MiMOOo ou la migration OpenOffice.org de l’administration publique en questions

Classé dans : Dégooglisons Internet, Migration | 52

MimOOo Box« MiMOOo » vous connaissiez  ? Nous non plus  ! Cherchons alors ensemble à en savoir davantage, parce que cela en vaut la peine…

MiMOOo est l’acronyme de ce qui se présente comme un beau projet institutionnel français signifiant Mutualisation interMinistérielle pour OpenOffice.org.

Laissons une Sophie Gautier enthousiaste nous le présenter plus avant sur son blog  : « MiMOOo ou quand l’administration s’organise comme l’open source  ! Ce groupe de travail interministériel a mis en place une véritable stratégie de migration à OOo. Depuis un peu plus d’un an, les différents ministères se rencontrent régulièrement pour définir des statégies communes, partager outils et problématiques. S’inspirant des techniques de mise en commun des projets de développement, MiMOOo a ainsi optimisé sa migration à travers le partage des expériences et des savoirs ».

Cette citation date d’avril 2007. On peut donc en déduire que Mimoo existe depuis au moins avril 2006, c’est-à-dire depuis un certain temps déjà.

Hypothèse corroborée par cette dépêche tout aussi enthousiaste de LinuxFr du mois de septembre 2006, titrée La plus grosse migration OpenOffice.org au monde  : 400 000 postes dans l’administration française, et ainsi présentée  : « Courant 2007, l’administration centrale française (essentiellement les ministères) va voir 400 000 de ses postes informatiques migrer vers la suite bureautique OpenOffice.org et le format ouvert OpenDocument, ce qui constitue actuellement la plus grosse migration vers OpenOffice.org au monde. Le groupe de travail interministériel responsable de ce déploiement met à disposition des administrations de nombreux outils  : cédérom interministériel d’installation d’OpenOffice.org[1], mallette pédagogique, formation en ligne, pack de communication, outils d’accompagnement, mémentos, guide, etc. »

On retrouve donc notre groupe de travail interministériel. Mais problème  : les deux principaux liens proposés par la dépêche (Le programme de migration et Communauté assistance OpenOffice.org) sont aujourd’hui inaccessibles.

MiMOOo en (toute) discrétion

Parce qu’il se trouve justement que malgré son bel âge nous ne disposons aujourd’hui que de trop rares et déjà anciennes informations publiques sur le projet.

Il ne subsiste en effet aujourd’hui qu’un petit encart dans une brochure sur la modernisation de l’État (page 2 – avril 2007), mais surtout cet article de présentation, sur le site gouvernemental des Ateliers de la modernisation, dont le titre interpelle par son optimisme (alors que la dernière mise à jour date de septembre 2006)  : Poste de travail  : les clés d’un projet réussi.

Article qui vient confirmer les informations précédentes avec des citations comme  : « Le projet de par sa nature induisait une démarche de mutualisation. En effet, la notion de logiciel libre est étroitement liée à un idée de partage des ressources, des connaissances  : un état d’esprit qui se prête au travail collaboratif. »

Et depuis plus rien. Point de bilan et perspectives à l’instant t et aucune trace des « cédérom interministériel d’installation, mallette pédagogique, formation en ligne, pack de communication, outils d’accompagnement, mémentos, guide, etc. ».

Alors, trois ans plus tard, où en sommes-nous  ? Telle est la légitime question qui en appelle plusieurs autres dans le détail.

Cette absence d’informations publiques signifie-t-elle qu’à ce jour le groupe hiberne et que la migration OpenOffice.org est au point mort dans l’administration publique  ?

Assurément non. Elle signifie simplement que nous les administrés ne sommes pas en mesure d’évaluer les avancées du projet. Elle signifie également que nous ne pouvons profiter des documents produits pour l’occasion sur OpenOffice.org, rétention dont nous ne sommes pas habitués lorsqu’il s’agit de logiciel libre. Elle signifie enfin que la collaboration avec la communauté francophone d’OpenOffice.org a dû être si ce n’est nulle tout du moins fortement limitée.

MiMOOo en réunion

Nous pouvons de plus affirmer que MiMOOo est une cellule toujours active.

En effet nous savons, de « source autorisée », que le groupe s’est réuni le 19 mai dernier. Lors de cette réunion, étaient présents des représentants des ministères suivants  :

  • Le ministère de l’Économie et du Budget
  • Le ministère de l’Intérieur
  • Le ministère de la Justice
  • Le ministère de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Pêche
  • Le ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de la Mer
  • La Gendarmerie Nationale
  • Les services du Premier ministre
  • La Caisse nationale des allocations familiales
  • L’Assemblée Nationale
  • L’École nationale d’administration

On remarquera quelques grands absents, à commencer par le ministère de… l’Éducation nationale  ! On aurait pu s’attendre en effet à ce que ce ministère y siège en bonne place et y envoie un représentant compétent en la matière, ce dont la maison ne manque pas.

MiMOOo en question(s)

À partir de là, voici une liste non exhaustive de quelques questions que nous aimerions poser avant tout au groupe de travail MiMOOo, mais également à l’Éducation nationale, en passant par le personnel administratif et l’équipe francophone d’OpenOffice.org,

N’y voyez surtout pas un nouvel avatar de « la dictature d’Internet » qui souhaite mettre son nez partout. Et nous comprenons fort bien que certaines informations n’aient pas vocation ni intérêt à être diffusées publiquement. Nous, simples citoyens (et contribuables) en appelons juste à plus de transparence, puisque ce projet concerne l’administration publique en route vers une migration massive en logiciel libre et format ouvert.

Questions à MiMOOo
  • Quelle est la composition de ce groupe et sa gouvernance  ? De quel département ce groupe est-il l’émanation  ?
  • Quelles sont ses prérogatives  ? Est-il uniquement consultatif  ? Est-il décisionnel au niveau des plans d’équipement et/ou de formation  ?
  • Qui sont les destinataires de ses conclusions  ?
  • Qui contacter pour obtenir des renseignements sur les travaux de ce groupe  ?
  • Y a-t-il eu d’autres réunions depuis  ? Quelle est la fréquence de ces réunions  ?
  • Pourquoi MiMOOo ne publie-t-il pas ses comptes rendus et ses débats en ligne  ?
  • Qu’en est-il aujourd’hui de cet ambitieux objectif de 400 000 postes sous OpenOffice.org affiché en 2006  ?
  • Concerne-t-il toutes les administrations ou bien uniquement celles présentes à la réunion  ?
  • Qu’en est-il aujourd’hui de cette autre volonté affichée en 2006, celle de « migrer vers le format OpenDocument »  ?
  • MiMOOo a-t-il eu, ou tenté d’avoir, une influence quelconque dans l’élaboration de la toute récente nouvelle version du Référentiel général d’interopérabilité qui, d’après l’April, « sème la confusion en préconisant deux formats bureautiques concurrents »  ? (cf le communiqué de l’April  : RGI  : le cadeau de François Fillon à Microsoft)
  • Pourquoi un certain nombre de ressources créées en interne ne seraient-elles pas rendues publiques si elles sont susceptibles de profiter à toute la communauté  ?
Question au personnel des ministères
  • Avez-vous vu passer MiMOOo dans votre service  ? Si oui, dans quelles conditions (formation, accompagnement, documentation…)  ?
  • Faites-vous partie des 400 000 postes qui ont migré vers OpenOffice.org  ?
Questions à l’Éducation nationale
  • Qui est le représentant MiMOOo du ministère de l’Éducation Nationale  ? Comment le contacter  ?
  • De quels mandats ce représentant a-t-il été chargé par son ministère de tutelle  ?
  • Fait-on une distinction entre la migration de l’informatique pédagogique (les postes des élèves et des enseignants) et la migration de l’informatique administrative (les postes de la direction, de l’intendance, etc.)  ?
  • L’absence remarquée à la réunion du 19 mai est-elle ponctuelle ou permanente  ?
Questions à OpenOffice.org
  • Quelle relation le projet francophone OpenOffice.org entretien-t-il avec MiMOOo  ?
  • Le projet francophone OpenOffice.org offre-t-il assistance et expertise à MiMOOo  ? Intervient-il dans les réunions, les formations  ?
  • En retour, MiMOOo (que l’on peut assimiler ici à un « grand compte public ») fait-il remonter les remarques, avis, critiques, problèmes rencontrés lors du déploiement  ? Donne-t-il accès aux ressources évoquées  ?
Question à la cantonade
  • Est-il normal qu’une structure telle que MiMOOo, pour rappel composée exclusivement de fonctionnaires, soit si discrète dans son action, sa communication et la diffusion de ses ressources créées en interne  ?

En espérant, sait-on jamais, que tout ou partie des questions trouveront réponse dans les commentaires. Parce que « la plus grosse migration OpenOffice.org au monde » mérite certainement plus que cela, c’est-à-dire pour le moment une seule page Web mise à disposition.

Edit du 16 novembre  : 24h après la mise en ligne de ce billet est apparu un article MiMOOo sur Wikipédia qui répond à bon nombre des questions  ! Merci pour cette excellente et originale initiative.

Notes

[1] C’est l’image virtuelle de la boîte de ce cédérom qui sert d’illustration à ce billet.

52 Réponses

  1. Michel Buisson

    En tant que simple citoyen, parent d’élève, contribuable et fervent partisan d’un usage public des logiciels, licences et ressources libres, je me joins volontiers à la demande de réponses.

    Soit cette migration a bien eu lieu et dans ce cas il faut le faire savoir haut et fort. Cela donnera du baume au coeur – et des billes avec tous les outils cités – à tous ceux qui se battent pour tenter d’en faire de même ailleurs. Soit elle n’a pas eu lieu ou que trop partiellement – ce qui expliquerait malheureusement le silence – et dans ce cas il faudra tenter d’en comprendre les causes pour poursuivre les nobles objectifs.

    Je constate qu’on a eu l’élégance, ou la diplomatie, de ne pas citer certains lobbys, alors qu’il y fort à parier qu’ils ont dû jouer leur rôle dans cette histoire et cette discrétion.

  2. C’est un peu un comble qu’un projet de migration vers des logiciels libres se déroule si discrètement. Même si certains points peuvent concerner la sécurité nationale, ce n’est pas le cas de tout les ministères…

  3. Bravo et merci pour ce salutaire travail d’investigation (même infructueuse) ! J’espère que tu nous tiendras au courant des (hypothétiques, je le crains) progrès de ton enquête…

    Et après on s’attaquera à la question du déploiement d’Ubuntu à l’Assemblée Nationale — je plaisante :)

  4. J’applaudis de deux mains ! Parce que si Internet est très fort pour relayer partout le démarrage des nouveaux projets, il est très faible pour prendre le temps de suivre ces projets et constater si oui ou non les promesses initiales de ces projets ont bien été tenues. Ce qui est assez normal parce que c’est long, ça prend du temps, bref ça demande de faire un peu de journalisme, ce que les blogueurs ne font généralement pas tout obnubilés qu’ils sont à guetter la nouveauté pour être les premiers à être référencés dans Google. Je m’égare ? Oui, un peu quand même ! Sinon pour MimOOolette, je suis d’accord y’a un truc qui cloche quelque part.

  5. H.Valenza

    A-t-on jamais vu un membre de l’administration venir apporter eclaircissements et explications sur un blog ? Vous rêvez totalement. C’est une question de culture, plus proche du système soviétique que de l’agora d’Athènes. C’est cette même culture qui a dû imprégner MimOOo d’ailleurs : difficile de vouloir faire du logiciel libre avec une mentalité propriétaire !

    Par contre j’espère bien qu’on trouvera des membres de la communauté OpenOffice.org pour nous en dire un peu plus sur cette étrange migration très privée de l’administration publique ! Pourquoi pas aussi des membres de l’Adullact puisqu’ils sont aussi concernés non ?

    Bon petit billet blog, pugnace et vindicatif mais entre les lignes, l’air de ne pas y toucher. Même si j’ai un peu peur de trop bien savoir ce qu’il s’est passé, suffit de regarder la situation actuelle du côté de l’interopérabilité en fait.

  6. deadalnix

    Ne serait-ce pas un bel exemple de fauxopen source ?

  7. Merci beaucoup pour retour sur l’information, j’ai pas vu ca depuis des mois (année????).
    Je vais donner mon avis (c’est internet non :)
    Les migrations à l’armée et à la gendarmerie se sont bien passés. Pourquoi, ben en fait on leur a pas demandé leur avis et sont habitués a ce que ca se passe ainsi. Les autres ministères, les fonctionnaires on quand meme leur mot à dire… Et les freins au changements sont très forts et je les comprends bien. A chaque nouvelle itération de l’application X ou Y il ya toujours la fonctionnalitée qui ne marche plus. Regardez le PGI d’Oracle,il n’existe aucune version ou toute les fonctionnalité ne bug pas. "si ta fonctionnlité marche pas applique tel patch" te répond le support mais ce patch casse tel autre fonctionalité…
    eux sont à l’autre bout, a force quand on te dis qu’il va y avoir un changement il sont pas rassuré et freinnent des 4 fers…
    Alors changer Word pour un truc gratuit fait par des boutoneux, t’es fou…

  8. Donc en gros, plus de nouvelles depuis fin avril 2007. Mais que s’est-il donc passé début mai 2007 ? Ah oui, ça y est, je me souviens (difficile d’oublier, en fait).

    @ Michel Buisson :
    > Je constate qu’on a eu l’élégance, ou la diplomatie, de ne pas citer certains lobbys, alors qu’il y fort à parier qu’ils ont dû jouer leur rôle dans cette histoire et cette discrétion.
    Chut malheureux ! Pour une fois qu’aKa ne parle pas de Microsoft 😉

  9. Arthur de Nantes

    On a quand même la preuve que la migration OpenOffice.org a eu lieu au ministère de la Culture, avec la brillante intervention de Christine Albanel à l’Assemblée nationale :
    http://www.framablog.org/index.php/
    (c’est juste la formation qui est à affiner)

  10. Leur discrétion a peut-être des raisons. Éviter certains lobbies ?

  11. Bonjour
    Le problème m’intéresse (prof de base …)
    J’ai envoyé une lettre au Ministère de l’Educ Nat (on peut rêver) lui demandant
    des précisions.
    J’ai entendu parler d’une possible réunion du MimOOo fin septembre 2009,
    mais rien de plus précis pour l’instant.
    Il faudrait trouver l’adresse postale ou mail, de la présidence de ce groupe.
    à vos loupes les Sherlocks !

  12. Un lien trouvé via un moteur de recherche
    https://www.ateliers.modernisation….
    effectivement la page n’est plus tenue à jour.

  13. <q>Fait-on une distinction entre la migration de l’informatique pédagogique (les postes des élèves et des enseignants) et la migration de l’informatique administrative (les postes de la direction, de l’intendance, etc.) ?</q>

    Pour avoir ma belle soeur dans l’educ nat. Je peut donner une piste la dessus. Les postes de l’administration sont géré par les régions et pas par l’éducation nationale (dans les lycées) . Les postes destinés aux élèves sont bien gérés par l’éducation nationale , ou plutôt par un prof (ou un ex-atos).

  14. Cette question est dépassée.
    Nageant dans les associations de Parents d’élèves et parents, j’ai eu la désagréable surprise de m’apercevoir que mes correspondants informaticiens étaient des brontosaures de l’informatique,
    Ces gentils couillons férus en informatique, alors que moi je n’y connais rien, ne pouvaient pas lire lles documents (en PDF et en ODF ) !!
    Et quand le leur balançait du ".doc", l’affichage était souvent différent d’un machine à l’autre !
    Toutes mes machines étant sous openoffice, je n"ais aucun problème.
    Ce gros problème n’ existe QUE pour les intoxiqués dépendants de Windows & Cie !
    Faut etre sacrément couillon et rétrograde pour ne pas passer à OO .

  15. @jeanphy, à vrai dire, je me demande s’il avaient seulement le droit de refuser du PDF ou de l’ODF, s’ils ne sont pas obligés de l’accepter.

  16. L’inertie et la résistance au changement doivent être extrêmement importantes, et ça ne m’étonnerait hélas pas que le projet ait pris du retard.

  17. Entre 2007 et maintenant, a été élu un nouveau président de la République Française qui aime les multinationales, le contrôle tout azimut, les grosses boîtes américaines et beaucoup d’autres choses qui sont opposées à l’esprit de l’open-source.

    Il y a ceux qui résistent dans les administrations car ils savent que le choix du libre est intelligent, permet une plus grande sécurité, ne lie pas le public à des boîtes qui se goinfrent en mettant en place des logiciels plein de bugs… mais ils doivent avoir intérêt à se faire discret. Is not it?

  18. Etant moi-même dans un ministère où la "migration" a eu lieu, je ne peux que confirmer une chose: elle a eu lieu en théorie, mais dans les faits …. Microsoft pourrait encore arrondir ses bénéfices si ils savaient combien d’installations d’Office ont eu lieu après un passage forcé à OOo, ou combien de serveurs Samba sont retournés sous Windows. Je suis un fervent partisan du logiciel libre, mais je ne peux aussi que constater ses limites, tant techniques en tant qu’utilisateur (essayez de faire marcher SolidWorks avec des fichiers sur un serveur Samba ou de l’obliger à utiliser autre chose qu’Excel pour ses nomenclatures … ou de trouver un équivalent libre à SW !!) que humainement auprès de Mme Michou ("Open Orifice, oui !! tu vas voir quand ça va être payant ça sera 3x+ cher !!" ou "C’est gratuit ça peut pas être aussi bien" voir "Cette fonction n’existe pas, je fais comment moi? " (en fait elle est cachée ailleurs bien souvent)). Quand ce n’est pas purement et simplement l’informaticien de gestion qui ne veut pas se faire suer avec samba alors qu’il "maitrise" Windows !!
    Mais bon il faut persévérer et user de pédagogie, mais …. ça use, comme dirait notre informatologue (c’est un peu comme ça qu’est vu l’informaticien de gestion, non? 😉

  19. Pour des retours sur une réunion Mimooo, la rencontre entre ooo france et la mimooo :
    http://www.mail-archive.com/dev@fr….

    Pour info toujours pas d’éducation nationale… Mais vu comment le développement de l’informatique est anarchique dans l’éducation nationale, ce n’est pas étonnant.

    Par contre on peut voir des problèmes liés à la migration, mais surtout que l’administration française reproche des choses à open office sans avoir même essayé de customisé le produit et encore moins d’avoir profité de sa licence ouverte pour le corriger ou le modifier…

    On apprend tout de même qu’ils auraient lancé un appel d’offre pour un correcteur grammatical, mais apparemment le projet est tombé à l’eau…

    Comment se fait-il que l’administration française ne soit pas capable d’embaucher des développeurs pour travailler sur les projets libres en interne ? Ils économisent des sommes monstrueuses en licences, et ne sont pas foutus de contribuer… (et vu les retours d’utilisateurs ici ou dans la mail list ooo, ils ne dépensent pas grand chose en formation…)

    En tant que citoyen payant des impôts, je préférerais qu’ils aillent à des développeurs pour le libre (qui contribueraient également à la compétitivité nationale pour le logiciel) qu’à payer des licences logiciels auprès de sociétés étrangères monopolistiques… (et je suis sûr que Mme Michou trouvera ça super qu’Open Office soit majoritairement développé par des Français)

  20. J’ajoute que l’on a édité en mars 2008 un framabook totalement dédié à la migration Microsoft Office 2003 vers OpenOffice.org 2.x.
    http://www.framabook.org/openoffice

    C’est dommage que MimOOo ne nous ait jamais contacté parce que ce livre pouvait être a priori utile à leur action (par exemple en le distribuant à leurs administrés se retrouvant avec une nouvelle suite bureautique à apprivoiser). Quitte à l’adapter un peu pour le faire mieux correspondre à leurs besoins spécifiques, ce qui est permis et même encouragé puisque la licence des framabooks est libre.

    En plus ça nous aurait aidé puisqu’on n’arrive pas à trouver les moyens humains et financiers pour le mettre à jour (de MS Office 2007 à OOo 3.x).

    Frustré (et un peu amer) je suis sur ce coup-là.

  21. Pas trouvé grand chose non plus sur Internet-Google.

    Juste une présentation en PDF, apparemment de Sophie Gautier et assez ancienne puisque concernant la version 2 d’OOo.
    http://www.quifree.it/incms/multime

    Les liens finaux de la présentation sont eux aussi morts pour la plupart.

    La présentation est très bien dans le style "tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil d’utiliser le libre". Entre le discours marketing et les réels effets sur le terrain il peut y avoir un sacré écart, écart qui se creuse année après année.

  22. Je réponds à propos de la distinction admin/pédago
    les postes admin et pédago dans les lycées sont effectivement fournis (et pas forcément gérés) par la région
    le choix des renouvellements de logiciels revient au Conseil d’Administration de l’établissement.

    En revanche, les bureaux des Rectorats et IA sont dotés par le ministère (au niveau budget).

    J’ai aussi trouvé un retour d’OOo qui donne une idée des problèmes débattus.
    Visiblement le projet français a fait des choses depuis, sur certaines des demandes. (oct 2008)
    http://fr.openoffice.org/servlets/R

    ceci dit, les questions posées dans l’article que nous commentons, demeurent sans réponse.

  23. Au ministère de l’Écologie Aménagement et Développement Durable Énergie, la migration a été faite des formations mise en place mais on traine des pieds parce que certains tiennent à leurs Macros, leur petites habitudes et tout cela a été fait en pleine restructuration du Ministère. Donc les usagers, pour beaucoup l’ont vécus comme une contrainte plutôt qu’un progrès. J’essaie d’évangéliser les collègues mais c’est dur quand ils sont lâchés dans la nature avec une formation très généraliste sans orientation métier (une secrétaire à des besoins différent d’un dessinateur ou d’un chargée d’étude). Une migration dont l’on parle moins c’est la suppression totale d’Outlook au profit de Thunderbird. ET là ça a été encore plus radical. EN somme: "Vous verrez c’est comme Outlook, Pas besoin de formation" :-( CATASTROPHE ! C’est dur pour moi de rattraper toutes ces coquilles de déploiement. Si j’avais un conseil à donner: IL FAUT FORMER les agents à ces nouveaux OUTILS en tenant compte de LEUR METIER

  24. Bonjour à tous,

    Un des « membres fondateurs » de ce groupe, nous apporte l’éclairage suivant, ceci bien évidemment n’engage que lui !

    Ce groupe a été créé sous l’impulsion de l’ADAE (Agence pour le Développement de l’Administration Electronique), en décembre 2005.
    Groupe créé dans le cadre schéma directeur ADELE (pour ceux qui s’en souviennent encore).
    Il perdure aujourd’hui grâce à l’implication de ses membres.

    L’objectif est de faciliter la migration vers OO.o au travers d’une large mutualisation des bonnes pratiques.
    Nous devrions d’ailleurs trouver sur le net, une présentation faite à Solutions Linux par le ministère de l’Equipement (2006)

    Les chiffres aujourd’hui ne veulent plus dire grand-chose, 400 000, 500 000… tant que l’adhérence applicative est toujours présente dans les applications métiers de l’Administration.

    RGI, les experts du groupe ont bien évidemment participé de prêt ou de loin aux réflexions sur la 1re mouture du référentiel (le vrai 😉 , la version actuelle n’a d’interopérabilité que le titre et aucun expert de l’administration (sur un axe interministériel) n’a été consulté.

    Les ressources disponibles s’adressent essentiellement au secteur public (facilitation d’une migration vers OO.o).
    Aucun intérêt pour un particulier, il y a d’excellentes ressources sur le présent site.

    L’iso du cédérom (aujourd’hui en version 3.11) est disponible sur http://mimooo.demonstrations.adulla… , grand merci à l’Adullact.

    Pour les septiques, il faut savoir que la version contenue dans cette iso est la version communautaire pré-paramétrée, à laquelle s’ajoute des plug-ins.
    L’Administration reverse régulièrement les correctifs et développements réalisés à la communauté OpenOffice.org.

  25. framanaute

    Un membre fondateur n’aura pas tardé à arriver !

    Merci pour les précisions mais ce manque de transparence publique n’est pas anodin et reste AMHA dommageable.

    Ca m’intéresse beaucoup moi de savoir quel type de discours vous avez tenu devant le personnel pour leur expliquer la migration. Si c’est "on change d’outil parce que c’est gratuit et parce que c’est l’équipe technique qui l’a décidé ainsi", c’est normal que ça râle et qu’on y voit que des inconvénients. Si c’est "on change d’outil parce qu’on passe au libre et on va vous expliquer pourquoi l’usage du libre est tout indiqué dans les administrations publiques", alors ça râlera aussi mais peut-être que ça passera mieux puisque la contrainte ponctuelle s’inscrit dans un changement de paradigme éthique.

    En gros soit vous vous êtes contentés d’un discours technique (open source) ou d’un discours social (logiciel libre). Le second impliquant plus de courage car c’est un discours plus politique.

    Remarque : Et pourquoi la clause NC dans la licence Creative Commons du cédérom. OpenOffice.org n’a pas de clause NC lui et vous en avez bien profité !

  26. Le NC c’est pour les docs, enfin je pense.

    Pour le reste le discours est fonction des interlocuteurs !
    Je ne suis pas certain que les agents aient leur mot à dire.
    Chaque ministère a sa propre stratégie (format ouvert, pérennité, harmonisation du parc, etc…. argent aussi)
    L’avantage c’est qu’il y a un accompagnement au changement qui permet la remise à plat des pratiques.

  27. Joseph d'Angers

    Merci cher membre fondateur (et merci au Framablog pour avoir soulevé un lièvre).

    Vous semblez donc trouver tout à fait normal qu’il n’y ait aucune info public sur ce programme de migration dans l’administration depuis trois ans.

    Dans l’article on parle quand même en vous citant d’un "état d’esprit de partage" en évoquant "cédérom interministériel d’installation d’OpenOffice.org, mallette pédagogique, formation en ligne, pack de communication, outils d’accompagnement, mémentos, guide, etc.".

    Alors quand vous dites "les ressources disponibles s’adressent essentiellement au secteur public (facilitation d’une migration vers OO.o), aucun intérêt pour un particulier", permettez-moi d’avoir quelques doutes. Vous ne me ferez pas croire que le secteur public est si spécifique que la malette pédagogique et tous les outils sont tellement "métiers" qu’ils sont inapplicables ailleurs.

    Que le fruit de votre travail puisse bénéficier aux particuliers mais aussi aux écoles, aux PME, etc. j’apelle aussi cela du service public a fortiori quant on décide d’utiliser un logiciel libre.

    Jo’, un prof qui galère tout seul à installer OpenOffice.org dans son bahut.

  28. yvoniste

    Question supplémentaire à membre fondateur : Le RGI nouvelle mouture met sur un pied d’égalité le format ouvert d’OpenOffice et le pseudo format ouvert OOXML. Ce n’étais pas le cas auparavant, où vous pouviez toujours arguer du RGI ancienne version pour pousser l’OpenDocument Format et donc pousser OOo. Est-ce que cela va contrarier votre politique de migration vers OOo ? Car pour moi oui et c’était d’ailleurs tout le but de la manoeuvre Microsoft.

  29. Membre fondateur

    Je ne pourrai malheureusement pas répondre aux commentaires qui suivront, mais concernant les deux derniers, il me semble :

    Qu’un particulier n’aura que peu d’intérêt pour le contenu des travaux du groupe, même si les plus curieux y verront peut-être qq éléments intéressants, donc plutôt mitigé sur le sujet. Une PME peut-être fonction de la taille…. il faut tout de même avoir un service informatique, voir des formateurs pour profiter de l’ensemble du contenu.

    Il faut aussi considérer qu’il s’agit d’un "modeste travail" de mutualisation interministérielle… rien de plus. C’est à dire qu’en dehors du contexte, cela ne sera pas forcement à la hauteur des espérances de chacun.
    Cela démontre surtout que l’on peut faire de l’excellent travail en mutualisant les compétences de chaque entité, avec notamment une meilleure gestion du "denier public" et de nos jours, ce n’est pas une mauvaise chose.

    Concernant les formats de document, c’est plus : difficile, d’actualité, politique, donc…

    Il me semble que cela soit fonction du point de départ, tout en distinguant la suite bureautique du format.
    Si l’on considère une vieille suite bureautique de 97 ou 2000, pas trop de problème.
    Pour les plus récentes c’est en effet moins évident.
    Maintenant si vous voulez attendre une suite bureautique (Windows, Linux, Mac OS) implémentant correctement la norme ISO 29500, va falloir retarder la migration et rester en ".doc" pendant pas mal de temps. (mais quelle de version "doc" au fait ?)

    Il faut bien faire comprendre aux décideurs, qu’aucune suite bureautique n’implémentera ; oups je m’engage un peu :-) , nous dirons "n’implémente" l’ISO29500, sur les différents systèmes d’exploitation. Ce qui n’est pas le cas de l’ODF (ISO 26300).

    Pour le reste :-(

    Bon courage !

  30. dans les DDSV en province ils ont les 2, car les services centraux envoie déjà les fichiers en odt et apparemment un passage en full Openoffice est prévu…mais quand…déjà qu’ils sont passés sur Thunderbird et Firefox l’an dernier alors une chose à la fois.

  31. Laurdinateur

    Depuis ce soir Wikipedia propose un article sur MiMOOo http://fr.wikipedia.org/wiki/MiMOOo

  32. @Laurdinateur : Merci pour l’info !!!
    Choisir Wikipédia pour répondre aux questions, c’est vraiment une excellente et originale idée. Chapeau !
    (et merci également au "membre fondateur" d’être venu apporter ses précisions)

  33. Qu’il n’y est pas de représentant de l’éducation nationale n’est pas très étonnant. Je travaille pour une des succursales de l’EN qui appartiennent à l’enseignement supérieur et recherche, bref une université. Il existe le groupe logiciel de enseignement supérieur qui négocie des tarifs avec différents fournisseurs dont bien sur Microsoft® (il ne faut jamais oublié le petit® ^^) Ce qui permet d’avoir divers accord dont des tarifs plus qu’attractifs pour les postes administratifs et bien sur des «promos» défiant toutes concurrences pour les étudiants et enseignants. Que quelques postes de la fonction public passent sous OOo ne gène pas trop les lobbys tant que l’enseignement reste sous la coupe. Les «chers» étudiants apprennent consciencieusement sur Microsoft ® Office 2003/2007 ™ pour après être des défenseurs de cette suite quand ils deviendront …. fonctionnaires…..ou pas 😛

  34. Wow mais c’est trop beau ça ! On demande des éclaircissement factuels dans la transparence et ils apparaissent comme par magie sur Wikipédia en moins de 24h chrono La Redoute ! Bravo à PicMirandole, le wikipédien mimoooiste qui est à l’origine de la création de l’article dédié. Je me prends à rêver d’un monde qui répondrait sur Wikipédia à chaque fois qu’on lui demande de légitimes explications !

  35. Concernant l’education Nationale, ça tombe bien : Le salon Educatice ouvre ses portes à la porte de Versailles et il y a une conférence demain avec un représentant de l’Education Nationale et Microsoft !
    C’est le moment de poser les questions qui fachent !

  36. Intéressant cette conférence à Educatice… mais n’y étant pas, pourra-t-on avoir une retranscription des réponses à ces questions qui fachent (même si une vidéo ogg/theora de la conférence serait également bienvenue)

  37. une petite anecdote,
    sur le site des audits de la performance publique http://www.audits.performance-publi

    le rapport d’audit concernant le parc bureautique de l’Etat (vague 6) n’a pas été rendu public contrairement à tous ceux qui le précédaient. En effet, toute étude économique sérieuse ne peut que privilégier le déploiement de logiciel libre http://www.mille.ca/Rapport-d-evalu

  38. GoergesD

    Mon interprétation qui vaut ce qu’elle vaut.

    Si on veut installer du libre dans l’administration publique, il est stratégiquement plus efficace de le faire par petites touches dans la plus grande discrétion pour ne pas réveiller Microsoft et ceux, haut placés, qui le soutiennent (il y en a et ils sont nombreux, cf le nouveau RGI).

    Je ne sais pas si vous voyez le paradoxe et le renversement des valeurs. Le libre qui doit se faire tout petit pour ne pas être bloqué par des pro-Microsoft à l’intérieur même du secteur public !

    C’est délirant quand on y pense. L’explication est certainement à rechercher du côté de la politique et de l’économie.

    Géniale cette "réponse-Wikipédia". Et très malin au niveau communication. On va pas se rabaisser à commenter dans un blog alors où est-ce qu’on pourrait donner quand même des infos ? Comme quoi ils sont bon communicants quand ils veulent !

    Je trouve dommage qu’OpenOffice.org Fr ne soit pas venue apporter ses éléments d’info. Peut-être qu’entre les lignes cette histoire révèle aussi la faiblesse d’OOo Fr. C’est pas pour jouer la provoc’ c’est juste que je m’interroge. Un OOo Fr fort n’aurait pas forcément laisser le groupe Mimoo s’enfermer dans son silence.

  39. Neuftroisien

    Le ministère de la Culture est passé à OOo il y a un petit moment, sauf la pointe de la pyramide, dont les hautes pensées ne pourraient, dit-on, être véhiculées que par du W.doC (non ce n’est pas une nouvelle marque de produit sanitaire)
    Neuftroisien

  40. Je plussoie les réponses de membre fondateur.
    Et je rajouterai que s’il y a si peu d’infos sur MimOOo en ligne, c’est qu’on ne voit pas à quoi MimOOo pourrait servir dans le public, MimOOo étant simplement une compilation destinée à avoir un standard commun d’OOo pour tous dans l’administration.

    D’autre part, ce n’est pas parce qu’on publie des infos qu’elles sont connues. Ainsi, le Ministère de la Défense publie ses travaux autour d’une version sécurisée de Thunderbird (TrustedBird) depuis des années sans que cela intéresse les même qui font reproche à l’administration de ne pas communiquer.

    "Si on veut installer du libre dans l’administration publique, il est stratégiquement plus efficace de le faire par petites touches dans la plus grande discrétion pour ne pas réveiller Microsoft et ceux, haut placés, qui le soutiennent (il y en a et ils sont nombreux, cf le nouveau RGI)." Tout à fait. Ainsi, au MinDef, les velleités de passage au libre ont été stoppées, et désormais c’est vers le tout Microsoft qu’on s’oriente. Le lobbying y a sa part, mais "l’adhérence mentale" aussi : quand on utilise depuis 20 ans des outils piratés à la maison, on veut les même au bureau. Et les arguments habituels du libre se retournent contre leurs auteurs. La seule façon d’imposer un outil libre, c’est qu’il soit supérieur, en fonctionnalités ET en ergonomie (et en effets kikoolols) au produit payant.

    Ou de compter sur les équipes marketing de Google pour combattre celles de Microsoft.

  41. Pour vivre heureux, vivons cachés !

    Le libre qui doit se cacher face au propriétaire au sein de même de l’administration.
    Tout est dit…

  42. Je suis fonctionnaire dans une direction départementale du var du ministère de l’agriculture.
    Tout le ministère de l’agriculture a migré vers open office il y a un an et demi voire deux ans, je ne sais plus exactement. Tous les agents du ministère ont eu droit à une formation sur leur site.

  43. Bonsoir,

    Avant de répondre aux questions posées au projet francophone, je voudrais apporter quelques précisions de fond :
    – le projet francophone n’est pas un projet français, c’est un projet qui est déterminé par une communauté de langue et non par une communauté nationale
    – un projet comme OpenOffice.org FR repose sur la participation de ceux qui se sentent concernés. Il ne peut être fort que si ceux qui en parlent se donnent aussi la peine d’y participer. Et je ne parle pas là d’installer et utiliser OpenOffice.org mais d’être présent là où se fait le travail : les listes de discussions @fr, le forum francophone, le wiki et les outils de développement et Assurance Qualité.

    Pour en venir à MimOOo et le projet francophone, l’information est disponible, comme indiqué par un des commentateurs, avec le CR de la réunion à laquelle j’ai participé (http://fr.openoffice.org/servlets/R…). Mon CR date de 2008 et je n’ai pas eu l’occasion d’en faire d’autre depuis sur le même sujet, mais ce n’était pas la première fois que le projet francophone était invité à une réunion de MimOOo.

    Je suis de plus en contact plus ou moins régulier avec certains membres de MimOOo qui peuvent me poser des questions techniques ou vouloir des informations sur le futur de OpenOffice.org ou faire part de remarques, avis, critiques et problèmes rencontrés.

    Des retours des travaux de MimOOo vers la communauté OpenOffice.org, il y en a bien sûr. Beaucoup sont sans doute discrets ou indirects à travers des signalements de bugs, des patchs proposés par des SSLL qui travaillent pour l’administration française. Je n’ai cependant aucune information précise là-dessus. Un exemple de retour plus évident est la mise à disposition du dictionnaire terminologique sous forme d’extension (voir http://extensions.services.openoffi…). Cette extension illustre bien les spécificités des besoins de l’administration française.

    Jean-Baptiste Faure
    Responsable du projet OpenOffice.org Francophone

  44. un intégrateur

    Bonjour,
    J’ai participé à mon humble niveau à plusieurs campagnes de mise en œuvre des logiciels libres dans différentes administrations. J’ai en particulier évalué deux fois Open Office, en 2002 et en 2006.
    Il a, à chaque fois, globalement très bien répondu aux cahiers des charges pour une population correspondant à prés de 80-90% des utilisateurs.
    En 2002, pour un EPA relevant de l’EN le projet, a été abandonné pour deux raisons suivantes:
    – Publication d’open Office via Citrix ou TS [ 10 % des utilisateurs ] — blocage technique
    – Coûts de la migration (installation, formation) supérieurs à ceux de la suite MS — blocage financier.
    En 2006 nouvelle campagne pour une autre administration. Un blocage technique a été détecté pour la compatibilité avec les tableaux d’enquête inter administration. Le déploiement a donc été réalisé en mettant de coté une partie de la structure administrative (la hiérarchie). Le déploiement de la solution devait être réévalué en fonction de la résolution de ces dysfonctionnements et de la généralisation d’enquêtes en format ouvert.
    La situation en faveur du libre, du moins pour le poste bureautique, s’améliore. Certaines administrations disposent cependant d’une tarification telle qu’il est très difficile , encore aujourd’hui, d’avancer le seul argument financier.
    La situation évolue aussi surement coté serveurs. Les solutions issues du libre remplacent de plus en plus les serveurs UNIX payants (AIX …).

  45. Ce qui est terrible, c’est que même pour passer d’un vieux windows 98 (système encore majritairement utilisé dans les écoles étant donnée la vétusté des postes et des dotations au compte-goutte !) à un linux ubuntu dernière génération (karmik Koala par ex.) que l’on peut installer sur des postes donnés généreusement par les entreprises (impossible d’acheter des licences windows avec nos finances en baisse, en baisse !), et bien, les enseignants tirent la tronche par frilosité et surtout difficulté à investir de leur temps à changer alors que…!
    Alors, imaginez ! Passer d’un pack office 2003 ou mieux 2007 à Open Office, on comprend que ce soit mission impossible !
    D’autant plus que l’enseignant de base a son pack office gratuit avec son adresse académique (ça c’est pour la synergie entre l’Education Nationale et Microsoft !!!)

    Moralement, ce qui est lamentable, c’est qu’on sent bien que l’ex société américaine de M. Gates doit gagner des sous dans l’affaire et qu’elle tape là où ça fait mal : le portefeuille mais aussi l’envie… d’avoir l’outil de "ceux qui en ont" !

  46. L'ancien élève Zenitron

    Ce qui est surtout terrible, Jimbee, c’est que quand une "Mutualisation interMinistérielle pour OpenOffice.org" se met en place, personne de l’Éducation nationale ne daigne participer.

    Tout du moins c’est ma conclusion puisqu’on a eu divers témoignages de personnes impliquées dans les commentaires et jamais ceci n’a été évoqué. Il faudrait leur mettre gentiment la pression pour qu’il nous explique pourquoi. Mais qui peut faire ça ?

  47. Bonjour !
    Je trouve certains commentaires un peu conspirationnistes… En effet, pourquoi voir de la dissimulation et du soviétisme, là où finalement il n’y a sans doute qu’un gigantesque vide sidéral ?
    Pour avoir été "béta testeur" à partir de OOo 1.4 (puis passé tout seul sous 2.0 et suivants), presque de ma propre initiative, mais avec le soutien de certains collègues de l’équipe informatique, qui développaient eux aussi presque de leur propre initiative un projet de déploiement OOo, je peux vous dire que :
    – tout ça s’est fait de manière quasi clandestine, sur la base de la seule bonne volonté de quelques collègues,
    – a débouché récemment sur un programme massif de mise à jour des licences Ms Office.
    Une piste de réflexion : tous nos applicatifs métiers sont développés en externe, par des boîtes privées, et basés sur des applications propriétaires. Est-ce un problème de cahier des charges ? Toujours est-il qu’on a bien là un frein au développement du Libre…
    Quelques exemples :
    – un applicatif d’aide à la rédaction, qui ne génère que du Word (dont la mise en page saute sous OOo),
    – un extranet qui ne fonctionnait à la base que sous IE (une histoire de Pop-up ?), alors que tout le ministère est équipé en mozilla ou firefox ; ce qui fait que nous avons du nous réinstaller IE pour utiliser l’extranet en question,
    – un autre qui ne fonctionne que sous le dernier IE (7 ou 8 ?) ; ce qui fait que l’équipe informatique a été obligée, vu l’instabilité du dernier IE, de lui fournir un PC dédié, rien que pour accéder à cet extranet…
    Je continue ?
    En tant que militant syndical, tout ça me pose quand même question, à l’heure où on nous parle de faire des économies en supprimant des postes de fonctionnaires…
    On pourrait aussi faire un billet sur Chorus, non ?

    amitiés (syndicales à ceux-celles que ça intéresse),
    Pierre

    PS (syndical aussi) : je suis également effaré par la prégnance de l’idéologie "propriétaire" dans nos organisations syndicales, qui défendent a priori l’autonomie ouvrière… Outre que ça fait souvent des tracts moches (alors qu’un pdf sous OOo, c’est plus joli), je crois qu’il faudrait vraiment travailler sur le lien entre démarche syndicale et démarche "Libre". Des camarades intéressé-e-s ? On pourrait appeler ça "des logiciels libres pour des syndicats libres" ?

  48. On remarquera depuis le 24 novembre dernier la présence de l’extension OOo "Correcteur terminologique français".
    http://extensions.services.openoffi

    "Propose de remplacer des termes étrangers par les termes français officiels, par exemple "mail" par "courriel" ou "camping-car" par "autocaravane". Les termes étrangers et les termes français officiels sont tirés de la base de données FranceTerme FranceTerme. Cette extension est proposée par le ministère de la culture et les ministères financiers."

    Il y a fort à parier que cette extension nous vient de MiMOOo et sa mise en ligne publique du… Framablog 😛

  49. keruzien

    Bonjour,

    Dans la fonction publique, il y a aussi la fonction publique territoriale (mairie, département, région, pompiers) où il y a égalemnt une très grande frilosité. Les migrations qui ont lieu sont portées au départ par une ou deux personnes très motivées (fonctionnaire et/ou élu).
    Le côté financier va jouer un rôle accru dans le choix du passage au libre, les élus vont être probablement plus réceptifs, l’économie des licences pourrait alors être utilisée pour la formation nécessaire à la migration.

    Les collectivités pourraient mettre à disposition du temps de leurs informaticiens pour contribuer au développemnt du libre, mais là il faudrait embaucher et s’appuyer en confiance sur le personnel, pas vraiment la saison !

    PS : je suis également militante syndicale et d’accord avec ce que dit Pierre. Comment peut-on prendre contact ?

  50. fred

    Suite à un courrier envoyé au Ministère de l’Education Nationale, lui demandant de bien vouloir préciser ses modalités de participation, j’ai reçu ce 18 mai, une lettre de son Conseiller Technique me précisant, entre autres, que " La suite bureautique Open Office est largement utilisée au sein de la communauté éducative." (rien d’explicite sur les services administratifs).
    Le représentant du Ministère de l’Education Nationale qu groupe MimOOo est M. Eric Billet (sans plus de précision concernant la manière de le joindre)
    Voilà les points importants de la lettre.

  51. Merci Fred.
    Pour ce qui me concerne, j’ai reçu, lors du dernier Solutions Linux, le CD mis à jour de MiMOOo de la main de l’un de ses développeurs.
    Pas rancunier du tout 😉

  52. Christophe

    C’est dommage que vous n’ayez pas poursuivi votre investigation et signalé la présence de ce lien:
    http://www.journal-officiel.gouv.fr

    Il faut vous rendre compte que la machine administrative est très lourde et qu’il n’est pas si simple de communiquer à plusieurs ministères. Rien à voir avec un système soviétique comme j’ai pu le lire dans un commentaire.

    Amicalement