Framadrop : envoyez de gros fichiers en toute sécurité !

Envoyer un email, c’est bien. Mettre en pièce jointe l’ensemble de ses photos de vacances c’est… trop volumineux. Au mieux, vous remplirez la boite email de vos destinataires en moins de temps qu’il en faut pour dire “Tux” ; au pire, ça ne marchera pas. Mais ne vous inquiétez pas, il y a un Framachin pour ça : Framadrop.

Héberger ses fichiers sur les disques durs de GAFAM…

Même le framacat n’y arrive pas.

Pierre et Dominique Dupuis-Morizeau veulent envoyer la vidéo des premiers pas de leur petiot, mais ça ne passe pas dans l’email. Aucune envie de mettre cette vidéo sur YouTube ou Facebook, pour que leurs logiciels de reconnaissance faciale enregistrent déjà le visage du chérubin… La seule solution, c’est qu’ils hébergent le fichier vidéo et en partagent le lien de téléchargement. L’héberger oui… mais où ?

MégaUpload a fermé, Mega l’a remplacé, mais quelle maîtrise a-t-on vraiment des fichiers qu’on dépose sur son compte…? WeTransfer semble bien pratique, mais jusqu’à quand laisseront-ils la vidéo sur leur disques durs ? Et d’ailleurs où se trouvent ces disques durs, hein ? Qui peut y accéder, et voir la vidéo à son tour…? Le FBI peut-il repérer la grande sœur du nouveau marcheur, qu’on aperçoit au fond de la vidéo ?

Héberger ses fichiers, c’est forcément les mettre sur le disque dur de quelqu’un d’autre. D’une entreprise qui pensera plus à ses profits qu’à la protection de notre vie privée. Comment cet hébergeur peut-il nous assurer qu’il ne farfouille pas dans nos données ? Quel outil peut nous permettre d’avoir vraiment confiance ?

Le chiffrement, c’est maintenant

N’utilisez pas le terme “crypter”, les geeks n’aiment pas ça. Mais vous comprenez l’idée : Framadrop prend le fichier que vous voulez héberger sur nos serveurs, le chiffre dans votre navigateur jusqu’à le rendre incompréhensible, puis l’envoie sur nos disques durs. Il ne vous reste plus qu’à copier/coller le lien de téléchargement dans un email et à l’envoyer à qui bon vous semble.

Seules les personnes qui ont la clé de ce fichier (incluse dans le lien que vous leur emailez, et de telle façon qu’elle n’est jamais envoyée à notre serveur) peuvent le télécharger et le déchiffrer (cela se fait automatiquement, parce que votre navigateur web est carrément bien foutu). Nous n’avons pas cette clé. Nous ne pouvons savoir ce que vous hébergerez chez nous. Car nous avons une confidence à vous faire : on ne veut pas savoir. Si, si : on s’en fiche ! Ce sont vos fichiers, c’est votre problème. Nous, on vous propose simplement un outil qui fonctionne bien et un peu d’espace disque pour les faire transiter.

Pour cela, il vous faut juste un navigateur qui va bien. Cela fonctionne avec tous les navigateurs implémentant l’API WebSocket : Firefox, Chrome, Safari, Opera, et même normalement Internet Explorer à partir de la version 10. Framadrop, quant à lui, est basé sur le logiciel Lufi, une nouvelle variante de Lutim, lui-même étant basé sur Lstu, de l’infatigable Luc Didry… Un logiciel Libre, que vous pouvez installer chez vous en un tour de main !

Hébergé selon votre besoin, et pas pour toujours

Seulement voilà : si on se fiche de vos données, quel est l’intérêt de garder vos fichiers éternellement ? Avec Framadrop, c’est vous qui décidez : un jour, une semaine, un mois… Vous nous dites quand nous effaçons vos fichiers, et cela sera fait automatiquement. Non seulement nous n’avons jamais pu savoir ce qu’ils contenaient, mais en plus nous ne les aurons plus.

animation CC-By-SA Gee
animation CC-By-SA Gee

 

Comment allons-nous gérer tout ça pour que les frama-serveurs n’explosent pas sous la charge ? Il y a une astuce : plus vos fichiers sont gros, moins de temps vous pourrez les conserver sur nos disques durs. Une vidéo de 2 Go sera stockée moins longtemps que 100 Mo de photos. Cela comporte deux avantages non négligeables.

Premièrement, nous pouvons garantir (sauf énorrrme succès !) que nous aurons toujours de l’espace disque à partager avec la communauté (sans être squattés par un Pouhiou qui voudrait y conserver éternellement les rushes de ses 24 vidéos : on t’a vu :p !)

Ensuite, Framadrop ne deviendra pas le nouveau MegaUpload où seront stockés épisodes de séries en HD et autres blockbusters. Bon, OK, vous pouvez les y mettre si ça vous chante, mais ils n’y resteront pas plus de 48h… alors quel intérêt ? Chers ayants droit, nous ne sommes pas là pour inciter les gens à télécharger ou partager (ils n’ont pas besoin de nous 😉 ), nous voulons simplement qu’ils puissent partager leurs fichiers lourds facilement avec leurs proches.

Hébergez-le, utilisez-le et aidez-nous.

Carte2015-victoiresNotre instance de Lufi intègre nos règles… Rien ne vous empêche d’avoir les vôtres. Fastoche : il vous suffit de l’héberger ! Nous vous proposons, bien évidemment, un tutoriel pour vous aider à proposer votre instance, et votre façon de voir l’hébergement temporaire de fichiers chiffrés.

Nous avons déjà constaté que plus un logiciel est utilisé, plus on lui découvre des possibilités, des capacités et donc de la valeur. Les projets libres, eux, peuvent gagner des utilisateurs et des développeurs. Si vous voulez participer au code de Lufi, le logiciel derrière Framadrop, lancez-vous ! Il vous suffit d’aller sur son dépot git

En attendant, nous sommes heureux de vous proposer ce projet. Pensez à partager Framadrop autour de vous, à le faire connaître à tous vos ami-e-s qui utilisent encore Mega ou WeTransfer… Nous n’aurions jamais eu les moyens de proposer Framadrop sans les dons dont nous bénéficions (et qui sont défiscalisables, en plus), alors si vous le pouvez, pensez à nous soutenir afin que nous puissions maintenir ce projet, et tous ceux de la campagne dégooglisons.

 




Framaboard : les libristes ont réinventé le tableau blanc… mais en mieux !

Nous aimons les beaux outils qui permettent de s’organiser pour collaborer… mais trop souvent, ce sont des services qui en profitent pour en apprendre beaucoup sur nous. Beaucoup plus en tout cas que ce que nous voudrions leur confier ! Voici un nouvel exemple d’alternative libre qui vous permettra de maîtriser vos projets sans êtres pistés.

Trello c’est bien gentil…

organized cat…mais c’est centralisé ! Trello, un service de gestion de projets, n’est sans doute pas le plus imposant des services que l’on souhaite voir « dégooglisé » mais il n’en reste pas moins un service propriétaire basé aux États-Unis. Les données qu’on lui confie sont donc transférées on-ne-sait-où et ça, en bons Gaulois que nous sommes, ça nous met hors de nous.

Nous avons donc relevé le défi de vous proposer une alternative LEDS à Trello. Celle-ci repose sur le logiciel Kanboard développé par le très productif Frédéric Guillot. Initié au début de l’année 2014, le projet n’a cessé de grandir avec toujours plus de nouvelles fonctionnalités. C’est parce qu’il nous semblait être robuste, de qualité et avec une forte communauté derrière que nous avons fait le choix de Kanboard. De plus, sa simplicité d’installation en fait un candidat de choix pour notre mission d’essaimage !

C’est sous le nom de Framaboard que nous vous proposons ce nouveau service : https://framaboard.org/.

Post-it et colonnes : la magie du kanban

Framaboard est un outil de gestion de projets se basant sur la méthode Kanban qui consiste à déplacer des tâches (sous forme de post-it) dans différentes colonnes (habituellement « En attente », « Prêt », « En cours », et« Terminé »).

Pour vous aider à y voir plus clair, on vous a concocté deux petits exemples qui vous parleront mieux que de longs discours.

Exemple n°1 : l’association des philatélistes de la petite ville de Sotteville-lès-Rouen organise sa kermesse de Noël.

Noël approche et c’est l’occasion de créer un événement pour renflouer les caisse de l’association et se réunir joyeusement. Cela demande de l’organisation et quoi de mieux qu’un outil de gestion de projets pour partager les tâches ?

framaboard2

Exemple n°2 : Cécile Novelli et Fanny Dupuis-Morizeau vont se marier !

Elles ont donc inscrit toute la famille (mais surtout tata Jeannine et tonton Roger) sur leur Framaboard pour préparer ensemble le plus beau jour de leur vie.

framaboard1

Un endroit rien qu’à vous

Sur Framaboard.org, on vous propose de créer un espace dédié à vos activités. C’est-à-dire qu’en vous créant un compte sur Framaboard, vous disposerez d’une URL rien qu’à vous (https://dupuis-morizeau.framaboard.org/ par exemple). Dans cet endroit rien qu’à vous, vous êtes administrateur et vous avez la main sur toute la configuration de votre Framaboard : on ne vous met volontairement aucune restriction !

Aussi, vous pouvez inviter des amis pour travailler ensemble : inutile de créer un nouvel espace, l’outil est multi-utilisateurs de base. Par exemple, une association n’aura qu’à créer un seul Framaboard et créer ensuite autant d’utilisateurs qu’il y a de membres au sein de celle-ci.

animation CC-By-SA Gee
animation CC-By-SA Gee

Il est important de noter que deux comptes Framaboard (avec deux URL différentes donc) ne peuvent pas communiquer entre eux. Si vous possédez un compte et qu’un ami souhaite travailler avec vous mais possède lui-même un compte, il vous faudra quand même créer un nouvel utilisateur au sein de votre espace Framaboard à vous.

La documentation saura répondre à vos questions d’utilisateurs et vous aider à utiliser ce nouveau service. Nous tenons tout particulièrement à remercier l’équipe de Framalang qui l’a traduite en Français !

Installez-le, hébergez-le pour les autres et aidez-nous à diffuser cet outil.

Carte2015-victoiresLe but de Framasoft n’est pas de centraliser tous les services du monde sur ses serveurs (on aurait bien du mal de toutes façons !) et nous sommes toujours contents lorsque que quelqu’un arrive à se passer de nos services. Si vous souhaitez auto-héberger votre propre outil de gestion de projets, nous vous invitons à consulter notre article publié dans la catégorie « Cultiver son jardin » pour installer Kanboard.

Si vous n’avez pas les capacités (ou l’envie) d’héberger votre Kanboard, nous pouvons bien sûr vous héberger nous-mêmes. Si vous voulez nous donner un petit coup de pouce malgré tout, nous vous rappelons que Framasoft ne vit que par vos dons. On vous le rabâche peut-être souvent, mais le succès de cette campagne ne tient qu’à ce fil ténu. Avec 5 nouveaux services ce mois-ci, ce n’est pas une mince affaire ! Alors profitez de la déduction d’impôts et n’hésitez pas à nous faire un petit don (petit rappel utile : un don de 10€ ne vous coûtera que 3,40€)




MyPads : l’alternative de Framasoft à Google Docs

Vous connaissez déjà probablement Framapad. En vous offrant, à portée de clic, la possibilité de collaborer sur un texte à plusieurs clairement et aisément, nos installations du logiciel Etherpad ont eu un succès tel qu’elles se sont multipliées sur nos serveurs.

Il manquait néanmoins une fonctionnalité importante à ces pages d’écriture collaborative en ligne : la possibilité de créer vos dossiers, et de travailler en groupe de manière privée et organisée. Grâce à un financement collaboratif, nous avons pu engager un développeur pour travailler sur ce point, et le résultat s’appelle : MyPads.

Google Docs & Microsoft 365 envahissent vos écrans

spy-catDans l’informatique utilisée au quotidien, le traitement de texte est bien souvent l’outil principal. Avec l’arrivée des services en ligne, ces logiciels que l’on n’installe pas mais qu’on utilise directement depuis un navigateur web, est apparue la possibilité d’utiliser le même logiciel à plusieurs, en même temps. Les géants du Web l’ont bien compris, et ont rapidement mis les moyens pour proposer de telles solutions : de Google Docs à Microsoft 365, on peut désormais écrire, montrer et modifier un texte à plusieurs.

Bien entendu, ces entreprises ne sont pas des philanthropes, et ces opportunités ont un prix. Microsoft vous enferme dans des formats fermés, des fichiers que tout le monde ne peut pas lire, et vous rend dépendant de son abonnement mensuel. Google, lui, fait dans le gratuit, car chez lui c’est vous le produit : vos données et fichiers GoogleDocs sont une manne d’information publicitaire très rémunératrice pour la deuxième capitalisation boursière au monde.

Mais peut-on vraiment demander à sa classe d’ouvrir un compte Google, et donc de livrer ses données, afin de pouvoir travailler ensemble sur un exposé ? Que penser quand une ville italienne décide de revenir chez Microsoft afin d’éviter les problèmes qu’on a avec les .docx et l’installation d’un « cloud » ? Est-ce qu’une telle dépendance aux GAFAM est acceptable lorsqu’on gère les documents d’une administration, d’une classe, d’un syndicat, d’une association… ?

animation CC-By-SA Gee
animation CC-By-SA Gee

Mypads : un besoin financé par la communauté

Le Libre apporte déjà des réponses. Etherpad est un puissant logiciel de traitement de texte collaboratif en ligne, et qui permet une personnalisation facile grâce à ses extensions. Mais Etherpad n’offrait pas encore de solution permettant de créer un compte avec ses dossiers, ses listes d’utilisateurs ou ses pads… des fonctionnalités pourtant très demandées et attendues des utilisateurs.

C’est pour créer une telle extension qu’en juillet 2014, nous avons proposé une campagne de financement participatif. Le Libre ne dispose pas des moyens financiers ni du poids d’un GAFAM. Mais nous sommes une communauté qui sait qu’en se rassemblant, on peut faire de grandes choses. Qui sait aussi que développer du code coûte du temps, du savoir-faire et donc de l’argent. Que « Libre » ne signifie pas « Gratuit ».

mypadsulule

C’est un mode de financement et un modèle économique qui correspondent vraiment à nos valeurs (et à la partie « Solidarité » de notre charte). Quelques personnes (413, pour être précis) ont mis en commun des fonds pour qu’on suive le développement du plug-in par un prestataire, que l’on rende des comptes (ce que l’on a fait régulièrement sur le Framablog) et finalement qu’on publie un logiciel directement dans le pot commun, au bénéfice de toutes et de tous.

Le résultat, le voici aujourd’hui.

Découvrez MyPads, et travaillez entre vous dans un espace privé

MyPads, c’est donc ce fameux plug-in, cet ajout à Etherpad qui vous permet d’avoir vos documents rangés dans un dossier en fonction des personnes avec lesquelles vous travaillez. Bien entendu, nous sommes fiers de vous le proposer avec Framapad, afin que vous puissiez l’utiliser à loisir (et pourquoi pas, finir par l’installer sur vos propres serveurs).

Cela fonctionne très simplement, en 4 étapes :

  1. Rendez-vous sur http://mypads.framapad.org et créez-vous un compte ;
  2. puis connectez-vous à votre compte et créez votre premier dossier ;
  3. ensuite, créez autant de pads que vous voulez dans ce dossier ;
  4. n’hésitez pas enfin à inviter autant de personnes que vous voulez dans ce dossier, que ce soit par leur e-mail et/ou par leur identifiant MyPads. Ils devront cependant déjà posséder un compte MyPads pour pouvoir rejoindre votre dossier.

mypads5
et, bien entendu, il y a un chat…

Et voilà, vous pouvez désormais collaborer de manière simple et privée sur vos documents, et les retrouver en un tournemain. Nous imaginons déjà les professeurs qui se créeront un dossier par classe puis inviteront leurs élèves à collaborer sur cet outil sans craindre qu’on ne siphonne leurs données. Mais aussi l’association sportive ou culturelle qui créera un dossier par commission (le dossier “événements”, le dossier “ateliers”, le dossier “conseil d’administration”…)

Les fonctionnalités de MyPads sont étendues (plus de 10.000 lignes de code ont été nécessaires à son développement !), et nous n’allons pas les énumérer ici. Sachez simplement qu’elles ont été faites pour vous aider à classer et à retrouver aisément les pads et dossiers que vous avez crées comme ceux où vous avez été invités ; mais aussi et surtout pour vous donner toute latitude de gérer cet espace privé de création comme vous l’entendez.

À vous de vous en emparer et de soutenir MyPads

Bien entendu, cette extension MyPads n’est pas réservée à Framapad… Vous pouvez d’ores et déjà l’installer vous-même sur votre instance d’Etherpad. Nous avons tenu à ce que ce soit un plug-in Etherpad pour une raison simple : qu’il soit très facile d’installation, directement depuis l’interface d’Etherpad, et que vous puissiez ainsi en faire profiter ainsi votre famille, ou vos collaborateurs quels qu’ils soient.

Le code est, bien entendu, aussi ouvert que Libre, et vous pouvez le retrouver sur notre dépot git afin de remonter un bug, d’y suggérer une amélioration, d’y proposer une traduction ou un apport ! Car si nous allons continuer à en suivre de très près l’évolution, ce code vous appartient désormais autant qu’à nous, et ce grâce à la générosité des 413 contributeurs et contributrices qui en ont financé la création (que des milliers de chatons leur tombent dans les bras, mais métaphoriquement parlant, sinon ça griffe).

les impatient-e-s peuvent cliquer sur l'image pour aller se créer un compte ;).
les impatient-e-s peuvent cliquer sur l’image pour aller se créer un compte ;).

Framasoft veut aussi en profiter pour remercier chaleureusement Fabien, qui a travaillé d’arrache-pied à son développement ; et toutes les personnes qui nous soutiennent, partagent nos projets et nous financent de leurs dons depuis des années. C’est, notamment, grâce à vos dons récurrents qu’on peut se projeter sur l’avenir et mener ainsi des projets sur un long terme.

À vous, désormais, de dégoogliser votre entourage en lui faisant goûter à MyPads !




Framadrive, conservez et synchronisez 2 Go sur nos serveurs

Il faut rester honnête : Dropbox est un service qui a su populariser l’usage du stockage et partage de fichiers dans les nuages, en proposant une « première dose gratuite. »

Dropbox, Google Drive, Icloud, OneDrive : tout le monde veut vos fichiers

Image de nos ami-e-s de la FSFe
Image de nos ami-e-s de la FSFe

Comme Google Drive, Icloud et Microsoft OneDrive, tout le principe de Dropbox repose sur le degré de confiance qu’on peut accorder à une société (ici DropBox.Inc) dont les clauses d’utilisation peuvent être changées jusqu’à s’autoriser le scannage et l’usage des fichiers que vous leur confiez. Bien évidemment, personne (à part ces GAFAM) ne connaît le code des logiciels qu’ils utilisent, et donc personne d’autre qu’eux ne peut en vérifier les failles de sécurité (ou les portes dérobées). Enfin, les relations douteuses que peuvent entretenir de tels hébergeurs avec les autorités limitent grandement les droits universels à la vie privée et à la liberté d’expression, en particulier lorsque nos données sont hébergés aux USA, sous l’autorité étasunienne.

Plusieurs alternatives libres existent et proposent des solutions pour avoir cette fameuse « clé USB en ligne », ce dossier synchronisé avec un serveur hébergé par soi-même ou son organisation (nombre d’entreprises ont déjà compris ces enjeux). Là encore, le logiciel Libre est une solution de premier ordre, parce que l’accès au code source permet de monitorer les failles de sécurité, d’y remédier rapidement, et de valider le degré de fiabilité du système. À ce titre Owncloud présente de nombreux avantages bien compris par de nombreuses organisations et c’est aussi la raison pour laquelle Framasoft a choisi de proposer cette alternative à la fois pour en faire la démonstration en tant que service et diffuser une méthode d’installation.

Et Framasoft présente : Framadrive

Chez nous la première dose ne sera pas seulement gratuite, elle sera surtout libre ! C’est sans doute, au fond, la principale différence avec les services centralisés les plus connus. Un logiciel Libre, connu, suivi… hébergé par une association rendue indépendante grâce à vos dons et qui a annoncé qu’elle n’a que faire de vos données (et ne les revendra pas, ne les transmettra pas).

Pour utiliser Framadrive, c’est simple :

  1. Créez-vous un compte sur Framadrive.org
  2. Téléchargez et installez le client Owncloud pour votre ordinateur et/ou votre mobile.
  3. Synchronisez votre compte Framadrive avec ces logiciels en mentionnant le serveur,
  4. Bravo, vous avez 2 Go d’espace sur notre disque !

anim_framadrive
animation CC-By-SA Gee

Dans un premier temps, nous allons ouvrir 1500 comptes en mode « premier arrivé, premier servi. » Suivant le succès du service, la charge de travail que cela nous demandera, et toujours selon les moyens que vous nous donnerez nous pourrons envisager d’en ouvrir à nouveau 1500 autres.

Seulement 2 Go ? Rien que 1500 comptes…?

Oui.

Framadrive ne souhaite pas devenir le nouveau Dropbox, pas plus que Framasphère ne veut remplacer Facebook à lui tout seul (il y a plein d’autres endroits où s’inscrire à Diaspora* ; et même d’autres réseaux sociaux Libres). Tout simplement parce que nous n’en avons pas les moyens, et que Framasoft n’a nullement envie de devenir une association avec 150 employé-e-s et une armée d’étudiants faisant du street marketing pendant vos soldes histoire de vous arracher des dons. 😉

framadrive2

Encore une fois, nous désirons simplement être une porte d’entrée vers des solutions Libres, Éthiques, Décentralisées et Solidaires. Si Framadrive convient et répond à vos besoins, on est ravis. Si vous voulez plus d’espace, que vous n’avez pas pu avoir de compte… ou tout simplement si après avoir goûté à cette solution Libre vous désirez votre indépendance, il y a des solutions à votre portée :

La dégooglisation ne se fera pas sans vous.

Avec Framadrive, nous voulons démontrer qu’encore une fois, le Libre propose des alternatives suffisantes et convaincantes aux services qui centralisent le web et pompes nos données. Mais cette démonstration ne servira à rien si vous ne vous en emparez pas.

C’est à vous, désormais, de partager cet article dès qu’une connaissance vous envoie un email d’invitation à Dropbox et consort. À vous de partager ces alternatives sur vos réseaux. À vous aussi, et enfin, de nous soutenir dans notre démarche et de nous aider à la poursuivre par vos dons et par vos participations

On compte sur vous pour faire vivre et de partager plus de Libre sur nos Internets.

cliquez sur l'image pour aller vous ouvrir un compte sur Framadrive
cliquez sur l’image pour aller vous ouvrir un compte sur Framadrive




Rejoignez IndieHosters, un réseau d’hébergeurs qui vous libère

Inviter les utilisateurs à reprendre le contrôle de leurs contenus, applications et données personnelles, comme nous proposons de le faire par petites étapes avec notre campagne Dégooglisons Internet, c’est aussi tenir compte des difficultés techniques qui doivent être surmontées. Car les opérations à réaliser ne sont pas si évidentes pour la plupart d’entre nous. Installer et maintenir son propre serveur, y installer des applications, en assurer la sécurité, autant de compétences à acquérir qui peuvent rebuter. Non, tout le monde n’a pas envie ni plaisir ni du temps pour apprendre des procédures et des lignes de commande, une maîtrise avancée des logiciels et matériels.

Aussi est-il réjouissant de voir émerger de nouvelles initiatives qui donnent un accès plus facile au plus grand nombre. Un mouvement se dessine depuis quelque temps, qui consiste à proposer davantage de services en ligne indépendants et qui évitent aux utilisateurs des procédures qui pourraient les décourager : owncloud, cozy, remotestorage… Voici maintenant une autre initiative intéressante qui pourrait bien changer la donne dans le monde de l’hébergement : le projet IndieHosters, propulsé par un duo de nerds qui n’en sont pas à leurs débuts.

C’est Pierre qui a accepté de répondre à nos questions en pleine campagne de financement participatif…


Bonjour, qui es-tu, ô hébergeur providentiel ?

pierre.jpeg Bonjour, je suis Pierre, et après avoir erré sur la façon d’apporter ma pierre à l’édifice, j’ai rencontré Michiel de Jong. Il m’a convaincu que pour nous, nerds, le meilleur moyen d’aider les gens était de leur fournir de l’hébergement. Et j’ai donc décidé de quitter mon emploi d’administrateur systèmes à Seedrs.com il y a 2 mois pour fonder avec lui IndieHosters.

Je suis les projets de Michiel sur Internet depuis un bout de temps déjà, il a créé le mouvement Unhosted, et plus récemment Terms of Service, Didn’t read. Cela fait maintenant 4 ans qu’il a quitté son emploi pour consacrer sa vie à sauver les Internets. C’est un nomade numérique qui vit de donations pour ses projets. Nous nous sommes rencontrés lors de l’organisation du meeting annuel de Unhosted à Unhos, près de Lisbonne où je réside.

Le site du projet le présente fort bien mais en anglais, pourrais-tu nous dire l’essentiel dans la langue de Benjamin Bayart… Hébergement d’accord, mais avec quelle “valeur ajoutée” ? Ce ne sont pas les hébergeurs qui manquent….Vous trouviez que les hébergeurs existants n’étaient pas à la hauteur ? pas assez libres ?

Comme les lecteurs habitués de ce blog le savent déjà, il existe une alternative propriétaire à chaque logiciel libre. Et ceci est valable sur votre ordinateur comme dans le nuage. Le problème dans le nuage, c’est qu’il existe une importante différence d’expérience utilisateur entre une application libre et une application propriétaire.

Prenons l’exemple d’une application de blogging. Si je vais sur une application propriétaire, skyblog par exemple, j’ai un bouton « Inscrivez-vous ». Si je vais sur une alternative libre, WordPress par exemple, j’ai un bouton « Télécharger ». Dans la famille Dupuis-Morizeau[1], pas un seul membre ne saura d’emblée quoi faire avec un fichier tar.gz !

Notre idée, c’est donc de remplacer tous ces boutons Téléchargez par Inscrivez-vous avec IndieHosters.

Il est vrai qu’il existe déjà énormément d’hébergeurs, mais pas un seul ne nous satisfait. Dans le cas de WordPress, on peut en trouver beaucoup, mais quid de l’hébergement de mes mails ? Gandi, c’est cool, mais c’est pas pour la famille Dupuis-Morizeau. Même si les interfaces se sont énormément simplifiées, cela s’adresse toujours à des administrateurs systèmes.

Et qui va faire de l’hébergement pour Wallabag à part Framasoft ? L’idée, c’est aussi de faire de l’hébergement pour toutes ces applications de niche. Notre but, c’est aussi que les gens qui font des applications libres pour le nuage puissent proposer des hébergeurs. Et c’est ce qui manque aujourd’hui !

Il est vrai par ailleurs que la plupart des hébergeurs ne sont pas très libres, ils utilisent pour la plupart des applications comme Plesk ou CPanel qui sont propriétaires. Mais surtout, ce qui est important pour nous est de donner accès à ces applications libres à tout le monde, et pas seulement aux geeks que nous sommes !

Il paraît que vous voulez re-décentraliser le Web ? Qu’est-ce que ça veut dire ?

On ne va pas re-décentraliser que le Web, on veut le faire aussi pour les mails, le xmpp, et d’autres. On veut re-décentraliser les Internets.

Mais parlons du Web, et particulièrement du Web 2.0. C’est une sacrée révolution en effet. On est passé d’un web statique au web des applications. Revenons seulement quelques années en arrière. Si vous avez vécu les années 90, vous vous en souvenez : vous utilisiez des applications sur votre ordinateur. Dans le cas d’un document texte, ça se passait bien. Vous aviez votre fichier sur votre bureau virtuel. Vous pouviez le modifier avec différents logiciels, Notepad sous Windows, vi sous GNU/Linux, ensuite le passer à un copain ou sur un autre appareil ne nécessitait qu’une disquette.

Le Web 2.0 a révolutionné cela. Les applications, dont votre Notepad, ont migré vers le Web. C’est devenu le Web des applications. En soi, c’est pas très grave. Le problème, ce sont les données produites par ces applications. Elles se sont retrouvés « enfermées » dans ces applications, qui sont devenues très populaires. En quelques années, quelques entreprises ont pris la main sur la majorité des données produites sur Internet.

Mais avant cette période, le Web des documents était décentralisé. Pour plusieurs raisons, on pense que cela est bien, et donc c’est pour cela que l’on veut re-décentraliser le Web[2].

— Pourquoi mettez-vous en avant l’aspect migrateur d’IndieHosters ? Mes données vont migrer d’un serveur à l’autre telles des hirondelles deuzéros ?

Reprenons l’exemple de Notepad avec l’application de blog. Le fichier texte, vous pouviez l’éditer avec n’importe quelle application. Aujourd’hui, si vous utilisez une application pour éditer votre billet de blog, même libre comme WordPress, il vous faut l’application en question. C’est assez ennuyeux, mais le mouvement unhosted, avec remotestorage essaie de résoudre ce problème. En attendant, si vous voulez migrer vos données associées à votre application, eh bien, il faut s’y connaitre. Et même les administrateurs systèmes les plus avertis vous diront que c’est la galère !

Pour nous, un utilisateur limité à un seul fournisseur de service pour son application n’est pas libre, même si le logiciel utilisé est libre. Et il y a plein de raisons pour lesquelles un utilisateur voudrait migrer :

  • un service moins cher ;
  • un service de meilleure qualité ;
  • un support dans sa langue ;
  • un choix plus large d’applications ;
  • le non-respect de la vie privée, la perte de confiance ;
  • l’interruption d’activité du fournisseur de service qui ayant fait fortune décide d’aller garder des chèvres dans le Larzac.

C’est pourquoi nous travaillons sur un format de migration standard avec une procédure standard, ainsi l’utilisateur pourra migrer d’un fournisseur de services à un autre et ce sans compétences techniques. Le plus beau dans tout cela, c’est que Framasoft pourra faire partie de ce réseau. Et lorsque les gens demanderont si http://degooglisons-internet.org/ ne va pas devenir un nouveau silo, on pourra répondre, que Framasoft fait partie d’un réseau de migration, donc pas de soucis, les gens seront libres de migrer ailleurs !

On aime vraiment le slogan de Cozy :

Vous allez rester parce que vous pouvez partir.

— Mais en réalité vous proposez un réseau d’hébergement ? est-ce que ça veut dire que vous proposerez aux souscripteurs plusieurs serveurs ?

En fait c’est un réseau d’hébergement comme les gîtes de France. Gîtes de France propose un label avec lequel, où que vous alliez, vous savez à quelle qualité de service vous attendre. Pourtant chaque hébergement est complètement indépendant des autres. IndieHosters, c’est un peu pareil, on partage la manière d’importer et d’exporter les données. Mais ensuite l’utilisateur final sera libre de choisir son hôte !

Ce réseau existe déjà ?

Oui, il existe déjà, vous avez le choix entre Michiel et Pierre. Je vous recommande Pierre car il parle bien mieux français que Michiel, mais Michiel se débrouille pas mal aussi dans la langue de Molière.

Ça concerne qui ce projet ? Quelle est votre “cible” ? Vous croyez vraiment que je vais être capable de me débrouiller avec la gestion de mon hébergement ? ouh là… ça me fait un peu peur moi toute cette arrière-boutique.

Ben justement, la cible c’est toi ! Il n’y a rien à gérer : si tu sais de quelles applications tu as besoin, on te les héberge et on s’occupe des détails techniques. J’ai fait le test avec ma sœur dont le profil est celui de Mme Dupuis-Morizeau (mais ma sœur a beaucoup plus de talent). Elle voulait un site pour montrer les bijoux et vêtements qu’elle fabrique. Je lui ai mis en place un WordPress. Elle qui n’y connaît pas grand-chose en informatique a pourtant réussi sans l’aide de personne à créer son site, fièrement hébergé par Pierre, un des IndieHosters !

Pour profiter de cet hébergement, il faut au préalable avoir un compte WordPress ou Known ?

Non, il suffit d’acheter le service, en ce moment en pré-vente sur IndieGogo. Ensuite, à partir de janvier, on commence à fournir le service.

2cats4hostage.jpg

— La préoccupation croissante en ce moment et sans doute pour un certain temps, c’est la sécurité et la confidentialité. Qu’est-ce que le projet IndieHosters apporte sur ces points ? Est-ce que je peux avoir confiance ? Leur nuage là c’est bien joli mais ça revient à envoyer mes données personnelles sur des machines qui sont loin et qui ne m’appartiennent pas hein…

En ce qui concerne la sécurité, nos configurations sont libres. On espère ainsi faire collaborer les utilisateurs et les hébergeurs pour fournir un service toujours de meilleure qualité. Pour ce qui est la vie privée, on estime que les utilisateurs ne devraient pas faire confiance à leur hébergeur. Et pour cela, on recommandera aux utilisateurs d’utiliser le chiffrement.

On commence par offrir seulement des applications de blogging. Dans ce cas-là, on fait de l’hébergement de données publiques. Ensuite, pour les autres applications, il va falloir voir au cas par cas. Je sais que owncloud propose du chiffrement côté serveur. Pour les emails, il n’y pas de soucis. On mise aussi sur le fait que les développeurs d’applications vont de plus en plus implémenter le chiffrement par défaut. Ainsi l’utilisateur n’aura pas à faire confiance à son hébergeur. Si l’utilisateur ne chiffre pas ses emails, il devra faire confiance à son hébergeur. Mais il va payer son hébergeur pour faire ce métier, il sait ainsi que l’hébergeur n’a pas à revendre ses données personnelles pour vivre. Et si à un moment il y a perte de confiance, il sera toujours libre de changer d’hébergeur facilement !

Le réseau que vous proposez est alléchant, mais aussi très ambitieux, comment allez-vous concrètement financer tout cela alors que vous affichez que vous hébergerez…

pour la liberté, pas pour le profit

indiehosters_homepage.png

L’idée, c’est que le réseau IndieHosters soit une CyberFondation à but non lucratif. Son rôle est de détenir la marque, les configurations, les documents et le format de migration. On pense à signer la charte de Framasoft aussi, pour être sûrs que cette CyberFondation fera les choses bien !

Ensuite, chaque IndieHoster, ou hébergeur indépendant qui fait partie de ce réseau, est libre de vendre son service comme il l’entend. Notre idée dans « par pour le profit » est que l’on veut simplement en vivre, et non générer des millions pour les actionnaires. Mais ce simplement en vivre peut être interprété différemment selon les personnes. En réalité on ne sait pas encore très bien comment cela va se passer. On pense au début à un tarif de 8 € par mois (deux bières !) tout compris avec une réduction de 10 % pour un abonnement à l’année. Et on veut aussi donner de l’hébergement gratuit aux associations ou autres particuliers. Mais dans un premier temps, il faut que l’on se consacre à se constituer un salaire mensuel. En ce moment, on se paye 10 € de l’heure et c’est bien suffisant. On verra petit à petit comment faire.

indieHosters2morizeau.png

Si vous voulez le service, allez directement sur IndieGoGo, on fait une pré-vente. Un nom de domaine avec une application pour faire partie de l’IndieWeb pour la modique somme de 50 € pour un an de service ! Dépêchez-vous, il n’y en aura pas pour tout le monde !

Merci pour ce projet auquel Framasoft souhaite une pleine réussite. N’hésitez pas à participer au lancement d’IndieHosters, et que mille hébergeurs indépendants se lèvent !

Encore des liens

Le site du projet : https://indiehosters.net/

Si vous souhaitez participer à ce projet, il est open source, contribuez sur le github !

L’appel à financement participatif : https://www.indiegogo.com/projects/indiehosters

Le site de Pierre Ozoux : https://pierre-o.fr/

Les deux fondateurs du projet expliquent en vidéo (sous-titres en français en cliquant sur le petit logo CC) : http://igg.me/at/IndieHosters/x

Notes

[1] Durement éprouvée au plan psychologique depuis qu’elle a rejoint la communauté du Libre où elle a découvert sa popularité de mauvais aloi, l’authentique Mme Michu a demandé qu’on cesse de la mentionner. Le Framablog a décidé d’employer désormais l’exemple des Dupuis-Morizeau, une sympathique famille recomposée qui vit en Normandie.

[2] Pierre vous recommande au passage un document sur le sujet, à voir ou à revoir : Benjamin Bayart, Internet ou le minitel 2.0




Mes données dans un nuage ? — Oui mais le mien

Plutôt que de se résigner à l’usage de services en ligne n’offrant aucune garantie réelle de confidentialité, Frank Karlitschek a décidé de ne pas se contenter de prêcher la bonne parole mais de passer à l’acte en élaborant (avec d’autres) un projet qui remporte un succès grandissant : un logiciel libre et open source de stockage de données. En revenant sur l’historique du projet ownCloud, il nous rappelle au passage les clés de la réussite (ne perdons pas de vue la proportion importante de projets open source qui n’aboutissent jamais) : développement collaboratif du code ouvert, prenant appui sur des outils et choix techniques ayant déjà une large base de développeurs, flexibilité, compatibilité multi-plateforme…

Cet article donne quelques indications plus précises sur les technologies mises en œuvre qui peuvent laisser perplexe le lecteur non développeur, mais la démarche et la philosophie de l‘open source y apparaîtront pour tous avec clarté. L’enjeu, c’est de rendre à l’utilisateur le contrôle de ses données.

Au fait, Framasoft dispose depuis un an de son propre ownCloud [1], pourquoi pas vous ?

Pourquoi j’ai créé OwnCloud et l’ai rendu open source

par Frank Karlitschek, fondateur de ownCloud et mainteneur de l’architecture globale du projet.

Article original : Why I Built OwnCloud and Made It Open Source Traduction Framalang : Asta, r0u, KoS, Wan, Omegax, goofy, Diab

Il y a 4 ans, j’étais au CampKDE à San Diego, je donnais une conférence sur la protection des données, mettant en garde le public sur les risques pour leur vie privée auprès des fournisseurs de cloud – en particulier Dropbox. « — Eh bien fais-le toi-même », m’a-t-on dit. Bien sûr, j’avais déjà créé des choses dans le passé, alors bien sûr, j’ai dit que j’allais le faire. Et c’est là que j’ai commencé mon odyssée, en premier lieu pour me protéger moi-même, mes amis et mes collègues de l’espionnage des gouvernements et d’autres méchants, et plus tard – quand j’ai vu l’intérêt croître dans le monde – pour concevoir un projet concret et efficace.

je n’avais pas envie d’envoyer mes données à un service tiers pour qu’il les stocke on ne sait où

Évidemment, je devais décider d’un certain nombre de choses avant de commencer, notamment ce que je voulais que fasse le logiciel, quelle plateforme de développement utiliser, comment le structurer et bien sûr il fallait que je lui trouve un nom : ownCloud (NdT : littéralement, « le nuage qu’on possède »).

Mes amis et moi avions besoin d’un moyen de synchroniser nos images, nos documents et même nos vidéos en passant d’un appareil à l’autre (au lieu d’utiliser une clé USB), nous voulions aussi partager ces fichiers avec nos amis et nos proches. À l’époque, Dropbox devenait très populaire, mais je n’avais pas envie d’envoyer mes données à un service tiers pour qu’il les stocke on ne sait où. Je voulais créer une plateforme que mes amis puissent utiliser sur les espaces de stockage qu’ils avaient déjà, à la différence du cloud, pas seulement pour synchroniser et partager, mais aussi une plateforme assez flexible pour qu’on puisse y créer des applications.

Bien sûr ownCloud allait être open source.

Je faisais déjà partie de la communauté open source, mais ce n’est pas la seule raison. En faisant de l‘open source je concevais un code qui serait complètement transparent (et donc aurait peu de risques de comporter des « portes dérobées » pour entrer dans mes données). De plus je pouvais compter sur un grand nombre de personnes animées des mêmes convictions pour m’aider à créer ownCloud, je n’étais donc pas tout seul. Et je pouvais réutiliser les technologies d’autres projets. Comme SABREDAV, qui est le framework que nous utilisons pour la communication WebDAV du serveur (CalDAV, CardDAV et WebDAV sont tous utilisés par ownCloud), et nous utilisons aussi jQuery. Nous avons également utilisé csync pour les capacités de synchronisation bi-directionnelle du client de bureau et Qt pour l’interface utilisateur multi-plateforme. Je n’ai pas eu à réinventer la roue une fois de plus, je n’ai eu qu’à assembler ce qui existait déjà pour que tout fonctionne.

Mais comme je l’ai déjà dit, je savais ce que je voulais : ownCloud devait être plus qu’une « app ». Bien sûr, stocker les données d’une manière sûre et sécurisée est une chose importante. Mais en fin de compte, les gens veulent faire quelque chose de leurs données, alors j’ai voulu ajouter davantage de fonctionnalités à travers les applications ownCloud. Les applications sont des extensions qui peuvent implémenter des fonctionnalités telles que la détection de virus, la journalisation des accès et des changements de fichiers, le versionnage, le chiffrement, l’édition de fichiers et bien d’autres choses. Ce genre d’intégration du stockage de fichiers avec d’autres services est essentiel pour le développement futur.

Je voulais que mon projet soit flexible, de sorte que les gens puissent s’appuyer sur ownCloud (et beaucoup l’ont fait, avec une application type « Google News », un streamer de vidéos, un lecteur de musique, un calendrier – et plus encore) et que ownCloud puisse s’intégrer dans de nombreux environnements. Par exemple, n’importe quel client WebDAV devait pouvoir accéder à ownCloud dès le départ et le concept d’applications internes est là aussi depuis le début du projet.

Bien entendu, nous sommes plus avancés à présent — il y a des API de partage et d’administration, des API internes pour les applications utilisant OCS, il existe des bibliothèques pour mobile (que nous avons rendues open source) et qui permettent l’intégration à d’autres applications mobiles, une base de données clés-valeurs pour un usage général de stockage de données, de synchronisation, et davantage encore. Ensuite, il y a l’intégration de systèmes de stockage externe comme FTP, S3, SWIFT, CIFS, iRODS et beaucoup d’autres. Mais même à l’époque où nous avons commencé, les intentions étaient claires – construire quelque chose d’assez flexible pour que les gens puissent créer des solutions auxquelles nous n’avions pas pensé.

Et c’est justement ça, la puissance de l‘open source.

Nous (ma communauté grandissante et moi) avons évalué différentes options pour trouver la bonne technologie qui pourrait tourner sur chaque plateforme, du micro serveur jusqu’à des clusters de serveurs, qui aurait toutes les fonctionnalités et serait connue d’un grand nombre de développeurs. C’est pourquoi nous avons opté pour PHP et JS pour la partie serveur, C++ pour la synchronisation des Clients, Objective-C pour iOS et Java pour Android.

Il y avait plusieurs critères architecturaux à remplir dès le départ : multiplateforme, facilité d’extension, support des infrastructures, haute disponibilité basée sur les composants les plus largement utilisés. Donc, nous avons choisi PHP, pour cibler la pile « LAMP » (Linux / Apache / MySQL / PHP) qui est la plus répandue et éprouvée des plateformes permettant tout cela.

C’est également un projet open source et PHP est disponible gratuitement, facile à trouver, et multiplateforme (variantes Windows et Linux, IIS, Apache et autres serveurs Linux). Il bénéficie d’une communauté massive de développeurs dont beaucoup sont très expérimentés. Enfin, c’est un langage facilement accessible pour la communauté. Avec tout ça, c’était une évidence.

Franck Karlitschek le créateur de ownCloud

« L‘open source est la seule solution pour un stockage de données réellement sécurisé »

Comme j’ai commencé ce projet par une conférence sur la sécurité et la confidentialité, il était essentiel d’avoir la meilleure sécurité possible pour les API. J’ai choisi un chiffrement SSL fort pour toutes les API WebDAV et REST. L’authentification est faite via la méthode basique, qui est très simple et facile à gérer. On peut également utiliser SAML, fourni au travers de son implémentation Shibboleth. En complément OAuth et l’authentification à deux facteurs sont disponibles, et nous profitons même de la flexibilité de ownCloud pour intégrer un backend personnalisé, en utilisant des jetons à la place des mots de passe standards.

Je suis convaincu que le stockage de fichiers n’est pas seulement un service web ou une infrastructure informatique de plus. C’est là où les gens et les entreprises stockent et gèrent leurs données les plus importantes. C’est pourquoi il est essentiel de le rendre aussi sécurisé que possible. Avec un logiciel propriétaire, vous ne pouvez jamais être sûr qu’il n’y a pas une porte dérobée ou d’autres problèmes de sécurité. L’open source est la seule solution pour un stockage de données réellement sécurisé. Voilà ce que j’ai fait et pourquoi je l’ai fait. J’ai mis à ce travail toute ma passion pour l‘open source et il a aussi demandé beaucoup de soin !

Notes

[1] Tiens par exemple, vous voulez de quoi imprimer de chouettes posters qui expliquent ce qu’est le logiciel libre ? C’est par là




Manger la pâtée de son chien

Le titre de ce billet vient de l’expression « Eating your own dog food » signifiant qu’il est bon de suivre ses propres recommandations.

Crédit photo : Birhanb – CC by-sa
Crédit illustration : Framasoft Campagne 2013 – Simon Gee Giraudot – CC by-sa

Lors de notre campagne de dons 2013, nous avions proclamé « Moins de Google et plus de Libre ». En effet, cela fait un bout de temps que l’actualité tourne autour du géant du Web pour son côté « Don’t be Evil [mais un peu (beaucoup ?) quand même] » et que nous vous encourageons à vous méfier de lui et de ses semblables… sans que nous suivions pour autant nos propres recommandations !

Un chiot en train de manger du yaourt

Google Analytics pour nos statistiques, Google Groups pour nos listes de diffusion, Google Mail pour nos adresses mail associatives, etc. La liste est longue et nous accable chaque jour un peu plus. Nous ne comptons d’ailleurs plus le nombre de fois où l’on nous reproche — avec raison — d’utiliser les services Google.
Le cas de Google Groups est particulièrement parlant : si on peut s’abonner librement à une liste de diffusion de ce service, le faire sans disposer d’un compte Google relève du parcours du combattant.

Google nous a séduit à l’époque par sa facilité d’emploi, ses nombreux outils disponibles et son slogan que nous aimions croire. Notre croissance a été peut-être un peu rapide et nous avons choisi des solutions de facilité.
Il faut cependant noter, à notre décharge, que ces solutions présentaient au moins le mérite d’être gratuites, et ne nécessitaient aucune maintenance particulière si ce n’était un peu d’organisation. Pouvoir “compter” sur les serveurs de la Firme était clairement une question de confort et de disponibilité de main d’œuvre. Il faut aussi se souvenir qu’il y a peu de techniciens purs et durs dans nos rangs.

Google devient chaque jour de plus en plus omniprésent, intrusif et laissant de moins en moins de choix à ses utilisateurs, comme l’obligation récente d’avoir un compte Google+ pour commenter des vidéos Youtube. Sans parler de sa soumission à la NSA (#Prism, #Snowden), Voilà qui n’est vraiment pas dans l’esprit de Framasoft 🙁

Mais en 2014, nous nous libérons de nos chaînes ! Tel le fils prodigue, nous revenons à la maison. Nous quittons cette cathédrale si confortable pour rajouter de nouvelles pièces à notre auberge espagnole, ce joyeux bazar.

Framasoft Campagne 2013 - Simon Gee Giraudot - CC by-sa

Au menu de cette grande campagne de migration, nous remplacerons :

  • Google Mail par Bluemind ;
  • Google Groups par Sympa ;
  • Google Docs par un mélange d’Etherpad, d’Owncloud et peut-être aussi de WebODF ;
  • Google Analytics par Piwik ;
  • Github par GitLab (parce qu’il n’y a pas que Google qui n’est pas libre)[1].

Le calendrier de cette migration, s’il n’est pas gravé dans le marbre est tout de même plus ou moins déjà écrit.
Ainsi, le 1er février, nous aurons effectué la migration de nos boîtes mail vers notre propre infrastructure.

Chacune des étapes de notre libération fera l’objet d’un billet dédié pour vous tenir au courant de nos avancées et — pourquoi pas ? — vous donner envie de suivre notre exemple.

Cette année sera aussi celle du grand ménage dans nos serveurs. Un grand bric-à-brac monté au fil des années, pas forcément maintenu comme il faudrait, mélangeant les applications critiques et moins critiques. Nous allons nous doter d’outils nous permettant une plus grande souplesse d’utilisation, comme Ganeti[2] pour monter une infrastructure virtualisée.
Cette souplesse nous permettra par exemple d’expérimenter facilement de nouveaux services à vous proposer (Sneak preview) tout en réduisant le temps — relativement conséquent aujourd’hui — à consacrer à la maintenance de notre infrastructure.

Nous tenions à vous l’annoncer non seulement dans un souci de transparence, mais aussi pour vous permettre de suivre et vous montrer — au fil de nos avancées — comment nous répondons à notre défi « Quitter Google ». Peut-être cela pourra-t-il inspirer votre entreprise, votre administration, votre association… à se lancer ce même défi.

C’est en grande partie grâce à vos dons que nous pouvons dégager le temps et trouver les talents pour atteindre cet objectif. Si vous trouvez la démarche intéressante, n’hésitez pas à nous soutenir afin de nous permettre de continuer notre action.

L’équipe Framasoft

Notes

[1] Nous conserverons toutefois un miroir de nos projets sur Github, pour la visibilité

[2] Arrh, oui, on sait que c’est un outil développé par Google, mais c’est un outil libre quand même