République 2.0 – Le rapport Rocard est en ligne

Classé dans : Free Culture | 5

Guillaume Paumier - CC by-saMichel Rocard vient de remettre son rapport à Ségolène Royal[1] et c’est du lourd !

Il était certes bien accompagné (dont François Pellegrini, Jean-Baptiste Soufron ou encore Aziz Ridouan[2]) mais je suis franchement impressionné par sa capacité à pondre aussi vite un document de 73 pages dense et pertinent (sauf à imaginer qu’il savait depuis longtemps qu’une telle tâche lui serait dévolue). En tout cas c’est aussi ça un politique et on aurait parfois tendance à l’oublier…

Les technologies numériques et internet sont mis à leur juste place, c’est à dire une place essentielle dans le monde d’aujourd’hui et de demain. Analyses et recommandations (au nombre de 94) se succèdent à un rythme effréné.

Surprise, le logiciel libre n’est finalement que peu souvent cité. Il y avait certainement là une volonté consensuelle de ne pas trop crisper les acteurs d’une économie propriétaire classique encore dominante. Du coup sa présence est beaucoup plus implicite qu’explicite. Il n’en demeure pas moins que son modèle et ses valeurs (comme par exemple le souci constant du bien commun) transparaissent un peu partout dans le rapport à commencer par son sous-titre qui donne le ton et la direction “Vers une société de la connaissance ouverte”.

Quand bien même irréaliste, un document que j’aurais bien vu moi sous la forme d’un pacte numérique de Michel Rocard (comme le pacte écologique de Nicolas Hulot) et d’inviter ensuite tous les candidats à se positionner et/ou le signer[3]. Il n’est adressé qu’à Ségolène Royal mais gageons que ceux qui pensaient voter pour elle s’en trouveront confortés.

Rapport Rocard – République 2.0 (pdf, 73 pages, 1,1 Mo)

Bon je vous laisse, je n’en ai pas encore achevé sa lecture…

Notes

[1] Crédit photo : Guillaume Paumier (Creative Commons By-Sa)

[2] François Pellegrini est Maitre de conférences en informatique et co-fondateur des Rencontres mondiales du logiciel libre (RMLL). Jean-Baptiste Soufron est juriste et ancien directeur juridique de la fondation Wikipedia. Aziz Ridouan est Président de l’Association des Audionautes,

[3] C’est un peu ce que tente de faire Candidats.fr avec son questionnaire remarquez.

5 Réponses

  1. Un TOURNANT Dans la campagne,
    Je savais pas pour qui voter, maintenant ça comence à prendre forme.
    Baillonner le libre et l’échange c’est surtout ce qu’il faut pas faire. La pression des grands groupes est temment forte que les politiques ont du mal à y resister.
    Si Ségolène décide de mettre en application le rapport de Rocard, non seulement je voterai pour elle, mais je demanderai à tous mes amis internautes de faire une vague de soutien pour elle. LA LIBERTE SUR INTERNET N A PAS DE PRIX

  2. Ca ne m’étonne pas du tout de Rocard qui avait été l’un des députés européens les plus pugnaces contrz les brevets logiciels en Europe.

    Pour le côté "pacte numérique", contrairement à Hulot qui n’est engagé dans aucun parti, Rocard est depuis très longtemps au PS et il aurait été impossible pour lui de l’imposer à la droite. Il aide la candidate de son parti, la plus proche de ses idées politiques, ce qui est bien normal.

    Je dirais, en plus, que la politique ce n’est pas un amas de signatures de pactes mais une vision à long terme de notre société. Par ce

  3. Hybrid Son Of Oxayotl

    @Yann : Si tu passe sur candidats.fr, tu verra que le P.S. n’est pas le seul parti à faire de très belles propositions à propos du Libre. En fait, on croirait presque que le seul qui n’en fait pas, c’est l’UMP. Normal, car on connait l’opinion de Sarkozy là-dessus, qui ne lui apportera certainement pas ma voix, mais par contre c’est aussi, paradixalement, un parti qui contient des députées qui ont fait le plus pour le Libre, recement, notament Cazenave qui à largement contribué à faire passer l’assemblée nationale sous GNU/Linux !

  4. Olivier

    N’oubliez pas non plus que le président définit une ligne directrice mais ne gouverne pas. Il est le représentant de la France, le gouvernement dirige le pays. C’est pour ça que malgré les promesses des différents candidats (dans tous les domaines, pas uniquement sur les TIC) je ne vois pas de changement arriver si vite. Majoritaire ou non chaque groupe à son mot à dire et la possibilité de faire passer ses idées à l’assemblée, pourquoi attendre les présidentiels pour d’un coup promettre de faire bouger les choses quand on en avait déjà la possibilité?

  5. Ya à boire et à manger dans ce rapport. Pour une synthèse des propositions les plus interessantes, voir ici :
    http://rudelle.blogspirit.com/archi