Semons pour de bon et pour demain

Semer des graines de services, de savoirs et de pratiques, c’est une image familière que nous partageons avec beaucoup d’associations. Mais si nous semions vraiment, au sens propre ?

Depuis bien longtemps, Framasoft considère que le champ de la culture libre s’étend bien au-delà du code. Libérer ensemble logiciel et matériel, productions artisanales, artistiques et industrielles, documentations scientifiques et fictions sur tous les supports numériques ou non, c’est autant de petits pas qui visent à redonner à tous un peu de maîtrise sur la société pour pouvoir la transformer.

L’initiative de Bertrand dont voici l’interview vise à transformer à terme le paysage naturel où nous vivons.

L’association La Haie Donneurs vient en effet de créer WikHaiePédia, un guide libre pour expliquer comment on peut planter et verdir le monde autour de nous, pour pas un rond, pour le plaisir, et pour l’intérêt commun d’augmenter notre environnement végétal et son écosystème.

 

Bonjour, peux-tu te présenter brièvement ?

Je m’appelle Bertrand Sennegon, 41 ans, papa de deux petits garçons. J’ai mon propre job comme ouvrier tout bâtiment proposant d’accompagner les particuliers dans leurs travaux. J’utilise du libre sur mes PC (GNU/Linux) depuis de nombreuses années (j’ai installé Mandrake 😉 ) et expérimente beaucoup dans mon jardin et mon quotidien autour des principes de permaculture.

C’est quoi ce projet WikHaiepedia, c’est un wiki pour apprendre à tailler les haies ?

WikHaiePédia s’intéresse à la haie, mais pas seulement. Et plutôt que d’en tailler, le but serait plutôt d’en planter. Et pas que des haies, mais aussi des fruitiers, des arbres, tout ce qui participerait à restructurer un territoire de façon pérenne.

On parle partout de perte de biodiversité, en se demandant comment agir ! Pourtant la nature est multipliable gratuitement. Qu’est ce qui nous empêche de recréer de la biodiversité?

Il me semble que trois points nous freinent pour agir :

  1. l’accès aux terrains, l’ensemble des territoires étant actuellement gérés vers un appauvrissement de la biodiversité ;
  2. le savoir-faire pour créer nos propres micro-pépinières et créer un maximum de plants ;
  3. la conviction que chacun peut agir !

WikHaiePédia est un projet visant à agir sur ces trois freins, en cherchant à créer une communauté autour de la plantation, et une documentation la plus simple possible pour que chacun puisse créer des plants à son échelle.

Comment as-tu eu l’idée de ce projet ? Tu es tombé dedans quand tu étais petit ou bien c’est venu à la suite d’un constat sur l’état de l’environnement ?

À la base, il s’agit d’un constat sur l’environnement. Mais ma prise de conscience ne date pas d’hier. Depuis que je suis enfant, j’observe les disparitions d’espèces s’accumuler.

La France est parvenue à traverser la guerre 39-45 en s’appuyant sur une agriculture ultra-locale, des vergers pleins de fruits et des gibiers parcourant nos bocages. Or, en 70 ans, nous avons tout industrialisé. Notre alimentation repose sur une production mondiale et une consommation massive d’énergies fossiles et nos territoires ne sont plus capables de nous nourrir. Si un événement historique bloque nos approvisionnements industrialisés, aucune structure locale ne pourrait prendre la relève de ce besoin essentiel.

Il me semble donc vital de parvenir à agir sur ce point. Je ne peux pas miser l’avenir de mes enfants sur l’absence de perturbations historiques.

On ne peut pas s’empêcher en parcourant ton projet de penser au livre de Giono L’homme qui plantait des arbres  et au personnage mythique d’Elzéar Bouffier qui a suscité des dizaines d’actions de plantations. On peut voir aussi le très beau film d’animation de Frederic Back qui en est l’adaptation. Est-ce que c’est une source d’inspiration pour toi ?

Non ! 😉 J’entends parler de ce livre depuis plusieurs années, mais je ne l’ai toujours pas lu !

Peux-tu nous expliquer pourquoi l’ensemble du projet et des contributions attendues est en licence libre CC-BY-SA, c’est important pour toi ?

La notion de copyleft me fascine depuis de nombreuses années, elle me semble révolutionnaire sur bien des points et est une vraie solution pour permettre à tous d’accéder à un savoir. De plus, la nature publie son contenu sous quelle licence, puisque que je suis libre de l’étudier, la copier, la modifier ?

On n’est pas tous bien sûr⋅e⋅s d’avoir comme on dit « la main verte », tu penses vraiment que tout le monde peut contribuer à semer, planter, enrichir l’environnement végétal partout ? Même celles et ceux qui sont en plein milieu urbain et ne disposent pas de terrain pour planter ?

Je pense, mon idée à germé après deux années d’expériences dans mon jardin pour créer des arbres à partir de pépins et de noyaux. En m’amusant à semer un peu, j’ai fait pousser une bonne quinzaine d’arbres en deux ans. Depuis je sème absolument tout les pépins et noyaux des fruits locaux que je récolte, et je suis curieux de voir combien de fruitiers je parviendrais à créer.

Bertrand souriant accroupi devant une planche végétale de son jardin, montre deux demi-pommes et un petit pot avec un plant. L’image le montre comme entouré par un arceau en demi-cercle métallique probablement support d’une petite serre-tunnel.

Bertrand dans son jardin

Une jardinière sur un balcon en ville suffit à réaliser quelques semis et boutures qu’on pourrait confier ensuite à une association près de chez soi désireuse de planter. Même sans balcon, on peut participer à des plantations collectives. C’est la multiplication de ces tout petits actes qui peut créer des kilomètres de replantation nourricière pour nous et la faune qui nous entoure.

Gardener city- Œuvre de Nylnook, CC-BY-SA

 

Comment je commence ? Il faut d’abord adhérer à l’association Haie donneurs ?

Adhérer n’est pas obligatoire. Mon initiative est venue se greffer sur l’association « La Haie Donneurs » car nos envies étaient similaires : encourager chacun à agir en créant des plants. Pour cela, le site cherche à référencer toutes les initiatives (associations, groupes, particuliers) œuvrant dans ce sens.

Comment commencer ? En partageant du contenu libre sur le site (photos, textes, dessins), en essayant de réaliser des plants chez soi et/ou en participant à la petite communauté qui débute autour de ce site.

 

Yin-Yang seed – Œuvre de Nylnook, CC-BY-SA

 

Avec l’association La Haie donneurs, vous recommandez de semer des graines pour que des arbres poussent. C’est un peu bizarre, pourquoi semer des pépins de pomme et pas planter un jeune plant de pommier ou greffer un arbre fruitier ? Ça irait un peu plus vite, non ?

Plants et greffes sont issus de pépins que l’on achète à un pépiniériste qui connaît ce savoir-faire. Partir de boutures et de semis permet d’agir fortement sans utiliser d’argent, seulement du temps et des savoirs. Du coup, même si cela va moins vite, l’argent ne sera pas un frein dans ce projet.

Pour l’instant le wikhaie est appétissant mais comme tous les wikis il est évolutif et beaucoup de pages restent à compléter ou informer. Quelles sortes de contribution attends-tu pour former une plateforme et une communauté active ?

Pour agir il faut déjà documenter, puis synthétiser et enfin mettre en page des guides.

Il nous faut donc de bons botanistes (ce que je ne suis pas), des rédacteurs, des illustrateurs [regarde un peu les belles illustrations de Nylnook pour ton interview, NDLR] , des photographes, etc., amateurs ou non. L’idée de ce wiki m’apparaît importante et pertinente depuis quelques mois, mais dans mon quotidien bien rempli, je ne peux consacrer qu’environ une heure par jour sur ce projet. Ce projet ne peut donc réussir que s’il fédère une communauté. J’espère donc que cette idée parlera à d’autres qui y verront comme moi l’occasion d’agir directement par le geste (planter).

Je ne suis pas non plus un professionnel du Web, du coup les remarques, idées et retours pour faire avancer la structure et l’agencement de ce site sont bienvenus.

En fait, je débute dans la création d’arbustes, d’arbres, de haies. Mais les rapides réussites obtenues en seulement deux ans m’ont convaincu que nous pouvions tous participer.

Un pépin de pomme ou de poire par exemple, germera dans un petit pot de terreau laissé dehors au gel, on peut aussi faciliter sa germination en la trempant dans du vinaigre quelques heures pour simuler une digestion animale et le laisser deux mois au frigo si l’hiver n’est pas assez froid. C’est accessible à chacun. L’idéal étant de trouver des pommes locales adaptées à notre région.

pépins de pomme en germination
Germination de pépins de pomme, photo de Ryan Bodenstein (licence CC BY-2.0)

Mais si nous sommes nombreux à faire ces petits gestes, imagine la quantité d’arbres que nous pourrions produire.

 

Je débute, donc je suis le premier à avoir beaucoup à apprendre sur le sujet. J’invite donc tous ceux qui veulent partager leurs savoirs, leurs expériences, ou qui sont emballés par cette idée simple, mais réellement active il me semble, à s’approprier un peu de ce site qui est construit pour être ouvert comme un grand jardin. 🙂

On te laisse le mot de la fin…
— Bonnes plantations à tous ! 😉

 

 




Le voyage mouvementé de Wikitravel

En 2003 naissait le projet Wikitravel qui est un peu au voyage ce que Wikipédia est à l’encyclopédie : une rédaction collaborative de guides touristiques (pays, ville, etc.), multilingues, sous licence libre et sur un wiki.

Le fait est que cela a plutôt bien marché (exemple avec Paris). Ils en ont même fait de vrais guides papiers.

Sauf que jetez un œil au graphique ci-dessous et vous comprendrez vite que son histoire n’a pas été un long fleuve tranquille. De Wikitravel, on est passé à Wikivoyage pour espérer en arriver aujourd’hui à Wikimedia Travel. C’est tout le charme de la licence libre (en l’occurrence la CC By-Sa) et de ses forks possibles lorsque le projet prend, selon certains, une mauvaise direction.

C’est de cette histoire (à rebondissements) dont il est question dans l’article ci-dessous.

Remarque : On notera que son auteur (créateur de l’application WikiSherpa) est peut-être trop pessimiste car il se pourrait bien qu’on connaisse un happy ending grâce au concours de Wikimedia. Et puis, sans licence libre, on aurait été dès le départ totalement bloqué.

Timeline - Wikitravel

Tirer la leçon de la dramatique et lente agonie de Wikitravel

Lessons From The Dramatic Slow-Motion Death Of Wikitravel

Jon Evans – 29 septembre 2012 – TechCrunch
(Traduction Framalang : @ali0une, Pandark, aKa, LuD-up, @jfomhover, ali0une, lgodard, Karma-sama, martinien, senshu)

Il était une fois, en 2003, deux entrepreneurs avec un rêve. Ils s’appelaient Evan Prodromou et Michele Ann Jenkins, et ils ont rêvé d’un guide de voyage mondial édité collaborativement — un Wikipedia pour les voyages, si vous préférez. Ainsi, il créèrent Wikitravel. Et ils ont fait mentir l’expression anglaise « Lead zeppelin » qui sous-entend que le projet n’aurait jamais pu décoller. Deux ans plus tard, ils furent racheter pour 1,7 million de dollars (~1,3 million d’euros) par une compagnie nommée Internet Brands, pas mal d’argent pour ces nombreuses journées perdues avant que la startup ne devienne populaire. Et Wikitravel prospéra , et en prenant du recul, c’était plutôt bon.

Jusqu’à ce que le paradis s’en vienne à côtoyer les enfers…

Pendant six ans Wikitravel fonctionna bien. Il y avait bien la présence de quelques publicités mais rien d’intrusif. La plateforme technique sur laquelle il tournait prenait de l’âge et avait ses défauts, mais elle fonctionnait, et c’est tout ce qui compte, n’est-ce pas ?

En 2006 cependant, les administrateurs italiens et allemands (bénévoles et indépendants qui réparaient le site, éliminaient le spam, éditaient structure et langage, et le rendaient pour ainsi dire utilisable) ont forké toutes les pages du site en ces langues pour s’en aller migrer vers un nouveau site, appelé Wikivoyage, principalement à cause de la publicité placée par Internet Brands. C’était tout à fait légal parce que tout le contenu de Wikitravel est sous licence Creative-Commons. Et cela n’affecta pas vraiment Wikitravel (et en rien sa partie principale anglaise) qui continua à attirer un demi-million de visiteurs par mois. Son travail de guide pour la planète entière devenait meilleur de jour en jour…

Mais, il y a quelques mois, les administrateurs de Wikitravel en ont eu assez. Ils ont d’abord constaté l’inclusion de nouvelles publicités encore plus invasives et surtout ils ont perdu patience face à leurs demandes répétées de mises à jour techniques restées sans réponses. D’autant plus que quand Internet Brands se décida enfin à effectuer ces mises à jour la plateforme se retrouva toute pleine de bugs ! En conséquence de quoi les administrateurs de Wikitravel baissèrent les bras et voyagèrent à travers l’Internet jusqu’à cette oasis de contenu libre qui s’appelle la Wikimedia Foundation pour lui dire en substance ceci : « Nous n’en pouvons plus de notre logement actuel. Voudriez-vous héberger un site de voyage ? » La Wikimedia Foundation réfléchit, et décida finalement de répondre par l’affirmative.

Et puis l’enfer des procédures judiciaires s’est déchaîné.

Se sentant menacé par ce fork d’un Wikitravel hébergé par Wikimédia, Interned Brands, après avoir semble-t-il initialement proposé un partenariat, « intenta des poursuites contre les contributeurs bénévoles James Heilman et Ryan Hollliday, pour avoir utilisé le mot « Wikitravel » dans la phrase « Communauté Wikitravel » lors de la communication du fork », nous dit David Gerard. En réponse, la Wikimédia Fondation a elle_même intenté une poursuite stratégique contre la mobilisation publique et demandé des explications devant les tribunaux.

Nous allons laisser les sérieux avocats décider du sort de cette aventure. Je veux juste tirer quelques leçons personnelles de cette débâcle :

  • N’irritez pas vos utilisateurs les plus fidèles et actifs (NdT : power users). Vous pensez peut-être que la masse globale de vos utilisateurs est ce qui importe le plus, mais ce sont avant tout ces utilisateurs là qui fournissent avec passion le gros du travail. Ils sont pour ainsi dire le cœur et l’âme de votre site, et s’ils partent vous aurez de gros ennuis.
  • Ne retardez pas le paiement de votre dette technique. Comme la plupart des dettes, elle subit des interêts composés exponentiels 🙂 Et vous ne connaissez pas son taux d’intérêt jusqu’à ce que vous ayez commencé à la rembourser. Je pense qui si Internet Brands avait géré Wikitravel avec plus de considération et de compétences techniques, le fork n’aurait jamais eu lieu.
  • Ne poursuivez pas vos utilisateurs en justice dans un moment d’aigreur et de dépit. Vraiment. Ne le faites pas. N’avons nous donc rien appris de la RIAA (NdT : à comparer avec notre Hadopi) ? Respirez profondément, prenez un calmant, et détendez-vous. En effet, outre la question d’ordre moral, à partir du moment où vous poursuivez vos utilisateurs, vous perdez toute crédibilité aux yeux d’une fraction énorme de l’Internet. Et la crédibilité compte. Hélas, beaucoup de gens ne le réalisent pas, jusqu’à ce qu’ils perdent la leur.

Une version provisoire du nouveau guide de voyage anglophone est maintenant disponible. En attendant la suite…




Microsoft et l’Open Source ensemble aux Antipodes

Robbie Grubbs - CC by-saS’il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis, alors j’ai l’honneur de vous faire savoir que Microsoft n’en fait plus partie.

Un communiqué de presse de Microsoft Nouvelle-Zélande, datant de novembre dernier, est passé totalement inaperçu alors qu’il est pourtant tout simplement énorme pour des p’tits gars comme moi qui versent dans le Libre depuis une bonne dizaine d’années et dans l’éducation depuis encore plus longtemps.

Qu’il soit devenu « naturel » pour Microsoft de proposer un plugin à Word afin d’aider le monde de l’éducation à mieux travailler sur les wikis sous Mediawiki (à commencer par Wikipédia), cela passe encore. Qu’on y mentionne et soutienne alors explicitement les Ressources Éducatives Libres sous licence Creative Commons By, cela commence à surprendre. Mais qu’il soit devenu tout aussi « naturel » pour Microsoft de placer ce plugin sous licence libre pour mieux « le partager avec la communauté », c’est tout de même une sacrée (r)évolution.

Quand on pense que, jadis, le logiciel libre était qualifié de « cancer communiste » par les mêmes qui semblent aujourd’hui découvrir ses vertus, on mesure le chemin parcouru !

Certes, ça n’est qu’une extension et non une application toute entière, Word libre ce n’est pas pour tout de suite ! Il convient également de voir concrètement la qualité du convertisseur (ce que je n’ai pu faire faute d’avoir MS Office sur mon ordi), mais la déclaration (d’intention ?) ci-dessous vaut de toutes les façons son pesant de cacahuètes[1].

Certes aussi, il est question du programme Partners in Learning (PIL) dans le communiqué. Et nous avons souvent eu l’occasion de dire dans ces colonnes tout le bien que nous pensions de ce projet Microsoft fort ambigu (lire par exemple L’école Châteaudun d’Amiens ou le pion français de la stratégie planétaire Microsoft, Les industriels lorgnent le futur grand plan numérique de Luc Chatel – Mediapart ou encore En réponse au Café Pédagogique).

Il n’en demeure pas moins que les temps changent (quand même un peu), et Microsoft aussi, semble-t-il, vis-à-vis du logiciel libre et de sa culture.

Et vous vis-à-vis de Microsoft ?

Microsoft travaille avec les enseignants et l’open source pour prendre en charge un wiki libre de partage du savoir

Microsoft works with educators and open source to support free knowledge sharing wiki

Microsoft Nouvelle-Zélande – 17 novembre 2010 – Communiqué de presse
(Traduction Framalang : Goofy et Martin)

Une nouvelle extension open source pour Microsoft Word permet d’utiliser le format de fichier MediaWiki pour que les utilisateurs puissent mettre en ligne directement leurs documents sur des wikis.

Microsoft, travaillant en collaboration avec la Fondation OER (Open Education Resource) de l’Institut polytechnique d’Otago (Nouvelle-Zélande) et du Ministère de l’éducation, a mis au point une nouvelle extension open source pour Microsoft Word qui permet d’enregistrer des documents dans un format compatible avec les wikis sous MediaWiki, celui-là même qu’utilise la populaire encyclopédie en ligne Wikipédia.

La nouvelle extension aidera les enseignants à collaborer à la construction de nouvelles ressources éducatives ouvertes. Le directeur de la Fondation Otago, Dr Wayne Mackintosh, déclare : « grâce à la prise en charge du style MediaWiki dans Microsoft Office, les professeurs pourront partager vite et facilement leur matériel pédagogique sur des plateformes en ligne telles que Wikipédia et WikiEducator. Cela signifie que les institutions éducatives adoptant la démarche de l’OER pour fournir des ressources et des manuels libres pourront abaisser considérablement la barrière du coût à engager pour fournir aux étudiants les outils et les informations dont ils ont besoin pour apprendre ».

MediaWiki a reçu un soutien sans failles du Ministère de l’éducation qui partage les objectifs de la Fondation EOR dans ce domaine.

« Nous sommes ravis de la nouveauté que constitue une extension open source dans la boîte à outils de Microsoft Office. Elle permettra aux enseignants et étudiants de Nouvelle-Zélande de s’investir plus facilement dans le partage des ressources éducatives et les débats pédagogiques, dans l’esprit du wiki » déclare Leanne Gibson, directrice des systèmes d’information.

L’institut polytechnique d’Otago héberge les bureaux de la Fondation, qui est une organisation indépendante à but non lucratif visant à assurer la prise en main, le développement et le soutien d’un réseau international d’enseignants et institutions éducatives, à travers l’Open Education. WikiEducator est la vitrine de la Fondation EOR, qui s’efforce de rendre libres d’accès les matériels pédagogiques pour les étudiants du monde entier, particulièrement dans les pays en voie de développement pour lesquels les systèmes d’éducation classiques s’avèrent souvent hors de prix.

Microsoft a financé le développement d’une nouvelle fonctionnalité du logiciel Word pour permettre à tous les enseignants du monde de produire et partager des ressources pédagogiques à un coût modeste en utilisant des outils basés sur le wiki.

Le directeur de la plateforme stratégique de Microsoft pour la Nouvelle-Zélande, Andrew Gordon, déclare que l’entreprise s’implique dans la collaboration avec la communauté open source pour développer du matériel éducatif qui bénéficiera autant aux étudiants qu’aux enseignants.

« Microsoft a un lien étroit avec le monde éducatif via nos initiatives Citizenship (citoyenneté) en cours, telles que le concours Imagine, la plus grande compétition du monde étudiant dans le domaine technologique, si bien que MediaWiki était une solution tout à fait naturelle pour nous, comme pouvait l’être la publication du code source sous une licence open source et le fait de permettre son partage avec la communauté. Compte tenu de l’utilisation intensive de Word dans tous les établissements d’éducation à travers le monde, nous chez Microsoft, sommes ravis et fiers de pouvoir apporter notre pierre à l’édifice en rendant accessibles à chacun, quelle que soit sa situation, des ressources pédagogiques de bonne qualité. »

Le convertisseur MediaWiki est si simple qu’il peut être installé rapidement et facilement par des utilisateurs non expérimentés. De plus, son code a été publié sous une licence open source, ce qui signifie que l’application peut être ré-utilisée librement comme base pour d’autres extensions communes avec MediaWiki. Il est également une référence pour quiconque aurait besoin de publier des informations à partir de Microsoft Office. Le convertisseur MediaWiki fonctionnera avec toutes les versions de la suite Office depuis 2007 jusqu’à la version récente de 2010.

Peter Harrison, le vice-président de la New Zealand Open Source Society ne tarit pas d’éloges sur cette initiative : « Internet offre à l’humanité une occasion unique de mettre à profit les technologies de la communication pour éduquer la population du monde entier. À travers les technologies collaboratives telles que le wiki tout le monde pourra travailler de concert pour créer des ressources communes de qualité, ouvertes à tous. En permettant aux utilisateurs d’exporter leurs contenus de Word vers MediaWiki, Microsoft encourage la mise à disposition d’une gamme bien plus large de ressources éducatives en ligne. »

L’Institut polytechnique d’Otago est l’un des pionniers de l’Open Education, et c’est le premier établissement d’enseignement supérieur à avoir signé la déclaration du Cap sur l’Open Education. C’est également la première institution d’enseignement supérieur au monde à approuver et mettre en œuvre une politique de la propriété intellectuelle qui utilise la licence Creative Commons Attribution par défaut (NdT : cf cet article du Framablog Privilégier la licence Creative Commons Paternité CC-BY dans l’éducation), et qui s’investit dans l’éducation au point de l’inclure dans son programme.

Ce projet est complémentaire de l’initiative PIL (Partners in Learning) que Microsoft soutient depuis dix ans à hauteur de 500 millions de dollars : il s’agit d’aider les enseignants et directeurs d’écoles à utiliser les nouvelles technologies pour apprendre et enseigner plus efficacement. Pour davantage d’informations, voir http://www.microsoft.com/education/pil.

Notes

[1] Crédit photo : Robbie Grubbs (Creative Commons By-Sa)




Des prothèses libres pour mieux vivre

OpenProtheticsProject - CC-By-SA

Dans notre exploration de la « culture du libre » et de son expansion, nous avons déjà longuement parlé d’une encyclopédie libre, d’un atlas géographique communautaire, d’un long-métrage d’animation insurgé contre l’avidité d’héritiers ayant droit, d’un opéra libre illustré en BD, du mouvement des bidouilleurs d’électronique libre, et même d’un concept de téléphone portable réaliste et novateur, à peine en avance sur son temps, émanant d’un forum sur Internet…

Nous continuons aujourd’hui cette exploration avec un projet quelque peu insolite : l‘Open Prosthetics Project, ou littéralement « Projet pour des Prothèses Libres ». Au regard de l’éthique propre à la profession médicale, on pourrait presque s’étonner que le libre n’y soit pas encore en pointe, en particulier si l’on oppose le fait que les bourses du monde entier s’y soient déjà mises. Toutefois, si les logiciels libres dédiés commencent à arriver dans ce secteur, il était moins évident d’afficher son optimisme quant au matériel médical.

Et pourtant, avec le foisonnement et la créativité propre aux projets libres, ouverts à tous et montés sur Internet, l’OPP remporte progressivement son pari de faire évoluer le monde des prothèses, passant d’une assistance en plastique gris à un carnaval de fonctionnalités intégrées à ce qui devient alors un atout pour son porteur.

Enfin, au delà du sujet de fond, cette traduction d’OpenSource.com (effectuée par Framalang) est également un témoignage candide mais juste de la réussite d’un projet, a priori pas grand public, dans le rassemblement d’une communauté en ligne de contributeurs.

Se prendre au jeu des prothèses libres

Getting hooked on open source prosthetics

Jason Hibbets – 3 novembre 2010 – OpenSource.com
Traduction Framalang : Zitor, RaphaelH, Goofy, Siltaar

Il y a quelques mois, je me suis posé la question : Est-ce que le libre peut permettre la création de meilleures prothèses ? J’avais aujourd’hui l’intention de revenir sur le sujet pour constater les progrès accomplis par le projet. Lors de la rédaction du premier article, j’avais appris que les développeurs principaux du projet éprouvaient des difficultés avec les outils de collaboration et les multiples projets disséminés sur le web. Qu’ont-ils fait pendant ces derniers mois afin de se regrouper et de focaliser les efforts et la motivation dans la bonne direction ? C’est ce que nous allons découvrir.

L’Open Prosthetics Project (OPP) est maintenant plus organisé, et prêt à encourager une collaboration mondiale autour de leurs efforts. Ils utilisent le site principal comme un portail permettant d’orienter les visiteurs vers les différentes possibilités de participation. Mais ce n’est pas tout. L’OPP utilise également un wiki pour héberger les différents projets actifs, ainsi qu’un réseau social personnalisé pour la communication et le partage d’informations.

C’est la participation de ses membres qui définit une communauté. Une des meilleures façons d’inciter les gens à participer est de fournir une liste de choses à faire. Focaliser l’énergie des gens sur un sujet qui les passionne, ou demander de l’aide à ceux qui ont les compétences spécifiques nécessaires pour atteindre un but en particulier. Le projet OPP a travaillé sur la façon de présenter les différentes façons d’aider, et a astucieusement détaillé sur son site dans quels domaines un besoin a été défini. Que vous soyez un nouveau ou un habitué de la communauté, il est facile de comprendre par où commencer. Sur leur site web, on peut participer très facilement, que ce soit en tant qu’utilisateur, donateur, rédacteur de demandes de subventions, fournisseur de services, chercheur ou membre de l’équipe juridique.

Je ne peux terminer cet article sans mentionner un projet qui a retenu mon attention : Pimp my arm (littéralement Arrange ton bras). Que diriez-vous d’une prothèse qui pourrait diffuser de la musique et des vidéos ? Envoyer et recevoir des SMS ou se connecter en Bluethooth ? Pimp my arm est le projet où les bénévoles et les gens qui ont des besoins spécifiques pour leur prothèse peuvent échanger leurs idées et envisager des solutions.

Je pense que c’est un endroit où le brassage d’idées peut profiter d’expertises et d’intérêts variés, en réalisant ainsi des progrès rapides dans le domaine des prothèses libres. C’est le genre de projet qui permet à des bénévoles (n’ayant pas nécessairement besoin d’une prothèse) de mettre en pratique leurs compétences et leur passion pour le bidouillage et le perfectionnement de bras, leur ajoutant des accessoires modernes et sympas pour les rendre plus fonctionnels.

Même si la conception de prothèses ne vous intéresse pas, je pense que ce projet montre clairement comment il est possible de développer une communauté en étant transparent sur ses besoins. Il montre comment donner de l’ampleur à une communauté, comment explorer de nouvelles voies pour tirer profit de la base de connaissances existante, et comment tisser davantage de liens avec les groupes qui pourront apprécier le travail que vous vous efforcez de mener à bien.

Ressources :




Première démonstration « open source » d’un théorème mathématique

Robynejay - CC by-saEst-ce uniquement par leur licence qu’un noyau Linux et une encyclopédie Wikipédia sont identifiés comme étant libres ?

Juridiquement parlant oui, mais s’en tenir là serait passer à côté du modèle collaboratif particulier que ce sont donnés ces deux fleurons de la culture libre pour développer leur projet.

Conséquence de la licence, c’est aussi voire surtout la puissance de ce modèle qui caractérise le Libre. Et ce modèle commence à se diffuser un peu partout dans la société…

Les mathématiques sont « libres » depuis la nuit des temps (enfin depuis que les pythagoriciens ont cessé de se cacher, pour être plus précis)[1]. Chacun est libre des les étudier, les copier et les améliorer en étant fortement encouragé à rendre évidemment publiques ces améliorations, dans la plus pure tradition universitaire.

C’est absurde, mais si il fallait a posteriori leur accoler une licence issue de la culture libre, ce pourrait être la plus simple des Creative Commons, la CC-By, puisque cette notion de paternité est très importante dans un monde scientifique avant tout motivé par la reconnaissance des pairs et la place laissée dans l’Histoire de leur champ disciplinaire.

On retrouve d’ailleurs souvent les crédits et les hommages dans les noms que l’on donne aux résultats. On parlera ainsi de la preuve selon Euclide du théorème de Thalès.

Les mathématiques seraient donc « libres », les professeurs également (enfin surtout en France dans le secondaire avec Sésamath), mais quid des mathématiciens eux-même et de leurs pratiques ? Et si ils s’organisaient à la manière d’un projet de développement d’un logiciel libre pour chercher et éventuellement trouver ensemble des résultats importants ?

Entendons-nous bien. Les mathématiciens ne vivent bien entendu pas dans une tour d’ivoire. Ils sont habitués à travailler et échanger ensemble au sein d’un laboratoire, lors d’un séminaire… et évidemment sur Internet. Mais l’aventure intellectuelle et collective du « Projet Polymath » que nous avons choisi de vous narrer ci-dessous est un peu différente, en ce sens que ses auteurs eux-mêmes la définissent comme une expérience « open source ».

Ne vous arrêtez surtout pas à la complexité mathématique de ce qu’ils cherchent à accomplir (à savoir une « meilleure » preuve d’un théorème déjà démontré !), c’est totalement secondaire ici. Ce qui nous intéresse en revanche c’est comment ils y sont arrivés (désolé d’avoir vendu la mèche) et les enseignements qu’ils en tirent pour l’avenir.

Parce qu’il se pourrait que cet mode opératoire, original et efficient, fasse rapidement des émules, et ce bien au delà des mathématiques.

Remarque : C’est le terme « open source » qui a été choisi tout du long par les auteurs et non « free software ». Contrairement au domaine logiciel, il ne s’agit pas d’un choix ou d’un parti pris mais tout simplement d’une question de sens : « open source mathematics » étant largement plus signifiant que « free software mathematics » !

Mathématiques massivement collaboratives

Massively collaborative mathematics

Timothy Gowers[2] et Michael Nielsen[3] – 24 octobre 2009 – Nature.com (Opinion)
(Traduction Framalang : Olivier et Goofy)

Le « Projet Polymath » est la preuve que l’union de nombreux cerveaux peut résoudre des problèmes mathématiques complexes. Timothy Gowers et Michael Nielsen nous livrent leurs réflexions sur ce qu’ils ont appris des sciences open source.

Le 27 janvier 2009, l’un d’entre nous, Gowers, a lancé une expérience inhabituelle par l’intermédiaire de son blog (NdT : avec ce billet Is massively collaborative mathematics possible?). Le Projet Polymath s’était fixé un but scientifique conventionnel : s’attaquer à un problème mathématique irrésolu. Mais son but plus ambitieux était d’innover dans la recherche en mathématiques. Reprenant l’idée des communauté open source comme Linux et Wikipédia, le projet s’appuyait sur des blogs et des wikis pour canaliser une collaboration complètement ouverte. Libre à tout un chacun d’en suivre la progression et s’il le désire d’apporter sa contribution. Les blogs et wikis étaient en quelque sorte une mémoire à court terme collective, un brainstorming ouvert à grande échelle dédié à l’amélioration des idées.

Le résultat de la collaboration dépassa de loin les espérances de Gowers, offrant une belle illustration de ce que nous pensons être une dynamique formidable pour les découvertes scientifiques : la collaboration de nombreux cerveaux connectés par Internet.

Le Projet Polymath visait à trouver une preuve élémentaire d’un cas particulier du théorème de Hales-Jewett sur la densité (NdT : DHJ pour Density Hales-Jewett), théorème central de l’analyse combinatoire, une branche des mathématiques qui étudie les structures discrètes (voir Morpion à plusieurs dimensions). Ce théorème avait déjà été démontré, mais les mathématiciens ne se contentent pas toujours d’un seul chemin. De nouvelles preuves peuvent déterminantes pour une meilleure compréhension du théorème. Trouver une nouvelle démonstration du théorème DHJ était important pour deux raisons. Tout d’abord il fait partie d’un ensemble de résultats fondamentaux possédant plusieurs démonstrations, alors que le théorème DHJ n’en avait jusqu’alors connu qu’une seule, longue, complexe, et très technique. Seul un élan de nouvelles idées pouvait amener à une preuve plus simple, s’appuyant sur des concepts de base plutôt que sur des techniques compliquées. Ensuite, du théorème DHJ découle un autre théorème important, le théorème de Szemerédi. La découverte de nouvelles preuves de ce théorème a conduit à de grandes avancées au cours de la dernière décennie, on pouvait donc raisonnablement s’attendre à ce qu’un même phénomène accompagne la découverte d’une nouvelle démonstration du théorème DHJ.

À l’origine du projet on retrouve Gowers. Il publia une description du problème, indiqua quelques ressources et établit une liste préliminaire de règles régissant la collaboration. Grâce à ces règles, les échanges sont restés polis et respectueux, elles encourageaient les participants à proposer une et une seule idée par commentaire, même sans la développer complètement. Ces règles stimulaient ainsi les contributions et aidaient à conserver le caractère informel de la discussion.

Mettre le projet sur les bons rails

La discussion collaborative a vraiment commencé le 1er février, doucement : il a fallu attendre plus de 7 heures avant que Jozsef Solymosi, un mathématicien de l’Université de la Colombie Britannique à Vancouver, fasse le premier commentaire. Quinze minutes après, un nouveau commentaire était posté par Jason Dyer, enseignant dans un lycée de l’Arizona. Trois minutes après, c’est Terence Tao (lauréat de la médaille Fields, la plus haute distinction en mathématiques), de l’Université de California à Los Angeles, qui écrivit son commentaire.

Au cours des 37 jours qui suivirent, ce sont pas moins de 27 personnes qui ont apporté leur contribution au travers d’environ 800 messages, pour un total de 170 000 mots. Personne n’a été spécialement invité à participer : la discussion était ouverte à tout le monde, des doctorants aux experts mathématiciens. Nielsen a mis en place un wiki pour mettre en avant les contributions importantes apparues dans les commentaires du blog. Au moins 16 autres blogs ont parlé du projet, il s’est hissé à la première page de l’agrégateur Slashdot technology et a donné naissance à un projet assez proche sur le blog de Tao.

Tout s’est déroulé sans accroc : pas de « trolls » (ces adeptes des posts non constructifs, voire malveillants), ni de commentaires bien intentionnés mais complètement inutiles (on peut malgré tout signaler que le wiki a été spammé). Le rôle de modérateur pris par Gowers se résumait essentiellement à corriger les fautes.

Le projet progressa bien plus rapidement qu’attendu. Le 10 mars, Gowers annonça qu’il était assez sûr que les participants au projet Polymath avaient découvert une preuve élémentaire d’un cas particulier du théorème DHJ et, qu’étonnamment (compte tenu des expériences avec des problèmes similaires), cette preuve pouvait être généralisée assez facilement pour prouver le théorème entier. La rédaction d’un article décrivant cette preuve est entreprise, ainsi que celle d’un second papier décrivant des résultats liés. De plus, alors que le projet était encore actif, Tim Austin, doctorant à l’Université de Californie, Los Angeles, publia une autre preuve (non élémentaire celle-ci) du théorème DHJ en s’appuyant largement sur les idées développées dans le projet Polymath.

Les archives du projet Polymath constituent une ressource exceptionnelle pour les étudiants en mathématiques, les historiens et autres philosophes des sciences. Pour la première fois, on peut suivre le cheminement intellectuel complet à l’origine d’un résultat mathématique sérieux. On y voit les idées naître, grandir, changer, s’améliorer ou être abandonnées, et on y découvre que la progression de la compréhension ne se fait pas nécessairement par un unique pas de géant, mais plutôt par le regroupement et le raffinement de plusieurs petites idées.

C’est un témoignage direct de la persévérance dont il faut faire preuve pour résoudre un problème complexe, pour progresser malgré les incertitudes et on réalise que même les meilleurs mathématiciens peuvent faire des erreurs simples et s’entêter à creuser une idée vouée à l’échec. Il y a des hauts et des bas et on ressent une vraie tension à mesure que les participants s’approchent d’une solution. Les archives d’un projet mathématique peuvent se lire comme un thriller, qui l’eût cru ?

Des implications plus larges

Le projet Polymath ne ressemble pas aux collaborations à grande échelle traditionnelles, comme on peut en trouver dans l’industrie ou dans les sciences. En général, ces organisations sont divisées hiérarchiquement. Le projet Polymath était complètement ouvert, chacun était libre d’apporter sa pierre à l’édifice… n’importe quelle pierre. La variété des points de vue a parfois apporté des résultats inattendus.

Se pose alors la question de la paternité : difficile de décréter une règle de paternité stricte sans heurt ou sans décourager des contributeurs potentiels. Quel crédit accorder aux contributeurs apportant uniquement une idée perspicace, ou à un contributeur très actif mais peu perspicace ? Le projet a adopté une solution provisoire : il signe ses articles du pseudonyme « DHJ Polymath » suivi d’un lien vers les archives (NdT : cf cette première publication ainsi signée A new proof of the density Hales-Jewett theorem). Grâce à la collaboration ouverte privilégiée par le projet Polymath, on sait exactement qui a fait quoi. Au besoin, une lettre de recommandation peut isoler les contributions d’un membre du projet en particulier, comme c’est déjà le cas en physique des particules où il est courant de voir des articles avec des centaines d’auteurs.

Se pose aussi le problème de la conservation. Les archives principales du projet Polymath sont dispersées sur deux blogs (1 et 2) et un wiki, le rendant très dépendant de la disponibilité de ces sites. En 2007, la bibliothèque du Congrès américain a initié un programme de conservation des blogs tenus par les professionnels du droit. De la même manière, mais à plus grande échelle, un programme similaire est nécessaire pour conserver les blogs et wikis de recherche.

D’autres projets, ayant vu le jour depuis, permettront d’en apprendre plus sur le fonctionnement des mathématiques collaboratives. Il est en particulier crucial de savoir si ce genre de projet peut être élargi à plus de contributeurs. Bien qu’il ait rassemblé plus de participants qu’une collaboration classique en mathématiques, le projet Polymath n’est pas devenu la collaboration massive que ses créateurs espéraient. Ceux qui y ont participé s’accordent sur le fait que pour grandir, il faudrait que le projet adapte sa manière de procéder. La narration linéaire du blog posait, entre autre, problème aux nouveaux arrivants. Difficile pour eux, parmi la masse d’informations déjà publiées, d’identifier où leur aide serait la plus précieuse. Il y avait également le risque qu’ils aient loupé un « épisode » et que leur apport soit redondant.

Les projets de logiciels libres utilisent des logiciels de suivi de version pour organiser le développement autour des « problèmes », des rapports de bogues ou des demandes de fonctionnalités en général. Ainsi, les nouveaux arrivants ont une vision claire de l’état du projet, ils peuvent concentrer leurs efforts sur un « problème » particulier. De même, la discussion est séparée en modules. Les futurs projets Polymath pourraient s’en inspirer.

Bientôt, les sciences ouvertes

L’idée derrière le projet Polymath est potentiellement applicable à tous les défis scientifiques, mêmes les plus importants comme ceux pour lesquels le Clay Mathematics Institute de Cambridge, Massachussets offre un prix d’un million de dollars. Même si certaines personnes souhaiteront toujours garder tout le mérite pour elles-mêmes et être pour ainsi dire refroidies par l’aspect collaboratif, d’autres au contraire pourraient y voir une excellente opportunité d’être associés à la résolution de l’un de ces problèmes.

Dans d’autres disciplines, l’approche open source ne gagne que très lentement du terrain. Un domaine s’y est ouvert avec succès : la biologie synthétique. Les informations ADN d’organismes vivants sont enregistrées numériquement et envoyées à un dépôt en ligne, comme celui du MIT Registry of Standard Biological Parts. D’autres groupes peuvent utiliser ces informations dans leur laboratoire et, s’ils le souhaitent, reverser leurs améliorations au dépôt. qui compte actuellement plus de 3 200 contributions, apportées par plus de 100 entités différentes. Les découvertes qui en découlent ont fait l’objet de nombreux articles comme par exemple Targeted Development of Registries of Biological Parts. La biologie open source et les mathématiques open source montrent comment la science peut progresser grâce aux diverses contributions apportées par des gens aux compétences variées.

On pourrait, de la même manière, employer ces techniques open source dans d’autres domaines, telle la physique et l’informatique théoriques, où les données brutes contiennent de nombreuses informations et peuvent être partagées librement en ligne. Appliquer les techniques open source aux travaux pratiques est plus délicat, les conditions expérimentales étant difficilement reproductibles. Quoiqu’il en soit, le partage libre des données expérimentales permet néanmoins leur analyse libre. Adopter ces techniques open source à grande échelle ne sera possible que grâce à un changement profond des mentalités en science et au développement de nouveaux outils en ligne. Nous croyons à un fort développement de la collaboration de masse dans de nombreux domaine des sciences, et que cette collaboration massive repoussera les limites de nos capacités à résoudre des problèmes.

Notes

[1] Crédit photo : Robynejay (Creative Commons By-Sa)

[2] Timothy Gowers appartient au Departement of Pure Mathematics and Mathematical Statistics de l’Université de Cambridge, Wilberforce Road, Cambridge CB3 0WB, UK et il est Royal Society 2010 Anniversary Research Professor.

[3] Michael Nielsen est écrivain et physicien, il habite à Toronto et travaille sur un livre sur le futur de la science.




Promenons-nous dans New York en photographiant pour Wikipédia

La « culture libre » non seulement c’est bien en théorie mais c’est également tout à fait sympathique et convivial en pratique. Et ça fait descendre dans la rue le sourire aux lèvres pour se rencontrer, échanger et participer ensemble à la construction de biens communs.

Le 4 octobre dernier avait lieu la « chasse au trésor » Wikis Take Manhattan! Et le trésor en question consistait à rapporter de la ballade new-yorkaise des photographies, bien entendu sous licence libre (Creative Commons By-Sa), pour alimenter Wikipédia (et StreetsWiki).

Je ne sais pas pourquoi je pense à cela mais nous sommes tout d’un coup très loin du vieux dispositif qui consiste à suivre docilement un guide assermenté et rémunéré pour un parcours imposé dans un lieu touristique balisé en prenant tous, quand on y est autorisé, les mêmes photos qui ne serviront qu’à soi.

Et comme il est dit en conclusion du reportage de l’évènement, sous-titré par Framalang : « On adore l’Internet, la culture libre, et les logiciels libres… Tout se recoupe au bout du compte ».

—> La vidéo au format webm




Innovation et logiciel libre

Les logiciels libres n’innovent pas, il ne font que copier les nouveautés pertinentes de leurs petits camarades propriétaires, entend-t-on parfois ça et là. Certains vont même jusqu’à dire qu’ils font planer une menace sur cette innovation car ils combattent les brevets logiciels tout en dynamitant, à grands coups de partage et de gratuité, le modèle économique de certaines entreprises qui souhaitent tirer profit de leurs inventions.

Le débat mérite d’être posé (d’autant qu’on peut très bien considérer qu’un logiciel qui a choisi d’être libre est innovant en soi) mais toujours est-il qu’il y a indéniablement des progrès qui viennent directement des logiciels libres. En voici quelques uns, issus de la liste de M. Saunders. Cette liste non exhaustive est peut-être discutable alors nous vous attendons de pied ferme dans les commentaires.

Une traduction Olivier pour Framalang. Nous avons ajouté quelques liens wikipédia francophones à l’article d’origine qui n’en comportait aucun, histoire que ce soit plus clair pour un public non averti. Nous avons également choisi de conserver « Open Source » plutôt que de le traduire par « logiciel libre » parce qu’il nous a semblé que c’était plus proche de l’auteur qui manipule les deux termes, mais si vous voyez les choses différemment n’hésitez pas là aussi à troller vous manifester 😉

screenshot_linux-format.jpg

Les innovations de l’Open Source

Open source innovations

M. Saunders – 28 octobre 2008 – LinuxFormat.co.uk

L’Open Source ou les logiciels libres n’ont pas une réputation d’inventeurs. Ils se contentent de copier les logiciels commerciaux, n’est-il pas ? Pas vraiment, comme l’explique Neil Bothwick, du simple gadget jusqu’à l’Internet, les logiciels libres et open source sont à l’origine de nouvelles technologies et de nouvelles façons de travailler…

« L’Open Source ne fait que plagier les logiciels commerciaux. Si les logiciels commerciaux ne dépensait pas autant d’argent dans la recherche, les logiciels Open Source seraient à cours d’innovation. L’Open Source a besoin des logiciels commerciaux pour survivre. » Voici un florilège de déclarations sur les logiciels Open Source faites par ceux qui ont un intérêt particulier à les voir échouer ou piétiner, mais est-ce justifié ou est-ce simplement de l’intimidation ?

Même si on peut répondre à ceci par quelques arguments logiques, et nous en aborderons quelques uns, la meilleure réponse se trouve dans les exemples de tous les jours où ce sont les développeurs Open Source qui innovent et les logiciels commerciaux qui se contentent de suivre.

Avant toute chose, il faut préciser que suivre l’exemple donné par les autres et utiliser leur expérience n’est pas une mauvaise chose en soi. Si vous voyez une bonne idée, ne l’ignorez pas sous le seul prétexte que d’autres l’ont eu avant vous. Les produits concurrents, quelque soit leur domaine, ont bien plus de points communs que de différences. L’ergonomie est également un facteur : une interface graphique intuitive, ça n’existe pas vraiment.

Ce que l’on décrit comme étant intuitif n’est en fait que familier ; aucune personne censée ne créerait une voiture dans laquelle les commandes sont disposées différemment de ce qui se fait habituellement, pourquoi est-ce que ça devrait être différent pour une interface en informatique ? C’est la raison pour laquelle toutes les interfaces utilisateur graphiques sont basées sur l’interface Wimp (Windows, Icons, Menus, Pointer pour Fenêtres, Icônes, Menus et Pointeur) conçue par le centre de recherche de Xerox à Palo Alto. Ce sont aussi eux qui sont à l’origine de l’Ethernet, des imprimantes laser et de bien d’autres choses encore, donc ils savent ce qu’ils font.

Alors, dans quels domaines les développeurs Open Source sont-ils des pionniers, où ont-ils explorés des terres encore vierges ? Voici quelques exemples issus de différents domaines.

compiz-fusion.jpg

Bureau 3D

Que vous les aimiez ou que vous les détestiez, les gadgets sont partis pour durer et ils font vendre des systèmes d’exploitation. Que l’on parle d’Aqua de MacOS ou des bordures de fenêtres translucides (et illisibles) de Vista, les systèmes d’exploitation se battent pour rendre leurs bureaux « attirants ». La communauté Open Source est à la base de cette innovation grâce à Compiz Fusion qui a donné une nouvelle dimension aux gadgets sur le bureau, au sens propre du terme car le projet a apporté les effets 3D. Alors que certains fonctionnalités font la part belle aux effets visuels au détriment de l’ergonomie, d’autres permettent vraiment d’avoir une interface sensationnelle. Faites simplement démarrer le PC de votre pote qui ne jure que par Windows sur un LiveCD avec Compiz Fusion et regardez le demeurer bouche bée. Les bureaux en 3D n’iront qu’en s’améliorant avec le développement naturel du matériel qui leur permettra de tourner sans effort sur ce qui sera bientôt les machines d’entrée de gamme et un bureau en 3D sous Linux demande aujourd’hui toujours moins de ressources qu’un bureau en 2D sous Vista.

En fait, le nom Compiz Fusion lui-même dissipe un autre mythe à propos de l’Open Source : les projets sont perpétuellement en train de se diviser et de se fragmenter. De Compiz est née la sous division Beryl, mais les deux projets ont à nouveau fusionnés, mettant en commun les résultats de l’effort des deux communautés pour en faire un projet bien plus fort.

knoppix.jpg

LiveCD

L’un des grands avantages de l’Open Source est que les programmeurs peuvent utiliser le travail d’un autre, en faire un nouveau paquet et le sortir. C’est exactement ce qu’à fait Klaus Knopper avec Debian quand il a créé le LiveCD Knoppix. Les disques Knoppix possédaient des outils avancés de détection du matériel et de configuration automatique, quelque chose que l’on peut considérer déjà comme novateur. Pendant le démarrage, le disque se configure tout seul pour la majorité du matériel. Même si Knopper n’a pas inventé le concept du LiveCD (Suse en avait déjà une démo), il a été le premier a rendre ce concept utilisable, avec un disque capable de démarrer et de faire tourner un OS complet sur la majorité des configurations. Maintenant un système live dérivé de celui de Knoppix est derrière le disque d’installation de beaucoup de distributions.

Grâce à l’Open Source, Knopper a pu s’appuyer sur le travail de la communauté Debian plutôt que d’avoir à tout créer par lui même. Imaginez que l’envie vous prenne de développer un liveCD de Windows, simplement parce que l’idée vous plaît. Les seuls personnes qui seraient vraiment intéressées par votre idée seraient les avocats.

wikipedia.jpg

L’édition collective Wiki

Aux début du Web vous ne trouviez que des pages fixes où le contenu de chaque page était un fichier HTML. Ensuite le HTML dynamique a pointé le bout de son nez, se servant de modifications qui touchaient uniquement les serveurs au moyen de divers langages de programmations, mais le contenu n’était toujours que le contenu que le webmaster vous fournissait. Vous pouviez le lire ou l’imprimer, mais c’était tout. Le WikiWikiWeb a changé tout cela grâce à un concept novateur : le site Web pouvait être édité par n’importe quel visiteur. A partir de ce moment tout visiteur d’un wiki a le pouvoir de créer, d’éditer ou de supprimer des pages. Cette idée anarchique au demeurant a plutôt bien fonctionné et maintenant un site peut être amélioré par n’importe qui et n’est possédé par personne, le site Web Open Source.

Internet était bien moins sauvage en 1995 quand est apparu WikiWikiWeb, sa population se composait principalement de geeks et d’universitaires inoffensifs. De nos jours, le vandalisme peut devenir problématique et de nombreux wikis nécessitent la création d’un compte avant de se lancer dans l’édition, mais cela ne change en rien leur nature ouverte. Open Source n’est pas synonyme d’irresponsabilité protégée par l’anonymat, il est question d’échange et de reconnaissance de la contribution apportée par les autres. Le wiki n’est donc pas seulement une innovation de la communauté Open Source, c’est aussi un exemple vivant de ce qu’il y a de bon dans le concept d’ouverture.

vnc.jpg

Virtual Network Computing

VNC est l’exemple type d’invention qui ne pouvait émaner que de l’open source. VNC permet à un ordinateur de voir et, potentiellement, de prendre le contrôle d’un autre ordinateur. C’est utile pour accéder à votre propre machine lorsque vous n’êtes pas au bureau mais aussi pour assister à distance un autre utilisateur. « Appuie sur ce bouton et dis-moi ce que ça fait. » Toute personne ayant déjà eu ce genre de conversation téléphonique avec ses parents en comprendra l’utilité.

Même ceux qui sont le moins à cheval sur la sécurité de leur ordinateur devraient être horrifiés à l’idée de laisser quelqu’un contrôler leur ordinateur par Internet. Même si vous faites entièrement confiance à l’utilisateur de l’autre ordinateur (qui peut être vous-même) vous n’avez aucun moyen de savoir avec certitude ce qui advient des données lorsque vous utilisez un système propriétaire. L’Open Source n’est pas simplement à l’origine d’une innovation ici, c’est aussi un gage de sécurité : vous avez accès au code source et vous pouvez déterminer si les données de votre session ne seront pas envoyées dans une base souterraine secrète.




Wikitravel : Partir à Chicago ou Singapour avec son guide de voyage libre

Screenshot - Wikitravel site

Wikitravel vous connaissez ? Pour la faire vite c’est comme Wikipédia mais pour le voyage. Ce qui donne « Wikitravel est un projet de guide touristique dont le contenu est libre et rédigé de manière collaborative sur le Web au moyen d’un wiki ». Ce projet est indépendant de Wikipédia (ne serait-ce que parce que la licence libre est différente[1]).

Je ne connais pas bien ce site pour tout vous avouer. Tout comme je ne sais pas si la version francophone est dynamique et active. Il n’en demeure pas moins que deux premiers livres ont été récemment édités par Wikitravel Press à partir du contenu de Wikitravel anglophone : Singapour et Chicago. On les trouvera en vente sur Lulu.com.

Pour nous qui tentons « le pari du livre libre » avec notre petit projet Framabook, ça fait bien plaisir de voir des livres collaboratifs sortir sous licence Creative Commons By-Sa. Outre le voyageur solitaire (et souvent loin de son foyer), l’absence de clause commerciale ou de clause de non modification permet ainsi aux offices de tourisme locaux, aux hotels, aux programmes d’échange étudiant, aux agences de voyage… d’avoir ainsi à disposition un contenu dont ils peuvent disposer librement.

Après il faut voir dans le détail ce contenu. Voir ce que cela apporte de plus ou de moins que le Guide du Bobo Routard ou le Lonely Planet par exemple. Voir aussi comment on peut être collaboratif et faire le choix objectif de tel ou tel restaurant ou hotel. Voir également si cela véhicule consciemment ou non la culture, les modes de consommation, et les clichés des sociétés occidentales dont le voyage de masse de ces trente dernières années n’a pas été sans conséquence sur l’écosystème des pays et sites visités… Mais ce n’est pas mon propos ici 😉

Un autre bémol c’est que le site Wikitravel n’est plus une association depuis avril 2006. Il a en effet été racheté par la société Internet Brands. Et cette évolution a été décidée par les fondateurs de Wikitravel et non par la communauté des contributeurs. Je vous laisse imaginer l’ambiance si pareille (més)aventure arrivait à Wikipédia ! Bien sûr le contenu demeure libre car protégé par la licence mais certains contributeurs peuvent néanmoins se sentir alors légitimement floués. Ceci dit, et je n’ai aucune information à ce sujet, c’est peut-être grâce à la société, ses moyens et ses structures que ces deux guides ont pu voir le jour.

Toujours est-il qu’avec le voyage, on se retrouve avec un nouveau champ exploratoire de cette culture libre qui n’en finit pas d’essaimer.

Notes

[1] Contrairement à Wikipédia et sa licence GFDL, la licence adoptée par Wikitravel est la licence Creative Commons By-Sa. Ils s’en expliquent sur leur site. Vous découvrirez alors peut-être pourquoi la GFDL a ses contraintes et pourquoi la récente annonce d’une compatibilité entre les deux licences est une excellente nouvelle.