Popcorn Time « le pire cauchemar d’Hollywood » n’est déjà plus 2/3

Classé dans : Logiciel Libre | 14

Il y a quelques jours à peine nous annoncions la sortie de l’application Popcorn Time, mieux que Netflix pour voir des films en streaming via BitTorrent !

Popcorn Time y était qualifié de « pire cauchemar d’Hollywood ».

Hollywood s’est réveillé et a réagi…

L’équipe de développement nous annonce déjà le clap de fin, en restant évasif sur les explications. Mais nul doute qu’ils ont reçu des pressions. Ils disent avoir vérifié quatre fois que Popcorn Time était légal (puisqu’ils proposaient une technologie neutre, n’hébergeait rien sur leurs serveurs et ne faisant que combiner trois bases de données externes : pour les torrents, pour les informations des films et pour leurs affiches).

Cela n’a, semble-t-il, pas suffi.

Edit : il y a une suite heureuse à cette histoire !

Goodbye Popcorn Time

Adieu Popcorn Time

Goodbye Popcorn Time

L’équipe de développement – 14 mars 2014

(Traduction : Piup, aKa, Kcchouette, loicwood, Noon, lumi, Amazigh + anonymes)

Au revoir

Nous avions commencé Popcorn Time comme un défi lancé à nous-mêmes. C’est notre devise… C’est ce à quoi nous aspirons.

Nous sommes très fiers de ce projet. C’est le plus important que nous ayons construit. Nous avons constitué une équipe géniale en le faisant, avec des gens avec qui nous adorons travailler. Et pour être honnête, au moment où je vous écrit, nous sommes tous un peu écœurés et abasourdis. Nous aimons Popcorn Time et ce qu’il défend, et nous avons l’impression de laisser tomber nos géniaux contributeurs chéris. Ceux qui ont traduit l’application en 32 langues, y compris certains dont nous ne connaissions même pas l’existence. Nous sommes en admiration devant ce que la communauté libre peut faire.

Nous sommes avant tout de jeunes entrepreneurs passionnés d’informatique. Nous lisons Techcrunch, Reddit et Hacker News dont nous avons fait deux fois la une. Dans le même temps, nous avons eu des articles dans Time Magazine, Fast Comany, TechCrunch, TUAW, Ars Technica, Washington Post, Huffington Post, Yahoo Finance, Gizmodo, PC Magazine et Torrent Freak, pour ne nommer que ceux-là. Et nous sommes intervenus à la télévision et dans des émissions de radio, sans parler des nombreuses interviews, et celles que nous avons aussi déclinées en raison de l’excès de sollicitation(s) de la part des médias.

Et aucun de ces médias ne nous blâmait. Non, ils nous soutenaient. Nous étions devenus les outsiders qui se battaient pour le public et les consommateurs. Des gens que nous respections, certains de nos héros, ont dit monts et merveilles à propos de Popcorn Time, ce qui a largement dépassé nos espérances pour un projet expérimental monté en seulement quelques semaines.

En tant que projet, Popcorn Time est légal. Nous avons vérifié. Quatre fois.

Mais comme vous vous en doutez, cela est rarement suffisant. Notre soudaine popularité nous a mis en contact avec des tas de gens, des journaux aux créateurs de nombreux sites et apps, qui étaient extrêmement populaires. Nous avons beaucoup appris à leur contact. En particulier que s’opposer à une industrie obsolète, arc-boutée sur son modèle économique, a un prix. Un prix que personne ne devrait payer en aucune manière.

Vous savez quelle est la meilleure chose à propos de Popcorn Time ? Que des tas de gens se sont accordés pour reconnaître que l’industrie du cinéma avait établi bien trop de barrières et de restrictions sur le marché. Prenons l’exemple de l’Argentine : les diffuseurs de streaming, là-bas, pensent que “There’s something about Mary” (Mary à tout prix) est un film récent. Ce film est ici, aux États-Unis, tellement vieux, qu’il aurait l’âge de voter !

La majorité de nos utilisateurs n’est pas localisée aux États-Unis. Ils sont de partout ailleurs. Popcorn Time s’est installé dans chaque pays sur Terre. Même dans les deux (pays) n’ayant pas accès à Internet.

Le piratage n’est pas un problème de personnes. C’est un problème de services. Un problème créé par une industrie qui voit l’innovation comme une menace à leur recette dépassée pour ramasser la monnaie. Un problème dont ils n’ont que faire.

Mais les gens si.

L’expérience montre que les gens risquent des amendes, des poursuites judiciaires ou toute autre conséquence possible uniquement pour pouvoir regarder un film récent chez eux. Juste pour avoir le type de partage qu’ils méritent.

Il se peut que demander gentiment quelques pièces par mois pour donner l’accès à n’importe quel film soit une bien meilleure solution.

Popcorn Time ferme aujourd’hui. Pas parce que nous n’avons plus ni énergie, ni motivation, ni détermination, ni même d’alliés. Juste parce que nous avons envie de poursuivre nos vies.

Notre expérimentation nous a amenés aux portes d’un débat sans fin entre piratage et copyright, menaces légales et machinerie douteuse qui nous donne l’impression d’être en danger à cause de ce que nous aimons faire. Et ce n’est pas une bataille à laquelle nous souhaitons prendre part.

Bises
Pochoclín

14 Réponses

  1. Apparemment, les sources ont été supprimé de Github mais des copies ont été faites. Les internautes gagnent toujours !

  2. Benjamin Sonntag

    Nope, je les trouve toujours sur GitHub et j’imagine bien que tout cela va donc continuer grâce à la fabuleuse collaboration mondiale des développeurs libres !

    https://github.com/popcorn-time/pop

  3. Il semblerait que les gars de Yifi-Torrents prennent le relais :

    http://torrentfreak.com/popcorn-tim

  4. Pour information, si vous possédez déjà une copie de l’application : elle fonctionne toujours :)

  5. Je ne comprends pas pourquoi parler d’un logiciel pour télécharger de façon illégale des vidéos sur un site traitant du libre.

    Mettriez-vous dans le même panier libre et piratage ?

    Au final, le but, c’est de ne pas payer, c’est bien ça ?

  6. Et sinon y’a Blender qui a besoin d’argent pour son futur court-métrage, le projet Gooseberry.
    http://gooseberry.blender.org/goose

  7. @kik
    Parce que le projet est libre ?
    Ou alors il ne faut parler que des projets libre qui t’intéresse ? Tu nous feras une liste ..

  8. Bonjour kik, une question m’est venue avec votre commentaire. Popcorn fonctionne uniquement pour les téléchargement illégaux ? Je pense a cela car je n’imagine pas le web sans la technologie torrent par exemple qui n’a rien d’illégale en soit et qui est vraiment SUPER pratique (fichiers/sources/backup/économie de bp et d’énergie…ect).

    Je me demande aussi quelles genres de pressions ils ont pu avoir, ca c’est plus inquiétant qu’une énième manière de télécharger du contenu illégalement je pense (par ce que bon, stream, dl, newsgroup, même une bête boite mail qu’on peut tous avoir sur nos smartphones avec la 3g pourrai avoir cet usage alors bon…)

  9. Il faut savoir que de nombreuses conférences sous licences libre (Stallman…) se retrouve en torrent. Donc, c’est pas illégal. Après, pour les films sous régime du droit d’auteur, les fautifs sont ceux qui mettent en ligne. Un outil reste neutre. Tu peux utiliser un marteau pour réparer ta maison autant que pour fracasser un crâne.

  10. @kik: À part le fait que le logiciel est bien libre (GPL), il faut aussi remettre en cause l’industrie rentière d’Hollywood (ou d’autres industrie du cinéma). J’aimerais trouver plein de films en DVD, donc qualité top: la question n’est pas «je ne veux pas payer», c’est plutôt pourquoi ils font payer 20€ le DVD pour des films qui ont été remboursés par les entrées au cinéma.

    Sur certains sites marchands, (Cdiscount) on peut trouver des DVD à 1 ou 3€ (ou on pouvait): ces sites officiels sont-ils des sites de piratage si c’est moins cher (en tous très bonne qualité)? Donc, les prix pourraient baisser.

    Mais en même temps, j’ai acheté 2 DVD sur deux sites marchands (cdiscount et amazon, pas à 1€) dont la qualité était genre avi 700Mo: comment c’est possible? Est-ce que des sites pignons sur rue distribuent des trucs piratés? Peut-on faire confiance au commerce pignon sur rue? Ou l’industrie du cinéma fait-elle des DVD de sous qualité?

    Ils mettent des DRM sur les DVD.

    Enfin, il manque plein de films en DVD ou ils sortent sans les sous-titres en français. L’industrie du cinéma (qu’elle soit américaine ou autre) se fiche de nous, ils sont même incapables de sortir tous les films en DVD. Et quand ils nous feront du VOD, ce sera cher et de qualité avi 700Mo, à tous les coups.

    Voilà, kik, on en a marre d’être des pigeons. On veut de la culture de qualité et d’un prix accessible (vu les profits que font ces industries).

    Outre que ce serait bien pratique d’avoir toutes les distributions GNU/Linux en torrent, avec la certitude de pouvoir les télécharger ainsi, comme je le disais sur le billet 1/3. Sourceforge, c’est vraiment barbant. Et peut-être aussi, pourrait-on avoir des dépôts de certaines distributions en torrent, au lieu de dépôts lents comme encore Sourceforge (je crois que c’est le cas de Semplice, je crois).

  11. kik ..

    Encore un qui fait l’amalgame entre torrent et illégal.

  12. A Loler : je ne fais pas de confusion entre torrent et illégal, faut savoir lire un peu ! Va voir le logiciel (ou ses captures) et donne-moi un seul nom de film légalement proposé !
    Je n’ai pas parlé technologie, je me pose la question : pourquoi parler d’un logiciel de téléchargement de fichiers illégaux sur un site qui parle de libre ?

    Parce qu’à ce moment-là, ce n’est clairement pas le libre qui intéresse l’auteur du sujet (même si le logiciel l’est, ça n’a jamais été sujet de discussion ici),. Non, ce qui intéresse l’auteur, c’est la récupération des films et séries (américaines ?) gratuitement. Rien à voir avec le libre, donc.

    Je trouve que ce genre d’article décrédibilise la cause. On peut aimer/prôner le libre et être légal au niveau consommation vidéo, ce qui n’a pas l’air d’être le cas de l’auteur, qui, au contraire, préfère les solutions pirates.

    D’où ma remarque : l’auteur se sert du libre parce que c’est gratuit. Rien de plus.

  13. @kirk j’imagine que tu es dans la tête de l’auteur du billet pour dire ça.
    Et pour proférer se genre d’accusation il faut avoir des billes en poches.
    Aurais tu des écoutes téléphonique de l’auteur ?!

    L’auteur nous montre que c’est une bataille perdu d’avance sur le plan légal. Le pot de terre contre le pot de fer.
    Ou même lorsque vous n’enfreignez aucune lois il est facile pour un lobbies ( avec un bon paquet de pognons en poche ) de faire pression sur un individu.
    C’est un échec démocratique total.
    Les développeurs n’enfreignent aucunes lois ( à moins que de fabriquer un marteau soit une infraction ) et pourtant ils abandonnent car on leur a bien fait comprendre qu’ils allaient avoir des problèmes. C’est bien l’échec de la démocratie et de la justice.

    On retient bien ce que l’on veut. De ton coté tu as interprété que l’auteur encourageait le piratage d’œuvre sous copyright et qu’il se servait du libre pour avoir du gratuit. C’est ton interprétation et ton interprétation ne regarde que toi. Ce n’est pas la mienne en tout cas.

  14. - est-ce que vous arrivez à trouver tous les films que vous voulez en DVD?
    – Pourquoi l’industrie se plaint de ne plus vendre assez de DVD mais ne publie pas tous les films en DVD?
    – est-ce que vous trouvez normal de payer pour un DVD qui a la sous-qualité d’un avi 700mo vendu sur 2 sites qui ont pignon sur rue (du genre Amazon)? (on se demande si ces sites ne vendent pas des contrefaçons).
    – est-ce que vous trouvez normal qu’on vous fasse payer 20€ pour un DVD qui n’a même pas les sous-titres en français?
    – est-ce que vous trouvez normal qu’on vous fasse payer 20€ pour un DVD, tout simplement, avec des DRM en plus?
    -est-ce qu’il est normal qu’on nous empêche de partager un DVD sans vouloir en faire de profit personnel?

    Si on trouve qu’il est normal de ne pas partager un DVD, c’est qu’il y a quelque chose de pourri dans notre société. C’est ça le plus triste. L’illégalité du partage (je ne parle pas de la contrefaçon) est un abus de pouvoir et n’a aucune justification.

Laissez un commentaire