1

Je suis libre, tu es livre, elle est libre

Prof de maths, je suis un (petit) fonctionnaire de l’état français. Chaque année à la rentrée scolaire, je reçois ma « roadmap » (comprendre mon emploi du temps) qui, au jour et à l’heure près, sera toujours la même, semaine après semaine, jusqu’aux prochaines vacances d’été. Ces fameuses vacances que d’aucuns nous envient et que nous sommes des millions à prendre au même moment.

La vie de ma sœur est à bien des égards plus libre que la mienne. On peut s’en rendre compte en parcourant son premier roman, Nos mots croisés, qui, pour ne pas être directement autobiographique, nous révèle beaucoup de son histoire et de sa personnalité.

Ce roman n’est pas sous licence libre, contrairement à tous les livres de la collection Framabook que j’anime. Que peut-on en conclure ? Rien, si ce n’est que la liberté est toute relative.

Dois-je le préciser ? Ce court préambule n’avait pour objet que de tenter maladroitement de justifier la présence de ce petit clip (auto)promotionnel ci-dessous, au demeurant fort sympathique.

J’ai bien essayé de refuser en arguant que ça allait râler parmi les fidèles, et que de toutes les façons le Framablog ne correspondait pas au « cœur de cible » du roman. Elle m’a répondu que c’était du n’importe quoi, qu’elle le visitait bien elle mon foutu blog (contrairement à moi qui ne visite pas le sien), que je ne voulais pas la soutenir et que puisque c’était comme ça elle allait retenir sa respiration jusqu’à ce je place sa vidéo en ligne.

(Soupir)

J’espère que vous ne me tiendrez pas rigueur d’avoir cédé, tiraillé que j’étais entre la cohérence éditoriale du Framablog et le souci de conserver un semblant de quiétude familiale.

PS : Ceci étant dit, je l’ai lu son bouquin et j’ai été sincèrement épaté par la qualité de la plume et la finesse du style. Je vous le recommande, en toute… subjectivité bien sûr !




Et les Geekscottes se couchèrent sur le papier…

Geekscottes - CouvertureUne petite surprise vous attend aujourd’hui à l’Ubuntu Party parisienne, sur les stands d’InLibroVeritas et Framasoft.

Il y aura bien sûr notre framabook best-seller « Simple comme Ubuntu », dans sa toute nouvelle version 9.04.

Mais on trouvera également, pour la première fois couchées sur le papier, les célèbres Geekscottes de Nojhan (il se murmure même que leur auteur passera nous dire un petit bonjour).

Je laisse l’auteur vous présenter l’ouvrage :

Et voilà, grâce à l’action conjuguée des éditions In Libro Veritas et de Framasoft, une édition papier minimaliste des geekscottes viens d’être imprimée. Elle sera vendue au prix de 5 euros, sur lesquels l’intégralité des droits sont perçus par Framasoft. La BD comprend 32 pages, avec 49 strips, dont une bonne partie des premiers, pour l’occasion remis en forme avec le nouveau design des personnages. Une certaine forme d’inédit que vous ne verrez pas sur le site, donc. Les heureux participants à la Ubuntu Party 9.04 se tenant les 16 et 17 mai à la Cité des Sciences, à Paris, peuvent déjà acheter les premiers exemplaires (comme quoi être linuxien amène certains avantages).

Et en bonus une planche spécialement créée pour l’occasion :

Geekscottes - Nojhan - CC by-sa

Et pour les autres, rendez-vous sur le site d’InLibroVeritas, ainsi qu’aux prochaines manifestations à commencer par les Rencontres Mondiales du Logiciel Libre de Nantes en juillet prochain.

Merci à Nojhan pour son talent (mais aussi pour sa participation originale à notre campagne de soutien).




Le petit livre mauve (et libre) de Nicolas Dupont-Aignan

Le petit livre mauve - Nicolas Dupont-Aignan - ILV - CC by-saTous ceux, nombreux, qui ont suivi les débats à l’Assemblée autour du projet de loi Création et Internet, auront peut-être découvert ou en tout cas retenu les noms de certains parlementaires qui auront tenté jusqu’au bout de refuser cette loi inique.

Le député Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la République, était de ceux-là.

Or, celui qui a comparé les pro-Hadopi « aux moines copistes qui voulaient emprisonner Gutenberg et interdire l’imprimerie », nous revient aujourd’hui avec un livre original et très certainement pionnier en son genre en France : Le petit livre mauve.

Ce livre, qui s’inscrit dans la perspective des élections européennes (à ce propos n’oubliez pas Le Pacte), est selon ses dires un abécédaire « de l’Europe qui marche sur la tête… et qu’il faut remettre sur ses deux jambes ! »

Il ne s’agit pas pour moi ici d’en faire la critique politique, mais de souligner que ce livre est rien moins que disponible chez InLibroVeritas[1], sous licence, tenez-vous bien, Creative Commons By-Sa !

Et dans sa version print (comprendre vraie livre physique) il ne vous en coutera que 2 €.

Voici ce qu’on peut notamment lire sur le blog de Nicolas Dupont-Aignan :

Ce livre est publié par Inlibroveritas, une maison d’édition originale qui fait le pari innovant de l’émergence d’un nouveau modèle économique et culturel du livre, fondé sur l’accès gratuit aux œuvres sur internet. Créée en 2005 par Mathieu Pasquini, Inlibroveritas édite des livres sous licences totalement libres de droits, qui sont diffusés à la fois sur support physique payant et sur support numérique gratuit par internet. Le site communautaire d’Inlibroveritas constitue ainsi une sorte de bibliothèque ouverte contenant toutes les œuvres publiées par cette maison et qui draine plus d’un million et demi de connexions par mois. La démarche d’Inlibroveritas s’inscrit dans le concept d’ « édition équitable », qui est un peu au livre ce que la licence globale – l’un des combats majeurs de Debout la République – est à la musique et au cinéma.

Ce n’est certainement pas ceci qui me fera voter pour lui, mais cela y participe.

D’autant qu’avec ce modèle il est bien plus facile de s’informer de ce que l’homme politique a à dire et à proposer.

Notes

[1] Il est également à noter qu’InLibroVeritas inaugure une nouvelle collection, Science Libre, avec comme premier ouvrage L’évolution du vivant expliquée à ma boulangère de Virginie Népoux (toujours sous la très libre licence Creative Commons By-Sa).




Le framabook « Simple comme Ubuntu » version 9.04 sera de la party !

Framabook - Simple comme Ubuntu 9.04 - Didier RocheC’est désormais une histoire bien rodée. Quelques jours à peine après la sortie de la nouvelle version d’Ubuntu, parait la nouvelle version mise à jour du framabook correspondant (dont vous trouverez ci-dessous la liste des principales modifications effectuées).

Nous voici donc fiers d’annoncer aujourd’hui la sortie du « Simple comme Ubuntu » (alias le SCU pour les intimes) spécialement dédié à la version 9.04 Jaunty Jackalope de la célèbre distribution.

Prenez deux téméraires Jedi qui, après des mois (parfois des années) de tergiversation, souhaitent enfin « passer à Ubuntu ». Le premier a pris soin de se munir du SCU mais pas le second.
Qui a selon vous le plus de chances de réussite ?

Il n’y a pas à dire, ce SCU c’est une redoutable arme de migration massive 🙂

Ne changeant pas une équipe qui gagne, on retrouve toujours Didier Roche (alias Didrocks pour les intimes) aux manettes et toute la mailing-list « framabook » pour la relecture aussi rapide qu’efficace, sans oublier Mathieu Pasquini d’InLibroVeritas qui fait en sorte que le framabook se métamorphose en vrai beau livre de 350 pages avec plein de copies d’écran inside.

Comme d’habitude vous pouvez le télécharger sur le site Framabook, et comme d’habitude nous vous remercions de nous soutenir en achetant le livre chez InLibroVeritas pour démontrer que l’on peut proposer des livres sous licence libre sans sacrifier à la réussite économique du projet.

Niveau timing ça tombe plutôt bien parce que nous serons en effet à même de le proposer sur les stands de la toute prochaine Ubuntu Party 9.04 qui aura lieu à Paris le 16 et 17 mai au Carrefour numérique de la Cité des sciences et de l’industrie (cf programme détaillé).

Nous vous y attendons nombreux…

Changelog de cette nouvelle version

  • Ajout d’une section expliquant le rôle de Canonical dans Ubuntu.
  • Quelques explications supplémentaires sur comment démonter les clefs USB.
  • Petites imprécisions corrigées sur le shell/console.
  • Effectuer un homicide -> effectuer un logicide est plus approprié.
  • Compléments sur la politique de mise à jour des logiciels d’Ubuntu.
  • Mise à jour de la procédure de partitionnement d’Ubuntu. Redéfinition de l’écran correspondant.
  • Petite note à propos de l’EXT4 disponible 🙂
  • Mise à jour du nombre d’utilisateurs du forum d’Ubuntu-fr.
  • Quelques changements dans les chaînes de traduction :
    • Remplacement des titres de l’onglet Sources de logiciels.
    • Système -> Préférences -> Résolution de l’écran devient « Affichage ».
    • Préférences -> Sessions devient Applications au démarrage (chapitre 3 et 6).
    • Network Configuration -> Connexions réseau (chapitre 3 et 4).
    • Suppression de l’outil « Recherche et indexation ».
    • Ajout de Computer Janitor.
    • Create a USB startup -> Créateur de disque de démarrage USB.
    • Sources de logiciels -> sources de mise à jour (tout au long et de nombreuses fois dans le livre).
  • Suppression de verrouiller l’écran, fermer la session et éteindre dans le menu système. Par conséquent, refactoring complet des sections pour la gestion de ces actions à partir du menu FUSA.Changement d’utilisateur et de l’invité par session d’invité. Ajout également de la gestion des états dans le messenger. Par conséquent, modification de la section « Verrouiller son ordinateur ».
  • Correction des espaces ajoutées dans wget -q http :// (passage dans le mode Anglais dans la feuille de style par éviter que Babel le rajoute).
  • Changement dans les remerciements (Jokx a enfin un nom ! Joseph Maillardet).
  • Petit changement de la bilbiographique.
  • Iptables : explication de la politique de ports ouverts par défaut d’Ubuntu.
  • Mise à jour de la description de StarDict par l’upstream eux-mêmes 🙂
  • Giver et Miro ont été ajouté.
  • World of Goo est cité en tant que jeu natif.
  • Déplacer un tableau de bord demande maintenant l’appuie sur la touche Alt, plus de tableau de bord déplacé par inadvertance (merci la release note de GNOME 2.26, je n’aurais jamais fait attention à ce changement sinon :)).
  • Il n’y a plus d’affiche « pilote pris en compte » après un redémarrage de l’ordinateur après installation de pilote propriétaire.
  • Ouvrir un nouvel onglet par ctrl + T dans Firefox (uniquement cité dans Nautilus)
  • Modifier le nombre de bureaux virtuels par clic-droit sur l’applet.
  • Remplacement de Freeciv par Freecol, plus avancé et dans les dépôts maintenant.
  • Simutrans est désormais installable depuis les dépôts
  • Ajout de mention solo ou multi-joueurs pour les FPS et les RTS
  • Modification de la gestion des langues dans la 9.04 : nouvelle fenêtre, nouvelles fonctions…
  • Mises à jour des textes et des images vers Jaunty Jackalope.
  • des tonnes de reformulations, correction de nombreuses petites coquilles (de quoi faire quelques pates ;)), etc.



Interview de François Elie par Intelli’n TV

J’ai lu le livre Économie du logiciel libre de François Elie, pendant les vacances de Pâques et je l’ai trouvé très intéressant et… enrichissant !

J’ai prévu d’en faire un billet dédié sur ce blog, expliquant pourquoi ce livre est assurément à posséder dans sa bibliothèque (la vraie, pas la virtuelle), et pourquoi j’oscillais entre l’accord total avec ses dires et quelques réserves d’ordre « politique » qui tiennent principalement de la différence d’approche entre « l’open source » et le « free software».

Or mon emploi du temps est en train de craquer… et moi avec ! Dans ce contexte il me semble plus sage de commencer par relayer cette tout aussi intéressante interview en quatre parties, réalisée tout récemment par Interlli’n TV (licence Creative Commons By-Sa).

1. Définition du libre

La vidéo au format OGG à télécharger (73 Mo)

2. La communauté et son rôle

La vidéo au format OGG à télécharger (84 Mo)

3. Les bénévoles et les GULs

La vidéo au format OGG à télécharger (128 Mo)

4. Oracle/Sun et les risques que courent l’open source

La vidéo au format OGG à télécharger (60 Mo)

PS : Un dernier mot sur le livre, son blog.




L’avenir du livre reste à écrire…

Richardmasoner - CC by-saLe succès récent du lecteur de livre électronique Kindle 2 d’Amazon est venu nous rappeler que le monde de l’édition ne pourra être longtemps épargné par les bouleversements technologiques actuels. Ce n’est qu’une question de temps, celui que mettra l’industrie à nous offrir un réel confort de lecture numérique, accompagnée par une offre plurielle au prix raisonnable et… aux formats ouverts !

Le meilleur moyen d’appréhender la nouvelle donne qui s’annonce et d’en mesurer dès à présent les enjeux est certainement de parcourir l’excellent blog La Feuille.

Quant à nous, après avoir évoqué, non sans ironie, la question du piratage, nous vous proposons une traduction du Guardian qui témoigne du fait que, comme pour la musique, c’est tout la chaîne de production qui risque d’être bientôt impactée[1].

Sans oublier bien sûr notre projet de livres libres Framabook en partenariat avec InLibroVeritas (et Les Complexes).

L’avenir de l’édition : aussi terrifiant qu’un récit de Stephen King ?

The future of publishing: as frightening as any Stephen King story?

Naomi Alderman – 17 février 2009 – The Guardian
(Traduction Framalang : DonRico et Goofy)

Pour le livre électronique, on est à mille lieues de se soucier du piratage.

La révolution du livre électronique est peut-être en marche. L’année dernière, Amazon a sorti son lecteur d’e-books, le Kindle, et estime qu’il s’en est vendu plus que d’iPods lors de leur première année de commercialisation. Il y a peu, Amazon a sorti le Kindle 2, lequel était accompagné, pour fêter l’événement, d’une nouvelle écrite pour l’occasion par Stephen King.

Parmi mes interlocuteurs dans le monde de l’édition – auteurs, agents, responsables éditoriaux et éditeurs d’œuvres numériques –, la portée d’une révolution du livre électronique suscite à la fois un grand intérêt et une vive inquiétude. Les éditeurs craignent les possibilités de piratage. Si l’on prend l’exemple de l’industrie du disque, cette inquiétude peut sembler légitime. Trouver des livres électroniques piratés n’a rien de difficile : en cherchant « eBook Stephen King » sur Google, on récolte des tas de liens. Cela ne pose pas de problème pour l’instant car dans leur grande majorité, les lecteurs n’aiment pas lire de longues œuvres sur un écran d’ordinateur. Si un appareil offrant un plus grand confort de lecture se démocratisait – et même le Kindle permet à ses utilisateurs de lire des PDF grâce à un système de conversion « expérimentale » –, la donne changerait rapidement.

Mais les inquiétudes concernant le piratage ne sont peut-être qu’un leurre. La démocratisation du lecteur de livres électroniques pourrait avoir un effet bien plus immédiat et plus profond sur la façon dont on publiera et vendra les livres, et Stephen King nous en a offert un parfait exemple. En 2000, il a publié son roman The Plant sous forme d’e-book, découpé en épisodes. Il l’a mis à disposition sur son site Web, se passant ainsi d’éditeur. Dans les grandes lignes, l’expérience s’est soldée par un échec : on peut lire d’intéressantes analyses à ce propos sur Salon, Wikipédia et Another Sky Press. La démarche fonctionnait selon un modèle économique très particulier, mais la plupart des lecteurs potentiels ne possédaient pas d’appareil sur lequel il était plaisant de lire un long e-book.

Si les ventes de lecteurs d’e-books décollaient, en revanche, des auteurs de renom tel que Stephen King pourraient passer à l’auto-publication. Et cela pourrait marquer la fin du système éditorial tel que nous connaissons à l’heure actuelle. À cause de la structure de l’édition, ce sont les auteurs de renom dont les livres se vendent par millions qui, de fait, soutiennent l’industrie à bout de bras. J’ai lu diverses statistiques concernant le pourcentage de livres qui génèrent vraiment des bénéfices. Un agent littéraire que j’interrogeais m’a expliqué que 95% des œuvres publiées n’étaient pas rentables. D’autres m’ont indiqué des nombres moins élevés. Quoi qu’il en soit, tout le monde s’accorde à dire qu’une grande majorité des bénéfices provient d’une petite minorité d’auteurs.

Si Stephen King, Dan Brown, JK Rowling et Patricia Cornwell décidaient de concert de vendre leurs livres eux-mêmes en ligne au lieu de passer par une maison d’édition, ils en tireraient sans aucun doute des avantages financiers. En gros, un auteur ne touche qu’une livre (Ndt : un peu plus d’un euro) sur chaque exemplaire vendu. Au lieu de s’en remettre à un éditeur, les auteurs de renom pourraient se permettre de n’employer qu’un assistant d’édition, un attaché de presse, un compositeur et un graphiste. Ils pourraient vendre leurs livres seulement 2 ou 3 livres et gagner malgré tout plus d’argent qu’avec le système actuel.

Mais sans les revenus générés par ces auteurs pour maintenir à flot les éditeurs, le système actuel ne serait plus viable. Que se passerait-il alors ? Difficile de le savoir. À l’évidence, les maisons d’éditions devraient réduire leur taille, et les auteurs qui ne connaissent pas un immense succès international ne pourraient bénéficier d’avances sur droits d’auteurs fort utiles. Il serait plus difficile de continuer à écrire lorsqu’on serait un écrivain moyennement vendeur, à moins de bénéficier d’une source de revenus personnelle. Les lecteurs chercheraient toujours à découvrir de nouveaux auteurs formidables, aussi les marques des éditeurs connus conserveraient leur valeur, car elles permettraient aux lecteurs de séparer le bon grain de l’ivraie. Mais Penguin, Harper Collins et Random House pourraient se réduire à des icônes sur des canaux d’agrégateurs de livres électroniques et n’être plus les moteurs de la production éditoriale qu’elles sont aujourd’hui.

Étant moi-même auteur, j’évoque souvent les mérites du livre électronique et l’intérêt que je porte aux nouvelles possibilités de création qu’il permet. De plus, je ne doute pas que les lecteurs auront toujours envie de lire d’excellents livres. Mais toute révolution est terrifiante, et celle-ci pourrait être aussi effrayante qu’une histoire de Stephen King.

Notes

[1] Crédit photo : Richardmasoner (Creative Commons By-Sa)




Scoop : Christine Albanel publie sous licence libre un livre sur le partage !

Sebastian Bergmann - CC by-saSi seulement c’était vrai… Bien que le premier avril soit passé depuis longtemps, vous devez vous en doutez un peu : mon titre n’est qu’un fake.

Je plaide coupable donc. Mais coupable par approximation parce qu’à quelques milliers de kilomètres au nord près, j’avais bon !

En effet, je me suis juste trompé de ministère et de pays puisqu’aujourd’hui, en Norvège, Madame Heidi Grande Røys (sur la photo ci-contre[1]), ministre de l’Administration publique et de la réforme, publie un livre sous licence Creative Commons By-Sa.

Il s’intitule Delte meninger, est accompagné d’un site participatif autour du projet, et, à en croire le blog des Creative Commons, il porte sur le partage et l’aspect social des réseaux informatiques et d’Internet.

Merci à tout visiteur qui comprend un tant soit peu le norvégien de nous en dire plus dans les commentaires. Parce qu’avec l’outil de traduction Google appliquée à cette page du site, on se retrouve avec des morceaux intéressants (le procès du The Pirate Bay, évocation des logiciels et de la culture libre…) pour un titre aux accents étranges : « La paix, la liberté, et tout est gratuit ! ».

En attendant, et quand bien même nous n’en connaissons pas encore le contenu dans le détail, on ne peut que saluer l’initiative. Nous y viendrons nous aussi en France, même si visiblement il faudra s’armer d’un peu de patience…

Notes

[1] Crédit photo : Sebastian Bergmann (Creative Commons By-Sa)




Faute de pirates, le livre électronique restera-t-il à quai ?

Curiouslee - CC byL’iPod d’Apple est un indéniable et spectaculaire succès. Dans quelle mesure le « piratage » de la musique y aura-t-il contribué ?

La question reste ouverte, mais ce qui est sûr c’est que lorsqu’il m’arrive, en professeur curieux, de demander naïvement à mes élèves si ils ont bien acheté tous les morceaux musique qui se trouvent dans leur iPod personnel, ils me regardent généralement d’un air incrédule qui me donne instantanément un petit coup de vieux !

Un tel succès se répétera-t-il demain avec le Kindle d’Amazon qui se rêve déjà en « iPod du livre » ?

Peu probable en l’état, nous dit Bobbie Johnson dans un article du Guardian traduit ci-dessous, pour la simple et bonne raison qu’il n’y a justement pas pour le moment de… « piratage » massif de livres électroniques propre à bousculer et faire évoluer le monde de l’édition[1].

Pourquoi les livres électroniques ne s’imposent-ils pas ? On ne les pirate pas assez.

Why aren’t ebooks taking off? Not enough pirates

Bobbie Johnson – 9 février 2009 – Guardian.co.uk (Blog Technology)
(Traduction Framalang : Don Rico)

Le Kindle d’Amazon veut faire exploser le marché du livre électronique, mais le plus gros frein à son succès pourrait être le manque de téléchargements illégaux.

On compare souvent l’industrie de la musique et l’édition. Le Kindle d’Amazon, nous dit-on, pourrait être le « iPod du livre ». Tout le monde meurt d’envie de connaître le succès fulgurant qu’à rencontré iTunes, et chacun redoute les dégâts que les supports numériques pourraient infliger à une industrie des médias à la traîne et retranchée sur ses positions.

Chacun observe le mécanisme qu’on a vu se produire pour la musique et la vidéo – un médium ancien, transformé en profondeur par la technologie –, et attend qu’il s’applique au livre. Mais les chances que ce phénomène se produise dans un futur proche sont extrêmement minces. Pourquoi ? C’est très simple.

Si les acteurs de l’industrie du disque ont eu l’idée de proposer de la musique au téléchargement, ce n’est pas parce qu’ils ont eu un coup de génie visionnaire, ni même parce qu’Apple leur a forcé la main en mettant en place un écosystème astucieux autour de l’iPod (l’iTunes Store n’a été ouvert qu’en 2003). Non, la véritable raison, c’est que les clients avaient choisi de pirater la musique.

Pour l’exprimer de façon moins triviale, la technologie ne force pas l’industrie du livre à affronter un changement radical dans les pratiques de consommation, car ce scénario ne se produit pas. Les clients n’imposent pas cette mutation en abandonnant les livres papiers au profit des livres électroniques. Voilà pourquoi l’édition n’est pas confrontée à ce problème.

Des problèmes, il y en a, bien sûr. L’industrie du livre connaît des difficultés. On n’achète plus de livres. Les ventes sont en berne. Sites Internet, grandes surfaces et librairies géantes étouffent les petites structures et étranglent le marché.

Mais contrairement à ce qu’a connu l’industrie du disque – dont les clients perdus se sont rués sur Napster, Kazaa ou Gnutella –, le lecteur moyen, pour se procurer ses romans, ne se reporte pas sur des sources légalement douteuses ou ne va pas se procurer une copie du dernier bestseller à la mode auprès du dealer de livres du coin de la rue. S’il veut partager des fichiers, il trouve quelqu’un pour lui prêter un exemplaire, ou se rend dans un lieu où le partage de l’information bénéficie du soutien officiel de l’industrie (on appelle ça des bibliothèques).

Mais au fond, le véritable problème, c’est simplement que les clients n’achètent plus autant de livres… voire plus de livres du tout.

Auteurs et éditeurs se servent de la technologie quand elle leur bénéficie directement – comme outil promotionnel ou canal de vente —, mais s’ils n’agissent pas dès à présent pour propulser le marché du livre électronique, il semble peu probable qu’ils se réveillent un matin en s’étonnant qu’un pirate leur a piqué leur petit-déjeuner.

Le piratage est un gros problème pour les industries qui produisent du contenu numérique, mais pour l’instant on achète un livre, pas un document texte caché entre deux feuilles de papier – n’en déplaise à de nombreux fanas du livre électronique. Les chaînes de distribution de l’industrie du livre ont été frappées de plein fouet par l’avènement de la technologie, mais le produit physique, lui, résiste plutôt bien.

En fait, du point de vue des éditeurs, publier un livre électronique c’est encourager le piratage, parce que cela revient à mettre un texte copyrighté sous un format numérique qui, même bardé de DRM, sera cracké un jour ou l’autre, simplement parce que c’est possible.

L’industrie du disque, quant à elle, a initié ce changement en remplaçant les enregistrements analogiques par des fichiers numériques. Le téléchargement remplace peut-être le CD, mais cette modification des pratiques a eu lieu seulement parce que la première technologie a rendu la seconde possible. Car sans CD à encoder, il serait bien plus difficile d’accéder à de la musique numérisée.

Mon propos n’est pas de dire que le seul moyen pour l’industrie du livre électronique de connaître le succès est de promouvoir le piratage. Mais sans celui-ci, pas besoin de se mettre au boulot. Aucun lien de cause à effet évident ne forcera les éditeurs à bouger de leur fauteuil en cuir et réagir.

Le véritable changement se produira sans doute à mesure que davantage d’auteurs appartenant déjà à l’ère numérique insisteront pour que l’industrie du livre innove. Mais il s’agit d’une transition de génération, et nous en sommes encore très loin.

Non pas que je ne croie pas au succès potentiel du livre électronique ; je pense simplement que sans catalyseur externe pour bousculer l’industrie, les progrès dans ce domaine seront très, très lents.

Notes

[1] Crédit Photo : Curiouslee (Creative Commons By)