a beaucoup de tracés GPS. Nous traitons ces tracés en informations pour la navigation. Si vous prenez toutes les personnes qui voyagent sur une nationale et qu’elles vont toutes à 90 km/h, vous savez que c’est probablement la vitesse limite. Si personne ne tourne à gauche à une intersection, c’est probablement qu’il y a une interdiction de tourner à cet endroit.

Vous pouvez donc résoudre ce problème avec les traces GPS. Cependant, les données d’adresse sont plus difficiles à utiliser. Aux États-Unis, il est possible de placer une licence sur ces données, mais, en Europe, entre autres, c’est plus difficile. Aux États-Unis, le gouvernement fédéral est comparable à une organisation du domaine public, et cela transpire sur les gouvernements locaux. Vous pouvez en obtenir les données. Tous les autres pays essayent de s’approprier les données cartographiques. Aux États-Unis, la plupart des adresses sont prévisibles. Dans le reste du monde, ce n’est pas aussi simple. Au Japon, les numéros de rue sont à la fois basés sur le bloc et l’âge de la maison. La première maison a le numéro un, la suivante le deux, et ainsi de suite. De fait, il est plus difficile de prédire où se trouvent les choses.

C’est quelque chose que beaucoup de personnes cherchent à résoudre, donc j’imagine que ce sera résolu un de ces jours ; et il existe beaucoup de façons intéressantes de le faire. Vous pouvez faire intervenir la communauté pour obtenir ces données, vous pouvez payer des gens pour les collecter mais, je pense qu’au final, la solution sera un mix de plusieurs choses. Par exemple, à chaque fois que vous utilisez une application qui vous permet de vous géolocaliser, vous signalez que tel restaurant à telle adresse se trouve à tel endroit.

Cela nous amène directement au futur d’OSM : que peut ajouter OSM à ses données géographiques de base – et que faut-il ajouter ? Doit-on, par exemple, chercher à coller au fonctionnement de Google Maps en tous points, y compris la navigation (point qui est visiblement important pour Coast) ou même l’imagerie satellitaire ? La première semble réellement faisable, et peut être que des drones bon marché pourraient être utilisés par la communauté pour la seconde. Mais que pourrions-nous ajouter encore ?

Comme je l’ai écrit l’an dernier, je pense qu’OSM devrait essayer de devenir l’infrastructure open source du monde mobile, comme GNU/Linux l’a fait pour la précédente génération d’ordinateurs (et pour la plateforme mobile dominante, Android). le service Waze donne une assez bonne idée de ce que cela pourrait être :

Le concept de Waze est la contribution au bien commun quand vous êtes sur la route.

En connectant les conducteurs les uns aux autres, nous aidons les gens à créer des communautés locales de conducteurs qui travaillent ensemble pour améliorer la qualité de conduite de chacun au quotidien. Cela leur permet d’éviter la frustration de rester bloqués par des bouchons ou un barrage de police, ou de gagner 5 minutes sur leur trajet quotidien en leur montrant un nouveau trajet dont ils ne connaissaient même pas l’existence.

Alors, comment ça fonctionne ?

Après avoir saisi l’adresse de destination, les utilisateurs n’ont qu’à conduire avec l’application lancée sur leur téléphone afin de contribuer passivement à mettre à jour les informations liées au trafic et aux autres informations de la route. Mais ils peuvent aussi être actifs en partageant un état de la route comme un accident, un barrage de police ou tout autre danger sur leur chemin, ce qui aide les autres usagers à savoir ce qui se passe sur leur trajet.

En plus de la communauté de conducteurs locaux utilisant l’application, Waze profite aussi d’une communauté active éditant la carte en ligne afin d’assurer que les environs soient aussi à jour que possible.

Même si cela met l’accent sur les données routières issues des voitures, le processus se généralise à toute forme de transport. Waze porte sur l’utilisation d’une application sur périphériques mobiles pour produire en temps réel et de manière participative des informations à jour sur les déplacements et les lieux. C’est une bonne idée, avec une erreur fatale : l’énorme quantité des données uniques fournies par les utilisateurs de Waze appartiennent à Waze : c’est un cas classique où les utilisateurs créent le service pour ensuite laisser quelqu’un d’autre en gérer la valeur. Voilà pour « la contribution “au bien commun” ».

Les choses sont pires depuis que Waze fait maintenant partie de Google, car cela veut dire que toutes ces informations incroyablement personnelles à propos de vous et de vos compagnons de voyage sont envoyées aux machines avides de Google, dans le but d’être traitées, liées et analysées pour révéler plus de choses sur les gens qu’ils ne le pensent probablement.

En fait, le problème avec Google est encore plus vaste depuis qu’il possède le service de cartographie qui domine le monde de la cartographie exactement comme le fait Microsoft Windows dans le monde du système d’exploitation grand public. Même avant qu’il n’achète Waze, Google encourageait ses utilisateurs à contribuer à « l’amélioration » de l’entreprise, qui en conserve la plupart des bénéfices, comme il le fait avec la quasi-totalité des ses services « gratuits ».

Mikel Maron nous a avertis du danger de cette approche pour OSM — et pour nous — depuis 2011, lorsqu’il a écrit un billet intitulé « Nous devons empêcher Google d’exploiter les communautés ouvertes »

La stratégie de Google est de construire un marché en Afrique en s’appropriant des méthodes de la communauté des données ouvertes tout en laissant à l’entreprise le contrôle de ce qui mérite d’être une ressource partagée. Ils ciblent spécifiquement les gouvernements et les ONG, proposant de « cartographier leurs pays gratuitement », mais en gardant les résultats et en attirant les consommateurs.

Ce qui me dérange le plus, c’est qu’ils ont copié OpenStreetMap de manière flagrante. Premièrement, leur produit MapMaker est directement calqué sur OSM, mais avec une licence restrictive pour les données qui fait en sorte que vous ne puissiez pas les utiliser comme bon vous semble. Ensuite, ils ont volé l’idée des Carto-parties, un concept unique et un nom que nous avons développé. Enfin, ils ont même copié des initiatives visant à cartographier des bidonvilles, comme Map Kibera.

Ce ne sont pas des choses qui importent uniquement aux geeks de la cartographie. Maron donne un très bon exemple concernant l’importance de la cartographie dans notre société. Il nous invite à comparer la carte de Google d’une zone particulièrement digne d’intérêt à l’heure actuelle — Gaza — avec celle d’OSM. Quand la première montre une grosse grille de rues anonymes, sans aucun détail, et donc aucune humanité quelle qu’elle soit, celle d’OSM ne se contente pas de montrer le nom de la plupart des principales rues et bâtiments, mais montre aussi la présence actuelle des bâtiments — une représentation exacte de la population et des vies qu’ils contiennent. En d’autres mots, les cartes sont très politiques et il est important qu’elles ne soient pas contrôlées par quelques entités commerciales.

Dans un article paru cette année dans le Guardian, Serge Wroclawski se penche sur ce problème et suggère à quel point l’importance d’OSM est vitale ici. Il distingue trois motifs d’inquiétude à propos des cartes fournies par Google (ou par une autre société quelconque) :

Qui décide de ce qui s’affiche sur Google Maps ? C’est Google, bien sûr. J’ai entendu cette préoccupation lors d’une rencontre avec une collectivité locale en 2009 : le souci portait sur le choix par Google des commerces affichés dans Google Maps. Les personnes présentes à cette réunion avaient raison d’être inquiètes, car les pouvoirs publics doivent rester impartiaux. En sous-traitant leurs cartes, ils en donneraient le contrôle à des tiers.

Il semble inévitable que Google se mette à monétiser les recherches géographiques, avec des résultats premium ou de l’affichage prioritaire — si ce n’est pas déjà en place (est-ce une coïncidence si, quand je cherche « petit-déjeuner » près de mon domicile, la chaîne Subway est le premier résultat ?)

C’est le problème habituel du contrôle. Si le logiciel sur votre ordinateur n’est pas un logiciel libre, ce n’est pas réellement votre ordinateur, mais juste un que le fournisseur de logiciel propriétaire vous autorise à utiliser d’une certaine façon, définie par lui.

Le second problème concerne la localisation. Qui définit où se situe un quartier ou si oui on non vous devriez vous y rendre ? Ce problème a été soulevé par l’American Civil Liberties (ACLU) quand les algorithmes d’un fournisseur d’itinéraires (en voiture, en vélo ou à pied) prenaient en compte le fait qu’un quartier était considéré comme « sûr » ou « dangereux » pour éditer ses trajets. Cela soulève la question de qui détermine ce qui fait un quartier « sûr » ou non ou si le terme « sûr » cache quelque chose de plus grave.

On peut étendre cet avis à Gaza : les cartes ne sont pas seulement un ensemble de données mais représentent un point de vue. Bien qu’une carte totalement neutre soit probablement impossible, on peut au moins la faire aussi ouverte que possible. La façon dont les cartes sont élaborées pose aussi problème finalement, et la façon dont les métadonnées peuvent être bien ou mal utilisées… d’autant plus crucial dans un monde post-Snowden :

Les fournisseurs de cartes ont une propension à collecter des informations vous concernant avec des méthodes que vous pourriez ne pas apprécier. Google et Apple amoncellent toutes vos données géographiques quand vous utilisez leurs services. Ils peuvent les utiliser pour améliorer la précision de leurs cartes mais Google a déjà annoncé qu’il utiliserait ces données pour calculer la corrélation entre les recherches que vous effectuez et les endroits où vous vous rendez. Avec plus de 500 millions de smartphones sous Android en cours d’utilisation, cela représente une masse énorme d’informations collectées à l’échelle individuelle à propos des habitudes des gens : s’ils se baladent occasionnellement, s’ils effectuent un changement dans les transports en commun pour aller travailler, s’ils se rendent chez le médecin ou peut-être s’ils participent à une manifestation.

Ce n’est pas un problème avec OSM, qui ne collecte que les données de base dont il a besoin pour créer les cartes, sans intentions cachées.

Comme l’indique ce qui précède, du moins je l’espère, le succès mondial d’OSM nous concerne tous autant que le succès de GNU/Linux dans le monde du logiciel. Nous avons besoin d’une source complète et indépendante de données et d’informations géoréférencées. Durant ces dix années d’existence, OpenStreetMap a largement progressé dans ce sens ; c’est dans notre intérêt à tous de l’aider à prospérer et grandir jusqu’à ce qu’elle réussisse et devienne aussi incontournable que GNU/Linux l’est aujourd’hui.




Framasoft présente : Vosges Opération Libre, le 17 et 18 mai à Gérardmer

Vosges Opération Libre - Logo

Le samedi 17 mai et le dimanche 18 mai à Gérardmer se déroulera un événement inédit dans la région Grand Est : Vosges Opération Libre. Il est ouvert à tous et orienté à la fois vers le grand public et les professionnels.

Cette opération libre est à l’initiative de Framasoft et d’autres d’associations d’envergure nationale ayant une grande expérience dans le Libre, l’ouverture des données, les licences libres et le libre accès.

Vosges Opération Libre - Presse

Il s’agit de la seconde Opération Libre se déroulant sur le territoire français. La première ayant eu lieu à Brocas (Aquitaine) en 2013. Les Opérations Libres visent à rassembler, le temps d’un week-end, des acteurs du Libre en vue d’initier la démarche open data dans les petites villes et villages en présentant les outils disponibles, notamment des logiciels libres. Elles invitent les habitants à participer à l’ouverture et à la diffusion des données de leur territoire. Elles proposent aussi d’engager les citoyens dans un rapport différent avec leur territoire en montrant que le partage des connaissances leur permet d’être collectivement valorisées.

Cette initiative portera aussi sur les usages numériques, leur appropriation, leur potentiel de créativité et leur économie. Cette manifestation vise à promouvoir la culture libre et l’ouverture des données en organisant des actions thématiques formulées en stands, ateliers de formation, conférences, projection permanente de films libres, débats, etc.

Il s’agit d’un événement culturel et participatif où le logiciel libre et ses principes sont conçus comme autant de moyens au service des activités pratiques proposées à destination du grand public. Un travail préalable précédant la manifestation a été mené avec les acteurs de la vie culturelle locale, en particulier la médiathèque de Gérardmer (soirées Wikipédia, ateliers et conférence).

Le programme de la manifestation est disponible à l’adresse vosges.operation-libre.org. Il comprendra :

Vosges Opération Libre - Affiche

Vosges Opération Libre - Programme




The Open Access Button : cartographions les entraves au Libre Accès

Il est souvent question de libre accès sur le Framablog. Par exemple avec ce manifeste du regretté Aaron Swartz ou cette limpide explication vidéo de Jean-Claude Guédon.

Avec Internet et la numérisation, il est désormais possible de consulter l’ensemble des ressources scientifiques et académiques. En théorie oui mais il peut en aller tout autrement dans la pratique, ce qui n’est pas sans poser de nombreux problèmes. Deux étudiants proposent ici de signaler tout péage rencontré pour accéder à ces ressources et de le mentionner sur un site commun.

On notera au passage que c’est OpenStreetMap qui fournit la carte.

Open Access Button

Des étudiants lancent le « Bouton » pour mettre en lumière l’accès refusé aux articles scientifiques

Students Launch “Button” to Put Denied Access to Research on the Map

18 novembre 2013 – Open Acess Button
(Traduction : Penguin, Gilles, r0u, sinma, Paul)


Traquer et cartographier l’impact des péages, un clic à la fois.


Aujourd’hui, lors d’un congrès international d’étudiants défendant un accès plus important aux publications universitaires, deux étudiants anglais de premier cycle ont annoncé le lancement fortement attendu du bouton Open Access (NdT : Accès libre), un outil adossé au navigateur qui permet de cartographier l’épidémie de refus d’accès aux articles de la recherche universitaire et qui aide les utilisateurs à trouver les recherches dont ils ont besoin.


Les étudiants David Carroll et Joseph McArthur ont créé le bouton Open Access en réaction au sentiment de frustration que leur causait l’impossibilité d’accéder aux travaux de la recherche universitaire.


« J’ai réalisé qu’il y avait un problème à force de continuellement me heurter à des obstacles pour accéder à des articles pertinents pour mes recherches », explique Carroll, étudiant en médecine à l’université Queen’s de Belfast. « Mon université peut s’offrir un abonnement à de nombreuses publications et, pourtant, je ne peux pas accéder à tout ce dont j’ai besoin. Cela m’a amené à me demander combien d’autres que moi rencontraient le même problème et comment cela affectait les gens partout dans le monde ».


Chaque jour, des personnes essaient d’accéder à des articles de la recherche universitaire – des médecins cherchant de nouveaux traitements, des scientifiques travaillant à la mise au point de nouvelles technologies, des étudiants essayant de parfaire leur formation. Or au lieu d’avoir immédiatement accès aux informations essentielles qu’ils cherchent, ces personnes se retrouvent trop souvent confrontées à un système de péage qui subordonne leur accès à l’information leur demandant un paiement en échange de l’accès, parfois jusqu’à 40$ par article. Ces péages existent parce qu’une grande partie des ressources académiques est publiée dans des journaux onéreux, basés sur des abonnements dont les augmentations de prix ont largement dépassé l’inflation depuis plusieurs décennies.


« Vu la capacité actuelle de partager la connaissance sur le Web, il est absurde que la majorité de la population dans le monde se voit barrer l’accès à de si nombreux travaux » indique McArthur, étudiant en pharmacologie au University College de Londres. « Jusqu’à maintenant, ce déni d’accès était invisible car chacun le vivait de son côté. Nous avons créé le bouton Open Access pour rassembler toutes ces expériences séparées et mettre en lumière l’ampleur mondiale du problème ».

Open Access Button


Le bouton Open Access est un outil adossé au navigateur qui permet aux utilisateurs de garder la trace d’un refus d’accès à une publication, puis de chercher des moyens alternatifs d’accéder à ladite publication. Chaque fois qu’un utilisateur se heurte à un péage, il clique simplement sur le bouton dans sa barre de favoris, remplit ,s’il le souhaite, une boîte de dialogue optionnelle, et son expérience vient s’ajouter à celle des autres utilisateurs sur une carte. Il reçoit ensuite un lien pour rechercher un accès libre et gratuit à l’article en utilisant par exemple des ressources comme Google Scholar. L’initiative Open Access Button espère créer une carte mondiale montrant l’impact du refus d’accès aux publications scientifiques.


Le bouton Open Access tire son nom du mouvement mondial pour le libre accès (NdT : Open Access en anglais) : la disponibilité gratuite et immédiate en ligne d’articles de recherche, accompagnés du droit intégral d’utilisation de ces articles dans l’espace numérique.


« Le mouvement pour l’Open Access est une solution puissante contre les barrières auxquelles se heurtent les chercheurs des pays en développement ou en phase de transition économique dans leurs tentatives d’accéder et de partager des recherches cruciales pour l’amélioration de la vie », déclare Iryna Kuchma, responsable du programme Open Acces à l’EIFL (Electronic Information for Libraries ou Information électronique pour bibliothèques), une organisation qui travaille avec des bibliothèques à travers le monde pour permettre l’accès des populations des pays en voie de développement ou en phase de transition économique aux informations numériques. « L’accès aux dernières publications scientifiques ne doit pas être confiné à la sphère universitaire, mais ouvert à tout personne intéressée : médecins et patients, agriculteurs* et entrepreneurs, formateurs et étudiants ».


Pour Jack Andraka, étudiant américain de 16 ans, récompensé par l’Intel Science Fair pour avoir inventé un test révolutionnaire de diagnostic du cancer du pancréas, « Le bouton Open Access aide à démocratiser la connaissance ». Andraka a raconté comment il s’était lui-même heurté aux les refus d’accès aux publications scientifiques quand il développait son test. « La connaissance ne doit pas être une marchandise. Elle doit être librement accessible pour permettre aux patients et familles d’être pleinement parties prenantes. »


David Carroll et Joseph McArthur ont annoncé le lancement du bouton Open Access aujourd’hui devant un parterre de plus de 80 personnes réunies à l’occasion de la Berlin 11 Student and Early Stage Researcher Satellite Conference, une rencontre internationale pour les étudiants intéressés par la promotion de l’Open Access. Cette rencontre précède la conférence Open Access de Berlin, une convention de leaders d’opinion à travers le monde sur la question de l’Open Access, qui a débuté mardi.

« Ne perdons jamais de vue que nous tenons trop souvent pour immuable ce qui n’est qu’un état de fait, mais les développeurs du bouton Open Access nous rappellent qu’en tant qu’individus, nous avons réellement le pouvoir de changer les choses », déclare Heither Joseph, directeur exécutif de la coalition SPARC (Scholarly Publishing and Academic Resources Coalition), un regroupement international de bibliothèques universitaires et de recherche) et leader de renommée internationale au sein du mouvement Open Access. « C’est une idée simple, mais incroyablement créative, qui devrait nous aider à montrer combien l’accès libre répond à un véritable besoin ».

Plus d’informations à propos du bouton Open Access ainsi que des instructions pour son installation sont disponibles sur le site www.OpenAccessButton.org.


Suivez la conversation sur Twitter à @OA_Button avec le hashtag #aobuttonlaunch.