Ce que cache la gratuité des photos embarquées de Getty Images (et des autres)

Classé dans : Dégooglisons Internet, G.A.F.A.M. | 5
image_pdfimage_print

Le Parisien nous annonce que YouTube a connu une panne mondiale hier soir 13 mars 2014, entraînant avec lui la pléthore de sites qui proposent ses vidéos à mêmes leurs pages web via le lecteur embarqué. On remarquera que pour mieux nous informer l’article en question intègre deux tweets (paresse de journaliste ?).

Vidéos YouTube, encarts Twitter, musiques Soundcloud, boutons Facebook… nos pages web deviennent de plus en plus souvent un savant mélange entre notre propre contenu et celui des autres, apporté sur un plateau par des multinationales à forte dominante américaine.

C’est pratique et gratuit. Il y a un juste à faire un copier/coller avec un bout de code pour que, ô magie, le contenu des autres apparaisse instantanément sur votre page, l’enrichissant ainsi à moindre frais.

Mais il y a un risque et un prix à payer. Le risque c’est que comme rien n’est éternel, le jour où YouTube, Facebook, Twitter… disparaîtront (si, si, ça leur arrivera à eux aussi), on se retrouvera avec des pages pleines de zones vides qui n’auront plus de sens. Avant de disparaître, ces sociétés en difficulté auront pris le soin de modifier le contenu même de toutes ces (frêles) embarcations avec, qui sait, toujours plus de publicité. Elles en ont parfaitement le droit, c’est un accord tacite que vous signez avec elles lorsque vous recopiez leur code. Google peut ainsi très bien du jour au lendemain ne faire afficher qu’une seule et unique vidéo dans tous les milliards lecteurs YouTube embarqués avec, disons, une pub pour Coca-Cola : impact marketing garanti !

Quant au prix à payer il est lourd à l’ère de l’informatique post Snowden, c’est celui de votre vie privée car, comme on le verra plus bas, ces intégrations collectent de nombreuses informations vous concernant.

Ici donc c’est au tour de l’énorme banque Getty Images de vous proposer d’embarquer ses photos. Et vous avez le choix parmi… 35 millions d’images ! D’un côté cela rend service et sensibilise au respect du crédit, de la licence et du lien vers le document d’origine. De l’autre ça participe à la fameuse citation « si c’est gratuit, c’est que c’est vous le produit »…

À comparer avec ce qu’a fait la British Library, l’équivalent britannique de la BnF, en décembre dernier : verser 1 million d’images du domaine public en haute résolution sur Flickr. Un autre monde, un monde à défendre, promouvoir et encourager.

 

 

Getty Images autorise l’incorporation gratuite, mais quel en est le prix pour la vie privée ?

Getty Images Allows Free Embedding, but at What Cost to Privacy ?

[MàJ du 8 mars 2016] Par recommandé reçu au siège de Framasoft le 07 mars 2016, la société GETTY IMAGE, par l’intermédiaire de son conseil juridique, met Framasoft en demeure de supprimer la majeure partie des éléments du billet de blog présent sur cette page. Sont en particulier concernés les propos issus de la traduction de l’article de Parker Higgins de l’Electronic Frontier Foundation, intitulé « Getty Images Allows Free Embedding, but at What Cost to Privacy ? ». Le billet ayant été publié en mars 2014 (il y a deux ans  !), le délai légal du délit de presse n’ayant pu être retenu, c’est sur le thème du dénigrement que s’attache le cabinet de conseil de GETTY IMAGE.

Nous aurions pu à notre tour nous tourner vers notre propre conseil, qui n’aurait pas manqué, par exemple, de relever les injonctions non conformes au droit présentes dans cette lettre, ou la grande faiblesse des arguments (intimidants en apparence).

Aller au bout d’une procédure se concluant très certainement en queue de poisson  ? Cela aurait été de notre part une perte d’énergie, de temps et d’argent  ; nous estimons que les généreux dons des contributeurs n’ont pas à servir à de vaines procédures portant sur l’image de telle ou telle société, gagne-pain laborieux de quelques conseils juridiques à défaut d’avoir de vraies causes à défendre.

Nous préférons donc censurer ce billet et laisser nos lecteurs juges de la teneur du courrier en question que nous reproduisons ici. Évidemment, les propos que nous supprimons sur cette page ne sortiront pas pour autant d’Internet, n’est-ce pas  ?

gettyreco1 gettyreco2 gettyreco3

Framalang est le groupe de traduction bénévole et communautaire de Framasoft. Les membres traduisent des articles du monde du Libre à l'intention du public francophone. Pour participer à cette aventure, rejoignez notre liste de diffusion !

5 Réponses

  1. Ce que ça raconte, c’est qu’il faut trouver des modèles alternatifs solides pour le libre et le gratuit, sans quoi, ce sera toujours la même alternative : payer ou être le produit.

  2. tizef

    Deux petites coquilles rien que dans le chapô :

    > On remarquera que pour mieux nous informer l’article en question [intègre] deux tweets (paresse de journaliste ?).

    > À comparer avec ce qu’a fait la British Library, l’équivalent [britannique] de la BnF, en décembre dernier : verser 1 million d’images du domaine public en haute résolution sur Flickr.

    Commentaire jetable après usage éventuel 😉

  3. note qu’il suffirait en fait que Wikimedia propose un système d’iframe, voir supporte le « oembed » développé par WordPress.

    Pour Flickr, je suis plus mesuré: le contenu est certes plus ou moins libre, mais le système appartient à une compagnie privée, avec des conditions d’utilisation pouvant évoluer en bien ou en mal, et qui ne se prive certainement pas de collecter plein d’infos. Quelle différence avec Getty ?

  4. Popolon

    @ttoine : les images de la bibliothèque mises sur flickr étant domaine publique, donc, rien n’oblige légalement à les embarquer depuis flickr. On peut aller les récupérer sur flickr, puis, les remettre sur mediawiki, ou sur son propre site…

  5. Lysarion

    « Cela permettra à Getty de croiser plus d’informations sur l’historique de navigation de l’utilisateur que n’importe quel autre site unique avant lui. »

    Google? Totalement au pif, hein.