Khrys’presso du lundi 10 décembre

Temps de lecture 17 min

image_pdfimage_print

Comme chaque lundi, un coup d’œil dans le rétroviseur pour découvrir les informations que vous avez peut-être ratées la semaine dernière.

Brave New World

Spécial France

Spécial Gilets Jaunes

  • Face aux gilets jaunes, la tentation de l’état d’urgence menacerait la démocratie (liberation.fr)

    Le risque d’une dérive sécuritaire qui avait été alors largement dénoncée par de nombreuses associations comme la Ligue des droits de l’Homme n’aura pas attendu longtemps pour trouver un nouveau terreau. On en veut pour preuve le fait qu’aucun des responsables politiques interrogés cette semaine n’ait jamais cherché à exclure le recours à cette situation d’exception pour maîtriser la crise des gilets jaunes. Le bras de fer démocratique est engagé.
    Si dans les jours qui viennent la situation s’envenime encore et que les services de police réussissent à obtenir les nouveaux pouvoirs qu’ils réclament, de nombreux Français risquent de comprendre, bien malgré eux, que le combat pour les libertés fondamentales ne doit pas se livrer seulement quand on se sent personnellement menacé. La conservation de l’Etat de droit est à ce prix.

  • Fin de monde ? — Frédéric Lordon (blog.mondediplo.net)

    Le déni de la violence sociale est cette forme suprême de violence à laquelle Bourdieu donnait le nom de violence symbolique, bien faite pour que ses victimes soient réduites à merci : car violentées socialement, et méthodiquement dépouillées de tout moyen d’y résister « dans les formes » puisque tous les médiateurs institutionnels les ont abandonnées, elles n’ont plus le choix que de la soumission intégrale ou de la révolte, mais alors physique, et déclarée d’emblée odieuse, illégitime et anti-démocratique — normalement le piège parfait. Vient cependant un moment où la terreur symbolique ne prend plus, où les verdicts de légitimité ou d’illégitimité volent à leur tour, et où la souffrance se transforme chimiquement en rage, à proportion de ce qu’elle a été niée.
    […] Croyant que ce dont ils ne parlent pas n’existe pas, les médias ne les avaient pas vu venir ces enragés-là. Mais voilà, ils sont là, produits d’une longue et silencieuse accumulation de colère, qui vient de rompre sa digue. Ceux-là on ne les fera pas rentrer facilement à la maison. Et ceci d’autant moins qu’avec la naïveté des « braves gens », ils ont expérimenté, à l’occasion de leur première manifestation pour beaucoup d’entre eux, ce que c’est que la violence policière.
    […] Gageons d’ailleurs que des révisions de grande ampleur doivent être en train de s’opérer dans leurs esprits. Car tous ces gens qui depuis 2016 et la loi El Khomri, jusqu’à 2018 avec Notre-Dame-des-Landes et les ordonnances SNCF, avaient été abreuvés de BFM et de France Info, invités à pleurer les vitres de Necker, se retrouvent aujourd’hui dans la position structurale des casseurs, en vivent la condition de violence policière et médiatique, et savent un peu mieux à quoi s’en tenir quant à ce que ces deux institutions diront désormais des « ultras violents radicalisés ». En tout cas c’est très embêtant pour les chaînes d’information en continu cette affaire : car si le devenir-casseur prend cette extension, que pourra donc encore vouloir dire « casseur » ?

  • Gilets jaunes et violences à Paris : c’est Napoléon qu’on assassine (telerama.fr)
  • Gilets jaunes : la classe moyenne peut-elle être révolutionnaire ? (lundi.am)
  • « Gilets jaunes » : La mobilisation aurait-elle pu voir le jour sans Facebook ? (20minutes.fr)
  • Gilets jaunes, Facebook et le populisme (standblog.org)
  • Après avoir Liké, les gilets jaunes vont-ils voter ? (affordance.info)
  • La France pourrait être en train de perdre sa première grande guerre de l’information (blog.0day.rocks – en anglais)
  • Les « gilets jaunes », enfants terribles d’Internet ? (usbeketrica.com)
  • Deux ou trois choses dont je suis presque certain à propos des « gilets jaunes » (theconversation.com)
  • Gilets jaunes : « La première violence n’est pas celle des “casseurs” » (usbeketrica.com)
  • Police. « Il y a la volonté que les collègues se lâchent » (humanite.fr)
  • Mantes-la-Jolie : la puissance de l’Etat s’affirme par sa maîtrise et non par l’humiliation – Communiqué LDH (ldh-france.org)

    Quelles que soient les tentatives de justification du parquet de Versailles et du gouvernement, la LDH rappelle qu’aucun principe de sécurité ou d’ordre public ne saurait primer sur les droits de l’enfant ni autoriser des humiliations d’Etat. Ces valeurs fondamentales sont protégées par de nombreux outils internationaux. C’est pourquoi la LDH entend alerter le rapporteur spécial sur la torture de l’ONU, afin qu’il se saisisse de cette situation dans un contexte de multiplication des blessés par les forces de l’ordre lors d’opérations de sécurité autour des mouvements sociaux.

Spécial GAFAM

Et cette semaine, on soutient…

Les lectures de la semaine (hors gilets jaunes ;-)

Les BDs/graphiques/photos de la semaine

Les vidéos/podcasts de la semaine

Les autres trucs chouettes de la semaine

Deux personnages prennent le café. Le personnage de gauche dit : Ça va, pas trop dur, cette semaine ? - la personne de droite répond : men parle pas : déferlement d'articles sur les gilets jaunes, il a vraiment fallu couper dans le tas ! Si tu veux voir tout ce que j'ai enlevé, ou découvrir les rubriques et articles plus spécialisés que je n'ai pas eu la place de mettre, il suffit d'aller faire un tour sur mon blog perso en cliquant sur ma tasse !

Retrouvez les revues de web précédentes dans la catégorie Libre Veille du Framablog.

Les articles, commentaires et autres images qui composent ces « Khrys’presso » n’engagent que moi (Khrys).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *