À vélo avec la carto OSM

La cartographie libre creuse son sillon depuis de nombreuses années déjà. À l’instar de Wikipédia, l’autre grand projet collaboratif du Web dont le succès ne se dément pas, le projet OpenStreetMap (OSM), lancé quelques années après l’encyclopédie libre, est à l’origine de nombreuses applications.

L’article que vous allez lire en présente plusieurs avec une grande clarté et insiste en particulier sur la possibilité de les utiliser hors ligne. Parmi celles-ci, l’application Geovélo fait figure de fleuron français. Largement soutenue et promue par les collectivités locales, elle bénéficie d’une relativement importante couverture médiatique.

On peut toutefois s’interroger sur la manière dont ces collectivités appréhendent réellement le modèle des données libres et ouvertes sur lequel repose ce type d’applications. Car pour qu’elles rendent les services qu’on attend d’elles, il faut que les données cartographiques soient de bonne qualité et mises à jour régulièrement. C’est ce que rappelle Julien de Labaca dans « Le vélo a besoin de carto(s) ». Les collectivités locales françaises sont-elles contributrices au projet OSM ? Après tout, en tant que gestionnaires de voirie, leurs services sont les mieux placés pour collaborer efficacement à ce bien commun qu’est une cartographie libre.

Jeanne à vélo (son blog)

 


Republication de l’article original publié sur le blog de Damien Une famille à vélo, consacré au cyclotourisme en famille et riche en récits de voyages illustrés, en conseils et fiches pratiques…

Itinéraires 2.0

C’est bien beau de pédaler, mais il est aussi utile de savoir où on va. Tous les ordiphones ont une application de cartographie pré-installée, plus ou moins respectueuse de la vie privée, mais qui en général ne fonctionne pas hors-ligne (ou partiellement).

Je ne m’attarderai pas sur ces applications natives.

 

OpenStreetMap

Nous allons parler d’OpenStreetMap et de son écosystème. Pour ceux qui n’en ont jamais entendu parler voici ce qu’en dit Wikipédia :

OpenStreetMap (OSM) est un projet collaboratif de cartographie en ligne qui vise à constituer une base de données géographiques libre du monde (permettant par exemple de créer des cartes sous licence libre), en utilisant le système GPS et d’autres données libres.

Vous pouvez bien sûr consulter directement la carte OSM avec ses différents fonds de carte (dont certains sont dédiés au vélo). Les données étant sous licence libre, de nombreuses autres applications utilisent les données OSM. C’est très souvent le cas des applications de randonnée.

Des itinéraires vélo à découvrir dans les « couches » de carte OSM

OsmAnd

L’application OsmAnd repose sur les cartes OpenStreetMap. Elle est disponible sur Android et IOS. Le site est en anglais mais – rassurez vous – l ‘application est disponible en français. Voici quelques-unes de ses fonctionnalités :

  • calcul d’itinéraire et guidage avec différents profils (voiture, vélo, randonnée) ;
  • recherche de points d’intérêts (exemple l’épicerie la plus proche, avec les horaires d’ouverture) ;
  • enregistrement d’itinéraires ;
  • import d’itinéraires ;
  • ajouts de points favoris.

Copie d’écran OsmAnd

L’application profite de toute la richesse d’OpenStreetMap : cartes détaillées avec différents fonds de carte (routes, itinéraires cyclables, itinéraires de randonnée, courbes de niveau) et les points d’intérêts (commerces, gares, logements, hôpitaux…) L’application utilise aussi la base des points d’intérêt de Wikipédia.

Copie d’écran OsmAnd

Il s’agit d’une application open source qui ne vous obligera pas à créer un compte. Point important, elle fonctionne hors-connexion une fois qu’on a téléchargé les cartes (possibilité limitée à 7 cartes dans la version gratuite). Utile quand vous ne voulez pas exploser votre forfait à l’étranger, ou même autour de chez vous. C’est utile aussi pour économiser la batterie.

N’hésitez pas à prendre le temps de jouer avec les menus. Ils sont assez riches, on s’y perd un peu au début mais il y a tout un tas d’options intéressantes. On trouve des tutoriels assez bien faits sur Internet.

Waymarked Trails

Waymarked Trails présente les itinéraires de randonnée depuis l’échelon local jusqu’au niveau international, avec des cartes et des informations de OpenStreetMap ainsi qu’un profil d’altitude. Le site permet d’afficher les chemins de randonnée à pied, à vélo, à vtt, en rollers, à cheval et à ski.

Zoomer et cliquer sur un itinéraire pour voir le détail. Une fois l’itinéraire sélectionné, il est possible de l’exporter aux formats GPX et KML. Vous n’avez plus qu’à importer l’itinéraire dans votre application GPS préférée.

Les itinéraires touristiques classiques ne sont pas encore tous référencés sur OSM. Dans ce cas vous les trouvez généralement sur les sites internet dédiées aux itinéraires, ou encore sur les sites des offices du tourisme. Exemple l’Alsace à vélo.

Bien sûr, il existe des sites de partage avec des centaines d’itinéraires. Si ces bases sont très riches, elles contiennent essentiellement des tracés fournis par des utilisateurs individuels, qui ne correspondent pas forcément aux itinéraires officiels. C’est intéressant pour des sorties sportives, mais ça ne vous garantit pas de passer par des voies sécurisées ou à faible trafic. Mieux vaut étudier les itinéraires avant de les suivre la tête dans le guidon.

Open Camping Map

Sur le même principe que Waymarked Trails pour les itinéraires, Open Camping Map est une extraction de la base OSM qui présente les campings. Ceux-ci étant référencés sur OSM, c’est plutôt une application qui s’utilise pour avoir une vue dédiée aux campings lorsque vous préparez vos itinéraires.

BRouter

BRouter est un bon calculateur d’itinéraire à vélo open source, avec de nombreux profils (route, cyclotourisme, …). Il fonctionne soit en ligne avec possibilité d’exporter l’itinéraire créé, soit en tant qu’application Android qui peut s’utiliser avec OsmAnd, Locus-Maps ou OruxMaps.

Un itinéraire sur BRouter avec son profil

Exemple d’utilisation

Maintenant que nous avons tous les éléments, nous pouvons nous lancer dans la préparation d’un voyage à vélo.

  1. Téléchargement de la carte OSM de la région dans l’application OsmAnd ;
  2. Téléchargement de l’itinéraire vélo principal depuis Waymarked Trails ou autre source ;
  3. Création manuelle de nouveaux itinéraires sur B.Router (détours et autres variantes) ;
  4. Ajout de marques sur la carte (campings, châteaux, musées, piscines…) ;
  5. Import des différents fichiers GPX dans l’application OSM. L’application permet maintenant d’afficher tous les itinéraires et points d’intérêts, et de naviguer hors-ligne.

GéoVélo

photo ©Géovélo

GéoVélo est un calculateur d’itinéraire (site web et application) pour les villes françaises. L’application fonctionne hors-ligne une fois qu’on a téléchargé la carte de la ville. Le guidage est bien pensé avec un zoom automatique à chaque changement de direction. Petit bémol, on est obligé de créer un compte pour pouvoir mémoriser des lieux et des trajets.

[EDIT par Framasoft] Plusieurs commentaires ci-dessous mettent en garde contre cette application qui ouvre des connexions avec google-analytics.com, doubleclick.net, facebook.net et cdn-apple.com… entre autres]

Participer avec StreetComplete

À la différence des autres cartes, OpenStreetMap est entièrement créé par des gens comme vous, et chacun est libre de le modifier, le mettre à jour, le télécharger et l’utiliser. Vous pouvez donc participer vous aussi à la construction de cet outil communautaire.

Il n’est pas nécessaire d’avoir une licence en géographie ni d’être expert en informatique. Le moyen le plus simple pour commencer est sans doute l’application StreetComplete qui vous permet de contribuer au projet OpenStreetMap en effectuant des « quêtes ». L’application vous propose d’ajouter des informations manquantes sur des zones près de votre position. L’application est destinée aux utilisateurs qui ne connaissent rien aux systèmes de marquage OSM mais souhaitent tout de même contribuer à OpenStreetMap en explorant leur quartier ou d’autres lieux. Vous pouvez le présenter de façon ludique aux enfants, comme une chasse au trésor. Ceci leur apprend à se repérer sur une carte, à s’orienter, à trouver le nom d’une rue, les horaires d’un magasin.

N’hésitez pas à commenter cet article !