Khrys’coronalungo du lundi 20 avril 2020

Temps de lecture 26 min

image_pdfimage_print

Comme chaque lundi, un coup d’œil dans le rétroviseur pour découvrir les informations que vous avez peut-être ratées la semaine dernière.


Brave New World

Spécial France

Spécial sortie de confinement

Spécial Coronavirus – données scientifiques

Spécial mauvaise gestion et casse du système de santé

Spécial travailleur·euses par temps de coronavirus

Spécial répression, violences et abus de pouvoir

Spécial la démocratie et nos droits en prennent un coup

Spécial résistance

Spécial GAFAM et cie

Les autres lectures de la semaine

  • L’immunité collective numérique n’existe pas. (affordance.info)

    Tant que nous n’aurons pas fait le deuil de l’idée même d’une possible immunité numérique, nous ne serons en effet qu’un troupeau se laissant mener à l’abattement sinon à l’abattoir. […] ce n’est pas de surveillance mais de confiance dont nous avons besoin. Confiance dans les politiques de santé publique et leurs modes de financement pérennes, et non confiance dans des applications de surveillance conçues dans l’urgence. […] Nous avons construit ou laissé construire une dystopie juste pour que les gens cliquent sur des publicités. Et des gouvernements dépendent aujourd’hui de l’analyse de ces clics publicitaires pour informer et documenter des décisions de santé publique dans un contexte d’urgence sanitaire. C’est cela, le monde dans lequel nous vivons aujourd’hui. […] Il n’y a pas besoin de soldats ou de héros car nous ne sommes pas en guerre. Seulement de soignants, d’équipements médicaux, de lits d’hôpitaux et de financements pérennes de la recherche fondamentale et appliquée. Il n’y a pas besoin de surveillance car nous ne sommes pas en délinquance ni en délation et que le suivi épidémique doit pouvoir reposer uniquement sur le cadre éthique qui est celui du soin.Il est possible de veiller sans surveiller.

  • L’urgence des libertés (liberation.fr)

    L’état d’urgence ne peut être un état vide de droit où s’exercerait seule la violence pure du souverain. Protéger le corps social n’est pas seulement une question sanitaire.

  • Félix Tréguer : « Des technologies de surveillance se normalisent à l’aune de cette crise » (letemps.ch)
  • Covid-19 : sommes-nous devenus trop intolérants au risque ? (/usbeketrica.com)
  • Leurs Communs numériques ne sont (toujours) pas les nôtres ! (scinfolex.com)
  • « Avec le revenu de base, une sécurité économique aurait été assurée automatiquement » (korii.slate.fr)
  • Cette crise inédite depuis l’Après-guerre nécessite la mise en place du revenu de base (huffingtonpost.fr)

    Il ne s’agit pas d’un plan de sauvetage “helicopter money” visant à préserver l’économie financière, mais bien d’investir dans le capital humain et d’engager les mutations nécessaires vers une société solidaire et résiliente, socialement et écologiquement responsable, où personne n’est laissé de côté.

  • Un ISF européen permettrait d’éponger en 10 ans les dettes liées au coronavirus (lareleveetlapeste.fr)
  • Une taxation minimale des multinationales pour enrayer l’évitement fiscal (liberation.fr)

    Ce dispositif aurait l’avantage de lier la contribution fiscale des multinationales à leur activité économique réelle tout en augmentant les recettes des Etats. En cas de crise majeure, comme celle du Covid, la mesure rendrait acceptable les futurs plans de sauvetage.

  • Aurélien Bernier : “Personne ne parle vraiment de démondialisation” (marianne.net)

    Alors que nos dirigeants rabâchent le mot “innovation” cent fois par jour, que voit-on ? Qu’ils ont rendu notre industrie incapable d’assembler un bout de tissus et deux élastiques pour faire des masques ! C’est tellement ridicule qu’ils devraient mourir de honte.

  • Et soudain nous fûmes défaits (lundi.am)
  • La Peste et la Colère (lundi.am)

    Nous vivons la peste, mais ce temps suspendu peut aussi être celui où nous cultivons et accumulons les colères. L’opportunité de leur affirmation viendra avec la vie, après le temps des charognards […] le silence n’est pas toujours le calme, c’est aussi le temps où l’on aiguise les armes des comptes à régler.

  • Pouvoir, domicile, mort : à l’ère du Covid-19 (lundi.am)
  • La guerre des masques (lundi.am)

    On nous dit que les technologies ne sont pas intrinsèquement porteuses des mauvais usages qu’on en fait, mais elles créent tout de même des attentes qui sont autant de pressions sociales, d’exigences nouvelles pour soi et les autres et elles réclament qu’on se conforme à leurs normes pour pouvoir être utilisées pleinement. Par exemple, la généralisation de la voiture induit l’attente de voir l’autre se rendre disponible plus facilement, la généralisation du téléphone portable induit l’attente de voir l’autre être joignable à tout moment, la généralisation de l’internet induit l’attente de voir l’autre pouvoir travailler à tout moment et en tout endroit, etc. Plus la technologie est efficace, plus la marge acceptable de l’aléa et de la non-conformité à la technologie est réduite, plus nous paraissons suspects en ne nous y conformant pas. […] La question qui dès lors se pose à nous est de voir quelles attentes sociales seront créées avec la généralisation de la reconnaissance faciale ? Devra-t-on maîtriser ses expressions faciales de manière à ne jamais paraître déviants ? […] Quelles formes de sociabilités découleront du déploiement massif de la reconnaissance faciale dans nos lieux de vie ?

  • Coronavirus et faillite globale du néolibéralisme (attac.org)
  • Naomi Klein analyse la crise du coronavirus : “L’austérité sera la facture à payer.” (huffingtonpost.fr)

    Ce virus s’est propagé dans le monde entier du fait des déplacements de voyageurs principalement riches, pour des conférences ou des croisières. Mais, bien sûr, ce sont les pauvres, les migrants qu’on blâme et qui en paieront une fois de plus les conséquences […] La question est de savoir ce que nous voulons faire aujourd’hui.[…] nous devons non seulement dire non à l’austérité qui pourrait survenir, mais aussi construire un modèle différent. […] D’autres outils que la grève existent : l’éducation politique, l’établissement de nouveaux liens, etc. Ça a déjà commencé sur internet et nous devons faire en sorte que cet activisme perdure. Le confinement n’est pas éternel. […] on peut gérer la crise avec autorité mais en respectant la démocratie, sans arrière-pensées, sans boucs émissaires, sans violer aucun droit et en gouvernant par consensus. Ces dirigeants forts existent, et ce sont surtout des femmes.

  • Patience (mondediplo.net)

    Bien sûr il y a d’abord la souffrance physique (de ceux qui sont malades), la souffrance morale (des proches, des soignants), la souffrance psychique (du salariat chair à canon). Mais il y a aussi, pour bon nombre d’autres, la souffrance politique : assister à ce délire, et n’y rien pouvoir. À un moment, on en revient toujours à l’os : la politique, c’est la co-présence des corps parlants — et agissants. L’épidémie met en panne la politique. Elle ne laisse debout que le gouvernement — qui, précisément, prospère en étant séparé. Et n’aime rien tant que les sujets à l’isolement. […] Au moins nous laissent-ils nous faire une idée assez précise de ce qui nous attend. Il est radicalement exclu que des individus pareils puissent négocier, autrement qu’en mots, le moindre virage. Par quel miracle se mettrait-on à faire l’exact contraire de ce qu’on a toujours fait et de ce en quoi on a toujours cru — sinon sur un mode entièrement factice ? Le pire étant peut-être, comme en témoignent les mots « jours heureux » dans la bouche de Macron, qu’ils dégueulassent tout ce qu’ils touchent.

  • Covid-19 : « Ne nous attendons pas à un après ressemblant à une aube radieuse » (usbeketrica.com)
  • Face au mur de la croissance exponentielle (theconversation.com)
  • Non, ce virus n’est une bonne chose pour rien, ni personne (liberation.fr)
  • Je ne vous pardonnerai pas – « Comment osons-nous pousser des caddies et abandonner nos morts ? » (lundi.am)

    Il n’est plus question ici de contagiosité. Il n’est plus question ici de coronavirus. On peut pousser son caddy au supermarché, mais on ne peut pas accompagner le cercueil de sa mère. […] Je ne vous pardonnerai pas votre inhumanité habillée d’urgence sanitaire. […] Vous voulez que je médite sur le sens de l’existence. La voilà ma méditation métaphysique : vous êtes des chiens aveugles qui piétinez nos âmes sur l’asphalte du progrès. Vous êtes les fantômes d’un monde mortifère détruisant nos songes.

  • Homme de pouvoir : sexo-maniaque ? (sexes.blogs.liberation.fr)
  • Christine Brisset, la madone des squatteurs (causette.fr)

    De 1945 au milieu des années 1960, celle qu’on surnommait aussi “la fée des sans logis” a organisé près de huit cents squats à Angers et a fait construire des milliers de logements pour les plus démunis. Elle dérangeait, mais n’en avait que faire. Anticonformiste et résolue, elle a mené son combat coûte que coûte avec un seul mot d’ordre : un logement pour tous

  • Confiné pendant la Grande Peste, Isaac Newton avait efficacement télétravaillé (courrierinternational.com)

    Loin de son université de Cambridge et de ses professeurs, dans le jardin de la demeure familiale où Isaac Newton était confiné pendant la terrible Grande Peste de Londres, entre 1655 et 1656, se trouvait… un pommier.

Les BDs/graphiques/photos de la semaine

Les vidéos/podcasts de la semaine

Les autres trucs chouettes de la semaine

Deux personnages prennent le café. Le personnage de gauche dit : Alors, toujours coronalungo cette semaine ? - la personne de droite répond : Yep, mais ça semble se calmer un peu : on sent qu'on va vers le déconfinement...
Retrouvez les revues de web précédentes dans la catégorie Libre Veille du Framablog.

Les articles, commentaires et autres images qui composent ces « Khrys’presso » n’engagent que moi (Khrys).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *