Kidimath : le nouveau projet Sésamath pour élèves (et parents)

Classé dans : Éducation, Libr'en Vrac | 7

Kidimath - Sésamath« À l’heure où de plus en plus de sites payants d’accompagnement à la scolarité fleurissent sur l’internet, Sésamath a décidé d’ouvrir un espace dédié, entièrement gratuit, sans aucune publicité, dans un esprit de service public. »

C’est ainsi qu’est introduit le projet Kidimath dans la brochure dont j’ai déjà eu l’occasion de parler.

En attendant (impatiemment) l’ouverture officielle du site, prévue le 30 mai, nous avons eu envie d’en savoir plus en interrogeant Noël Debarle, qui anime, entre autres choses, le très intéressant blog de Sésamath.

Vous trouverez ci-dessous en bonus une courte vidéo présentant le projet.

Entretien avec Sésamath

aKa  : Bonjour Sésamath, alors comment vous portez-vous après toutes ces années  ?

Noël Debarle  : Bien  ! Officiellement, Sésamath aura 10 ans en 2011. Mais comme les premiers contacts et échanges ont eu lieu dès 1998, 1999, on peut dire que Sésamath a déjà 10 ans  : peut-être l’âge de raison  !

L’association grandit à tous points de vue, dans un monde de l’éducation qui bouge et qui est passablement compliqué… et donc il faut chaque fois se remettre en question. L’une des maximes fortes de Sésamath « Modestement, mais résolument » n’a sans doute jamais été aussi vraie que maintenant.

Par ailleurs, Sésamath essaie de plus en plus d’expliciter la philosophie qui sous-tend son action. C’est par exemple le cas dans la brochure qui sera envoyée dans tous les collèges français à la fin de ce mois, brochure qui contient une « profession de foi ». Juste une phrase qui permet de bien situer cette philosophie  : « Sésamath est une association à but non lucratif dont la philosophie repose sur l’ouverture, la solidarité et l’entraide. »

Mais quel est donc ce nouveau et ambitieux projet « Kidimath »  ?

Kidimath est d’abord une réponse à un besoin et une attente. En effet, de nombreux élèves et parents nous écrivent régulièrement pour témoigner de leur utilisation des ressources de Sésamath. Or la mise à disposition de ces ressources a été essentiellement pensée par des profs, pour des profs… et pas directement pour des élèves ou leurs parents.

Créer des ressources et les mettre en ligne est une chose, faire en sorte qu’elles soient accessibles et faciles de prises en main pour différents types d’utilisateurs est clairement une autre chose. C’est l’effort principal de Sésamath cette année. Le corollaire de la mise en place d’un espace réservé au profs (Sésaprof) est la création de cet espace destiné aux familles (Kidimath). Entre les 2, Sésamath fait également évoluer la version réseau de Mathenpoche, remplacée par Labomep en Septembre prochain. Pourquoi entre les 2  ? car Labomep est un espace dans lequel les enseignants peuvent créer des séances pour leurs élèves, qu’ils soient en classe ou à la maison.

Sésaprof, Kidimath et Labomep ont été pensés par rapport aux utilisateurs, en intégrant toutes les ressources crées par Sésamath, et même au-delà  : une sorte de Sésamath 2.0

Kidimath, un « espace non marchand » dans le milieu très marchand des sites d’accompagnement scolaire  ?

Il y a d’autres initiatives très réussies… Je pense notamment à Cyberpapy. On ressent dans ce genre de site que toute l’énergie est déployée pour une utilité maximale pour les élèves et pas dans la recherche de rentabilité.

Malheureusement, les Maths sont fortement associés à la sélection et on arrive vite à la sélection par l’argent. Il y a ceux qui peuvent éventuellement se payer des cours particuliers… et les autres. C’est d’autant plus paradoxal, d’une certaine façon, qu’il n’y a pas plus ouvert que les Mathématiques, François Elie le rappelle d’ailleurs souvent quand il fait l’analogie entre la libération du logiciel et la libération des Mathématiques il y a plusieurs siècles.

On serait très content dans Sésamath, si les Maths pouvaient plutôt être associées à des notions de solidarité, d’échange et de partage. Sans publicité, gratuit, ouvert à tous, nous espérons que Kidimath y contribuera.

Pour la première fois, vous ne vous adressez plus aux enseignants mais directement aux élèves et aux parents hors temps scolaire, comment avez pris en compte cela dans Kidimath  ?

Nous avons eu la chance de travailler avec un collègue documentaliste, qui a fait son mémoire sur ce projet. Et d’ailleurs nous espérons poursuivre nos échanges avec les documentalistes, qui accompagnent très efficacement les élèves.

La difficulté est d’essayer de rendre le contenu accessible sans perdre en rigueur. En effet, l’objectif essentiel de Kidimath est de permettre aux élèves d’améliorer leurs résultats en Maths  : pour cela, il est nécessaire de coller assez fortement aux attentes des professeurs sur le terrain. Mais Kidimath a aussi pour ambition de susciter du plaisir à faire des Maths et c’est pourquoi toute une partie du site est consacrée aux jeux en Mathématiques, avec par exemple le passage de ceintures de calcul mental. Si vous avez envie de devenir ceinture noire dixième dan de calcul mental, ce sera bientôt possible sur Kidimath  !

Comme tout projet à ses débuts, Kidimath va également nous servir de laboratoire pour tester un certain nombre de choses afin d’améliorer constamment le site. Bref, on est plutôt au début d’une nouvelle aventure.

Pensez-vous que ce site soit susceptible de redonner à certains de « l’appétence » pour les mathématiques  ?

Nous l’espérons en effet. C’est d’ailleurs ce que nous disent déjà beaucoup d’élèves et de parents concernant Mathenpoche. Maintenant, un certain nombre de questions restent posées  : comment vont s’articuler les passages entre la partie « jeux » et la partie plus scolaire  ? Est-ce que d’autres types d’accompagnements seront nécessaires (forums…)  ?

Kidimath est amené à évoluer et toutes les bonnes idées seront les bienvenues… en particulier celles des nombreux lecteurs de ce blog  !

Kidimath ou Facebook, quel sera le choix des élèves une fois rentrés à la maison  ?

Qui sait  ?

Ce qui est certain, c’est que Facebook existe, est gratuit et facile d’accès, offre des outils élaborés et est bien connu par nos élèves. Pour que les élèves aient le choix, il faudrait que Kidimath aient les mêmes caractéristiques.

Il est possible aussi que les parents aient leur mot à dire là-dedans… Kidimath leur est aussi destiné. Il est parfois difficile pour les parents d’aider efficacement leurs enfants. Des parents nous disent que Mathenpoche est pour eux une vraie bouffée d’oxygène. Kidimath devrait leur faciliter encore plus la tâche. Du moins nous l’espérons.

Et « le libre » dans tout ça, il se situe où dans Kidimath  ? Plus dans l’état d’esprit que dans les outils  ? Est-ce que n’importe qui peut télécharger et installer le site sur ses propres serveurs  ?

L’ensemble des contenus et le site lui-même sera sous licence libre (mélange GPL, FDL et CCbysa). On va aussi travailler (plus tard) pour mettre l’ensemble en téléchargement.

Il y a beaucoup de contenus en Flash dans Kidimath. C’est un souci qu’on a identifié depuis longtemps. Et d’ailleurs on voit bien tout ce qu’on perd à ne pas avoir utilisé des outils libres à ce niveau. Mais avec le recul, il n’était sans doute pas possible de faire autrement. On espère toujours des alternatives viables  !

Kidimath peut aussi être une vitrine d’autres logiciels libres en Mathématiques. Si certains ont des propositions, qu’ils nous contactent  !

D’autres « grands projets » après Kidimath  ?

Labomep sera ouvert en Septembre.

Sésamath travaille également sur les livrets proposant des activités TICE en Mathématiques, en liaison avec d’autres associations en lettres et en Histoire-Géographie.

Plus globalement, les contacts se multiplient avec les professeurs de Maths à l’étranger et nous espérons que cela conduise à des partenariats. Sésamath souhaite aussi travailler de plus en plus étroitement avec les chercheurs en didactique et en sciences de l’éducation pour améliorer les contenus proposer et étudier leur impact. Là aussi, des projets prometteurs sont en cours… donc on aura encore sans doute le plaisir de revenir discuter sur le Framablog.

Présentation vidéo de Kidimath

—> La vidéo au format webm

7 Réponses

  1. > « Mais avec le recul, il n’était sans doute pas possible de faire autrement [utiliser flash]. On espère toujours des alternatives viables ! »

    Le canvas d’html 5 ?

  2. Anti Acadomia

    En tant que parent je suis ravi de la nouvelle. Il faut absolument se battre contre les discriminations par l’argent créés par les sites payants et les Acadomia (le pire du pire, qui exploite en plus les professeurs précarisés).

    Faut dire aussi que si l’école n’avait pas abandonné les savoirs fondamentaux, on n’en serait peut-être pas là.

  3. Jules - prof de SVT

    Acadomia d’accord, mais il y a encore pire pourtant.

    La complicité de l’Education Nationale sur son site Educnet (24 avril dernier). J’attends de les voir annoncer Kidimath tiens ! (et le pro-Hadopi Café Pédagogique aussi)

    Un pur scandale de relayer ainsi les offres commerciales hors temps scolaire !

    Soutien scolaire à domicile : Bordas lance un site mettant en relation parents et professeurs
    http://www.educnet.education.fr/dep

    "« Une plateforme destinée à mettre directement en relation des parents avec des professeurs disponibles pour des heures de soutien scolaire à domicile » : c’est ainsi que se présente Bordas soutien scolaire, site internet que vient de lancer l’éditeur de manuels scolaires Bordas. Sur ce site, les parents peuvent contacter et choisir des professeurs sélectionnés par Bordas soutien scolaire, « exclusivement de l’Éducation nationale ou affiliés à des établissements privés ». Pour l’instant, le site affiche plusieurs milliers de professeurs disponibles, dont le recrutement a débuté en septembre 2008. Leur nombre varie selon les départements, de trois en Guyane, à 348 à Paris. « Nous croyons à un cercle vertueux, plus nous aurons de parents satisfaits, plus nous aurons de professeurs rejoignant nos équipes », explique Max Derhy, de Bordas soutien scolaire.

    Les frais d’inscription sont de 66 euros par an « valable pour toute la famille ». Puis le tarif d’une heure de cours varie selon la zone géographique, le niveau d’études de l’élève et le nombre total d’heures souscrit par la famille. À titre d’exemple, une heure de cours, dans le cadre de l’achat d’un forfait de 24 heures, est facturée 40 euros pour un élève de primaire ou de collège résidant à Paris, Lyon ou Marseille (36 euros ailleurs)."

    Ben voyons ! Ah oui c’est vrai j’oubliais, on a Sarkozy comme président.

  4. RobinHood

    "L’accueil, la convivialité, l’accompagnement, la mise à jour des sites, l’actualisation du contenu, la priorité éducative, la gestion et la motivation des équipes, les projets engagés ou en hibernation… sont autant de sujets que nous sommes frustrés de n’être pas capable de porter plus avant, alors même que nous savons que l’énergie et l’enthousiasme sont là. De plus l’envergure prise par le réseau impose d’indispensables mais souvent fastidieuses tâches techniques de maintenance au quotidien.

    Pour toutes ces raisons nous en sommes arrivés à la conclusion que la meilleure des options était de permettre aux fourmis les plus méritantes et expérimentées du réseau de se dégager du temps afin qu’elles n’aient plus à le coincer entre vie professionnelle et vie privée (avec toutes les conséquences que cela implique). Cette campagne de soutien a donc pour principal objectif d’offrir à l’association un voire deux permanents qui travailleraient à temps plein pour le développement du réseau Framasoft.

    Ces fourmis besogneuses et passionnées sont bien connues de ceux qui ont eu un jour à entrer en relation avec Framasoft. Il s’agit de Pierre-Yves Gosset et Alexis Kauffmann."

    Et pourquoi payer A Kauffmann & PY Gosset et pas les profs de math de Kidimath ou Noel Debarle "coincer entre vie professionnelle et vie privée" ?
    "d’indispensables mais souvent fastidieuses tâches techniques de maintenance": on paie… mais de la pédagogie, des idées, c’est noble et gratifiant : on paie pas ?

  5. @RobinHood : Pour information Sésamath c’est 230 000 euros de recettes en 2008 leur permettant de disposer ainsi d’un salarié à temps plein et de 5 salariés à mi-temps.
    http://www.sesamath.net/blog/index….

    Framasoft n’est pas dans la même catégorie 😉

    Pour que les autres comprennent, la citation est extraite de la FAQ à notre campagne de soutien :
    http://soutenir.framasoft.org/des-q

    Framasoft et Sésamath sont deux structures qui ont grandi avec le temps et qui ont besoin de finances pour continuer à exister et se développer. Les opposer ainsi n’est pas forcément très pertinent.

  6. ymai

    La date de l’ouverture du site n’est-elle pas arrivée? Je me précipite sur le clavier et hop…

    Il reste seulement la rubrique "Tant qu’il y a aura des bugs":
    http://sapajou.be/images/kidimath.p

    Toujours plein d’impatience, je reste…

  7. Acadomia et toutes les autres régies sont les mêmes
    elles sont même au point de creer une charte de qualité pour être crédible.Alors que les tests effectués par les enseignants ou étudiants amenés à donner des cours
    sont effcetuer par des personnes n’y connaissant presque rien et ayant les réponses aux qvm sous les yeux.
    http://www.mathovore.fr