Sensibilisation ou propagande ? Quand Hadopi souhaite s’incruster dans nos écoles

Classé dans : Éducation | 13

On nous a fait parvenir cette lettre d’un responsable d’Hadopi qui ne perd pas de temps et souhaite s’inviter dans l’Éducation nationale en animant des ateliers de « sensibilisation » en direction des professeurs et des élèves. Pour ce faire (et c’est malin), on contacte les personnes en charge de la vie lycéenne dans les rectorats.

Nous nous sommes dits que cela pouvait vous intéresser…

N’hésitez pas à manifester votre approbation ou réprobation dans les commentaires ;)

Jayneandd - CC by

Lettre d’Hadopi

Madame la déléguée,

Hier, mercredi 5 juin, l’Assemblée nationale a adopté définitivement le projet de loi d’orientation et de programmation pour la refondation de l’école de la République.

Ce texte est porteur d’un formidable élan pour le numérique à l’école.

Il modifie notamment la rédaction de l’article L. 312-9 du code de l’éducation qui prévoit désormais que la formation à l’utilisation des outils et des ressources numériques « comporte une sensibilisation aux droits et aux devoirs liés à l’usage de l’internet et des réseaux, dont la protection de la vie privée et le respect de la propriété intellectuelle ».

Il précise également que la prise en compte du numérique sera inscrite dans les plans académiques et nationaux de formation des enseignants et des corps d’inspection et d’encadrement.

Dans ce contexte, l’Hadopi souhaite contribuer à l’information et à la sensibilisation de la communauté éducative et des élèves au droit d’auteur et à la création artistique.

Aussi, nous vous proposons d’animer au sein de votre académie un atelier de sensibilisation à l’attention des enseignants, référents TICE, documentalistes et personnel d’encadrement. Ces ateliers sont composés de différents modules pédagogiques qui visent à apporter à la communauté éducative un éclairage clair et précis sur des enjeux relatifs au droit d’auteur, à la création artistique et aux usages responsables sur Internet mais aussi à répondre à des questions concrètes auxquelles les enseignants sont confrontés dans le cadre de leurs enseignements. Si ce projet vous paraît utile, nous vous proposerons de choisir parmi les 10 modules que nous proposons ceux qui paraissent le plus adaptés aux besoins dans votre académie.

Par ailleurs, nous vous proposons également d’animer un atelier d’information destiné aux élèves de collège / lycée, avec la possibilité éventuelle d’inviter un artiste à présenter son métier et la chaîne de création artistique.

Je me tiens à votre entière disposition pour vous apporter tout renseignement complémentaire et vous prie, Madame la déléguée, d’agréer l’expression de mes salutations distinguées.

XXX

Hadopi
4 rue du Texel
75014 Paris

Crédit photo : Jayneandd (Creative Commons By)

13 Réponses

  1. Tsigorf

    Dans ce cas-là, n’aurait-on pas le droit d’animer des conférences/ateliers à destinations des élèves/profs/… et tout ce qui s’ensuit ? Je pense que le plus difficile serait de trouver quelqu’un qui ferait le tour, mais après, je pense qu’il y aurait des libristes volontaires partout.

    Ou sinon, se servir de leurs « ateliers » pour contrer la totalité de leurs arguments, passant par l’effet streisand. On aura au moins l’avantage des contre-arguments passe-partouts, et on n’aurait pas (moins) à se soucier de se faire écouter

  2. Humm deux réactions
    Ok alors on mets 1984 (le livre) au programme du collège
    et sinon
    Monsieur le proviseur j’ai appris que votre établissement sera visité par la Hadopi. Mon enfant ne pourra pas être présent ce jour là ….
    ou j’interdit que mon enfant participe à cet événement etc etc.. ma considération distinguée …

  3. Pourquoi pas ? Mais il faut respecter la pluralité d’opinion, et inviter aussi ceux qui soutiennent les licences CC ou mettent en avant les dérives du système actuel…

  4. Marie-Odile Morandi

    Bonjour,
    Ce sont eux ?
    http://www.hadopi.fr/la-haute-autor

    Nos chères têtes blondes sont très très convoitées.
    Il sera de plus en plus difficile de résister.
    Amicalement

  5. Axelos

    La question incontournable à poser lors de l’une de ces interventions: Pourquoi une taxe de copie privé, alors qu’il est interdit de copier la majorité des fichiers (drm) ?

  6. kamui

    Et où peut-on télécharger un épisode de GoT légalement et pourquoi l’annuaire pur.fr est-il si mal construit ?
    http://www.klaire.fr/2013/06/10/ivr

  7. Plus urgent : Transformer l’Agence Hadopi qui gaspille plusieurs millons d’€ par an en une agence de formation à l’informatique et sensibilisation aux logiciels libres pour faire des économies …

  8. > avec la possibilité éventuelle d’inviter un artiste à présenter son métier et la chaîne de création artistique.

    C’est une bonne occasion de contacter les artistes de jamendo et consorts !

  9. jimbee

    D’accord avec l’ensemble des réactions mais n’oubliez surtout pas que cela fait déjà plusieurs années qu’il est indiqué dans le BII (Brevet informatique et internet) que l’élève dans la partie « Prendre conscience des enjeux citoyens de l’usage de l’informatique et de l’internet… » doit connaître ses droits et devoirs face à la copie privée… Maintenant, imaginer que l’élève est suffisamment mâture pour demander à l’intervenant « Pourquoi une taxe de copie privé, alors qu’il est interdit de copier la majorité des fichiers (drm) ? », Axelos, me paraît relever d’un « complexe de supériorité » dont beaucoup de posteurs sont porteur dans ce site ! Quant à « interdire à son enfant de participer à l’activité », Tonton, mais où on va ? On est responsable ou pas, ici ? Bien entendu que nous, en tant qu’adulte, on a le devoir de s’opposer à toute manipulation grossière des majors et des atteintes aux droits des enfants mais ne demandez pas à vos enfants de prendre des positions intenables face à leurs profs. C’est lamentable et cela encourage des attitudes insolentes face à des professeurs qui ne font qu’exercer leur métier dans des conditions pas toujours simples. Sensibiliser au sort fait aux logiciels libres à travers le fonctionnement actuel d’hadopi OK mais n’est-ce pas plutôt le rôle des citoyens majeurs et électeurs que celui des élèves ? Aux associations de parents d’élèves de dénoncer/critiquer ce genre d’interventions en milieu scolaire pour ce qu’elles sont, ou/et de proposer un cadre à ces interventions.

  10. Arkaan

    Je suis d’accord avec jimbee on peut pas embrigader les enfants dans un sens ou ou un autre. Leur dire de demander des choses qu’ils ne comprennent pas c’est juste les mettre dans une situation où ils se feront d’autant plus facilement avoir pas des contre arguments bidons.

    Après on pourrait dire que la proposition de la Hadopi par d’un bon sentiment mais soyons réaliste on sait très la tournure que ça va avoir. Les enfants auront droit à tout le panel du discours paternaliste: « pirater, c’est mal, ça tue les artistes et après y aura plus de création artistique ». Et si un enfant vient à parler de modes de rémunération alternatifs, de licence libre, de framabook, etc. Il se fera démonté sans discussion. Donc c’est aussi un devoir de parent d’élève je pense d’être vigilant sur ce genre d’initiative surtout concernant le contenu.

    Le point intéressant soulevé par jimbee c’est le B2I (Brevet informatique et internet). En fait un petit tour sur le site de l’éducation nationale: http://eduscol.education.fr/cid4607… me fait penser que plutot que d’organiser une n-ème journée spéciale truc-muche pour les enfants, il faudrait peut être faire un truc potable. Quand on regarde les programmes, le résumé c’est « vas-y mon petit appuie sur le gros bouton ». Dans ce cas là ils peuvent bien utiliser MS machin ou logiciel libre équivalent pour eux ce sera pareil. Je ne vais pas reprendre les arguments qui traine partout sur le web (à commencer par framablog avec les textes de Stallman) mais il faudrait sérieusement songer à faire une vraie formation informatique et réseau aux enfants, simple mais les bases. Je demande pas d’en faire des informaticiens mais déjà qu’ils sachent entre Internet et web ça serait un bon début.

  11. Ginko

    @Arkaan,

    +1, par contre on me souffle à l’oreille que les politiciens et décideurs de l’EN n’ont pas ou peu de compétences sur les enjeux politiques de l’informatique dans une société de l’information et que par voie de conséquence, ce sont les visions des lobbies les mieux placées qui surnagent entrainant la situation que l’on connait.

    Or l’intérêt desdits lobbies est bien de conserver le statu quo en maintenant cette ignorance. Il est donc tout à fait impensable pour eux que la formation à l’informatique aille au delà de la simple utilisation de matériel et logiciel informatique. Il ne faut pas que nos petites têtes blondes comprennent ce qu’il se passe, sinon la boucle ne serait pas bouclée !

  12. Marie-Odile

    Bonjour,

    Non seulement les décideurs de l’en que j’ai connu ont peu de compétences sur le sujet, ne veulent surtout pas écouter les personnes qui en ont un tout petit peu plus qu’eux…. mais l’institution à laquelle ils appartiennent leur donne un grand pouvoir !

  13. totopipo

    Un module d’hadopi… l’addons pour firefox certainement. ^^
    Sa force d’intrusion pour justifier son existence est sans équivoque; n’est-ce pas un mouchard sur les box ou ailleurs qu’elle souhaitait ? Ce n’est pas elle aussi qui souhaitait, il y a peu, avoir des accès directs chez les FAI pour vérifier les données de connexions (car les FAI attendent encore le règlement de la facture pour la fourniture d’IP), PRISM-like de la NSA ?

    Marie-Odile, si seulement il n’y avait qu’à l’EN… les parents pourraient encore espérer corriger le tir avec de bons et solides arguments, mais même eux baignent dans ce marigot d’incompétence à tous les niveaux – principe de Dilbert… comment montrer à nos bambins/ados, la façon de s’en sortir, si c’est possible, un jour ?