Enseigner et apprendre l’informatique sans ordinateur

Classé dans : Éducation | 6

Computer Science UnpluggedLe Framablog se fait volontiers le relai de ceux qui, comme Jean-Pierre Archambault (de l’EPI), souhaient une présence renforcée et assumée de l’informatique à l’école française.

En témoignent ces trois articles mis en ligne : Ouvrons le débat de l’informatique à l’école, L’informatique doit-elle rester un simple outil à l’école ? et, plus récemment, Fracture et solidarité numériques.

Voilà pour la théorie.

Pour ce qui concerne la pratique, c’est-à-dire ce que pourrait être concrètement aujourd’hui un enseignement et un apprentissage de l’informatique en tant que discipline à part entière, c’est encore chez nous en discussion et en débat.

Mais nul doute que le livre (sous licence Creative Commons By-Nc-Nd) Computer Science Unplugged, que vient de traduire l’équipe Intertices[1] et que nous présente ci-dessous Roberto Di Cosmo, sera en bonne place dans la bibliothèque des ressources de référence.

En tordant le coup au passage à deux idées reçues : on peut s’initier et faire de l’informatique sans ordinateur et ce dès le plus jeune âge[2].

Enseigner et apprendre les sciences informatiques à l’école

URL d’origine du document

Roberto Di Cosmo – 9 octobre 2009 – Interstices

Computer Science UnpluggedLes TIC, Technologies de l’Information et de la Communication, ont pris une telle importance dans la société d’aujourd’hui, que le simple fait de priver un de nos concitoyens d’un accès à Internet reviendrait à en faire un citoyen de deuxième classe : on en a besoin pour communiquer, travailler, échanger avec les administrations publiques et les entreprises privées, vendre, acheter, se divertir, s’informer et informer les autres.

Mais ces technologies en évolution rapide changent aussi profondément notre rapport au monde du travail, aux loisirs et à la sphère politique, au point qu’il devient aujourd’hui indispensable de fournir à tous nos concitoyens les notions fondamentales nécessaires pour se constituer un modèle mental correct de ce qu’est l’informatique.

Il ne suffit plus de savoir se servir d’une souris (ce à quoi peut suffire le Brevet Informatique et Internet) : il faut comprendre et maîtriser la véritable mutation sociétale induite par la dématérialisation de l’information, la mise en réseau des connaissances et l’augmentation massive de la puissance de calcul disponible ; cela exige des capacités de traitement et d’analyse conceptuelle de l’information qui ne se font pas sans une bonne familiarité avec ce que l’on appelle, dans certains cercles, la « pensée informatique » (Computational Thinking en anglais).

Computer Science UnpluggedIl est devenu indispensable d’introduire les sciences informatiques de façon généralisée dans l’enseignement primaire et secondaire : c’est une lourde tâche qui devrait commencer par la reconnaissance de l’importance de la discipline, qui ne se résume pas à l’apprentissage de ses épiphénomènes technologiques, passer par la définition d’un programme d’études et se poursuivre par la formation des maîtres, mais cela demandera du temps, alors que le besoin est pressant.

En tant qu’enseignants et/ou chercheurs en informatique, nombre d’entre nous ressentent la nécessité d’y contribuer sans plus attendre : des collègues néozélandais, Tim Bell, Ian H. Witten et Mike Fellows, ont mis en place il y a quelques années un programme d’enseignement des fondements de l’informatique, Computer Science Unplugged, avec le parti pris de transmettre quelques notions de base de façon ludique, et sans aucun recours à l’ordinateur. Ils ont réussi à montrer comment, si on peut passer des heures à cliquer sur une souris sans rien apprendre d’informatique, on peut aussi apprendre beaucoup d’informatique sans toucher une souris.

Computer Science UnpluggedGrâce aux efforts coordonnés par l’équipe d’Interstices, avec le concours de Anne Berry, Paul Gibson, Isabelle Souveton, et de l’association EPI, ces ressources sont enfin disponibles dans la langue de Molière, pour le plus grand plaisir de tous ceux qui désirent faire partager largement aux jeunes générations leur passion pour cette science magnifique qu’est l’informatique. Jouons à découvrir ensemble la puissance magique de la représentation de l’information, des algorithmes et des langages de programmation.

Mais assez de théorie, c’est le moment de passer à la pratique : téléchargez le document (en PDF, 14 Mo), choisissez votre première activité, et faites-la partager aussi largement que possible !

Notes

[1] Interstices est un site de culture scientifique créé par des chercheurs, lancé à l’initiative de l’INRIA, en partenariat avec le CNRS, les Universités et l’ASTI.

[2] Les trois images proviennent du site Computer Science Unplugged et illustrent le contrôle d’erreurs appelé bit de parité.

6 Réponses

  1. Ça, c’est génial. Non que l’idée d’apprendre des concepts d’informatique sans ordinateur soit nouvelle, c’est ce qu’on fait en informatique théorique, au moins en prépa. Mais l’idée de faire de même à l’école primaire, c’est nouveau, et certainement beaucoup plus efficace pour maîtriser des concepts théoriques que de l’application directe. Très bonne idée.

  2. C’est dommage que ce genre de formation ne soit pas faite en IUFM… Dans 10 ans peut être moi je bataille encore pour avoir des pc pour mes élèves et je vous parle pas de l’internet…(à croire que cela n’existe pas là ou je me trouve).
    Il y a encore beaucoup de travail… heureusement la route est libre!

  3. La licence originale : Creative Commons Attribution-Noncommercial-No Derivative Works 3.0 License (source : http://csunplugged.org/) devient : « Reproduction à usage pédagogique uniquement. » pour la version française. Sauf erreur de ma part, la clause No Derivative ne permet pas les traductions. L’équipe Intertices s’est-elle vu concéder l’autorisation de traduire l’ouvrage à condition d’en restreindre ainsi les droits de reproduction ?

    Quoi qu’il en soit, cette publication m’inspire 2 remarques :
    – merci et bravo pour le travail effectué
    – quel dommage d’imposer de telles restrictions à sa diffusion

    Pourra t-on prochainement commander une version imprimée de ce travail ?

  4. Earered

    "Il est devenu indispensable d’introduire les sciences informatiques de façon généralisée dans l’enseignement primaire […]"

    Comme la tentative d’enseignement des math à partir des fondamentaux des mathématiques, la théorie des ensembles, en utilisant des patatoïdes ?

    Plus sérieusement, je vois bien l’introduction de l’informatique au primaire (au même titre que l’apprentissage de la lecture de l’heure sur une horloge à aiguille, ou les soustractions avec des pièces de monnaie), mais la _science_ informatique (les codes correcteurs d’erreurs pour les illustrations), c’est plutôt au lycée que ce serrait efficace, non ?

  5. Bonjour,

    J’ai quand même la certitude que l’informatique permettant de toucher quasiment à tout, tout ce que nous faisons déjà en cours (pour peu que ces cours soient variés au niveau des exercices et des supports) peut être considéré comme étant une initiation à l’informatique pour les primaires. Pour ma part, enseignant en secondaire (filière professionnelle) ce n’est plus tellement de la théorie dont mes élèves ont besoin mais bien de pratique.

    De plus, il y a fort à parier que ce livre ne sera lu par nos dirigeants que sur sa première de couverture et cela donnera des établissements sans aucun ordinateurs comme cela existe déjà malheureusement (cambriolages,machines obsolètes…) et nous devrons tout de même faire passer le B2I et surtout former nos élèves à une pratique sans ordi pour l’insertion dans la vie professionnelle.

    Je tenais à signaler un point important : en tant qu’enseignant on nous a tellement seriné qu’il fallait passer par les TICE pour être un bon enseignant que dorénavant je ne sais pas faire autrement (utilisation de Claroline en tant qu’interface d’Elearning, présentation sur vidéoprojecteur…) alors lorsque je suis dans un établissement où la gestion de l’informatique se fait par une boîte privée défaillante je ne sais plus faire cours (en tout cas je suis extrêmement bridé). Ainsi nous n’avons toujours pas de réseau, toujours pas de vidéoprojecteurs… C’est peut-être ça aussi l’informatique sans matériel ?

    Déjà que de nombreuses sections professionnelles tournent sans matériel professionnel (faute de moyens alloués par le ministère) et nous évaluons des compétences fictives (en fait on estime que les élèves ont les compétences sur l’utilisation de telle ou telle machine inexistante car on ne peut sanctionner l’élève pour un manquement du système d’éducation lui-même).

    bien cordialement,

    Patrice

  6. Je ne suis pas d’accord avec certains des commentaires ci-dessus. Je trouve que ce livre, qui a au moins le mérite d’exister propose une fort bonen approche de la logique computationnelle. J’aime beaucoup les exercices proposés, même s’ils s’adressent plutot au collège (pour le primaire, c’est un peu juste, tout de même).
    J’ai appris l’informatique au primaire et au collège lorsque justement internet, le mailing etc., n’étaient pas encore aussi répandus dans les foyers. Et j’ai commencé par un langage pédagogique GENIAL: le BASIC. L’idée de ce livre reprend les premières bonnes idées du milieu des années 1980 : accéder d’abord à un niveau de logique suffisant permettant de comprendre une machine au lieu de simplement pratiquer la technologie. Je crois que l’enjeu est très important: l’informatique aujourd’hui conditionne énormément notre rapport au savoir. Si ce rapport n’est pas compris, ou si nos enfants restent consommeteurs de la manière dont "on" leur propose d’accéder aux systèmes d’information, c’est une civilisation d’abrutis que nous allons avoir.
    L’immersion des Microsoft and Co. dans notre système éducatif est déjà une faille terrible dans l’apprentissage de l’informatique.
    Je souhaite de tout coeur que fleurissent d’autres ouvrages du même genre !