Forum des Enseignants Innovants suite et fin

Classé dans : Éducation, Libr'en Vrac | 74

Lors de mon précédent billet je me permettais de poser publiquement quelques questions quant au rôle exact du partenaire Microsoft dans le prochain Forum des Enseignants Innovants organisé conjointement par un collège d’associations.

En tant que je cite contributeur à l’organisation Serge Pouts-Lajus y a immédiatement répondu point par point ce dont je le remercie. Il a en particulier répondu par un simple Non aux deux dernières questions que je rappelle ci-dessous.

  • Bien que ce ne soit annoncé nulle part dans son règlement, le concours lancé à cette occasion participe-t-il de la sélection française des Enseignants Innovants qui s’en iront ensuite au prochain international Worldwide Innovative Teachers Forum ?
  • Le premier Forum des Enseignants Innovants de Rennes entre-t-il ou non dans le cadre du programme Innovative Teachers Forums de Microsoft ?

Dans l’intervalle Benjamin Clerc, actuel président de l’association Sésamath, m’a transmis un document fort intéressant intitulé FEI08.ppt (FEI08 pour Forum des Enseignants Innovants 2008). Ce document était attaché à un mail reçu le 11 janvier dernier par Sébastien Hache, membre fondateur de l’association Sésamath, pour inviter justement l’association à se joindre à l’opération. Ce mail était émis par François Jarraud, rédacteur en chef du Café pédagogique.

Ce document le voici. Il s’agit du diaporama présentant le projet Forum des Enseignants Innovants aux associations d’enseignants. Hormis le Café pédagogique et Projetice, j’imagine que les autres associations organisatrices ont reçu le même document mais ça n’est qu’une hypothèse.

C’est (bien entendu) du format Powerpoint mais, comme cela a déjà été dit, ça se lit très bien avec la suite bureautique libre OpenOffice.org. Et c’est donc ce que j’ai fait.

J’ignore ce que cela donne depuis MS Office Powerpoint mais depuis OpenOffice.org Impress lorsque l’on clique sur Propriétés du document, on obtient ceci :

Forum des Enseignants Innovants - Présentation - Propriétés - Général

Et lorsque l’on ouvre l’onglet Description on obtient cela :

Forum des Enseignants Innovants - Présentation - Propriétés - Description

Bien que document de présentation du projet aux associations, on aurait donc à faire à un document créé le 17 octobre 2006 par Microsoft Internal et modifié une dernière fois le 26 décembre 2007 par cafepeda, le tout décrit comme Innovative Teacher Forum EMEA Paris, March 29-30 2007.

Et pour ce qui concerne le corps du document, en voici la copie d’écran de la diapo n°7.

Forum des Enseignants Innovants - Présentation - Extrait

Il est donc écrit noir sur blanc : « Sélection des 5 projets les plus innovants qui participeront au forum des Enseignants Innovants Monde en Thaïlande ».

Or si l’on se réfère à ce document pdf (copie d’écran ci-dessous) le prochain Worldwide Innovative Teachers Forum de Microsoft aura justement lieu à Bangkok en octobre prochain.

Microsoft - Worldwide Innovative Teachers Forum - Bangkok

Ces nouvelles informations sont-elles de nature à nuancer quelque peu les réponses faites par Serge Pouts-Lajus ?

À vous de juger…

74 Réponses

  1. sylvain_petiot

    Aïe ça fait très très mal !

    On attend maintenant avec impatience la réaction des associations organisatrices.

    Vraiment bien joué, bravo !

  2. jouxtan_65

    Moi je ne trouve pas cela bien joué je trouve cela purement et simplement scandaleux !

    Mais de qui se moque-t-on ?

    On se moque des enseignants et donc de nos élèves et donc de nos enfants.

    Le Café Pédagogique que je lis tous les jours devra s’expliquer.

    Ce n’est pas le Forum des Enseignants Innovants c’est le Forum des Enseignants Candides et Inféodés !!!

    En plus je viens de Rennes !

  3. manitoox

    aKa n’ose peut-être pas le dire mais c’est ce qu’on appelle un flagrant délit de mensonge.

    J’espère au moins que toutes ces associations vont se remettre en question à commencer par celles qui sont en partenariat avec Microsoft et qui doivent bien le regretter maintenant.

    Entre les sous et la morale il fallait choisir messieurs. Les profs ne doivent dans leur grande majorité absolument pas s’en rendre compte mais c’est très grave de tenter d’abuser son monde ainsi surtout quand on est éducateur.

    :-(

  4. Il ne faut pas non plus oublier la première question et donc la première réponse de Serge Pouts-Lajus.

    Question : A-t-on bien précisé aux associations qui ont choisi de participer à l’organisation le rôle exact du partenaire Microsoft dans cette manifestation ?

    Réponse : Oui, très bien. Tu nous prends pour des naïfs ?

    Et voici ma propre réponse à la question de la réponse : OUI ABSOLUMENT !

    Je sais pas très bien qui est grillé dans cette histoire mais ça sent sérieusement le brûlé !!!

  5. eriquesse

    De 2 choses l’une:
    -soit Serge Pouts-Lajus est de bonne foi … et alors à lui de changer son discours devant les faits… et il devrait se "sentir mal" pour s’être fait abuser !
    – soit il était au courant et alors c’est pire … car c’est nous qui devrions être en colère pour avoir été abusé.

    En qui devons avoir confiance ?

    Un enseignant dubitatif … qui ne fait plus confiance qu’aux logiciels libres (et surtout à la communauté du libre) depuis quelques années …

  6. – Innovative teachers contre enseignants innovants.
    – Thaïlande contre Bangkok.

    Tant de coïncidences étranges entre cette association et Microsoft. Passons outre.

    Il ne manquerait plus qu’il y transpire une certaine communication pétrie de mensonges et de déguisements ridicules pour qu’on ait l’impression de se retrouver face à un agent Microsoft "under cover".

    Ah ?! On me signale que c’est déjà le cas. Que reste-t-il donc maintenant pour ne plus avoir de doute, le piétinage des spécifications OOXML ?

  7. Une seule chose à dire : bravo aKa pour ce travail d’investigation !
    Les pratiques de Microsoft sont trop peu dévoilées au grand jour, car ce sont des milliards d’euros de retour sur investissement qui sont en jeu.

    Un utilisateur de logiciels libres.

  8. Un autre utilisateur de logiciels libres.

    A mon avis certains enseignants oublient (sciemment et moyennant graissage de patte) totalement la partie la plus importante de leur mission : ne pas faire de prosélitisme.

    M’enfin c’est clair que si derrière on arrive à leur faire gober que l’innovation c’est un copyright migrosoft… faudrait voir à changer leur titre de soi-disant prof en titre de VRP ça serait plus juste.

  9. Serge Pouts-Lajus

    C’est une véritable enquête de police, avec fouille dans les poubelles !

    Si vous voulez bien baisser la lampe que vous me braquez dans la figure, je vais répondre, mais assez vite parce que le temps me manque (j’ai du travail…).

    Thierry de Vulpillières (chargé des partenariats dans l’éducation chez Microsoft) a proposé aux associations en septembre et en octobre (et même avant, et même après, c’est son boulot !) de transposer son concours en France mais ce projet ne convenait à personne.

    Finalement, on a construit un autre projet, avec des règles que les associations et leurs partenaires nationaux et locaux ont élaboré progressivement et fixé eux-mêmes, vous les connaissez, elles sont affichées sur le site d’inscription, j’ai répondu ici à des questions complémentaires. Une nouvelle question aujourd’hui donc, à laquelle il est tout aussi facile de répondre :

    Parmi les prix offerts aux lauréats du forum français des enseignants innovants, y a-t-il des invitations à un concours à Bangkok offertes par Microsoft ?
    La réponse est non.

    Je pourrais continuer de répondre à vos questions même si je manque de temps, je pourrais faire cet effort. En revanche, j’ai plus de mal avec les insultes proférées sous pseudo. Certains des commentaires aux trois dernier posts sont, comment dire,… ignobles.

    Je suis surpris de trouver de tels comportements, qui ne semblent choquer ici que moi, dans la communauté du libre. Vous semblez croire que la cause que vous défendez vous dispense des règles ordinaires de l’éthique vis-à-vis de ceux que vous désignez comme vos ennemis.

    Pour cette raison, je m’exprime ici pour la dernière fois. Le relais sera pris par les enseignants et les associations qui ont été ici diffamées, dans les formes qu’elles jugeront les meilleures.

  10. Je remet le même message que sur le billet précédent:

    Je suis enseignant et je n’ai qu’une chose à dire:
    MERCI FRAMASOFT!

    Et oui aucune information de tout ça (crosoft/opensource) dans l’éducation nationale… Les enseigants ne voient même pas les enjeux (me semble t il d’aprés ce que je voie) ce qui montre bien que la méthode crosoft risque d’être hautement efficace…

    Parents d’élèves faites vous enttendre les enseignants qui travailent sur des projets opensource ont souvent des batons dans les roues (choses vécues…). L’éducation nationale bouge mais si personne ne la défend (les enseignants ne suffisent pas à réellement défendre/modifier le systéme) alors il y en a d’autre qui s’en ocupperont suivez mon regard….

    Il me semble que tous les enseignants de tous les établissements scolaire seront sensible à tous cela mais encore faut il qu’ils soient au courant et conscient de tout ça…. vous pouvez me croire ce n’est pas leur employeur qui va leur dire!

  11. Le premier Forum des Enseignants Innovants de Rennes entre-t-il ou non dans le cadre du programme Innovative Teachers Forums de Microsoft ?

    M. Serge Pouts-Lajus répond non.

    Mais MicroSoft n’a pas l’air au courant:
    La page Innovative Teachers Forums;
    http://www.microsoft.com/education/
    renvoie sur le page Innovative Teachers Network:
    http://www.innovativeteachers.com/

    « To take a tour or become a member of the Innovative Teachers Network and start enjoying the benefits today, simply choose a country from the pull-down menu. »

    Demandez la France, et c’est le Café Pédagogique qui apparait.

    Voici un extrait du code source:

    <option value="www.miportal.edu.sv">El Salvador</option>
    <option value="www.koolielu.ee">Estonia</option>
    <option value="www.cafepedagogique.net">France</option>
    <option value="www.innovative-teachers.de">Germany</option>

    La dénégation semble assez peu crédible.

    Je suis surpris de trouver de tels comportements, qui ne semblent pas choquer ici que moi, dans l’éducation.

  12. > C’est une véritable enquête de police, avec fouille dans les poubelles !

    N’exagérons rien. Il s’agit d’un document de présentation de projet adressé à un président d’association. Ce n’est pas un SMS de Sarkozy tout de même !

    > Si vous voulez bien baisser la lampe que vous me braquez dans la figure, je vais répondre, mais assez vite parce que le temps me manque (j’ai du travail…).

    Il s’agit juste d’une mise en lumière de certains faits. Nous ne plaçons pas la lumière au même endroit apparemment.

    > Thierry de Vulpillières (chargé des partenariats dans l’éducation chez Microsoft) a proposé aux associations en septembre et en octobre (et même avant, et même après, c’est son boulot !) de transposer son concours en France mais ce projet ne convenait à personne.

    Est-ce donc Thierry de Vulpillières qui est l’origine du projet ? Rien que cette information serait intéressante et malheureusement hautement significative. Je rappelle que Sésamath n’a pas été reçu n’importe où lorsqu’on leur a parlé la première fois du projet : au siège de Microsoft France.

    > Finalement, on a construit un autre projet, avec des règles que les associations et leurs partenaires nationaux et locaux ont élaboré progressivement et fixé eux-mêmes, vous les connaissez, elles sont affichées sur le site d’inscription, j’ai répondu ici à des questions complémentaires.

    Le projet est sur le papier effectivement bien plus indépendant que d’autres Innovative Teachers Forum comme celui de Dakar par exemple. Mais vous auriez dû selon moi également négocier le changement de nom "Enseignants Innovants". Vous ne m’auriez pas alors trouvé sur votre chemin.

    > Parmi les prix offerts aux lauréats du forum français des enseignants innovants, y a-t-il des invitations à un concours à Bangkok offertes par Microsoft ? La réponse est non.

    Sachant que le document adressé à Sésamath le mois dernier évoquait le voyage en Thaïlande. Sachant que sur le règlement du concours il est juste précisé : "Les lauréats reçoivent des cadeaux offerts par les associations et les partenaires industriels du concours." J’avais tout de même le droit de me poser la question non ?

    > Je pourrais continuer de répondre à vos questions même si je manque de temps, je pourrais faire cet effort. En revanche, j’ai plus de mal avec les insultes proférées sous pseudo. Certains des commentaires aux trois dernier posts sont, comment dire,… ignobles.

    Deux fois que le temps manque. On aura compris que vous n’avez pas que cela à faire c’est entendu. Pour les insultes c’est une question de perception parce qu’après avoir relu les commentaires j’y ai vu de la véhémence parfois il est vrai mais une seule accusation vraiment directe concernant un éventuel mensonge. Pour ce qui me concerne, professeur et à l’initiative de Framasoft, c’est ne pas avoir fait la moindre mention du logiciel libre sur le site de Projetice qui m’a fait un drôle d’effet.

    > Je suis surpris de trouver de tels comportements, qui ne semblent choquer ici que moi, dans la communauté du libre. Vous semblez croire que la cause que vous défendez vous dispense des règles ordinaires de l’éthique vis-à-vis de ceux que vous désignez comme vos ennemis.

    On reprend ici la posture classique qui tend à faire passer la communauté du logiciel libre pour des intégristes qui brandiraient à tout bout de champ la bannière "pas de liberté pour les ennemis de la libertés". Pour ce qui me concerne vous pouvez parcourir tout le reste du blog pour voir si tel est vraiment le cas. Et en attendant on ne répond pas vraiment aux questions dont le toute première était : "Est-ce l’association une fois créée qui a sollicité Microsoft ou bien est-ce Microsoft qui a suggéré à quelques enseignants volontaires de créer l’association ?"

    > Pour cette raison, je m’exprime ici pour la dernière fois. Le relais sera pris par les enseignants et les associations qui ont été ici diffamées, dans les formes qu’elles jugeront les meilleures.

    Ce vibrant appel lancé aux collègues et aux associations sera notre conclusion.

  13. «En creux, toutes ces mentions
    signalent un danger : il faut se protéger soi-même, protéger ses droits et sa liberté, être responsable et toujours vérifier l’information disponible.»

    Le paragraphe précédent est extrait d’un texte sur les tice de M. Serge Pouts-Lajus disponible sur internet;
    http://www.education-territoires.fr

    On notera que l’adresse de la société qui héberge ce texte, Education et Territoire, est la même que celle de l’association projetice. Il y a des coïncidences parfois.

    Au sujet de MS j’ajouterai juste: «Timeo Danaos et dona ferentes» .

  14. C’est amusant comme certains présentent des faits, documents à l’appui, et d’autres répondent par des sentiments.

    Mr Pouts-Lajus, si vous voulez nous convaincre, il va falloir trouver un peu plus que "j’ai du mal avec les insultes proférées sous pseudo".

    Où sont vos faits, vos document pour attester ces faits ?

    Mr Pouts-Lajus, je fais partie des gens qui aiment bien qu’on leur accorde un peu de temps. vous êtes trop occupé pour vous occuper de nous ? Vous êtes trop important pour avoir à vous justifier ?

    Je ne vous insulterais pas, ça n’apporte rien. je vais simplement vous demander d’aporter un peu de contenance a votre discours avant d’accuser les méchants internautes qui vous en veulent injustement.

  15. Hybrid Son Of Oxayotl

    Serge (je me permet de vous appeler par votre prénoms, ça fait moins hautain ou méprisant que Mr Pouts-Lajus, mais bien entendu, si vous préférez la seconde appellation, je m’y plierai sans problème), il y a à mon humble avis beaucoup de gens qui, tout comme moi, ne donnent pas ouvertement leur avis, mais prêtent une grande attention à vos messages. J’apprécierai, et je pense qu’eux aussi apprécieraient, de vous voir continuer à répondre.
    Vous êtes en effet la seule personne ici à pouvoir nous donner un autre aperçu des faits, ce qui est appréciable.

  16. Karl Meyer

    Monsieur Pouts-Lajus, voici comment je lis les choses à partir des articles du Framablog mais à vous de me démentir si je me trompe.

    Vous (Projetice, Café pédagogique…) et Microsoft (certainement Thierry de Vulpillières) avez tenté de monter une opération Forum des Enseignants Innovants 2008 en France (puisqu’il n’y en avait pas encore dans ce pays) :

    – Où la présence de Microsoft serait assez discrète pour qu’embarquent malgré tout les associations (ce qui explique les petits aménagements par rapport à un Innovative Teacher Forum classique)
    – Où cette discretion conviendrait tout de même à Microsoft pour toutes les raisons décrites ici

    Le tout sur fond de "regardez un peu toute la créativité des enseignants français que l’on a fait se rencontrer, et échanger, etc."

    Pour vous c’est donc du gagnant-gagnant en quelque sorte. Vous faites plaisir au profs participants, vous faites plaisir aux associations, vous faites plaisir à Microsoft.

    Et je ne pense pas que le Framablog, dont l’audience reste à mon avis faible à l’échelle de tous les enseignants, puisse à lui seul ternir cela et gâcher la fête.

    Bonne fête donc…

    Suggestion pour la deuxième édition en 2009 : Changer de nom et se passer totalement du partenaire Microsoft.

  17. François

    Professeur amateur de logiciels libres, j’adore Framasoft. Je suis aussi lecteur du Café Pédagogique (je suis d’ailleurs venu sur Framasoft par un lien du Café Pédagogique il y a maintenant quelques années).
    Les informations qui font l’objet de cette controverse m’ont permis au moins d’aller chercher sur le site du Café Péda le lien "Qui sommes nous".
    On y trouve, "Les partenaires du Café pédagogique" :

    France 5 Education – Le Conseil régional d’Ile-de-France – La Ligue de l’Enseignement et … Microsoft.
    Le Café avait besoin d’une aide financière plus conséquente il y a quelques mois.. et il semble qu’il l’ai trouvée.

    Conclusion : Je continuerai à lire le Café Péda en toute connaissance de cause. Leur ligne éditoriale est intéressante. Je ne demanderais qu’une chose : continuer de parler des logiciels libres et des différentes manifestations s’y rapportant. S’expliquer plus ouvertement sur le recours à ce partenariat : On trouve encore sur l’appel à contribution pour soutenir le Café Pédagogique : "Enfin il faut aussi veiller à diversifier nos ressources pour rester un organe totalement indépendant". ???

    Remarque : Le moteur de recherche interne du site a changé depuis une date que je ne saurait définir (je ne fais pas de recherches régulières sur le site) pour LiveSearch…

  18. Serge Pouts-Lajus

    Je remercie les derniers commentaires apaisants.
    Concernant la généalogie de ce forum, j’ai dit précisément comment les choses s’étaient passées. Je ne peux rien ajouter de plus. Nous aurions pu changer le nom du forum. Alexis plaisante quand il dit qu’il n’aurait alors rien trouvé à redire. Nous avons cherché un autre nom. Moi j’étais plutôt en faveur de professeurs que d’enseignants, les autres n’étaient pas d’accord là-dessus. Par contre, nous étions tous attachés au mot innovation qui n’appartient à personne.

    Ces choses-là se décident vite. Très franchement, je ne regrette pas, je trouve que c’est un beau nom pour cet événement.

    Maintenant, oubliez Microsoft cinq minutes, et essayez de relire cette histoire avec un autre point de vue : ce forum est celui des associations.

    Concernant le café pédagogique, puisqu’on ne trouve rien à redire sur le contenu, on lui reproche seulement de ne pas parler assez du logiciel libre. Et on voit dans cette insuffisance, le signe de notre absence de neutralité. Nous parlons de ce que nous voulons (nous sommes libres n’est-ce pas) et par ailleurs nous ne parlons pas beaucoup des logiciels, des techniques, mais de la pédagogie et des usages, chacun son truc. Quand il est question de logiciel libre, les rédacteurs pointent le plus souvent chez Framasoft. Et ils continueront de le faire.

  19. Laurette

    100 000 Euros ! On peut en faire des choses en Opensource avec 100 000 Euros . Le budget d’OpenOffice.org pour tous ses séminaires tourne autour des 6000 Euros ….
    On a malheureusement pas été capable de trouver ne serait ce que 50 000 Euros pour développer un convertisseur de Macro et le correcteur grammatical est développé bénévolement par une thèsarde hébergée par Nuxeo puis par Linagora !
    Que Microsoft garde ses 50 000 Euros et que les autres sommes soient mieux investies , elles rendront certainement plus de services aux enseignants et élèves de tous bords qu’une misérable réunion de 100 personnes dont les seules conséquenses supposées seront l’achat de produits Microsoft.

  20. Dominique

    Moi aussi je suis prof fidèle lecteur du Café.

    Je pense qu’il en sortirait grandi à parler de cette petite affaire plutôt qu’à la taire parce que l’école, microsoft, ses partenariats, et le logiciel libre ce sont des vraies questions autour des TICE.

    Il y a là l’occasion d’un vrai débat où j’aimerais bien voir certains prendre la parole et porter la contradiction au Framablog.

  21. Serge Pouts-Lajus

    Kalr Meyer fait une suggestion intéressante pour le forum de l’an prochain et je ne l’ai pas relevé. Je le fais maintenant : changer de nom et se passer du partenariat Microsoft.

    C’est une bonne idée. Je vous suggère de prendre contact avec les associations qui organisent le forum.Elles sont évidemment ouvertes à tout ce qui fait avancer la cause de l’innovation pédagogique et, pour cela, toutes les bonnes volontés sont les bienvenues.

  22. Devinette : De qui sont les deux citations suivantes (que j’approuve sans restriction) ?

    « Il existe des industriels qui produisent et diffusent leurs logiciels selon des règles qui ne sont pas celles du libre. Les créateurs de logiciels libres ne contestent pas leur existence et n’ont pas pour but premier de les évincer du marché. En revanche, ils dénoncent et s’opposent à des comportements commerciaux qu’ils jugent irréguliers, notamment lorsqu’ils aboutissent à priver les usagers de l’informatique de l’un de leurs droits essentiels : la liberté du choix. Qu’elle le veuille ou non, l’école doit s’intéresser au logiciel libre, s’en faire une idée et, s’il le faut, prendre parti. Les enseignants et les élèves constituent en effet l’un des groupes sociaux les plus consommateurs d’informatique. Par ailleurs, l’école est le lieu central où sont présentées, étudiées et transmises les œuvres de l’esprit, ces biens communs dont les logiciels ne sont que les derniers venus : leur disponibilité et leur libre circulation sont indispensables à la fondation et à la transmission d’une culture. »

    Et :

    « Il n’est pas facile d’empêcher l’eau de couler. Il faut construire des obstacles, des barrages, veiller à leur étanchéité qui doit être parfaite : à la moindre faille, au moindre interstice, l’écoulement reprendra. De même, il n’est pas facile d’empêcher une information de circuler. Il faut que chacun de ceux qui la possèdent la conserve, résiste à la tentation de la transmette ; or plus les détenteurs d’une information sont nombreux et plus cette condition est difficile à réaliser et surtout à maintenir dans la durée. Pour y parvenir, il faut construire des dispositifs sophistiqués qui interdisent aux personnes de communiquer entre elles. Ce sont, pour l’essentiel, des dispositifs moraux et juridiques complétés par des systèmes techniques de cryptage. »

    Réponse : De Serge Pouts-Lajus dans un très intéressant article intitulé fort joliment "Retour aux sources" (DIE n°46 – mars 2004) que je vous invite à parcourir dans son intégralité.

    Lien : http://www.txtnet.com/ote/Libre.htm

    Je vous laisse en tirer vos propres conclusions 😉

    PS1 : L’article commence ainsi : « Le climat qui entoure le logiciel libre n’est certainement pas apaisé. »
    PS2 : Ce document ne figure malheureusement pas sur le site de Projetice.

  23. Ma conclusion c’est que tant que Monsieur Pouts-Lajus ne s’acoquine pas avec Microsoft il est très fréquentable :)

    Et comme disait Abba : "Money, money, money…"

  24. Free Pierrick

    Bien vu aKa mais deux ans plus tard ce n’est plus le même son de cloche.

    Citation de Pouts-Lajus extraite de "Note de synthèse N°4 : Libre vs propriétaire" sur un blog où Microsoft est une fois de plus partenaire.

    Source : http://www.ent-leblog.net/ent_le_bl

    "Logiciel libre ne veut pas dire logiciel gratuit, tout le monde le sait maintenant. Mais on s’attend, au moins du côté de Lyon et sans doute ailleurs, à ce que les solutions libres, même lorsqu’elles sont portées par des entreprises industrielles ce qui est évidemment indispensable pour des ENT régionaux, soient moins chères que les solutions propriétaires. Eh bien, ce n’est pas si sûr. La société Accenture vient de réaliser, à la demande de la CDC, une étude comparative des coûts des solutions ENT qui aboutit à cette conclusion décoiffante : dans le cadre d’un déploiement territorial important, la solution d’un ENT libre est la plus chère !"

    Ce qui est décoiffant ici c’est que Accenture est un grand partenaire de Microsoft.

    Lien 1 : http://www.microsoft.com/france/edu
    Lien 2 : http://download.microsoft.com/downl

    Et comme disait Dutronc : "Je retourne ma veste…"

  25. Avis à la population, suite à toute cette malheureuse histoire,
    je vous conseille un ty clic sur ce lien :
    http://www.ilv-edition.com/librairie/le_hold-up
    qui pourra peut-être pour certain(s),
    leur remettre les pendules à l’ heure …

  26. Serge Pouts-Lajus

    On me fait bien de l’honneur à exhumer ces textes…
    Mon nom, rare, facilite les recherches. Je réfléchis sur ces choses librement et du mieux que je peux depuis assez longtemps, j’ai pu écrire des chose sottes ou inexactes, mais je ne crois pas que je puisse me renier sur quoi que ce soit.
    J’exprime dans le texte des DIE exactement ce que je pense du libre. Je me réjouis donc lorsque je constate, dans les établissements scolaires que je visite souvent que, certes, les postes de travail sont sous Windows, mais que les serveurs sont le plus souvent sous Linux avec des applicatifs en libre (EOLE, SLIS) et que, presque toujours, la suite bureautique sur les postes est Open Office. Par ailleurs, dans les rectorats et les collectivités territoriales, il existe, sans exception pour ce que j’en connais, un puissant courant en faveur du libre. Ce qui fait que je ne comprends pas bien pourquoi il est souvent dit ici que le libre n’a pas, dans l’éducation en France, la place qu’il mérite.
    J’aime le libre, mais je n’aime pas tout dans le libre. Par exemple, je n’adhère pas au projet Wikipédia et je n’aime pas non plus une forme de promotion du libre que je juge sectaire. Un responsable informatique dans un rectorat m’a dit un jour ceci : le libre, ça devrait être obligatoire. Et le rapprochement de ces deux mots, libre et obligatoire, ne le choquait pas. Je dois avouer que ça m’a un peu glacé.

  27. Simon Chapelle

    Les commentaires des trois articles sont vraiment intéressants. Je suis plutôt "pro libre" mais contrairement à Poutz Lajus je trouve qu’on a évité les interventions radicales et sectaires même si bien sûr ce sont plutôt les "pro libres" qu’on a entendu.

    Et d’ailleurs justement on a entendu les "pro libres", on a entendu M. Pouts-Lajus qui semble être le coordonnateur central du forum, on a même entendu le gars de chez Microsoft responsable des partenariats, mais on a pas entendu du tout des représentants des associations qui organisent le forum.

    Soit elles se rangent docilement derrière les réponses de Pouts-Lajus et du gars de Microsoft. Soit elles sont un peu gênées aux entournures. Soit elles s’en foutent comme de l’an 40 de tout ça.

    Je penche malheureusement pour la dernière hypothèse.

  28. L’affaire se clarifie, c’est bien.

    Je reste intimement persuadé que projectice est mené par des gens qui ne sont pas mauvais dans le fond, mais ne se sont sans doute pas rendu compte des enjeux.

    Personnellement, ca me choque qu’un compagnie privée, quelle qu’elle soit, et donc pas seulement microsoft, finance l’education des enfants. je trouve aussi choquant que la phylosophie du partage du logiciel libre ne soit pas ne serait-ce qu’expliquée a l’école.

    Comme idiqué sur le programme de LCI, c’est secteur avec une croissance a deux chiffres. Je suis persuadé que ce modele va submerger les autres, et pas seulement dans l’informatique, mais aussi dans al musique, les films et tout dommaines ou les données sont numérisables et donc copiable a l’infini. La seule question est celle du temps que ca va prendre.

  29. Allez, un autre ty clic sur http://www.clubic.com/actualite-127
    histoire de faire le lien (sans jeu de mot, ou presque …) avec l’ actualité .

  30. David P.

    Moi aussi j’ai trouvé un truc pas mal sur le web sur le site du très sérieux MondeInformatique.fr

    Titre : "Innovative Teachers Forum 2007": à l’Unesco et au Louvre, les TIC se mettent au service de la pédagogie
    URL : http://www.lemondeinformatique.fr/a

    "A l’initiative de cette opération, Microsoft. Mais l’éditeur s’est volontairement mis en retrait pour promouvoir l’aspect éducatif de ce rendez-vous international et évoquer d’autres partenaires comme l’Unesco, les ministères français de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, le Louvre, France5, le Café Pédagogique, Projetice et les Clionautes (ces associations du monde enseignant réfléchissent de manière complémentaire à l’usage des Tice) ainsi que Samsung (prêt des tablets PC)."

    On retrouve donc un peu toujours les mêmes non ? Les mêmes assoc partenaires de Microsoft !

    Et par rapport à la promotion du logiciel libre ces associations ne sont pas du tout complémentaires !

    Et puis plus loin…

    "Thierry de Vulpillières est directeur des partenariats éducation chez Microsoft. Il a en charge le développement des partenariats avec l’ensemble des acteurs du monde de l’éducation (enseignants, établissements scolaires, associations, syndicats, encadrements, éditeurs) dans le but de faciliter le développement des usages des Tice : « Microsoft est l’initiateur de cette opération, l’an dernier nous étions à Tallin. Tous les ans, des partenaires se rajoutent ou se substituent. Cette année, avec le Louvre, nous avons monté un projet très intéressant. Des coachs accompagnaient les enseignants présents et le montage a été fait avec des ingénieurs. Il est très important de mettre les Tice au service de l’éducation et des communautés enseignantes, mais il ne faut pas se tromper : Innovative Teachers Forum n’a pas pour ambition de transformer les professeurs en informaticiens, c’est pourquoi des ingénieurs avaient pour mission de monter les travaux réalisés pendant les ateliers. »"

    Des coachs et des ingénieurs Microsoft qui accompagnent des enseignants… pour ne pas les transformer en informaticiens ou pour ne pas les transformer en utilisateurs avertis, autonomes et responsables de l’informatique ???

  31. <i>Et le rapprochement de ces deux mots, libre et obligatoire, ne le choquait pas. Je dois avouer que ça m’a un peu glacé.</i>

    Remplacez le mot «libre» par le mot «windows», et vous découvrirez ce qui continue à se passer pour 99% des enseignants de France.

    Dans mon collège, c’est Campus pour les notes. Tu as pas windows, tu as un mac? eh bien tu saisis au collège. C’est windows ou rien de toutes façons.

    Le libre devrait être obligatoire dans l’éducation oui. Parce que tout autre solution est une rupture de l’égalité d’accès à l’éducation. On ne peut pas accepter l’idée que certain ont les moyens, et Word, et d’autre n’ont pas les moyens, et ne peuvent pas utiliser les mêmes logiciels chez eux que à l’école. Le cout d’achat d’un ordinateur est déjà un problème en soi.

    Le libre devrait être obligatoire, parce que l’égalité d’accès aux documents doit être la règle et que chez MS on n’interopère que sous le coup de 800 Millions d’euros d’amendes.

    Le libre devrait être obligatoire, parce que c’est la seule façon de réaliser l’indépendance stratégique de la France dans les systèmes d’informations, vieu rêve gaulliste qu’un autre c2i n’a pas eu les moyens de réaliser.
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Compag

    L’informatique est une question stratégique importante, relisez les raisons qui poussent la gendarmerie à changer. Dans la gendarmerie c’est libre obligatoire, et franchement ça ne me choque pas.

    En plus, c’est aussi une question de budget. Combien de milliards de nos impots partent dans des licences Microsoft? Vous n’en saurez rien. Personne n’en sait rien. Entre les écoles (budget communes, les collèges, les lycées, les universités, les facs, les administrations, personne ne peut chiffrer ça précisément. Des ordres de grandeur, au mieux.

    Le libre obligatoire, ça vous glace? Liberté, Égalité, Fraternité c’est pourtant un beau programme. C’est celui du logiciel libre.

  32. Jean-Philippe

    Je suis tombé sur votre site que je ne connaissais pas en cherchant "enseignants innovants".

    Dites donc, ça calme l’enthousiasme tout ce que vous dites.

    C’est vrai que la comm’ des organisateurs cache l’omniprésence de microsoft.

    C’est pas joli joli tout ça !

  33. Ptigrouick

    "Je n’adhère pas au projet Wikipédia et je n’aime pas non plus une forme de promotion du libre que je juge sectaire."

    Moi c’est plutôt ça qui me glace… J’aimerais bien savoir ce qui vous dérange dans le projet Wikipédia. En tant qu’enseignant vous devriez plutôt être enthousiasmé par cette magnifique oeuvre collective qui met la connaissance librement accessible à tous. Sans compter les projets dérivés Wikibook, Wikiquote, Wikiversity, Wiktionary. Mais peut-être est-ce un peu trop "innovant" pour vous ? Dommage pour un enseignant innovant…

    Quand aux dérives sectaires du libre, j’ai du mal à saisir le fond de votre pensée. Peut-être considérez-vous comme du sectarisme le fait de proposer des logiciels libres sans présenter également les solutions propriétaires équivalentes ? Je ne suis pas enseignant, mais il m’arrive de participer à des formations en informatique/géomatique et j’ai souvent l’occasion d’y présenter des logiciels libres. Je serai ravi d’y présenter des solutions propriétaires, mais voyez-vous je n’ai pas les licences pour les faire fonctionner. Il faut arrêter de confondre les causes et les effets : ce n’est pas par pure idéologie anti-propriétaire que je ne peux pas présenter ces logiciels, mais bien à cause de leur licence trop restrictive. Qualifiriez-vous le site Framasoft de sectariste parce qu’il ne présente que des solutions libres ?

    Et quand bien même on pourrait taxer les défenseurs du libre de dérive sectaire, quel est le dommage pour la "victime" ? Si il trouve plus tard mieux dans le monde propriétaire, libre à lui d’abandonner la solution libre. Le sectarisme, il me semble plutôt dans le camp d’en face, avec toute la désinformation et les attaques que subissent les logiciels libres de la part des éditeurs propriétaires qui, eux, en veulent à votre porte-monnaie et à votre liberté.

    Quant à cette histoire avec Microsoft, j’ose espérer que vous n’en êtes que la victime et pas le complice. En tout cas leur tentative de positionnement discret a plutôt échoué. Merci aKa pour cette mise en lumière révélatrice de la stratégie actuelle des éditeurs propriétaires comme Microsoft. La prochaine fois, il faudra qu’ils soient plus vigilents avec l’utilisation de leurs propres logiciels, ça leur évitera de laisser des traces compromettantes :)

  34. Et "re-dix de der", la suite de l’ actu sur ce lien :http://www.clubic.com/actualite-127
    S@lut …

  35. wikipedia est juste à l’image du net: on y trouve du très bon et du lamentable. Comme sur le net il faut savoir trier.

    En particulier l’activisme de certains est une nuisance à laquelle il n’a toujours pas été trouvé de réponse.

    Il faut arrêter de présenter wikipedia comme le summum du savoir collectif. C’est une organisation humaine avec ses limites. Une petite lecture:
    http://www.makarevitch.org/rant/wik

  36. On peut d’ailleurs se poser la question de la raison de la non adhésion au projet wikipedia des gens du café pédagogique, projet dont un des soutien (MS) commercialise un concurrent de Wikipedia (Encarta).

    De l »influence de la publicité sur le contenu.

    (cette dernière phrase contient un message caché destiné à framasoft.)

  37. Ptigrouick

    Il ne me semble pas avoir présenté Wikipédia comme le summum du savoir collectif… Evidemment, comme toute organisation humaine, elle a ses limites. Mais qu’est ce qui peut être considéré comme le summum du savoir collectif ?

    ll est étrange de constater que l’on attaque très souvent une encyclopédie comme Wikipédia, sous le prétexte qu’elle est rédigée par Monsieur tout le monde, alors qu’une encyclopédie comme Encarta, mon bon Monsieur c’est plus sérieux parce que c’est rédigé par des "experts"… Les "experts" se trompent aussi très souvent, mais dans ce cas personne ne peut corriger leurs erreurs. On aura tendance à prendre leurs dires pour argent comptant alors que sur Wikipédia on aura d’avantage tendance à peser le pour et le contre. Dans chaque article, il y a de nombreux liens qui permettent d’approfondir la question et de se faire une opinion.

    Au lieu de dénigrer, beaucoup ferait bien de venir y apporter leur science pour l’améliorer.

  38. Pourquoi Sésamath a-t-elle décidé de ne pas rejoindre certaines associations afin d’organiser ce forum des enseignants innovants ?

    Une proposition de participation lui a d’abord été faite au siège de Microsoft France, puis quelques mois plus-tard, par un mail du Café Pédagogique.
    A noter que dans sa réponse au Café Pédagogique, Sésamath avait émis l’idée d’envoyer un de ses membres pour voir comment ces journées allaient se passer, et cela avait été accepté.

    Il ne s’agit pas d’une question de personnes ou de structures (Sésamath est très respectueuse de l’action du Café pédagogique et des autres associations) mais bien d’une position de fond.
    Il est apparu évident à Sésamath que Microsoft était l’initiateur de ces rencontres, sur le modèle d’autres rencontres internationales du même type.
    Ce rôle majeur et prépondérant joué par Microsoft ne nous semble pas être la bonne solution. Sésamath ne considère pas comme une bonne chose qu’une entreprise privée, quelle qu’elle soit, se substitue au rôle de l’Etat, quand bien même celui-ci serait défaillant, surtout quand il s’agit d’enseignement. Cela ne nous semble pas sain.

    Benjamin Clerc
    Président de Sésamath

  39. > Un responsable informatique dans un rectorat m’a dit un jour ceci : le libre, ça devrait être obligatoire. Et le rapprochement de ces deux mots, libre et obligatoire, ne le choquait pas. Je dois avouer que ça m’a un peu glacé.

    Je ne mordrais pas à l’hameçon 😉

    Je répondrais simplement avec cette autre citation de Serge Pouts-Lajus mentionnée plus haut dans les commentaires.

    "Qu’elle le veuille ou non, l’école doit s’intéresser au logiciel libre, s’en faire une idée et, s’il le faut, prendre parti."

    Je pense qu’il le faut en effet. On n’a que trop tardé.

    (et ce n’est pas avec Projetice qu’on risque de s’en faire la moindre idée)

  40. Serge Pouts-Lajus

    L’école française, je l’ai dit plus haut et personne ne l’a relevé, a déjà largement pris parti pour le libre, c’est manifeste.
    Mais entre prendre parti et rendre obligatoire, il y a une nuance qui me semble évidente; comment se fait-il que tu ne la voies pas ?

  41. Christophe

    Les Editions Larousse travaillent actuellement à un projet d’encyclopédie contributive sur Internet :

    http://www.afef.org/blog/index.php?…

    M Pouts-Lajus ne va pas non plus aimer Larousse !!!

  42. DimitriZ

    J’ai une question à poser à Projetice et au Café pédagogique.

    Je ne fais pas le naïf et je me doute bien que le partenariat Microsoft est avant tout motivé par l’argent mais :
    – Avez-vous choisi Microsoft parce que vous aviez besoin (coûte que coûte) de sous pour vous développer ?
    Oui bien
    – Avez-vous choisi Microsoft parce que la société, ses produits et son approche correspondaient au cahier des charges et aux objectifs de vos associations ?

    Ce n’est pas tout à fait la même chose.

  43. Hybrid Son Of Oxayotl

    "L’école française, je l’ai dit plus haut et personne ne l’a relevé, a déjà largement pris parti pour le libre, c’est manifeste."

    C’est dommage, n’ayant quasiment jamais entendu parler de formation, à l’école française, à OpenOffice.org, mais toujours à Word ou Excel, je trouve cette déclaration fantaisiste …

  44. Serge Pouts-Lajus

    Eh bien, cher Hybrid Son Of Oxayotl, si vous n’avez jamais entendu parler de formation à Open Office dans les écoles françaises, c’est que vous êtes vraiment mal informé ou pas très attentif.

    Il suffit de consulter les plans académiques de formation et les animations organisées par les CRDP et les CDDP. Je vous en ai pris trois au hasard, mais vous pouvez continuer le tour de France vous-même.
    A Paris :
    http://datice.scola.ac-paris.fr/ind
    http://crdp.scola.ac-paris.fr/page….

    A Nantes :
    http://www.crdp-nantes.fr/service/a

    A Lille
    http://crdp.ac-lille.fr/sceren/rubr

  45. Serge Pouts-Lajus

    Dimitriz, si vous voulez poser une question à ces deux associations, ne vous gênez surtout pas, elles ont des mails. Il vous faudra simplement pour cela, d’abord sortir de l’anonymat et ensuite, enfin c’est mon conseil, ne pas donner la réponse en même temps que la question…

  46. Serge Pouts-Lajus

    Christophe enfin, ce que je reproche à Wikipedia c’est justement l’anonymat des contributeurs. Quand je lis un texte, j’ai envie de savoir qui l’a écrit. C’est bête…
    Le projet de Larousse n’est pas un projet d’auteurs anonymes pour ce que je comprends.

  47. AMHA L’école française n’a pas pris parti pour le libre, ni contre. Le ministère non plus. Il semble n’avoir tout simplement pas de politique sur la question, essayant de ne donner surtout pas l’air de soutenir le logiciel libre (pas de RIP pour les logiciels libres) mais en essayant de donner l’impression qu’il le soutient quand même (un petit coup de SIALLE pour ne pas rien faire non plus).

    Les enseignants utilisent beaucoup le logiciel libre, mais de leur propre chef. Et du fait de la faiblesse des budgets et des salaires.

  48. Serge Pouts-Lajus

    Yves, l’Education nationale, ce n’est pas seulement le ministère, c’est aussi et surtout les rectorats, les inspections académiques, les collectivités territoriales et les établissements qui sont autonomes et ont évidemment un rôle important.

    A tous ces niveaux, on voit que le libre est connu et soutenu. La région ille de France (le quart de la population lycéenne de France tout de même) a distribué cette année une clé USB bourrée de logiciels libres à tous les lycéens et apprentis. Ce n’est pas rien tout de même et ce n’est qu’un exemple.

  49. Et par contre la mairie de Lyon a signé un accord avec MS.

    Le libre dans l’éducation ce n’est que des initiatives locales ou individuelles. On attend une politique de soutien du ministère, mais on risque d’attendre longtemps.

    Une politique de soutien ça pourrait être:
    – une forge pour les projets éducatifs libres, comme il y en a une pour ‘administration http://admisource.gouv.fr/
    – une vraie politique de soutien aux enseignants qui développent des projets libres importants, sous forme de décharge horaire et/ou de primes.
    – un cahier des charges pour l’équipement informatique qui prenne en compte la compatibilité Linux.
    – des instructions données aux académies pour que les serveurs en pédagogie soient en linux/samba comme pour les serveurs côté administrations.
    – La création d’une distribution Linux "de référence" pour l’éducation, susceptible de servir de plateforme de compatibilité pour les éditeurs privés. Le RIP pourrait alors n’être accordé qu’aux logiciels compatible avec cette distribution.
    – les épreuves pratiques des examens sous logiciels libres, dès que possible.
    – des contrats passés avec des sociétés pour améliorer certains logiciels libres, dans le cadre de la politique de soutien à l’innovation pédagogique.

    Liste non limitative, bien sûr.

  50. Le maire de Paris aussi a signé des accords avec Microsoft, pourtant le service informatique de la ville est actif pour le déploiement des postes Linux depuis longtemps.

    Déjà qu’on à a se trainer les boulets de tous ces problèmes (licenses et autres dans les catalogues des bibliothèques de la ville (un reseau de plusieurs 10aines de bibliothèques), j’aurais préféré le contraire. En fait c’est un site en ASP, ils ont du acheter pleins de nouvelles licenses cette année, l’année dernière on avait souvent sur le catalogue, erreur nombre de licenses dépassée, ca doit couter une fortune aux bibliothèques. De plus la recherche est vraiment très limitée, a mon avis un système mysql+php+apahce+linux ferait parfaitement l’affaire pour le remplacer a moindre coup :
    http://dac-opac-pret.paris.fr/cyber

    Il veut installer des xbox dans des salles de sports. Encore à la limite, la wii j’aurais un peu compris, mais la xbox, là je ne vois pas du tout ce que peut venir y faire.

  51. Je me permets de rebondir sur ce qu’a dit Serge Pouts-Lajus à propos de la distribution d’une clé usb remplie de logiciels libres.
    J’ai vécu ce genre d’opération lorsqu’étudiant à Nancy, sauf que le support était un DVD. Eh bien je peux vous garantir de l’inutilité d’une opération pareille s’il n’y a pas de sensibilisation à coté de ça.

    Le lycéen partisan des logiciels libres sera ravis d’avoir une clé de ce genre, mais la première chose qu’ont dû faire les 3/4 des lycéens, c’est formater leur clé pour pouvoir mettre autre chose dessus.

    Les habitudes se change par la formation, pas la disponibilité des logiciels. Tout le contenu de cette clé est accessible par une recherche de 5s dans google.

    Pour les DVD offerts aux étudiants Nancéiens, ils jonchaient les poubelles à la sortie du bureau d’inscription, où ils étaient refilés par les employées de secrétariat sans un mot.

  52. Pour les bibliothèques la référence en logiciel libre est koha, me semble-t-il:
    http://www.koha-fr.org/

  53. Jules D.

    Lu sur le Café pédago d’aujourd’hui à propos du dernier jour de l’inscription au fameux concours

    "Ce n’est pas le « jamais vu » ou le spectaculaire technologique que nous recherchons dans l’innovation pédagogique. Si parmi les cent professeurs qui se retrouveront à Rennes, dix sont des professeurs de français et que tous montrent comment ils utilisent les blogs et les wikis pour permettre à leurs élèves d’apprendre à s’exprimer par écrit, nous ne nous dirons pas que nous voyons dix fois la même chose et nous ne nous dirons pas non plus que ce que nous voyons là, nous le connaissions déjà. Les professeurs et les élèves sont tous différents."

    Avec le décryptage Framablog ça pourrait aussi donner ça

    "Ce n’est pas le « jamais vu » ou le spectaculaire technologique que nous recherchons dans l’innovation pédagogique. Si parmi les cent professeurs qui se retrouveront à Rennes, cent utilisent des logiciels Microsoft pour permettre à leurs élèves d’apprendre à s’exprimer par écrit, nous ne nous dirons pas que nous voyons cent fois la même chose et nous ne nous dirons pas non plus que ce que nous voyons là, nous le connaissions déjà. Les professeurs et les élèves sont tous différents."

    😛

  54. Hybrid Son Of Oxayotl

    Serge,

    Je n’ai trouvé le mot OpenOffice.org (enfin, Open Office. Mais le vrai nom du projet et du logiciel est OpenOffice.org à cause de problèmes de marque déposée …), en utilisant la recherche incrémentale de Firefox, que dans le second lien que vous proposez, et après un clic sur Logiciel Libres. Vous devriez mettre des liens plus directs, ou si ce n’est pas possible, expliquer comment atteindre les pages auquel vous pensez.

    J’ai été flou sur ce point, mais je suis encore étudiant, et je pensais naturellement à la formation des étudiants, pas encore à celle des professeurs, ce qui pourrait changer dans pas si longtemps ;·D.
    Avez-vous des exemples de formation des étudiants à l’utilisation d’OpenOffice.org (ou autre traitement de texte libre, bien entendu) ?

  55. La nouvelle vient de tomber de mon téléscripteur : "Le géant de l’informatique a été condamné mercredi à une amende de 899 millions d’euros pour avoir tardé à ouvrir ses logiciels. Cette sanction est la plus lourde infligée par la Commission européenne à une seule entreprise."

    Dites donc, Projetice, Café pédagogique et les autres, ça vous fait rien, éthiquement parlant, d’être sponsorisés par une entreprise américaine désignée ô combien hors-la-loi par Bruxelles ?

    Rompez vos partenariats c’est la meilleure décision que vous puissiez prendre. Vous verrez on peut encore faire plein de choses même sans argent. Le logiciel libre peut en témoigner.

  56. Que dire quand on fait parti des 99% d’enseignants sans doute trop cons pour "voir" ce qui se manigance ?
    "Heureusement que vous êtes là 😉 "
    Ca me rappelle le debat sur les langues et l’Esperanto : nous autres couillons qui preferons enseigner l’anglais alors que l’esperanto…Et patati et patata….heureusement…que certains enseignants "voient" ce qui se manigance…
    Merci à eux qui savent et qui nous protègent, nous autres pauvres ignorants.
    Dans un autre registre, on a un President, qui, se croyant tellement au-dessus, pense avoir raison même si tout le monde lui dit le contraire. C’est sans doute ca le fanatisme… Mes pauvres enfants, j’ai peur pour vous.
    pierre

  57. Hybrid Son Of Oxayotl

    Sans antiphrases, et autres figures de styles trop compliqués pour moi, pauvre informaticien, ça donne quoi, ton message ;·) ?

  58. Christiane

    Mon intervention est un peu hors-sujet (embêtant pour une prof de français!), mais pas tant que ça, finalement…
    Voici le contenu d’une brève lue dans le dernier numéro de l’US (journal du SNES) :

    "E-educ : le Medef aux commandes
    Le ministre a confié au Syntec (branche du Medef chargée des TIC) la mission E-educ destinée à l’aider dans le développement de sa politique TICE. Aucun usager, représentant du logiciel libre, chercheur, organisation syndicale n’y participe. Le SNES a demandé la modification de la composition de la mission (voir communiqué : http://www.snes.edu/snesactu), il lui a été répondu que le président de E-educ « faisait autorité » et qu’« un forum a été mis en place où toute personne peut donner son avis » (www.forum.gouv.fr, fermeture le 29/02), ceux qui le veulent peuvent également « demander à être auditionnés » (dépêche AFP).
    Le Medef va donc conseiller le ministère y compris sur
    les contenus et rédiger un rapport qui proposera des mesures applicables à la rentrée 2008. Le SNES refuse cette mascarade et réitère sa demande de modification de la composition de E-educ pour qu’elle soit réellement représentative."

  59. Pierre, vraiment dommage que votre intervention ait ce ton mi-cynique mi-désabusé parce que, contrairement à ce que vous pensez, on aime bien la contradiction ici.

    Si j’ai pu apparaitre ici comme un donneur de leçons pétris de certitude avec l’arrogance de ceux qui pensent avoir raison vous m’en voyez sincèrement désolé.

    Il ne s’agit que d’une maladroite expression de dépit d’un enseignant défenseur du logiciel libre à l’école qui se désole d’une situation qui n’évolue pas comme il le souhaite.

    Quant à la comparaison Anglais (Microsoft) vs Esperanto (logiciel libre), elle n’est pas si décalée que cela pour moi. Espérons seulement que l’issue en soit différente 😉

  60. olivier lahaye

    ouai ben je me lance,
    Je suis tombé sur ce billet en préparant ma participation au forum en question. Je suis un peu dépité par les divers procès d’intentions faits aux associations et à Serge Pouts Lajus en particulier. Et je me pose une question :
    Suis-je obligé de choisir mon camp entre les partisans du libre et les VRP de l’hyper capitalisme?
    Bien sûr que non. Comme la quasi totalité des gens, j’utilise des libres quand c’est possible et des logiciels propriétaires quand ils sont meilleurs et abordables.
    Je fais travailler mes élèves sous firefox , geogebra et open office, je leur passe les fichiers pour qu’ils les installent chez eux. Je fais travailler mes élèves sur mathenpoche sous IE7 (plus simple) et si tous mes collègues ne sont pas passé à open office, ce n’est pas parce que je suis membre de Projetice <;-), c’est plutôt parce que "les cours sont déjà prêts alors pas envie de devoir tout refaire". Pour couronner le tout, j’ai fait acheter un Mac à mon père à Noël!!!!
    Si un jour, les acteurs du logiciel libre participent à un événement équivalent à ce forum, j’essayerais d’en être. Non pas par militantisme pro-libre mais pour rencontrer des enseignants innovants et parler usage pédagogique des tices sous toutes ses formes.
    Vive les débats contradictoires et les esprits libres.

  61. Merci à Olivier, membre de Projetice, d’être venu apporter son commentaire.

    > Je suis un peu dépité par les divers procès d’intentions faits aux associations et à Serge Pouts Lajus en particulier. Et je me pose une question : Suis-je obligé de choisir mon camp entre les partisans du libre et les VRP de l’hyper capitalisme ?

    Pouvez-vous préciser les procès d’intention auxquels vous faites allusion ? Quant à ce choix drastique et caricatural, personne ne vous demande de le faire. Résumer mes trois articles ainsi c’est non seulement déformer mon propos mais c’est également détourner le débat et passer à côté des questions simples et explicites qui ont été soulevées et dont j’en rappelle quelques unes ci-dessous :

    – Est-ce que l’association s’est créée sous l’impulsion d’un groupe d’enseignants indépendants ou bien est-ce qu’elle s’est créée sous l’impulsion de Microsoft France Education ?
    – Est-ce que Microsoft France Education est à l’initiative du premier Forum des Enseignants Innovants ?
    – Est-ce que le site web de Projetice, tel que je l’ai découvert et rapporté sur le blog, reflète l’action de l’association Projetice ? Je n’arrive pas à comprendre si vous assumez ce site ou si vous reconnaissez qu’il était bâclé et partisan.
    – Pourquoi est-ce que le site web de Projetice nie l’existence du logiciel libre ?

    Et j’en rajoute une dernière d’actualité :

    – Microsoft vient d’être condamnée très lourdement par Bruxelles (de l’ordre du milliard d’euros). Vous êtes-vous demandé pourquoi ? Et est-ce qu’il vous semble du coup pertinent pour une association d’enseignants publics européens de contracter des partenariats et de montrer des événements avec une telle société ?

    PS : J’utilise Mathenpoche avec mes élèves sous Firefox et je ne vois pas en quoi il serait plus simple d’utiliser IE7.

  62. olivier lahaye

    Bonjour,
    à lire les billets et les commentaires, j’ai l’impression qu’un partenariat avec microsoft implique aux yeux de certains une soumission totale et un renoncement à la liberté. C’est ce que je désignais par procès d’intention.
    Il ne faut pas être naïf, tous les acteurs d’un partenariat en attendent un bénéfice. Le tout est de trouver un juste milieu ( le mot compromis est peut être plus adapté mais connoté). Les questions posées sur les intentions des partenaires sont aussi valides pour les autres acteurs du forum : collectivité locales/motivations politiques, autres industriels, ministère EN/propagande idéologique …
    Il est vrai que microsoft est une entreprise particulière et la condamnation est un signal fort.
    Mais il me semble impossible d’espérer faire bouger les choses en se passant d’un acteur aussi fort.
    Pour moi, le but de ce type d’événement est de développer l’usage des tices. Si le "gâteau informatique" grossit, les industriels en tire des bénéfices d’où leur implication mais le libre aussi j’espère et aussi les élèves.
    Je ne crois pas que l’informatique puisse exister sans l’industrie. Je crois qu’il faut lutter contre une position dominante par des amendes entre autres. Pas sûr que le plus efficace soit de rejeter les évènement comme le forum de Rennes. En tant que prof, il est de mon devoir de montrer à mes élèves qu’il y a des solutions légales, bonnes et alternatives à microsoft mais je serrais bien couillon de faire comme si leur produits n’existaient pas. Je compare souvent cela aux marques de fringues (même s’il n’y a pas les mêmes enjeux): ok, il y a les grandes marques et on peut en acheter mais il y a aussi d’autres moyens de s’habiller et souvent plus respectueux de l’éthique.
    Moi j’aimerai bien qu’à l’avenir, on arrive à créer un événement où tous les acteurs des tices et de la pédagogie puissent être représenté (mieux quà éducatice d’ailleur). C’est ce qui se passe, je crois, en Angleterre. L’invitation à Sésamath allait dans ce sens, j’imagine. Si framasoft n’a pas été invitée à participer à l’organisation, c’est peut être qu’il voulait que ce soit fait par des associations de profs (même celles qui ont un lien avec les industriels).
    Quant à ta position sur projetice et les libres, je ne sais pas quoi répondre car en effet la promotion des libres n’est pas une priorité mais la lutte contre eux non plus d’ailleurs. Le but de l’association est de promouvoir l’usage des tices dans l’éducation et c’est vrai que cela passe par des partenariats.
    De la même manière, certains profs participent à des manuels vendu dans les établissements par un grand groupe économique ce qui peut être choquant. Mes collègues ont préféré les manuels classiques à ceux de sésamath. On a donc les sésamath pour une seule classe(la mienne).

    Désolé d’être aussi long.
    olivier
    PS : mathenpoche et firefox, c’est une hstoire de plug-ins que j’ai la flemme d’installer.

  63. > Désolé d’être aussi long.

    Merci plutôt "d’être aussi long" :-)

    > Mais il me semble impossible d’espérer faire bouger les choses en se passant d’un acteur aussi fort.

    C’est vraiment là que nos positions divergent.

    Et c’est bien parce que le logiciel libre fissure et ouvre une brèche dans l’univers paralysant mais aussi rassurant de l’IMPOSSIBLE qu’il m’intéresse !

    – Impossible en effet de créer collaborativement des logiciels libres de qualité capable de faire concurrence aux logiciels propriétaires du marché
    – Impossible en effet de créer collaborativement un système d’exploitation libre capable de faire concurrence à Windows (et Mac)
    – Impossible en effet de créer collaborativement une encyclopédie libre qui compte 9 millions d’articles en 170 langues
    – etc.

    > PS : mathenpoche et firefox, c’est une histoire de plug-ins que j’ai la flemme d’installer.

    > Et si tous mes collègues ne sont pas passé à open office, ce n’est pas parce que je suis membre de Projetice, c’est plutôt parce que "les cours sont déjà prêts alors pas envie de devoir tout refaire".

    Si la paresse vient s’ajouter au sentiment d’impossibilité alors la prédominance de Microsoft à l’école risque de durer encore longtemps…

  64. Bastouille

    Remarquez qu’on retrouve tout ce petit monde aux prochaines Rencontres de l’Orme (avril 2008).

    Ainsi la table-ronde 3 intitulée "Le numérique à l’école : quelles gouvernances ?" sera animée par Serge Pouts-Lajus (Education et Territoires, Projetice, Café Pédagogique) et aura pour invités Thierry de Vulpillières (Microsoft) et des grandes pontes officielles de l’éducation.

    http://www.orme-multimedia.org/r200

    Toujours les mêmes en fait et cela ne m’étonne pas à la lecture de ces articles de Framasoft.

  65. olivier lahaye

    Bastouille regrette qu’on retrouve "ce petit monde" mais, c’est logique, ils ont vocation à participer à ce genre d’événement. Ce qui est regrettable c’est que les libres n’y sont pas ou peu représentés. C’est vraiment dommage.
    Je me demande pourquoi.
    Est-ce fait délibérément pour favoriser certains? J’espère que ce n’est pas la seule raison mais je suis tout juste tombé du nid donc encore un poil naïf.
    Est-ce une difficulté liée au manque de structures et de moyens des ambassadeurs du libre? Si oui, au niveau des moyens financiers, ça risque de durer.
    Comme je dis aux élèves, il ne suffit pas d’avoir la bonne idée pour pour que tout le monde vous croie, il faut aussi être capable de l’expliquer. Franchement je ne voie pas comment le libre peut se faire connaitre dans le monde éducatif. Faudrait monter une section propagande, lui trouver des moyens, mettre en place des accompagnements et participer ou créer des événements.
    Et là, tous les yeux se tournent vers le ministère de l’éducation nationale, non?
    C’est quand même dommage que Sésamath ait décliné l’invitation.
    Grâce à vous, j’ai pris deux résolutions : me bouger pour mettre à jour, dés demain, les plugs-in de firefox en salle info et préparer le forum de rennes sous open office. De toute façon, mes élèves ne travaille que dessus donc les copies d’écran seront en Ooo.

  66. Earered

    > Ce qui est décoiffant ici c’est que Accenture est un grand partenaire de Microsoft.

    Accenture est une société de services et conseils. Elles est neutre comme la plupart des grosses sociétés de services (en dehors de Oranges Services).

    Donc elle a des partenariats avec tous les acteurs important de l’informatique y compris IBM, Oracle (contributeur au noyeau Linux), HP (contributeur debian), SUN (contributeur GNOME).

    Si elle n’était pas partenaire de Microsoft, elle ne serait pas neutre (ce serait une SSLL)

    http://www.accenture.com/Global/Ser

    N.B. l’initiative vient apparemment de Microsoft, peut être sollicité LINAGORA pour la prochaine édition : un pendant du libre francophone? (et oui, dans les membres de LINAGORA il y a des gold partners microsoft, des SSII qui ménagent la chèvre et le choux).

  67. à olivier lahaye

    > Est-ce une difficulté liée au manque de structures et de moyens des ambassadeurs du libre ?

    Un peu des deux je crois. Vous avez raison de pointer nos propres difficultés que j’attribue avant l’aspect financier à un manque de lisibilité et de coordination. Ainsi je ne sais toujours pas quel premier lien internet donner à un enseignant novice qui souhaiterait découvrir le logiciel libre à l’école !

    > Grâce à vous, j’ai pris deux résolutions : me bouger pour mettre à jour, dés demain, les plugs-in de firefox en salle info et préparer le forum de rennes sous open office. De toute façon, mes élèves ne travaille que dessus donc les copies d’écran seront en Ooo.

    Vous m’en voyez ravi et… ému 😉

  68. olivier lahaye

    cool 😉

  69. Basile G.

    Je ne sais pas si c’est voulu mais ça fait un peu "Microsoft Connection à l’école française" vos articles.

    C’est en tout cas typiquement pour ça que j’aime bien les blogs. Parce que c’est pas dans les grands médias qu’on risque de découvrir tout ça.

  70. Noël Debarle

    Bonjour Olivier.

    >Je suis un peu dépité par les divers procès d’intentions faits aux associations et à Serge Pouts Lajus en particulier.

    Vous avez raison. Il est important de ne pas faire de ces évènements une affaire de personnes.

    >Mais il me semble impossible d’espérer faire bouger les choses en se passant d’un acteur aussi fort.

    Je suis persuadé du contraire. Et je crois que c’est là qu’est le cœur du débat.
    Je crois fermement à la pertinence du travail collaboratif entre enseignants, et j’en fais l’expérience quasiment au quotidien au sein de Sésamath.
    Le moteur principal de ce "travailler ensemble", c’est la confiance mutuelle, et l’adhésion à un certain état d’esprit fondé sur le partage des connaissances et des ressources.
    Mais la confiance, c’est fragile…
    Elle est très bien entretenue par les licences libres, qui offrent une certains garantie contre la récupération par d’autres de ce qu’on peut offrir.
    Je crois qu’être complice (ou simplement inattentif) face à la volonté d’intrusion par Microsoft dans les associations d’enseignants internautes serait un évènement de nature à entacher cette confiance.

    > C’est quand même dommage que Sésamath ait décliné l’invitation.
    Pour les raisons évoquées plus haut, il me semble au contraire que c’est une sage décision. Je le dis d’autant plus facilement que je n’y ai pas participé.

    Cordialement,
    Noël Debarle

  71. Damien W.

    @ Olivier Lahaye

    > Je suis un peu dépité par les divers procès d’intentions faits aux associations et à Serge Pouts Lajus en particulier. Et je me pose une question : Suis-je obligé de choisir mon camp entre les partisans du libre et les VRP de l’hyper capitalisme ?

    Plutôt que de te poser une fausse question volontairement caricaturée pourquoi tu ne te poses celle de la probité de ceux qui ont affirmé être indépendants de Microsoft pour ce Forum alors que l’article et le document démontrent justement tout le contraire ?

    Je peux t’aider si tu veux. Le document vient visiblement de Microsoft et c’est un modèle de document qu’il doit utiliser pour tous les autres Innovative Teachers Forums.

    Il a ensuite été adapté juste comme il faut par "cafepeda" (cafepeda, cafepeda, mais qui ça peut bien être ?) et distribué par Pouz Lajus qui a beau jeu de répondre non alors que ce n’est tout simplement pas vrai.

    Il n’y a pas de procès d’intention. Il y a des faits qui n’ont pas jusqu’à preuve du contraire été contestés par ceux mis en cause.

    Moi à ta place je quitterais de ce pas Projetice pour chercher une autre structure. Et si jamais ces articles n’ont pas mis un minimum en crise Projetice alors c’est à ne plus rien y comprendre (ou alors c’est qu’ils sont tous de mèche).

    Et merci aKa tant que j’y suis.

  72. Francois T

    (Je plussoie ceux qui n’ont pas trouvé clair le partenariat avec Microsoft ; en maths, plusieurs articles font une promotion assez appuyée d’Excel. Rien à redire mais il faut présenter honnêtement les choses. Bref.)

    Je vous signale la mission E-Educ du ministère :

    http://www.education.gouv.fr/cid208

    Sa composition laisse craindre certains choix…?

  73. Jean Dieuzaide

    Je suis un lecteur du Café Pédagogique et du Framablog !

    C’est tout à fait conciliable d’ailleurs sauf pour ce qui concerne le logiciel libre où le Café est étrangement très peu bavard sur le sujet et lorsqu’il l’est c’est toujours du bout des lèvres et jamais pour le mettre en avant et le défendre.

    C’est pas pour leur faire un procès d’intention mais on a l’impression qu’ils citent le logiciel libre de temps en temps juste pour qu’on ne les attaque pas sur le thème "vous ignorez le logiciel libre".

    En tout cas cette semaine je suis tombé sur un intéressant lien renvoyant vers le compte-rendu d’un envoyé du Café à l’Innovative Teachers Forum de Zagreb. Tiens, tiens…

    http://www.cafepedagogique.net/comm

    Parcourir ce lien est instructif à plus d’un titre à commencer par le luxe de l’hotel qui hébergeait les participants. Tant mieux pour eux.

    Extrait :

    "Pour le compte du Café Pédagogique je me propose de suivre ces 3 jours en me fixant une double problématique :

    – que signifie "Enseignant innovant" pour les différents participants à ces rencontres ? Quelle place tient l’innovation dans les sytstème éducatif de nos voisins ? Quelle pistes pédagogiques, quelles pratiques, quelles approches ?

    – les enseignants présents (et moi y compris) sont-ils inféodés à Microsoft ? Quel impact dans leurs relations au géant américain ce genre de manifestation a-t-elle ?"

    Excellente dernière question (est-ce l’effet Framablog ?). Extrait de la réponse :

    "Et Microsoft dans tout cela ?

    C’est encore un peu tôt pour se faire une idée et porter un jugement sur le rôle et les liens entretenus par la société Microsoft avec le milieu enseignant. D’ailleurs je n’en porterai pas, vous le ferez je pense avec vos commentaires.

    Enfonçons quelques portes ouvertes
    Microsoft est intéressé, c’est peu de la dire, par le monde éducatif. Mais le discours est remarquablement soft (sic !) : aucune autoprom outrancière, pas de lourde promo (bon, la ch’tite valise logotée et pleine de petits trucs MS… mais c’est de bonne guerre).

    La force tranquille
    Non non, je n’ignore pas qu’il faut rendre à Mitterrand la paternité (en partie) de cette expression. Mais cela s’applique avec évidence à Microsoft lors de ces rencontres. Fort de sa puissance, ignorant (superbement) la concurrence (s’interrogeant d’ailleurs : sommes-nous en situation concurrentielle ?), assuré d’une certaine reconnaissance, Microsoft ne martelle pas, n’impose pas. Il est là, discret mais attentif… et vigilant.

    Un public désigné ?
    J’ai compris un truc : les enseignants présents ne se posent pas réellement les questions que moi, et beaucoup d’autres en France nous nous posons à propos de la place du géant américain dans l’éducation (nationale ou non). Ou alors je n’ai pas posé les bonnes questions : il faudra creuser tout cela. Pour l’heure je n’ai pas vu (à part sur mon ordi) d’écrans Mozilla ou Ooo ; pas de Linux ; pas de Mac…. Attention, c’est pas un reproche ni une accusation !"

    Tout est dit et c’est un reproche. Et merci à aKa pour l’accusation.

  74. jerome

    Serge Pouts Lajus qui collabore apparemment au développement des TICE dans l’éducation nationale n’est, à mon avis, qu’un VRP de MIcrosoft.
    Il anime une table ronde lors des rencontres de L’orme à Marseille (le 2 et 3 avril). Elle est intitulée :
    « L’évolution numérique en éducation : entre partenariats, régulation et gouvernances »

    Et qui trouve-t-on parmi les intervenants ?
    Thierry de Vulpillières, de Microsoft.

    Vous pouvez vérifier cette information à cette adresse :
    http://www.orme-multimedia.org/r200

    A eux deux, ils vont surement nous expliquer que le développement des TiCE dans l’éducation nationale ne peut se faire sans Microsoft……………